FACTS

La ville de Birmingham compte actuellement 12 Purs, 4 Purifiés et 13 Impurs, la Résistance semble recruter plus de membres que l'Ordre du Phénix, il serait peut être bon de se méfier de ce regroupement.
Les les femmes deviennent importantes et prédominantes, au détriment du sexe masculin, pourtant si charmant.




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bousculade ◊ Finn



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Harborne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



MESSAGES : 1325 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Bousculade ◊ Finn   Mar 14 Fév - 11:30

Perdue dans ses pensées, Doraleen ne faisait plus réellement attention à ce qu’elle faisait. Elle savait qu’elle devait faire une course pour sa maîtresse, Dame Ayling et savait parfaitement où elle allait, en oubliant tout ce qui se passait autour d’elle. Pour une fois, elle avait une cane qui lui permettait d’éviter de rentrer dans tout le monde (et parfois dans les murs) et pouvait donc marcher en toute sécurité. Désormais, elle portait l’uniforme qui indiquait qu’elle était la propriété de la Maison Aylng. Ça avait quand même bien changé son quotidien. Evidemment, c’était plus strict et plus difficile qu’à l’Orphelinat, mais dans la rue désormais, on prenait soin à ne pas la bousculer. Certes, elle n’était qu’une esclave, mais elle n’était pas de n’importe quelle famille. Certes, il n’était pas écrit sur son uniforme qu’elle appartenait à la branche secondaire, et non pas à la principale branche des Ayling, mais apparemment, les citoyens ne faisaient pas la différence. On ne prenait pas le risque d’altérer une propriété des Ayling. C’était assez surprenant de voir comment un uniforme pouvait changer les choses. Dans un premier temps, elle s’était dit que c’était juste elle qui hallucinait, mais elle avait vite remarqué que les obstacles sur sa route, avec ou sans canne, étaient moins nombreux. Surprenant, quand on sait que la ville n’a pas changé d’organisation ni de fonctionnement pour ses beaux yeux. En soit, elle en était ravie, d’un autre côté, c’était assez déroutant. Surtout avec les derniers événements.
Evidemment, elle avait entendu parler de la bombe artisanale qui avait été placée par la Résistance dans la ville. Bien sûr qu’elle savait que ça avait fait des pertes, les infos tournant en boucle dans le domaine des Ayling et tout le monde s’activant dans ce dernier. Pour autant, elle n’avait pas particulièrement envie d’en savoir plus. Comment des gens qui disaient défendre les esclaves pouvaient agir de la sorte ? elle ne comprenait pas la mentalité et commençait à penser qu’elle avait bien eu raison. Elle ne pouvait se fier à personne et surtout pas à ceux qui disaient vouloir changer les choses. Elle le comprenait de plus en plus : elle était toute seule, quoiqu’il arrive. Personne ne viendrait jamais l’aider, personne ne la sauverait du cauchemar qu’était sa vie. Personne, si ce n’est la mort.
Mais ça, c’était une pensée bien trop noire et bien trop simple, pour qu’elle l’accepte. Le suicide n’étant en rien une solution. Qui s’insurgerait d’un suicide d’une esclave ? Personne. Là était principalement le problème. Enfin, elle renifla et continua son chemin.
Avant de violemment rentrer dans quelqu’un. Bête et perdue dans ses pensées, Doraleen en avait oublié qu’elle n’était pas toute seule dans la rue. Oui, elle éprouvait moins de difficulté à se déplacer, mais ce n’était pas une raison pour s’en prendre aux citoyens qui marchaient tranquillement. Clairement pas. Si Miss Ayling venait à l’apprendre, elle se ferait corriger comme jamais. Elle en tremblait d’avance. « Excusez-moi. » Déclara penaudement la jeune femme, tête baissée. Elle espérait ne pas avoir vexée une grande famille de Purs. Elle croisait secrètement des doigts, tête baissée, bras le long du corps, incapable de savoir ce qu’elle devait faire.


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 67 EMPLOI : Esclave

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Bousculade ◊ Finn   Mar 14 Fév - 18:07

L'air extérieur faisait un bien fou à Finn. Enfin il avait réussi à sortir du palais. Il n'en pouvait plus de cet endroit. Il n'avait jamais une minute de répit. Même quand il arrivait à s'isoler dans un coin, on arrivait toujours à le rappeler à l'ordre et lui confier une autre tache. Dehors, avec l'agitation et la foule, personne ne faisait vraiment attention à lui. Certes, les passants regardaient avec attention son uniforme qui portait les couleurs de la famille royale, mais rien de plus. Son maître, trop occupé à réviser ses examens lui avait demandé de faire des emplettes pour lui. Rien de bien excitant, juste quelques fournitures et bouquins. Mais c'était mieux que de rester enfermé dans ce palais. L'ambiance là bas était déprimante, ici au moins les gens bougeaient et il y avait du bruit.

Il avait eu de la chance de se retrouver là, en temps normal on évitait de trop le montrer. Notre ami était plutôt doué pour s'attirer des ennuis. Lui ça ne le dérangeait pas trop, bon se faire punir ce n'est pas top, mais c'est plutôt jouissif d'entendre les autres jaser sur la famille royale. Athelstan n'a pas hésité à le menacé mainte fois avant qu'il ne sorte. Finn avait donc promis d'essayé de ne pas trop se faire remarqué. Il décida donc de se dépêcher de finir ses achats.

Sa corvée n'était pas très compliquée. Il se procura bien vite les différentes affaires demandées. Il inspecta les ouvrages que son maître avait commandé. Deux bon gros pavés écrits dans des langues étrangères. La dernière fois que Finn avait eu en sa possession d'aussi gros livres, c'était à Poudlard. À l'époque, il ne quittait jamais son livre sur les créatures fantastiques. Il se demanda si tous les livres sur la magie avaient été détruits ou si certains collectionneurs en possédaient. Tiens, il faudra qu'il fouine dans la bibliothèque du roi un de ces quatre.

Plongé dans ses pensées, il en fut sortit bien violemment. Vous n'allez pas me dire que dans ces grandes ruelles les gens arrivaient encore à se rentrer dedans. Il se retourna en direction de son assaillant. Pourvu que ce ne soit pas un pur, avec leurs stupides lois, ce dernier pourrait dire que c'était la faute de Finn, que celui-ci s'était trouvé pile sur son chemin.
Mais il n'en fut rien, un léger sourire traversa le visage du jeune homme. Il reconnut de suite la jeune fille. La petite aveugle de l'orphelinat. Il avait de nombreuses fois pris sa défense là bas. Dès qu'il rencontrait une esclave plus jeune que lui, il ne pouvait s'empêcher de penser à sa petite soeur. Il se prenait rapidement d'affection pour ces jouvencelles en détresse.

Doraleen avait bien changé. Elle arborait enfin un uniforme. Finn le reconnu, c'était celui des Ayling, comme Arianna. Le jeune fille semblait avoir bonne mine, mais elle avait toujours ce petit air frêle et cette petite voix. Elle semblait toujours effrayée.
Il aida d'abord cette dernière à bien se remettre sur ses pieds. Il ne manquerait plus qu'elle tombe. Le jeune homme s'était toujours demandé comment elle faisait pour aussi bien se débrouiller sans voir. Même si elle avait toujours ce petit air apeuré, c'était une jeune femme très courageuse.

-"On fait du rentre dedans aux gens maintenant ? Doraleen, tu penses que c'est de ton âge ?"

Oui, il lui parlait encore comme à une petite fille. La revoir lui filait un vrai coup de vieux. Il savait qu'elle ne mettrait pas beaucoup de temps à le reconnaître. Elle connaissait les voix de tout le monde. Et celle de Finn était plutôt reconnaissable (un accent ? Vous exagérer).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 1325 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Bousculade ◊ Finn   Mer 1 Mar - 20:15

Sans même comprendre ce qui lui arrivait, on l’aida à se remettre sur pied. Elle n’était pas habituée à ce genre de traitement. Où étaient les cris ? Les insultes ? Les coups ? Pourquoi subitement elle avait le droit à ce qui ressemblait le plus à de la gentillesse ? Elle ne comprenait pas vraiment et, instinctivement, elle se braqua. Elle était raide, tendue, en l’attente d’un coup qui, finalement, ne vint jamais. La voix qui résonna au creux de ses oreilles était celle de Finn, un esclave qu’elle avait connu de cela des années plus tôt. Surprenant de voir qu’il était encore en vie et qu’il se souvenait d’elle. Elle n’avait pas oublié l’esclave plus âgé qui veillait sur elle à l’Orphelinat, même si ça n’avait été que de courte durée. Bien que rares, les instants de plaisir et de bonheur restaient gravés dans sa mémoire. Le jeune homme, désormais plus vieux, avait toujours été là durant son séjour à l’Orphelinat. Contrairement à bien d’autres, il ne l’avait pas laissé de côté sous prétexte qu’elle était frêle et aveugle. Chose rare qu’elle n’oublierait sans doute jamais.
Un sourire timide éclaira son visage. « Je sais, c’est légèrement déplacé, mais que veux-tu je ne peux m’en empêcher. » Répondit la jeune fille, riant doucement à sa remarque. Il avait toujours eu ce genre de remarque et ça l’avait toujours fait sourire. Enfin, quand elle pouvait se permettre de sourire évidemment.

C’était une belle coïncidence de croiser en cet instant cet ancien esclave de l’Orphelinat. Curieuse, elle ne put s’empêcher de prendre de ses nouvelles. « Qu’est-ce que tu deviens depuis le temps ? » Lui demanda-t-elle, cherchant en vain son regard qu’elle ne verrait jamais. Elle se redressa, époussetant son uniforme. Il était hors de question que l’on vienne à s’en prendre à elle ou à Finn ou qu’on vienne lui reprocher quoique ce soit. Son uniforme était clair, elle n’appartenait pas à n’importe qui.


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 67 EMPLOI : Esclave

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Bousculade ◊ Finn   Sam 4 Mar - 22:29

La jeune femme semblait vraiment effrayée au premier abord. Ce pendant, le son de la voix de notre ami sembla la rassurer. Il devait lui remémorer de bons souvenirs. Il était un des seuls qui faisait vraiment attention à elle à l’orphelinat. Lorsqu’il était arrivé dans cet enfer, il s’était dans un premier temps dit qu’il valait mieux être égoïste. Se faire le plus petit possible et survivre. Mais il n’avait pas pu s’empêcher de protéger les pensionnaires les plus faibles. En particulier les filles. Ces dernières lui rappelaient sans cesse sa petite sœur, sa Kiera. Une fille forte de caractère comme Iseult, mais qui avait besoin de douceur comme Doraleen ou Myrtille. Ainsi, peu de temps après son arrivée à l’orphelinat, Finn s’était forgé une réputation de grand frère. Il était celui qui défendait les plus faibles, celui qui n’avait pas peur des Mères. Aujourd’hui, il se plaisait à retrouver celles qu’il avait aidées par le passé. Mais il ne pouvait plus grand chose pour elles.
Le sourire de la jeune fille lui faisait chaud au cœur. Elle respectait tellement les règles qu’elle s’empêchait même d’exprimer ses émotions en public. Mais avec cet uniforme sur le dos, Doraleen semblait avoir pris de l’assurance. Elle était belle sans cet uniforme crasseux que leur imposait l’orphelinat.  On ne remarquait presque pas son handicap. Même son regard trouble s’avérait plus confiant.
La jeune fille s’intéressa bien vite au jeune homme, elle était curieuse de savoir ce qu’il était advenu de lui. Elle semblait même surprise de le croiser. À croire que tout le monde le croyait mort. Ce qu’il devenait ? Il survivait. Comme tous les sorciers en ce bas monde. Mais hors de question de briser le moral de la jeune femme avec ses idées moroses. Il voulait la voir garder son sourire.

Je suis monté en grade. Maintenant la famille royale ne peut plus se passer de mes services. »

Oui, un des membres de la famille royale avait eu la bonne idée de l’acheter. Lui qui pensait finir ses jours à l’orphelinat. Il ne trainait pas avec lui un bon dossier, son caractère lui avait souvent joué des tours. Il ne pouvait se résoudre à se soumettre au système. Il aurait voulut que ses « petites sœurs » suivent le mouvement, mais non, elles étaient toutes assez sage. Au moins elles allaient vivre longtemps.

Tu as réussi à t’échapper de l’orphelinat. Ces Ayling ont intérêt à bien s’occuper de toi, sinon j’en fais mon affaire. »

Machinalement, il aidait la jeune fille à remettre son uniforme en place. Habit qu’il trouvait parfaitement ridicule. En portant cette tenue, il avait l’impression d’être une poupée que l’on habillait à sa guise, pour prouver sa puissance et sa propriété.En vérité, ces vêtement ne faisaient que cacher les souffrances et les cicatrices de ceux qui les portaient. La famille qui avait acquis sa petite Doraleen avait plutôt intérêt à bien la traiter. Plus les années passaient, moins il avait peur des humains. Il n'hésiterait pas à en venir aux mains si c'était pour le bien d'une de ses protégées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 1325 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Bousculade ◊ Finn   Ven 31 Mar - 18:19

Elle esquisse un sourire intrigué. « Oh vraiment ? » Se permet-elle, taquine sur les bords. Finn avait toujours été plus vieux qu’elle et, depuis qu’elle le connaît, il avait toujours agi comme un grand frère à son égard. Il fallait avouer qu’elle n’avait pas toujours apprécié cette situation, n’aimant pas se faire remarquer, même grâce à de bons comportements. Pour autant, parfois, sa présence lui manquait, ainsi que la protection qu’il lui offrait. Il était désormais une ancienne connaissance qui avait une vie bien différente de celle qu’elle possédait. L’uniforme qu’elle avait sur le dos rappelait à tous son existence chez l’une des familles les plus impopulaires de Birmingham et lui, était chez celle qui était la plus connue et la plus appréciée des Purs. Certes, il ne devait pas toujours passer de bons moments, mais peut être que les conditions de vie étaient différentes de ce qu’elle avait connu. En réalité la jeune femme n’en savait trop rien. Elle se posait beaucoup de questions sur le fonctionnement secret de la famille royale, sur leur vie loin des projecteurs, sur le luxe de leur vie et sur tout ce qu’elle n’obtiendrait sans doute jamais. « Tu as un rôle particulier à leur service ? » Demanda la jeune femme, intriguée à l’idée d’en savoir plus. « C’est comment la vie chez eux ? » Laissa-t-elle échapper, une petite moue intriguée sur le visage, ses joues rosissant tout de même de timidité.

Puis, finalement, il prit la parole pour mentionner l’un des pires scénarios envisageables. Oui, en effet elle était sortie de l’Orphelinat. Oui, mais certainement pas pour le meilleur. Elle soupira, passant une main dans ses cheveux. « Oui, j’ai quitté l’Orphelinat. » Son ton de voix était plus froid, plus distant. Ce n’était pas réjouissant de quitter un enfer pour un autre. « En réalité, je ne sais pas si je suis très contente de cette situation ou si, au contraire, j’aurai préféré rester à l’Orphelinat. » Elle haussa les épaules, légèrement déçue de la situation. « Disons qu’un enfer n’en vaut pas un autre. » Elle n’avait pas non plus envie de lancer des rumeurs à leur sujet et de risquer de nouveaux ennuis. Les Ayling avaient leur propre façon de faire et ce n’était, certainement pas, plaisant. Elle s’y faisait, comme elle pouvait. Patiemment. Elle essayait en tout cas. Le harcèlement moral, la violence, la décadence et l’hypocrisie latente de leur mode de vie, de leur jeu de rôle constant, était une réalité à laquelle elle devait s’y habituer. Après, l’avenir seul lui dirait si elle en était capable. « Des nouvelles de l’Orphelinat, des personnes que tu connaissais là-bas ? » Lui demanda la demoiselle, plus histoire de faire la conversation qu’autre chose. Elle avait ouvert une part sombre de sa vie et n’avait pas réellement envie de s’y plonger plus longtemps.


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 67 EMPLOI : Esclave

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Bousculade ◊ Finn   Lun 3 Avr - 20:17

Les deux camarades marchaient dans la rue. Leurs uniformes attirant les regards des plus curieux. Ces derniers leur accordaient de l’importance mais rappelaient également leur place dans la société. Cependant, à ce moment précis, les deux amis n’en avait que faire. Ils parlaient, comme si de rien n’était. Sauf que leurs sujets de conversation n’étaient pas ceux des personnes ordinaires. Jamais Finn n’aurait cru être la propriété de quelqu’un. Parler en tant que tel était toujours étrange. Il n’était pas à sa place dans ce rôle d’esclave. Il rêvait de liberté comme tous les autres. La retrouveraient-ils un jour ? Depuis cet attentat, les lois allaient forcément se durcir. L’avenir des deux jeunes gens était on ne peut plus incertain. Alors ils parlaient du présent. La jeune femme posait beaucoup de questions sur son rôle au sein de la famille royale. Hélas, il n’avait rien de bien excitant à raconter. Il n’était qu’un larbin comme un autre. « Je m’occupe des chevaux. Mais quand mon adorable maître me le demande, je sers de coursier. » Il insista bien sur le mot « adorable ». Il ne pouvait pas voir cet Athlestan en peinture. Les deux jeunes hommes avaient un fort caractère, il n’était donc pas rare qu’un conflit éclate entre eux. Conflits qu’il ne gagnait jamais. C’était dans ces cas là que le jeune homme était fatigué. Son désir d’évasion se faisant de plus en plus grandissant. Espérons que cela soit différent pour son amie. Elle qui n’avait connue que l’orphelinat. Sa nouvelle famille ne pouvait pas être pire. « En réalité, je ne sais pas si je suis très contente de cette situation ou si, au contraire, j’aurai préféré rester à l’Orphelinat. Disons qu’un enfer n’en vaut pas un autre. » Oui, la vie d’esclave était un véritable enfer. Mais il était difficile à croire qu’un endroit était pire que l’orphelinat. Il aurait voulu pouvoir la protéger comme il le faisait à l’époque. Elle n’aimait pas trop ça au début. Lui s’était rapidement attaché à elle. Comme à toute les jeunes filles qui lui rappelaient ses sœurs en vérité. « À ta place je leur aurais déjà donné un coup de canne. » Alors il essaya de la faire rire, car il ne pouvait rien faire d’autre. Il ne pouvait plus s’interposer maintenant qu’ils étaient séparés. Il pouvait sentir qu’elle était mal à l’aise. Elle changea rapidement le sujet de la conversation, ne voulant pas s’attarder sur ses nouveaux maîtres. « Des nouvelles de l’Orphelinat, des personnes que tu connaissais là-bas ? »

Revoir des camarades de l’orphelinat était toujours étrange. On ne savait jamais comment réagir. Il était particulièrement douloureux de retrouver d’anciens amis. Il était toujours difficile de les laisser retourner à leur misère, sans savoir si un jour ils se retrouveront. Parfois, la chance voulait qu’ils se retrouvent dans la même famille. Lui avait retrouvé sa petite Iseult. « Toi déjà, et Iseult. Sinon une camarade de Poudlard, Arianna. » Elle devait la connaître elles travaillaient pour la même famille. « Et toi ? » En restant aussi longtemps à l’orphelinat, elle devait avoir croisé le chemin d’un tas de personnes. Beaucoup qu’il ne devait pas connaître. « Tu as revu Myrtille ? » Cette dernière était aussi une de ses petites sœurs adoptives. La seule qu’il n’avait pas encore revu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 1325 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Bousculade ◊ Finn   Jeu 13 Avr - 19:15

« Ca a l’air pas si mal en effet. » De toute façon, tout aurait sans doute été mieux que le rôle qu’elle avait au sein de la famille Ayling. Elle savait que sa position, à elle, n’était pas enviable. Elle enviait bien trop celle des autres, bien meilleure à ses yeux. D’un autre côté, n’était-ce pas si évident ? Doraleen était petite, chétive, aveugle. Elle subissait au quotidien une punition pour la façon dont elle était née. Elle le savait, ne le comprenait pas. Son corps et sa cécité n’était pas de sa faute, comme son sang n’était en rien de sa responsabilité. Elle était née comme ça, pourquoi subissait-elle les foudres d’un choix qu’elle n’avait pas eu ? Vivant dans un monde qui l’avait jugé esclave, impure, inapte, elle ne comprenait que difficilement sa place dans tout ça et enviait presque toutes les autres situations. Beaucoup étaient largement meilleure que la sienne et elle en avait pleinement, tristement, conscience. Elle aurait aimé pouvoir assumer parfaitement son sang, aller au conflit, comme certains. Provoquer les foules, chercher la bagarre, parfois elle se rebellait et sortait de ses gonds. Rarement, mais ça arrivait. Elle ne savait pas réellement comment faire de ces poussées de rage, un quotidien, parce qu’au fond elle en avait marre de sa situation, de ces injustices. La peur l’attrapait par le creux du ventre, la tétanisant dans la majorité des cas. Pourquoi irait-elle au conflit ? Pourquoi aggravée une situation comme la sienne ? Quand elle pouvait se contenter de se faire oublier et, alors, effacer son passé, sa situation. Elle savait pertinemment qu’elle n’était, de toute façon, pas de taille. Trop petite, trop chétive, bien trop handicapée également. Qui voudrait d’une nana comme elle au sein d’un quelconque mouvement de résistance ? Personne, elle en avait pleinement conscience. Et de toute façon, cherchait-elle réellement à en faire partie ? Même elle ne saurait répondre ç cette question. Elle esquisse un triste sourire. « Si seulement j’en avais une de canne… » Souffla la jeune femme. Elle se ressaisit pourtant. « Mais tu as raison, je devrais y songer plus souvent ! » Elle n’allait pas non plus s’apitoyer sur sa situation, elle respirait et vivait, elle devait s’en estimer heureuse. C’était, après tout, la moindre des choses non ? Le gouvernement n’avait-il pas été clément avec elle à la laisser en vie ? Elle n’en savait, au final, rien du tout. « Iseult ? C’est une esclave du palais également ? Son nom m’est familier, mais je ne sais plus d’où… » Et c’était vrai, elle était totalement incapable de dire d’où elle se souvenait de ce prénom. Peut être de la réception qui avait précédé l’attentat. Elle se souvenait d’avoir été obligée à suivre sa maîtresse à une grande réception, au sein de laquelle elle avait rencontré beaucoup (trop) de monde et avait énormément de difficulté à se souvenir de qui elle avait croisé, ou non. C’était encore flou dans sa tête, du fait sans doute du changement de lieu. Quelque chose qu’elle expérimentait bien trop souvent en ce moment, à son plus grand désarroi. Sa maîtresse n’avait pas l’air de comprendre combien les changements de lieux étaient difficiles, du fait de sa cécité. Enfin, même si elle le comprenait, il y avait fort à parier qu’elle s’en fichait complètement. Pire même, qu’elle en jouait. « Arianna est également une esclave de la famille Ayling. » Elle haussa les épaules. « Je la connais aussi de l’Orphelinat, depuis un moment d’ailleurs. » A une époque, cette dernière avait la fâcheuse habitude d’en faire sa tête de turc. Quand elle ne changeait pas d’avis pour la surprotéger. Jusque là, Doraleen n’avait jamais vraiment compris ce qu’elle attendait d’elle. « On s’entend bien. » Disons que de toute façon, elle n’allait pas risquer de se prendre la tête avec une compagne de galère, surtout sous le toit des Ayling. « Être esclave dans une même famille, je suppose que ça fini par rapprocher. » Ou éloigner, après tout, elle avait bien vu les deux situations. « Myrtille ? Non ça ne me dit rien. » Elle hausse les épaules. « J’espère qu’elle va bien. Tu as de ses nouvelles d’ailleurs ? » Elle était un peu déçue de ne pas l’avoir recroisé, ou peut être que si ? De toute façon, elle n’y voyait rien, alors se souvenir de qui elle revoyait ou pas, c’était un chouïa compliqué pour elle. Mais ça, elle évita de le dire à Finn, n’ayant que peu d’attrait pour les blagues aussi nulles.


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 67 EMPLOI : Esclave

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Bousculade ◊ Finn   Mar 18 Avr - 20:14

Les deux jeunes gens marchaient dans les rues de Birmingham. Retrouver une ancienne connaissance était toujours agréable, surtout lorsqu’on appréciait la personne en question. Il aurait cependant voulu retrouver une jeune femme plus heureuse. Elle n’avait jamais eu une vie facile à cause de son handicap. Elle n’en était pas moins intelligente et forte, mais peu de gens arrivaient à voir ces qualités. Ils ne faisaient que la maltraiter, lui rendre la vie plus difficile. Les purs n’avaient vraiment aucune pitié. Qu’aurait-elle pu contre leur gouvernement ? N’auraient-ils pas pu la laisser en paix ? Ils savaient que se plaindre de leur situation ne changerait pas la face du monde. Alors ils se racontaient leur vie, parlaient de leurs connaissances mutuelles. Lui avait Iseult, elle avait Arianna. Certes, la jeune femme pouvait être imbuvable par moment (il avait pu expérimenter cela à Poudlard), mais c’était mieux qu’être seul pour affronter une des familles les plus influentes de la ville. « Tu l’embrasseras de ma part, elle va adorer. » Non, elle n’allait pas trop aimer. On ne pouvait pas dire qu’ils étaient amis à l’école. Aujourd’hui, ils se toléraient. Finn préférait largement la compagnie de Doraleen elle était plus douce, et si elle se le permettait, elle pouvait être très drôle.

La conversation dériva ensuite sur une de leurs amies commune : Myrtille. Encore une jeune femme qu’il avait pris sous son aile à l’orphelinat. Il n’avait cependant pas eu de nouvelles. Il se demandait si son amie avait pu avoir une quelconque information. Certes, il était quelque peu maladroit de lui demande si elle avait croisé quelqu’un, vu qu’elle n’y voyait rien, mais il fallait toujours essayer. Finalement, la réponse fut négative « Ah, dommage… Je ne sais pas ce qu’elle est devenue. » On pouvait entendre à sa voix que le jeune homme était déçu. Il ne savait pas pourquoi il c’était autant attaché à ces jeunes filles. Il s’était attiré de nombreux problème à vouloir sans cesse les protéger. Mais elles ravivaient en lui le souvenir de ses sœurs perdues. À travers elles, il pouvait se remémorer leurs chamailleries, leurs rires.  Alors savoir la petite Doraleen malheureuse le rendait malade. Il était malade car concrètement il ne pouvait rien faire, à part la faire sourire pendant ces quelques minutes de temps passé en sa compagnie. « Tu me dirais, si tu étais vraiment malheureuse. » Forcément qu'elle l'était, qui serait ravi de cette situation ? Il voulait vraiment savoir comment elle allait vraiment. Mais la jeune femme se confiait moins facilement que Iseult ou Myrtille. Elle avait toujours été plus secrète, plus discrète. Il ne l’appréciait pas moins pour autant. Qui sait, s’il arrivait à faire sortir sa Iseult, peut-être pourrait-il aider sa Doraleen par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 1325 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Bousculade ◊ Finn   Sam 22 Avr - 16:49

La jeune femme laissa un léger sourire se dessiner sur son visage. Elle n’avait aucune connaissance des relations que Finn entretenait avec la jeune Ayling. Pourtant, elle nota sa demande. « Sans aucun souci. » Dans tous les cas, cela ne la concernait pas et elle le savait parfaitement. De ce fait, elle préférait se mêler de ce qui la regardait et se tenir éloignée de tous les liens qu’entretenaient (ou non) les esclaves. C’était sans doute la meilleure façon pour elle d’éviter les ennuis. Se tenir éloignée de tout, rester tranquillement dans sa bulle, et prier pour que sa maîtresse ne lui tombe pas dessus, sans raison. Elle espérait que ce n’était pas si difficile que ça, espérant en toute sincérité pouvoir se tenir loin de toutes les intrigues possibles et inimaginables. Elle avait suffisamment de souci comme ça pour ne pas vouloir en rajouter.
Elle eut une petite moue triste. « Je suis désolée. » Elle ne savait pas réellement quoi ajouter d’autre. « J’espère qu’elle a trouvé quelqu’un de bien en tout cas. » Dora espérait surtout qu’elle n’était pas tombée dans une famille de dangereux psychopathes, comme ça avait pu être son cas. Tout ce qu’elle lui souhaitait, c’est d’être encore tout à fait elle-même et de se tenir éloignée des dangers. Disons que Myrtille avait – d’après elle – toujours été sensible et plus faible que d’autres. D’un autre côté, elle avait pu changer avec le temps et, surtout, elle avait pu devenir quelqu’un qu’elle ne reconnaîtrait jamais. Elle en avait parfaitement conscience. Enfin, c’était un autre problème. La question de Finn la troubla. C’était assez étrange de lancer ça dans la conversation qu’ils entretenaient, sans qu’elle y soit réellement préparée. « Je te dirais plutôt quand j’aurai trouvé le bonheur. » Lui répondit-elle, morose. Comment pouvait-on, en leur qualité d’esclave, être heureux dans un tel monde ? Elle savait parfaitement qu’il n’avait pas voulu lui faire de peine ou soulever un sujet sensible, mais elle trouvait sa remarque complètement hors de propos. Forcément qu’ils étaient malheureux, elle comme tous les autres esclaves du monde. Enfin, elle le pensait. Ils ne pouvaient pas être heureux dans de telles conditions n’est-ce pas ? Elle l’espérait. D’une façon égoïste, elle espérait ne pas être la seule à souffrir le martyr et à, certains jours, regretter son existence. Et puis, d’un autre, elle savait aussi qu’elle n’était pas la plus à plaindre. Comme toujours, elle ne savait pas sur quel pied danser, se contentant simplement d’éviter, le plus possible, les ennuis. « Serons-nous vraiment heureux un jour ? » Telle était plutôt la question qu'ils devaient se poser, à son sens.


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 67 EMPLOI : Esclave

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Bousculade ◊ Finn   Sam 29 Avr - 0:01

Les deux amis marchaient dans les rues de Birmingham. Le jeune homme en avait même oublié l’heure. Il préférait maintenant accompagner la jeune femme plutôt que d’exécuter les ordres de son maître. Il était trop content de la revoir pour penser à la famille royale. Il se plaisait à revoir ses vieilles connaissances de l’orphelinat. Elles étaient, malgré l’ambiance effroyable du lieu, source de bons souvenirs. Il aimait protéger la jeune femme, montrer aux autres qu’il ne fallait pas se laisser abattre. Elle avait d’ailleurs dû écouter certains de ses conseils. La jeune fille dégageait beaucoup plus d’assurance qu’avant. Bon, jamais elle ne serait comme lui, jamais elle ne sera celle qui parlera trop. Mais il fallait tout de même admettre que la petite fille timide faisait place à une jeune femme plus confiante. C’est peut-être son uniforme qui faisait cet effet. Il était tout de même inquiet pour son bien-être. Enfin, c’était assez paradoxal pour des esclaves. Il voulait savoir si elle faisait partie des moins malheureux. Pourquoi ces questions ? Il ne savait pas vraiment. Il remarqua que ses questions la mettaient mal à l’aise. Il regretta de s’immiscer autant dans sa vie privée. Qu’elle soit heureuse ou non, que pouvait-il y faire ? Il n’allait pas se ramener chez les Ayling pour les sermonner au sujet du traitement de son amie. Athelstan n’apprécierait certainement cette prise d’initiative « Serons-nous vraiment heureux un jour ? »  C’était en effet une très bonne question. Il l’avait été, heureux, quand il était plus jeune. À Poudlard, avec ses parents. On lui avait enlevé ces sensations, comme à tous ses semblables. La jeune fille soulevait un point important, les retrouveraient-ils un jour… Lui préférait toujours voir le verre à moitié plein. Qu’il est agréable de se plonger dans de douces utopies. « Pourquoi n’aurions nous pas le droit ? » Car des lois stupides le décidaient ? Les lois sont faites pour changer, pour évoluer. Les périodes sombres trouvent toujours une fin, pourquoi pas celle-ci ? Les mouvements de rébellion étaient en route. Ils trouveraient bien une fin à cet enfer. Mais quand ? Là était la vraie question qu’ils devaient se poser. « Tu dois te dire que je suis un grand cinglé… » Car ils étaient peu nombreux ceux qui y croyaient encore. Depuis son arrivée à l’orphelinat, le jeune homme gardait cet espoir. Cela devait être plus compliqué à concevoir pour quelqu’un qui n’avait connu que la vie à l’orphelinat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 1325 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Bousculade ◊ Finn   Jeu 25 Mai - 19:22

« Parce que j’ai l’impression que dans ce monde, des droits, nous n’en avons plus beaucoup. » Elle soupira. « si ce n’est même, aucun. » Elle n’avait pas eu le droit de grandir comme les autres enfants, elle n’avait pas eu le droit de connaître la magie, elle n’avait pas eu le droit de connaître ses parents, elle n’avait pas eu le droit à être traitée correctement. Elle n’avait eu le droit à rien du tout durant sa misérable vie. Certes, certains jours elle se souvenait qu’elle était encore en vie, qu’elle respirait, qu’elle vivait, qu’elle mangeait, mais à quoi bon ? A quoi bon mener une existence si désespérante, où les coups sont plus nombreux que les câlins ? Ou la violence est maître de son quotidien ? Elle savait pertinemment que son bonheur ne dépendait pas que de sa simple volonté, sinon cela aurait fait un moment qu’elle aurait décidé d’être heureuse. Oh que oui. Mais, comme toujours, Doraleen ne décidait pas de grand chose dans son existence, voire même, de rien du tout. Reléguée au rang de simple esclave, de simple objet, elle n’avait comme choix que de celui de d’obéir, de se taire et de laisser les choses se faire. Des choix, elle n’en avait pas beaucoup d’autres, si tant est qu’elle en avait d’autres en réalité. « Cinglé, peut être pas. » Elle esquissa un sourire sincère. « Je pense que tu mets juste trop de foi et d’espoir dans un monde qui ne te le rends pas. » Elle haussa les épaules, désabusée par la foi qu’il arrivait à mettre dans un monde qui se foutait de leur gueule, de leur existence, de leur corps et du respect. Dans un monde qui les traitait comme des moins que rien, des objets, des inutiles dont on pouvait se passer à n’importe quel instant. Ils étaient nés du mauvais côté de la barrière, condamner à n’être que des produits de consommation toute leur vie et ça, plus que tout autre chose, la condamnait à penser qu’ils n’auraient jamais le droit au bonheur. « Et puis tu sais, est-ce qu’on a vraiment envie d’être heureux dans un monde pareil ? » C’était une question qu’elle se posait souvent. Être heureuse dans un monde qui bafouait les droits humains, qui réduisaient à néant des êtres vivants, c’était sans doute très hypocrite, c’était accepter le mal qui était fait impunément. Elle ne pouvait pas, finalement, y être heureuse. Fermer les yeux sur le malheur autour d’elle ça lui était impossible, impensable, irréalisable. Ça serait briser ce en quoi elle croyait et l’espoir qu’un jour nouveau viendrait.


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Bousculade ◊ Finn   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bousculade ◊ Finn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bousculade Technologique... [Musashi]
» Bousculade à gros bras ! PV
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» Finn Hudson - go go go !
» Une Petite Bousculade ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Harborne-