FACTS

La ville de Birmingham compte actuellement 12 Purs, 4 Purifiés et 13 Impurs, la Résistance semble recruter plus de membres que l'Ordre du Phénix, il serait peut être bon de se méfier de ce regroupement.
Les les femmes deviennent importantes et prédominantes, au détriment du sexe masculin, pourtant si charmant.




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maze ✟ Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Se présenter :: validés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



MESSAGES : 24 LOCALISATION : Sans doute derrière son bureau au gouvernement. Ou "chez elle" avec un "W" majuscule sculpté sur son portail. EMPLOI : Secrétaire de la ministre

carnet personnel
DANS TA POCHE: des clés, chewing-gum, une bombe lacrymogène on ne sait jamais.
TON PATRONUS: Un quoi ?
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Maze ✟ Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde    Sam 25 Mar - 19:09



Mazikenn Welllington

Mes rêves sont mes seuls biens, sous tes pas j'ai déroulé mes rêves, marches doucement parce que tu marches sur mes rêves.



Nom et prénom Ses parents l'ont appelé Mazikeen faisant référence à ses démons invisibles dans la mythologie juive qui pouvaient créer des petits ou important ennuies. Ses proches la surnomme Maze c'est plus court et moins démoniaques si on peut dire. Quant à son nom de famille c'était Johnsonn avant qu'il ne devienne Welllington depuis que ses parents lui ont forcé à se marier avec un homme qu'elle n'aime pas. Tout ça pour perpétuer la pureté du sang et avoir la fortune ainsi que la réputation qui va avec.  + âge et date de naissance Elle a trente-et-un ans et va sur ses trente deux ans. La trentaine ne lui a fait ni chaud ni froid. Maze a vu le jour un 21 décembre 1985, le jour où feuilles des arbres se sont envolés pour laisser place aux flocons de neige et au froid glaciale qui va avec.  + statut de sang Son sang est pur comme de l'eau de roche. précision sur le statut C'est une moldu pur et ses parents comptent bien que leur lignée continue sur cette lancée + caractère « Comment je définirais ma petite fille ? De femme parfaite à marié.   » soulignerais avec vigueur Mr et Mrs Johnsonn.
Il est bien difficile de comprendre le caractère de Maze car celui-ci est plus que complexe. Ses parents l'ont éduqué pour qu'elle devienne quelqu'un dans le futur. Surtout étant la première, ils lui portaient tous les espoirs du monde sur ses frêles épaules. Pour une enfant, elle était déjà quelqu'un d'indépendante et de débrouillarde mais pas trop car certains mari n'aimerait pas qu'on leur tienne tête. Elle sait se tenir en place et sourire quand il le faut. Elle a été élevée pour être une femme à mariée.  Même si ses parents n'avaient pas les moyens nécessaires pour lui payer de longues études, elle est quelqu'un d'assez intelligent et cultivé et elle a les capacités à toujours suivre une conversation même si celle-ci l'ennuie à mourir. Elle a du tact et se retient souvent d'oser le ton pour montrer son désaccord. Ce qui relève du miracle étant un peu impulsive et de têtue. Son mari en a d'ailleurs fait les frais et c'est ce qui lui plaisait d'ailleurs.  On sait qu'on peut compter sur elle et ses parents ont beaucoup joué sur cette qualité au point de la marié de force avec quelqu'un qu'elle n'aime pas tout. Tout ça pour une histoire d'argent. Elle entretient son corps vu les nombreux propos de sa mère qui veut qu'elle soit merveilleuse pour toucher le gros lot. Et elle l'a touché. Maze est aussi quelqu'un de naïve qui croit à ce qu'elle voit d'où sa totale dévotion au gouvernement pro pur. Le fait que ses parents lui ont toujours répéter que les sorciers étaient la peste incarnés ne l'a que pousser à avoir peur de ses personnes. On pourrait appeler cela une phobie à la magie même si elle sait parfaitement se contrôler en public.

Depuis son mariage avec un fils Wellington de la branche nucléaire, elle sait qu'elle a un nouveau rôle à tenir. Même si on aurait du mal à le croire, ce n'est pas quelqu'un de capricieux et à du mal avec toute cette nouvelle richesse. Elle n'en veut pas d'ailleurs à ses parents de lui avoir arrangé ce mariage même si ça aurait pu passée pour une vente de leur fille à un riche moldu. Maze a d'ailleurs du mal à se faire à cette nouvelle vie et elle peut compter sur son contrôle d'elle-même pour ne pas faire de scandale lors d'évènements mondiaux.
.  nationalité anglaise et ça depuis de longues générations + situation familiale C'est l'ainé d'une fratrie de trois filles et tous les espoirs reposent sur elle. + situation financière Aisé voir très aisé maintenant. Avant, elle vivait dans un milieu modeste où les fins de mois étaient difficiles avant de se marier avec quelqu'un de fortuné. Du coup, on peut dire que même si ce mariage est purement arrangé, elle coule sur l'or au point d'avoir même un esclave. + situation matrimoniale/orientation sexuelle Elle est hétérosexuelle et ne semble attiré que par les courbes masculines. Et Maze est mariée à un homme qu'elle n'aime pas et dont leur mariage avait été arrangé. Malheureusement ça existe toujours. + métier/études Elle est la secrétaire de la ministre après avoir fait des études de secrétariat. Elle sait pertinemment qu'elle a eu ce travail grâce au nom de famille de son mari et non à ses compétences professionnelles. Mais elle compte bien montrer le contraire. + groupe désiré Poison + elle est née dans une famille où la pureté comptait beaucoup. Ce n'est pas pour rien d'ailleurs que ses parents lui ont arrangé son mariage pour que leur pureté reste intacte. Elle voit d'un bon œil le gouvernement au point d'y travailler et espère de ne pas le voir tomber.
Ajouts facultatifs à la fiche (plus pour les Purs) : (une ou toutes les questions, ou aucune peuvent être ajoutées)
Si vous aviez accès à une baguette/à la magie, vous en serviriez-vous ? Pourquoi ? ici + Que pensez-vous des covens ? ici + Et les esclaves dans tout ça, vous en dites quoi ? ici
Poison

toi et le gouvernement


Que penses-tu du gouvernement actuel ? As-tu des liens avec lui ? S'il y a bien une chose qu'elle apprécie depuis la disparition de la magie, c'est bien le gouvernement qu'ils ont mis en place. Éduquée pour avoir une sainte horreur de la magie et en ayant été victime, elle n'a vu que d'un bon œil l'apparition de ce nouveau gouvernement. Pour elle, le gouvernement est un bien-fondé qui fait justice. Une bonne justice selon elle. Si un jour, le gouvernement devrait s'écrouler, elle serait une des premières pour le relever. Elle croit au pouvoir du gouvernement et c'est aussi pour cela qu'elle a entrepris des études pour pouvoir y travailler un jour. Un rêve qui s'est réalisé même si elle sait pertinemment que c'est grâce à son mari qu'elle a décroché le poste qu'elle voulait. Maze travaille comme secrétaire pour la ministre de la justice et donne le meilleur d'elle-même chaque jour pour mettre en valeur ses compétences et non le nom de famille qu'elle porte.

Es-tu au courant du mouvement de rébellion ? Si oui, es-tu en sa faveur ? Elle était présente lors de la conférence de presse qui s'était tenu lieu suite à la première attaque de la rébellion. Une attaque à la bombe artisanale qui avaient tué bon nombres de personnes. Elle avait remerciée dieu qu'aucun de ses proches n'avaient été touché par la rébellion. Elle se souvient encore d'avoir posé sa bouche devant sa bouche quand elle avait su pour l'attaque. Ce mouvement lui avait fait rappelé ses cours d'histoire sur la révolution française. De comment ça c'était terminé. Maze avait eu peur en premier temps mais elle s'était vite ressaisie. Les français n'avaient pas le gouvernement qu'ils avaient eux. Le gouvernement était là pour qu'ils se sentent en sécurité. L'ordre du Phénix était présent. Le gouvernement était là. Fort. Puissant. Majestueux. Et Maze avait vu sa peur diminué peu à peu pour finir par disparaître tel un nuage de fumée. Que si une guerre se préparait, elle serait du côté du gouvernement car elle ne comprenait pas pourquoi les impurs ont organisé une rébellion alors qu'ils ont une vie parfaitement saine. Du moins, c'était le cas chez les Wellington.

Que penses-tu de l'Ordre du Phénix ? As-tu des liens avec lui ? L'ordre du Phénix est un groupe qu'elle affectionne particulièrement. Ce qui n'est pas étonnant vu qu'elle sublime le gouvernement. Elle voit en ses membres des justiciers qui protègent le peuple anglais. Qu'ils sont là, tapis dans l'ombre prêt à vous sauver des méchants sorciers tel des chevaliers servants protégeant la princesse kidnappée par une vilaine sorcière. Maze ne sait pas plus de l'Ordre du Phénix comme leurs procédés par exemple, mais elle les respecte. Elle n'a aucun lien avec eux, et même si elle a une phobie de la magie, elle ne serait pas capable de rejoindre cette organisation. Elle sait que ce n'est pas pour elle et préfère les respecter de loin et apprécier leur justice.

Explique nous ton point de vue sur le statut de sang Maze c'est une chose. La pureté du sang est importante et qu'il ne faut jamais la souiller. Ses parents lui ont répété comme à ses sœurs qu'il ne faut jamais s'abaisser à toucher et encore pire à aimer à un impur. Et ça depuis qu'elle est en âge de comprendre. S'ils sont des impurs, ce n'est pas pour rien. Ils sont comme la peste et son avis sur la question n'a été que confirmé quand elle avait été victime d'un sorcier quand elle avait dix ans bien avant que la magie disparaît. Alors, certes, ils sont des humains comme elle, mais un humain contaminé qu'il ne faut pas trop approcher si on ne veut pas être à notre tour malade. Ce n'est pas pour rien d'ailleurs que sa famille lui a arrangé un mariage avec un pur pour perpétuer leur santé. Pourtant, Maze cache quelque chose. Un vilain secret à cause de lui. Elle nie en bloc l'envie d'en savoir plus sur eux vu sa curiosité maladive. Ne dit-on pas que la curiosité est un vilain défaut ? Elle le sait mieux que quiconque et le nie farouchement et entraînera ce secret jusqu'à sa tombe s'il le faut. Du moins, elle veut y croire.

Es-tu pour ou contre le retour de la magie ?
Non. S'il y a bien une chose qu'elle ne veut absolument pas que ça arrive, c'est bien le retour de la magie. Si ça était le cas, ça serait sa descente aux enfers. Comme avant. Ça avait l'allure d'un rêve mais elle savait très bien que ça c'est vraiment passée. Qu'un impur avait usé de sa baguette magique sur elle alors qu'elle n'avait rien fait à part lui rentrer dedans car elle ne regardais pas où elle allait. Elle se souvient de ce sentiment d'impuissance face à cette personne et remercie encore qu'il soit partit. Que ses personnes n'existent plus. Elle voit depuis ce jour, les impurs comme des enfants de Satan et s'ils retrouvent leurs pouvoirs, elle serait une des premières à hurler et à aider le gouvernement à refaire disparaître cette maladie. C'est sa vision des choses depuis qu'elle est toute petite et encore plus depuis que les sorciers ont perdu leur magie. Non au retour de la magie. S'ils l'ont perdu, c'était bien pour une raison. La sienne : ils redevenaient humains. Pourtant, au fond d'elle une petite voix dans sa tête la pousserait à dire le contraire. Et elle sait exactement par qui était poussée cette voix.



derrière l'écran

pseudo/prénom Hypn0ze/Morgane + âge 25 ans + région Rhône-Alpes-Auvergne plus précisément dans le département de la Loire (42) + comment nous as-tu trouvé ? Je suis l'amie en question   + un autre petit mot ? Votre design est superbe et votre contexte super original, j'ai hâte de commencer à rp avec vous + souhaites-tu être parrainé après ta validation ? Je veux bien oui s'il vous plait  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 24 LOCALISATION : Sans doute derrière son bureau au gouvernement. Ou "chez elle" avec un "W" majuscule sculpté sur son portail. EMPLOI : Secrétaire de la ministre

carnet personnel
DANS TA POCHE: des clés, chewing-gum, une bombe lacrymogène on ne sait jamais.
TON PATRONUS: Un quoi ?
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Maze ✟ Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde    Sam 25 Mar - 19:10



Il était une fois ...

"La vie est un conte de fée qui perd ses pouvoirs magiques lorsque nous grandissons.”





Blanc comme la neige, blond comme l'or et bleu comme l'océan

Maze (6 ans)
La vie est un conte de fées. C'est ce que vous diront tous les adultes à leurs enfants pour les faire rêver. Pour garder leur âme innocence avant que la réalité les rattrape. Que la vie n'a rien d'un conte de fées qu'on lit au chevet de son enfant pour qu'il s'endorme en faisant des beaux rêves. Non. La vie ne ressemble pas au Chaperon Rouge par exemple ou le chasseur à sauvée la petite fille et sa grand-mère prisonnières du ventre du grand méchant loup. Mais plutôt que le grand méchant loup a aussi dévoré le chasseur et que personne n'était au courant de leurs morts avant un bon moment. La vie ne ressemblait à rien au conte de la belle aux bois dormant, car dans ce monde-ci, le prince a épousé une autre princesse laissant Aurore dormir au point qu'elle mourra d'impatience. Ou qu'il se fasse tuer par la méchante fée transformée en dragon pour protéger l'endroit où la belle dormait. Et ne parlons pas de Blanche-Neige ou autre conte de fées qu'on aimait entendre avant de s'endormir. C'était pire. Non. Quand on était petit, on y croyait dur comme fer aux fins heureuses des contes de fées. Mais en prenant de l'âge, on voyait très clairement que s'ils y avaient des fins heureuses dans les livres alors c'était rarement le cas dans la vraie vie. Que même s'ils y avaient espoir d'avoir une fin heureuse, il y avait toujours quelque chose qui allait s'abattre pour faire voler en éclats cette parcelle de bonheur. J'avais trouvé la mienne. Elle se tenait qu'en un seul mot : magie.

« Mazikenne, tient-toi droite. Personne ne voudra épouser une femme avec une malformation de dos. » Le ton était donné. Comme à chaque fois que je faisais quelque chose de mal, elle me réprimandait prétextant toujours l'excuse du : tu ne trouveras pas un mari dans le futur. Ce qui pour être honnête, je n'en avais que faire à cet âge-là. « Mais maman, je n'ai que six ans et … » Je tentai de protester. En vain. « Mazikenne ne répond pas à ta mère et fait ce qu'elle te dit de faire. Tu sais, qu'on mise beaucoup d'espoir sur toi sur le futur. Encore plus tes jeunes sœurs. » Mon regard se posa sur le visage d'une de mes sœurs. Elle n'avait que deux ans et ne comprenait sans doute pas pourquoi nos parents me façonnaient de façon à que je sois parfaite. Elle avait encore l'innocence de l'enfant et l'aurait sans doute longtemps vu que j'étais l’aîné et je devais assumer ce rôle-là. Mon regard se posa sur le ventre arrondi de ma mère. Elle était à nouveau enceinte, une fille avait dit le médecin. Une nouvelle bouche à nourrir. Les fins de mois étaient difficiles et ils allaient l'être encore plus quand ma mère allait accoucher de ma nouvelle petite sœur. Je devais la protéger. Comme l'avait dit mon père, ils comptaient beaucoup sur moi pour qu'on puisse sortir de cette galère. N'ayant que six ans à l'époque, je ne mesurais pas la portée de ce poids important sur mes épaules. Que l'argent passait avant les membres de leur famille au point de limite les vendre contre une belle somme d'argent. Non. Je ne savais pas ça gardant encore mon âme d'enfant qui disparaissait à chaque leçon enseignée par ma mère de faire de moi une femme parfaite a épousé. Et comme ma mère me l'avait apprise, je souriais et me calais droite sur ma chaise. Comme on me l'avait appris à faire depuis que j'avais l'âge de comprendre. J'écoutais d'une oreille lointaine, le bénédicité de mon père avant qu'on commence à manger. Des pommes de terre comme à chaque fin de mois. Et je me fis à l'idée que je tiendrais mon rôle d’aîné à la perfection au risque de me perdre moi-même.



Son démon : la magie.

Maze (11 ans)
Mes yeux s'ouvrirent en grand face au spectacle effroyable que je vis sur la petite télévision qu'on avait dans notre salon. Je pouvais voir de là où j'étais, des corps cachés par des sacs mortuaires apparaître derrière la journaliste qui expliquait ce qui s'était passé. Le Soho House Museum s'était effondré et avait tué et blessé les visiteurs qui visitaient ce jour-là le musée ainsi que certains de leurs employés. Je n'avais qu'onze ans, mais je comprenais chaque parole que racontait la journaliste. Qu'il n'y avait aucun problème sur les fondations du musée, que ses pierres étaient tombées suite à des ombres noires qu'avaient décrites des témoins. Des ombres qui volaient et qui avaient faisaient ses dégâts. Celles qu'on parlait depuis quelque temps déjà et qui avait causé d'autres situations comme celle-là. « Encore un phénomène étrange et non-explicable. Serait-ce de la magie qui cause ses catastrophes ? Est-ce …. » L'écran devient subitement noir. Je levais les yeux pour voir mon père devant la télévision avec la télécommande à la main. C'était lui qui l'avait éteint me cachant la suite des informations. « Je te l'avais dit. Ils existent. C'est à cause d'eux que tante Abigaël est à l'hôpital et non à cause d'une planche mal vissé qui lui est tombé sur la tête alors qu'elle marchait pour faire du shopping. La Torah l'avait prédit. Mazikeen, je veux que tu rentres directement après l'école et que tu ne parles à personne. » « Mais papa... » Il me coupa directement la parole suite à ma tentative de protestation. « Ça suffit, c'est un ordre. Va aider ta mère à la cuisine, elle t'attend. » Il n'avait pas besoin de rajouter plus pour me faire comprendre que si ma mère m'attendait, c'était pour m'enseigner l'art de la cuisine. Car une épouse parfaite devait savoir cuisiner pour son futur mari et c'était un art que je devais exceller selon elle si je ne voulais pas finir vielle fille. Je me levais à contrecœur et partis la rejoindre avec la pensée que non la magie ne pouvait pas exister. Dehors, la pluie s'abattit violemment sur les rues de Birmingham comme si la ville pleurait ses nouveaux morts.

-------------------------

J'étais en retard. Horriblement en retard si on connaissait le caractère de mon père. Ça faisait deux mois que l'épisode du Soho House Museum était derrière nous et pourtant l'atmosphère était toujours aussi tendue. Je le voyais sous mes yeux de mes onze ans que même si les personnes souriaient, certains avaient peur. Mes parents en faisaient partit. Il me l'avait toujours enseigné, en parfait croyant qu'ils existaient dans ce monde les enfants du diable comme il aimait l'appeler. Que ce n'était pas naturel tout ce qui se passait en Angleterre. Qu'il existait un monde parallèle au nôtre depuis des années et qu'on y fermait les yeux par peur de l'inconnu. Cette peur qu'il m'avait donnée comme à mes sœurs. Et cette peur-là, je la lui mettais à rude épreuve à cet instant. Cela faisait deux mois que j'avais suivi son ordre à la règle. De rentrer directement et de ne pas adresser la parole aux inconnus. J'avais tenu bon jusqu'à ce soir. La raison était simple du moins pour mon jeune âge. Le plus beau garçon de ma classe m'avait parlé à la fin des cours pour la première fois de l'année scolaire. Et je me voyais mal lui dire que je n'avais pas le temps, que mes parents m'attendaient. J'avais déjà prévu mes paroles comme quoi cette élève-là venait d'un milieu aisé et que j'appliquais les conseils que m'avait enseignés ma mère depuis mon plus jeune âge. Au lieu de lui parler pendant dix minutes, une demi-heure était passée. Puis une heure avant qu'il ne décide à rentrer chez lui. Me laissant seule et complètement en retard. Ce n'était pas comme si l'école était loin du minuscule appartement où on habitait à cinq dedans par faute de moyens. Mais assez pour que je me mette à courir. Autant être moins en retard que je ne l'étais déjà.

Dans ma course effrénée, je ne regardais pas où je mettais les pieds. La seule chose qui comptait, c'était de rentrer le plus tôt possible à la maison pour éviter un sermon de mes parents. Dispute que j'aurai quand même, mais autant évité qu'il soit important. Les ruelles dansèrent sous mes yeux, se changeant pour en devenir des nouvelles. Le faible éclairage des ruelles m'indiqua juste dans quelle rue je passais. Rien de plus rien de moins. Et c'est comme ça qu'au tournant d'un virage, je percutai quelqu'un qui avait une boisson chaude dans une de ses mains. Boisson qui s'étala dorénavant sur ce qui semblait être sa veste. Un habit plutôt long pour un homme, mais je n'y prêtais pas plus attention. Des excuses sortirent de ma bouche et furent coulées quand je vis le regard glacial de l'inconnu. Il était plus grand que moi, je lui aurai donné la majorité si je n'étais pas attiré par son regard méprisant et sa mine de dégoût qu'il me renvoya. « Sale petite peste, tu m'as ruiné ma cape, tu vas me le payer. Ce que j'ai encore plus en horreur que ce vieux fou qui nous sert de directeur, c'est bien les moldu. Des pathétiques insectes qu'on doit écraser avant qu'ils nous contaminent. » Moldu ? Je voulais lui demander qu'est-ce qui signifiait et pourquoi il tenait un tel discours, mais je fus coupé quand il sortit de son étrange veste un morceau de bois. Je reculais d'un pas effrayé. Je ne savais pas à quoi ça servait, mais le regard étrange et remplit de haine qui me lança ne me disait rien qui aille. J'eus le temps de voir une lumière rougeâtre sortir de son bout de bois avant de ressentir une brûlure me traverser de toute part. Une de celle que je n'avais jamais ressentit auparavant. Comme si des lames me coupaient à chaque parcelle de mon corps. Mon hurlement se perdit dans la ruelle déserte et disparut tel un nuage de fumée. La douleur me fit écrouler au sol et je suppliais à cet homme d'arrêter ce qu'il faisait. Que j'étais désolé de lui avoir taché sa veste et que je la lui rembourserais. Que j'avais mal. Horriblement mal. J'appelais à l'aide, mais aucune réponse ne se fit entendre. La seule chose que je vis vu le sourire cruel de ce mystérieux homme qui s'approchait et continuait sa torture.

Des larmes coulèrent sur mon visage d'enfant et j'avais le sentiment d'avoir le feu à mes poumons et sur tout mon corps tellement je criais. Ce qui sembla être des minutes semblaient se transformer en heures tellement la douleur était immense. Et elle disparut d'un coup. Je ne comprenais pas ce qu'il m'arrivait avant que je ne lève les yeux et que je remarque que quelqu'un s'était interposé entre nous. Qu'il avait lui aussi ce bout de bois dans une de ses mains et qu'il en avait usé sur l'homme qui me torturait. Je le vis partir et je me retrouvais seul avec mon sauveur. Le premier réflexe que j'eut fut de fermer les yeux en gardant l'espoir qu'il ne me fasse pas la même chose. Mais il ne fit rien et je les ouvris aussitôt pour me tomber à genoux le remerciant de m'avoir sauvé la vie. Son regard se voila comme s'il se rappelait de quelque chose. Et la dernière chose que je vis fut sa mine désolée avant qu'il ne pointe son bois vers moi et murmure un seul mot. Je ne me rappelais pas comment j'avais eu le courage de me lever et encore moins de courir, les yeux rougeâtres d'avoir pleuré. De comment je m'étais sorti de cette situation de moi-même sans l'aide de personne. Je savais juste une chose : papa avait raison. Ils existent. Que j'en avais fait les frais. Et que j'en avais horriblement peur.


Grandir beaucoup trop vite.

Maze (14 ans)
« Oui, je tremble, et je pleure, et je t'aime, et suis tienne ! Et tu m'as enivrée ! » « Alors, que la mort vienne ! Cette ivresse, c'est moi, moi, qui l'ai su causer ! Je ne demande plus qu'une chose...! » Une sonnerie retentit brisant la magie du spectacle. La voix de mon professeur retentit pour nous féliciter et qu'on reprendra au cours prochain. Je me passais une main dans mes cheveux blonds en souriant à celui qui jouait le rôle de Cyrano de Bergerac. Notre professeur de français avait créé un club de théâtre depuis la rentrée scolaire et j'avais sauté vite sur l'occasion pour m'inscrire. Ce n'était pas un énième caprice de cher mes parents. Non, mais parce que j'en avais tout simplement envie. J'aimais lire et le théâtre m'aidait à oublier ce qui se passait dehors. Ça faisait quelques mois déjà qu'on avait appris que le monde magique existait et suite à cela notre gouvernement avait pris les armes pour les chasser. Mon père avait été le premier heureux de cette nouvelle. On le disait fou à l'époque où ils disaient que des forces maléfiques existaient, mais leur avis avait changé depuis l'existence des sorciers. Je souriais à la pensée que personne d'autre ne seraient victime de ses sorciers comme je l'avais été moi-même a mes onze ans. Je partis me changer et je repris le cours de ma vie. C'est un mois après cet épisode que j'appris que celui qui jouait le rôle principal de la pièce de théâtre était un des leurs. La peur qui été logée en moi, silencieusement, était revenu plus violente que l'étais autrefois quand j'avais appris la véritable nature de mon compagnon de théâtre. Le mal était fait et je ne fus pas surprise de ne pas le voir à la répétition. Il était parti selon mon professeur et quelqu'un reprenait son rôle. Comme s'il n'avait jamais existé. Comme si un sorcier n'avait pas été un des élèves de cette école et encore moins un de nos amis. Et la vie reprenait son cours sans se demander ce qu'il lui était arrivé.

Un an plus tard, un nouveau gouvernement s'installa dans notre communauté avec ses nouvelles règles. Sans qu'on le sache comment, la magie avait quitté leur corps. Faisant d'eux de simple humain. Des Impurs. L'esclavagiste fut remis en place les concernant et personne ne furent choqué de cette installation. Car la nouvelle mentalité s'était maintenant cela. La supériorité des moldus comme les sorciers aimaient nous appeler. Autrefois.


La belle et Gaston.

Maze (30 ans)
Il n'y avait peu de monde dans la librairie et c'était parfait. J'allai pouvoir trouver mon bonheur sans risquer de me faire bousculer par des clients. Je me dirigeais automatiquement vers la section théâtre. Je savais que peu de monde y allait. Seuls les passionnés de lecture de ce genre littéraire et des comédiens venaient dans ce rayon. Ce qui ne résumait pas à beaucoup de monde et c'était tant mieux. Je n'aimais pas me sentir oppressé. Comme je me l'attendais, le rayon était vide. Avec un sourire, je glissai mon regard sur les étagères. Je voulais tous les acheter, mais je ne pouvais pas. Ce n'était pas avec le salaire de secrétaire dans une petite entreprise que je pouvais me permettre de m'acheter plein de choses. Surtout qu'une bonne partie de mon salaire partait pour ma famille. J'avais choisi de louer un appartement plus important pour qu'on puisse déménager tous ensemble plutôt que de me prendre un appartement seul. L'indépendance me plaisait, mais je savais qu'ils ne pourraient pas s'en sortir si je n'étais pas là. J'avais accepté ce choix.

Comme je devais faire un choix sur un seul livre. Hamlet de William Shakespeare me faisait de l'œil comme Antigone de Jean Anouilh. Le choix était plus difficile que je le pensais. Je soupirais les deux livres dans chaque main. Aucun des deux ne me plaisait plus que l'autre. Peut-être qu'un pile ou face réglerait l'affaire ? « Je prendrai Hamlet, si j'étais vous. » Un homme d'une beauté sans pareil me regardait amuser de ma mine surprise d'avoir été surpris dans un tel moment. Je lui avais demandé pourquoi un tel choix et il m'évoqua des raisons. Masculine comme s'il n'y avait aucun contre argument à dire. Qu'il avait l'habitude qu'on ne lui réponde pas. Je ne savais pas pourquoi, mais je lui prouvais le contraire et en donnant plus des éloges sur l'autre livre. Peut-être cinq ou dix minutes passèrent avant qu'il ne me demandât mon identité. Une voix féminine hurla le prénom d'Ezechiel et je sus comme cela comment il s'appelait quand je le vis soupirer et lancer qu'il arrivait. Sans doute, sa petite amie. Un homme comme lui ne pouvait pas être célibataire. Et je trouvai la un bon moyen de partir. « Mazikeen et je suis désolé, je dois m'en aller. » C'est comme ça que je partis de la librairie avec Antigone dans la main. Sous le regard amusé de cet homme qui remit sa veste laissant voir sur un de ses avant-bras brodés d'une rose blanche entachée partiellement de sang. Je ne savais pas qu'à la fin de la semaine, il me retrouva en laissant deux colis sur mon lit avec un carton d'invitation à une soirée celer par le blason des Wellington sous le regard excité de ma famille.

------------------------

Mes yeux s'arrondir face à la beauté du paysage qui me fit face. La robe et le bracelet qu'il m'avait offert m'avaient aussi fait de l'œil, mais je les chassais de mon esprit. Je ne me sentais vraiment pas à ma place. Qu'est-ce que je faisais là d'ailleurs ? Mes parents m'avaient poussé à aller à cette soirée et ce n'était que pour qu'ils arrêtent avec ça que j'avais accepté d'y aller. La robe et le bracelet qu'il m'avait offert m'avaient aussi fait de l'œil, mais je les chassais de mon esprit. Si j'étais venu ici, c'était pour lui dire d'arrêter tout ça. Il ne m'intéressait pas. Il était certes d'une beauté sans pareil, mais je savais que ce genre de personne n'était pas pour moi. Encore plus quand vous saviez de quelle famille il était. Pourtant, j'avais éduqué pour cela. Trouver un mari fortuné comme me le répétais sans cesse mes parents, mais je ne voulais pas de ça. Où était l'amour dans tout ça ? Il n'y en avait pas et je savais qu'une fois qu'il aurait eu ce qu'il voulait, il me laisserait tombée pour une autre. Et autant y mettre fin maintenant avant qu'il ne soit trop tard. Je me passais une main dans mes cheveux et entrai dans l'endroit où se déroulait la soirée. Le décor était aussi magnifique que l'était la demeure. Des personnes fortunées rigolaient, buvaient un verre ou dansaient sur la piste de danse. Du beau monde. Ce qui me fit immédiatement mit mal à l'aise, mais grâce à l'éducation de mes parents, je n'y laissai rien paraitre. C'était une mauvaise idée de venir ici encore plus maintenant en découvrant tout ça. Je raconterais un mensonge à mes parents du pourquoi j'étais rentré si tôt. Ils n'y verront que du feu.

J'amorçai un geste pour tourner le dos quand mon regard tomba dans celui qui m'avait invité à la soirée. Ezechiel Wellington dans toute sa splendeur m'avait réparé et partait déjà dans ma direction tout sourire. Il était trop tard pour reculer. Et je pris une respiration pour me donner suffisamment de courage pour le rejeter avec classe. « Tu es venue. Tu es magnifique. » Ezechiel esquiva un sourire en me regardant de haut en bas. Il aimait ce qu'il voyait et il devait se dire qu'il avait eu raison de m'offrir cette robe. Il devait sans doute pensé que si je la portais en ce moment, c'était un signe que j'avais accepté son invitation. Ce n'était pas un au contraire. Je l'avais portée pour passer incognito à ce genre de soirée à laquelle je n'avais jamais mis les pieds autrefois, car je n'avais ni le statut ni le nom et encore moins la fortune pour y mettre les pieds. Oui, ça et le fait que la robe d'un bleu foncé était magnifique et que j'aurai regretté de ne pas l'avoir porté au moins pour une soirée. « Je suis venu juste pour vous dire que je ne suis pas ce genre de fille qu'on achète avec de belle robes et de beaux bracelets. Garder plutôt pour celles qui vous courent après. Je ne suis pas intéressé. » Il rigola comme si je lui avais sorti la blague du siècle et changea aussitôt de sujet quand la musique retentit. « Danse avec moi Mazikeen. » Il était buté. Ou plutôt c'était dans son caractère d'avoir tout ce qu'il voulait d'un claquement de doigts. Je soupirais à cette remarque tandis que je le vis me tendre la main attendant patiemment ma main. « Très bien. Juste une danse et je m'en vais. » Il ne prit même pas la peine de me répondre et m'emmena sur la piste de danse. La danse se transforma en une deuxième danse. Je pouvais remercier mon père de m'avoir appris la danse de salon. À ce moment, je donnais l'impression d'être comme ce beau monde. Et je ne savais pas qu'un an plus tard que j'allais en faire partit.

Marié. Il avait osé. Je poussais un cri en balançant un livre sur mon lit. Puis un autre. Et encore un autre. Mais rien n'y faisait. Je n'arrivais pas à calmer de ce qu'Ezechiel avait fait. Et encore moins que mes parents avaient accepté cela. C'était peut-être cela le pire. De savoir que vos parents vous ont "vendu" à un homme fortuné contre une belle somme d'argent chaque mois s'ils acceptaient que je me marie avec lui. Et bien sûr qu'ils avaient accepté et ils n'avaient eu aucune peine à me l'annoncer au dinar. Ne trouvant rien d'autre à jeter, je me jetais sur mon lit pour m'y affaler. Je comprenais pourquoi mes parents avaient fait cela. Depuis que j'étais toute petite, on vivait limite dans la pauvreté et l'arrivé de ce contrat de mariage sous leurs yeux était un cadeau de Noël qu'ils ne pouvaient pas refuser. Même si ça coûtait le statut civil de leur fille ainé. Et sa vie. Depuis toute petite, je savais que ce genre de choses allait m'arriver. Qu'étant l'ainé, je devais survivre aux besoins de mes parents et de mes sœurs. Au risque de me perdre. Mes yeux se fermèrent. J'avais accepté ce rôle et je devais m'en tenir. Et ça même si je devais épouser Ezechiel Wellington. D'autres femmes auraient sauté de joie s'il leur avait demandé leur main. Il avait tout de l'homme parfait et je n'avais jamais eu de méchanceté sur les membres de cette famille. Que peut-être ce mariage était une bonne chose. Que peut-être, je tomberai amoureuse de lui, le désirer, c'était déjà fait. Il fallait être fou pour nier ce genre de chose. Je devais me rassurer comme ça. Demain, j'irai le voir pour lui dire que j'acceptais sa proposition. Mais ce soir, je préférais être seule dans ma chambre. Une larme glissa sur ma joue. Solitaire. Caressant mon visage avant de mourir silencieusement et tout aussi solitaire sur mon menton. Et une petite voix dans ma tête raisonna dans mon esprit se demandant pourquoi Ezechiel Wellington m'avait choisi parmi tant d'autres. Il avait eu l'embarras du choix et pourtant, c'était à mes parents qu'il avait proposé ce contrat de mariage. Pas à des parents d'une famille noble. Non. Les miens. Mes yeux se fermèrent oubliant cette question. Je ne soupçonnerai jamais que la réponse à cette question se trouvait non loin de moi. Dans la pièce d'à côté où se trouvaient mes parents qui chuchotaient que les Wellington étaient une bénédiction pour eux et que leurs erreurs d'autrefois qui a causé le redressement de leur entreprise allaient de nouveau reprendre son envol. Réponse que je ne serai jamais. Du moins, de leur bouche.


La belle et la bête.

Maze (actuellement)
Je ne savais pas combien de temps je tournais dans l'un des nombreux corridors de la demeure principale des Wellington. Dix minutes si ce n'était pas une demi-heure. Et toujours trace du salon bleu où Ezechiel m'avait dit qu'il m'attendait avant de sortir de son ancienne chambre d'enfant. Il l'avait fait exprès. De partir sans m'attendre. Il savait que je n'étais venu qu'une seule fois ici suite à notre mariage et il ne m'avait pas fait le tour du proprio pour que je puisse me réparer dans cette immense demeure. Je soupirais. Lassée. Même si ça faisait un an que je faisais partie de la haute, je ne me sentais toujours pas à ma place malgré tout mon self-contrôle à prouver le contraire. Et Ezechiel le savait et ça l'amusait. Il y avait même moyen qu'il l'avait fait exprès, car la veille, j'avais refusé de coucher avec lui prétextant un mal de tête soudain. Et me voir confondre en excuses face à ses parents était sans aucun doute son nouveau jeu pour avoir osé refuser ses avances. Depuis un an que je le côtoyais, j'avais appris à savoir que très peu de personnes lui disaient non. Son côté enfant gâté m'agaçait au plus au point et je prenais un malin plaisir à lui tenir tête. Et même s'il le refusait à l'admettre, ce côté de ma personnalité lui plaisait.

Un nouveau virage et un nouveau couloir me faisaient face. Ils se ressemblaient comme deux gouttes d'eau comme si les maîtres de maison avaient fait exprès de les faire à l'identique pour perdre leurs invités. Ce qui était mon cas et si j'arrivais à trouver ce fameux salon bleu, je trouverais une excuse pour leur dire que non, je n'étais pas perdu. Surtout que je savais quel était le sujet de discussion de cette après-midi et je préférais de loin continuer à me perdre ici plutôt que d'écouter ses parents demander s'ils allaient bientôt avoir un nouveau héritier. À ce souvenir, je secouais la tête et fonçais tête baissée dans un nouveau couloir après avoir ouvert les portes sans succès. Toujours aucune trace du salon bleu. Je soupirais en réajustant ma robe brodée du blason Wellington. Blason que je devais parfaitement exposer et qui me donnait maintenant droit à un monde auquel je n'avais jamais imaginé jusqu'à présent. Enfin celui des nobles dont me valu une place comme secrétaire de la ministre et non celui des sorciers. Je me mordis les lèvres à cette dernière pensée. Ils n'existaient plus depuis que la magie avait disparu de leur corps les laissant comme de simples humains. Des Impurs comme les avait qualifiés le nouveau gouvernement avant de rétablir l'esclavage. Ceux-ci travaillaient dorénavant pour les sangs dits purs et la première fois que j'en avais vu une proche, j'avais pris la poudre d'escampette par peur. Maintenant, j'avais l'habitude enfin, j'avais appris à rester dans une même pièce qu'un impur vu que les Wellington en possédaient quelque uns. C'est comme ça que j'avais vu que contrairement aux autres purs, cette famille les traitaient bien au point de les payer comme tout autre travail qui existait sur Terre. Même si j'avais la phobie de la magie, c'était un point que j'aimais chez les Wellington. Ils jouaient un autre rôle pour ne pas s'exposer aux punitions du gouvernement.

Un nouveau couloir et aucun signe de vie à l'horizon. Et le temps continuait à défiler. Il fallait vite que je trouve ce salon bleu avant que mon excuse de mettre arrêter aux toilettes tombe à l'eau. « Je peux vous aidez ? » Je me retournai d'instinct vers cette voix. Mon regard plongea dans ceux de mon sauveur, car à cet instant, il l'était devenu. Blue. La douleur. Je voulais mourir. Qu'elle s'arrête. Je pleurais par terre sous le ricanement du sorcier qui me torturait avec sa baguette magique. Soudain, le ricanement disparu au même titre que la douleur. Sa voix me sortit de mes souvenirs. « Madame ? » Il gardait un contrôle de lui-même en parfait majordome qu'il l'était. si avant, j'aurai couru pour m'enfuir, maintenant, je savais être dans la même pièce qu'un Impur. Ce qui n'avait pas été le cas, les premiers mois de cohabitation chez Ezechiel. Car celui-ci possédait un esclave et c'était celui-ci qui me faisait face attendant que je daigne lui répondre. Que je fis après ce qui semblait être une éternité pour lui. « Blue, tu tombes bien. Ça fait au moins quinze minutes que je cherche le salon bleu et je n'ai aucune idée où il se trouve. Tu serais où c'est ? » Qu'il me dise oui. J'en avais marre de chercher et je ne voulais pas voir la mine victorieuse d'Ezechiel s'il devait venir me chercher de lui-même. Ah moins qu'il a envoyé Blue me chercher, mais il me fit part du contraire. « En bas. La porte qui se trouve à gauche de la cuisine, madame. » Ce qui voulait dire que je tournais en rond à l'étage pour rien du tout. Et Ezechiel ne m'avait pas omis l'indice que ça se trouvait en bas et non à notre étage. Je soupirais. Il m'énervait. un rapide sourire se dessina sur mes lèvres avant que je me décale sur le côté prêt à partir en direction du rez-de-chaussée. « Ça sera tout, merci Blue. » Il s'inclina et commença à partir dans la direction opposée me faisant comprendre qu'il n'était pas congédié à aller au salon bleu. Je commençais à partir de mon côté avant de m'arrêter brusquement. « C'est Mazikeen et non madame Blue. » Et de vite repartir comme si je ne lui avais rien dit. je ne comprenais pas pourquoi je lui avais demandé de m'appeler par mon prénom. L'habitude sans doute. Au loin, la porte de la cuisine me faisait face et à sa gauche une porte fermée refermant le salon bleu et ses occupants. J'oubliai aussitôt le pourquoi du comment j'avais dit cela à Blue pour réajuster mes vêtements et me repoudrer rapidement. Un dernier soupire d'encouragement avant que je ne toque au salon bleu où une voix m'invita à entrer. Ce que je fis avec le sentiment que je me jetais à la fosse aux lions. Une nouvelle fois.

------------

« Bonsoir chers concitoyens de Birmingham. En cette sombre soirée, l’Ordre du Phénix vient de m’informer qu’une attaque à la bombe artisanale a été réalisée dans le centre de Birmingham, dans un restaurant nommé le Plough.[…] » La suite n'avait pas d'importance. Le mal était fait. Une main rassurante se posa au creux de mon dos et je n'avais pas besoin de tourner la tête pour savoir à qui elle appartenait. Mon mari. Comme je n'avais pas besoin de voir les visages des centaines de personnes qui étaient présentes lors de la conférence de presse donnée par son altesse royale. Car ils avaient tous compris une chose. Les rumeurs d'une possible rébellion constituée d'impurs était fondé et ils venaient de le montrer. Et au fond de moi, une peur qui dormait silencieusement, mais présente depuis quelques années se réveillait comme si elle avait reçu un baiser magique de la part de son prince charmant. Ou plutôt devrais-je dire de sa charmante princesse. La magie. Et ne comptait pas se rendormir de si tôt.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 244 LOCALISATION : Sur scène, dans son manoir, dans un bar EMPLOI : Acteur de théâtre

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Maze ✟ Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde    Sam 25 Mar - 19:15

Une Wellington

Super choix de famille, de métier, bref, j'ai hâte d'en savoir plus !
Et Candice est tellement parfaite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 312 LOCALISATION : Près de Tristan Archdeacon, au Palais Birmingham. EMPLOI : Esclave du Prince Tristan.

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Maze ✟ Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde    Sam 25 Mar - 19:42

Ouh quelle jolie Wellington
Bienvenue à toi et bon courage pour ta fiche ! J'ai hâte d'en savoir plus sur Maze (j'adore le surnom).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 107 LOCALISATION : Birmingham EMPLOI : Princesse royale et ministre de la Justice, marraine de nombreuses fondations

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Maze ✟ Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde    Sam 25 Mar - 19:51

Très chouette choix de famille ! I love you J'ai hâte de voir ce que cela va donner tout ça !

Citation :
Elle est la secrétaire de la ministre après avoir fait des études de secrétariat.

Une employée ? *crie d'hystérie*

Bon courage pour la fiche ! Tu as deux semaines pour la faire dont une semaine durant laquelle ton avatar est réservé ! I love you N'hésites pas si jamais tu as des questions ! I love you


UC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 903 LOCALISATION : Dans les rues de Birmingham, protégeant le peuple Anglais. EMPLOI : Patrouilleuse et chef des Patrouilleurs au sein de l'Ordre du Phénix.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un rouge à lèvre bordeaux, pour contraster avec son uniforme rouge sang. Une petite fiole de poison, c'est toujours utile, et une lame, effilée et tranchante, comme son caractère.
TON PATRONUS: Il s'agirait sans doute d'une panthère, rusée et discrète mais terriblement dangereuse.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Maze ✟ Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde    Dim 26 Mar - 10:13

Bienvenue parmi nous jolie demoiselle
Quelle plume magnifique J'ai super hâte d'en apprendre plus sur cette petite Wellington, ça s'annonce ultra prometteur
J'allais te dire que les cheveux de la famille ne sont pas respectés, puis j'ai lu ton profil Arrow Mea culpa, c'est une super idée, j'adooooooooore

Hâte de voir ces personnages évoluer avec Blue, bon courage pour la suite de ta fiche


qu'importe la souillure de ton sang, si tu me barres la route, je t'écraserai, si tu oses cracher sur le gouvernement qui ta garde en vie, je t'exécuterai — .
le devoir
avant
tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 55 EMPLOI : Porte-parole de l'ODP

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: Un Fléreur
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Maze ✟ Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde    Dim 26 Mar - 11:56

yyyeaaahhh What a Face

bienvenuueeeee !!

bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 226 LOCALISATION : derrière un bureau, dans la rue, dans un bar, il n'arrête jamais de bouger. EMPLOI : monstre à temps partiel, patrouilleur pour l'ordre autrement.

carnet personnel
DANS TA POCHE: des clopes, un briquet, des clés, un portable et deux ou trois papiers à balancer
TON PATRONUS: un ours très, très grumpy.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Maze ✟ Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde    Dim 26 Mar - 12:03

Le pseudo, le titre de ta fiche, le début.. Voilà qui promet
Bienvenue par ici ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité


MessageSujet: Re: Maze ✟ Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde    Dim 26 Mar - 14:41

Bienvenue ! What a Face
Oh my, quel personnage ! Wellington, et ce prénom magnifique... Puis cette plume, je meurs quoi.
J'ai hâte de voir la suite. Bon courage !
Revenir en haut Aller en bas

avatar



MESSAGES : 24 LOCALISATION : Sans doute derrière son bureau au gouvernement. Ou "chez elle" avec un "W" majuscule sculpté sur son portail. EMPLOI : Secrétaire de la ministre

carnet personnel
DANS TA POCHE: des clés, chewing-gum, une bombe lacrymogène on ne sait jamais.
TON PATRONUS: Un quoi ?
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Maze ✟ Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde    Lun 27 Mar - 13:11



Oh merci tout le monde pour vos messages de bienvenue, ça me touche . Je ne m'attendais pas à autant d'éloges et j'espère ne pas vous décevoir alors
J'essaye de finir ma fiche au plus vite pour vite vous rejoindre et torturé Blue  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 372 LOCALISATION : Dans la maison de ses parents EMPLOI : directrice d’une agence d’un grand groupe bancaire

carnet personnel
DANS TA POCHE: un baume à lèvres et un mouchoir usagé. Par contre, son sac contient beaucoup plus de choses : un porte-monnaie, des clés, le dernier livre de poche qu'elle est en train de lire.
TON PATRONUS: une louve mais prendrait-il encore cette forme ? Cela est moins sûr.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Maze ✟ Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde    Jeu 30 Mar - 18:03

Hey !

Je vais te mper pour une précision ! I love you

(Ah et Iris n'est pas ministre de la Magie mais ministre de la Justice ! C'est dans la première question je me doute que c'est une faute d'étourderie mais il faut corriger ! Smile)


SING ME A SONG ✽
Le temps file et emporte les hommes... Ainsi coule le fleuve et jamais ne s'arrête...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 24 LOCALISATION : Sans doute derrière son bureau au gouvernement. Ou "chez elle" avec un "W" majuscule sculpté sur son portail. EMPLOI : Secrétaire de la ministre

carnet personnel
DANS TA POCHE: des clés, chewing-gum, une bombe lacrymogène on ne sait jamais.
TON PATRONUS: Un quoi ?
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Maze ✟ Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde    Jeu 30 Mar - 22:20

MP envoyé

(Mince, je n'avais pas vu l'erreur de frappe désoler . Je viens de le rectifier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 372 LOCALISATION : Dans la maison de ses parents EMPLOI : directrice d’une agence d’un grand groupe bancaire

carnet personnel
DANS TA POCHE: un baume à lèvres et un mouchoir usagé. Par contre, son sac contient beaucoup plus de choses : un porte-monnaie, des clés, le dernier livre de poche qu'elle est en train de lire.
TON PATRONUS: une louve mais prendrait-il encore cette forme ? Cela est moins sûr.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Maze ✟ Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde    Sam 1 Avr - 17:44

bienvenue à Birmingham



On a vu par mp donc tout est bon pour nous ! J'ai hâte de voir comment Mazikeen va remuer les Wellington !


Bienvenue, bienvenue Te voilà donc fraîchement validé jeune padawan ! Puisses le sort t'être désormais favorable et ce, avant que l'hiver arrive
Hm, hm. Plus sérieusement Tu peux désormais aller recenser ton personnage juste là (histoire d'être parfaitement à jour), ensuite tu pourras créer ton petit carnet personnel par ici, où tu pourras absolument tout mettre (n'oublies pas de lire les règles de la section pour mieux comprendre le fonctionnement)
Tu peux également te mettre au service des Purs (sauf si tu es Pur )
Si tu ne veux pas te retrouver à la rue, tu peux demander un logement, ou préciser que tu es encore un habitant de l'Orphelinat et demander ta chambre.
Par la suite tu pourras rp à ta guise sur le forum !
On t'invite néanmoins à aller jeter un coup d'oeil aux animations, ça se trouve tu pourrais en louper une ! En espérant que tu te plairas sur MS et que tu vivras de belles et longues aventures

Gloire aux Moldus, gloire à la pureté du sang et puisses-tu vivre longtemps !


SING ME A SONG ✽
Le temps file et emporte les hommes... Ainsi coule le fleuve et jamais ne s'arrête...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Maze ✟ Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde    

Revenir en haut Aller en bas
 

Maze ✟ Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rosalya ϟ Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde
» Manigat dit Au revoir à Marc Bazin
» Les Roses De Versailles
» Le parfum des roses d'hiver
» Ce n'est qu'un au revoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Se présenter :: validés-