Rosemary Bourbon ❧ midnight rose
FACTS

La ville de Birmingham compte actuellement 22 Purs, 6 Purifiés et 25 Impurs, la Résistance semble recruter plus de membres que l'Ordre du Phénix, il serait peut être bon de se méfier de ce regroupement.
Les les femmes deviennent importantes et prédominantes, au détriment du sexe masculin, pourtant si charmant.




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rosemary Bourbon ❧ midnight rose



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Se présenter :: validés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




MESSAGES : 141 LOCALISATION : Birmingham, par-ci ou par-là. EMPLOI : Etudiante en Economie & Secrétaire du Sénateur

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Rosemary Bourbon ❧ midnight rose   Sam 24 Sep 2016 - 23:03



Rosemary Bourbon

La féminité chez l'homme est comme le sucre dans le whisky.



Bourbon, ton nom inonde les oreilles des passants, bourdonne et annonce ta présence raffinée. A l’image de la liqueur en or,  tu voyages dans les veines dilatées des grands buveurs, des connaisseurs, pour dissoudre ton sucre âpre miel qui réchauffe leur corps. Tu es la chaleur, tu es la douceur, tu es le vice nocturne qui allègre les dures journées. Tu es la résurrection d’une dynastie royale de France éteinte, oubliée. Ton nom est porteur de sens, tu es l’eau de vie du monde. Rosemary, un prénom de circonstance, un prénom que tu portes à merveille. Tu cultives avec adoration l’héritage de tes défunts parents. Petite amoureuse des fleurs et de la nature, vénérée chlorophylle, il illustre ta simplicité. Tu es la rose de minuit + Tu as cueillis ta vingt-et-unième rose rouge, un 13 avril + La pureté illumine ton visage, ton sang est épargné par la souillure. Tu es de sang pur et jamais ton statut de moldue pure ne pourra être remis en question, jamais + Ton exotisme se discerne lorsque tu laisses ta langue frémir sous le vibrato de ta voix. Une étrangère tu es, une expatriée tu resteras. Distillé dans tes mots, un léger accent tonique s’y cache, un accent qui ne laisse aucun doute sur ton ascendance française. Tu es la spontanéité à l’état pur, tu ne ressens ni la gêne, ni la crainte d’embarrasser ou de froisser le commun des mortels. La subtilité ne fait pas partie des rouages qui engrènent ton caractère. Rebelle, tu es aussi farouche qu’une lionne lorsqu’il s’agit de défendre ta parole ou celle d’une tierce personne. Tu n’hésites pas à dire les choses telles qu’elles sont, d’une vérité qui peut déplaire certes, mais cela ne t’arrête pas pour autant dans ta lancée. Les mots arrivent aisément pour toi qui ne demeure jamais passive, tu n’attends pas que les choses se passent, tu les déclenches. Dans ta fougueuse colère, ton nez frémit pour battre le rythme de tes émotions brûlantes, le tapotement nerveux de tes doigts attise la flamme qui valse au gré du vent. Discrète, il faut quelques minutes avant de remarquer ta présence. Quelques minutes et puis toute une vie pour oublier ton regard émeraude. Tu n'es pas de ces gens qui ont de l'exubérance et la voix avenante. Au contraire, tu es la douceur du vent, la fraîcheur de la brise du matin. Tu es une belle rêveuse, avec les étoiles plein les yeux. Les rêves de voyage, de découverte peuplent ton sommeil et colorent ta vie. C'est au travers de la musique classique, plus particulièrement au piano que tu insuffles tes désirs dans la mélodie, la félicité dans tes yeux, la virtuosité aux bouts de te doigts. Têtue pour ne pas dire bornée, tu refuses de te laisser dicter ta conduite par les Grands de la sphère aristocratique. Le sexisme est une chose qui te révulse, et c’est férocement que tu valorises ton opinion en le criant à qui veut l’entendre. Ta témérité, ton courage est une qualité mais aussi ton défaut majeur qui t'amène quelques ennuis lorsque tu es face à un homme bien trop orgueilleux. Il n'est pas rare de te retrouver dans une situation délicate, où frêle petite créature que tu es, tu te retrouves en état de faiblesse. + Tu es anglaise avec la double nationalité française, pays du raffinement gastronomique où tu y as passé la plus grande partie de ta vie depuis l'âge de tes six ans. + Tu n'as plus personne. Orpheline de père et de mère depuis ton enfance, ta tante qui t'a élevé comme sa fille est décédée en te laissant seule au monde. Parce que la France est son cercueil mortuaire, tu as décidé de revenir à Birmingham pour reconstruire ta vie. Là où personne ne te connaît, là où personne ne te jugeras. A new girl in town. + Tu ne croules pas sur l'or, mais tu te défends bien avec ta modeste petite fortune. Tu ne connais pas la crise financière ou la crainte de voir ton compte bancaire dans le rouge, à découvert + Tu es célibataire, tu profites de cette liberté pour te laisser enivrer par les hommes. Rosemary, comme tu es lunaire devant les beaux yeux de ces mauvais garçons qui attisent le feu ardent de ton bas ventre. + Jeune étudiante en Economie, tu es aussi secrétaire auprès du Sénateur + Dust, tu n'as aucun à priori sur le Gouvernement Archdeacon. Tu y trouves des bénéfices comme des failles à consolider +
Dust

toi et le gouvernement


Que penses-tu du gouvernement actuel ? As-tu des liens avec lui ?

Un Gouvernement qui soulève tant de controverses, mais qui peut aussi rallier de fidèles défenseurs. Son regard émeraude est neuf, jeune femme fraîchement arrivée en ville, elle s’est immédiatement présenté auprès d’eux afin de proposer ses services. Son parcours scolaire ayant séduit les politiciens, elle occupe un poste de secrétaire auprès du Sénateur. Elle s’implique donc dans ce Gouvernement qu’elle peut côtoyer quotidiennement, et ainsi s’en faire une opinion plus pertinente que celle d’une arriviste.  

Es-tu au courant du mouvement de rébellion ? Si oui, es-tu en sa faveur ?

Les petits ragots dans la rue macabre sont vraisemblablement les premières choses qu’elle a pu entendre lors de son arrivée en ville, qui est très récente. Elle ignore quel est l’impact de ce mouvement rebelle sur le Gouvernement, mais pour en entendre que du mal, elle ne s’en inquiète donc pas sur la force de frappe des autorités moldues. Bien que l’idée d’une menace qui plane sur sa Liberté lui titille le nez, Rosemary ne compte pas rester les bras croisés en cas de dérapage.

Que penses-tu de l'Ordre du Phénix ? As-tu des liens avec lui ?

La milice qui regroupe les forces armées, Rosie n’ignore pas qu’ils ont mauvaise réputation. On dit d’eux que leur violence n'a d'égale que leur manque de bienséances. Elle a été confrontée à l’un de ces hommes alors qu’elle venait à peine de déposer sa valise sur le sol anglais. Un patrouilleur l’a abordé avec l’indélicatesse qui lui confère son genre masculin, en exigeant qu’elle décline son identité et la raison de sa venue. Froissée par cet interrogatoire inapproprié, la discussion s’est rapidement envenimée, si bien qu’une jeune femme est venue à son secours afin de la tirer de cette situation fâcheuse. Rosemary ignore tout de son identité mais elle souhaiterait la revoir pour la remercier dignement.

Explique nous ton point de vue sur le statut de sang

Elle ne sait quoi en penser, car tout n’est que question de point de vue. Impur sera toujours celui qui aura fait l’affront d’être différent. Ainsi il fut un temps où les moldus étaient impurs, aujourd’hui les sorciers sont désignés par ce terme. Rosie ne contredit pas l’idée que le Gouvernement a raison de vouloir contrôler les sorciers afin de réprimer la possibilité d’une autre guerre. Mais de là, à les considérer comme moins que rien ? Elle reste sceptique sur ce dernier point.

Es-tu pour ou contre le retour de la magie ?

L'inconnue est terrifiante, la magie et son instabilité n'est donc pas une source de confiance en ce monde. Cette merveille de puissance a fait son temps, sa disparition n'est donc pas une mauvaise chose pour elle, au contraire. Elle estime qu'il faut savoir abandonner ce qui est destiné à s'éteindre.


derrière l'écran

pseudo/prénom franken - Lou + âge 23 y.o + région IDF + comment nous as-tu trouvé ? Queen Nenya + Iseult, l'esclave tatoué + un autre petit mot ?    +




COULEUR DIALOGUE : #996666



That power of ache will keep me alive — escape.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




MESSAGES : 141 LOCALISATION : Birmingham, par-ci ou par-là. EMPLOI : Etudiante en Economie & Secrétaire du Sénateur

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Rosemary Bourbon ❧ midnight rose   Sam 24 Sep 2016 - 23:15



Poor little thing

Hell is empty and all the devils are here





contes nous ton histoire
Anesthésie de l'esprit, corps assoupi. Le sommeil, un voyage onirique qui déverrouille la mémoire profonde, les souvenirs de tous les possibles. Une voix, un sourire ... Rosemary.


Boom boom.

Spasme musculaire, tu te réveilles en sursaut. Ton cerveau paranoïaque t'a envoyé une décharge nerveuse, soucieux de la mortalité passagère de ton corps inerte. Je ne suis pas morte imbécile, je dormais, songes-tu en grommelant ton agacement entre tes lèvres pincées. Ta colère est aussi corrosive que l'acide, tu passes tes nerfs dans ta chevelure blonde que tu rejettes en arrière d'un geste négligé de la main. Tes jambes se croisent, tes doigts tapotent nerveusement contre ta cuisse, tu réfléchis. De quoi avais-tu rêvé avant de brusquement te réveiller ? Tu n'en es pas certaine, mais tu as cru entendre une voix, une femme t'appeler. Rosemary ... C'est ton prénom, la douce appellation qui figure sur ta carte d'identité civile. Elle a prononcé ton nom, avec la distillation de l’essence pure de l’allégresse, avec une intonation qu’on entend souvent dans la voix d’une mère. Tu arques un sourcil, sceptique face à cette idée qui traverse ton esprit. Une mère, ta mère ? Tu n’as aucun souvenir de ta mère qui est décédée lorsque tu étais enfant, et tu n’as pas eu la chance de connaître ton père pour qu’il puisse t’en parler. Mort, lui aussi. Pauvre petite Rosemary, pauvre petite chose. Le manque d’amour parental fait-il délirer ton esprit ? Tu hausses les épaules avec dédain alors que tu balances ta tête en arrière, dans un soupir lasse du monde. Qui-es-tu, Douce Rosemary ? Quelle est ton histoire ?

Coucou ! Coucou ! Coucou ! Coucou !

Un cri s’échappe de tes lèvres roses, tu sursautes. Les yeux écarquillés, les traits de ton visage s’apaisent lorsque ton regard s’attarde sur ton horloge à coucou. Minuit pile, c’est ton heure. Cet instant entre la veille et le lendemain, c’est toi Jolie Rosemary. La rose de minuit. Amusée, tu ne peux réprimer un éclat de rire tandis que tu laisses tes doigts caresser le contour soyeux de tes lèvres. Elle t’aura fichue une belle frayeur cette horloge, bien vieille mais son côté antique t’a immédiatement subjuguée. Tu l’affectionnes cet objet, avec l’amour farouche d’une mère à son bambin larmoyant et baveux. Tu clignes des yeux, avant de reprendre tes esprits. Qui-es-tu Rosemary ? Si ce n’est cette poupée aux boucles d’or, qui dort dans cet appartement où les cartons ne sont que partiellement déballés. Tu n’es qu’une petite expatriée française qui rentre dans son pays d’origine, car tu es né dans le pays de lyrisme et de la littérature britannique. Il y’a de cela vingt et un an, d’un couple de parents aimants, enfin … tu le supposes. Tu n’as aucuns souvenirs de cette mère qui t’a mise au monde et nourrit en son sein, ni de ce père qui a versé des larmes ruisselantes et tombant sur ton front de nouveau-né. L’amour d’un parent à son enfant, tu l’as oublié, partiellement oublié. Quelques bribes tentent de se frayer un chemin, par-ci, par-là. Dans ton sommeil, lorsque tu travailles, en conduisant. C’est troublant, déroutant parfois même effraya nt. Tu as parfois l’impression de te redécouvrir un peu plus à chaque instant, tu arrives à t’étonner toujours plus.

Ton histoire, c’est ta tante Victoria qui te l’a raconté. Tu n’es qu’une orpheline, comme bien des milliers d’enfants dans ce monde, tu as perdu tes parents. Tu te souviens très très vaguement d’un homme et d’une femme, un couple bienveillant, ton oncle et ta tante, parait-il. Enfin tu n’as pas très bien compris l’explication, ils sont de ta famille pour faire simple et concis. Tu n’as pas essayé d’avoir des détails, cela semblait l’embarrasser d’en parler. Tata Vicky, c’était la femme qui t’a élevé lorsque tu étais en France, depuis l’âge de tes 6 ans. Pourtant tu as l’impression d’avoir vécue ailleurs, avec d’autres personnes, tu n’arrives pas à t’en souvenir convenablement. Aujourd’hui encore, tu souffres de ta mémoire qui te fait défaut, tu étais trop jeune, tu étais trop petite pour t’en souvenir. Mais un son persiste à raisonner dans ta tête, à chaque instant où ton passé essaye de refaire surface. Il ne fait que retentir. Ce son, de mauvais augure. Ce bruit oublié, ce fameux bruit dont on était persuadé de ne plus jamais entendre, car le temps de la guerre est révolu. Ce n’est pas le roucoulement du coq qu’elle a entendu ce matin, mais le déchirement d’une alarme angoissante. Oui, cette alarme qui diffuse son cri à des kilomètres à la ronde. Une alarme, et des bombardements. Tout se mélange dans ta tête, si bien que tu n’es plus très sûre de savoir ce qui a constitué ton passé. Alors tu te focalises sur l’année 6, à ton arrivée en France.

La panique contamine chacun d’entre nous. Il suffit d’un regard, d’une voix qui déraille, ou encore d’un manque cruel d’assurance dans son discours pour amener les autres à craindre l’inconnu, à redouter l’incontrôlable. Et lorsque l’on tombe dans cet engrenage, on se raccroche à n’importe quoi, si bien qu’on ne puisse pas couler. Les médias furent le parfait conduit pour véhiculer cette aliénation : une guerre entre le monde sorcier et le monde moldu ; Les plus cartésiens ont eu la chance de s’informer par le biais de la télévision, d’anticiper la catastrophe et de commencer à fuir. Fuir par la mer, fuir dans une contrée étrangère pour préserver ta sécurité, tel avait été le choix de ta tante. T’éloigner le plus possible de la guerre qui venait frapper à ta porte et perturber ton sommeil réparateur. L’abandon. La perte. L’étranglement de l’amour évaporé de tes défunts parents,  ignorante de ta propre personne. Peut-être est-ce tout cela qui a ouvert une brèche dans ton cœur. Quelque chose a ouvert ton cœur vers cette nostalgie infime qui s’est logée discrètement. Ainsi tu as grandis en découvrant petit à petit ton histoire et les raisons de ton séjour en France. Affronter le monde hostile dans un pays étranger fut difficile au début, mais aux côtés de ton petit ami, rapidement tu t’en es accommodée. Comme tu l’aimais ton beau français. Fougueux comme un Lion, enivrant comme une gorgée de whisky, boisson que tu affectionnes tant. Dormir à couvert ou à la belle étoile, peu t’importait. Une organisation pour survivre, un cheminement pour retarder la crainte. Tu ne pouvais que te réjouir de fermer les yeux et de les rouvrir sur un nouveau jour. Avec lui, tu ne pouvais qu’être plus forte, à deux, vous avez su survivre et surmonter les obstacles qui se sont dressés sur votre chemin. Longtemps il t’a caressé la peau de sa main rêche par le travail, longtemps il a été ton homme. Toi qui avait pensé ne plus avoir de raison pour préserver ton cœur en battement, puisque tu n’as jamais aimé personne en dehors de ta tante. Il a su te prouver que tu n’avais pas à t’inquiéter. Te blottir dans ses bras est sécurisant, car lorsque le monde autour de vous s’écroule, tout ce que vous aviez à faire était de vous accrocher. Tu as pris sa main, et il t’a ramené dans un monde où la passion n’est pas morte. Tu pouvais  tout risquer si c’était pour lui. Chaque nuit, il te chuchotait que ce n’était pas ton heure, et que tu ne devais pas abandonner ce monde.  

Alors tu t’es levée. Alors tu t’es réveillée. Alors tu n’as jamais abandonnée, pas même lors du décès de Victoria, ta tante. Et pourtant dans cette passion trop ardente, tu t’y es brûlée les ailes. Toi qui avais toujours trouvé que c’était trop banal d’être sentimentale, ton cœur fragile a succombé à cette idylle, mais qui a fatalement viré au noir. Ta vie était devenue tout simplement ingérable. Et c’est sans honte que ton beau français t’a avoué qu’il aurait aimé ne pas en faire partie. Quel vilain garçon. Il avait dit ces propos avec une telle nonchalance que tu en étais restée sans voix. A vrai dire, tu n’aurais jamais pu imaginer qu’il puisse te dire ça, un jour. Si bien que tu as immédiatement dressée une muraille autour de ton organe cardiaque qui est devenue une forteresse de solitude, qui se veut impénétrable, infranchissable. Ne me quitte pas, aurais-tu  voulu lui dire. Mais à quoi bon le retenir quand au moindre obstacle concret, le décès de ta tante, il n’a pas voulu s’investir pour te consoler. Naturellement, tu n’as su que le haïr, le maudire du plus profond de ton être, lui ton mauvais garçon. Tu creuseras la terre jusqu’après ta mort, pour priver son corps de vie et de lumière. ; Je crois qu’il ne m’aime plus, avais-tu songé tandis que ton maquillage se noyait dans un tourbillon de couleur avant de disparaître. Alors, tu l’as quitté, mais tu n’as pas eu le courage de te relever sur la pointe des pieds afin de le gifler, car pleurer d’amour n’est plus de ton âge. Au début, tu n’as pas voulu y croire, tu as voulu laisser passer les saisons dans l’espoir de le revoir. Dix-neuf heures, sous l’horloger de la grande gare, que tu lui avais supplié. Tu l’as attendue, tu as attendue si longtemps Rosemary ... Rancœur au rendez-vous, tu as pris le premier train le lendemain pour Birmingham, tu as quitté la France, tombeau mortuaire du cadavre de ta tante. Tu as quitté ce pays qui te lacère le cœur, tu as quitté ce mauvais garçon qui n’a pas su être digne d’être ton âme sœur.

Un rebond sur tes jambes, tu sursautes. Dyuran, ton chaton bengal se blottit contre toi, quémandeur de caresses. Sous ton regard attendri, tu ne te fais pas attendre pour lui prodiguer la tendresse dont il a besoin. Tu soupires Rosemary, tu soupires. Ton passé t'a encore une fois rattrapée, suffisamment pour te faire divaguer pendant ... trente minutes ? Il est l'heure. Au lit Dyuran, allez. Tu retournes sous ta couette en plume, sous ton royaume cotonneux où tu retournes à ton sommeil réparateur, Dyuran ronronnant contre toi.

Birmingham, Capitale de l’Angleterre. Une nouvelle femme en ville, tu t’es échouée à Rue des Pas Perdus.





COULEUR DIALOGUE : #996666



That power of ache will keep me alive — escape.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité


MessageSujet: Re: Rosemary Bourbon ❧ midnight rose   Sam 24 Sep 2016 - 23:25

Revenir en haut Aller en bas




MESSAGES : 370 LOCALISATION : A l'université, chez elle, dans un bar EMPLOI : étudiante en médecine

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: un aigle, souvenir de ses Alpes natales et libre comme le vent
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Rosemary Bourbon ❧ midnight rose   Dim 25 Sep 2016 - 13:13

Rebienvenue  
Cet avatar, ce perso
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




MESSAGES : 309 LOCALISATION : Dans la maison de ses parents EMPLOI : directrice d’une agence d’un grand groupe bancaire

carnet personnel
DANS TA POCHE: un baume à lèvres et un mouchoir usagé. Par contre, son sac contient beaucoup plus de choses : un porte-monnaie, des clés, le dernier livre de poche qu'elle est en train de lire.
TON PATRONUS: une louve mais prendrait-il encore cette forme ? Cela est moins sûr.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Rosemary Bourbon ❧ midnight rose   Dim 25 Sep 2016 - 13:33

Rebienvenue sur le forum et bon courage pour la fiche ! I love you


SING ME A SONG ✽
Le temps file et emporte les hommes... Ainsi coule le fleuve et jamais ne s'arrête...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité


MessageSujet: Re: Rosemary Bourbon ❧ midnight rose   Dim 25 Sep 2016 - 14:31

Mon dieu ce scénario plus ce vava !
Rebienvenue chez toi I love you
Revenir en haut Aller en bas




MESSAGES : 1261 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Rosemary Bourbon ❧ midnight rose   Dim 25 Sep 2016 - 18:19

Olééé ! Super choix de vava et de scénario
Tu connais la chanson, rebienvenue chez toi


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité


MessageSujet: Re: Rosemary Bourbon ❧ midnight rose   Lun 26 Sep 2016 - 9:06

Re bienvenue
C'est une jolie demoiselle que je connaissais pas que tu as là
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité


MessageSujet: Re: Rosemary Bourbon ❧ midnight rose   Lun 26 Sep 2016 - 18:39

rebienvenuuue
Revenir en haut Aller en bas




MESSAGES : 141 LOCALISATION : Birmingham, par-ci ou par-là. EMPLOI : Etudiante en Economie & Secrétaire du Sénateur

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Rosemary Bourbon ❧ midnight rose   Ven 30 Sep 2016 - 8:04

Merci les MSLove ; ma fiche avance lentement mais sûrement.


COULEUR DIALOGUE : #996666



That power of ache will keep me alive — escape.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité


MessageSujet: Re: Rosemary Bourbon ❧ midnight rose   Lun 3 Oct 2016 - 0:37

bienvenue à Birmingham



//mauvais compte// je love ta fiche et je te love encore plus   sérieusement, cette plume de malade, je suis trop contente que tu ais prise la petite Rosie  


Bienvenue, bienvenue   Te voilà donc fraîchement validé jeune padawan !   Puisses le sort t'être désormais favorable et ce, avant que l'hiver arrive  
Hm, hm. Plus sérieusement  Tu peux désormais aller recenser ton personnage juste là (histoire d'être parfaitement à jour), ensuite tu pourras créer ton petit carnet personnel par ici, où tu pourras absolument tout mettre (n'oublies pas de lire les règles de la section pour mieux comprendre le fonctionnement)  
Tu peux également te mettre au service des Purs (sauf si tu es Pur  )
Si tu ne veux pas te retrouver à la rue, tu peux demander un logement, ou préciser que tu es encore un habitant de l'Orphelinat et demander ta chambre.
Par la suite tu pourras rp à ta guise sur le forum !  
On t'invite néanmoins à aller jeter un coup d'oeil aux animations, ça se trouve tu pourrais en louper une ! En espérant que tu te plairas sur MS et que tu vivras de belles et longues aventures  

Gloire aux Moldus, gloire à la pureté du sang et puisses-tu vivre longtemps !
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rosemary Bourbon ❧ midnight rose   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rosemary Bourbon ❧ midnight rose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Oscar et la dame Rose
» La fête de la rose à Chaalis
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Jesse-Rose Greenwood __ Don't juge a book by his cover. [100%]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Se présenter :: validés-