FACTS

La ville de Birmingham compte actuellement 12 Purs, 4 Purifiés et 13 Impurs, la Résistance semble recruter plus de membres que l'Ordre du Phénix, il serait peut être bon de se méfier de ce regroupement.
Les les femmes deviennent importantes et prédominantes, au détriment du sexe masculin, pourtant si charmant.




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Combat de coqs ϟ Archibald



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Centre ville :: Château Yaxley
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



MESSAGES : 199 LOCALISATION : au palais certainement EMPLOI : Prince et assistant du secrétaire d'état à la jeunesse

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Combat de coqs ϟ Archibald   Lun 27 Fév - 20:33


Combat de coqs
« LE TELEPHONE POURRA SONNER, IL N'Y AURA PLUS D'ABONNE ET PLUS D'IDEE, QUE LE SILENCE POUR RESPIRER »

Cela faisait déjà plusieurs semaines qu’elle était partie et que ta vie avait perdu toute saveur. Tu savais qu’elle avait envie de cette pause, mais celle-ci commençait à s’éterniser un peu trop à ton goût. D’autant plus qu’aujourd’hui plus que jamais tu avais besoin d’elle. Là qu’elle n’était plus là, tu comprenais à quel point elle avait pu être importante pour toi. Tu le savais déjà mais tu le vivais encore plus. Ton cœur se serait alors que tous les jours tu guettais la porte dans l’espoir de voir sa fine silhouette la franchir. Mais ce n’était jamais elle. C’était des inconnus, d’autres esclaves. Mais pas d’Iseult. Pas celle que tu voulais voir. Pas celle qui te manquait bien trop. Tous les jours, cela devenait un peu plus difficile d’être éloignée d’elle. Pas alors que ta vie avait changé radicalement de cap depuis que tu t’étais retrouvé fiancée à une Ayling. Alors cette histoire allait bientôt finir. Il n’était pas question qu’elle reste une semaine de plus chez Archibald Yaxley. Franchement, il se prenait pour qui. Il n’était qu’un purifié, il n’était membre d’aucune des hautes familles et de toute façon, même si ce n’était pas le cas, il n’était pas question qu’il garde Iseult qui était tout de même, ton esclave, même si tu ne la considérais jamais ainsi. Déjà, jouer une esclave de la famille royale était honteux mais la garder par la suite l’était encore plus.

Tu profites du week-end et du fait que tu n’aies donc pas cours pour te rendre à son château. Tu demandes à ton chauffeur de t’y conduire. De toute façon, on aurait jamais accepté de te laisser sortir sans escorte. Pendant tout le trajet tu tentes de calmer ta colère qui gronde. A moins que ce ne soit ta tristesse. Mais tu es sûr d’une chose. Tu ne repartiras pas sans elle-même s’il faut pour cela lui donner l’ordre de te suivre. Et alors, tu la retrouverais. Ton point de repère reviendrait, ton phare dans la nuit. Tu profites du trajet pour observer la campagne aux alentours de Birmingham, même si elle n’est pas forcément magnifique. Au moins ici, tu vois un peu de verdure. Tu peux prendre un bon bol d’air, chose que tu ne peux avoir lorsque tu es enfermé dans le palais. Heureusement que tu avais les jardins pour t’évader, sinon tu serais encore plus déprimé que tu l’étais déjà. Ils te permettaient de faire le vide, de te ressourcer, d’oublier quelques instants. Et puis, surtout là-bas, personne ne risquait de t’embêter. C’était ton petit coin secret comme certains pouvaient aller dans un cabane ou un grenier. Toi, c’était dans un recoin des jardins du palais. Ton recoin. Peu de personnes savaient qu’on pouvait t’y trouver si tu n’étais pas dans tes appartements. C’était un secret que tu avais alors partagé avec eux.

La voiture s’arrête devant la résidence du Yaxley. Enfin, résidence, le château. Mais qui était-il avant la guerre ? Un riche sorcier ? Un puissant ? Certainement. Tu avais entendu des rumeurs sur lui. Sur un potentiel passé de mangemorts mais tu n’y croyais pas. Parce que pour toi, il était impossible qu’il soit libre si ça avait été le cas. A moins qu’il n’ait passé un contrat. Dénoncé certains des siens. C’était peut-être ça d’ailleurs. Ca expliquerait la purification. Après tout, il n’aurait pas été le premier ni le dernier à faire ça pour sauver sa peau. « Attends-moi ici. » Tu t’adresses à ton chauffeur qui te fait aussi office de garde du corps. Dommage pour lui, tu comptes bien qu’il ne t’accompagne pas à l’intérieur même si ça semble lui déplaire fortement. Mais tu ne veux pas de lui. Si c’était l’inverse qui s’était produit, il ne serait pas rentré dans tes appartements pour écouter ce qui se serait dit. Tu souris alors que tu réalises que tu ne laisses aucun choix à ton futur interlocuteur. Tu ne l’as pas prévenu de ta venue. Non, il est temps qu’il se mette au service de la famille royale et qu’il comprenne qu’il n’est pas libre de faire ce qu’il désire avec vos biens. Pas étonnant qu’il veuille la garder plus longtemps vu la superficie de sa demeure. Mais il n’a qu’à faire comme tout le monde et s’acheter sa propre esclave s’il en a tant besoin que ça.

Ton visage est toujours fermé alors que tu appuies sur la sonnette de son château. Pourvu qu’il soit présent parce que ce n’était pas tous les jours que tu allais faire l’aller-retour jusqu’à son maudit château. Bien que pour Iseult, tu pourrais le faire plusieurs fois par jour.

mise en page à venir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 223

carnet personnel
DANS TA POCHE: Une vieille photo de sa fille Iseult dans ses bras et un calpin aux armoirires des Yaxley où il note diverses idées pour des médicaments à venir.
TON PATRONUS: Le sien était un chat. Symbole de moquerie pour certains, mais qui correspondait parfaitement à Archibald.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Combat de coqs ϟ Archibald   Lun 6 Mar - 19:47




Combats de coqs
Archibald • Tristan
Une expression concentrée sur le visage, je lis avec minutie le document comportant plusieurs pages. Un crayon de papier dans la main, je rature de temps à autre pour apporter des corrections. Le document concerne la festivité que j'ai prévu d'organiser en l'honneur de Leurs Majestés. Afin de faire au nom de la famille Yaxley, je me dois à ce qu'aucune imperfection puisse venir cacher la magnificence de ma maison. C'est dans ce désir de perfection que je n'ai pas encore communiqué la date de la réception. Je veux que ma fille puisse être à mes côtés à la place qui lui est légitime, même si elle ne peut en avoir officiellement le titre. Même s'il ne vient pas personnellement, je ne doute pas un instant qu'on lui rapportera la moindre description, le moindre mot qui se dira le jour-là. Définitivement, si je veux passer le message que je désire, la perfection est la seule chose qu'on pourra attendre. Et ce qui est à attendre naturellement de la noble, ancienne et illustre famille des Yaxley.

Je suis arraché de mes pensées par la sonnerie. Agacé, je ne cache pas un juron alors que j'actionne un bouton d'interphone à mon bureau. Aucune visite est prévue et les rares personnes qui pourraient venir me faire l'honneur d'une visite impromptue sont actuellement en voyage. Je parviens à me maîtriser quand je reconnais la personne.

Tristan Archdeacon, le deuxième fils.

Je ne pensais pas qu'il aurait un jour le courage de venir, encore moins sans escorte à en changer par l'absence de malabar derrière lui. Voilà qui est intéressant !

-Votre Altesse ! Vous m'honorez de vouloir me rendre visite ! Entrez ! Je viens vous rejoindre !

Mon ton est très aimable bien que je ne cache pas ma surprise à sa venue. Je coupe l'interphone après avoir déverrouiller la porte à distance.

Cependant, si je ne m'attarde pas plus que de raisons dans les couloirs, ce n'est pas pour autant que je me précipite ventre à terre pour le rejoindre. Tout royal qu'il se prétend être, il n'est pas son père. Je suis ici le maître, surtout s'il vient me quémander une faveur. Après tout, cela ne peut être que pour cette raison qu'il est venu, je ne vois guère pour quelles autres raisons il se serait déplacé. Je sourie face aux différentes possibilités qui me viennent à l'esprit alors que je regarde le portrait désormais à jamais muet de mon grand-père.

D'une manière que ce feu Lucius Malefoy n'aurait jamais renié, j'apparais en haut du vestibule. Surplombant le prince, ma gestuelle fait comprendre que je suis le Patriarche de la noble, ancienne et illustre famille des Yaxley. Ce n'est pas quelque chose de physique mais c'est un air de je-ne-sais-quoi que les familles léchant les bottes des Archdeacon ne posséderont jamais.

Lentement, je descend l'escalier afin de le rejoindre. Le sourire toujours sur les lèvres, je déclare :

-Veuillez pardonner le manque de formalités de ma demeure, je ne pensais pas recevoir aujourd'hui.

Arrivé à sa hauteur, je lui serre la main de manière polie.

-Je vous en prie, ne restons pas ici pour discuter. Que diriez-vous de passer dans le salon ?

Le salon dont je parle est un petit salon informel qui sert à accueillir des invités impromptus à l'instar du prince. Petit mais il convient tout à fait pour cette entrevue. Je me dirige vers le fauteuil à accoudoir alors que je désigne de la main un canapé.

-Prenez place ! Souhaitez-vous du thé ?

La réponse obtenue, je m'assoie dans mon fauteuil. Le dos droit, le regard fixé dans celui du prince, je lui demande :

-Que puis-je pour vous ?

Là était toute la question et la réponse serait hautement révélatrice de la suite de l'entrevue.
Fiche codée par NyxBanana


ARCHIBALD YAXLEY ✽
Membre de la fière famille des Yaxley, cousin des Black et Purifié à la solde du gouvernement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 199 LOCALISATION : au palais certainement EMPLOI : Prince et assistant du secrétaire d'état à la jeunesse

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Combat de coqs ϟ Archibald   Mer 8 Mar - 19:22


Combat de coqs
« LE TELEPHONE POURRA SONNER, IL N'Y AURA PLUS D'ABONNE ET PLUS D'IDEE, QUE LE SILENCE POUR RESPIRER »

Tu te tiens devant la porte du grand Archibald Yaxley. Enfin grand, c’était ce qu’il se considérait. Il n’aurait pas fallu qu’il oublie qu’il n’était qu’un purifié. Certes, il avait plus d’impact que ceux qui tenaient un rôle d’esclave, comme celle qu’il t’avait volé. Mais il n’était rien dans votre monde. Tu ne pensais pas souvent comme ça, toi qui voyais toujours le meilleur en chacun, mais c’était ainsi que tu réagissais face à celui qui t’avait volé la chose comptant le plus au monde pour toi. Tu n’attends pas bien longtemps avant que tu n’entendes sa voix à travers l’interphone. « Votre Altesse ! Vous m'honorez de vouloir me rendre visite ! Entrez ! Je viens vous rejoindre ! » Tu n’es pas habitué à ce genre d’accueil mais tu n’es pas celui qui normalement en aurait fait tout un fromage. Bien qu’avec lui tu aurais pu faire une exception pour lui rappeler qui tu étais car il semblait l’avoir oublié. Tu ne mettais pas souvent ton rang en avant, tu le laissais même souvent derrière toi parce qu’il te dérangeait plus qu’autre chose. Mais aujourd’hui, tu étais bien heureux d’être un Archdeacon pour récupérer celle sans qui ta vie n’avait aucune saveur. Parce que tu aurais été d’une famille peu connue, nul doute qu’il se serait joué de toi. Hors là, il ne pourrait pas le faire. Parce qu’il n’avait pas intérêt à se jouer d’un prince. Tu n’étais pas ton père, encore heureux, mais ton rang suffirait certainement.

« Veuillez pardonner le manque de formalités de ma demeure, je ne pensais pas recevoir aujourd'hui. » Sans blague ? Tu n’avais pas non plus prévu de devoir se rendre jusque chez lui, mais les circonstances avaient fait que c’était le cas. Par son unique faute. S’il voulait tant la famille de la famille royale, il aurait aussi pu vous envoyer une petite missive et certains se seraient peut-être donné la peine de venir lui rendre visite. Parce qu’il restait une personne intrigante, c’était une évidence. « Je vous en prie, ne restons pas ici pour discuter. Que diriez-vous de passer dans le salon ? » Tu le suis tout en pensant au fond de toi que la conversation aurait très bien pu avoir lieu dans le couloir. Ce n’était pas pour lui faire la conversation que tu t’étais rendu chez lui, même s’il ne semblait pas l’avoir compris. Peut-être ignorait-il qu’elle était ton esclave après tout. Non, il devait très bien le savoir. C’était pour cela qu’il avait sauté sur l’occasion. C’était une façon de vous faire un pied de nez, à vous, la famille royale. Le salon est neutre, ce n’est pas ici que tu en apprendras beaucoup sur ton hôte. « Prenez place ! Souhaitez-vous du thé ? » Il te montre le canapé de la main mais tu restes debout. Tu n’es pas ici pour prendre le thé. Tu n’es pas ici pour rester bien longtemps. « Que puis-je pour vous ? » Il t’a posé la question avant même que tu ne répondes à sa question précédente. « Merci mais je ne compte pas m’éterniser. » Le thé, le canapé, se serait pour une autre fois. Tu es juste là pour la récupérer et rentrer au château. « Je pense que vous savez exactement ce que je veux. » Tu le jauges du regard, plongeant tes yeux sombre dans les siens alors que tu te doutes que ça ne va pas être aussi simple que tu le crois. Tu aurais peut-être mieux fait de dire oui au thé. « Voyez-vous, je doute que si vous m’aviez prêté une table pour une semaine, vous seriez content de ne pas la revoir au bout de deux mois. » C’était nul une table, tu aurais pu être plus original, mais c’était tout, c’était le principe qu’il fallait comprendre. Si après ça il n’avait toujours pas compris, il était un idiot.  

mise en page à venir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 223

carnet personnel
DANS TA POCHE: Une vieille photo de sa fille Iseult dans ses bras et un calpin aux armoirires des Yaxley où il note diverses idées pour des médicaments à venir.
TON PATRONUS: Le sien était un chat. Symbole de moquerie pour certains, mais qui correspondait parfaitement à Archibald.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Combat de coqs ϟ Archibald   Dim 12 Mar - 13:30




Combats de coqs
Archibald • Tristan
J'aurais du me douter que le silence du prince cachait quelque chose. En l'occurrence, toute l'arrogance que son père lui a appris. Cependant, contrairement à lui, l'arrogance ne repose que sur son titre qu'il n'aurait jamais du avoir. Pale copie de la glorieuse dynastie des Windsor, l'Archdeacon junior semble penser que tout lui est acquis alors qu'en réalité, le maître en cet instant c'est moi. C'est de mon bon vouloir que dépend l'exécution ou non de sa requête. C'est de ma bonne volonté que dépend ces souhaits. Contrairement à ce que son titre royal peut lui susurrer à l'oreille, il reste un cadet, même pas potentiellement héritier de son père, face à un patriarche d'une très ancienne famille. Son poids ne vaut rien en cette maison sans l'appui de son père ou de son frère d'héritier. A l'instar du roi de France, je suis empereur dans mon royaume, même si celui-ci se trouve être bien petit.

Alors qu'il refuse de répondre à mon offre de s'assoir, je retiens un sourire. Décidément, il est plus stupide qu'il en a l'air. Son père ne lui a pas appris les codes subtils de la gestuelle qui hiérarchise la scène mondaine ou informelle ? Le rapport de force n'est clairement pas en sa faveur et ce n'est pas en restant debout que cela va changer.

J'incline nonchalamment la tête en regardant mon invité. Je le scrute en silence avant de finalement décider à me répondre après l'avoir fait attendre. Je lui dois rien. Pourquoi devrais-je lui répondre sans une contrepartie avantageuse pour moi ?

-A ma connaissance, je ne vous dois rien. Enfin si, il y a les impôts mais je suis en règle auprès de l'administration fiscale. Êtes-vous devenus un agent du fisc pour venir me signaler en personne mes prétendues arriérés d’impôts ?

Mon sourire s'étire. Je suis curieux de voir comment il va prendre mon interrogation qui peut sonner à moitié comme une insulte même si je l'ai dit de manière la plus courtoise possible. Après tout, on a jamais vu un membre royal faire ce genre de besogne.

-Il vous faut donc être plus précis, Votre Altesse. La précision est d'autant plus importante surtout si vous êtes en réalité venus pour faire affaire avec le patriarche de la maison Yaxley.

Je me tais. Cette phrase, je l'ai prononcé des années plutôt devant un autre homme que je honnis du plus profond de mon âme. Je ne referais cependant pas la même erreur. J'ai appris de cette erreur et ce n'est pas ce blanc-bec qui va m'avoir. Je suis Archibald, troisième du nom, patriarche de la famille Yaxley et que je sois damné si je me fais avoir par ce prince à la couronne fantoche.
Fiche codée par NyxBanana


ARCHIBALD YAXLEY ✽
Membre de la fière famille des Yaxley, cousin des Black et Purifié à la solde du gouvernement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 199 LOCALISATION : au palais certainement EMPLOI : Prince et assistant du secrétaire d'état à la jeunesse

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Combat de coqs ϟ Archibald   Jeu 16 Mar - 21:06


Combat de coqs
« LE TELEPHONE POURRA SONNER, IL N'Y AURA PLUS D'ABONNE ET PLUS D'IDEE, QUE LE SILENCE POUR RESPIRER »

Il ne te faut pas longtemps pour détester encore plus cet homme qui t’a volé Iseult au pire moment de ta vie. Il ne pourra jamais comprendre, il est certainement trop imbécile pour cela. Comme c’est un réel idiot de te prendre pour un gamin. Parce que tu peux le lire dans son regard. Il se joue de toi mais il semble oublier que si tu n’es pas ton père, tu restes un prince, quelqu’un de bien plus important qu’un purifié. Si tu n’as aucun problème avec les impurs, les purifiés te révulsent. Eux qui ont trahi les leurs pour s’élever. Tu ne comprends pas comment on peut avoir cette réaction. Mais il y avait toujours des traitres quel que soit le moment. Tu te demandais bien ce qu’il avait pu faire pour obtenir une telle purification. Parce que si certains restaient à un niveau faible de la société et ne souhaitaient uniquement plus avoir de magie coulant dans leur sang, lui faisait partie de ceux qui l’avait obtenue grâce à quelque chose. Sinon, il n’aurait pas ce château dans lequel tu te trouvais actuellement, sinon, il aurait disparu parmi la foule. Certains avaient trahis leur famille pour rester libre, ça te dégoutait. Les humains et leurs actions te dégoûtaient et il en faisait partie. Tu avais peur pour elle. Qui sait ce qu’un homme comme lui serait capable de lui faire. Un homme qui ne respectait plus son peuple de base. Un homme qui prenait des esclaves. Allait-il la faire souffrir ? Etait-elle en train de souffrir en ce moment-même dans ce château ? Elle était forcément là. Il ne te restait plus qu’à la trouver. Tu ne quitterais pas les lieux sans elle.

« A ma connaissance, je ne vous dois rien. Enfin si, il y a les impôts mais je suis en règle auprès de l'administration fiscale. Êtes-vous devenus un agent du fisc pour venir me signaler en personne mes prétendues arriérés d’impôts ? » Ton regard se fait sombre alors que tu sais qu’il cherche à t’énerver, à te faire perdre le contrôle. Il doit ignorer les heures d’entrainement que tu subis aux cotés de la chef des patrouilleurs. Croit-il franchement qu’il pourrait s’en sortir face à toi. Il avait de la chance que tu sois entièrement pacifiste. C’était si facile de faire disparaitre quelqu’un du monde de nos jours. Manque de pot, s’il avait cru qu’il arriverait à faire disparaitre Iseult, elle comptait bien trop à tes yeux. « Et ça vous choquerait si c’était le cas ? » C’était quoi cette idée que vous ne pouviez pas faire ce que vous vouliez ? Il cherchait à te rabaisser en te traitant comme un vulgaire agent du fisc, mais il était bien naïf. Il ne savait rien de toi et ça se sentait. Tu aurais tout donné pour ne pas te coltiner à ton rôle de prince. Ce n’était peut-être pas agent du fisc que tu voulais être mais c’était le même principe.

« Il vous faut donc être plus précis, Votre Altesse. La précision est d'autant plus importante surtout si vous êtes en réalité venus pour faire affaire avec le patriarche de la maison Yaxley. » Prends moi pour un con ! Faisait-il vraiment semblant de ne pas comprendre ce que tu voulais ? Ou était-il tout bonnement un idiot dans son costume de grand homme. Lui et ses belles paroles, ne valait-il rien derrière ? « Je crois que vous n’avez pas compris. Je ne suis pas ici pour faire affaire avec vous. » Tu marques quelques secondes de pause. « Je laisse cela à mon père. » Tu ne sais pas ce qui t’a pris de dire ça. Peut-être parce que tu sais que nombres des grosses purifications sont données par lui suite à une conversation. Ce n’était certainement pas le gouvernement qui avait un réel impact dessus. Il avait certainement été à son contact à un moment ou un autre. Quelques secondes passent en silence avant que tu ne reprennes. « Je suis venu récupérer mon esclave. Le deal c’était une semaine, pas un mois et demi. » Tu braques ton regard dans le sien. « C’est suffisamment précis ainsi ? »   

mise en page à venir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 223

carnet personnel
DANS TA POCHE: Une vieille photo de sa fille Iseult dans ses bras et un calpin aux armoirires des Yaxley où il note diverses idées pour des médicaments à venir.
TON PATRONUS: Le sien était un chat. Symbole de moquerie pour certains, mais qui correspondait parfaitement à Archibald.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Combat de coqs ϟ Archibald   Jeu 16 Mar - 22:32




Combats de coqs
Archibald • Tristan
Les réponses que m'adressent le jeune homme me faisant face me font intérieurement hurlé de rire. Pense-t-il qu'il soit le premier à se comporter ainsi que je rencontre ? Ce n'est nullement le cas et j'ai depuis longtemps appris à mater les jeunes garçons comme lui. Alors, quand il m'interroge à la suite de ma remarque sur ses vocations à aider le fisc, je suis à peine défrisé. Sirotant ma tasse de thé, je réponds sur un ton badin :

-Choqué ? Non. Il m'en faut plus pour m'impressionner.

C'est la vérité. Après tout, n'ai-je pas vu tous les membres de ma famille mourir de façon violente à l'exception de ma fille qui m'a été arrachée ? De plus, le monde dans lequel je suis née n'est plus que cendre perdus dans des souvenirs. Non, vraiment, il en faut beaucoup plus.

-En revanche, je m'intéresse à ce que devient mes impôts, comme tout un chacun.

A nouveau, mon ton est badin quand je prononce cette phrase. Cette préoccupation que j'ai énoncé est le commun des personnes de ce pays qui importent une partie de leur denier au fonctionnement de l'état. Si la précédente dynastie a fini par consentir à payer l'impôt sur la fortune avant sa chute, je ne crois pas que cette fiscalité ait été instauré par ce brave Erwin. Les chiffres sur la fortune de la famille ne sont à mon sens nullement fiable et suis quasiment sûr que des magouilles autour des impôts ont été montés. L'enfant est-il conscient de ça ? Je l'ignore, reste à voir s'il va réagir face à cette remarque. Et puis, quand bien même il devait soumis à l'impôt, je doute qu'il sache ce que cela signifie puisque Maman et Papa doivent tenir les cordons de sa bourse.

Puis il nie. Nie qu'il n'est pas venu ici pour marchander avec moi. Pourtant, n'est-ce pas ce qu'il fait quand il me demande quelque chose, en l’occurrence son esclave ? Il souhaite quelque chose que je possède. Il est donc normal qu'il me cède quelque chose en échange pour faire un échange équivalent. Et dire qu'il laisse ça à son père ? Ah ! C'est définitivement pas pour le mettre en valeur qu'il prononce ses mots.

Pas plus déboussolé que ça, je bois une gorgée de ma tasse en le regardant attendre ma réponse. Je prends le temps de poser ma tasse sur la table face à moi avant de répondre.

-Vous êtes un homme indécis, Votre Altesse. Vous dites ne pas marchander, laissant cela à votre père. Pourtant, vous exigez quelque chose de moi. Que souhaitez-vous ? Ne pas obtenir ce que vous souhaitez afin de vous laver les mains sur une issue non voulue de la transaction ? A moins que ce ne soit d'obtenir ce que vous désirez quitte à devoir prendre votre propre responsabilité dans la discussion ?

Je le mets face à ces contradictions, anticipant plus que sûrement un visage et une expression outrée. Inclinant la tête, j'ajoute :

-Il est important que je le sache car, tout prince que vous êtes, je ne peux agir pour éventuellement contenter votre souhait, surtout si cela peut porter préjudice à mes intérêts.

En effet, même si on me dit prompt à faire l'apologie d'Erwin Archdeacon, je ne le ferais surement pas pour l'un de ses fils sans une bonne raison. Les deux sont des personnes avec qui j'entretiens des relations diamétralement différentes.

Puis, une pensée fait irruption dans mon esprit. Je n'y avais pas attention jusque là. Cependant, maintenant que je l'ai eu, elle ne quitte pas mon esprit. Sans l'ombre d'un doute, il évoque Iseult. Ma fille est la seule personne du Palais qui doit venir passer une semaine chez moi. Je ne pensais pas qu'elle était affectée au service de quelqu'un en particulier au palais mais pourquoi pas ? Cependant, je veux savoir pourquoi le prince la cherche à ce point. Est-elle en danger ? Ou est-ce autre chose ?

-Êtes-vous à ce point en manque d'employé au palais pour que vous souhaitez récupérer une personne particulière ?

Ma question est à mon sens pertinente. Pourquoi Iseult et pas une autre ? Je demeure impassible en bon comédien en attendant sa réponse. J'espère que les brides de réponses, à défaut de réponse complète, m'informeront sur un danger possible qui vise Iseult ou non...
Fiche codée par NyxBanana


ARCHIBALD YAXLEY ✽
Membre de la fière famille des Yaxley, cousin des Black et Purifié à la solde du gouvernement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 199 LOCALISATION : au palais certainement EMPLOI : Prince et assistant du secrétaire d'état à la jeunesse

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Combat de coqs ϟ Archibald   Mar 21 Mar - 19:51


Combat de coqs
« LE TELEPHONE POURRA SONNER, IL N'Y AURA PLUS D'ABONNE ET PLUS D'IDEE, QUE LE SILENCE POUR RESPIRER »

Tu tentes de cacher à quel point cet homme te répugne mais c’est difficile. Peut-être que tu n’aurais pas réagi ainsi si ça n’avait pas été Iseult, si ça n’avait pas été la personne qui comptait le plus à tes yeux qu’il t’avait volé. Mais c’était elle sur qui il avait jeté son dévolu et non content de la garder plus d’une semaine il jouait en plus avec toi. Tu étais peut-être doux, anti-violent, il ne pouvait pas imaginer jusqu’où tu serais capable d’aller pour récupérer celle que tu aimais même si tu n’en avais pas le droit. Il te provoque, cherche à te rabaisser, mais tu t’en moques. Tu n’es pas un de ses princes qui aiment se faire flatter. Tu as toujours eu ça en horreur. S’il ne t’aime pas, tu t’en moquerais bien qu’il te le dise. Ce que tu n’aimes pas, c’est cette façon qu’il a de te parler. Ces paroles tout en retenu pour insinuer ce qu’il pense plutôt que de le dire tout haut. Mais qui était-il avant, qui était-il pour se permettre des choses telles que celles-ci ? Il avait dû passer un contrat réellement juteux avec ton père pour lui permettre de garder toutes ses possessions et que personne ne le reprenne jamais sur ses avis très ambigus vis-à-vis de ta famille. « Choqué ? Non. Il m'en faut plus pour m'impressionner. » Sans-blague ? Ca ne t’étonne même pas qu’il te répondre ça. Il n’empêche que tu n’as jamais parlé de l’impressionner. Mais tu ne réponds rien. Tu n’as pas envie de jouer à son jeu, qu’il le continue tout seul. C’est d’ailleurs ce qu’il fit. Comment aurait-il pu en être autrement. « En revanche, je m'intéresse à ce que devient mes impôts, comme tout un chacun. » Tu ne prends même pas la peine de lui répondre. Les impôts permettent au gouvernement de mettre en place des actions. Il faut bien des gens pour payer l’ordre du phénix ou les orphelinats, même si tu préférerais les voir être fermés. Mais ce n’est certainement pas avec lui que tu vas avoir ce genre de débat.

Il te parle alors d’un marchandage que tu devrais passer avec lui. Sauf qu’il n’a pas compris qu’il n’y avait pas à marchander. Tu récupérerais Iseult avec son consentement ou non. Tu n’avais rien à lui donner en échange. S’il voulait marchander, qu’il aille voir avec ton père, comme il devait certainement l’avoir déjà fait une première fois. « Vous êtes un homme indécis, Votre Altesse. Vous dites ne pas marchander, laissant cela à votre père. Pourtant, vous exigez quelque chose de moi. Que souhaitez-vous ? Ne pas obtenir ce que vous souhaitez afin de vous laver les mains sur une issue non voulue de la transaction ? A moins que ce ne soit d'obtenir ce que vous désirez quitte à devoir prendre votre propre responsabilité dans la discussion ? » Le fait-il exprès ou est-il aussi idiot qu’il en à l’air à vouloir jouer tout seul ? « Il est important que je le sache car, tout prince que vous êtes, je ne peux agir pour éventuellement contenter votre souhait, surtout si cela peut porter préjudice à mes intérêts. » Tu réfléchis à comment lui faire comprendre qu’il n’a aucun intérêt à jouer avec toi lorsqu’il reprend la parole, tu l’espères pour la dernière fois. « Êtes-vous à ce point en manque d'employé au palais pour que vous souhaitez récupérer une personne particulière ? » Tu braques ton regard dans le sien. « Et vous, êtes-vous à ce point en manque d’argent pour devoir emprunter les esclaves des autres pour faire vos petites tâches ménagères ? » Tu laisses quelques secondes de silence passer. Il ne semblait pas comprendre que tu pourrais faire débarquer l’ordre du phénix ici si tu le souhaitais. Nul doute qu’ils ne comprendraient pas forcément tes raisons mais il y avait toujours des hommes de prêts à aller taper sur de l’impur, même les purifiés. Il ne serait jamais pur. Et puis, il suffisait une petite phrase mal placée pour que ça s’enflamme. « Je ne tiens pas à perdre du temps à reformer une esclave aux tâches précises que je peux lui demander. » Oui, tu avais d’autres choses plus importantes à faire. Et puis, aucune ne pourrait remplacer ton Iseult. Parce qu’elle était celle qui te connaissait depuis que tu avais quatorze, que tu étais un gamin pommé devenu prince. Parce qu’elle savait trouver les mots qui te réconfortaient, qui te donnaient du courage. Parce qu’elle arrivait à faire battre ton cœur alors que ça aurait dû être presque impossible. « Et pour conclure, il ne s’agit pas d’une négociation ou d’un marchandage pour la simple raison que cette esclave m’appartient et que je n’ai rien à vous donner en échange de son retour au palais. Je vous ai déjà fait une fleur en vous la laissant un mois de plus. » Et tu ne lui en ferais plus. Tu n'ajoutes pas que c'était dans le cas où il était vraiment en manque d'argent. Inutile d'en rajouter. Tu comptais désormais sur son intelligence pour comprendre qu’il était temps d’arrêter de jouer avec la famille royale. Il avait peut-être cru qu’elle n’était qu’une fille de cuisine et que son absence passerait inaperçue mais c’était loin d’être le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 223

carnet personnel
DANS TA POCHE: Une vieille photo de sa fille Iseult dans ses bras et un calpin aux armoirires des Yaxley où il note diverses idées pour des médicaments à venir.
TON PATRONUS: Le sien était un chat. Symbole de moquerie pour certains, mais qui correspondait parfaitement à Archibald.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Combat de coqs ϟ Archibald   Sam 25 Mar - 18:57




Combats de coqs
Archibald • Tristan
Lorsque l'avant-dernier fils des Archdeacon essaye de m'impressionner, un sourire étire mes lèvres. Pour un peu, je partirai dans un rire dément digne de l'un de ses méchants que je peux apprécier voir dans les pièces de théâtre. Même s'il tente de rester calme, on dirait qu'il commence à perdre ses moyens. N'est-il pas après tout en train de faire un caprice comme seul les rejetons d'Erwin peut faire ? Il est vrai que le caprice concerne ma fille me dérange au plus haut point car je ne sais pas ce que cela implique. Cependant, je suis assez sûr de moi qu'Iseult ne craint rien en cet instant, qu'importe ce jeune homme se retienne pour ne pas exploser de colère comme un gamin de trois ans. Non, définitivement, IL n'a rien à gagner de moi en ce moment. Ce n'est pas un secret pour les hautes sphères de Birmingham que je vis une vie de semi-isolement car je suis en train de préparer une réception grandiose.

Je laisse de côté mes réflexions afin de reporter mon attention sur mon invité non voulu. Moi aussi, je suis capable de laisser des silences en scrutant mon interlocuteur. Pense-t-il vraiment que cela est une nouveauté de se comporter ainsi ? Gamin capricieux qui croit que la terre de son paternel lui appartient tout entière.

-Comme vous pouvez le constater, aucun meuble de cette maison n'est recouvert de poussière. Navré de vous décevoir, je ne suis pas encore sur la paille au point de devoir annuler la fête qui s'annonce pour bientôt. Vous ne trouvez pas qu'il manque de fêtes en l'honneur de Leurs Majestés, vos parents ? J'entends y remédier comme tout bon sujet de ce pays qui peut permettre de telles choses.

Si le planning des mondanités se maintient tel qu'il est, aucune festivité n'est prévue jusqu'à la mienne. Ce sera particulièrement amusant si ce fait se maintienne. Comment ne pas afficher de meilleur soutien au gouvernement quand aucun membre de ses larbins ne le font pas ? Je jubile d'avance à ce que cela devienne réalité.

-Cependant, je suis au regret de vous annoncer qu'Iseult ne se trouve pas ici.

Je venais de lâcher la bombe. Une bombe qui doit lui faire comprendre que, tout prince qu'il est, il n'est surement pas un acteur du jeu que son père (et dans une moindre mesure sa mère) joue.

-Vous êtes vraiment sûr de ne pas vouloir vous assoir pour gouter ce thé ? Il est particulièrement divin.

Dans cet aparté, je me saisis de ma tasse pour finir de boire son contenu. Puis, je me décide de reprendre le fil de la conversation.

-Comme je vous le disais, je n'ai pas cette esclave en particulier chez moi. Il a été convenu après les festivités en l'honneur de l'anniversaire de mariage de vos parents qu'elle passerait une semaine chez moi bien plus tard.

C'est la pure vérité que je lui fais la faveur de lui donner. Cependant, ayant une idée derrière la tête, je continue rapidement.

-Peut-être que quelqu'un de votre entourage a décidé de profiter de ces compétences particulières ?

Mes propos sont dits de manière totalement hasardeuses. Je n'ai que des suppositions sur où ma fille se trouve et pourquoi elle n'est pas au service du prince comme habituellement. Cependant, il y a une chose sur laquelle, je suis à peu près sûr. Si le prince (tout pourri gâté qu'il soit) ne sait pas lui-même où elle est, c'est que quelqu'un plus haut que lui a tu l'information à son intention. Et vu sa position, il n'y a pas 36 possibilités sur l'identité de cette personne.

A ce constat, j'en oublie la joie que me procurera de faire ma fête sans qu'aucune famille n'en ait fait. Ce qui s'annonce dans les prochaines minutes sont infiniment plus intéressante !
Fiche codée par NyxBanana


ARCHIBALD YAXLEY ✽
Membre de la fière famille des Yaxley, cousin des Black et Purifié à la solde du gouvernement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 199 LOCALISATION : au palais certainement EMPLOI : Prince et assistant du secrétaire d'état à la jeunesse

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Combat de coqs ϟ Archibald   Mar 28 Mar - 19:59


Combat de coqs
« LE TELEPHONE POURRA SONNER, IL N'Y AURA PLUS D'ABONNE ET PLUS D'IDEE, QUE LE SILENCE POUR RESPIRER »

Tu aimerais bien lui faire ravaler son sourire suffisant, mais tu laisses ses remarques couler. Heureusement que tu as un contrôle important et que tu n’es pas quelqu’un de sanguin comme peut l’être ta sœur ainée. Nul doute que votre conversation déjà houleuse le serait d’autant plus. Mais elle aurait peut-être réussi à faire un plus beau plaidoyer, qui sait. Enfin, tu en doutais, rien ne pouvait faire douter cet homme de son importance, pourtant plus que minime, dans cette société. « Comme vous pouvez le constater, aucun meuble de cette maison n'est recouvert de poussière. Navré de vous décevoir, je ne suis pas encore sur la paille au point de devoir annuler la fête qui s'annonce pour bientôt. Vous ne trouvez pas qu'il manque de fêtes en l'honneur de Leurs Majestés, vos parents ? J'entends y remédier comme tout bon sujet de ce pays qui peut permettre de telles choses. » Ah oui, c’est vrai qu’il y avait une fête. Tu n’avais jamais particulièrement aimé ça. C’était trop guindé, à toujours devoir suivre le protocole. Les conversations y étaient des plus ennuyeuses. Tu étais bien mieux chez toi à jouer du violon. Mais qu’il fasse, si ça lui faisait plaisir. « Si vous le dites. » Tu ne relèves à peine. Tu n’as même pas envie de débattre d’un sujet pareil. Parce que peut-être que tes parents aimaient voir leur sujet à leurs pieds mais ça n’avait jamais été ton cas. S’il voulait être de ceux leur léchant les bottes, grand bien lui fasse, mais ce n’était pas comme ça qu’on s’attirait ta sympathie. Ça n’avait jamais été ainsi. On pourrait te faire toutes les éloges du monde que tu t’éloignerais plus de la personne qu’autre chose. Ton ton n’était pas méchant, juste inintéressé, parce que ce n’était pas ce genre de choses qui t’intéressait particulièrement. Tes amis, ce n’étaient pas ainsi que tu te les faisais. Tes proches non plus. Tu aurais plutôt été du genre à t’échapper du palais et à te faire passer pour quelqu’un d’autre. Quelqu’un qui n’aurait pas été le prince. Et tu aurais bien vu de qui tu aurais été proche.

« Cependant, je suis au regret de vous annoncer qu'Iseult ne se trouve pas ici. » C’était une blague ? N’avait-il pas compris que tu ne riais plus ? Que tu étais prêt à tout pour récupérer Iseult ? D’ailleurs, comment savait-il qu’elle s’appelait Iseult ? Oh, ça devait certainement dater de la fête. « Vous êtes vraiment sûr de ne pas vouloir vous assoir pour gouter ce thé ? Il est particulièrement divin. » Tu t’assoies à contre-cœur. Mais bon, il le faut bien pour faire un semblant de bonne impression. Pourtant tu ne penses qu’à elle. Elle voulait partir et tu ne l’avais pas laissée faire. Et si elle était vraiment partie de peur d’aller chez lui et qu’il lui était arrivé quelque chose. La peur te saisit. Pendant des jours entiers tu avais cru qu’elle était chez lui alors tu ne te faisais pas de soucis, mais pourtant tu avais presque envie de le croire. Parce qu’il semblait un minimum honnête et ne pas être en train de se payer ta tête. « Comme je vous le disais, je n'ai pas cette esclave en particulier chez moi. Il a été convenu après les festivités en l'honneur de l'anniversaire de mariage de vos parents qu'elle passerait une semaine chez moi bien plus tard. » Et pourquoi personne n’avait jugé bon de t’en informer ? Elle restait ton esclave jusqu’à preuve du contraire. « Il faut croire que certaines informations se perdent au sein du palais… » La colère pointe dans le son de ta voix. A moins que ça ne soit la peur. Parce que dans les deux cas, elle n’était pas là et tu n’avais aucune idée d’où elle pouvait se trouver. « Peut-être que quelqu'un de votre entourage a décidé de profiter de ces compétences particulières ? » Non, c’était impossible. Complètement impossible. Parce que le palais était peut-être grand, mais les espaces occupés par les esclaves n’étaient pas si importants. Et tu avais fait la plupart d’entre eux à la recherche d’un autre esclave de remplacement. Tu ne voyais qui aurait pu avoir besoin de ses services. Toute ta famille avait déjà des esclaves à profusion. Ils n’auraient jamais eu besoin d’elle. Tous savaient qu’elle était l’esclave à ton service précisément. « Sans me prévenir entre temps, j’en doute fortement tout de même. » Oui, cette idée était tout bonnement idiote. « Et puis, je ne vois pas pourquoi ils en auraient eu besoin. » Ils allaient tous bien plus vites avec leur propre esclave qui les connaissaient déjà par cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 223

carnet personnel
DANS TA POCHE: Une vieille photo de sa fille Iseult dans ses bras et un calpin aux armoirires des Yaxley où il note diverses idées pour des médicaments à venir.
TON PATRONUS: Le sien était un chat. Symbole de moquerie pour certains, mais qui correspondait parfaitement à Archibald.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Combat de coqs ϟ Archibald   Mer 5 Avr - 13:39




Combats de coqs
Archibald • Tristan
Même si je demeure maître de moi-même, je ne peux m'empêcher de me sentir déçu face au manque de réaction du prince à la fête que je prévois. Ma fête se veut grandiose à la gloire de ses parents et donc pour lui, si on continue ce raisonnement. Cela veut-il dire que le prince n'envisage pas d'y participer ? Si cela est le cas, ce serait décevant pour les projets de festivité que j'ai. Et si ce sentiment est commun à l'ensemble de la famille royale, je cours au désastre. Enfin, la fête serait toujours à la hauteur de la réputation des Yaxley mais jamais elle n'aurait des échos aussi importants sans la présence royale. Je me dois d'empêcher un tel scénario en le convaincant à venir voir même à ce qu'il arrive à entraîner sa fratrie dans le lot. Reste à manoeuvrer de manière suffisamment habile pour obtenir ce que je veux sans paraître totalement impoli.

Cependant, je décide de m'éloigner de ce sujet de la réception en évoquant le fait que ma fille ne se trouve pas à mes côtés. C'est une chose habituelle pour moi et je m'en désole chaque jour en attendant avec impatience cette semaine bénie. Par contre, que ma douce Iseult soit à ce point relégué à un statut utilitaire me révulse au plus haut point. Néanmoins, ma seule consolation est de voir à quel point Iseult a su se rendre si indispensable. Il est plus que normal qu'une Yaxley sache se rendre indispensable à son entourage.

Le prince Tristan laisse échapper une pointe de colère dans sa voix lorsqu'il réagit à ma réaction. Les possibilités que laissent envisager la voix sont des plus intéressantes, assurément.

-Vous m'en voyez sincèrement désolé, Votre Altesse.

Je compatis à son manque d'information. La tonalité de ma voix est modulée de manière à faire percevoir une sincérité de mes mots. Puis, je lui soumets une idée hasardeuse que j'ai eu en pensant à cette situation. La réponse est négative. Pourtant, il me semble percevoir une certaine brusquerie, attisant de fait ma curiosité.

-En êtes-vous vraiment certain ?

Je fais allusion à sa remarque sur son interrogation du pourquoi ils en auraient besoin. Je me décide de préciser ma pensée. Je suis en effet à peu près certain que le prince n'a qu'un sens de façade des intrigues politiques. Non pas que je m'en plaigne en cet instant mais il faut savoir s'abaisser au niveau des humbles et des sots pour arriver là où on veut.

-Pardonnez ma franchise, Votre Altesse mais... Vous êtes un fils d'Erwin Archdeacon. Je ne pense pas vous apprendre que cela implique un certain nombre de choses, tant pour soi que pour son entourage, n'est-ce pas ?

Si je lui apprends quelque chose, j'en viendrais presque à plaindre le père d'avoir un rejeton si peu alerte aux manoeuvres politiques. Cela me semble évident que toutes personnes proches de quelqu'un d'influent risque ou risquera quelque chose à un moment ou un autre. Que ce constat ne lui soit pas venu à l'esprit est aberrant.

-A nouveau, pardonnez-moi mon indiscrétion mais cette personne compte-t-elle beaucoup pour vous ?

J'attends une réaction avec beaucoup d'impatience même si j'essaye d'en montrer rien. Si Iseult est effectivement proche du prince au point de lui être indispensable au quotidien, elle risque d'être en danger si on cherche à atteindre le prince. Cette idée m'est intolérable et je me dois de lui faire comprendre de manière détournée qu'Iseult lui sert peut-être de moyen de pression sur lui. Néanmoins, ces pensées amènent une autre série de questions à savoir qui a pu réussir à éloigner ma fille de son "maître" sans que celui-ci ne soit au courant ? Je sais que je ne peux avoir de confirmation ou d'infirmation sur les idées que j'ai de la part du prince. Néanmoins, cela ne veut pas dire que je ne vais pas essayer d'en avoir par des déductions...
Fiche codée par NyxBanana


ARCHIBALD YAXLEY ✽
Membre de la fière famille des Yaxley, cousin des Black et Purifié à la solde du gouvernement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 199 LOCALISATION : au palais certainement EMPLOI : Prince et assistant du secrétaire d'état à la jeunesse

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Combat de coqs ϟ Archibald   Jeu 6 Avr - 21:54


Combat de coqs
« LE TELEPHONE POURRA SONNER, IL N'Y AURA PLUS D'ABONNE ET PLUS D'IDEE, QUE LE SILENCE POUR RESPIRER »

Il te parle d’une soirée en l’honneur de votre famille et à vrai dire, tu n’en as rien à faire. Qu’il en fasse une si cela l’amuse, peut-être que tu viendras mais tu n’es pas friand de ce genre de chose. Alors, que les grandes familles en face en votre honneur ou non est bien la dernière chose à laquelle tu pourrais t’intéresser. Parce que tu as toujours détesté les voir ramper à vos pieds pour le plaisir d’un sourire rendu. Les relations, les véritables relations, ce n’est pas ainsi que tu les définies. Alors ils pouvaient bien faire tout pour te séduire, ce n’était pas comme ça que ça fonctionnait de ton côté. Non, pas du tout. Ca avait le don de te révulser plutôt que de t’intéresser. Tu t’éloignais toujours de ces personnes qui de ton point de vue, ne s’approchaient de toi que parce que tu étais un prince. Tu préférais nettement bâtir une relation avec quelqu’un qui aurait ignoré qui tu étais, si seulement c’était possible. Parce qu’au moins, tu aurais été certains de ce que la personne voulait.

Mais devant ton manque d’intérêt certainement, il changea de sujet et revint au sujet principal, à savoir où était ton esclave. Parce qu’elle ne pouvait être qu’ici et il était bon de lui rappeler qui il était et à ce qu’il devrait affronter s’il ne te rendait bien rapidement ton Iseult. « Vous m'en voyez sincèrement désolé, Votre Altesse. » Tu ne crois pas un traitre mot de ce qui peut sortir de sa bouche. Tu te méfies de lui comme de la peste. Lui qui s’est bien joué de toi avant de finir par, enfin, comprendre de quoi il en retournait. Mais même si ses piques avaient glissées sur la carapace que tu t’étais construite, peut-être aussi parce que tu étais d’un tempérament très calme, elles restaient tout de même gravées dans ton esprit. Il ne supportait pas votre famille, il se jouait de vous et ce directement face à vous. Tu t’en serais moqué, s’il n’y avait pas eu Iseult. Si ça avait été pour une autre raison qu’elle que tu étais venue ici. Mais il t’avait déjà fait l’affront de la récupérer alors ses petites remarques, il aurait très certainement mieux fait de les garder pour lui.

Il continue, suggérant qu’elle a pu être demandée ailleurs. Mais c’est tout bonnement impossible. Parce que tu l’aurais su. Parce qu’on t’aurait prévenu. Parce que ça semble impossible que quelqu’un l’ait changée de service sans même prendre le temps de t’en informer. « En êtes-vous vraiment certain ? » Te prenait-il sérieusement pour un idiot ? Bien entendu que tu en étais sûr. Tu acquiesces d’un mouvement de tête. Tu ne vois pas où elle pourrait être. Tu ne vois pas comment on aurait pu oublier de te prévenir. « Pardonnez ma franchise, Votre Altesse mais... Vous êtes un fils d'Erwin Archdeacon. Je ne pense pas vous apprendre que cela implique un certain nombre de choses, tant pour soi que pour son entourage, n'est-ce pas ? » Il te prenait vraiment pour un imbécile. Croyait-il sincèrement que tu n’avais pas compris depuis longtemps que vous étiez tous en danger ? Encore plus avec un père aussi paranoïaque que le tien. Tu avais toujours mal supporté tout ce cirque. Tu avais toujours regretté les instants où ton nom était encore inconnu. Où tu pouvais encore sortir comme tu le désirais. Où tu étais entièrement libre. Ô douce enfance chérie. « Soyez sérieux quelques instants. Si on voulait toucher mon père ce n’est pas une esclave que l’on enlèverait. Encore moins, une au service d’un de ses enfants et qui donc n’est même pas proche de lui au point de pouvoir apprendre quelque chose à d’éventuels dissidents. D’autant plus qu’apparemment personne n’est au courant qu’elle est à mon service. » Petite référence au fait qu’il ignorait quelques instants plus tôt la véritable affection de l’esclave qu’il avait piqué au cours de cet anniversaire de mariage.

« A nouveau, pardonnez-moi mon indiscrétion mais cette personne compte-t-elle beaucoup pour vous ? » Oui, il était indiscret et bien trop curieux. Tu n’aimais pas cela. Pensait-il sincèrement que tu allais lui dire ce qu’il voulait entendre. Qu’elle était la personne à blesser si on voulait te détruire. Non, bien sûr que non que tu n’allais pas lui dire. « Elle est à mon service depuis quatorze ans. » Réponse mi-figue, mi-raisin qu’il interprèterait comme bon lui semblerait. De toute façon, c’était une réponse qu’il aurait facilement pu obtenir en se renseignant directement auprès d’Iseult ou même auprès d’autres. Tu ne te mouillais donc pas trop. Il ne pourrait de toute façon même pas imaginer ce qui pouvait vous lier. Ce lien bien trop fusionnel pour être toléré au sein du palais. Ces sentiments que tu avais pour elle et que tu combattais avec force afin de ne pas la mettre en danger. Parce que cela n’aurait jamais mené à rien. Elle, ton esclave, ton amie, ta bouée de sauvetage, ta confidente et bien plus encore. Celle pour laquelle tu étais prêt à donner ta vie, celle pour qui tu étais capable de t’opposer à tes parents. Celle que tu ne pourrais jamais aimé autrement que de loin. « Pourquoi cela vous intéresse-t-il tant ? » Petite façon de lui faire comprendre que tu étais loin d’être dupe sur les questions bien trop personnelles qu’il pouvait poser à quelqu’un qu’il connaissait que depuis quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 223

carnet personnel
DANS TA POCHE: Une vieille photo de sa fille Iseult dans ses bras et un calpin aux armoirires des Yaxley où il note diverses idées pour des médicaments à venir.
TON PATRONUS: Le sien était un chat. Symbole de moquerie pour certains, mais qui correspondait parfaitement à Archibald.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Combat de coqs ϟ Archibald   Jeu 6 Avr - 23:20




Combats de coqs
Archibald • Tristan
J'écoute en silence les mots que le prince me répond. Si par instant il ne semble pas totalement aussi désespéré que j'aurais pu l'imaginer, il étale avec force sa bêtise. Non, sa naïveté. Les phrases sortant de sa bouche me permettent de dresser un portrait net de lui. Malheureusement, celui-ci n'est que peu flatteur. Mais vais-je vraiment m'en plaindre ? Non. Non car elle me laisse entrevoir enfin après tant d'années la réalisation de mon souhait le plus cher. Cela ne sera pas pour tout de suite mais la flamme de cet espoir a été ravivé plus vivement que jamais. Je suis désormais plus déterminé que jamais à obtenir ce que je veux. Qu'importe le temps que cela prendra, j'aurais ce que je veux. Rien ni personne ne pourra l'en empêcher.

Alors que mon jeune invité exprime son impatience, j'y demeure insensible. A la place, je me décide à exprimer pleinement la stature que j'ai acquis en devenant des décennies plus tôt le patriarche de la maison Yaxley. Il est impossible que mon changement d'attitude lui ait échappé. Celle-ci est aussi caractéristique que les masques des tragédiens de la Grèce antique et est depuis des siècles associés à la fonction qui est la mienne. La seule concession que je fais face à son impatience est de cesser la politesse si caractéristique du grand Salazar. Le prince n'est définitivement pas assez fin d'esprit pour comprendre tout l'art de ceci et cela serait que trop d'honneurs que de continuer à agir de cette manière.

-Je suis au regret de vous annoncer que mon intérêt porté à Iseult ne vous regarde nullement, Votre Altesse.

Et je lui souhaite bien du plaisir pour parvenir à trouver cette information. Je pense qu'une seule personne de son entourage peut répondre parfaitement à son interrogation. Cependant, je suis raisonnablement certain que jamais il ne le fera. Le pouvoir de garder cette information secrète est bien plus avantageux que de la faire connaître par le plus grand public.

-Contrairement à ce que vous pouvez penser, je suis absolument sérieux lorsque j'évoque votre statut d'enfant royal. Vous êtes particulièrement naïf de penser que seul votre père sera atteint par ses opposants. Je n'ai pas toujours été l'aîné des enfants de la noble et ancienne maison des Yaxley et encore moins son patriarche. Je sais ce que c'est d'avoir la place de cadet de la fratrie.

je parle en homme d'expérience. J'utilise la vérité dans sa plus pure des formes. En dépit de la croyance populaire, je connais le poids de cette arme si puissante qu'est la vérité.

-Quel meilleur moyen de s'en prendre au prince royal que de s'en prendre à l'une des personnes vulnérables le plus proche de lui ? Ne me prenez pas pour un idiot. Ce n'est pas parce qu'on connaît une personne depuis quasiment quinze ans qu'on peut être forcément considéré comme des intimes.

Mes deux dernières phrases sont dites sur un ton n'appelant aucune réplique. Il est encore jeune et il est aisément compréhensible que 15 ans lui paraisse particulièrement long. Néanmoins, quand il sera aussi âgé que moi, il conviendra aisément que la durée de la connaissance n'est pas forcément synonyme de bonne entente, bien au contraire. Je n'ai que trop d'exemples en tête me concernant.

-Ce ne sont que des conjectures mais peut-être puis-je vous conseiller de rester sur vos gardes au palais ? Iseult a été la première touchée sans que vous ne puissiez être au courant. Qui sait ce que cette personne plus puissante que vous serait capable de faire contre vos intérêts.

Quand je formule ces mots, ma conviction concernant l'identité des personnes plus puissantes que le prince se renforce dans mon esprit. Bien sûr, comme je l'ai dit, ce ne sont que des suppositions mais celles-ci me paraissent d'autant plus crédible.

-Que comptez-vous faire ?

Car c'est cela la vraie question. Sachant mes suppositions, qu'est-ce qu'il va faire ? Surtout qu'est-ce qu'il est prêt à faire pour parvenir à ce qu'il désire ? Tellement de possibilité sont possibles et toutes semblent plus alléchantes les unes que les autres surtout si je peux permettre de les rendre réels...
Fiche codée par NyxBanana


ARCHIBALD YAXLEY ✽
Membre de la fière famille des Yaxley, cousin des Black et Purifié à la solde du gouvernement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 199 LOCALISATION : au palais certainement EMPLOI : Prince et assistant du secrétaire d'état à la jeunesse

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Combat de coqs ϟ Archibald   Mar 11 Avr - 19:45


Combat de coqs
« LE TELEPHONE POURRA SONNER, IL N'Y AURA PLUS D'ABONNE ET PLUS D'IDEE, QUE LE SILENCE POUR RESPIRER »

Tu notes le ton bien trop curieux de ton interlocuteur même s’il pose ses questions de façon anodine. Bien trop anodine. Alors tu ne lui réponds pas ce qu’il espère entendre. Parce qu’il est hors de question qu’il sache le lien qui te lit à Iseult. Tu lui réponds même par une question lui montrant que tu n’es pas dupe de son petit jeu. Qu’il n’essaye pas de jouer à ça avec toi. Surtout lui. Lui qui te prend pour quelqu’un né de la dernière pluie, un imbécile. Il n’a pourtant aucune idée de qui tu es, de ce que tu fais, de ce à quoi tu aspires, de ton point de vue sur la politique menée dans ce pays. « -Je suis au regret de vous annoncer que mon intérêt porté à Iseult ne vous regarde nullement, Votre Altesse. » C’était presque trop évident qu’il allait te répondre une chose pareille. Pourquoi aurait-il répondu à cette question. Mais tu allais lui poser directement la question lorsque tu la reverrais. Parce que tu la retrouverais, où qu’elle soit. Pour elle, tu pourrais remuer ciel et terre. Elle était la seule pour qui tu étais capable de faire une chose pareille, parce qu’elle était la seule qui te permettait de supporter la vie au château. Elle sait forcément pourquoi cet homme tient tant à elle. Tu pourras la faire parler, tu n’en doutes pas un seul instant. Sauf si elle ne désire pas non plus divulguer cette information.

« Contrairement à ce que vous pouvez penser, je suis absolument sérieux lorsque j'évoque votre statut d'enfant royal. Vous êtes particulièrement naïf de penser que seul votre père sera atteint par ses opposants. Je n'ai pas toujours été l'aîné des enfants de la noble et ancienne maison des Yaxley et encore moins son patriarche. Je sais ce que c'est d'avoir la place de cadet de la fratrie. » Son ton te rabaissant, te prenant pour un idiot te déplait énormément, mais grâce à ton tempérament calme, tu n’en montres rien. Inutile de te faire un réel ennemi de cet homme, même si tu doutes fortement qu’il puisse un jour attenter à la famille royale. Il n’était qu’un purifié. Un homme de bas-étage qui pensait avoir un semblant d’importance. Il était grand temps qu’il redescende sur Terre. Il était personne et resterait à jamais personne. Lui, le grand patriarche de la maison Yaxley, une grosse blague oui. Alors, il pouvait te faire croire qu’il s’agissait d’un acte te visant, c’était une évidence que ce n’était pas le cas. Parce que cela n’avait aucun intérêt. Et tous pensaient qu’elle n’était qu’une esclave, personne ne savait qu’elle représentait bien plus pour toi à l’exception de ta famille proche qui avait toujours vu d’un très mauvais œil votre complicité depuis que vous étiez enfant et d’un cercle très restreint ayant pu vous voir en compagnie l’un de l’autre. « Quel meilleur moyen de s'en prendre au prince royal que de s'en prendre à l'une des personnes vulnérables le plus proche de lui ? Ne me prenez pas pour un idiot. Ce n'est pas parce qu'on connaît une personne depuis quasiment quinze ans qu'on peut être forcément considéré comme des intimes. » D’où sortait-il une chose pareille ? Ce n’était pas parce que lui faisait des conjectures que tous étaient au courant que tu étais proche de ton esclave. Loin de là. Pourquoi aurait-ce été le cas après tout ? Les esclaves au sein de la famille royale. Qui aurait pu penser qu’elle représentait plus pour toi qu’un simple objet comme c’était le cas pour tes frères et sœurs ? « Ce ne sont que des conjectures mais peut-être puis-je vous conseiller de rester sur vos gardes au palais ? Iseult a été la première touchée sans que vous ne puissiez être au courant. Qui sait ce que cette personne plus puissante que vous serait capable de faire contre vos intérêts. » Tu ne l’écoutes que d’une oreille. Parce que tu n’y crois qu’à moitié. « Je ne pense pas que ce soit une attaque. » Tu marques quelques instants de silence. « Personne ne sait que je ne la considère pas comme une simple chose. » Nouveau silence. « Et puis, quel intérêt de s’attaquer à une esclave sans rien par la suite ? Si elle a été touchée pour m’affaiblir, cela est tout simplement inutile de ne rien vouloir en échange ou autre. » Oui, tu ne voyais pas du tout ou ceci pourrait les mener. Ils n’avaient rien à gagner dans cette manœuvre même si l’autre semblait croire le contraire. Et qui aurait été capable d’une chose pareille ? Il y en avait tellement. C’était si simple quand elle partait faire des courses. Il ne fallait pas être si puissant que ça pour la faire disparaitre contrairement à ce qu’il semblait penser. « Inutile d’être puissant pour enlever quelqu’un dans la rue. Encore moins lorsqu’il s’agit d’un impur. » Mais dans quel intérêt. Tu n’en voyais aucun. Ce n’était pas l’opposition qui l’avait prise. Et elle n’était pas partie seule. Parce que malgré tout, elle savait que tu aurais été inquiet, elle t’aurait fait prévenir d’une façon ou d’une autre non ? Bien que.

« Que comptez-vous faire ? » Tu te crispes. Tu ne vois même pas pourquoi il te demande cela. En quoi est-ce que tout ceci l’intéresse tellement ? « Je suis au regret de vous annoncer que ce que je vais faire ne vous regarde nullement, Sir. » Pensait-il sincèrement que tu allais lui dévoiler un semblant de plan de bataille. Et puis, que pouvais-tu réellement faire avant de l’avoir retrouvé ou d’avoir le moindre signe de sa présence quelque part. Ses mots étaient pourtant bien marqués dans ton esprit. Il te semblait évident que tout ceci venait de l’intérieur, mais tu ne comprenais juste pas pourquoi. Car seule une personne de ta famille aurait pu vouloir te faire du mal en t’éloignant d’elle. Mais dans quel intérêt ? Tu n’en savais rien. Tu ne comprenais pas. Tu savais juste que des opposants t’auraient fait savoir qu’ils la détenaient, ils auraient cherché à obtenir quelque chose en échange de ta précieuse Iseult. Si c’était à l’intérieur, alors elle devait toujours être au palais ou de retour à l’orphelinat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 223

carnet personnel
DANS TA POCHE: Une vieille photo de sa fille Iseult dans ses bras et un calpin aux armoirires des Yaxley où il note diverses idées pour des médicaments à venir.
TON PATRONUS: Le sien était un chat. Symbole de moquerie pour certains, mais qui correspondait parfaitement à Archibald.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Combat de coqs ϟ Archibald   Lun 5 Juin - 12:05




Combats de coqs
Archibald • Tristan
A mesure que cet entretien se prolonge, je retrouve inconsciemment les réflexes qui ont fait de moi l'illustre patriarche de la famille Yaxley. Je le suis toujours, bien sûr. Cependant, je reconnais à mon plus grand regret que mon influence est bien moins importante qu'à l'époque glorieuse des sorciers. Mais en cet instant, alors que l'un des membres de la famille Archdeacon se trouve chez moi, j'ai le sentiment de me retrouver à cette époque glorieuse.

Je balaye d'un revers sa remarque lorsqu'il me déclare ne pas comprendre l'intérêt d'attendre avant de demander quelque chose. Décidément, ce n'est même pas Gryffondor mais Poufsouffle où ce garçon aurait atterri ! Il n'a décidément que les grands airs de prince qu'il se donne.

-En êtes-vous si certain ? Vous demeurez un Archdeacon. Il y aura toujours un moment qui sera plus profitable qu'à un autre pour vous soutirer quelque chose qui vous soit cher.

Ce stratagème, je l'ai expérimenté à de multiples reprises. Je ne peux qu'être certain de ce que j'avance, même si je demeure impassible à ce que je raconte.

Je me contiens difficilement de rouler des yeux face à la remarque par rapport à l'enlèvement de Tristan Archdeacon. Définitivement, il est aussi stupide qu'un Poufsouffle. La naïveté dans laquelle il vit est... Je n'arrive même à trouver d'adjectifs assez fort pour décrire cette aberration. Malheureusement, Morgane étant joueuse, c'est sur cet incapable que le sort de ma fille dépend. Je me dois donc de l'aiguiller un temps soit peu pour éviter qu'il arrive des choses fâcheuses à Iseult. Hautain, il refuse.

Je reste à nouveau impassible. Soit. Puisque c'est ainsi, il ne bénéficiera pas de ma compassion pour qu'il puisse sauver sa tête le moment venu.

-Bien, puisque vous ne me faites pas l'honneur de partager vos pensées, je pense que je ne vous suis plus d'aucune utilité.

Mon sourire est aimable mais il n'est pas bien difficile de comprendre mon invitation déguisé à ce qu'il parte de chez moi au plus vite.

-Cependant, en tant que patriarche de la noble, ancienne et illustre famille des Yaxley, je vais vous donner un conseil.

Je me tais alors que mes derniers mots raisonnent dans la pièce. Ces échos laissent transparaître tout le poids que ma famille a eu par le passé. Tout ce que les parvenus d'Archdeacon n'ont jamais réellement eu jusqu'à peu.

-Nos ennemis peuvent prendre la forme de bien des personnes, en particulier quand on se tient proche du pouvoir. Tâchez de ne pas l'oublier, Votre Altesse. Je serais particulièrement vexé si votre oubli en vient à mettre en danger Iseult.

A ma dernière phrase, ma voix s'est fait plus lente, charmeuse mais en même temps pleine de menace. Si nous étions en public, j'aurais alimenté avec force les rumeurs me concernant. Mais celle-ci sont bien entendus infondées.
Fiche codée par NyxBanana


ARCHIBALD YAXLEY ✽
Membre de la fière famille des Yaxley, cousin des Black et Purifié à la solde du gouvernement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 199 LOCALISATION : au palais certainement EMPLOI : Prince et assistant du secrétaire d'état à la jeunesse

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Combat de coqs ϟ Archibald   Mer 14 Juin - 22:26


Combat de coqs
« LE TELEPHONE POURRA SONNER, IL N'Y AURA PLUS D'ABONNE ET PLUS D'IDEE, QUE LE SILENCE POUR RESPIRER »

Tu n’as qu’une seule hâte, partir d’ici et quitter celui qui se prend pour le roi du monde en personne, à moins que ça ne soit un professeur. S’il savait que tu en avais eu des cours. Tu étudiais les sciences politiques même s’il semblait l’ignorer. Alors ses pseudos règles de bienséances ne regardaient que lui. De même que ses idées arrêtées et étranges par moment. Tu n’avais peut-être pas autant d’expérience dans la vie que lui, mais tu avais vécu au sein de la famille la plus manipulatrice du pays, tu savais donc à quoi il jouait, ou tentait, ou même essayait de faire. Il voulait, il cherchait à prendre l’avantage sur toi par tous les moyens. Toi qui étais jeune et manquais tellement d’expérience.

« En êtes-vous si certain ? Vous demeurez un Archdeacon. Il y aura toujours un moment qui sera plus profitable qu'à un autre pour vous soutirer quelque chose qui vous soit cher. » Mettre en doute la parole de l’autre, les certitudes pour prendre l’ascendant. Tu l’avais aussi vu en cours de négociation. Tu restes très sceptique face à cette remarque. Et surtout, tu ne comprends pas l’intérêt d’enlever une personne chère sans rien demander en retour. Même s’il ne semble pas comprendre ta façon de penser, il s’agissait pourtant d’une évidence. Quel groupuscule enlève l’esclave du prince pour le déstabiliser sans rien demander en échange s’ils savent à quel point elle compte pour lui. L’intérêt restait plus que minime, il fallait bien le dire. « Bien, puisque vous ne me faites pas l'honneur de partager vos pensées, je pense que je ne vous suis plus d'aucune utilité. » La véritable question était l’avait-il été à un moment. Tu gardes tes pensées pour toi et ne formules pas cette phrase à voix haute. Inutile d’envenimer encore un peu plus cette situation. S’il aimait cela, ça n’avait jamais été ton cas. Il restait tout de même très idiot de croire que tu aurais pu lui dévoiler ne serait-ce qu’un début de plan de bataille en vue de récupérer Iseult. Et rien que de savoir que ça allait l’énerver, que ça l’énervait, tu étais heureux de l’avoir fait. Tu ne devais rien à cet homme. Tu ne lui devrais jamais rien, alors pourquoi commencer. Il était bien trop curieux et savoir qu’il ne pouvait rien faire sur ce dossier-là était certainement ta plus grande satisfaction. Lui qui aurait certainement bien aimé te faire faire ce que tu ne voulais pas. Lui qui accusait ceux aux plus proches de toi. Non pas que tu sois très proche de ton père ou ta mère depuis ces fiançailles imposées. « Cependant, en tant que patriarche de la noble, ancienne et illustre famille des Yaxley, je vais vous donner un conseil. » Tu ne prends même pas la peine de te retenir de lever les yeux au ciel face à cette remarque. Noble, ancienne et illustre famille. Mais pour qui se prenait-il sérieusement ? Tu n’en avais strictement rien à carrer qu’il soit issu d’une noble famille ou pas. Tu n’en avais jamais rien eu à faire. Ca aurait été une petite famille que tu aurais fait la même chose. Tu aurais été les voir pour récupérer ton Iseult. Alors son conseil à deux balles, il pouvait le garder si c’était pour répéter ce qu’il t’avait dit pendant cet entretien. « Nos ennemis peuvent prendre la forme de bien des personnes, en particulier quand on se tient proche du pouvoir. Tâchez de ne pas l'oublier, Votre Altesse. Je serais particulièrement vexé si votre oubli en vient à mettre en danger Iseult. » Tu serres les dents un instant, mais reste impassible. Tu avais toujours tout fait pour Iseult, ce n’était pas demain la veille que les choses changeraient. Ce qui t’énervait avec cet homme, c’était qu’il te prenait pour un idiot que tu n’étais pas. A ne pas vouloir te dire ce qu’Iseult représentait pour lui alors qu’il était évident qu’elle n’était pas une simple esclave vu ses réactions. A te donner des conseils bidons que tu avais déjà entendus des dizaines de fois. A te faire croire que tu voulais négocier quelque chose, marchander avec lui alors que tu étais uniquement venu en quête de renseignement mais certainement pas négocier l’esclave qui t’appartenait déjà depuis de nombreuses années. Il était peut-être un purifié, mais il serait bien qu’il se rappelle qu’il n’était rien. Rien du tout. Si un jour il venait à tomber, il n’y aurait personne pour le rattraper. Et surtout, il te menace bien trop. Des menaces à peine voilées à l’égard de toi ainsi que de la couronne. Non pas que celle-ci t’intéresse particulièrement, mais tout de même.

Un dernier salut poli mais froid et te voilà retournant à ta voiture et de retour pour la capitale du Royaume. Comme il l’avait dit, inutile d’en dire plus. Pourtant tu partais mécontent. Tu ne savais toujours pas où ta bien-aimée se trouvait. Seules quelques certitudes ressortaient de cette rencontre. Il ne savait pas où se trouvait la brune, et elle comptait bien plus pour lui qu’il ne désirait l’admettre. Restait à savoir en quoi, mais les intrigues de cours ne t’avaient jamais réellement intéressées. Tu aurais toutes les occasions de voir avec ton Iseult lorsqu’elle serait de retour à tes côtés. Avec toi, repartait cette idée que tu refusais d’admettre. Celle qu’Iseult était retenue, tenue éloignée de toi par un proche. Par l’une des personnes dont tu étais les plus proches. Une idée qui ne germerait pas tout de suite dans ton esprit parce que celle-ci te semblait tout bonnement impossible. Pourquoi l’aurait-on éloignée de toi ? Oui, pourquoi ? Et qui aurait pu te faire une chose pareille parmi tes proches ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Combat de coqs ϟ Archibald   

Revenir en haut Aller en bas
 

Combat de coqs ϟ Archibald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Entrainement] Le combat des coqs: le déplumage des emplumés^^
» Combat de coqs... et d'une poule perdue ? [ PV Milo ]
» Combat des Chixx!
» Un intrus sur nos terres ! Au combat ! (PV Tornade d'Azur)
» Un combat dans la NFL !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Centre ville :: Château Yaxley-