SYSTÈME DE JEU

MS se veut évolutif, vous pouvez donc découvrir dans ce sujet toutes les modalités de ce système, allant des complots entre joueurs, aux fausses fiches qui renversent tout le jeu.

SUJETS A VISITER

NOS SCÉNARIOS

la reine
cousin - relation ambiguë
collègue, partenaire - amour ?
esclave personnel - royal
pleins d'autres ici




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tomorrow's bleeding — Tristan & Finn



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ :: Birthday party :: Retour de la magie 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mar 11 Avr - 1:09


Invité

Invité



Tomorrow's bleeding

○ Yesterday I died, tomorrow's bleeding. Fall into your sunlight. The future's open wide, beyond believing. To know why, hope dies. Losing what was found, a world so hollow. Suspended in a compromise. And this day's ending is the proof of time killing, all the faith I know. Knowing that faith, is all I hold


Un soupir. Souffle las du cœur, qui échappe à ses lèvres et se mêle à l'air jusqu'à s'y confondre. Les nuits se succèdent et la lune, toujours, semble plus proche, à exercer sur son corps son contrôle glacé. Là, bientôt, elle sera pleine, resplendissante, observant le monde de son aura lilial, caressant les maudits de ses doigts infinis. La nuit a cette vertu de l’envelopper toute entière. Elle se fond si bien sur Iseult et l’habille comme d’une seconde cape vespérale. Elle masque de par sa noirceur son être tout entier, lui permettant sous ce rideau comme au théâtre, de paraitre autre que ce qu’elle est au quotidien : une esclave. La nuit n’est qu’illusion, elle est l’alliée des artistes de la tromperie, elle dissimule en son sein toute l’horreur du monde avec une douceur presque maternelle, au contraire du soleil inquisiteur qui brûle de par ses rayons tous les mystères qui  enchante le monde. La nuit, nous sommes tous les mêmes, mais pourtant si différents.

Ce sont bien ces noires pensées qui tournaient dans la tête d’une jeune femme aux airs tristes, perchée sur le bord d’un banc planté dans les jardins royaux, cachée dans le coin secret du Prince Tristan Archdeacon. Les frissons briment l'échine avant même qu’elle n'esquisse sa pensée. Elle a peur d’agir sous l’emprise de l’orgueil, de laisser faire les colères de son cœur. Fuir, courir, voir les regrets qui l’envahissent en un clin d’œil. Elle n’assume pas sa santé qui défaille, non, elle ne l’assume pas la petite Iseult. Elle intériorise, elle n’a pas eu le courage d’en parler à son Prince, seul Finn, témoin impuissant connaît ses symptômes dégénératifs. Vivre dans la maladie. Un affrontement entre hier et aujourd'hui. Une guerre à mener pour demain. Mais que retrouvera-t-elle à son chevet quand l'aube engendrera la suite de cette faiblesse ? Les cendres pour seul tapis et le regret pour unique émotion. Est-ce ainsi qu'elle se voit évoluer parmi les hommes ? Est-ce comme ça qu'elle compte envisager la succession de jours qui accueillera ses toux sanglantes ? Elle est épuisée. Trop éreintée pour lutter contre cette perdition qui la consume heure après heure. Une seconde fois exilée, elle a fui le Palais pour s’offrir une méditation avec sa raison.  Elle n'a conscience que de peu de choses depuis qu'elle se sait malade, sans raison, sans savoir ce qui la ronge de l’intérieur. La vérité, c'est qu'elle ne peut pas s'imaginer en parler à Tristan, l'entraîner dans une spirale qui n'a de fin que sa propre perte.

D’une certaine manière, elle lui ment. Elle omet la vérité, la dissimule et l’enterre. Elle se déteste dans chaque regard qu'il lui lance, dans chaque sourire qu’il lui adresse et qui semble l'accuser de le laisser dans l’ignorance. Les traits rendus creux par cette fatigue maladive qui s'impose, le teint s'évanouissant pour se morfondre en opale et les prunelles incertaines qui convoitent tout mais ne s'arrêtent sur rien. Elle sait qu'elle ne peut pas semer ce qui loge à l'intérieur d’elle. Elle fixe ses mains qui tremblent, elle ferme les yeux avant de se cogner la tête une fois, deux fois, trois fois. Un bruissement de feuilles attire son attention. Qui se promène à heures tardives ?

HRP : Pardon j'ai été inspirée, mais la prochaine fois ça sera plus court, bien plus court ♥
Revenir en haut Aller en bas
Mar 11 Avr - 19:51


Invité

Invité




Tomorrow's bleeding
« LE TELEPHONE POURRA SONNER, IL N'Y AURA PLUS D'ABONNE ET PLUS D'IDEE, QUE LE SILENCE POUR RESPIRER »

Le noir de ta chambre t’enveloppe pourtant tu n’arrives pas à fermer les yeux. Tu ne sais pas pourquoi et pourtant. Tu as peur peut-être. Peur pour elle. Toujours pour elle. Celle vers qui se dirigent continuellement tes pensées. Parce qu’elle risque tellement. Vous risquez tellement à vous voir. A avoir cette relation interdite. Tu fermes les yeux alors que tu aimerais que cette maudite porte s’ouvre et qu’elle arrive. Qu’elle vienne à tes côtés pour te rassurer comme elle sait si bien le faire. Pourtant tu sais qu’elle ne viendra pas. Elle ne viendra plus. Les pensées tourbillonnent bien trop pour que tu n’arrives à trouver le repos tant attendu. Il faut que tu fasses un tour. Un seul endroit peut te calmer. Cet endroit qui n’appartient qu’à toi. Celui dans lequel tu peux rester des heures sans que jamais personne ne vienne t’y chercher parce que personne ne sait que c’est là que tu te trouves. Dans ton petit coin à toi. Celui caché au milieu de la roseraie du château. Tu aimerais pouvoir te confier à quelqu’un, mais pourtant, tu ne peux pas. Parce que le risque est bien trop important. Bien trop grand. Tu ne sais pas à qui tu pourrais faire suffisamment confiance dans ta famille. Tous sont tellement intransigeants. Seule Delancy pourrait le faire. Mais tu sais qu’elle n’approuverait pas. Sebastian ne comprendrait pas. Il n’a jamais compris comment tu pouvais rejeter cette idée quand ta cadette avait vu cette royauté te briser petit à petit. Toi, qui étais pourtant leur chair et leur sang, écrasé sous le poids d’un titre que tu ne voulais pas, sous un protocole que tu n’arrivais pas à comprendre, sous des idéaux et une violence que tu rejetais en bloc.

Tu attrapes une veste et enfiles une paire de chaussure avant de te glisser à l’extérieur. L’air frais de ce début d’avril te fouette le visage et tu souris. Enfin libre. Qui pourrait venir t’embêter alors que tu te promenais ainsi. Tes pas te guident vers ton jardin secret au milieu du jardin. C’est une fois que tu entres au sein de celui-ci que tu vois la silhouette allongée qui s’y trouve. Qu’est-ce… Tu t’approches et tu la reconnais. Ce que tu ne comprends, c’est ce qu’elle fait là. Tremblante, si fragile et pourtant si parfaite. « Iseult. » Ta voix se fait douce alors que tu t’approches pour s’accroupir à son niveau. « Qu’est-ce qu’il t’arrive ? » Pourquoi était-elle là, seule dans le jardin à cette heure-ci ? Pourquoi tremblait-elle ? Nul doute que les réponses n’allaient pas tarder à arriver.

mise en page prochainement
Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Avr - 23:20


Invité

Invité



À cette heure là, une personne normale aurait depuis longtemps trouvé le sommeil. Mais pas notre ami. Depuis qu’il avait eu cette conversation avec son amie, depuis qu’il l’avait vu dans cet état. La voir aussi faible lui avait fait peu à peu perdre le sommeil. Son envie de la faire sortir de cet enfer se faisait de plus en forte. Il se releva vite de son lit et se mit à faire les cents pas dans sa petite chambre. Que pouvait-il faire à part attendre. Attendre des nouvelles de Nathan. Ce dernier était sa seule chance de sortir de ce palais. Plus les jours passaient, plus Finn se sentait prisonnier. Il n’en pouvait plus de ressentir constamment cette angoisse. Dans ces moments, Iseult était la seule qui pouvait l’apaiser. La voir lui procurait un sentiment de tranquillité. Le jeune homme quitta rapidement sa chambre pour rejoindre celle de la jeune femme. Il était quasi certain qu’elle ne dormait pas, sa maladie lui faisant perdre le sommeil. Il frappa rapidement à la porte et entra sans attendre de réponse. Réponse qu’il n’aurait pas eu : elle n’était pas ici.

Mais où était-elle encore partie ? En temps normal, il aurait répondu que la jeune fille se trouvait dans les bras de son prince. Mais elle s’était éloignée de lui ces derniers temps. Même si elle crevait d’envie de le retrouver, il la savait assez intelligente pour ne pas risquer sa liberté. Finn essaya de deviner où pouvait se cacher son amie. Elle aimait prendre l’air quand elle n’avait pas le moral. Les ballades nocturnes ne sont pas très conseillées lorsqu’on est souffrant. Il attrapa avec rapidité sa veste et se dirigea vers les jardins du palais, à sa recherche. Ces derniers étaient gigantesques, il allait y passer la nuit. Enfin, il y aurait passé la nuit si le prince Tristan n’avait pas décidé à se montrer. Le nombre d’insomniaques dans ce palais était fort inquiétant. Suivre ce dernier semblait être une bonne idée. Il avait la fâcheuse tendance à attirer Iseult comme un aimant. Après quelques minutes d’espionnage, notre ami aperçu enfin sa camarade. Elle tremblait, et avait une mine des plus affreuse. Ignorant totalement la présence du prince, il décida de se diriger vers elle. « Ah, te voilà enfin. » Il marqua une pause, pour la regarder à nouveau. Elle ne pouvait pas savoir à quel point il était anéanti de la voir ainsi. « Je t’avais dit de rester à l’intérieur… » Il n’aimait pas ce rôle de grand frère moralisateur. Mais il ne pouvait pas faire autrement. Entre Finn et Tristan, la jeune femme avait de nombreux chevaliers servants, et elle n’allait certainement pas apprécier d’être au centre de leur attention à ce moment précis. Elle avait surement envie d’être seule, mais ils ne pouvaient se résoudre à la laisser.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Avr - 14:45


Invité

Invité



Tomorrow's bleeding

○ Yesterday I died, tomorrow's bleeding. Fall into your sunlight. The future's open wide, beyond believing. To know why, hope dies. Losing what was found, a world so hollow. Suspended in a compromise. And this day's ending is the proof of time killing, all the faith I know. Knowing that faith, is all I hold


Cet instant présent où l’on se demande quel jour on est, quelle heure ou encore quel mois. Cet instant est un moment de perdition, un de ces moments où Iseult ne sait plus comment elle s’est échouée au sol, le dos avachi contre la haie emplie des roses rouges de la Reine. Dans sa tête tout se mélange. Les courants d’air de la brise du soir l’enveloppent et lacèrent le visage comme des coups de cutter. Ses pieds sont comme gelés, son estomac douloureux, ses os prêts à se rompre. Iseult. Cette voix douce, elle la reconnaît parmi mille. Ce timbre inespéré, et pourtant il est là. Son Prince, son Tristan. Elle pourrait en mourir de joie, et pourtant elle ne parvient pas à amorcer le moindre mouvement. Seule ses lèvres charnues, bleutées par le froid, parviennent à se délier pour balbutier d’une voix faible : Tristan … tu.. tu es là. Elle sent que sa vision devient trouble, ses yeux commencent à piquer alors qu’un petit dépôt de larme se forme dans ses yeux. Elle toussote doucement alors qu’elle tombe au sol sur le dos. Qu’est-ce qu’il t’arrive ? La question fatidique qu’elle redoute tant, la question à laquelle elle est incapable de répondre. Les mots ne viennent pas, les explications sont inconnues. Cette situation la dérange au plus haut point, elle qui ne voulait pas se retrouver face à lui, pas dans son état. Pas ainsi … Ah, te voilà enfin ! Elle respire à nouveau, Finn la sauve d’une situation embarrassante. Sauvée par le gong ! Je t’avais dit de rester à l’intérieur … Sauvée ? Finalement non. Voilà qu’il joue le grand frère moralisateur et protecteur, oh non. Pas maintenant, pas devant Tristan.

Tremblotante, elle essaye de se rouler sur le côté, mais elle n’y parvient pas. Sa respiration se coupe à nouveau, ses lèvres bleues s’ouvrent pour cracher alors qu’un violent épisode de toux la saisit. Prise au dépourvue, sa main affolée brasse l’air à la recherche d’une zone de contact, ses yeux paniqués recherchent une sortie de secours. Elle s’étouffe, alors elle gémit alors qu’elle relève légèrement la tête pour recracher du sang au sol. Elle tremble de tout son corps, elle ignore les limites de ce mal, les limites de cette maladie qui sommeille sous sa peau. Et cela l’effraye. Elle ne se connait plus et cette ignorance a quelque chose d’angoissant.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 20 Avr - 20:54


Invité

Invité




Tomorrow's bleeding
« LE TELEPHONE POURRA SONNER, IL N'Y AURA PLUS D'ABONNE ET PLUS D'IDEE, QUE LE SILENCE POUR RESPIRER »

Tu arrives dans ton endroit à toi et tu la trouves là. Celle pour qui ton cœur bat si fort. Tu ne comprends pas. Elle est là, tremblante, souffrante. Et toi, tu ne comprends pas. Tu ne comprends pas ce qu’elle fait là. Tu as peur, peur pour elle. Peur qu’elle aille vraiment mal. Et si ce n’était pas qu’un passage. Tu te précipites à ses côtés. Parce que tu ne peux pas faire autre chose. Tu détestes tellement la voir souffrir. Tu as envie de la prendre dans tes bras pour la réchauffer alors qu’elle semble geler. « Tristan … tu.. tu es là. » Sa voix est si faible. Mais qu’avait-elle ? Pourtant, elle ne répond pas à ta question sur son état et toi, tu ne comprends pas. Elle semblait si mal, elle devait bien avoir une réponse à cette question. Mais elle n’a pas le temps de répondre à ta question, malgré le silence qui s’est installé un instant qu’il arrive à son tour. Il ne te faut qu’un coup d’œil pour le reconnaitre. Lui. Celui que tu jalouses tant de passer du temps avec ton Iseult. Celui qui doit prétendre être en couple avec elle. Avec lui, elle pourrait être en couple. Elle pourrait être heureuse. Ils pourraient être réellement ensembles alors que toi, c’est impossible. C’était d’ailleurs pour cela qu’il avait cette place dans sa vie. Parce que lui aussi voulait la protéger. Toi, tu ne pouvais qu’espérer. Espérer qu’un jour les choses changeraient et que tu pourrais t’afficher à ses côtés. « Ah, te voilà enfin ! » Tu ne mets pas longtemps à reconnaitre celui qui vient d’arriver, ce que tu ne comprends pas c’est pourquoi il est ici en pleine soirée. Encore moins comment il a su où la trouver. « Je t’avais dit de rester à l’intérieur … » Tu ne sais pas si tu dois sourire ou si cette dernière remarque te blesse. Comment ose-t-il lui dire ce qu’elle doit faire ? Il n’est personne pour elle. Mais tu sais que c’est faux. Et au fond, ça te dérange peut-être un peu trop. Lui, son ami, celui qu’elle est libre de voir dès qu’elle le désire, celui avec qui elle pourrait tout faire alors que toi, tu es celui qui sera peut-être quelque chose pour lui, qui l’est très certainement, mais dans l’ombre. Dans le secret de ta chambre, vous partagiez votre histoire d’amour, espérant qu’elle ne se répande pas plus que ce n’était déjà le cas. Parce que ta mère avait été plutôt claire. C’était interdit et vous saviez tous les deux les risques qu’elle pouvait prendre, mais toi aussi un peu tout de même. Tu risquais déjà de te faire briser le cœur dans le process. Et puis, il y eu cette quinte de toux avant même que tu dises quelque chose. Mais tu remarques immédiatement que ce n’est pas normal. Ce n’est pas un simple rhume, c’est bien plus. Parce qu’elle était bien trop faible. Et puis il y avait ce sang. Ce sang sur lequel ton regard s’était posé pour ne plus s’en détacher. « Qu’est-ce… ? » Tu te tais. Tu ne comprends pas ce qu’il se passe et tu as si peur pour elle. Et si c’était vraiment aussi grave que ça en avait l’air ? Alors tu la prends dans tes bras. Parce que tu seras toujours là pour elle qu’elle aille bien ou mal.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Avr - 19:51


Invité

Invité



Elle était là, en face de lui. Elle avait l’air encore plus fragile que d’habitude. D’habitude, quand elle se sentait mal, il pouvait la faire rire, la protéger. Mais que pouvait-il faire face à la maladie ? Elle s’était attaquée à la jeune fille si soudainement et maintenant elle se répandait à une vitesse folle. Ils ne pouvaient pas passer une seconde de plus dans cet endroit, il fallait la faire sortir. Elle avait besoin de repose, sans quoi ce palais serait sa tombe. Il voulait la prendre dans ses bras, l’emmener le plus loin possible. C’est ce qu’il aurait fait si Tristan n’avait pas décidé de les honorer de sa présence. Il n’avait rien contre le jeune homme, au contraire c’était le seul Archdeacon qu’il supportait. Mais en ce moment, il valait mieux qu’il se tienne à l’écart. Ils n’allaient pas réussir à convaincre de leur relation si ce dernier trainait dans leurs pattes. Alors il préfère ignorer sa présence, préférant convaincre son amie de rentrer avec lui. Il n’aimait pas lui faire la morale, mais il fallait bien la protéger. Iseult n’a même pas le temps de répondre qu’elle est reprise d’une de ces maudites quintes de toux. Il a l’impression qu’elles sont de plus en plus fortes. À ce moment, il n’a qu’une envie : la prendre dans ses bras. Comme pour lui servir de bouclier. Mais le prince est plus rapide. Plus surpris aussi. Elle n’a pas du sembler bon de le prévenir. Pourtant il est le seul qui peut lui apporter ce dont elle a le plus besoin : un médecin. Certes, sa position ne permettait pas au jeune homme de tout se permettre, mais là on parlait de la santé d’Iseult.

Il s’approche donc d’elle. La jeune fille semblait si fragile, et lui était si impuissant. Il détestait ce genre de situation. Il détestait attendre que cette maudite toux se calme. Il ne veut pas lui montrer à quel point cette situation le met en colère. Elle n’a pas besoin de supporter sa mauvaise humeur. Il agrippa le bord du banc, comme pour s’apaiser.  Il n’avait jamais ressenti ce genre d’émotion, ou cela faisait très longtemps. Il peut l’entendre cracher du sang à nouveau. Ce bruit insupportable. Il resserre alors sa main contre ce pauvre banc. Puis au même moment, comme si c’était programmé, l’apocalypse. Enfin plutôt le cauchemar du jardinier. Des explosions. Ces pauvres roses déracinées, cette herbe arrachée, cette terre s'envolant comme après l'impact d'une bombe. Le jeune homme met quelques minutes à réaliser. Ce ne pouvait qu’être l’œuvre de la magie. Il le savait qu’elle reviendrait, comme quand il était enfant. Sa colère fait place à un immense sourire. Si la magie était de retour, ils allaient pouvoir s’en sortir. Partir d’ici. Et avec la magie, ils pourraient trouver un remède au mal de la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 29 Avr - 16:41


Invité

Invité



Tomorrow's bleeding

○ Yesterday I died, tomorrow's bleeding. Fall into your sunlight. The future's open wide, beyond believing. To know why, hope dies. Losing what was found, a world so hollow. Suspended in a compromise. And this day's ending is the proof of time killing, all the faith I know. Knowing that faith, is all I hold


Ce soir, la nuit est un réel calvaire. Douleur insupportable, maladie intransigeante. Elle ne regarde ni votre nom, ni votre rang social. Elle frappe. Elle frappe fort, là où elle peut faire mal. Discrètement, sournoisement, elle fourmille, grouille dans vos cellules pour les détruire. C’est l’hémorragie, Iseult explose de l’intérieur et recrache ce filet de sang. Un gémissement sort de ses lèvres qui s’entrechoquent alors qu’elle frémit violemment dans les bras de son Prince. La blancheur excessive de son corps, privent ses couleurs naturelles, les nerfs épuisés, les veines bleuâtres, la suffocation qui la gagne lui rendant les lèvres d'un beau violet. La seule chose qui semble encore vivant chez elle se trouve dans ses yeux dont l'iris à la teinte claire mélangée de points noirs, brille par des reflets autour d'une prunelle profonde et vive. Essoufflée, elle tend la main vers lui, cherchant désespérément à la glisser contre son visage. Un geste désormais interdit pour elle, une distance qu’elle ne supporte plus. Son amour pour lui qu’elle aimerait tant embrasser, ne comprenant pas que cette chose est immatérielle, insaisissable autrement dit. Elle déglutit, encore quelques millimètres. Tu me manques, Tristan. Lorsqu'elle approche sa main, prête à saisir la seule chose qui pouvait se mettre entre elle et sa maladie, un violent soubresaut lui arrachant un cri perçant la saisit. Son corps tremble de plus en plus fort, sa température corporelle crève le plafond – son corps transpirant en est le signe – et pourtant, le pire est à venir.

Une explosion, des pétales de roses qui s’envolent à mesure que leurs fleurs se déracinent. De légers monticules de terres se retournent, la verdure s’arrache et se saccage à coups d’envolées. Et pendant cet instant chaotique, le corps d’Iseult se stabilise, s’apaise. Elle ne tousse plus, elle respire plus calmement. Une larme s’écoule au creux de son œil, alors qu’une ribambelle de petits oiseaux s’échappe de sa longue chevelure brune qui flotte derrière son dos. La magie … Finn, la magie ! Elle aurait pu éclater de rire mais la surprise la paralyse. Cette magie bien trop instable, sa dégénérescence qui la rend si malade, si mourante. Son absence, son instabilité la détruit mais son retour ponctuel et si inattendu apaise ses maux. Et c’est cette constatation qui lui arrache un sanglot. La main contre sa bouche, elle étouffe un hoquet alors qu’elle l’enlace contre elle, et se blottit dans ses bras. Le nez enfouit dans sa nuque, son odeur la rassure et la calme. L’issue de cette lutte est au fond inévitable, et même si elle n’a pas le luxe de s’en soucier, elle espère qu’une personne plus influente pourra l’aider. Je ne veux pas mourir, pas maintenant, pas comme ça. Elle défait délicatement son étreinte afin de redescendre progressivement sur ses jambes, gardant son emprise sur les bras du jeune homme comme point d’équilibre. Un sourire mélancolique se dessine sur son visage alors qu’elle caresse du bout des doigts la joue de son Prince avant de déposer ses lèvres contre les siennes. Un baiser salé par ses larmes, il lui a tant manqué loin d’elle, à devoir garder leur distance pour jouer un rôle qu’elle a demandé à son plus cher ami, Finn. Elle décolle ses lèvres qu’elle humecte avant de se tourner vers le jeune homme en retrait, elle lui tend la main avant de lui sourire. Je me sens un peu mieux, je n’aime pas te savoir inquiet. Elle laisse un temps de silence avant de poursuivre. Je connais quelqu’un qui pourra m’aider, je l’espère. Elle soupire, tout en se passant une main dans les cheveux. Yaxley ! Dire son nom touche son égo, mais pour survivre, elle décide de le mettre de côté.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 2 Mai - 19:42


Invité

Invité




Tomorrow's bleeding
« LE TELEPHONE POURRA SONNER, IL N'Y AURA PLUS D'ABONNE ET PLUS D'IDEE, QUE LE SILENCE POUR RESPIRER »

Tu la prends dans tes bras. Elle tremblante. Elle souffrante. Cela faisait si longtemps. Tu vis de plus en plus mal la situation mais tu sais aussi que c’est l’unique façon de la garder en sécurité. Tu ne dois pas t’opposer à cette relation bidon avec celui qui se tient également là en ce moment précis. Ton regard interrogateur se pose sur lui. Parce qu’il ne peut pas ignorer ce qu’elle avait. Ou alors elle était une très bonne menteuse. Mais Iseult n’avait jamais été une bonne menteuse. « Tu me manques, Tristan. » Si elle savait à quel point elle pouvait aussi te manquait. A quel point tu jalousais Finn de pouvoir passer autant de temps avec elle quand tu ne le pouvais pas. Tu veux saisir cette main qu’elle te tend. Mais tu aimerais aussi comprendre. Comprendre ce qu’il lui arrive. Tu détournes quelques instants ton regard pour le poser sur l’autre esclave, celui qui vous couvre. Il est sombre. Il avait plutôt intérêt à comprendre ce qui allait se passer. Car si elle ne parlait pas, c’était lui qui le ferait. Tu voulais savoir ce qu’elle avait et depuis combien de temps. Il semblait évident qu’elle n’était pas celle qui t’en parlerait mais il le pouvait. Pourtant la voilà qui se met une nouvelle fois à trembler. Encore plus fort cette fois. Tu paniques. Parce que tu as peur. La peur saisit ton corps tout entier alors que tu as si peur de la perdre. De la perdre à cause de cette maladie qui semble la ronger.

Tu te figes alors qu’autour de toi, le monde bascule. Un cri de surprise, à moins que ça ne soit de terreur, t’échappe. Tu ne comprends pas ce qu’il se passe alors que des pétales de roses vous entourent à présent. Alors que des oiseaux semblent s’envoler de sa chevelure. Pourtant, c’est uniquement elle que tu regardes. Parce qu’elle est belle comme ça. « La magie … Finn, la magie ! » Quoi ? Ce n’était pas possible. Non, c’était impossible. C’était donc ça ? Pourquoi était-elle de retour ? Tu te poses mille et une questions mais tu les oublies alors qu’elle te serre contre elle. Parce que tu l’aimes, et que tu as besoin d’elle. Tu as besoin de la sentir contre toi, proche de toi. Alors que tu refermes tes bras autour d’elle, elle semble aller mieux, un peu. Sa crise est passée. Tu ne sais pas si c’est toi qui la rassures ou elle qui te rassure. Certainement les deux en cet instant précis. Parce que la magie te fait peur. Parce que tu ne connais pas. Parce que tu n’as aucune idée des dommages qu’elle peut causer. Tu sais juste que là, les rosiers semblent en piteux état. « Je ne veux pas mourir, pas maintenant, pas comme ça. » Ses paroles glissent dans ton oreille alors que son souffle chatouille ta nuque. « Tu ne vas pas mourir. » Promesse que tu ne peux pourtant pas tenir. Mais tu ne l’autoriserais pas. Pas maintenant. Tu ne le supporterais pas. Tu ne supporterais pas une vie sans elle. Déjà que tu supportais mal une vie loin d’elle, et cela restait très relatif. Malgré la peur de cette magie vous entourant, malgré la peur de la voir disparaitre, malgré tout, alors qu’elle caresse ta joue, tu ne peux empêcher ton visage de se dérider et un sourire d’y apparaitre. Elle t’a tant manqué. Ici, avec Finn, vous pouvez être vous-mêmes alors rien ne vous empêche de partager ce baiser interdit. Il te rappelle pourtant à quel point c’est difficile d’être loin d’elle, de ne pas pouvoir être à ses cotés à chaque instant. Parce que tu aimerais que la vie soit ainsi. Qu’elle soit à tes cotés matin, midi et soir. Mais c’est impossible, et vous le savez tous les deux. Alors c’est avec regret que tu la regardes s’éloigner un petit peu pour se tourner vers celui qui peut avoir la place que tu n’auras jamais à ses cotés.

« Je me sens un peu mieux, je n’aime pas te savoir inquiet. » Elle s’adresse à Finn, celui à qui elle tend la main, son ami si cher. « Je connais quelqu’un qui pourra m’aider, je l’espère. » Ton visage se déride alors qu’elle annonce ceci. Toi aussi tu l’espères. Parce que tu ne supportes pas de la voir ainsi. « Yaxley ! » Quoi ? « Encore lui ? » Tu ne peux laisser échapper cette remarque sur un ton un peu trop sec, un peu trop en colère. Lui. Celui qui l’avait éloigné de toi. Tu sais depuis qu’il n’était pas responsable de tout, mais il restait en partie responsable de tout ceci. Pourtant tu calmes ton ressentiment à l’égard de cet homme. « Comment ? » Parce que s’il pouvait l’aider, s’il pouvait la sauver, alors tu la lui donnerais, tu la cacherais là-bas, tu l’y emmènerais. Parce que tu la préférais saine et sauve loin de toi que blessée et souffrante à tes cotés.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 8 Mai - 20:32


Invité

Invité



Depuis quelques temps, les jeunes gens vivaient dans une période remplie d’incertitudes. Mais à ce moment précis, une chose était sûre : la magie était de retour. Pourquoi maintenant ?  Personne ne semblait le savoir. C’était une surprise pour tous. « La magie … Finn, la magie ! » Il se tourna alors vers sa petite Iseult, un léger sourire aux lèvres. Ce dernier s’élargit quand le jeune homme aperçût ces oiseaux s’envolant de sa chevelure. Elle semblait transformée, comme apaisée. Cette magie était certes instable, mais son retour semblait positif pour l’état de la jeune femme. Le prince, lui, ne semblait pas être au meilleur de sa forme. Il était certainement effrayé par cette émanation soudaine de magie. Comment lui en vouloir, qui savait quelles histoires sordides il avait entendu au sujet de la magie. L’amélioration soudaine de la santé de la jeune fille dissipa rapidement son inquiétude. Elle avait assez de force pour se blottir à nouveau contre son prince chéri. Ce qu’il avait pu lui manquer.

« Je ne veux pas mourir, pas maintenant, pas comme ça. » Il avait horreur de l’entendre parler comme ça. Il ne pouvait pas lui garantir qu’elle guérirait, mais il ne pouvait songer à la perdre. Ce léger regain d’énergie leur prouvait qu’il leur restait de l’espoir. Mais comment en être sûr ? Qui en cette ville pouvait émettre un diagnostic ? Qui pouvait véritablement la sauver. « Tu ne vas pas mourir. » Le prince n’en savait pas plus que notre ami. Il semblerait que seul un grand spécialiste de la magie puisse les aider. Car il était certain que cette dernière était liée à la maladie. C’est alors que la jeune femme quitta l’étreinte de Tristan pour se diriger vers notre ami. Il ne put s’empêcher de la serre contre lui. Il n’y avait que cela qui pouvait l’apaiser en ce moment précis. « Tu n’as pas intérêt à mourir. Comment je fais sans toi ? » Il ne pouvait se permettre de perdre quelqu’un d’aussi cher, pas encore. Il caressa légèrement sa joue, comme il le faisait à chaque fois qu’elle était triste. « Je me sens un peu mieux, je n’aime pas te savoir inquiet. » Facile à dire. Lui non plus n’aimait pas lui montrer son inquiétude. Il se devait d’être fort, pour leur liberté. Il n’arrivait pas à la lâcher, il ne pouvait pas pour la rendre à son prince maintenant, lui aussi avait besoin d’elle. « Je connais quelqu’un qui pourra m’aider, je l’espère. » Le jeune homme desserra légèrement son étreinte. Qui avait-elle bien pu trouver ? Lui aussi commençait à se forger de précieux contacts. Il avait hâte de connaître le nom de ce potentiel sauveur. « Yaxley ! » Finn ne pu cacher sa surprise, car il savait à quel point elle haïssait cet homme. Ce père qui l’avait trahie. Elle devait avoir perdu la raison. Ou se pouvait-il que cet homme soit véritablement son dernier espoir. « Lui ? » Le prince ne tarda pas non plus à réagir « Encore lui ? » Les deux  hommes semblaient très surpris, et peu emballés par l’idée. Mais le moment n’était pas venu pour blâmer la jeune femme. Si elle en était venue à cette solution, c’est que c’était la plus adaptée. Mais que pouvait bien faire cet homme ? Il l’avait blessée par le passé, il pouvait toujours recommencer. Pour le moment, il ne pouvait se résoudre à la laisser partir chez cet individu.  Tristan posa la bonne question : « Comment ? ». Qu’avait-elle en tête ? Elle lui avait déjà parlé de son père. Il semblait seulement être sa dernière option. « Tu es sûre de toi ? » Le jeune homme restait méfiant face à ce plan. En la laissant entre les mains de son père, ils risquaient de la perdre. Mais ne valait-il pas mieux qu’elle s’éloigne et qu’elle retrouve la santé ? Il n’osait croiser le regard du prince, mais Finn était persuadé qu’il partageait ses idées.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 9 Mai - 18:54


Invité

Invité



Tomorrow's bleeding

○ Yesterday I died, tomorrow's bleeding. Fall into your sunlight. The future's open wide, beyond believing. To know why, hope dies. Losing what was found, a world so hollow. Suspended in a compromise. And this day's ending is the proof of time killing, all the faith I know. Knowing that faith, is all I hold


Le retour de la magie sonne comme un regain de vitalité pour la jeune esclave qui profite d’une étreinte avec son Prince, puis avec son ami Finn. Les tremblements, les frissons et la sensation de chaleur intense semblent s’être temporairement dissipés. Iseult ignore si l’apparition soudaine de la magie –bien qu’instable – en est une coïncidence notable. Et malgré ce bienfait, la jolie brune ne peut s’empêcher de déclarer sa crainte à haute voix, elle a peur de mourir. Avoir vécue en tant qu’esclave, enchaînée, elle n’a jamais pu vivre la vie qu’elle aurait voulu. A vingt-huit ans, elle aurait voulue des enfants, avoir la bague au doigt et élever une petite tribu de macaques à têtes brunes. Un rêve qui scintille fébrilement au fond d’elle, mais qu’elle tente d’éteindre car la réalité lui rappelle chaque jour sa condition d’esclave. Et pourtant, et pourtant ! Se savoir malade la pousse à se démener encore plus pour se libérer de ses chaînes. Mourir, cette idée la terrorise. Mais mourir en étant sous le joug des Archdeacon, jamais ! Tu ne trouveras jamais une femme aussi mignonne que moi ! Elle l’enlace fort contre elle, tu respires plus calmement. Il t’apaise, il a ce don de te rassurer grâce à son humour. Son humour, une caresse, et un grand sourire illumine le visage d’Iseult.

Alors elle reprend doucement son souffle avant de leur expliquer ce qui trotte dans sa tête. Parce qu’elle ne souhaite pas rester les bras croisés, elle décide de mettre son orgueil de côté pour demander de l’aide à la dernière personne au monde qu’elle aurait voulu solliciter. Archibald Yaxley, son père. Et à l’annonce de ce choix, Iseult fut frappée puis amusée de voir les réactions similaires de Tristan puis de Finn, qui semblent tous deux interloqués. Si Finn a toutes les raisons du monde d’avoir un rejet immédiat envers ce traître de Yaxley – compte tenu du fait qu’il connaisse le passé d’Iseult - , la colère palpable de Tristan l’étonne quelque peu puisqu’il ignore que le vieillard est son père. Elle cligne des yeux avec surprise, tout en penchant la tête sur le côté. Puis leur double questionnement la pousse à se mordre la lèvre inférieure avant d’avouer avec sincérité : Non, je ne suis sûre de rien du tout. Je ne sais pas comment il pourrait m’aider, mais j’espère que sa connaissance de la magie et l’histoire magique pourra m’aider à y voir plus claire. De plus, il travaille dans le pharmaceutique, donc il saura peut-être m’éclairer sur un éventuel traitement ou si des recherches sont en cours ? Sa voix s’éteint un bref instant, son visage s’assombrit. Je n’ai pas d’autres espoirs, alors je tente le tout pour le tout. Je lui demande de l’aide, et basta. Son regard se pose sur Finn, et se veut lourd de sens. Elle hausse les épaules avant de donner la main à Finn, puis à son Prince, un sourire aux lèvres. On rentre ? Son humeur est plus légère, et elle ne désire que rejoindre son lit pour une entrevue avec Morphée.

Fin du Rp
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

Tomorrow's bleeding — Tristan & Finn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» • I hope that tomorrow will be better
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» Duel Tristan. / Napo
» Rebondissement: Mère de Tristan Banon aurait eu une relation consentie avec DSK
» Tristan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ :: Birthday party :: Retour de la magie 1-
Sauter vers: