SYSTÈME DE JEU

MS se veut évolutif, vous pouvez donc découvrir dans ce sujet toutes les modalités de ce système, allant des complots entre joueurs, aux fausses fiches qui renversent tout le jeu.

SUJETS A VISITER

NOS SCÉNARIOS

la reine
cousin - relation ambiguë
collègue, partenaire - amour ?
esclave personnel - royal
pleins d'autres ici




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Back in time ♤ Doraleen



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ :: Birthday party :: Retour de la magie 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mer 12 Avr - 19:37


Invité

Invité




Back in time
« ON ETAIT PLEIN D'ARDEUR, MAIS ON SORTAIT VAINQUEUR DE NOS PAUVRES BLESSURES, QUAND LES PEURS ETAIENT LOURDES, ON SE TROUVAIT TOUJOURS UNE VOIX QUI NOUS RASSURE »

Cela faisait une journée qu’Arianna avait pris conscience du retour de la magie et autant dire que ça n’avait pas été de tout repos. Pourtant, elle avait survécu. Parce que c’était ce qu’elle faisait de mieux. Elle espérait juste que cette journée allait être plus reposante que la précédente. Et il semblait que c’était le cas. Car la voilà partant en courses pour sa grande, belle et parfaite maitresse. Un peu d’air frais à l’extérieur ne pourrait que lui faire du bien. Et là, elle serait libre de faire ce qu’elle désirait de cette magie qui coulait à grand flot dans ses veines. Chose qu’elle n’avait pas pu faire chez les Ayling. Parce qu’elle n’était pas idiote. Il était inutile de risquer bien trop gros. Elle ne savait pas combien de temps tout ceci allait durer, alors elle se faisait discrète pour l’instant. Son heure n’était pas encore venue. Il aurait été idiot de tenter de se sortir de cette situation. Lorsque les choses bougeraient, elles bougeraient réellement. Entrainant Doraleen derrière elle-même si elles étaient amenées à se disperser par la suite, elle quitta la demeure Ayling. Sa petite protégée était non loin d’elle. Elle savait que Margeory n’aurait pas supporté l’idée qu’elles y aillent ensembles. Il fallait qu’elle se débrouille seule. Mais Margeory n’était pas là, elle était au travail, alors elles étaient libres de faire ce qu’elles voulaient. Elles passent presque invisibles dans la grande rue. Arrivée à devant une ruelle, la blonde se glisse dans celle-ci avant d’attraper Doraleen à sa suite. « Tu veux essayer un truc cool ? » Elle n’attend pas vraiment qu’elle lui réponde. Parfois, il fallait se faire confiance et transplaner, elle l’avait fait un millier de fois. Alors ses pouvoirs étaient peut-être inconstants, mais elle avait réussi la veille. A chaque fois ses blessures s’étaient refermées. Sa magie ne l’avait pas trahi un seul instant. Elle fait glisser sa main le long du mur quelques secondes avant d’attraper fermement l’aveugle lui faisant face. Elle sourit, ferme les yeux, et transplane.

Les lumières, la vision, rien n’avait changé. Tout était comme dans ses souvenirs les plus profonds. Ces souvenirs qu’elle avait prétendu avoir perdu de si nombreuses fois. Comment aurait-il pu être le cas. Elle n’oubliait pas. Elle ne pardonnait pas. Elle ne changeait pas. Elle ouvre les yeux et observe les alentours. « Il faut croire que ça sera moins fatigant aujourd’hui. » Elle sourit. Elles ne sont pas exactement là où elle l’aurait désiré, mais tout de même pas très loin. Ca irait mieux au retour. La magie, c’était comme le vélo, ça ne s’oubliait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 13 Avr - 14:54

avatar



MESSAGES : 1475 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:


Dans la demeure des Ayling, c’était l’apothéose. Au début, Doraleen n’avait pas tout compris. L’agitation, la colère, l’envie de ses maîtres, leur excitation, tout ça lui avait paru très bizarre et l’avait surprise au plus haut point. Que se passait-il pour qu’ils s’excitent autant ? Pire pour qu’ils soient à la fois inquiets et intrigués par la situation actuelle ? Les bruits de couloir aidant, elle avait rapidement compris qu’il s’agissait d’un retour de la magie. La peur, en premier lieu, lui avait comprimé le cœur. La magie, allait-elle réellement revenir ? Qu’est-ce que ça impliquait ? Allait-elle être encore brimée, battue, torturée, pour un fait qu’elle n’avait pas commis ? Etait-ce réel ? Etaient-ils réellement en train de vivre le retour d’une partie d’eux-mêmes ? Elle n’en avait aucune idée et ça la dérangeait énormément. Pire encore, elle ne savait pas du tout ce qu’il allait advenir d’elle, d’eux.
C’était catastrophique, autant elle était ravie de la situation, autant elle était terrorisée. Bien sûr qu’elle avait entendu parler de la magie, bien sûr qu’elle avait pu en discuter avec des sorciers qui l’avaient réellement connu, mais elle, n’avait jamais eu la magie de son vivant. Elle n’était que très jeune quand toute la guerre des sorciers s’était déroulée. Bien trop tôt elle était tombée dans l’Orphelinat et des souvenirs qu’elle en avait, jamais elle n’avait connu une famille magique. Alors, pour elle, tout ceci ne sentait pas vraiment bon.
Le plus difficile était sans doute le fait qu’elle ne sentait rien. Elle entendait bien les gens parler, les médias crier au retour de la magie, mais elle qui se savait sorcière ne sentait rien dans ses veines. Elle qui était Pure, ne sentait rien du tout. Rien, pas le moindre frémissement, pas la moindre flammèche de magie. Rien du tout. Elle espérait que quelque chose se réveillerait, que quelque chose en elle se déclencherait, pour pouvoir l’expérimenter, le vivre, pour être réellement différente et pas simplement sur son acte de naissance. C’était difficile, prenant, angoissant. Elle ne savait pas trop quoi penser de la situation, à vrai dire, elle ignorait même totalement comment réagir.
Sans trop comprendre pourquoi, Arianna la traina derrière elle, alors qu’elle avait reçu une directive de la part de sa maîtresse. Un peu surprise, elle obtempéra néanmoins, sautant sur l’occasion de profiter de la situation pour voir autre chose, pour changer d’air. Et puis, de toute façon, elle était avec Arianna, rien de grave ne pourrait lui arriver non ? Enfin, elle se souvenait de la dernière fois où elle avait fait confiance à une esclave… Ca s’était terminé en lynchage public et elle n’avait pas réellement envie que ça se reproduise.
A la question d’Arianna, elle ne sut pas réellement quoi répondre. Oui ? Non ? Bien sûr qu’elle avait envie d’expérimenter des choses sympas, pour une fois, mais avait-elle réellement envie de prendre le risque ? C’était compliqué. Difficile à savoir.

Elle ne sait pas réellement ce qu’il s’est passé, ni comment expliquer le phénomène, mais tout ce qu’elle sait, c’est que son estomac lui ai remonté dans le ventre à la minute où elle a reposé les pieds par terre. Lâchant la main d’Arianna, Doraleen laissa tout son corps rejeter le peu de nourriture qu’elle avait ingurgité. Ne sachant pas réellement où elle vomissait, elle espérait simplement ne pas avoir sali sa comparse. En tout cas, elle pour sa part, était indemne de tout vomissement. « Moins fatigant aujourd’hui ? » S’essuyant la bouche, elle garda néanmoins la tête vers le bas et les mains sur les genoux pendant un instant, pas sûre d’être réellement prête à relever la tête. « Est-ce que tu fais ça souvent ? » Un instant elle se demanda si elle n’était simplement pas en train de perdre la tête. C’était après tout, très fort probable, et très compréhensible vu toutes les merdes qui lui étaient arrivées. Après tout, perdre la boule après tout ça aurait été totalement cohérent. Que se passait-il donc ?


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 13 Avr - 20:33


Invité

Invité




Back in time
« ON ETAIT PLEIN D'ARDEUR, MAIS ON SORTAIT VAINQUEUR DE NOS PAUVRES BLESSURES, QUAND LES PEURS ETAIENT LOURDES, ON SE TROUVAIT TOUJOURS UNE VOIX QUI NOUS RASSURE »

Quelques secondes, c’était ce qu’il leur avait fallu pour traverser en partie la ville. Un transplanage plutôt bien maitrisé à l’exception du lieu d’atterrissage un peu raté. C’était fou comme cette sensation lui avait manqué. C’était tellement, bon ! Elle n’en revenait pas qu’elle soit de nouveau avec ses pouvoirs. Elle lâche la blonde qu’elle a entrainée à ses côtés en arrivant dans la ruelle. Elle a à peine le temps de la voir changer de couleur et se décaler que celle-ci renvoie l’intégralité de son frugal repas du matin. Ah, les conséquences du transplange… Elle avait oublié ce léger détail avec les années. Pourquoi n’y avait-elle pas pensé. Mais cela faisait tellement longtemps qu’elle ne souffrait plus de cette situation. C’était un problème que l’on rencontrait uniquement lors des premières fois et plus du tout par la suite. « Désolée. J’avais oublié cet effet secondaire… » Elle était réellement désolée. Mais ça n’aurait pas changé grand-chose si elle l’avait prévenu. C’était tellement courant. « Moins fatigant aujourd’hui ? » Elle laisse l’aveugle reprendre contenance avant de lui répondre. Elle est encore bien pâle et Arianna n’est pas sûre qu’elle se soit bien remise de ce qu’elle a traversé. « Est-ce que tu fais ça souvent ? » Pourtant, elle a tout de même enchainé. Elle jette un coup d’œil dans les rues aux alentours pour voir l’ensemble des patrouilleurs courant dans tous les sens, contrôlant, stressés par ce retour inattendu de la magie. « On est déjà en centre-ville. » L’explication est plutôt simple. La blonde a juste oublié qu’il est très rare que sa camarade quitte la grande demeure des Ayling contrairement à elle qui est régulièrement affectée à des missions d’achats ou autre dans la ville. A vrai dire, elle ne sait pas si c’est une bonne ou une mauvaise chose. D’un côté, elle ne peut être entièrement à son aise en extérieur, mais ce n’est pas une raison pour ne jamais voir un rayon de soleil. « Ca faisait tellement longtemps que je l’avais pas fait. » Quelques instants de silence. « J’étais même pas sûre d’être encore capable de le faire. » Son regard se porte sur l’esclave qui n’a jamais pu découvrir la magie à Poudlard contrairement à elle. « Mais il faut croire que la magie ça ne s’oublie pas. Ou juste dans les détails. » Oui, un léger détail comme deux rues de décalage par rapport à l’endroit ciblé. Mais pour un début et en l’absence de baguette, c’était déjà ça non ?
Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Avr - 17:22

avatar



MESSAGES : 1475 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:


Elle ravala une nouvelle montée de bile. Soufflant doucement par le nez et par la bouche, elle prit le temps de se calmer. Son cœur, affolé, tambourinant toujours dans sa poitrine, ne la rassurait absolument pas. Que c’était-il passé ? Qu’est-ce qu’elles avaient fait ? Et pourquoi n’était-elle plus dans le manoir des Ayling ? Bordel qu’elle était cette journée ? « Effet secondaire de quoi ? » Elle comprenait rien. « On est en ville ? » Mais what the fuck ? C’était quoi cette histoire ? Elle avait la tête qui tournait, elle était désorientée et d’un coup, d’un seul, Doraleen eut subitement très peur. Qui était Arianna, une sorcière oui, comme elle, mais contrairement à son cas, Arianna avait du connaître la magie. Doraleen n’avait eu que quatre ou cinq ans quand la dernière grande bataille qui ouvrit une brèche dans le monde humain, eut lieu. Elle ne comprenait rien. Venait-elle d’utiliser la magie ? Sérieusement ? pourquoi elle n’y avait pas le droit ? Déroutée, apeurée, Doraleen s’installa à même le sol. Devenait-elle folle ? C’était catastrophique, c’était de pire en pire. « Capable de faire quoi ? » Demanda encore la jeune femme, complètement paumée dans ce qu’il se passait et, d’un coup, très – peut être trop – inquiète. « Quels détails ? » C’était un détail ce qu’elle avait fait ? SERIEUSEMENT ? Doraleen sentait déjà la migraine poindre sous son front. Elle était là, quelque part, attendant sagement pour pointer le bout de son nez et lui vriller le crâne pendant le reste de la journée. Elle n’en avait, clairement, pas envie.
Tout ce qu’elle désirait, c’était que sa vie redevienne « normale » et que plus rien ne vienne l’emmerder. Terrorisée, elle n’avait pas envie de connaître les phénomènes étranges


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 24 Avr - 20:00


Invité

Invité




Back in time
« ON ETAIT PLEIN D'ARDEUR, MAIS ON SORTAIT VAINQUEUR DE NOS PAUVRES BLESSURES, QUAND LES PEURS ETAIENT LOURDES, ON SE TROUVAIT TOUJOURS UNE VOIX QUI NOUS RASSURE »

Sa camarade n’était pas en grande forme et Arianna recula lorsqu’elle hoqueta une nouvelle fois. Non, pas du tout en forme, c’était le cas de le dire. « Effet secondaire de quoi ? » Aïe, il y avait des choses qu’elle devait ignorer, c’était une évidence. « On est en ville ? » C’est lorsqu’elle la vit se laisser tomber sur le sol qu’elle comprit qu’elle avait peut-être fait une erreur en se servant de sa magie en compagnie de Doraleen. La petite semblait complètement paniquée et perdue. « Capable de faire quoi ? » Elle sentait son inquiétude, sa peur. Elle n’avait pas vécu du tout la situation comme elle avait pu la vivre. Elle qui était si heureuse d’avoir transplanée. « Quels détails ? » Bon c’était une évidence, la blonde était complètement pommée. Il allait falloir que l’ainée la rassure avant qu’elle ne fasse une crise de panique en plein milieu de la rue, ce qu’elle semblait partie pour faire. C’était fou de voir à quelle vitesse les choses se perdaient. Cette fille ne semblait plus se souvenir de rien de ce qui pouvait avoir trait à la magie alors qu’elle devait bien avoir quelques années tout de même lorsqu’elle avait disparu. On ne pouvait oublier entièrement non ? « Ne t’inquiète pas, ça va passer. » Il allait falloir qu’elle reprenne tout depuis le début, c’était une évidence. « Hier matin, je me suis aperçue que la magie était réapparue. L’ensemble de mes cicatrices faites par des moldus avaient disparue. » Elle marque quelques secondes de pause. « Alors je me disais qu’il fallait que je teste. On a transplané. » Elle se tait quelques instants. « En gros, on se téléporte. Les nausées sont un effet secondaire au début, mais ça faisait tellement longtemps que ça me faisait plus rien que j’avais oublié. » Elle sourit. Oui, c’était toujours assez catastrophique au début. « Réponse, ça fonctionne à quelques détails de rues près. » Serait-elle rassurée avec tout ça ? Elle l’espérait grandement. « Tu dois aussi pouvoir la sentir en toi. Je n’étais pas la seule à la sentir. » Non, la blonde avait bien vu les dégâts causés par d’autres esclaves au sein de la grande demeure.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 25 Mai - 19:23

avatar



MESSAGES : 1475 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:


Perdue. Elle était perdue. Doraleen avait l’habitude du noir opaque qui entourait sa vie, elle avait l’habitude de se cogner, de se tromper de chemin, de se prendre dans des lieux qu’elle connaissait pourtant, théoriquement. Elle avait l’habitude de son handicap, mais la magie, ou ce qu’était supposé être de la magie, n’était pas dans ses habitudes. Terrorisée, tremblante, la jeune femme ne savait ni quoi faire, ni quoi penser. Etait-elle vraiment sortie du manoir Ayling par quoi ? Les airs ? C’était complètement fou, impensable, loufoque. Elle ricana, comme un rire dément, créé par le stress de la situation, Dora ricana. Ce n’était pas possible, Arianna devait mentir. Oui, elle devait se moquer d’elle, obligatoirement. Ca ne pouvait être rien d’autre. La magie était morte. MORTE. Ricanant toujours, elle écouta d’une oreille distraite les propos d’une folle. Comme tous les autres, elle était folle. Folle. Simplement. « C’était nécessaire de me mêler à ta folie ? » Laissa tomber, glaciale, la jeune femme. Parce qu’il fallait toujours qu’elle se retrouve dans des ennuis, sans même qu’elle l’ai demandé. Elle s’en foutait elle, miss Parfaite. Elle allait s’en tirer avec une petite révérence, en rampant aux pieds de leur maîtresse et tout irait mieux. Mais elle, Dora, comment allait-elle expliquer tout ça à Margeory ? elle ne se voilait pas la face, leur infecte maîtresse serait au courant et comme toujours, l’aveugle prendrait pour deux. C’était tellement plus drôle, tellement plus marrant de faire souffrir les autres. Sa peur céda brutalement sa place à la colère, terriblement étouffante. Elle ne voulait pas de la magie. Elle ne voulait pas de tout ça. Elle voulait choisir, elle voulait décider, pour une fois, par elle-même. Et comme toujours, on se fichait complètement de son avis. On se foutait de ses choix, on se torchait le cul avec ses décisions. « Ouais t’as aussi oublié de me demander mon avis apparemment. » Sarcastique, Doraleen ne supporte plus son comportement. Autrefois elle se foutait d’elle et profitait de son pouvoir, puis elle a dis prendre soin d’elle et la protéger, et voilà qu’aujourd’hui elle la mettait en danger. Assise par terre, incapable de retrouver ses repères, Doraleen paniquait. Doucement, mais sûrement. Elle n’allait pas s’en remettre. Elles avaient quoi déjà ? Transplanées ? C’était une blague, une réelle blague. Ca ne pouvait en être autrement. « De quoi tu parles bordel ? T’es juste complètement folle ! » Elle éructait, martelant le sol de ses petits poings, son bracelet ricochant contre le sol. « La magie est morte. Morte. Vit avec ton temps bordel. » Laissa exploser la jeune femme, incapable de se maîtriser plus longtemps. « J’ai rien demandé hein. J’ai pas demandé à me faire traiter comme de la merde. J’ai pas demandé à me faire battre deux fois plus que les autres parce que je suis née aveugle ! » Laissa tomber la jeune femme, tremblante de rage. « Et toi, tu débarques toute ravie avec ta putain de magie et tu me l’imposes. » Elle se relève, tremblante, chancelante, cherchant un appui invisible. « Et comme tous les autres, tu t’en branles de mon avis, tu t’en branles du fait que transplaner quand t’es aveugle c’est pas une idée de génie. Comme toujours tu penses qu’à ta gueule, comme tous les autres et comme ces connards de moldus. » Elle éructait, criait presque sur la demoiselle. Pourtant, incapable de tenir debout et incapable de trouver le moindre repère, elle chuta lourdement. Des larmes de rage coulèrent sur ses joues, qu’elle essuya d’un geste rageur. « Vas juste te faire voir Arianna. Je sais pas ce que tu veux obtenir de moi, mais tu ne l’obtiendras pas. Retourne dans les jupons de ta petite maîtresse que t’aimes tant. J’ai pas besoin de toi. » Après un nouvel essai, elle se remit debout et fit quelques pas. Où pensait-elle aller de toute façon ? Elle ne savait pas où elle était et ne savait pas non plus comment rentrer au domicile des Ayling. Elle se trouvait dans une impasse, la seule capable de la ramener était celle qui l’avait mise dans cette situation, ce qui, étonnement, l’énerva d’autant plus. Quand diable pourrait-elle contrôler un tant soit peu son existence ?


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Juil - 1:35


Invité

Invité




Back in time
« ON ETAIT PLEIN D'ARDEUR, MAIS ON SORTAIT VAINQUEUR DE NOS PAUVRES BLESSURES, QUAND LES PEURS ETAIENT LOURDES, ON SE TROUVAIT TOUJOURS UNE VOIX QUI NOUS RASSURE »

Revenir en haut Aller en bas
Lun 3 Juil - 14:28

avatar



MESSAGES : 1475 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:




You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Juil - 22:50


Invité

Invité




Back in time
« ON ETAIT PLEIN D'ARDEUR, MAIS ON SORTAIT VAINQUEUR DE NOS PAUVRES BLESSURES, QUAND LES PEURS ETAIENT LOURDES, ON SE TROUVAIT TOUJOURS UNE VOIX QUI NOUS RASSURE »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 7 Juil - 10:50

avatar



MESSAGES : 1475 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:


HJ : pas de souci pour Arianna
Edit : pour ma part, je ne peux pas finir sur ça, donc je vais continuer avec Margeory ^^


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 7 Juil - 14:40

avatar



MESSAGES : 207

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:




Back in time




Salon des Ayling

La Magie est de retour. De retour ! Si tu n'étais pas certaine des dires de ton père, tu n'y croirais pas. Pas une seule foutue seconde. Seulement, ton père ne te ment jamais, surtout par sur de tels sujets. Après la mort de ton cousin, c'était très certainement la dernière chose que tu aurais voulu voir arriver dans ton petit cocon protecteur, mais il fallait croire que le Monde s'était ligué contre toi. Alors, bien malgré toi, tu as dû rester cloîtrée chez toi en attendant que l'orage passe, car tes parents – même ta mère – ont catégoriquement refusé que ton jumeau et toi vous ne vous mettiez en danger. Par chance, ton jumeau se trouvant actuellement à l'étranger pour un voyage d'affaire lié au business d'Ayling Corporation, il a été plus que facile pour lui de désobéir. Parti le 2 avril 2017 pour une durée indéterminée, tu peux clairement dire que ton cher frère le connard chanceux par excellence aura bien choisi son moment. Un soupir t'échappe en y pensant. D'une certaine façon, dire qu'il ne te manque pas – au moins un peu – reviendrait à proférer un énorme mensonge. Si seulement il n'y avait que ça pour te contrarier...

12 avril 2017, foutue date de merde durant laquelle deux de tes esclaves ont disparu sans crier gare – ou presque. Arianna, originellement envoyée faire une course à l'extérieur, seule, tu as appris par un autre esclave de la famille qu'elle s'était permise d'emmener Doraleen avec elle pour une raison des plus mystérieuses. Tu les as donc attendues toute la sainte matinée, jusqu'à ce qu'Arianna rentre enfin. Seule. Dire que tu as disjoncté en constatant l'absence de Doraleen n'est qu'un doux euphémisme. Sans même lui offrir l'opportunité de se justifier, tu l'as attrapée violemment par sa chevelure de bimbo prétentieuse et tu l'as balancée contre un mur, lui ordonnant de t'expliquer pour quelle incroyable raison elle a bien pu se permettre d'embarquer Doraleen dans ses conneries. Le visage furibond, c'est droite comme un I que tu te tiens face à elle, ta main serrant fortement sa gorge – ses pieds ne touchant plus le sol. Arianna n'a-t-elle donc toujours pas compris qu'elle n'a strictement aucun droit dans cette baraque ?!


@Diana Ayling Je te tague pour que tu saches que le jumeau de Margeory, à compter du 2 avril, n'est plus à Birmingham pour un voyage d'affaire. Question de cohérence et parce que ça devenait compliqué pour moi de jouer un jumeau en PNJ sans savoir comment le joueur plausiblement intéressé va le jouer, je préfère qu'il ne soit plus en Angleterre pour éviter toute incohérence.




"God Bless the Child"
Where have all the feelings gone? Why is the deadliest sin - to love as I loved you? Now unblessed, homesick in time, soon to be freed from care, from human pain. My tale is the most bitter truth: Time pays us but with earth and dust, and a dark, silent grave. Remember, my child: Without innocence the cross is only iron, hope is only an illusion and Ocean Soul's nothing but a name... The Child bless thee and keep thee forever... ♛ by Nightwish.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Juil - 15:14

avatar



MESSAGES : 1475 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:


Elle roula des yeux, pas du tout impressionnée par l’esclave. Qu’avait-elle cru ? Qu’elle allait avoir peur d’une petite esclave qui l’avait malmené pendant son séjour à l’Orphelinat ? Elle ne pourrait jamais rien lui faire de plus horrible que ce qu’on lui avait déjà fait endurer. Et peut être même qu’à travers les sortilèges qu’elle voudrait lui lancer, Doraleen n’y trouverait qu’un certain réconfort, depuis trop longtemps habituée à la douleur, à la meurtrissure provoquée par la violence d’autrui. Arianna se voilait la face depuis longtemps, elle n’était plus dans le coup, si tant est qu’un jour elle l’avait déjà été. Son jeu d’esclave était pitoyable et elle pensait que les Ayling finirait par se débarasser d’elle, elle qui était inutile. Et puis, si elle croit une seule seconde que Doraleen se donne la mort, alors c’est qu’elle n’a réellement rien compris. Retourner à l’Orphelinat est se donner la mort, s’assurer d’un lien fort avec une Pure, d’autant plus une Ayling, assure une sécurité à la jeune femme. Aussi barjo que puissent être les Ayling, jamais personne d’autres qu’eux ne toucheront à leur esclave, jamais personne d’autre que les Ayling ne pourra ordonner quelque chose à Doraleen et, elle se savait suffisamment intéressante pour s’assurer un bel avenir au sein d’une grande famille. Au moins elle ne risquait pas d’être envoyé chez un autre barjo qui souillerait son corps. Arianna faisait sa grande à côté des esclaves, mais elle n’était qu’une étroitesse d’esprit et d’une petitesse d’âme que c’en était hilarant.
Enfin, actuellement la jeune femme ne cherchait qu’à retrouver son chemin, se fichant bien de ce que l’autre tarée pouvait faire de sa vie. Parce que c’est ce qu’elle était : une vraie tarée. Elle décidait pour les autres, se croyait reine sous prétexte que la magie était de retour pendant un court instant, proférait des menaces qu’elle ne pourrait jamais tenir et, surtout, était dépendante d’une magie qu’elle ne retrouverait sans doute jamais. Et c’est elle qui disait vivre avec son temps ? Bonne blague, elle ne s’était toujours pas habituée au monde moldu et à ce qu’il imposait. Doraleen elle, l’avait parfaitement fait. Pire encore, elle n’était pas vue comme une menace, elle n’était qu’une petite esclave qui obéissait au doigt et à l’œil, aveugle et supposée débile par beaucoup. Terrible erreur. En moins de temps qu’il n’en avait fallu à beaucoup d’esclaves, Doraleen avait déjà côtoyé les plus grands de ce « nouveau monde » et la famille Royale en personne. Ses oreilles trainaient partout où sa maîtresse le désirait, ramenant des informations croustillantes à chaque occasion, mais elle n’oubliait jamais ce qu’elle ramenait, les gardant précieusement dans sa mémoire. Au cas où, un jour, ça lui serait utile. Et après on la sous-estimait encore, pitoyable. Perdue dans ses pensées, elle en ricana, d’un rire fou prêté à son stress et à sa peur. L’heure tournait, les rues se succédaient sous ses pieds, la température baissait et elle n’était toujours pas prête de retrouver son chemin. Foutue sorcière qui n’en faisait qu’à sa tête et qui avait décidé de la laisser en plein milieu de la ville. Certes, elle avait eu l’amabilité de lui dire où elle se trouvait, mais perdue dans ses repères spatio-temporels, Doraleen n’avait pas retrouvé le chemin de la demeure Ayling.

Stressée, apeurée par l’arrivée au sein du manoir, elle craignait plus que tout la correction qu’elle allait recevoir. Déjà qu’elle avait quitté le manoir sans autorisation, en plein milieu de ses corvées, voilà qu’elle allait rentrée tardivement sans aucune raison. Elle sentait le froid de la nuit sur sa peau et, sensible à la luminosité ambiante, elle sentait bien qu’il faisait plus sombre que quelques heures plus tôt. Phénomène qu’elle n’expliquait pas vraiment d’ailleurs. Enfin, elle finit par retrouver le chemin du manoir, aux alentours de minuit, pour franchir la porte de la demeure Ayling sous le coup de la première heure du jour suivant. Bien évidemment, pétasse Arianna devait déjà être de retour, pour son plus grand déplaisir. C’est Margeory qui l’accueilli à son arrivée et, sans même s’en rendre compte, Doraleen tremblait déjà à l’idée de mentir. La peur lui comprima un instant le cœur dans un étau de fer, qu’allait-elle lui dire ? Elle n’y avait pas songé une minute. Quel mensonge serait suffisamment convaincant ? Pour qu’elle raison aurait-elle pu sortir ? La tête basse, les mains croisées dans le dos, elle attendit que sa maîtresse lui autorise de parler. Pendant ce temps, ses méninges tournaient à plein régime.


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Juil - 16:23

avatar



MESSAGES : 207

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:




Back in time




Salon des Ayling




Débarrassée d'Arianna – au moins temporairement –, tu t'assoies dans le salon. Tu attends le retour de Doraleen, les yeux rivés sur l'horloge. Tu n'en reviens toujours pas qu'on t'ait dit qu'Arianna l'avait entraînée avec elle. T'en reviens encore moins de savoir que Doraleen a accepté de la suivre. Impossible. Ça te paraît tout bonnement impossible. Pour quelle raison mystérieuse Doraleen s'est-elle permise d'agir sans ta permission ? Tu lèves les yeux au ciel. Tu te sens nauséeuse rien que de penser que l'esclave ait pu volontairement te trahir. Impossible. Impossible. C'est ce que tu te répètes, encore et encore, guettant toujours l'heure. Quand minuit sonne, un tremblement agite ton corps. A-t-elle fugué ? Pourquoi ? Qu'as-tu fait ? Certes, tu n'es pas tendre avec tes esclaves, mais tout de même ! Aucun d'entre eux ne t'avait jamais fait l'affront que de fuir ton emprise, tout simplement parce que tu as toujours su suffisamment les terrifier pour qu'ils ne soient pas tentés de prendre la poudre d'escampette et ainsi jeter la honte sur ton nom. Alors, les traits tirés par l'angoisse, tu comptes les minutes depuis qu'Arianna n'est plus avec toi... Quand, enfin, Doraleen entre à la maison, tu te retiens de justesse de lui bondir dessus. L'expression figée par le soulagement, tu t'es redressée, droite, devant elle, contemplant toute sa soumission avec un plaisir non feint.

- Où étais-tu ? Pourquoi as-tu suivi Arianna ?! Je croyais avoir été claire quant à tes relations avec les autres esclaves de cette Maison... souffles-tu d'une voix menaçante.




"God Bless the Child"
Where have all the feelings gone? Why is the deadliest sin - to love as I loved you? Now unblessed, homesick in time, soon to be freed from care, from human pain. My tale is the most bitter truth: Time pays us but with earth and dust, and a dark, silent grave. Remember, my child: Without innocence the cross is only iron, hope is only an illusion and Ocean Soul's nothing but a name... The Child bless thee and keep thee forever... ♛ by Nightwish.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Juil - 15:00

avatar



MESSAGES : 1475 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:


Elle tremble, transpire, incertaine. Cela faisait longtemps qu’elle ne s’avait pas été aussi mal devant sa maîtresse. Des mois. Elle qui avait réussi à faire ses preuves, à prouver son intérêt pour Miss Ayling, elle qui avait réussi à avoir plus de liberté, la voilà désormais confronter à un gros problème : que faire ? Risquer de perdre tous les avantages dûment gagnés ? Avantages qu’elle avait bien trop appréciés, pour qui ? Une foutue esclave qui n’avait pas compris sa peur ? Pour une foutue esclave qui s’était foutue d’elle depuis des années ? Qui en plus se croyait supérieure, mais qui ne l’était pas ? Qui pensait pouvoir tout faire, tout dire, tout comprendre par elle-même ? Les yeux baissés, elle entend la voix de sa maîtresse s’élever dans les airs. Une voix menaçante. Une voix qu’elle ne reconnaissait pas, qu’elle n’appréciait pas. Tremblante, elle essuya une perle de sueur sur son front, se mordilla la lèvre jusqu’à en faire perler une goutte de sang. Que pouvait-elle dire ? Que pouvait-elle faire ? Et dans quelle mesure sa maîtresse l’a croirai ? Croirait-elle vraiment qu’elle a… Qu’elle a quoi déjà ? Quitté le manoir sans marcher et s’est retrouvée dans une route comme ça ? En un claquement dans l’air ? Qui la croirait ? Elle, foutue esclave ?
Mais un doute la taraudait, un doute énorme, qui rongeait son sang et son esprit. Que lui arriverait-elle si elle ne disait rien ? Que se passerait-il si elle fermait les yeux et implorait un pardon qu’elle n’avait pas à demander (puisque ce n’était pas sa faute) ? Avait-elle réellement envie de porter le chapeau pour Arianna ? Avait-elle envie de ruiner tous les sacrifices qu’elle avait fait, toutes les journées qu’elle avait passé au service de sa maîtresse pour quoi ? Une maudite sortie dont elle n’était même pas responsable, qui – de surcroît – lui avait été imposée ? Elle ferma les yeux, respira un bon coup et se redressa. Ne pas lui faire honte, surtout, ne pas lui faire honte. Lentement, mais sûrement, la jeune femme se calme, respire et prends le temps de reprendre contact avec la réalité. Elle sait qu’elle n’a pas le choix, si elle veut survivre au sein de cette famille, si elle veut pouvoir un jour retrouver une liberté (ou quelque chose s’y rapprochant), elle se doit d’être au plus près de son ennemi. Au plus près de celle qui sera capable de la briser, de la torturer, de la victimiser. Bien sûr, Arianna peut représenter une menace dès lors que la magie est présente, mais reviendra-t-elle un jour de toute façon ? Aujourd’hui elle avait pris ses aises parce qu’elle avait eu la chance de pouvoir toucher à la magie, mais si cela n’arrivait jamais plus ? Que pouvait-elle bien lui faire ? Margeory elle, avait tous les moyens de la blesser et, durablement, sans magie. Elle n’avait jamais eu besoin de magie pour la punir. Ni même pour la récompenser. Doraleen se mordilla la lèvre inférieure à nouveau, se rappelant sans gêne ce qu’était une récompense. Ses joues rosirent un instant alors que les rouages de son cerveau travaillaient à en perdre haleine. « Je ne l’ai pas suivi. » Lâcha la jeune femme dans un souffle, presque inaudible. Elle ne savait pas où était Arianna, elle ne savait pas si elle l’entendait, mais pour l’instant, elle s’en fichait. Une menace après l’autre, la plus important étant celle qui se trouvait face à elle et qui avait la main mise sur toute sa vie. « Elle m’a embarqué dans une sortie. » Se mordillant, encore, la lèvre, elle poursuit. « J’avoue ne pas avoir compris ce qu’il s’est passé… » Elle respire un grand coup, ferme les yeux. Si elle pouvait prier n’importe quel Dieu pour que Margeory la croit, elle l’aurait fait dans les plus brefs délais. Dommage qu’elle ne croit plus en une supériorité divine quelconque depuis ses treize ans. « On était ici et l’instant… L’instant d’après… On… On était dehors. » Elle hoquète, la peur lui tétanisant les jambes et comprimant son cœur dans un étau de fer. « Je…. Je vous jure maîtresse… Je ne sais pas ce qui… Qu’il.. Qu’il s’est passé. » Elle essaye de se calmer, s’arrête, respire. Surtout, surtout, ne pas s’humilier encore plus. Avoir l’air particulièrement stupide était déjà suffisant. « Je suis désolée. » Souffla la jeune femme. La tête bien baissée, elle attendait maintenant la punition qui ne tarderait pas à arriver, elle en était certaine.


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 31 Juil - 17:00

avatar



MESSAGES : 207

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:




Back in time




Salon des Ayling


Les bras croisés sous ta poitrine, tu domines la jeune fille du regard. Même si elle ne te voit pas, tu sais user de cette voix qui suffit à lui faire comprendre que tu n'iras pas de main-morte s'il s'avère qu'elle ose te mentir ou te dissimuler un – ou plusieurs – fait-s. Quelle que soit son excuse, elle a plutôt intérêt à être suffisamment intrigante pour semer le doute en toi. Aussi, quand la petite blonde évoque le fait de n'avoir pas suivi Arianna, tu fronces les sourcils. À l'entendre s'exprimer, la trop parfaite Arianna aurait fauté en l'embarquant par la force. Pire... Elle l'aurait « téléportée » d'un point à un autre comme ça... comme par Magie. Tu rehausses un sourcil perplexe. Certes, la Magie est de retour, mais jusqu'à présent t'aurais juré que pas un seul de tes esclaves n'avait pris le risque d'en faire usage. Surtout, tu n'aurais jamais pensé qu'Arianna pourrait un jour faire preuve de désobéissance, elle qui courbe si docilement l'échine à chacun de tes ordres sans que tu n'aies jamais à lever la main sur elle... Se peut-il que Doraleen mente ? Pire : se peut-il qu'elle dise vrai ? Incapable de décider de ce qui est, ou de ce qui n'est pas, tu choisis d'ordonner à l'aveugle d'attendre là sans bouger. Toi, pendant ce temps, tu pars chercher l'autre esclave : l'accusée. Il n'est pas dit qu'une Ayling punisse aveuglément ses esclaves sans écouter leur version des faits. Après tout, la soumission s'obtient certes par l'autorité, mais tu n'es pas suffisamment stupide pour faire preuve d'injustice quand rien ne prouve avec certitude les faits. D'une main de fer, tu tires Arianna par les cheveux jusqu'aux pieds de Doraleen et tu répètes lentement, mot à mot, ce qu'elle t'a dit. Puis :

- Est-ce la vérité, Arianna ? As-tu utilisé la Magie ?







"God Bless the Child"
Where have all the feelings gone? Why is the deadliest sin - to love as I loved you? Now unblessed, homesick in time, soon to be freed from care, from human pain. My tale is the most bitter truth: Time pays us but with earth and dust, and a dark, silent grave. Remember, my child: Without innocence the cross is only iron, hope is only an illusion and Ocean Soul's nothing but a name... The Child bless thee and keep thee forever... ♛ by Nightwish.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 5 Aoû - 11:05

avatar



MESSAGES : 1475 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:


Elle ne dit rien, rien du tout. Alors que Doraleen s’est vidé, a tout dit, elle ne pie mot. Miss Ayling ne semble pas lui accorder de crédit ? Ou alors a-t-elle déjà choisi qui croire ? Croira-t-elle forcément Arianna ? Et délaissera l’avis de la jeune esclave ? Elle ne sait que dire, que faire et décide alors de se faire encore plus petite. Surtout, surtout, ne pas se faire remarquer. Ce n’est pas le moment et elle le sait pertinemment. Alors, en retenant son souffle, la jeune femme se tait. Dans l’attente d’une sentence qui ne vient pas, elle entend Margeory diriger ses pas loin d’elle, vers le placard présent dans le hall de la demeure. Elle retint son souffle à nouveau, va-t-elle la corriger avec l’objet qu’elle a délaissé lorsque, Arianna l’a prise de force pour s’en aller avec elle ? Elle n’en sait rien, elle attend. Surprise, elle entend alors la voix claire de celle qui fait de sa vie un véritable jeu de devinette, s’élever. Arianna était dans le placard ? Sans doute rentrée avant elle, logique aussi quand on peut user de la magie, elle a déjà dû faire part de sa propre version à la jeune femme et, apparemment, n’aurait pas dit ce qu’avait dit Doraleen. Aurait-elle réussi à faire croire que l’esclave s’était tout bonnement échappé ? Qu’une pauvre esclave, sans repère, sans aide technique pour soulager son handicap se serait enfuie ? Pire encore, sa maîtresse l’aurait-elle cru ? Pourquoi alors lui demander si elle a réellement usé de la magie ? Pourquoi ne pas s’intéresser à tout le reste ? Au fait qu’elle décide de ce qu’elle veut faire de Doraleen, n’importe quand et n’importe comment ? Si elle lui a dit la vérité, est-ce que c’est normal de pouvoir faire ce qu’on veut d’une autre, sous prétexte qu’on se comporte toujours bien pour plaire à ses maîtres ? Evidemment, en bon petit chien, Arianna sait se faire brosser dans le sens du poil, chose que Doraleen a bien du mal à mettre en pratique. Alors, sans un mot, sans un geste, elle se surprend à être pendue aux lèvres de l’autre esclave. Que va-t-elle choisir de déclarer ? Va-t-elle réellement assumer ses actes ? Ou fuira-t-elle pour protéger sa petite personne, si différente de ce qu’elle laisse entrevoir dans les couloirs du manoir ?


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 8 Aoû - 18:40

avatar



MESSAGES : 207

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:




Back in time




Salon des Ayling


Les justifications attendues ne se font pas entendre. Les bras posés sur les hanches, tu inspires profondément pour dominer ta colère, priant pour ne pas assassiner l’esclave qui, par son silence, ne fait que confirmer tes soupçons. Arianna, la trop parfaite ; Arianna, celle qui cachait si bien son jeu ; Arianna, l’esclave qui n’a jamais su t’inspirer que du mépris et de la Haine. Désormais, tu comprends bien pourquoi. Trop bien. La blonde insignifiante n’a que trop souvent échappé aux sanctions, aux sévices corporelles et morales, au contraire de tous ses camarades. Est-ce ta faute ? Celle de ceux qui l’ont possédée par le passé, avant toi ? Tu n’en sais fichtrement rien, mais l’idée même qu’une esclave de la famille Ayling ait pu dissimuler toute sa noirceur aussi longtemps te donne la nausée. Le cœur au bord des lèvres, tu plaques une main fiévreuse sur ta bouche. Pâle. De terreur et de dégoût. Et si cette grande malade hystérique avait un jour usé de sa Magie contre toi ?! Et si ?! Ta main, ton corps, tout tremble en toi. La rage s’impose, grandit démesurément. Elle t’aveugle. Soudain, tu saisis une large poignée de cheveux blonds de celle qui a osé pratiquer la Magie sous ton toit et tu la contrains à se relever, les gestes hargneux. Sans un mot, tu l’entraînes jusqu’à la salle de bain commune, située au rez-de-chaussée de la demeure Ayling. Tu l’assieds sur le rebord de la baignoire avant de te pencher vers une armoire, que tu ouvres brutalement. Tu en sors un rasoir, un sourire pervers accroché à tes lèvres. Ni une ni deux, les gestes précis, tu entreprends de raser intégralement le crâne de la blonde, prenant soin de te rater volontairement en tailladant la chair par endroit.

Tu te fous de ses hurlements – si elle hurle.

Tu te moques de tout ça.

Tu la hais.

Tu ne te contenteras pas de ça. Nue. Chauve. Tes yeux se plantent dans les siens, une lueur folle dansant au creux de tes iris. Tu lui sommes de te suivre de nouveau. Jusque dans votre cuisine. Tu lui désignes une chaise du bout du menton et, couteau en main, tu l’obliges à t’offrir son dos. La main serrée sur ton arme, tu entreprends d'y graver en lettres capitales le mot : « MANGEMORT » en prenant soin d’y laisser une cicatrice définitive. Ah par tous les dieux, même si cela doit te prendre des années, l’Orphelinat t’en offrira le triple de ce que vous l’avez achetée. Il n’est pas dit qu’on arnaque la famille Ayling en leur refourguant une esclave mal dressée ! Jamais ! Ton sourire s’élargit à la pensée de ce que tu t’apprêtes à faire pour punir cette ingrate que vous avez nourrie et logée des années durant… Oh ça…

Pieds nus. Nue. Chauve. Le dos ensanglanté.

Voilà à quoi ressemble désormais la si belle et si prétentieuse Arianna.

Tu la lèves de force et la pousses vers la sortie de la demeure Ayling. Tu la suis, bien que tu aies pris le temps d’ordonner à un autre esclave de votre famille d’aller chercher un panier de tomates particulièrement mûres et juteuses dans la cuisine. Des tomates qu’il devra ensuite confier à tous les Purs qu’ils croiseront sur leur chemin, alors qu’ils prennent la direction de l’Orphelinat…






"God Bless the Child"
Where have all the feelings gone? Why is the deadliest sin - to love as I loved you? Now unblessed, homesick in time, soon to be freed from care, from human pain. My tale is the most bitter truth: Time pays us but with earth and dust, and a dark, silent grave. Remember, my child: Without innocence the cross is only iron, hope is only an illusion and Ocean Soul's nothing but a name... The Child bless thee and keep thee forever... ♛ by Nightwish.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 10 Aoû - 20:59

avatar



MESSAGES : 1475 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:


Doraleen, malgré la peur et l’angoisse de décevoir sa maîtresse, a pris le temps de tout expliquer. Tout, presque dans les moindres détails. Elle n’a pas révélé le comportement d’Arianna et sa façon de lui parler, ni même les menaces à son égard, se doutant que sa maîtresse n’apprécierait pas. Pas du tout. Elle savait pertinemment que tout allait sans doute dégénérer, surtout si sa collègue n’ouvrait pas la bouche pour donner des explications. Ce qui, évidemment, se passa. Elle ne dit rien. Les secondes s’égrènent, désespérément longues et aucune d’entre elles n’est témoins d’une quelconque confession ou explication. A quoi joue donc la blonde ? Que fait-elle ? Pourquoi n’assume-t-elle pas ses paroles ? Menacer une esclave semble facile tout à coup, mais quand il s’agit d’une pure, il n’y a plus grand monde. Très surprise par son comportement, Doraleen n’en rajoute pas pour autant. La vie d’Arianna risque de changer du tout au tout sous le toit Ayling, elle ne veut – en aucun cas – en pâtir. Elle ne veut pas que Miss Parfaite se retourne contre elle, devenant à nouveau Miss Folle, au caractère psychopathe. Elle n’a clairement pas envie de se battre contre une esclave, sous le toit d’une maîtresse déjà suffisamment stricte à son goût. Stressée, apeurée par la situation, elle attend la sentence physique qui ne vient pas. Chaque minute qui passe sans correction serre d’autant plus son cœur dans un étau, comprimant sa poitrine, lui coupant le souffle. Que va-t-elle faire ? Que va-t-elle dire ? Serait-ce le prémice d’une infamie qui n’a pas de nom ? Qui ne peut être décrite par aucun mot ? Elle frémit, un frisson parcourant son corps, dressant chaque poil de son anatomie. Que va-t-il se passer ? Puis, finalement, elle entend sa maîtresse attraper l’esclave, sans rien dire. Elle l’entend la traîner dans la salle de bain, elle entend ses hurlements et le bruit de la machine à raser. Que se passe-t-il ? Tremblante de peur, elle redoute qu’il lui arrive la même chose. Elle ne bouge pas. Les pieds posés sur le même carré de tissu depuis son arrivée, tête baissée, les bras derrière le corps, Doraleen se transforme en statut vivante et ne bouge pas. Pas une seule seconde. Elle ne dit rien, attend que l’orage passe, priant pour qu’il ne s’abatte pas sur elle.
L’ouragan Margeory lui passe à côté, s’engouffre dans la porte et s’éloigne au loin. Elle entend un esclave courir derrière elle et, rapidement, une huée se fait entendre. Que se passait-il ? Elle se serait bien retournée pour y voir plus clair, malheureusement, de face ou de dos, ça n’aurait rien changé. Sagement, n’ayant reçu aucun ordre sur sa façon de procéder, elle reste à sa position. Ne bougeant pas d’un millimètre. Elle espère que tout se réglera vite et que, surtout, elle ne sera pas victime de la folie d’une autre.

RP TERMINÉ


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

Back in time ♤ Doraleen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Back in time ↔ 04/06 | 17h35
» Bring me back in time, when life was so simple + Morwen
» let's go back in time (téo/ad)
» Shiro #000: Go Back In Time And Remember.
» (ellaniel) you’ll come back each time you leave

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ :: Birthday party :: Retour de la magie 1-
Sauter vers: