Get back up again + Tristan
FACTS

La ville de Birmingham compte actuellement 22 Purs, 6 Purifiés et 25 Impurs, la Résistance semble recruter plus de membres que l'Ordre du Phénix, il serait peut être bon de se méfier de ce regroupement.
Les les femmes deviennent importantes et prédominantes, au détriment du sexe masculin, pourtant si charmant.




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Get back up again + Tristan



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Palais de Birmingham
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage




MESSAGES : 51 EMPLOI : Etudiant en langue (dernière année)

carnet personnel
DANS TA POCHE: Ton téléphone, un carnet de notes, un stylos et un paquet de chewing-gum.
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Get back up again + Tristan   Lun 5 Déc - 20:10


Tu avais la tête planté dans les journaux. La radio info mise en bas volume et tu faisais passer le temps comme ça. Assez souvent il t’arrivait de te consacrer à savoir ce qu’il se passe, que ce soit dans Birmingham, en Angleterre ou encore dans le monde. Bien que tes pensées aujourd’hui soient fixé sur les annonces d’il y a quelques temps, faites par la reine. Tu étais bien heureux de ne pas être dans cette situation, mais tu ne pouvais t’empêcher de penser que bientôt, ton père te réserverait le même sort terrible. Tu ferais bien des choses pour ta famille, mais épouser quelqu’un que tu ne connais pas pour simple besoin politique, tu avais bien du mal à accepter cette idée. C’est là que tu as jeté ton journal à la poubelle, après l’avoir froisser pour laisser s’exprimer tes sentiments. Tu souffla un coup avant de sortir te balader dans le dédale de couloirs luxueux du palais. Tu en admirais chaque coin, chaque mur et tableau. Tes pieds te guident et tu te laisses divaguer, marchant lentement. Tu faisais une liste mental de chose à faire pour le lendemain, peut-être rendrais-tu visite à ta cousine.

Tes jambes arrêtèrent leur marche devant la chambre de quelqu’un que tu connais très bien. Assez bien pour le haïr parfois. Tu sais que lui, te hais. Toi tu l’aimes comme tu le détestes. Ton cousin, ton Prince, autrefois ton ami. Les choses changent quand on grandit, mais toi tu regrettes bien que son avis à propos des impurs ait changé à ce point. C’en était presque dégouttant, mais il est de ta famille et ta famille tu protégeras. Coûte que coûte, tu subirais une mort effroyable si c’est pour le bien de tous. Même pour Tristan. Tu étais resté pensif devant sa porte, la fixant, te demandant s’il n’était pas dedans. Si tu frappes à sa porte que dirait-il ? Il te renverrait à coup sur. Vous avez eut bien trop de disputes pour qu’il t’accepte, toi, arrivant comme une fleur. Du moins tu le pensais. Tu entendis des pas se rapprochant, tu ne fais pas attention à qui cela peu bien être et fixe toujours la porte. Il t’était venu naturellement l’idée que c’était quelqu’un de lambda, tu laisses alors, quand la personne est assez proche, s’échapper un « Bonjour. » neutre et sans arrière pensées. Tu te frottais les yeux et pensant qu’il fallait que tu t’en ailles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




MESSAGES : 155 LOCALISATION : au palais certainement EMPLOI : Prince et assistant du secrétaire d'état à la jeunesse

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Get back up again + Tristan   Mer 7 Déc - 17:07


Get back up again
« POUR ME COMPRENDRE IL FAUDRAIT SAVOIR LE DECOR DE MON ENFANCE, LE SOUFFLE DE MON FRERE QUI DORT, LA RESONANCE DE MES PREMIERS ACCORDS »

Tu étais abattu. La nouvelle était tombée quelques jours plus tôt, tu allais te fiancer. Bien évidemment, tu n’avais aucun pouvoir sur cette décision qui venait d’en haut. Même Iseult n’était pas là pour te remonter le moral, celle-ci ayant préféré t’abandonner. Elle voulait faire le vide, prendre du recul de la distance. Des belles conneries tout ça. Alors tu étais là, pommé, alors que tu ne savais pas comment tu allais faire pour supporter la vie à ses cotés. Parce que tu l’avais déjà vue. Ton père avait insisté bien évidemment. Et les choses ne s’étaient pas vraiment déroulées comme prévu. Ou plutôt si. Parce que c’était comme ça que tu avais imaginé les choses depuis bien longtemps, se passant mal. Tu étais trop idéaliste, trop rêveur pour cette vie que tu menais. Trop rêveur pour être dans la famille royale. Alors depuis quelques jours, tu ne sortais que pour te rendre en cours, ou au gouvernement travailler avec celui qui était ton patron. Mais tu ne parlais à personne d’autre, tu ne souriais pas. En fait, tu te posais trop de questions, bien trop de questions. La question de Margeory revenait en boucle dans ta tête. ‘Si tu aimes vraiment ta famille, alors tu sais ce qu’il faut que tu fasses.’ Et pourquoi devrais-tu toujours tout faire pour ta famille alors qu’ils ne faisaient jamais l’effort de te comprendre ? Tu te demandais si tu ne ferais pas mieux de partir, de refaire ta vie ailleurs, loin de cette famille qui te donnait un statut que tu n’arrivais pas à assumer. Qui te mettait trop de poids sur les épaules, t’empêchant de pleinement t’épanouir. Ce questionnement revenait sans cesse. Pourtant, tu savais pertinemment ce que tu allais faire. Tu allais rester. Parce que tu les aimais tout de même trop pour partir. Parce que tu ne voulais pas qu’ils souffrent d’une décision qui serait la tienne. Tu n’étais peut-être qu’un prince mais tes actions importaient au sein du peuple, et même si tu ne te sentais pas à l’aise au palais. Même si tu ne te sentais pas à ta place depuis que la famille était devenue royale, tu savais que pour rien au monde tu ne voudrais être celui qui leur porterait préjudice. Parce que ta vie était bien avant tout cela. Tu avais l’impression qu’ils t’aimaient avant tout cela. Mais t’aimaient-ils autant que tu aurais dû le mériter ? Ou n’étais-tu qu’un objet pour faire des contrats, pour obtenir des garanties de la part d’autres familles, comme les Ayling par exemple ? Voyaient-ils en toi autre chose que ça ? Tu ne savais plus. Cela faisait des années que tu ne savais plus. Et il allait falloir que tu trouves une réponse à toutes ces questions.

Alors tu étais parti prendre l’air. Tu aimais aller te balader dans le jardin, ça te permettait de faire le vide dans ton esprit. Au milieu des roses, tu oubliais, tu ne pensais plus – ou moins. Pendant quelques minutes ou heures selon le temps de ton errance, tu te sentais presque comme avant. C’était ton endroit à toi, ton petit coin secret. Celui où seules quelques personnes savaient que tu te terrais, loin du palais et des ennuis qu’il pouvait t’apporter. Tu rentres dans le palais et te diriges vers tes appartements. Il faut que tu te mettes à la rédaction du dernier rapport en date – peut-être même dernier tout court. Mais tu ne peux t’avancer. Tu ne sais pas ce qu’ils ont vraiment prévu pour la suite. Tu sais juste que d’ici quelques mois tout au plus, tu en auras fini avec les études. Alors que tu arrives au bout du couloir tu le reconnais. Celui qui se tient devant ta porte. Celui que tu aimais tant avant que vous ne preniez des chemins différents, avant que vous ne vous compreniez plus. Tu ne rêves pas, c’est bien devant ta porte qu’il se tient. Que fait-il là ? Tu hésites à faire demi-tour, prétendre ne pas l’avoir vu. Parce que tu ne sais plus quoi lui dire. Pas après tout ce temps. Souvent tu repenses à ce lien qui vous unissez lorsque vous étiez gamins. Lorsque tout n’avait pas changé, lorsque vous n’étiez pas tous deux membres de la famille royale. Pourtant, tu ne saurais dire pourquoi tu vas à sa rencontre. Tu sens son hésitation. Est-ce qu’il vient souvent devant chez toi avant de repartir ? Tu n’es qu’à quelques mètres de lui lorsqu’il dit un « Bonjour. » sans même te regarder, comme simple marque de politesse pour quelqu’un qui passerait dans le couloir. Tu t’arrêtes à son niveau. « Bonjour. » Tu ne sais pas quoi dire de plus. Pas vraiment. Tu ne vois pas de quoi tu pourrais vraiment parler. Ton regard croise le sien. Il te connait bien, tu sais qu’il y décèle cette tristesse qui t’accompagne perpétuellement. « Tu voulais me dire quelque chose ? » Est-ce un bon début pour une conversation, tu ne sais pas. Mais tu n’as pas envie de rester dans le couloir. Tu ouvres ta porte et tu l’invites. Lorsque vous étiez deux gamins et que vous alliez dans la chambre de l’un ou de l’autre pour jouer. « Entre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




MESSAGES : 51 EMPLOI : Etudiant en langue (dernière année)

carnet personnel
DANS TA POCHE: Ton téléphone, un carnet de notes, un stylos et un paquet de chewing-gum.
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Get back up again + Tristan   Mar 13 Déc - 22:13


Tu as à peine le temps de te dire qu'il est temps que tu y ailles, que tu entends une réponse à cette salutation qui n'en attendait pas. Surpris tu te retournes et tu vois ton cousin princier. Merde, est la seule pensée qui te traverse l'esprit. Tu étais pris au dépourvu, personne ne fait habituellement ce genre de chose. Qui reste devant la porte d'une personne avec qui elle entretient une relation très compliquée voir haineuse ? Les fous peut-être, or tu ne l'es pas. Du moins tu essayes de t'en persuader, mais sur le coup tu n'es pas convaincu. Tu prends un instant tout de même pour analyser son regard, savoir quoi faire dans l'instant gênant qui vous met l'un face à l'autre et tu te perds dans l'expression défaite de bonheur de Tristan. Ses traits sont rude et ses yeux crient sa tristesse. Tu le connais bien assez pour savoir que ça ne va pas. « Tu voulais me dire quelque chose ? » Oui. Et en même temps tu n'avais rien à lui dire, tu voulais seulement lui transmettre tes... Condoléances si on veut. Tu savais bien ce qu'il pensait de ce mariage et tu savais comment il allait réagir à la seconde où il a été annoncé. Pourtant tu n'oses pas vraiment répondre, tu restes quoi et c'est bien rare. Tu es d'habitude le premier à répondre ou parler tout simplement, mais avec ton cousin, c'est simple, tu n'y arrivais pas. Tu le suis du regard alors qu'il ouvre la porte, vite il fallait trouver une réponse qui tienne la route, « Entre. » trop tard, le voilà qui t'invites dans sa chambre. Cela faisait longtemps que tu n'y avais pas mis les pieds. Vous aviez prit l'habitude d'y jouer enfant. Tu passes derrière lui pour aller dans cette pièce qui fait remonter des souvenirs qui te semblent aussi ancien que l'histoire du monde. « Je... Je voulais juste savoir comment ça se passait pour toi. » Tu bégayes et c'est gênant pour toi, tu n'en as pas l'usage, toi qui normalement as la langue si habile. Mais ton cousin te connaît et c'est pour ça que tu ne peux mentir, il le saurait. « Je sais que ce mariage... » ne t'enchante pas, te hante, te rends comme un flambi sans pot pour le contenir. Tu sais que s'il n'y avait personne pour l'aider tu ramasserais ton cousin à la petite cuillère. En souvenir de votre amitié d'enfants innocents, tu souhaitais plus que tout prendre des nouvelles. Pourtant ça restait très cordiale et tu laissais un espace minimum de sécurité entre vous deux. Tu ne voudrais pas, après tout ce temps, paraître invasif. « Je suis désolé pour toi. » il pourrait lire la sincérité de tes paroles, tu as pensé chaque mots que tu as prononcé. Il ne servait à rien de lui mentir, vous saviez déjà quel genre de personne est l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




MESSAGES : 155 LOCALISATION : au palais certainement EMPLOI : Prince et assistant du secrétaire d'état à la jeunesse

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Get back up again + Tristan   Ven 23 Déc - 2:12


Get back up again
« POUR ME COMPRENDRE IL FAUDRAIT SAVOIR LE DECOR DE MON ENFANCE, LE SOUFFLE DE MON FRERE QUI DORT, LA RESONANCE DE MES PREMIERS ACCORDS »

Tu vois ton cousin qui se tient devant ta porte et tu ne comprends plus. Tu ne sais plus comment réagir, quoi dire. Tu restes comme un idiot. Parce que tu ne sais pas ce qu’il veut dans un premier temps. Parce que tu vois son hésitation et tu n’as pas envie de l’obliger à te parler, à te voir s’il n’en a pas envie. Cela fait si longtemps que vous ne vous êtes pas retrouvés, juste tous les deux, comme lorsque vous étiez des gamins. Mais ça ne sera plus jamais pareil non ? Tu te souviens pourtant à quel point tu l’aimais lui. Qu’est-ce que tu avais pu passer comme temps à ses cotés gosse. Ah, la vie vous avait aussi joué un beau tour en vous séparant. Parce qu’il avait peut-être été celui qui était le plus proche de toi, qui te connaissait le mieux à l’époque.

Tu le fais entrer dans ta chambre et il te suit. De toute façon, il n’allait pas rester planté là sur le paillasson non ? Tu te demandes ce qu’il voulait te dire. Parce qu’il ne serait pas venu s’il n’avait pas eu quelque chose derrière la tête. Tu espères juste que ça ne sera pas l’objet d’une nouvelle prise de tête entre vous. Maintenant, vous avez dépassé ça et s’il est venu pour te faire des remarques, il peut repartir. Mais il te connait, il sait que tu réagirais ainsi, alors il doit être là pour autre chose. Une raison que tu ignores encore et qui est pourtant tellement évidente. Parce qu’il te connait. Parce qu’il sait la vérité. Et il sera parvenu à la conclusion sur ton état assez rapidement. « Je... Je voulais juste savoir comment ça se passait pour toi. » Tu le sens si peu sûr de lui et pourtant. Pourtant tu es heureux qu’il soit là dans ton malheur. Qu’il ne fasse pas de commentaires, pas pour l’instant. Qu’il soit juste venu pour toi. Toi et personne d’autre. Qu’il ait compris et que malgré votre éloignement il soit là. Parce qu’au fond, tu sais que tu aurais eu la même réaction pour lui si tu avais compris que quelque chose pouvait potentiellement l’affecter profondément. Et lui avait compris ce qui pouvait te faire du mal. Tu restes silencieux. « Je sais que ce mariage... » Non, il n’y a pas besoin de mettre des mots dessus. Parce que tu sais déjà comment je suis, hein Athelstan. Tu as compris à quel point, je suis dans un truc qui me dépasse. Quelque chose que je ne supporte pas, que je n’aurais pas pu supporter. Tu fermes les yeux alors que tu repenses à comment la nouvelle était tombée. Alors que tu repenses à cette première rencontre mais aussi à celle à qui tu n’auras pas pu le dire en personne parce qu’elle n’était pas là. Pourtant, elle le mériterait. Elle méritait de l’apprendre de ta bouche, encore plus avec tout ce qui avait pu se passer. Et c’est ça qui est fou. Un cousin avec qui tu ne t’entends plus si bien à mieux compris ta réaction que tes propres parents, que ta propre famille presque. Eux qui t’ont juste ordonné d’aller la voir. Mais pas une fois, ils ne t’auront demandé ton avis. Non, parce qu’ils s’en moquent bien. Comme pour la musique, comme pour tes études au palais, comme lorsqu’ils frappaient Iseult. Elle pouvait bien te dire de changer les choses, tu ne pouvais rien face au roi et aux décisions qu’il prenait. De toute façon, il savait très bien ce que tu pensais ou penserais, tu lui avais déjà fait comprendre. Mais tu n’étais qu’un objet dans ses mains et tu les aimais trop pour te libérer de tout ça. Parce que tu espérais toujours voir s’éclairer une lueur de fierté dans leurs yeux. Mais ils restaient ternes. Ils étaient justes heureux que tu restes dans ton rang. Un rang que tu tenais à la perfection malgré les difficultés. Un rang que tu ne supportais pourtant pas.

« Je suis désolé pour toi. » Tu sais qu’il ne te ment pas. Que ce n’est pas un subterfuge visant à te démolir le moral par la suite. Parce que tu le connais, tu peux le voir au regard qu’il est présent sur son visage princier. Il aurait tellement mieux été à ta place et toi à la sienne. Au moins, il était encore un cran plus loin dans l’arbre généalogique, dans l’ordre de succession, et il gérait mieux cette vie qui vous avait été imposée. Il l'aimait contrairement à toi, cette vie, cette société. Il s'y épanouissait quand tu la rejetais. Le pire, c’est qu’il est sincère et que tu ne sais pas quoi lui répondre. Parce que ça fait tellement longtemps. Parce que tu ne sais pas si tu peux te confier à lui. Le temps vous a trop éloigné. « Merci. » Tu ne sais pas pourquoi tu dis ça. Ça veut rien dire en soit merci. « Merci d’être passé. » C’est déjà plus clair. Tu marques quelques instants de pause. « Tu n'imagines pas à quel point ça compte pour moi. » De te voir là, alors que j’ai mal, alors que je souffre. Alors que je sais plus quoi faire. Que je suis plus perdu que je ne l’ai jamais été même si je tente de faire bonne figure. Oui toi, le prince pommé. Celui qui avait besoin de mettre ses idées au clair. Celui qui ne savait plus quelle était sa place dans cette famille, son rôle, ce qu’il représentait pour eux. Ce même prince était heureux d’avoir le soutien d’un cousin, d’un doux souvenir en cet triste après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




MESSAGES : 51 EMPLOI : Etudiant en langue (dernière année)

carnet personnel
DANS TA POCHE: Ton téléphone, un carnet de notes, un stylos et un paquet de chewing-gum.
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Get back up again + Tristan   Dim 8 Jan - 11:17


Droit comme un piquet, ça te démange bizarrement d’être là. Cette pièce, tu te souviens de chaque coins, pourtant ça fait des mois que tu n’y as pas mis le pied. Mais là, aujourd’hui, tu ne sais pas ce qui t’as poussé à aller le voir. Tu n’avais pas envie que ça finisse en une énième dispute. Ce n’était pas le moment, pour toi et pour lui. Tu te doutais de son état mental actuel. Mais qu’est-ce que tu pouvais y faire ? Tu pouvais le laisser te parler, expulser tout ce qu’il a sur le cœur. Mais s’il se met à parler des esclaves comment ça va finir ? Tu n’es pas le genre qui laisserait passer une fausse parole à ce sujet. Pourtant si ça arrive aujourd’hui, peut-être que tu l’ignoreras. Parce que ce n’est pas la moment. « Merci. » tu regardes alors le prince droit dans les yeux, ça devrait être un jour férié. Tu lui adresses un sourire triste et aussi sincère que les autres. « Merci d’être passé. » tu ouvres légèrement la bouche, tu ne sais pas si tu dois dire un de rien ou une autre formule de politesse, mais tu n’en as pas le temps, « Tu n'imagines pas à quel point ça compte pour moi. ». Ô si, tu imagines bien à quel point ça aurait compté si ça avait été lui qui vient te voir. Tu ne sais pas encore ce qu’il ressent, mais tu as peur que ça t’arrive. Ton père ne mettra pas longtemps avant de faire de même, copier son grand frère et te marier à tu ne sais quelle riche fille d’une famille importante. Peut-être que pour ton cas il ira chercher à l’international, étant donné ta capacité à parler plusieurs langues. Tu tends alors la main à ton cousin et le ramène vers toi pour lui faire une accolade. C’est bête, mais tu te dis que les câlin ça fait se sentir mieux. Tu te rappelles que ceux de ta mère t’apaisaient, que ce de ton cousin te rendaient plus fort. Tu relâche rapidement l’étreinte, « tu as parlé à la reine de ça ? » tu voulais savoir si elle avait été gentille ou non avec lui. Maintenant que le mariage a été annoncé, il n’y a aucune chance que l’une des deux familles l’annule, ça serait bien trop insultant pour l’une ou un manque total de respect. Les conventions sociales ont condamnés Tristan à se marier à Margeory. « Tu sais, elle ne doit pas être bien méchante la Ayling. » tu essayes de détendre l’atmosphère mais il t’est difficile de mentir à Tristan, alors ta voix était crispé et il pourrait deviner que tu ne penses pas ce que tu dis. Que ces paroles sont faites uniquement pour le rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




MESSAGES : 155 LOCALISATION : au palais certainement EMPLOI : Prince et assistant du secrétaire d'état à la jeunesse

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Get back up again + Tristan   Lun 30 Jan - 11:34


Get back up again
« POUR ME COMPRENDRE IL FAUDRAIT SAVOIR LE DECOR DE MON ENFANCE, LE SOUFFLE DE MON FRERE QUI DORT, LA RESONANCE DE MES PREMIERS ACCORDS »

Tu ne sais pas comment la conversation va tourner mais tu veux y croire. Tu veux croire qu’il est là pour toi comme quand vous étiez petits. Tu veux croire que tout ne va pas mal finir, c’est déjà arrivé de trop nombreuses fois. Vous, les deux cousins qui étiez comme des frères et qui vous étiez déchirés. Une relation entre amour et haine alors que vous n’arriviez plus à communiquer. Mais aujourd’hui, tu espérais que ce serait différent. Parce qu’il avait fait le premier pas et que tu avais fait le second en ne changeant pas de direction mais en allant le voir. Alors tu lui dis. Tu lui dis que tu es heureux qu’il soit là. Parce que c’est le cas. Il est venu, pour toi, pour prendre de tes nouvelles. Parce qu’il savait que ça n’allait pas et c’est le plus important. Le contact de votre étreinte te rappelle vos moments gamins. Lorsque vous étiez éloignés pendant trop longtemps et que vous vous jetiez dans les bras l’un de l’autre. Un calin entre deux gamins devenus adultes qui te rend plus fort autant qu’il te fait remonter tous tes sentiments. Tu sens ta gorge qui se noue alors que tu réalises ce que vous avez gâché à cause des points de vue politiques différents. Tu tentes de ne rien montrer alors que l’étreinte se brise quelques secondes plus tard. Pourtant, en sa présence, les larmes pourraient couler. Malgré tout, il est peut-être un de ceux auprès de qui il te serait le plus facile de te confier. Tant que tu évitais le sujet des esclaves, il n’y aurait pas de problèmes et tu le savais comme il le savait.

« Tu as parlé à la reine de ça ? » A ta mère ? Tu allais lui répondre alors qu’il enchaine, presque immédiatement. « Tu sais, elle ne doit pas être bien méchante la Ayling. » Tu esquisses un léger sourire alors que tu vois qu’il tente tout pour te rassurer. Mais il n’y croit pas lui-même, c’est une évidence. Tu ne dis rien. Parce qu’il aura tenté au moins, chose que bien d’autres n’ont pas fait. « T’imagine même pas à quel point ça va être dur. » Parce que tu l’avais déjà vue et que ça ne s’était pas passé de la meilleure des manières. La question était à présent de savoir si les choses allaient s’arranger, mais rien n’était moins sûr. « Je vois pas ce qu’elle pourrait en dire. » Tu marques quelques secondes d’arrêt. C’était elle qui avait pris cette décision de te fiancer à Margeory, elle qui avait approuvé la décision de ton père ou avait peut-être même soumis l’idée. « Tu crois que ça changerait quelque chose si je lui parlais ? » Tu as envie d’entendre son avis sur la question. Un avis franc. Pour lui aussi le temps des fiançailles allait arriver plus vite que prévu. Si vous étiez fiancés, nul doute qu’il devait faire partie des suivants sur la liste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




MESSAGES : 51 EMPLOI : Etudiant en langue (dernière année)

carnet personnel
DANS TA POCHE: Ton téléphone, un carnet de notes, un stylos et un paquet de chewing-gum.
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Get back up again + Tristan   Sam 4 Fév - 12:55


Avec tout le reste d’amour quasi fraternel pour lui, tu réussissais à être calme et à compatir pour son malheur. Il faut dire malgré vos nombreuses disputes, jamais tu n’oublieras les moments passés avec lui. Jamais tu n’oublieras vos multiples jeux et vos courses infernales dans les couloirs du palais. Mais tu te demandes au fond, s’il aurait fait pareil dans ton cas. Tu n’es pas du genre généreux, pourtant cette fois-ci tu fais exception. Tu n’attendras rien en retour, il est de ta famille. Cet aspect que tu as de la famille sacrée est peut-être mauvais, mais il te permet de t’entendre au moins une fois de temps en temps avec ton cousin. Essayant peut-être de trouver une solution, tu lui demandes s’il n’a pas parlé de son problème avec les mariages arrangés à sa mère. Question stupide, parce qu’elle n’aurait rien changé étant donné qu’elle est la seule à avoir organisé cela. Tu essayes aussi, innocemment, de minimiser les choses bien que ce soit inutile. Jamais tu n’avais parlé à cette Margeory, et tu supposais que Tristan n’avait jamais eu de brillantes conversations avec elle. Puis vu cette tête d’enterrement, ça ne sentait clairement pas la joie pour les futurs mariés. « T’imagines même pas à quel point ça va être dur. » il confirme tes pensées, il va morfler. Tu laisses paraître une petite moue pensive sur ton visage, essayer de chercher une solution ne servait à rien, trouver des bons cotés pourrait aider. Mais rien ne garantissait d’en trouver à part pour le profit de toute la famille, la mainmise sur une grande famille de la ville. « Je vois pas ce qu’elle pourrait en dire. » il est vrai, il devait parler de sa mère, et bien que tu vouerais presque un culte à ta tante et ton oncle, sur le coup tu ne savais pas trop quoi en penser. Tu tremblais presque à l’idée qu’on décide toi aussi de te marier. « Tu crois que ça changerait quelque chose si je lui parlais ? » tu laisses un temps avant de répondre, histoire de formuler au mieux, puis tu abandonnes l’idée d’être politiquement correct. « Non. » il tombe de manière assez lourde, ce non, mais tu ne laisses pas le temps à Tristan de tirer la gueule encore plus qu’il ne le fait déjà, « Mais je sais pas, ça pourrait te faire du bien de lâcher ton mécontentement. Qui sait, peut-être qu’elle retardera le mariage ou l’annulera. » Elle, comme si prononcer le nom de ta tante était trop sacrée. Bien sur, vu ton conseil c’est l’hôpital qui se fout de la charité parce que jamais tu ne ferais ça ainsi. « Ou alors tu lui lèches les bottes, mais je ne sais pas si ça marcherait mieux. » dis-tu en haussant les épaules, tu essayes d’être drôle, mais dans ce contexte c’est plutôt compliqué. « Comme on dit, l’espoir fait vivre. » une pensée te traverse l’esprit et tu ne laisses pas ta bouche filtrer tes paroles, « regardes nous, tu y aurais cru qu’on puisse se reparler comme ça ? Moi pas. Preuve qu’il faut essayer. » bon il est vrai que tu n’avais pas l’espoir que ça dure plus longtemps que cette journée, mais tu avais espéré qu’il ne te rejette pas en t’insultant et toi en répondant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




MESSAGES : 155 LOCALISATION : au palais certainement EMPLOI : Prince et assistant du secrétaire d'état à la jeunesse

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Get back up again + Tristan   Mar 7 Fév - 15:39


Get back up again
« POUR ME COMPRENDRE IL FAUDRAIT SAVOIR LE DECOR DE MON ENFANCE, LE SOUFFLE DE MON FRERE QUI DORT, LA RESONANCE DE MES PREMIERS ACCORDS »

La peine, la douleur que tu ressentais a légèrement disparu depuis qu’il est à tes cotés, depuis qu’il est là pour toi. Parce que dans le fond, c’était ce qu’il te fallait, des gens pour te comprendre et t’accompagner. Mais ces personnes semblaient avoir disparu depuis qu’elle était partie à son tour. Tu avais bien Beth, mais elle avait dû faire face à ses propres soucis, bien plus tragiques que les tiens alors tu ne tenais pas à l’embêter jour après jour avec ta souffrance. Mais, il était là, lui, ton double gamin, celui avec qui tu partageais tant, et c’était peut-être ce qui comptait le plus. Il était là dans les pires moments et c’était plus que tu ne pouvais attendre de celui à qui tu n’avais parlé que pour mettre en avant vos différences d’opinion depuis des années. « Non. » Tu n’as pas le temps de changer de tête. De toute façon, c’était évident qu’il allait te répondre ça. Tu préférais le savoir honnête que te mentant sur cette vérité. Parce que tu pouvais bien lui parler, mais tu savais au plus profond de toi que ça ne changerait rien, et il le savait aussi. « Mais je sais pas, ça pourrait te faire du bien de lâcher ton mécontentement. Qui sait, peut-être qu’elle retardera le mariage ou l’annulera. » Ca en revanche, c’était une possibilité. Tu te dis qu’il n’a peut-être pas tord, que tous les moyens sont bons à prendre. « Ou alors tu lui lèches les bottes, mais je ne sais pas si ça marcherait mieux. » Ca, c’était peut-être la moins bonne stratégie. Tu lâches un léger sourire. « Pas sûr qu’elle ne capte pas direct. Je l’ai jamais fait alors… » Si encore tu en avais été vraiment proche ces derniers temps, tu aurais pu te permettre d’adopter cette stratégie, d’essayer de la faire retarder le tout. Mais c’était trop tard désormais, il aurait fallu que tu t’en préoccupes beaucoup plus tôt plutôt que de t’enfoncer dans un mutisme qui n’avait pas pu lui échapper. « Mais bon, je n’ai plus rien à perdre non ? » Tu l’avais déjà perdue ta relation avec ta famille dernièrement, une conversation qui tournerait mal ne ferait qu’accélérer un processus d’éloignement enclenché lorsque tu t’étais retrouvé soudainement fiancé sans que l’on n’ai jamais évoqué le sujet devant toi. « J’ai même essayé de l'annuler auprès de Margeory, mais elle semblait tenir à cette alliance. Elle l'a pas très bien pris. » Trop dommage…

« Comme on dit, l’espoir fait vivre. » Oui, l’espoir faisait vivre, mais pour l’instant, le tien avait légèrement disparu depuis quelques semaines, depuis cette annonce et depuis ta rencontre avec la rouquine. Il faudrait qu’il revienne mais tu ne savais pas comment faire pour entrevoir l’issue du tunnel jusqu’à présent. « Regarde-nous, tu y aurais cru qu’on puisse se reparler comme ça ? Moi pas. Preuve qu’il faut essayer. » Ton visage s’éclaire légèrement alors que ses paroles te touchent. Parce que toi non plus tu n’y croyais plus. Tu pensais que c’était impossible que vous ayez une conversation calme. « Moi non plus. » Le ton de ta voix est presque désolé. Désolé de voir ce que vous êtes devenus, des frères ennemis au sein d’une même famille. « Il suffit d’éviter les sujets fâcheux. » Tu sais pertinemment que c’est plus compliqué que ça mais tout n’est pas perdu, tu en es persuadé. Les choses avaient changées mais elles le pouvaient de nouveau, si c’était réellement ce que vous vouliez tous les deux. Sinon, cette discussion n’aurait été qu’une légère trêve au milieu d’une guerre loin d’être terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Get back up again + Tristan   

Revenir en haut Aller en bas
 

Get back up again + Tristan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Palais de Birmingham-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet