FACTS

La ville de Birmingham compte actuellement 22 Purs, 6 Purifiés et 25 Impurs, la Résistance semble recruter plus de membres que l'Ordre du Phénix, il serait peut être bon de se méfier de ce regroupement.
Les les femmes deviennent importantes et prédominantes, au détriment du sexe masculin, pourtant si charmant.




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Trapped in hell - Athelstan



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Palais de Birmingham
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



MESSAGES : 58 EMPLOI : Esclave d'Athelstan Archdeacon

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Trapped in hell - Athelstan    Jeu 2 Fév - 14:37

La journée était bientôt terminée. Cette dernière fut bien remplie pour notre ami, entre les tâches quotidiennes que son maître lui confiait et les petits coups de main qu'il donnait aux esclaves des écuries, Finn ne s'ennuyait pas. De toute façon il n'avait pas le droit de s'ennuyer, il n'était pas là pour ça. Pourtant ça ne lui dérangeait pas de rien faire. Très honnêtement, parfois c'est agréable s'assoir et juste regarder le monde. Tiens, pourquoi ne pas faire cela d'ailleurs ? Après avoir nettoyé autant de boxs, il méritait bien une petite pause.
Le jeune homme si dirigea avec discrétion vers le palais, histoire de ne croiser personne qui aurait l'infâme idée de le faire travailler. Il se faufila à travers les couloirs, passant presque inaperçu parmi les autres esclaves.
Il fut presque arrivé la porte des cuisines quand il se fit heurter par quelqu'un. Cet individu était l'un des nombreux esclaves du palais, encore jeune et largement sous alimenté. Ce dernier portait un colis assez imposant. Avant que l'esclave ne puisse s'excuser, Finn attrapa le paquet. C'est vrai qu'il était lourd ! Qu'est ce que le destinataire avait bien pu commander ? Du plomb ?

Il fit signe au garçon de dégager et lui assura qu'il allait se charger de la remise du paquet. Ce dernier ne perdit pas une seconde pour filer. Ah Finn, ta grande bonté te perdra. Bon, ce n'était pas tout de se vanter, il fallait tout de même voir à qui ce paquet de brique était destiné. Le jeune homme chercha un nom... Oh non, pensa-t-il, pas lui.
Le colis devait être remis à l'un des neveux du roi : Athelstan. Ce dernier s'avérait également être le maître de notre ami, et disons qu'entre eux l'ambiance n'était pas toute rose. Enfin si, ils s'aimaient bien, de très très loin. Ça ne faisait pas très longtemps que Finn était à son service et il ne pouvait déjà pas le supporter, ce qui promettais pour la suite.
Malgré tout, l'irlandais se dirigea vers le bureau de son cher et tendre maître, en se trompant de pièce à plusieurs reprises. Bien trop grand ce palais. Après quelques tentatives infructueuses, il trouva finalement la précieuse pièce.

Son maître était assis là, faisant on ne sait quoi, de toute façon Finn s'en fichait. Lui il voulait retourner à son objectif principal : poser ses fesses quelque part et ne pas bouger pendant un laps de temps encore indéfini.
Il entra dans la pièce et grommela un léger "bonsoir". Certes il aurait pu se montrer un peu plus enjoué, après tout, il allait enfin pouvoir se débarrasser de ce paquet. Ce qui ne serait pas plus mal, car ça commençait à faire lourd maintenant.
Il referma légèrement la porte derrière lui et se planta devant son maître, histoire que ce dernier daigne enfin lui accorder quelques secondes de son précieux temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 69 EMPLOI : Etudiant en langue (dernière année)

carnet personnel
DANS TA POCHE: Ton téléphone, un carnet de notes, un stylos et un paquet de chewing-gum.
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Trapped in hell - Athelstan    Sam 4 Fév - 13:50

Encore une journée à réviser toutes les langues, il y en a tellement que tu perds ton latin. Tu avais tellement besoin de concentration et de silence que tu t’es réfugié dans le bureau qui t’es dédié mais que tu n’utilises pratiquement jamais, préférant le confort de ta chambre. Seulement ce jour à tu voulais du silence et surtout ne pas être dérangé. Pour te débarrasser de la gêne que pourrait être ton esclave tu lui avais donné une liste de corvées et ensuite il trouverait bien une occupation. Il était tout frais encore, pourtant plus vieux que toi. Tu savais pas si tu allais le garder longtemps, il avait l’air fort et enclin à toutes les tâches, pourtant tu avais l’impression qu’il pensait trop par lui même. Bien évidement, ça te dérangeait. Tu t’en contenterais pour l’instant, de toute manière tu ne pouvais pas changer d’esclave tout les quatre matins. Tu n’y pensais plus dans ta bulle, usant ton stylo et ton cerveau. Allemand, Français, Espagnole et Italien au programme, ça te tuait.

Après une bonne partie de ta journée passée dans ton bureau, tu commençais à fatiguer. Et, alors que tu n’avais aucune envie d’être dérangé, tu entends la porte de la pièce s’ouvrir. Ta main se crispe mais tu ne cesses pas d’écrire, un esclave devait sans doute poser un paquet ou quelque chose qui s’en rapproche. « Bonjour » cette voix tu la reconnais, Finn comme il s’appelle. L’esclave qui te met dans le doute. « Ne prends pas la parole quand tu n’y es pas autorisé, je laisse passer pour cette fois, pas la prochaine. » dis-tu nonchalamment, continuant de te concentrer sur tes devoirs plutôt que sur cette personne d’importance mineure. Tu entends la porte qui se ferme, mais il est toujours là, se plaçant bien devant toi. Tu ne lèves pas la tête, pas avant quelques instant du moins. Tu espérais qu’il ait la jugeote qu’un impur ne survit pas en faisant ce genre de choses. Quand tu daignes lui accorder un regard, c’est pour lui dire froidement « Oui ? ». S’il avait des réclamations, tu les écouterais, mais sans doute que tu n’en ferais rien. Tu poses le stylo que tu tenais et t’adosses bien sur le dossier de la chaise. Tu es plutôt serein, ou du moins tu le fais croire. Mais ton visage se pâlit quand tu entends un cliquetis venir de la porte. Tu tournes la tête et quoi qu’ait pu dire Finn, tu n’y avais pas prêté attention le moins du monde. Tu te lèves empressé et clanche la porte. Rien, elle ne veut pas s’ouvrir, qui est l’empoté qui a fermé la porte à clef ? Tu te jurais que le crétin qui a fait ça serait punis. Tu regrettais aussi de ne pas avoir pris les clef qui son dans ta chambre et d’avoir laissé ton téléphone là-bas aussi pour ne pas avoir de dérangement. « Merde. » sorti de la bouche d’un prince qui ne dit jamais de gros mots, ça a une signification évidente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 58 EMPLOI : Esclave d'Athelstan Archdeacon

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Trapped in hell - Athelstan    Lun 6 Fév - 17:11

Notre ami n'avait qu'une envie : partir au plus vite. En plus, au vu des traits tirés du jeune aristocrate, ce dernier semblait être encore de mauvaise humeur. En guise de bienvenu, le jeune esclave eu une de fois de plus une remontrance. Quoi ? Maintenant on ne pouvait même plus dire bonjour. C'était à ne plus rien y comprendre. De toute façon quand on était esclave, tout était prétexte à punition. Finn préféra donc royalement ignorer son maître. Lui ce qu'il voulait, c'était savoir où il pouvait poser ce paquet de malheur, s'il pouvait disposer et disparaître pour de bon.

Le colis ne semblait pas faire plus d'effet que cela au jeune Archdeacon, ça ne devait pas être très important. Dommage, ça aurait mis un peu d'animation au palais. C'est fou ce que tout était sinistre dans cette demeure. Finn savait que les anglais n'étaient pas réputé pour leur grande joie de vivre, mais à ce point là.
L'irlandais jeta à nouveau un coup d'oeil sur l'anglais. Celui-ci était toujours très absorbé par ses lecture. Mais vas-y, pensa le jeune homme, prends ton temps c'est pas comme si c'était lourd. Au bout de quelques minutes (qui avaient semblé être une éternité pour Finn) Athelstan releva la tête.  

-"Oui ?"

Amen, enfin un peu d'attention ! Enfin il pourrait sortir aussi vite qu'il était entré ! Sans perdre de temps, notre ami commença à poser sa précieuse question :

-"Je pose ça où ?"

Cependant, il perdit vite l'attention d'Athelstan. Ils avaient été tellement silencieux que quelqu'un décida de fermer la porte du bureau à double tour. Le bruit de la clef tournant dans la serrure fut net et horripilant. Oh non, ne me dites pas qu'ils étaient coincés ici.
Sans attendre, le jeune noble se précipita sur la porte. La pauvre poignée fut grandement violentée. Ça sert à rien mon grand, c'est fermé.
Dans une situation pareil, Finn aurait affiché un grand sourire. Enfin, il aurait sourit s'il avait été enfermé avec Miss Univers. Là, c'était beaucoup moins sympa. Il fallait donc sortir, et au plus vite si possible.

Après que Athelstan eu finit d'insulter la pauvre porte, le jeune homme s'approcha de cette dernière. Il était impossible de la défoncer. L'épaule de Finn ne résisterait pas face à la force de ce bois. Puis c'est toujours pratique une épaule. Dans un film, il avait déjà vu des filles déverrouiller des portes avec des épingles à cheveux. Cependant, il était très risqué d'oser demander à son maître si celui-ci avait une petite barrette. Un léger sourire apparu au visage de l'irlandais à cette pensée. Voilà, c'est pour ça qu'il faut se faire enfermer avec Miss Univers, en plus d'être de plaisante compagnie, cette dernière aurait eu tout l'attirail pour les délivrer. Malchance quand tu nous tiens.
Cessons de plaisanter, trouvons plutôt une issue. La fenêtre ? Non, trop haut. Bon, au vu de la tête de d'Athelstan, ce dernier avait certainement envisagé cette option. Il semblait profondément dégouté. Comme si le sorcier allait lui transmettre une maladie incurable. Il allait devoir se détendre un peu, car il se pourrait bien qu'ils restent coincés dans ce bureau pour encore un petit bout de temps.

Après quelques observation, Finn tenta lui aussi la technique du "secouer la poignée de porte au cas où que peut-être ça s'ouvrirait". Elle était très nulle cette méthode. Après cet échec cuisant, il se recula légèrement et jeta un petit coup d'oeil à son maître. D'une voix pleine d'assurance (et d'intelligence, si si attention), il dit :

-"C'est fermé."

Merci Finn pour cette information.Vu la tête de son propriétaire, ce dernier devait avoir une irrépressible envie de l'étrangler. Pour l'esclave, la situation devenait plutôt amusante. La tête de l'anglais valait tout l'or du monde. Bon, une fois qu'ils seraient sortis, tout ne serait pas aussi drôle (enfin surtout pour le pauvre hère qui avait fermé la porte).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 69 EMPLOI : Etudiant en langue (dernière année)

carnet personnel
DANS TA POCHE: Ton téléphone, un carnet de notes, un stylos et un paquet de chewing-gum.
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Trapped in hell - Athelstan    Dim 19 Fév - 13:46

Alors que tu t’étais bien acharné sur la porte pour vérifier qu’elle soit bien fermé, tu t’en éloignes. Tu laisse ton esclave s’acharner dessus à son tour. Tu te doute qu’il a autant envie que toi de rester enfermé ici. Il avait déposé le paquet qu’il portait sur la table. Tu allais commencé à t’y intéresser, puis le voilà qui dit « C'est fermé. » tu te retournes avec toute ton allure princière et incommensurable tête à claque tu réponds, « Non ? Tu crois ? ». Qui t’avais fichu un imbécile pareil tu te le demandais. Fortement recommandé, qu’ils disaient. Habile pour les tâches de forces, qu’ils racontaient. Tu te demandais si tu ne pouvais pas te servir de sa tête comme bélier pour défoncer la porte. Le problème c’est que tu n’as pas envie d’avoir du sang sur les mains. Tu jettes un coup d’œil par la fenêtre, les bordures du bâtiment sont solide mais trop petite. Il serait bien trop dangereux de descendre par là. À cette heure bien sur, il n’y avait personne dans le jardin, et tu as beaucoup trop de fierté pour appeler à l’aide comme une fille dans un mauvais film. Tu préférerais rester bloquer ici avec un impur. « Surtout n’essayes pas de la défoncer, tu te déboîterais l’épaule. » tu dis ça comme si tu en avais quelque chose à faire qu’il se blesse. Enfin, ça te ferais un esclave en moins, mais il serait encore plus difficile de sortir de cette pièce si tu as un blessé avec toi. Le Palais était trop bien construit pour qu’une épaule ébranle ne serait-ce qu’un centimètre du monument.

Tu vas du coté de ton bureau et tu ouvres la boîte qu’il t’a emmené. Ce ne sont que des fournitures que tu avais demandé. Tu commençais à en manquer, encore. À croire que tu passes tes journées à copier tes cours et faire des devoirs. Tu t’assoies dépité sur ton fauteuil et commences à réfléchir tout en regardant la porte. « Tu peux toujours essayer de crier pour que quelqu’un qui passe dans le couloir t’entende. » si toi tu avais trop de fierté pour ce genre de chose, l’impur pouvait le faire à ta place. Ce n’est pas comme s’il avait un honneur pour commencer. Mais assez de cordes vocales, tu en doutais. C’était une porte de bureau, elles sont faite pour couper du bruit des personnes passantes dans le couloir. Il pourrait crier par la fenêtre avec l’espoir que quelqu’un passe aussi. Tu réfléchissais bien à ce que tu pouvais faire de cette poupée humaine. Tu doutais qu’il accepte tout, il avait l’air bien tenace et difficile à manier. « Bon, si on est condamné à rester comme ça pour un moment, creuses toi la tête. J’ai un devoir à finir. » tu n’attends pas plus longtemps pour faire pivoter ta chaise vers le bureau et continuer de gratter le papier avec ta plume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 58 EMPLOI : Esclave d'Athelstan Archdeacon

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Trapped in hell - Athelstan    Lun 20 Fév - 19:44

Le jeune Archdeacon n'avait guère apprécié la remarque de notre ami. Il est vrai qu'elle n'avait mené à rien. L'être humain était doté d'une intelligence hors norme, mais face à une porte fermée, cette dernière était réduite à néant. Enfoncer la porte aurait pu être approprié, mais pas dans ce cas là. Finn n'aurait pas dit non à une petite semaine d'arrêt de travail, mais pas sur que ce privilège s'applique aux esclaves. Et pas question de repartir à l'orphelinat pour épaule. Notre ami commençait doucement à faire ses marques dans ce palais. Certes, il avait encore un peu de mal avec les propriétaires des lieux, mais au moins les autres esclaves ici étaient, pour la plupart, sympathiques.

-"Surtout n’essayes pas de la défoncer, tu te déboîterais l’épaule."

Trop aimable, pensa le jeune homme. De toute façon il n'en avait pas l'intention. Même si son envie de sortir d'ici était de plus en plus importante. Finalement il allait peut être sauter par la fenêtre. Ce n'était pas une mort très digne, mais il s'en contenterait. À moins que son maître ne craque avant. En parlant de ça, ce dernier se dirige vers la fenêtre mais fait demi-tour. Dommage, ce saut aurait certainement attiré l'attention de quelqu'un. Mais au lieu de ça, Athelstan préféra s'intéresser à son mystérieux colis.

-"Tu peux toujours essayer de crier pour que quelqu’un qui passe dans le couloir t’entende."

Sérieusement ? Finn jaugea de nouveau la porte. Un cochon pourrait se faire égorger dans ce bureau sans que personne ne soit au courant. Puis il n'avait pas très envie de passer pour le couard de service. Si jamais Iseult l'entendait hurler à la mort pour qu'on le sorte de là, il en entendrait parler jusqu'à sa mort. Plutôt croupir avec dignité ici. Bon, pas une très grande dignité il faut se l'avouer, mais quand même. Son maître, pendant ce temps, commençait vraiment à s'impatienter.

-"Bon, si on est condamné à rester comme ça pour un moment, creuses toi la tête. J’ai un devoir à finir."

C'est bon, minute. Le jeune irlandais avait bien envie de lui signaler son envie pressante de sortir, mais il préféra s'abstenir. Se creuser la tête, très drôle. À moins d'attendre qu'une âme généreuse ne les libère, il n'avait pas vraiment de solution. C'était dans ces moments précis que le jeune homme regrettait sa baguette magique. Un bon "Alohomora" et tout aurait été réglé. Il avait appris ce sort en première année, et il fallait dire qu'il se débrouillait assez bien à l'époque en sortilège. Maudits moldus et leur peur de la magie, s'ils savaient de quoi ils se privaient.

-"À moins que vous n'ayez en votre possession une baguette, je ne pense pas pouvoir faire grand chose. Au pire si on est bloqué à tout jamais, je vous laisserais me manger en premier."

Oui, parler de magie en présence d'un membre de la famille royale n'était certainement pas la meilleure chose à faire. Mais il fallait dire que la magie avait beaucoup d'avantages. Certes elle pouvait se montrer dangereuse, mais terriblement utile par moments. Mais vous pouviez avoir les meilleurs arguments du monde, dans cette société, la magie était tabou. On en parlait plus comme d'une maladie qui pouvait tout disséminer sur son passage. Tout à coup Finn se mit à espérer que son maître s'attarde plus sur sa plaisanterie que sur la partie magie. En plus, connaissant son aversion pour les sorciers, ce dernier préférerait sûrement mourrir de faim plutôt que de devoir manger un impur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 69 EMPLOI : Etudiant en langue (dernière année)

carnet personnel
DANS TA POCHE: Ton téléphone, un carnet de notes, un stylos et un paquet de chewing-gum.
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Trapped in hell - Athelstan    Dim 26 Fév - 19:12

Tu t’étais vite replongé dans les papiers que tu grattais depuis un moment avant l’arrivée non désiré de l’esclave. Mais ce fut de courte durée, parce qu’il était têtu celui que tu avais prit. Parce qu’il était arrogant et dans un certains sens tu le détestais pour ça, dans l’autre, tu ne pouvais t’empêcher d’aimer la résistance. « À moins que vous n'ayez en votre possession une baguette, je ne pense pas pouvoir faire grand chose. Au pire si on est bloqué à tout jamais, je vous laisserais me manger en premier. » tu tiques, tes muscles se contractent. Tu es une cocotte minute et il y a beaucoup trop de vapeur à l’intérieur. La porte fermé à clef, tu es bloqué avec cet impur arrogant à qui tu laisses gîte et couvert. Tu souffles comme un taureau la vapeur, ce serait presque du feu. Tu te lèves les muscles bandés, presque prés à lui en coller une. Seulement tu vois bien que celui des deux qui gagne en force ici, c’est lui. Ta mâchoire est serré, bloquée, comme soudée. Tu regardes ses yeux et tu espères qu’il n’osera pas lever les siens. Il n’est pas fou au point. « Est-ce que tu crois vraiment que ce genre d’humour est toléré au Palais ? » la question est rhétorique, tu sais bien qu’il est conscient de sa bêtise. « Est-ce que tu penses vraiment qu’un esclave a le droit, le privilège, de faire de l’humour avec un pur sans sa permission ? » tu les aimais ces questions rhétoriques. Pourtant à l’instant tu ne savais plus trop quoi dire ni faire. Tu as alors fait un pas en arrière, comme lorsqu’on contemple une œuvre, « Regardes moi dans les yeux. ». Tu avais osé, oui, tu aimais faire ce coup aux esclaves, est-ce qu’il t’obéit ou est-ce qu’il obéit aux lois ? Tu préfères qu’un esclave t’obéisse. C’est comme ça que tu vas décider si tu le revends ou non. S’il lève les yeux et les plongent dans les tiens, alors il restera au palais pour un moment encore. Tu auras peut-être même un peu plus d’estime pour lui. « Regardes moi dans les yeux et dis moi si j’ai l’air d’avoir une baguette sur moi ? » c’était de la provocation pure et dur. Vous pouviez vous le permettre, personne n’allait vous déranger de toute manière, et ce pour un certains moment. La pièce n’était pas localisée dans le couloir le plus fréquenté du Palais.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 58 EMPLOI : Esclave d'Athelstan Archdeacon

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Trapped in hell - Athelstan    Dim 26 Fév - 23:42

Comme à son habitude, Finn se dit qu'il aurait mieux fait de réfléchir avant de s'exprimer. Au vu du bruit qu'émettait le jeune homme, ce dernier ne semblait pas ravis du tout. Il avait bondit de sa chaise comme une bête enragée. Finn se rappela du taureau que sa famille possédait, quand il commençait à respirer aussi fort, il valait mieux baisser le regard et partir très doucement. Le seul problème était que notre ami ne pouvait pas partir de là. Il n'avait d'autre choix que d'attendre que l'animal charge. Étrangement, son maître s'arrêta. Et pourtant l'envie ne semblait pas lui manquer. Peut-être avait-il peur que son esclave réplique, et en toute modestie, Finn se disait qu'il avait toutes ses chances pour l'emporter. Évidemment, il ne se serait pas risqué à cela. Il avait déjà assez d'ennuis en ouvrant juste la bouche. Mais, une bonne gifle valait peut-être mieux que des heures de sermon.

-"Est-ce que tu crois vraiment que ce genre d’humour est toléré au Palais ? Est-ce que tu penses vraiment qu’un esclave a le droit, le privilège, de faire de l’humour avec un pur sans sa permission ? "

Les réponses à ces questions devaient être "non". Mais des années de réprimandes avaient appris à notre ami qu'il valait mieux se taire quand la réponse était trop évidente. Pourtant un peu d'humour ne ferrait pas de mal ici. Mais la famille royale devait en être dépourvue. Il avait pour le moment l'impression d'être un gamin qu'on dispute parce qu'il a fait une grosse bêtise. Il préféra donc entendre les remarques de l'anglais sans pour autant les écouter. Cette technique marchait bien, jusqu'à ce que cet ordre surgisse.

-" Regardes moi dans les yeux."

Ça c'était l'ordre piège. Il fit d'ailleurs hausser les sourcils à notre ami. Comme si la personne en face de lui avait sortit la plus grande des idioties. Le nombre de soufflets qu'il avait reçu pour avoir regardé un pur dans les yeux était aujourd'hui incalculable. Au pire, ça en ferrait un de plus. Ou pas, car le jeune noble ne semblait pas disposer à l'affronter.

-"Regardes moi dans les yeux et dis moi si j’ai l’air d’avoir une baguette sur moi ?"

Et puis tant pis, si cette conversation devait signer sa revente, qu'il en soit ainsi. Un léger sourire (légèrement nerveux pour être honnête) apparu sur son visage. Son regard se posa d'abord sur les fenêtres de la pièce. Le jeune homme cherchait de l'inspiration pour sa réponse, afin que cette dernière ne soit pas trop insultante. Après une fraction de seconde, il prit sa respiration et plongea son regard bleu dans les yeux glacés de son maître. Dommage qu'il n'y ait pas de spectateurs, ce combat de regard était magnifique. Finn n'allait pas se faire intimider par un gamin.

-"Non, ça n'a pas l'air. Sinon nous serions déjà dehors et notre adorable conversation n'aurait pas lieu d'être."

Il soutenait toujours son regard et ses arguments. Il avait déjà fait remarqué à son maître que la magie avait une grande utilité dans des situations comme celle-ci. La soirée allait être longue, à voir lequel allait céder en premier. Mais avec deux grandes tête de mules comme nos héros, on pouvait attendre longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 69 EMPLOI : Etudiant en langue (dernière année)

carnet personnel
DANS TA POCHE: Ton téléphone, un carnet de notes, un stylos et un paquet de chewing-gum.
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Trapped in hell - Athelstan    Sam 8 Avr - 9:26

Pièce fermée, bloquée, rien ne peut entrer ni sortir à cet instant. Personne n’aura été témoin de ce que tu as demandé à un esclave. Personne n’aura été témoin de son obéissance, sans doute insolente. Il a levé les yeux et tu plonge ton regard plein de haine dans les siens. C’était un échange différent de tout les mots. Deux bleus qui s’affrontent. Tu n’allais pas scier, pas face à un impur. Pas face à ce morceau de dégénérescence humaine. Néanmoins, tu as ce petit contentement que tu caches au fond de toi, que tu ne gardes que pour ton cœur et qu’on ne pourrait lire sur ton visage de comédien. Il restera donc ton esclave, tu aimes ceux qui ont du courage, ils durent plus longtemps en général. Tu en as fait craqué beaucoup avant lui, tu commenceras les pronostiques bientôt. Combien de temps restera-t-il à ton service, grande question. « Non, ça n'a pas l'air. Sinon nous serions déjà dehors et notre adorable conversation n'aurait pas lieu d'être. » il est arrogant, il aurait simplement pu répondre non, mais il a choisit de s’enfoncer encore. Tu quittes nonchalamment ce duel qui s’était créé entre vos quatre yeux, et tu vas rejoindre ton bureau. Sans un mot à son égard, parce que c’est comme ça que tu es. Il ne mérite pas de réponse, il n’en aura pas. Tu ouvres chaque tiroir pour vérifier, malgré ton rangement méthodique, qu’une clef ou un téléphone ne se soit pas glissé parmi les papiers, les cours et autres fournitures. Au dernier tiroir, tu laisses ta rage expulser en refermant violemment ce dernier.

Tu ne supporterais pas de rester un instant de plus en présence d’un impur. Tu allais faire trancher la tête à celui ou celle qui a fermé la porte. Tu souffles, jettes un coup d’œil à Finn, tu lui laissais croire qu’il avait un semblant d’importance dans tout ceci. Tu frappes trois fois contre la porte, vu la force que tu y as mis, il est surprenant que personne n’ait entendu. « Bon. » tu as envie qu’on s’inquiète pour toi, qu’on se demande où tu peux bien te trouver. Que ta sœur ait envie de te voir ou encore ta mère. Mais rien ne se présentait. Tu laisses ta dignité de coté, de toute manière l’esclave ne dirait rien, ou du moins à la noblesse. Tu laisses donc glisser ton dos le long de la porte et t’assois au sol, à moitié désespéré. « Une idée ? » tu lui demandes son avis, à lui, tu te dégouttes, mais tu n’as pas le choix. Il reste un être pensant et pour ça, il peut être utile. Tu le regardes en attendant une réponse, si toi tu t’autorises à parfois l’ignorer, lui n’a pas le droit de le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 58 EMPLOI : Esclave d'Athelstan Archdeacon

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Trapped in hell - Athelstan    Lun 10 Avr - 18:14

Le combat de regard durait depuis déjà quelques minutes. L’atmosphère dans la pièce était pesante et le silence maître. Un affrontement glacial avait lieu. Un combat d’honneur pour deux personnes qui se méprisaient mutuellement. Hors de question que le jeune homme cède. Avec son statut d’esclave, il lui restait peu de fierté. Sa force de caractère représentait tout ce qui lui restait. Non, il ne voulait pas apporter de satisfaction à son maître. Il n’était pas un gentil petit chien bien dressé et ne le serait certainement jamais. Les secondes semblaient durer des heures, jamais il n’avait tenu tête aussi longtemps au jeune homme. Certains purs aimaient que leurs esclaves montrent un semblant de caractère, d’autres préféraient avoir des robots. La lutte s’acheva lorsque Athelstan se décida à regagner son bureau. Côtoyer un impur depuis autant de temps devait être une véritable torture pour lui.

Tandis que le jeune noble fouillait dans son tiroir. Le regard de notre ami s’attarda de nouveau sur la porte. Il fut une époque où sa magie se manifestait sans aucune raison. S’il s’énervait, des objets se brisaient autours de lui. Un simple éternuement de sa part aurait suffit à faire sauter cette maudite porte. Tout aurait été plus simple avec une baguette, ou tout simplement si sa magie se remettait à se manifester de la sorte. Il pouvait encore la sentir, au plus profond de lui. Pourquoi devait-elle rester muette ? Sa contemplation évasive fut soudainement interrompue par son nouveau colocataire. Il ne pouvait pas rester calme cinq seconde ? Histoire de se faire un peu oublier. Lui non plus n’était pas spécialement ravi d’être dans cette situation, il ne pouvait juste pas lui exprimer clairement. Il frappa avec force contre la porte. Avec cette force, quelqu’un l’a forcément entendu. Enfin, si quelqu’un le cherchait bien sûr. « Bon. » Il a l’air véritablement déprimé. S’il faisait un peu d’efforts, il verrait que notre ami est d’excellente compagnie. Enfin avec les personnes qu’il apprécie. Il réprima un sourire, pensant qu’il était bien normal qu’on laisse Athlestan dans ce bureau. Les autres membres de la famille pouvaient ainsi bénéficier d’un moment de tranquillité.

Il s’assoit sur le sol, l’air encore plus dépité. Il ne l’avait jamais vu sans son air fier. C’en était presque étrange. « Une idée ? » Non, pas spécialement. L’irlandais avait bien envie de lui signaler qu’il n’avait pas de maîtrise en cambriolage. Mais comme son interlocuteur ne semble pas très porté sur l’humour, il préféra ne rien dire. Honnêtement, il trouvait que l’idée de son maître était plutôt bonne, s’asseoir et attendre n’était pas plus mal. Cependant, le jeune homme devait au moins faire semblant de chercher. « Faisons marcher le cerveau de la pièce ». Il pouvait bien se permettre ce genre de piques. Ils étaient seuls et il était pour le moment le plus motivé à les faire sortir. Il se dirigea vers le bureau, essayant de se remémorer un des films d’espionnage qu’il aurait pu regarder avec son père quand il était enfant. Son regard s’attarda sur la pile de papiers du jeune homme. Quel bordel. Mais le regard du jeune homme fut amener vers un petit objet en métal. À défaut d’épingles à cheveux, Athelstan devait bien avoir des trombones. « Vous préférez sortir, ou que vos cours soient tous bien attachés ?» Il agita les papiers. Espérant que son compagnon de cellule en ai d’autres bien cachés ailleurs. « Moi je préfère la première option. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Trapped in hell - Athelstan    

Revenir en haut Aller en bas
 

Trapped in hell - Athelstan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell
» Gates Of hell " La porte des Enfers

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Palais de Birmingham-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet