Duel de Géants, choc des Titans – ft. Erwin Archdeacon
FACTS

La ville de Birmingham compte actuellement 22 Purs, 6 Purifiés et 25 Impurs, la Résistance semble recruter plus de membres que l'Ordre du Phénix, il serait peut être bon de se méfier de ce regroupement.
Les les femmes deviennent importantes et prédominantes, au détriment du sexe masculin, pourtant si charmant.




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Duel de Géants, choc des Titans – ft. Erwin Archdeacon



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Palais de Birmingham
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



MESSAGES : 510 EMPLOI : Avocat

carnet personnel
DANS TA POCHE: Des tas de gadgets sorciers
TON PATRONUS: Un lion
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Duel de Géants, choc des Titans – ft. Erwin Archdeacon   Mar 17 Jan - 16:13



Duel de Géants, choc des Titans

Ft. Erwin Archdeacon





Palais Royal
C'est sa Majesté que tu dois rencontrer. Rien que ça. Toi, l'Impur qui fait trop parler de lui, tu viens de garer ta caisse chérie devant le Palais des Archdeacon. Non, tu ne viens pas pour causer un énième scandale. Tu ne viens pas non plus pour poser une bombe – même si certains adoreraient que, des mots trop virulents, tu passes aux actes. En vérité, tu viens seulement pour demander une faveur. Et quelle faveur ! Tiré à quatre épingles, tu réajustes machinalement ton costume après avoir claqué la portière de ta voiture derrière toi. Puis, d'un rapide coup d’œil, nerveux, tu zieutes quelques secondes l'immense Palais qui surplombe Birmingham. C'est là que tu te diriges, et plus précisément : au cœur d'une salle que tu n'as jamais foulée. Ton père, ce héros, l'a probablement fait par le passé, lorsqu'il a acheté votre liberté à tous. Toi, en revanche, ça ne t'était jamais arrivé jusqu'à présent. Même après tous tes coups d'éclat, jamais on ne t'a contraint à t'agenouiller devant un Roi que tu méprises. Jamais. Voilà qu'aujourd'hui tu t'apprêtes à ravaler toute ta verbe rien que pour obtenir ce que tu désires, et Merlin sait que tu vas devoir prendre sur toi plus que jamais auparavant.

Alors, la démarche assurée, tu prends le chemin de la salle concernée. Tu ignores les regards qui se posent sur toi. Que vient donc foutre Fawkes au Palais ? Lui, le fauteur de troubles, il n'a pas sa place en ces lieux, qu'ils doivent tous se dire, ces foutus corrompus du Gouvernement. Toi, t'en as cure. T'es déterminé, ça te suffit. Hautain, rempli de cette morgue Fawkesienne qu'est la tienne, tu esquisses un large sourire de conquérant. Grand bien leur fasse, à ces pauvres riches ignorants, tu es ici comme chez toi. L'argent que vous dépensez régulièrement pour ce Gouvernement que vous exécrez vous en ouvre grand les portes, ni plus ni moins ; et, même si les gens grimacent sur votre passage, ils n'ont d'autre choix que celui de supporter vos allées-venues entre ces murs si ça vous chante ! Bien sûr, il y en aura toujours un pour faire du zèle, comme ce Garde qui va vouloir t'empêcher d'entrer dans la salle d'audience sous prétexte que tu n'as pas pris rendez-vous... Tu te contentes de lui rire grassement à la face avant de lui montrer ta carte d'identité.

- Wilheilm Fawkes, déclares-tu froidement. Rendez-vous ou pas, sa Majesté ne refusera jamais une audience avec l'un d'entre nous, encore moins lorsqu'elle peut lui apporter quelques avantages – l'air de rien, tu fais danser une épaisse liasse de billets sous son nez.

Tu marques une pause, puis de renchérir :

- Allez-vous prendre le risque de faire perdre de l'argent à sa Seigneurie, ou bien ferez-vous preuve de sagesse, Mister Rien-du-Tout ?

Comme si l'argent était un argument suffisant pour te laisser passer, le Garde fait un pas de côté bien que ses mains tremblent sensiblement. Fureur. Tu lui décoches un large sourire sarcastique, sourire qui s'agrandit en apercevant ces mêmes mains compulsivement serrées autour d'une arme qu'il n'utilisera pas. Non sans un raclement de gorge méprisant, tu pénètres enfin dans la salle d'audience. Connaisseur des convenances, tu suis le tapis qu'on a déroulé jusqu'au trône. Lorsque tu te trouves à distance raisonnable, tu poses un genou sur le sol et inclines le chef, profitant de cette position pour ne pas retenir une grimace de dégoût. Tu te hais. À te voir t'abaisser aussi servilement devant un homme que tu rêves d'enterrer, tu te fais honte ; mais tu n'as pas le choix, alors tu ravales tes insultes et ta haine pour cet homme odieux, homme avec lequel tu vas devoir négocier un mariage nécessaire.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 192 LOCALISATION : Quelque part dans le Château de Birmingham. EMPLOI : Je Gouverne l'Angleterre, d'une main de fer. Je réprime l'oppression et fait régner la justice.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un petit canif qui ne le quitte jamais, un bracelet, qu'il aime tourner entre ses doigts quand il réfléchit.
TON PATRONUS: Jamais de la vie, il préfère mourir plutôt que d'en avoir un.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Duel de Géants, choc des Titans – ft. Erwin Archdeacon   Dim 29 Jan - 19:20

La journée avait très bien commencé. Dans le lit de sa femme, il avait profité de sa chaleur et des premiers rayons du soleil pour s’adonner au plaisir marital, avant de prendre ses fonctions. Qui aurait cru qu’il allait, en ce jour, croiser le petit Fawkes fauteur de trouble, à genoux devant son trône ? Certainement pas lui. Assis sur son trône, dans la salle d’audience, cela faisait déjà cinq minutes que le jeune homme était agenouillé, tête baissée et ne bougeait plus, attendant que Sa Majesté lui intime de se relever. Sauf que voilà, Erwin aimait bien trop ça. Pourquoi lui demander de se relever quand il s’agenouillait de son plein gré ? Pourquoi se priver d’une telle beauté quand elle s’offrait à lui ? Il se fit servir une coupe de champagne, et quand il accepta que le jeune homme se lève, trinqua en direction de ce dernier, un léger sourire dans le coin de ses lèvres. Il détestait les Fawkes, mais les garder en vie était malheureusement nécessaire. Tous les deals devaient être tenus, même ceux réalisés avec les raclures de la ville. Erwin n’était, après tout, pas celui qui était venu rampé chez la famille dirigeante pour s’assurer de sa protection. Alors il profitait grassement de ce privilège. « Monsieur Fawkes. » Débuta-t-il, après une gorgée de son champagne, hors de prix. « Que me vaut le déplaisir de votre visite ? » Sourire légèrement hautain dans le coin de ses lèvres, il ne corrige pas sa phrase. Il est chez lui et n’aime pas l’homme en face de lui, alors très clairement, qu’il comprenne que ce n’est pas le plus beau moment de sa vie. Peut-être que ce qu’il dira le fera changer d’avis, qui sait ?
Confortablement installé sur son trône, il attend que le jeune homme prenne la parole. Selon ses dires, ils changeront de pièce – ou non, les murs ont des oreilles par ici, mais lui s’en moque éperdument. Après tout, il est chez lui.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 510 EMPLOI : Avocat

carnet personnel
DANS TA POCHE: Des tas de gadgets sorciers
TON PATRONUS: Un lion
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Duel de Géants, choc des Titans – ft. Erwin Archdeacon   Mar 7 Fév - 19:24



Duel de Géants, choc des Titans

Ft. Erwin Archdeacon





Palais Royal
Une minute. Yeux baissés sur le sol, tu sens déjà tes nerfs à deux doigts de flancher. C'est pas que ça t'étonne, c'était même totalement attendu de la part de sa Majesté le Roi des Enfoirés, mais tu ne supportes pas de devoir te soumettre à son autorité. Toi, le crieur des rues, celui qui hurle face à l'Injustice de ce Gouvernement, te voilà en train de courber l'échine devant cet horrible personnage. Les lèvres crispées, tu attends. Tu attends alors que l'envie de te jeter sur le Roi démange tout ton être. Tu attends alors que tu meurs d'envie de bondir sur ce salopard pour au moins tenter de l'étrangler. Mais tu t'abstiens, parce que cette fois, tu as besoin de son soutien. Rien que d'y penser, ça te donne envie de gerber. Vomir tes tripes aux pieds de cet immonde personnage, ça, ça serait le putain de rêve. Salir ces saloperies de chaussures trop bien cirées, dégueulasser ce costume dont le prix rendrait fou de rage le plus soumis des esclaves. Tu fermes les yeux, t'as le poing crispé, à t'en blanchir les phalanges. C'est que tu entendrais presque l'aiguille de ta montre faire son insupportable tic, tac, tic, tac, tic, tac. Deux minutes. La fureur monte, le sang boue, son afflux menace de te faire péter les plombs. Le fils de pute en profite, de te voir ainsi. C'est une vision qui le ferait presque bander, à en croire le temps qui passe. Tu le hais. Ta haine se mêle à ta fureur et tu retiens plus que difficilement un juron exaspéré. Tu ne dois pas craquer, alors tu te raccroches à la vision de Lykaïa même s'il t'est extrêmement difficile que de ne pas t'en détacher pour lui bondir dessus. Sauvage. Tu le hais. Plus que tout. Trois minutes. C'est long, trop long. La mâchoire serrée, tu voudrais te mordre la langue jusqu'au sang pour t'abstenir de faire le con. Sanguin, impulsif, trop fier, cette blessure à l'orgueil est un fléau pour toi. Le Roi qui se rit de toi, le Roi qui abuse de ta soumission hypocrite, le Roi qui bande à te voir comme ça, le Roi qui se branlerait presque de réussir à maintenir ta bouche close aussi longtemps. Tu le hais. Quatre minutes. Le tic, tac, l'insolent, il te monte à la tête. Tu l'entends se gausser de toi. Tu l'entends qui agresse tes tympans, pire qu'un marteau-piqueur. Tu esquisses un sourire forcé, davantage une grimace. Les yeux accrochés à ce tapis trop rouge, à ce tapis trop précieux, tu t'imagines en train d'assassiner de tes propres mains ce monstre. Tu ne peux pas. Tu n'as pas le droit. Tu ne dois pas mettre les tiens en danger, encore moins Lykaïa. Elle ne te le pardonnerait pas. Elle n'accepterait pas que tu perdes la vie maintenant. Pas après avoir pris ce risque, le risque de t'aimer toi, le Fawkes insoumis, l'Indomptable. Alors, tu fixes désespérément ce sol, priant pour que sa Majesté le Roi des Salopards n'en profite pas. Tu sais que tu rêves, mais ça y est, cinq minutes ont passé. Cinq longues minutes. Et enfin, sa Seigneurie daigne te demander de te redresser.

Libération.

Ou pas.

La première chose que tu vois, cette coupe de champagne, suffit à réveiller le Démon. Cette haine, cette colère, ces envies de meurtre, ces envies de sang. Tu as ce monstre en toi. Celui que tu as appris – tant bien que mal – à maîtriser. Celui qui te fait honte. Celui que Lykaïa fait semblant de ne pas voir – ou bien le partage-t-elle avec toi ? Celui qui te murmure qu'un Roi ne devrait pas boire une coupe de champagne aussi luxueuse quand tant de Sorciers meurent dans les rues de Birmingham, dans les rues d'Angleterre, dans les rues de ces pays soumis à la Suprématie Moldue. Celui qui te rappelle que tout n'est qu'Injustice ici bas, que personne ne devrait jouir de tels privilèges quand tout n'est basé que sur le mensonge, la violence et le désespoir. Quand tout n'est basé que sur l'ignorance et la haine de la différence. Toi-même, tu les hais, ces Moldus. Toi qui les aimais, qui les protégeais, tu voudrais les détruire tous autant qu'ils sont parce qu'un seul parmi eux a répandu... l'Injustice.

- Monsieur Fawkes.

Tu ne prononces pas un seul mot.

Tu te contentes de soutenir ce regard que tu exècres plus que tout au monde.

- Que me vaut le déplaisir de votre visite ?

Le déplaisir est partagé, Messire le Roi des Enflures, songes-tu en affichant un sourire qui n'a absolument rien de sincère. Tu n'es pas heureux. Tu n'es pas respectueux. Tu n'es pas amical. Tu es juste cet indigne Fawkes qui a besoin d'une faveur.

- Votre Majesté, je désire me marier à une Pure – tu n'as pas l'intention de perdre ton temps, encore moins de tourner autour du pot ; plus vite le calvaire de ta visite sera terminé, plus vite vous pourrez vous souhaiter une bonne fin de journée – en toute mauvaise foi et hypocrisie – et passer à autre chose. Trop conscient de la situation particulière dans laquelle se trouve ma famille, je viens quémander cette faveur auprès de vous.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 192 LOCALISATION : Quelque part dans le Château de Birmingham. EMPLOI : Je Gouverne l'Angleterre, d'une main de fer. Je réprime l'oppression et fait régner la justice.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un petit canif qui ne le quitte jamais, un bracelet, qu'il aime tourner entre ses doigts quand il réfléchit.
TON PATRONUS: Jamais de la vie, il préfère mourir plutôt que d'en avoir un.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Duel de Géants, choc des Titans – ft. Erwin Archdeacon   Dim 12 Fév - 18:32

« Votre Majesté, je désire me marier à une Pure. » Il en cracherait presque son champagne de plaisir. Il rirait à gorge déployé, mais il ne se permet qu’un éclat hilare dans ses pupilles. Le reste de son corps restant stoïque. Il repose la coupe présente dans sa main. Croise les mains devant lui. Et prends note. Le monsieur en face de lui, le petit homme de bas étage qui rampe, vient quémander une faveur. « Il est vrai que le gouvernement ne vous en a pas déjà offert suffisamment à votre famille. » Laisse échapper Erwin, aussi froid que la glace, au charme barbare d’une vipère qui s’enroule autour de sa proie. Il ne peut s’en empêcher. La guerre a permis à une famille au sang dégueulasse de s’en sortir. Ca l’empêcherait presque de dormir s’il n’était pas au courant de leur réelle situation. S’il ne savait pas ce qu’il en était réellement. S’ils n’étaient pas aussi soumis à l’autorité du Roi, il les détruirait encore plus, les ferait bouffer le bitume. Mais non, il ne peut pas. Terrible intelligence qu’à eu la famille Fawkes. Se soumettre, pour plus tard, ouvrir leurs grandes gueules. C’en est d’un déplaisant.
Au moins, leur famille gonflait les caisses de la Royauté et ça, ça c’était plus qu’appréciable. « Enfin, vous avez bien fait de venir m’en parler. » Après tout, il était le mieux placé pour le savoir. Il lève sa main, et les quelques membres présents dans la salle disparaissent. Evidemment, les murs ont des oreilles, mais il veut discuter réellement en privé avec le petit Fawkes, voir s’il prendra le risque de se laisser à ses petites crises d’adolescent, s’il risquera de s’humilier par pure fierté. Oh oui, il en meurt d’envie, il veut le pousser dans ses retranchements, l’embêter, le faire crier de rage et finalement, le punir, lui et toute sa famille. « Vous vous doutez qu’une telle procédure est totalement anormale et comme il fut décidé, vous devrez entamer des procédures administratives qui prouveront votre capacité à établir une relation saine et non dangereuse pour la sécurité des Purs. » Ils n’allaient pas non plus autorisés des terroristes à vivre sous le même toit qu’une famille de bon étage. « Il faudra également que votre fiancée sache les risques qu’elle encourt à se marier avec un Impur. Il serait regrettable qui lui arrive quoique ce soit. » Surtout qu’elle fréquentait la raclure du coin. Décevant de voir que des éléments comme lui étaient capables de se lier à qui que ce soit. Evidemment, il lui demanderait bien combien il a payé pour avoir le droit à une fiancée, mais il ne voulait pas qu’on raconte n’importe quoi sur son illustre personnalité. « Avez-vous déjà entamés les procédures Monsieur Fawkes ? » Et évidemment, est-ce qu’elle les avait déjà commencés ? « Il va de soi que le Gouvernement n’est pas favorable à cette union, comprenez que vous risquez de mettre la vie et l’intégrité d’une famille Pure en danger. Vos, comportements, passés ne sont pas des éléments des plus rassurants pour une belle-famille. Sont-ils d’ailleurs au courant de votre casier judiciaire ? Je n’aimerai pas qu’une citoyenne de notre ville se mette, inconsciemment, en mauvaise posture. » Car oui, se lier avec une famille telle que celle des Fawkes lui fermerait d’innombrables portes. « Il faudra que vous passiez un test psychologique, réalisé par l’Ordre, pour s’assurer de la sécurité de votre fiancée. Qui est-ce d’ailleurs ? » Se permit-il de demander. « Ensuite, il vous faudra vous acquitter d’une dote envers le Gouvernement et la famille que vous rejoignez. Cet argent servira à assurer à la famille une protection, en cas d’éventuels troubles maritaux. » Autrement dit, leur donner suffisamment pour coucher les Fawkes le moment venu, s’ils osaient faire un pas en dehors du droit chemin. « Comment va votre famille ? Ils sont au courant de la merveilleuse nouvelle ? » Hypocrisie suintante, si cette décision pouvait être annulée, si ça ne tenait qu’à la position royale, Erwin aurait fait coupé la tête à cet homme pour l’empêcher de répandre sa semence à tords et à travers. Dire que ces choses-là se reproduisait était impensable.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 510 EMPLOI : Avocat

carnet personnel
DANS TA POCHE: Des tas de gadgets sorciers
TON PATRONUS: Un lion
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Duel de Géants, choc des Titans – ft. Erwin Archdeacon   Lun 13 Fév - 18:40



Duel de Géants, choc des Titans

Ft. Erwin Archdeacon





Palais Royal
Rester calme. Ne surtout pas craquer. Ce que tu te répètes depuis plusieurs minutes, les yeux fixés sur un point invisible afin de ne pas avoir à supporter la vision de ce Roi que tu méprises. Celui qui ne met pas plus d'une seconde à te rappeler l'aide généreuse qu'il a apportée à ta famille. Difficile pour toi de ne pas laisser échapper un raclement de gorge des plus méprisants. Il est sûr que de se faire entretenir par ta famille vous permet – ô magnifiquement – de vous en sortir mieux que d'autres : avec l'Ordre de Phénix qui se pointe au moindre prétexte chez vous, vous traite comme de la sous-race, de la vermine, vous regarde de haut et vous fout derrière les barreaux pour un seul mot de travers. Certes, tu as fini de nombreuses fois sous les verrous, mais ton casier en est ressorti chaque fois vierge, puisque tu as su t'innocenter – soit par pot-de-vin, soit par... d'autres moyens (tu grimacerais de dégoût si tu ne faisais pas face à sa Toute Puissance l'Hypocrisie et la Lâcheté incarnées). Et aussi parce que cette très chère Ulyana savait très bien avoir outrepassé ses droits à cause de son adorable – et incompétent – collègue, celui qui rêvait de la baiser pendant que tu toi tu te la faisais pour de bon.

- Enfin, vous avez bien fait de venir m'en parler.

Tu n'es pas fou, encore moins suicidaire. Et tu ne dis toujours rien. Au lieu de ça, tu restes de marbre et le laisses évoquer toute la procédure – chiante à mourir – à mettre en place. Il évoque enfin la nécessité d'en parler avec la famille de ta future épouse, s'intéresse enfin à l'heureuse élue, et toi... tu te contentes de garder le silence, les poings résolument crispés pour t'empêcher de faire un seul pas de travers. Tu le laisses finir. Tu n'as que ça à faire, de toute façon.

- Il s'agit de Miss Fisher. Nous nous fréquentons depuis bientôt un an, annonces-tu le plus calmement possible. Et ce, en prenant toutes les précautions nécessaires – tu marques une pause, non sans laisser filtrer un sourire sur tes lèvres. Si nous ne le faisions pas déjà, vous imaginez bien qu'elle serait déjà enceinte, non ?

Tu brûles d'envie d'employer un ton provocateur, mais tu t'abstiens, tant bien que mal.

- Si je suis venu vous voir en personne, avant d'entamer quoi que ce soit, c'est justement parce que j'espérais pouvoir passer outre les formalités administratives – à l'exception, évidemment, de celles qui garantissent la protection de ma future épouse et de sa famille. – Tu marques une pause, puis : Je m'excuse platement, votre Majesté, mais de quel casier parlons-nous ? À moins que je n'ai point été correctement innocenté par le passé – malgré les preuves établies –, mon casier est vierge, non ?

Tu prends une profonde inspiration, tu t'évertues à ne surtout pas perdre ton sang-froid. Après tout, il en va de votre avenir à tous.

- Je comprends que vous ayez besoin de garanties pour m'accorder cette faveur... Puis-je me permettre de vous proposer une alternative qui nous arrangerait tous les deux ? Votre Majesté ?

Tu ponctues cette demande d'une révérence, respectueux jusqu'au bout des ongles alors que l'envie pressente de lui chier à la tronche te démange toujours autant.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 192 LOCALISATION : Quelque part dans le Château de Birmingham. EMPLOI : Je Gouverne l'Angleterre, d'une main de fer. Je réprime l'oppression et fait régner la justice.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un petit canif qui ne le quitte jamais, un bracelet, qu'il aime tourner entre ses doigts quand il réfléchit.
TON PATRONUS: Jamais de la vie, il préfère mourir plutôt que d'en avoir un.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Duel de Géants, choc des Titans – ft. Erwin Archdeacon   Mar 14 Fév - 21:59

« Miss Fisher. » Il fait rouler le nom de famille dans sa bouche, il ne la connaît pas. Il se le remémore, il aura une petite recherche à faire oui. Il devra assurer la sécurité de cette demoiselle et de sa famille. Se lier à une telle famille, franchement catastrophe. Qui pouvait donc avoir envie de perdre sa vie et son temps au bras d’un Fawkes ? C’était catastrophique et vraiment triste de voir qu’ils intéressaient une partie de la population. Ou peut-être que la famille Fawkes payait également la famille Fisher. Qui sait, il pourrait peut-être lui poser la question ? Il hésita un court instant, avant de se persuader qu’il ne devrait pas abuser de sa position. Disons que ce n’était pas le plus stratégique actuellement. « Vos diverses activités extra-légales pourraient très vite me concerner Mr Fawkes, je vous prie de ne pas faire étalage des comportements immondes que vous avez imposé à Miss Fisher. » Surtout qu’il pouvait tout à fait se porter partie civile pour Miss Fisher et imposer un procès à Mr Fawkes pour des relations non consentantes. Il ne faudrait quand même pas que ceci entache la réputation de la famille, si connue et si bien éduquée de Miss Fisher. « Et puis, vous savez, si jamais vous pensez à avoir un enfant, il faudra également poser quelques, disons, conditions. » Se permit de rappeler le roi. Il pencha la tête légèrement sur le côté, posant un regard acéré sur le jeune homme. La loi était clair sur les relations entre Impurs, ou juste, concernant les Impurs. Evidemment, ils avaient besoin de main d’œuvre, mais laissez la racaille proliférer n’était pas non plus une bonne idée. Surtout quand elle portait un tel nom de famille. « Passer outre les formalités ? » Il laissa un rire hypocrite s’échapper de ses lèvres. « C’est vrai que vous avez pour habitude de faire comme il vous chante, vous les Fawkes. » Il prit une nouvelle gorgée de champagne. « Je crois qu’il ne restera pas assez d’argent sur votre compte en banque pour pouvoir passer outre ces formalités. » Il n’appréciait pas le caractère de ce Wilheilm et il n’aimait pas du tout l’assurance qu’il dégageait. Pour qui se prenait-il à faire son coq de la sorte ? Croyait-il vraiment que la Royauté allait s’abaisser à lui baiser les pieds et à lui donner ce qu’il veut ? Il était d’un pathétique. « Les autorités en charge de votre vie civile n’ont peut-être pas accès à votre casier judiciaire, mais tout argent, même sale, n’efface pas tout. » Il eut un léger sourire. « Je pensais pourtant que vous vous vantiez d’être malin, Wilheilm. » Se permit d’ajouter le Roi, n’hésitant pas à laisser couler un regard méprisant sur sa personne. Il n’était qu’un grain de riz qu’il pouvait écraser quand il voulait.

Il se redressa dans son siège. Il était presque intéressé par la possible proposition de Wilheilm. Presque, il allait très certainement en profiter pour en tirer tous les bénéfices possibles, c’était très certain même. « Vous pouvez toujours essayer de me persuader. » Lui répondit-il, en lui faisant un signe de la main qu’il pouvait présenter son idée. Il ne se doutait pas qu’elle serait très certainement en deçà de tout ce qu’il espérait, mais bon, sait-on jamais.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 510 EMPLOI : Avocat

carnet personnel
DANS TA POCHE: Des tas de gadgets sorciers
TON PATRONUS: Un lion
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Duel de Géants, choc des Titans – ft. Erwin Archdeacon   Mer 15 Fév - 19:06



Duel de Géants, choc des Titans

Ft. Erwin Archdeacon





Palais Royal
L'expression figée, imperturbable, tu t'efforces de ne pas réagir aux provocations. Il te teste, et tu le sais. Tu n'es pas demeuré au point de lui donner ce qu'il souhaite. Te voir prouver que ce mariage n'est pas envisageable. Te voir sortir de tes gonds. Parce qu'il sait que c'est ta marque de fabrique, toi l'indomptable Fawkes. Toi, l'homme qu'on a fouetté sur la place publique. Toi, celui qui laisse trop de traces derrière lui. Celui qu'on moque, celui dont on aime rire, mais celui qui effraie malgré tout. Ne dit-on pas que le rire cache bien souvent les malaises ? C'est plus facile de rire de ce qu'on ne comprend plutôt qu'admettre qu'on en a peur. Ils ont peur. Ils sont terrifiés. Tu ne le sais que trop bien malgré ce qu'ils veulent te faire croire. Le seul, au fond, qui n'ait pas peur – ou bien qui sait très bien le cacher – c'est lui, l'homme que tu rêves d'écorcher vif.

Alors tu te tais, tu ne réagis pas.

- Et puis, vous savez, si jamais vous pensez à avoir un enfant – cette fois, tu rirais presque face à tant de stupidité de la part du Roi –, il faudra également poser quelques, disons, conditions.

Tu ne dis rien.

Tu attends.

Tu attends ton tour de répondre.

Puis :

- Sauf votre respect, Votre Majesté, mais je ne compte pas avoir d'enfant. Je ne voudrais pas prendre le risque qu'une âme innocente subisse le calvaire enduré par les nôtres – tu marques une pause, ta voix n'a rien d'agressif, elle se veut aussi calme et posée que possible –, même si, à vos yeux, vous faites preuve de générosité en tolérant notre existence... – D'un fugace coup de langue, tu humidifies tes lèvres avant de poursuivre : Mais ce n'est là que mon humble opinion, et elle n'est certainement pas l'objet de ma visite.

Tu laisses poindre un nouveau silence.

- Quant à mon offre, elle vaut mieux que l'intégralité du compte en banque de la famille... Fawkes. – Tu n'es pas aveugle, tu vois bien dans ses propositions qu'il cherche un moyen d'épuiser vos ressources pour enfin pouvoir vous réduire au statut d'esclaves ; tu aurais préféré éviter d'en arriver là, mais force est de constater que tu n'as pas le choix. Tant pis. Après tout, ça n'est pas dramatique. Si ? – Si, par hasard, je signais un papier officiel dans lequel je m'engage à – bordel ce que tu te hais à cet instant. Ç'a beau être pour elle, ça n'en reste pas moins une horreur à tes yeux que de devoir dire ça... – accepter d'être purifié si jamais mon comportement mettait en péril l'honneur de la famille Fisher ? Si, par hasard – tu déglutis, mal à l'aise –, j'allais jusqu'à m'engager... Devenir un porte-parole... un porte-parole du Gouvernement pour promouvoir la Purification au moindre écart de conduite de ma part, seriez-vous tenté d'accepter d'outrepasser les formalités administratives et me laisser épouser Emeline Fisher ?

Tu marques une pause, puis d'ajouter :

- Bien sûr, ça n'arriverait que si je m'égarais une fois de plus du droit chemin.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Duel de Géants, choc des Titans – ft. Erwin Archdeacon   

Revenir en haut Aller en bas
 

Duel de Géants, choc des Titans – ft. Erwin Archdeacon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LE CHOC DES TITANS 1981
» LE CHOC DES TITANS 2010
» Event (Rempart est) : Le choc des titans
» [Solo] Le choc des titans
» Le choc des Titans [FB/PV Mori Ranmaru]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Palais de Birmingham-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet