FACTS

La ville de Birmingham compte actuellement 12 Purs, 4 Purifiés et 13 Impurs, la Résistance semble recruter plus de membres que l'Ordre du Phénix, il serait peut être bon de se méfier de ce regroupement.
Les les femmes deviennent importantes et prédominantes, au détriment du sexe masculin, pourtant si charmant.




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Conférence de presse (sujet ouvert à tous)



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Palais de Birmingham
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



MESSAGES : 244 LOCALISATION : Quelque part dans le Château de Birmingham. EMPLOI : Je Gouverne l'Angleterre, d'une main de fer. Je réprime l'oppression et fait régner la justice.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un petit canif qui ne le quitte jamais, un bracelet, qu'il aime tourner entre ses doigts quand il réfléchit.
TON PATRONUS: Jamais de la vie, il préfère mourir plutôt que d'en avoir un.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Conférence de presse (sujet ouvert à tous)   Dim 12 Fév - 18:57

Dimanche 12 février 2017.

Les nouvelles sont venues bien trop vite à ses oreilles. Une bombe. Une foutue bombe dans le centre de la ville. Dans son bureau privé, le Roi de Birmingham tente de contrôler ses nerfs. Il envoie cinq gardes du corps chercher ses enfants, il veut de leurs nouvelles. Maintenant. Il veut savoir où ils étaient, ce qu’ils faisaient, s’ils étaient en vie, ils n’avaient évidemment pas le choix. Ils furent emmenés de force (ou presque) dans ses bureaux et quand Erwin fut certain qu’ils allaient tous bien, il les congédia, ne les embrassant même pas. Il chercha sa femme, s’assura de sa sécurité, embrassa ses lèvres perlées de rose et se dirigea vers la salle de conférence du Palais Royal. Il informa les chaînes de télévisions anglaises qu’il allait répondre à toutes les questions qu’on lui poserait, que les citoyens étaient fortement invités à envoyer leur question sur twitter, facebook ou tout réseau social. Des informaticiens furent convoqués en urgence pour traiter les demandes. On installa un podium dans la salle de conférence, plusieurs ordinateurs, une oreillette au Roi, qui serait informé en direct des questions les plus récurrentes. Des journalistes étaient convoqués, les plus influents, ceux que la populace avait l’habitude de voir. Le Palais fut ouvert à quelques citoyens, qui furent fouillés à l’entrée (fouille au corps intégral, allant même jusqu’au dénudement dans une pièce faite pour et par des agents du même sexe, le tout sur la surveillance d’un membre du corps médical, pour s’assurer qu’aucune violence n’était réalisée). Puis, enfin, il fut en direct, sur tous les postes de télévision du pays, sur toutes les fréquences radios.

« Bonsoir chers concitoyens de Birmingham. En cette sombre soirée, l’Ordre du Phénix vient de m’informer qu’une attaque à la bombe artisanale a été réalisée dans le centre de Birmingham, dans un restaurant nommé le Plough. Avant de commencer, je souhaite adresser à toutes les familles, à tous les proches mes plus sincères condoléances. Toute la famille Royale, le Gouvernement et l’Ordre du Phénix se joignent à moi pour vous présenter toute notre sympathie et notre soutien dans cette épreuve. » Il marque une pause, son charisme se faisant ressentir sur chaque écran. « Les forces de l’Ordre sont en ce moment même dépêchées sur le lieu de l’attaque, sécurisant le périmètre et évacuant les citoyens trop prêts pour éviter des risques quelconques. Le corps médical prend en charge toutes les victimes et les familles. Nous vous assurons de prendre en charge tous les besoins et d’assurer à tous les meilleurs soins possibles. » Nouvelle pose, il balaye du regard tous les membres présents. Puis, fixe la caméra. « Je suis désolé qu’une telle infamie est eu lieu. » Menteur, manipulateur, son visage apparaît réellement désolé, sa propre mère n’aurait pas vu le mensonge derrière ses traits. « Je suis désolé qu’une minorité, rebelle, anarchique, se permette de mettre à mal notre ville, notre paix. » Il se frotta les yeux, passa une main dans ses cheveux, soupirant. « Les forces de l’Ordre et la justice feront tout pour trouver les coupables et je peux vous assurer, citoyens de Birmingham et citoyens de toute l’Angleterre, que les responsables seront punis en conséquence. » Il se l’était promis. « Nos premières constatations… » Il prend un air peiné, se mord la lèvre inférieure, hésitant à fournir ces informations. Il ne veut pas que la foule panique, que les citoyens s’inquiètent, mais ne pourront-ils pas faire différemment ? Une bombe venait d’exploser après tout… « Nos premières informations vont en faveur d’une action proférée par des illuminés, des rebelles. Ils se décrivent comme résistants, comme luttant contre notre système. » Il ironise, lève la main, choqué par de tels propos. « Ils prétendent vouloir changer les choses, rendre le monde meilleur. Et voilà comment ils le font ! » Il tambourine le pupitre devant lui, une colère froide ravageant ses paupières. « En s’en prenant à de simples citoyens. Alors je m’adresse à vous, résistants ou qui que vous soyez. Vous n’êtes qu’une bande d’anarchistes, vous vous en prenez à des êtres faibles, à des citoyens qui ne voulaient que diner ou manger quelque chose. Il y avait des enfants, des parents, des familles. Est-ce donc ça que vous désirez ? Est-ce donc la guerre que vous voulez ? » Il tourne la tête de droite à gauche. « J’ai promis au peuple de Birmingham et à toute l’Angleterre la paix et la sécurité. Vos idéaux barbares n'y changeront rien. Tout opposant, tout résistant au régime mis en place sera désormais forcé d’être purifié. Nous vous avons offert la paix, la sécurité, nous vous avons donné la vie quand votre peuple prenait celles de citoyens moldus qui n’avaient rien demandé ! Et voilà comment vous osez remercier le gouvernement qui vous nourrit, vous offre un toit, des vêtements et un métier ! » Il était choqué. Il jouait son rôle à la perfection. La foule autour de lui était subjuguée, captivée, collée à ses lèvres. On entendit dans la salle des hourra, des salutations, des cris de guerre. Le peuple présent était d’accord avec lui. « Tout Impur présentant le moindre risque pour la sécurité des citoyens du paix devra se faire purifier, le Gouvernement vous présentera plus en détail cette loi et ses implications. Notre devoir est de protéger les citoyens, il est temps d’accepter notre nouvelle ère et la paix qu’elle transmet. » Il fit une pause, prenant le temps de dévisager chaque visage. « Citoyens de Birmingham, je m’engage, ce soir, devant vous, à ce que tout soit mis en œuvre pour que vous puissiez vous endormir en paix et en sécurité. Un tel crime ne sera pas laissé impuni. C’est d’ailleurs pour cela, qu’à partir d’aujourd’hui, tout membre de l’Ordre du Phénix pourra agir directement, sur la base d’un premier soupçon. Toute action permettant la sécurité du pays et des citoyens sera encouragé, à condition qu’il ne nuise à aucun habitant. » Il fit une pause, laissant ses interlocuteurs avaler toutes les informations qu’il avait présenté. « Je vous en prie, si vous avez des questions, n’hésitez pas. Je rappelle que tous peuvent participer et que vous pouvez, dès à présent, poster sur les réseaux sociaux vos questions, j’essayerai de répondre au plus grand nombre grâce notre équipe informatique. »

RP OUVERT A TOUS, alors n'hésitez pas à un profiter. Ce sujet sera laissé ouvert un mois et le Roi répondra à tous en réponse courtes (plus ou moins). N'hésitez pas surtout


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 109 LOCALISATION : Birmingham EMPLOI : Princesse royale et ministre de la Justice, marraine de nombreuses fondations

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Conférence de presse (sujet ouvert à tous)   Mar 14 Fév - 18:44




Conférence de presse
Iris • tout le monde
J'étais au palais en train de tricoter quand on m'a sommé de me rendre dans le bureau de mon père. L'urgence était plus que perceptible dans la voix de la personne qui est venue me chercher et n'ayant guère le choix, j'ai dû prendre la direction du bureau de mon père en pyjama, mes aiguilles de tricot à la main. J'ai eu le temps de prendre une robe de chambre pour cacher ma tenue peu adéquate malgré l'heure de la journée. Cette tenue s'explique par le fait que si je m'habille, je vais finir par travailler en personne trop acharnée du travail que je suis. Être en pyjama à l'avantage que je suis bien motivée à envisager une telle perspective.

Pourtant, quand j'apprends en compagnie de mes autres frères et soeur ce qui s'est passé, ce n'est définitivement pas un jour où je peux me reposer. Bien que je sois en pyjama, ma tâche de ministre de la justice est réapparu comme un boulet de canon. Lorsque je repars en direction de ma chambre pour mettre une tenue plus appropriée, je hurle sur tous les esclaves que je rencontre pour qu'ils exécutent mes ordres. L'un doit courir à mon bureau me cherchait des documents, un autre préparer mes vêtements, une autre encore avertir les juges en charge du dossier de m'en référer directement à moi tout en faisant des minutes concises et efficaces pour mon père. Si nous n'avons pu empêcher cela, je ferais tout mon possible pour que les répressions soient dignes de la cruauté de l'acte commis. J'en fais une affaire personnelle.

Vêtue d'un tailleur et mes cheveux tressés en forme de couronne de manière irréprochable, j'ai le temps de me glisser derrière mon père avant que la conférence de presse commence. Privilège royal, je n'ai pas eu à subir la fouille au corps. Cela m'a d'ailleurs permis de gagner du temps afin d'être prête pour la conférence à temps. Le dos droit, je ne dis aucun mot durant tout son discours, pas plus que je ne fais de signes pour m'avancer pour prendre la parole. J'ai une oreillette afin de pouvoir prendre éventuellement un appel. La situation est trop critique pour me permettre de ne pas prendre un appel pouvant donner de nouveaux éléments à mon père en temps réel.
Fiche codée par NyxBanana


UC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité


MessageSujet: Re: Conférence de presse (sujet ouvert à tous)   Mer 15 Fév - 20:46




Conférence de presse
Victoire • tout le monde
Contrairement à mes habitudes, je m'étais décidée à venir aujourd'hui afin de préparer une note à l'attention de mon employeur. Une importante réunion va avoir lieu dans les prochains jours et nous avions pris du retard dans la compilation d'informations statistiques. A notre corps défendant, le servie des stat' a été aussi peu réceptifs à nos demandes et il a fallu que je me déplace avec une autre de mes collègues pour avoir enfin ce que nous voulions. Du coup, nous faisions des heures supplémentaires mais celles-ci vont, heureusement pour nous, être compter pour notre salaire ! Je n'ai rien contre travailler en plus mais cela passe mieux quand cela est occasionnelle ET que nous sommes payés en conséquence.

Par contre, je n'ai jamais imaginée voir soudainement une telle explosion d'activité en peu de temps. J'étais à la machine à café quand j'ai vu une nuée d'esclaves traversés le couloir au pas de charge. Ce n'est que grâce à mes réflexes que j'ai réussi à sauver ma boisson d'une rencontre non voulue avec mon chemisier. Il n'a fallu que peu de temps avant qu'on sache ce qui s'était passé et pour comprendre que nous allions être fouillée intégralement. J'ai protesté avec force quand il y a eu un membre de l'ordre du phénix qui a voulu le faire sur le champ. Je ne dis pas que certaines mesures ne sont pas applicables en ces circonstances. Cependant, ce n'est nullement une raison pour le faire de manière brutale sans la moindre considération pour notre pudeur. Avec soulagement, j'ai eu gain de cause même si mon amour propre en a pris un coup alors que la médecin m'a adressé un sourire indulgent devant ma pudeur. A mon soulagement, je n'ai eu aucune remarque particulière et j'ai pu prendre place sans encombre dans la salle de conférence. Après tout, ayant été fouillé, autant rester sur place pour voir ce que Sa Majesté a à dire.

J'ai écouté avec attention le discours. Gigotant sur ma chaise, je me décide de lever la main afin de montrer que j'ai une voir plusieurs questions. Je suis rouge d'embarras lorsque j'ai le privilège de poser la première question. Je pensais que ma main levée passerait inaperçue au milieu de la foule des mains levés des journalistes. Me levant, j'essaye de prononcer avec le moins d'accent possible ma question et de parler assez fort.

-Madame Legrand, Votre Majesté.

Ma présentation est assez concise mais au moins, elle fait son rôle.

-Je travaille au palais pour le gouvernement. Je voulais savoir si les contrôles seraient aussi drastiques pour entrer dans le bâtiment qu'aujourd'hui dans les jours à venir ?

Je rajoute assez rapidement pour justifier ma question :

-C'est que j'aimerais savoir si je dois prendre mes dispositions pour être à l'heure au travail, vous voyez.

Ma question est basique mais au combien essentiel à mon sens. Trop de retards répétés pourraient amener des sanctions et je ne voudrais pas perdre mon travail parce que je n'ai pas mis mon réveil plus tôt. Même si ma préoccupation est très terre à terre, je me rassoie brusquement rouge pivoine, à moitié soulagée d'avoir dit ma question, mi-gênée d'avoir été au centre de l'attention.
Fiche codée par NyxBanana
Revenir en haut Aller en bas

avatar



MESSAGES : 177

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Conférence de presse (sujet ouvert à tous)   Ven 17 Fév - 18:36



Conférence de presse

Ft. Birmingham





Palais de Birmingham
Qui aurait cru que la famille Blackwood connaîtrait un jour le deuil ? Ana inspira profondément, ce matin-là, lorsqu'ils apprirent la mort de Sophia Blackwood. À quelques pas du salon, dans la cuisine, son mari était toujours au téléphone, occupé à tenter de réconforter son cadet. Fou de chagrin, l'homme n'y croyait pas. Quand sa femme lui avait annoncé, ce matin-là, qu'elle avait rendez-vous avec les jumeaux Chatterton et Samuel Ayling, au “Plough”, il avait souri et l'avait embrassée tendrement. Comme chaque jour. « Profite bien, surtout, et reviens-nous de bonne humeur ! », lui avait-il murmuré. C'était en tout cas ce qu'il ne cessait de répéter en boucle à son mari depuis plus d'une demi-heure. Il ne comprenait pas. Comment cela avait-il pu se produire ? Mais Sir Blackwood n'avait rien à répondre. Lui-même n'était pas au courant, ne comprenait pas. À l'image de tous, il en saurait plus lors de la conférence de presse... « C'est compliqué... Je voudrais bien mais... ». Ana se leva pour rejoindre son mari, dans la cuisine, et passa un bras autour de sa taille. À en croire le son de sa voix, il était sincèrement désolé de ne pouvoir répondre favorablement à sa demande. Lady Blackwood fronça légèrement les sourcils, puis :

- Que se passe-t-il ?
- Attend, ne quitte pas – il éloigna le combiné de son oreille, déposa sa main droite dessus afin qu'il fût impossible à son frère d'entendre ce qui se disait. Il voudrait que je l'accompagne à la morgue, identifier le corps et... les préparatifs...
- Pourquoi ne veux-tu pas y aller ?
- La conférence...

Ana reporta un court instant son attention sur le poste de télévision, celui qui annonçait la prise de parole de sa Majesté Erwin Archdeacon en personne. Elle se permit un sourire chargé de tendresse avant de lui répondre qu'elle irait pour lui, si ça n'était que ça. Après tout, n'était-ce pas aussi son rôle d'épouse ? Il devait enterrer sa belle-sœur, personne ne lui en voudrait d'être absent.

- Tu as raison, merci...



Ana déposa un furtif baiser sur ses lèvres avant de rejoindre les étages, sommant quelques esclaves de l'y suivre. Près d'une demi-heure plus tard, Lady Blackwood quitta la demeure, intégralement vêtue de noir. Si elle représentait les Blackwood ce jour-là, elle n'avait d'autre choix que d'afficher ouvertement son deuil. Elle avait perdu une belle-sœur, une amie, une confidente. Même si Sophia et elle n'étaient pas d'accord sur tout, surtout en matière politique, elles n'en demeuraient pas moins liées par les liens du mariage. Même si Sophia dérangeait parfois, même si ses avis étaient parfois – trop ? – nuancés, même s'il lui arrivait de se montrer envieuse de la position de la branche principale, elle n'en restait pas moins sa belle-sœur. Une proche. Un être chéri. Aux yeux de tout le gratin de Birmingham. Parce que les Blackwood vivaient pour briller, pour servir les intérêts, jamais leurs conflits n'empiétaient sur le domaine public.

Comme toutes les personnalités présentes, Ana Blackwood se prêta au jeu des fouilles – même si, il fallait bien le reconnaître, elle n'appréciait pas la chose. Que Diable ! Sa famille était victime, pas coupable ! La stature digne, elle se glissa ensuite à travers la foule. Elle cherchait une position assez visible afin d'attirer aussi rapidement que possible l'attention de la famille royale. Aussitôt trouvée, sa main se leva dès que le Roi eut fini son discours et elle attendit patiemment qu'on lui donnât le droit de faire entendre sa voix.

Puis, d'une voix parfaitement mesurée, elle se permit d'enchaîner les interrogations :

- Sommes-nous certains qu'il s'agit d'un massacre orchestré par les Rebelles ? De quelle façon, nous, civils, pouvons-nous aider l'Ordre à débusquer les coupables ? Avez-vous prévu... je ne sais pas... un guide informatif quant aux procédures à suivre en cas de soupçons à l'encontre d'un-e Impur-e ? Comment ont-ils pu se procurer assez de moyens pour créer une bombe ?

Elle marqua un temps d'arrêt... risqua un regard sur les personnalités présentes, puis :

- Est-il possible qu'une... famille... assez riche puisse aider financièrement le mouvement rebelle ?


[HRP : Sa tenue est ici ]





[...] C'est alors que je l'ai reconnu, surgissant du passé, il m'était revenu... Dis l'oiseau, ô dis, emmène-moi, retournons au pays d'autrefois ; comme avant, dans mes rêves d'enfant, pour cueillir en tremblant des étoiles, des étoiles comme avant, dans mes rêves d'enfant ; comme avant, sur un nuage blanc ; comme avant, allumer le soleil, être faiseur de pluie et faire des merveilles...L'Aigle Noir, Barbara.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 199 LOCALISATION : au palais certainement EMPLOI : Prince et assistant du secrétaire d'état à la jeunesse

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Conférence de presse (sujet ouvert à tous)   Dim 19 Fév - 15:32

Tu étais tranquillement dans tes appartements quand la tempête avait déferlée. Tu étais là et quelques minutes plus tard tu te trouvais dans le bureau de ton père sans comprendre ce qu’il s’était passé. On ne t’avait pas laissé le choix et c’est à ce moment-là que tu avais compris qu’il avait dû se passer quelque chose de grave. Ton père ne vous réunissait jamais aussi subitement et surtout sans vous laisser le moindre choix. Tu avais senti la panique dans les regards des patrouilleurs qui étaient venus te chercher. Tu avais entendu les bruits dans le couloir, les fracas sur chaque porte à la recherche de l’ensemble des enfants royaux. Tu avais senti la peur dans leur voix. Ils n’étaient pas dans le même état de d’habitude. Il n’y avait pas le respect dû à votre rang lorsque l’on frappait à votre porte, puis l’ouvrait si jamais vous ne le faisiez pas assez rapidement. Tu te souviens t’être éloigné d’Iseult pile à temps pour qu’ils ne comprennent pas le lien qui vous unissez désormais. Un lien caché au reste du château. Il n’y avait que la panique en eux, même s’ils vous avaient vus, ils n’auraient pas eu l’esprit de comprendre. Parce qu’ils ne réfléchissaient plus normalement. Tu vis la peur dans le regard de ton père même s’il tentait de la cacher. Tu la vis qui disparaissait petit à petit au fur et à mesure que tes frères et sœurs vous rejoignez. Même si tu n’avais aucune idée de ce qui s’était passé, alors que tu attendais tu ne pouvais t’empêcher de sentir ton corps tout entier se contracter, de peur que l’un d’entre eux ne franchissent pas cette porte. Parce que c’était bien de cela que l’on parlait. De mort, d’accident. Un attentat ? Une attaque ? Un enlèvement ? Tu n’en avais aucune idée pour l’instant. Mais tu finirais pas comprendre. Ton père ne vous aurez jamais convoqué aussi brusque pour rien.

Il vous congédie sans rien dire mais les bruits de couloir sont présents alors que tu retournes à tes appartements. Tu enfiles rapidement des vêtements plus adaptés pour te rendre à la conférence de presse et tenter d’en apprendre un peu plus. Ton sang se glace alors qu’il parle de bombes, d’attentats, de morts et de blessés par dizaines. Comment peut-on commettre un acte pareil ? Tu ne comprends pas comment on peut viser des civils innocents à ce point. Et si l’un d’entre vous avait été là-bas ? Dans ton esprit, tout se mélange. Tu te poses bien trop de questions. Tes certitudes se fissurent petit à petit. Ton visage est sombre, mais ne l’est-il pas toujours ? Et puis il se fige alors que l’on reparle de cette loi. Ton regard se pose sur Ana Blackwood, en deuil apparemment mais tout de même présente. Elle peut être fière de cette œuvre qu’elle a créée. Tu te souviens de cette réunion au sein du gouvernement et de ton espoir d’un avenir plus grand pour vous tous qui s’y était brisé alors que tu avais compris que cela serait pire qu’avant. Tu avais pris tes distances avec le gouvernement suite à celui-ci. Tu aurais dû être un de ceux aidant à promulguer cette loi que tu ne soutenais pas. Alors tu avais prétexté ne pas avoir le temps, être en fin d’études – ce qui était vrai par ailleurs – tu t’étais concentré sur tes assignations premières auprès du secrétaire d’état à la jeunesse. Des tâches que tu aimais, auprès d’une personne qui te faisait confiance et te laissait t’épanouir. Tu restes silencieux, écoutant les questions qui se posent dans la salle. Evidemment qu’elle allait poser des questions… Il fallait toujours qu’elle se fasse remarquer même lorsque personne ne lui en aurait voulu d’être resté auprès de sa famille endeuillée. Tu ne sais pas que ta fiancée est elle aussi endeuillée, son cousin étant décédé dans l’attentat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 249 LOCALISATION : Sur scène, dans son manoir, dans un bar EMPLOI : Acteur de théâtre

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Conférence de presse (sujet ouvert à tous)   Dim 19 Fév - 16:11

Tu étais au théâtre lorsque tu as entendu l’explosion. Vous vous êtes tous arrêté dans votre répétition pour vous précipiter dehors et tomber sur cette rue en étant de siège. Tu te revis en plein milieu de la bataille de Poudlard alors que les murs s’effondraient et que les cris et larmes t’enveloppaient. Tu traverses rapidement la rue pour venir en aide aux blessés légers se trouvant dans la rue. A coté, il ne reste plus rien de ce qui était un de tes restaurants préférés. L’horreur est présente sur l’ensemble des visages. Avec tes collègues, tu tentes de venir au moins gravement blessés. Parce que c’est tout ce que tu peux faire, tandis qu’à tes cotés, tu vois certains déjà pendus à leur téléphone appelant les secours. Ils ne leur faut pas longtemps pour arriver et prendre le relai. Pourtant, tu ne peux partir, ton regard s’attarde sur ce lieu, sur les corps en sortant emballés. Tu ne te poses même pas de question sur leur état. Tu revis cette guerre à laquelle tu as déjà pu participer. Jamais tu n’aurais aimé revivre une chose pareille, mais te voilà aux premières loges. Ton regard se pose sur les rapaces, les journalistes, déjà présents dans l’espoir de faire un grand article ou de l’audience. Ils te dégoutent.

Des membres de l’ordre arrivent bientôt à leur suite. Tu réponds à leurs questions sans avoir grand-chose à leur apporter. Non, tu n’étais pas présent tu étais en répétitions. Non tu n’as rien vu de suspect. Oui, tu es sorti lorsque tu as entendu le bruit de l’explosion. Bientôt ils te laissent partir et tu rentres chez toi. Tu ne peux t’empêcher de trembler. Et si tu avais repris la répétition un peu plus tôt, et si vous étiez allé manger à ce restaurant ce midi-là. Et si elle y était. Mais tu sais qu’Orphée n’y était pas parce qu’elle était à tes cotés au théâtre. C’est peut-être la seule chose te rassurant. Mais pourtant, malgré tes disputes avec ton père, ce n’est pas dans ton appartement que tu retournes. Non, c’est dans la demeure familiale. Là où tant de monde t’en veut d’être parti. Tu serres ta mère dans tes bras alors que tu tombes sur elle dans le salon et les larmes commencent doucement à rouler sur tes joues. Des larmes de soulagement. Elle est en vie, elle n’est pas dans un de ces sacs partis pour la morgue, elle n’est pas une des victimes. A te voir, ils comprennent rapidement qu’il s’est passé quelque chose de grave. Tu essuies rapidement tes larmes soulagé d’être face à eux. Puis vous allumez la télévision et tu t’installes à leurs cotés. Vous êtes à nouveau une famille unie, le temps de quelques instants. Tu écoutes le discours du roi alors que tu es heureux de ne pas avoir avoir revoir les images de la rue détruite, de ne pas devoir revivre ce dont tu avais été témoin. Ils disent que c’est les rebelles qui ont eu cette action. Tu n’en doutes pas un seul instant mais ça te parait loin de leurs attaques précédentes. Il faut croire qu’ils sont montés un cran au dessus. A moins que cela ne soit un acte isolé. Tu l’écoutes présenter rapidement sa loi. Tu sais qu’elle n’est pas terminée, que vous n’avez pas tous les détails. Mais tu te refuses à être un purifié. C’est peut-être idiot mais tu as besoin de savoir que cette magie coule toujours dans tes veines. Tu récupères ton ordinateur, te connecte à twitter et pose alors ton message. « Toutes mes condoléances à l’ensemble des familles des victimes. Je sais que nous n’avons pas encore tous les détails de cette loi mais concernera-t-elle également les familles sorcières libres ? » Et tu l’envoies. Ils comprendront rapidement que tu parles également au nom des Fawkes qui sont les seuls à ne pas être purifiés, les Bartholomew et les Chatterton l’étant tous deux. De toute façon, le roi devait avoir la réponse à cette question et au moins vous seriez fixés dès à présent sur le sort qui vous attendez. A savoir, étiez-vous concerné par cette nouveauté ou non. Tu te crispes alors que tu entends la question de la Blackwood, il n’y avait vraiment qu’une Blackwood pour poser une question pareille. Tu espères sincèrement que ce n’est pas votre famille qu’elle vise. Mais venant d’une Blackwood qui pourrait-elle viser d’autre que la famille ennemie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 75 LOCALISATION : certainement dans un bar ou un bordel, à moins qu'il ne soit assez sobre pour être à l'université EMPLOI : étudiant en mathématiques

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Conférence de presse (sujet ouvert à tous)   Dim 19 Fév - 23:09

« CERTAINS VEULENT COMPRENDRE, CERTAINS VEULENT SAVOIR LA SUITE, LUI VEUT JUSTE OUBLIER »

Silencieusement des larmes glissent le long de tes joues alors que tu viens d’apprendre la mort de ta tante. Tu restes silencieux alors que ton père te l’annonce. Il sait à quel point elle pouvait compter pour toi. Elle était celle qui avait petit à petit remplacé ta mère suite à sa mort. La présence féminine dont tu avais besoin. Elle l’avait compris et accepté ce rôle au fur et à mesure du temps. Lorsque tu avais besoin de conseils, c’était toujours vers elle que tu te tournais. Une colère sourde se propage dans l’ensemble de ton corps alors que de tes yeux tu expulses toute ta tristesse. Ta gorge est trop nouée pour que tu dises la moindre des choses à ton père. De toute façon, il part en direction de sa famille. Tu ne sais pas quoi dire, ni faire, alors tu restes là. Seul, silencieux. Ta grande-sœur arrive et te serre contre elle. Tu les laisses les larmes couler plus fort alors que tu te laisses aller contre elle. D’un geste tendre elle essuie les larmes roulant silencieusement sur tes joues. Il faut croire qu’elle sera celle qui remplacera cette tante qui avait tant compté pour toi.

La conférence de presse augmente et tu ne peux t’empêcher de te glisser devant la télévision. Parce que tu veux savoir ce qu’ils en savent. Tu veux comprendre ce qu’il s’est passé. Les mots bombe, attentats, rebelles, résonnent profondément en toi alors que la colère gronde, se fait plus forte. Ils payeront. Tous autant qu’ils sont pour ce qu’ils lui ont fait. C’est à cause de ses maudits impurs qu’elle est morte. A cause d’eux, d’eux qui ne devraient même plus exister. Un esclave de la famille entre dans ta chambre pour t’apporter la boisson que tu lui as demandé. Mais tu sais que tu ne pourras pas l’avaler. Ta gorge est trop nouée. Alors tu expulses cette colère et cette douleur. Il aurait mieux valu pour lui qu’il ne passe pas par ici. Ton poing vient frapper avec force son visage. Un sourire éclaire ton visage alors que de son nez touché du sang commence à couler. Puis tu détournes le regard de ta victime. Pourtant, malgré tout, si d’habitude tout ceci te suffit à te calmer, ce n’est pas le cas aujourd’hui. La douleur est trop forte. Bien trop forte pour qu’un simple coup de poing ne te suffise. Non, il faut que tu oublies. Il faut que tu te trouves une occasion pour oublier. N’importe quoi. Et tu as ce n’importe quoi à portée de main. Tu rattrapes l’esclave avant qu’il ne s’échappe et tes lèvres viennent se crasher avec violence sur les siennes alors que tu claques la porte de ta chambre d’un coup de pied. En arrière-plan, la télévision continue de tourner mais pour un court instant tu oublies tout ceci avec une personne qui n’existe que pour répondre aux ordres que tu lui donnes. Tu en sais assez sur ce qu’il s’est passé, et tu apprendras tout le reste dans la presse le lendemain. De toute façon, ils ont ta confiance, nul doute qu’ils payeront tous pour ce qu’ils ont fait à ta tante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 232

carnet personnel
DANS TA POCHE: Une vieille photo de sa fille Iseult dans ses bras et un calpin aux armoirires des Yaxley où il note diverses idées pour des médicaments à venir.
TON PATRONUS: Le sien était un chat. Symbole de moquerie pour certains, mais qui correspondait parfaitement à Archibald.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Conférence de presse (sujet ouvert à tous)   Mar 21 Fév - 11:45




Conférence de presse
Archibald • tout le monde
J'étais chez moi, au château familial des Yaxley, quand j'ai appris qu'il y avait du grabuge à Birmingham. Etonnament, je ne peux que me féliciter de la situation de ma maison : cela évite d'avoir en bruit de fond un insupportable hurlement de claque-son pour que les véhicules de secours aillent porter secours aux victimes. Assis dans mon fauteuil, un verre de bourbon à la main, je regarde la télévision pour la télétransmission de la conférence. Mes pensées tournent dans ma tête alors que ce cher Archdeacon déclame son discours. Les tonalités de sa voix m'indiffèrent alors que je me concentre uniquement sur les mots qu'il dit.

Les premières questions fusent alors que je réfléchis. Rapidement, je parviens à formuler des conclusions. Néanmoins, aucune d'entre elles ne me satisfont assez pour que je puisse en écarter certaines. Le regard dans le vague, j'écoute à nouveau les questions qui sont posés. Mon attention se porte à nouveau sur la télé.

-Il a dit qu'on pouvait le contacter par mail, hein ?

Avec amusement, je me dirige vers mon bureau où se trouve un ordinateur. Rapidement, j'écris un mail avec les touches du clavier. Puis, une fois relu, j'envoie le mail.

Celui-ci ne contient qu'une seule question mais reste à savoir si elle aura l'immense privilège d'être répondu devant tous.

Mes condoléances et prières pour les familles des victimes. Est-il possible de faire une donation en médicament Pharmacetks aux hôpitaux en charge des blessés ? AY

Satisfait, j'éteins mon ordinateur avant de retourner m'assoir sur le fauteuil afin de suivre le reste de la conférence devant ma télévision.
Fiche codée par NyxBanana


ARCHIBALD YAXLEY ✽
Membre de la fière famille des Yaxley, cousin des Black et Purifié à la solde du gouvernement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité


MessageSujet: Re: Conférence de presse (sujet ouvert à tous)   Ven 24 Fév - 11:13

Dimanche 12 février 2017 - Hôpital de Birmingham

Pour la seconde fois en l’espace de quelques mois, les sirènes retentissent dans la ville de Birmingham. Les hurlements sonnent le glas d’un néfaste évènement, où la Mort y est venue faucher les âmes en peine pour mieux se repaitre de son festin en Enfer. Une explosion, une énorme bombe a fait exploser un restaurant au cœur de la ville, faisant de nombreuses victimes. On ne parle plus de catégories de personnes, Purs ou Impurs, cela n’a plus d’importance lorsqu’il s’agit de causer le chaos. Tel est le but de cette odieuse résistance qui a amené le deuil dans le foyer de certains habitants. Et ce ne sont pas les richesses des Blackwood, Ayling et Chatterton qui ont su les préserver du sinistre. Enfermée dans son bureau, affairée à relire les notes  d’un projet de loi soumit discussion lors d’un conseil restreint au Gouvernement, la Reine est convoquée d’urgence par la sécurité du Palais pour rejoindre au plus vite son époux. La neutralité diluée dans son regard polaire se heurte avec la précipitation qui les gouverne. Sans se faire attendre, elle se laisse escorter jusqu’au bureau du Roi. Une conversation rapide, une mise au point concise et après un baiser, elle quitte le Palais pour se rendre à l’hôpital afin d’épauler les familles des victimes. Elle n’assistera pas physiquement à la conférence de presse, mais Erwin saura faire passer sa parole en directe, notamment concernant la loi. Cette loi qui a encore plus de légitimité suite au second acte belliqueux orchestré par la Résistance, une organisation qui mérite de se faire abattre par tous les moyens.

Nenya serre de nombreuses mains endeuillées, sèche de nombreuses larmes perlées. Ignorant les caméras intrusives, la Reine se penche pour poser une main réconfortante sur les épaules des familles, recueille leurs lamentations. Des mots sincères sortent de sa bouche, elle est réellement désolée et choquée par cet acte barbare. Elle tente de rassurer les plus inquiets, de calmer les plus colériques en leur proposant de regarder la diffusion de la conférence tous ensemble et en les incitant à réagir sur les réseaux sociaux.
Revenir en haut Aller en bas

avatar



MESSAGES : 396 LOCALISATION : Dans la maison de ses parents EMPLOI : directrice d’une agence d’un grand groupe bancaire

carnet personnel
DANS TA POCHE: un baume à lèvres et un mouchoir usagé. Par contre, son sac contient beaucoup plus de choses : un porte-monnaie, des clés, le dernier livre de poche qu'elle est en train de lire.
TON PATRONUS: une louve mais prendrait-il encore cette forme ? Cela est moins sûr.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Conférence de presse (sujet ouvert à tous)   Sam 25 Fév - 17:25




Conférence de presse
Caitlyn • tout le monde
La nouvelle s'est propagée comme une onde de choc détruisant tout sur son passage. Une bombe a explosé dans le centre ville. La première pensée a été envers mon petit ami puis pour mes frères et soeurs à l'extérieur de la maison. Les rapides coups de fils ont pu me tranquilliser mais je ne peux m'empêcher de suivre anxieusement la conférence de presse à la télé, d'autant que toute ma fratrie n'est pas encore rentrée. Nombre de cris de dégouts ponctue le discours dans notre maison familiale. Néanmoins, avant qu'on puisse faire quelque chose, mon père se lève et impose son autorité dans la conduite à suivre. Même si je suis adulte, je ne peux m'empêcher de frissonner au rappel de mauvais souvenirs que cela ravivent. Jamais on ne pourra réellement oublier que le temps de la terreur de Voldemort l'a amené à utiliser son autorité de chef de famille dans une telle tonalité.

Avec son adresse mail, je le vois écrire un mail à l'attention de la conférence de presse. Maman est par-dessus son épaule pour le conseiller. Finalement, ils finissent par appuyer sur le bouton envoi le message suivant :

Toutes nos condoléances pour les familles des victimes.
XXX Fawkes, patriarche de la famille Fawkes


Simple et concis, le message est à l'image de mon père. Reste à voir comment il allait être reçu.
Fiche codée par NyxBanana


SING ME A SONG ✽
Le temps file et emporte les hommes... Ainsi coule le fleuve et jamais ne s'arrête...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 109 LOCALISATION : Birmingham EMPLOI : Princesse royale et ministre de la Justice, marraine de nombreuses fondations

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Conférence de presse (sujet ouvert à tous)   Dim 26 Fév - 12:19




Conférence de presse
Iris • tout le monde
Le dos droit, j'écoute silencieusement les différentes questions qui s'enchaînent. Mon oreillette reste également silencieuse, signe que rien de nouveau ne s'est déclaré. Bien qu'impassible, je demeure frustrée par le manque d'avancement. L'enjeu est de taille : un tel incident ne s'est pas produit depuis plusieurs années et il doit être oublier le plus rapidement possible. Cependant, ayant étudier en droit, je sais combien les enquêtes peuvent être longues et on n'est qu'à quelques heures après l'évènement. Le manque de nouvelles est parfaitement normal.

Néanmoins, je ne suis pas la seule à ressentir ce manque d'informations puisque Lady Blackwood le ressent aussi. Ses questions m'interpellent dans le flot qui peuvent être débiter. J'essaye d'attraper le regard de mon père afin d'avoir son approbation pour répondre en tant que ministre de la justice. Un acquiescement discret obtenu, je me dirige vers le micro, un sourire poli sur les lèvres pour saluer l'assistance.

-Madame Blackwood, permettez-moi d'exprimer à nouveau les condoléances au nom de l'ensemble de la famille royale pour votre famille.

La tenue de grand deuil que porte la femme du patriarche de la famille ne laisse guère de doutes sur le fait que les Blackwood ont reçu une sinistre nouvelle en lien avec l'attaque.

-En tant que ministre de la Justice, je me permets de répondre à vos interrogations. Interrogations qui doivent être en écho à celles des autres familles victimes de cette tragédie.

Je marque une petite pause avant de continuer.

-Mes mots doivent vous sembler d'un bien maigre réconfort face à la perte d'êtres chéris. Cependant, je vous assure que sa Majesté le roi, mon père, et moi-même en tant que ministre de la Justice, suivons avec attention le déroulement de l'enquête. Celle-ci en est qu'à ces débuts et nous ne pouvons pour le moment exclure la moindre piste pour privilégier une hypothèse ou une autre.

Cela peut être un aveu de faiblesse mais cela est la vérité. Je ne peux pas dire que nous tenons déjà des coupables imaginaires, quiconque ayant une once de bon sens comprendrait que nous mentons. Un nouveau regard vers mon père me confirme que je peux prononcer les mots qui se forment dans ma tête.

-Sachez cependant que je réaffirme avec force les paroles de Sa Majesté dîtes plutôt : les coupables seront punis avec la plus grande sévérité par la Justice.

Je ne le dis pas à haute voix mais je suis résolue à faire voter des lois plus dures envers ceux qui osent briser la tranquillité de notre pays. Ce sera surement long mais je ne doute pas un instant que j'obtiendrais l'aval de mon père quand j'aurais exposé mes idées à ce propos.

-En cet instant difficile, alors que nous attendons tous le nom des coupables afin qu'ils reçoivent leurs justes punitions, je tiens à saluer le travail de l'ordre du phénix. Bien qu'ayant dû essuyer des pertes, ils agissent avec sang-froid et rapidité pour rendre justice et continuer à nous protéger.

Sur ces mots, je m'éloigne du micro. Je n'ai pas parlé des autres questions car elles ne sont pas de mon ressort en tant que ministre de la justice.
Fiche codée par NyxBanana


UC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 244 LOCALISATION : Quelque part dans le Château de Birmingham. EMPLOI : Je Gouverne l'Angleterre, d'une main de fer. Je réprime l'oppression et fait régner la justice.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un petit canif qui ne le quitte jamais, un bracelet, qu'il aime tourner entre ses doigts quand il réfléchit.
TON PATRONUS: Jamais de la vie, il préfère mourir plutôt que d'en avoir un.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Conférence de presse (sujet ouvert à tous)   Dim 2 Avr - 13:48

Sujet délicat, sujet sensible. Douleur, peine, violence. Tant d’émotions, tant de maux, tant de douleur. La journée était catastrophique. Sa haine n’avait aucune limite. Tout ici était fait pour rappeler qui dirigeait, qui ferait de ce monde une nouvelle société, qui assurerait la sécurité de la population. Erwin ne tolérait pas l’échec cuisant qui avait été réalisé aujourd’hui. Il ne tolérait pas la situation, il n’acceptait pas la douleur qui sortait par tous les pores de la ville. Non, il ne la tolérait pas, la réfutait et doucement, il transformait tout ce qu’il voyait et entendait en une détermination pure, claire. Il utiliserait la haine des impurs à bon escient, ils en feraient un outil contre la société actuelle, contre tout ce qui existait actuellement qui l’énervait au plus haut point.
Concentré sur la conférence, il reprit le fil des discussions. Il se devait d’être inébranlable, incollable. « Madame Legrand. » Répondit poliment le roi, hochant la tête à son encontre. « Pour le moment, je ne peux vous informer de la durée de ce protocole. L’Ordre du Phénix seul à l’autorité pour vous répondre. Sachez néanmoins qu’un protocole différent sera mis en place pour faciliter au possible le travail de chaque citoyen, dépendant des fonctions qu’ils entretiennent. » Autrement dit, oui, il y aurait des modifications, non le protocole ne serait pas levé et oui, il ne pouvait donner de dates précises, certainement pas devant les médias. Ou en fait, à n’importe quelle occasion. « Sachez également que si vous êtes victimes d’un contrecoup de ce protocole, vous ou.. » Il se tourna vers les caméras, « tout citoyen de Birmingham, votre employeur ne peut vous en tenir rigueur. » Dans la salle, une secrétaire nota les informations, les transmit à un monsieur qui disparut subitement. Les entreprises de tout le pays en seraient informées dans la journée.
Les questions suivantes vinrent de Miss Blackwood. Un visage bien connu par le Roi en personne. Avant qu’il ne puisse répondre, sa fille le fit. Parfait, elle était maître d’elle-même et répondait posément. Il appréciait de voir sa fille se comporter de la sorte. « Madame Blackwood. Je réitère toutes nos condoléances à l’ensemble des victimes. » Il marque une courte pause, avant de reprendre. « Ma fille vous a parfaitement éclairé chère Madame. » Fatigué, las, son visage prit les marques du temps qui passe, un instant fugace visible par tous, avant qu’il ne semble reprendre contenance. « Tout semble, pour le moment, amener cette conclusion. L’Ordre du Phénix nous communiquera au plus vite les conclusions concernant l’enquête en cours et, quand nous les aurons, nous les communiquerons à l’ensemble de la population. » Une pause, ses yeux perçants traversèrent les pupilles de la Blackwood. « Soyez-en assurée. » Enfin, il réfléchit un instant. « Malheureusement, sachez que je ne peux répondre à votre question, du fait que nous n’avons pas les conclusions de l’enquête. Tout ce que je peux vous dire, n’engage que ma personne, mais je pense que le mal peut toujours se frayer un chemin. Qu’importe les difficultés et les barrières, la preuve en est aujourd’hui, ils arrivent toujours à trouver ce qu’ils veulent. » Il passa une main sur son visage. « Sachez que c’est pour ça que les rassemblements d’impurs et les groupuscules en tout genre ont toujours été et seront toujours interdit. Il nous faut combattre le mal qui ronge notre société et pour cela, je compte sur les forces de l’Ordre du Phénix qui travaillent activement à solder ce problème. »

Il passe à la question suivante. Un twitte. « Concernant le détail de la loi qui a été publiée, elle concernera tous les Impurs. Concernant les familles Impures libres et ayant convenu d’un contrat avec la société, ce dernier sera réévalué. Le chef du Gouvernement sera plus à mène de répondre à vos questions, n'hésitez donc pas à les soumettre au Gouvernement, nous tâcherons d'y répondre dans les plus brefs délais. » Donc oui, la loi concerne bien tout le monde, mais comme toujours, si le gouvernement s’en sort sans avoir à faire une purification pour obtenir ce qu’il veut, pourquoi s’en priverait-il ? Nouveau twitte. « Toute donation sera acceptée avec grand plaisir. Nous remercions d’ailleurs tous les citoyens de Birmingham qui ont accepté de prêter leur corps, que ce soit pour du bénévolat ou des dons de sang, pour leur solidarité et leur réactivité dans une telle situation. » Il était sincère, c’était beau à voir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Conférence de presse (sujet ouvert à tous)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Conférence de presse (sujet ouvert à tous)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cours de Philosophie (Ouvert à toutes et à tous !)
» ouvert à tous !!!!!
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Joyeux Noël (un RP hors sujet mais ouvert pour tous)
» [Sujet Général] Fête de Noël de Jeremiah ▲Ouvert à Tous!▲

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Palais de Birmingham-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet