SYSTÈME DE JEU

MS se veut évolutif, vous pouvez donc découvrir dans ce sujet toutes les modalités de ce système, allant des complots entre joueurs, aux fausses fiches qui renversent tout le jeu.

SUJETS A VISITER

NOS SCÉNARIOS

la reine
cousin - relation ambiguë
collègue, partenaire - amour ?
esclave personnel - royal
pleins d'autres ici




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est magique ! ✘ Sebastian



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ :: Birthday party :: Retour de la magie 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mer 12 Avr - 20:01


Invité

Invité




C'est magique
« AH MONSIEUR, C'EST UN SPECTRE, JE LE RECONNAIS AU MARCHER ! »

Tu étais dans la rue quand subitement, quelques mètres plus loin, tu as vu l’ensemble des vitres de la devanture d’un café exploser. Alors tu as cru revivre ce que tu avais déjà vécu. Tu as cru à une explosion, une nouvelle. Tu ne pouvais pas être témoin d’une seconde. Ils allaient finir par se poser des questions, bien trop de questions. Mais celle-ci était bien plus silencieuse, seules les vitres avaient éclatées. Tu ne compris pas immédiatement. Il te fallut quelques instants avec de comprendre qui était responsable de tout ceci. Car devant toi se tenait un esclave et alors qu’il avançait, la vague de vitres éclatant semblait le suivre. Est-ce que… Serait-elle… Non, c’était impossible. Elle ne pouvait être de nouveau présente. Elle ne pouvait être vraiment là. Est-ce que la magie, cette magie que tu attendais depuis si longtemps, était revenue ? Les battements de ton cœur accélèrent alors que tu te dis que c’est peut-être le cas. Tu ne vois pas comment il peut en être autrement. Tu dois être en plein rêve. Un magnifique rêve. Tu n’en reviens pas. La magie. Ta si chère magie. Elle était là. La joie est intense. Tu n’en as pas ressentie de telle depuis qu’elle n’était plus à tes côtés. Depuis que vous aviez rompus. Un éclat semble s’animer en toi. Parce qu’elle est forcément là pour toi aussi. Tu ne sais juste pas ce que tu pourras en faire. Tu étais un gamin lorsqu’elle avait disparue. Cela faisait si longtemps. Et puis tu n’avais pas de baguette. Et tu en aurais eu une qu’en aurais-tu fait ? Il n’y avait plus grand-chose à faire. Tu n’étais pas un sorcier expérimenté. Mais tu savais bricoler des petites choses. Et puis tu aurais pu en tenter d’autres. Des choses que tu avais apprises chez toi.

La sentaient-ils partout autour d’eux ? Présente dans l’atmosphère ? Si belle. Magnifique. La neige se met à tomber tout autour de toi alors que tu traverses la ville. Y pensais-tu ? Tu ne sais même pas. Tu tends la main pour sentir des flocons qui viennent s’y déposer. Et tu souris. Loin de toi la destruction, tu ne vivais que pour cette magie. Celle si pure, si belle, celle que tu voulais faire revivre dans un théâtre, que tu rêvais de mettre en scène un jour. Celle qui serait un jour entremêlée à la magie de ton théâtre dans une pièce que tu étais en train de composer. Et il y avait tellement à faire. Votre monde était si riche, il était temps qu’ils le découvrent comme tu l’avais toujours vu loin des actions qu’avaient pu commettre les mangemorts et tous les partisans du mage noir. Tu avances vers un par cet tu t’y assoies, profitant du soleil brillant dans les rues de Birmingham. Alors tu t’allonges dans l’herbe. Cette herbe si verte sur laquelle viennent pousser des fleurs, toutes petites pâquerettes et autres fleurs colorées, autour de toi. Tu fermes les yeux en gravant cette image au plus profond de toi, comme si tu voulais t’y accrocher pour ne jamais l’oublier. Elle était revenue.

mise en page à venir
Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Avr - 20:13

avatar



MESSAGES : 264 EMPLOI : Etudiant en journalisme

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Il avait dû sortir un peu pour un devoir, toujours accompagné de quelques gardes et de Marius qu’il préférait avoir à portée de main. Son esclave le connaissait par cœur, et c’était une bonne chose, il connaissait ses goûts, ses façons de faire et cela évitait donc parfois une perte de temps précieuse quand le jeune prince avait une lubie ou une envie subite. Marius accomplissait toujours sa tâche avec une presque perfection. Sebastian accompagné de toutes ses personnes étaient donc en train de rentrer lorsqu’il aperçut quelqu’un allongé dans l’herbe du parc ne bougeant pas trop. Il hésita quelques instants mais préféra finalement vérifier que tout allait bien pour lui. Il était le Prince, il n’avait pas besoin de faire cela…. Mais ça serait probablement bien vu de s’occuper un peu de la populace et de son bien être surtout pas les temps qui courraient, et puis, avec toutes ses personnes qui étaient censées le protéger, il ne risquait rien, n’est-ce pas ? Il y avait toujours des risques, mais il faisait quand même attention en se tenant tout particulièrement sur ses gardes. Il s’était approché du type mais était resté quand même à quelques mètres de lui.  Qu’est-ce que l’on disait dans ce genre d’occasion ?  Bonjour, juste aller à l’essentiel ? Il y avait pas mal de possibilité, mais disons qu’aller à l’essentiel lui semblait franchement la meilleure solution pour le moment. Tout va bien ? Vous voulez qu’on vous appelle un médecin ? Voilà, ça suffisait. S’il disait que tout allait bien, le jeune Prince s’en irait probablement sinon … et bien il aviserait, appeler les secours c’était certain mais il n’était pas certain que s’approcher trop près de ce type l’aiderait et il n’était pas certain d’être le plus doué dans les premiers secours, il connaissait quelques bases.. Marius pourrait peut-être faire quelque chose, suivant ce que ce gars avait. Arrête de penser, de se poser des questions, juste attendre une réponse, tout simplement. C’était quand même bizarre de s’allonger sur l’herbe à cette époque et surtout tout seul… Il fallait bien avouer que faire ça dans un lieu public c’était quand même étrange pour le Prince. Que l’on s’installe avec son groupe d’amis, il le visualisait très bien, mais rester seul ici, par les temps qui courraient en semblant en plus amorphe, il trouvait ça étrange, voire même un peu stupide. Mais forcément, tout le monde n’avait pas sa perspicacité et sa vision des choses –légendaire-. Heureusement qu’il était dehors, sinon il aurait probablement eut du mal à rentrer avec son égo surdimensionné ! La tête de l’homme lui disait quelque chose, il interrogea Marius du regard mais ce dernier ne semblait pas franchement avoir de réelle réponse, tant pis, si le type se mettait à parler, il lui demanderait, au moins, cela éviterait tout souci.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Avr - 12:43


Invité

Invité




C'est magique
« AH MONSIEUR, C'EST UN SPECTRE, JE LE RECONNAIS AU MARCHER ! »

Elle est partout autour de toi, elle coule de nouveau en toi et tu es bien. Tu es bien, là, allongé dans ton carré d’herbe. Te posant quelques instants, le soleil réchauffant ton visage et la magie se libérant autour de toi. Tu fermes les yeux quelques instants, gravant cet instant dans ta mémoire. Cet instant que tu aimerais être éternel. Mais tu n’y crois plus. Tu ne peux que rêver et espérer que ça ne soit pas que passager. Mais tu ne te fais pas d’illusion, même si ce serait si facile d’y céder. Parce que d’ici quelques heures, ton rêve sera peut-être détruit. Alors tu profites. Profites de chaque instant loin du théâtre. Tu profites ici, avec tes fleurs et ton repos. Tu profites et tu te perds dans tes pensées, en cours à Poudlard en compagnie de Finn et de tous les autres. Tu plonges dans tes souvenirs. Lorsqu’elle était encore là et que cela ne posait de problèmes à personne. « Tout va bien ? Vous voulez qu’on vous appelle un médecin ? » Sa voix te sort brusquement de tes pensées si agréables. « Ai-je l’air d’aller mal ? » Tu ne t’es même pas relevé. Parce que tu es trop bien. C’est un immense sourire qui éclaire ton visage connu pour être celui enchainant les grands rôles au théâtre de Birmingham depuis pratiquement un an désormais. Tu profites encore quelques secondes avant de te redresser pour plonger ton regard dans celui qui t’a tiré de ta rêverie. Son visage te fait l’effet d’un choc. Il ne te faut pas plus de trois secondes pour te redresser et lui faire les salutations qui lui sont dû. « Votre altesse royale. » Tu t’inclines légèrement avant de te redresser. A ses cotés se tient celui qui est certainement son esclave vu l’uniforme qu’il porte mais tu ne le connais pas. « Je vous remercie de vous inquiéter pour moi mais je vais bien. » Très bien même. Tu n’aurais pas pu aller mieux qu’en ce jour. Parce qu’elle était là. Parce qu’elle t’accompagnait. Tu ne contrôles qu’avec difficulté ta joie et ce flot de magie, n’ayant pas eu le temps de pratiquer plus d’un an. Alors elle semble s’échapper. Ce sont désormais les arbres autour de vous qui se couvrent de fleurs, puis une légère brise se prend dans leur branche et les pétales s’envolent. Une légère pluie de pétales qui volent autour de vous. Tu tends la main pour laisser une fleur complète se poser sur celle-ci avec un sourire. Avais-tu vraiment l’air d’aller mal ?
Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Avr - 13:32

avatar



MESSAGES : 264 EMPLOI : Etudiant en journalisme

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Ai-je l’air d’aller mal ? Sebastian ne savait pas trop quoi répondre. Il n’était pas médecin, mais être allongé dans l’herbe, un sourire stupide sur le visage sans trop bouger ce n’était forcément pas bon signe. Maintenant qu’il avait parlé, effectivement, il n’avait pas l’air d’être franchement souffrant. Vous auriez pu faire un malaise et vous évanouir. Dans sa tête, il entendait sa sœur hurler qu’on ne lui avait pas parler par son titre royal, mais à vrai aujourd’hui il s’en fichait un peu, à vrai, qu’on l’appelle votre altesse blablabla, avait tendance à l’agacer un peu à la longue. Oui, il était quelqu’un d’important, mais ces titres étaient justes superficiels et faisaient « trop » selon lui. Néanmoins c’était la tradition et il ne voulait pas non plus qu’elle change. C’est bien pour cela qu’il ne fit aucun commentaire désobligeant là-dessus.  Quelques instants plus tard pourtant le garçon se releva d’un bond comme si une énorme guêpe l’avait poqué dans le derrière et fit les salutations d’usage. Ça aurait été vraiment dommage d’y échapper. Sebastian arriva tout juste à se retenir de pousser un petit soupir d’exaspération, on ne pouvait pas dire que la patience était son fort dans ce genre de circonstances ! Je vous remercie de vous inquiéter pour moi mais je vais bien. le jeune Prince haussa les épaules, s’il allait bien il n’allait pas insister. Tant mieux alors, je ne vais pas vous déranger plus. Il avait à peine prononcer ces mots que les arbres commencèrent à se couvrir de fleurs, comme ça, presque d’un coup tandis que certaines pétales s’envole pour tourner autour d’eux. Il déglutit avec difficulté pas franchement rassuré contre ce phénomène étrange. Instinctivement il se rapprocha d’un petit pas de Marius qui, lui au moins, le protégerait.  Néanmoins il tentait de garder un minimum son calme, avoir peur pour si peu n’était pas Digne de son rang, ça serait même risible, et il ne voulait pas que l’on dise qu’il était trouillard, ou faire à sa famille. Il tenta donc de garder sang-froid et dignité, mais dans sa tête le panneau clignotant « attention magie » s’était allumé, et sonnait  façon sirène de pomper avec une lumière rouge pétante.  Magie si dangereuse.  Pendant ce temps-là le Rosenbach –il était enfin arrivé à se rappeler où il l’avait déjà vu-.,  tendit la main pour qu’une fleur se pose sur sa main. Ça ressemblait à un délire hippie sous substance pas franchement légale tout ça. Sérieusement qui d’autre ferait ça ? Il essayait de comprendre à quoi pouvait penser le sorcier, mais la seule chose à laquelle il arrivait c’était « Fleur pousse et vient te déposer sur ma main », ce qui était franchement étrange. Il se racla un peu la gorge, désarçonner il fallait bien l’avouer par l’incongruité de la situation, mais il ne fit aucun geste pour faire arrêter ce sorcier. Pas tant qu’il ne semblait pas vouloir l’attaquer. Peut-être que le jeune Prince était un peu intrigué par tout ce qu’il voyait, là.  Est-ce que vous avez pris quelque chose qui… aurait pu vous mettre dans un état secondaire, Monsieur ? Autrement dit est-ce que vous êtes tout à fait conscient de ce que vous faites ou pas, par ce que suivant la réponse, les choses pourraient facilement tourner différemment.  Parce qu’à ma connaissance, c’est rare les gens qui agissent comme vous, à l’instant.. avec cette fleur. Et dans sa tête sonnait le mot « hippie, hippie. » alors qu’il n’était même pas certain de ce qu’était un hippie exactement, mais quelque chose lui disait que c’était un peu comme Nathan à cet instant précis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Avr - 0:22


Invité

Invité




C'est magique
« AH MONSIEUR, C'EST UN SPECTRE, JE LE RECONNAIS AU MARCHER ! »

Tu réponds sans même ouvrir les paupières. Parce que tu n’as pas envie de te réveiller de ton rêve. Tu as envie de profiter de cet instant si parfait encore quelques minutes avant de retourner à la réalité. La réalité dans laquelle la magie est certes revenue depuis peu mais vous étiez encore des impurs. Le temps où vous seriez considérés différemment n’était pas prêt d’arriver semble-t-il. « Vous auriez pu faire un malaise et vous évanouir. » L’inconnu ne semblait pas sur le temps de partir. Alors tu te décides enfin à relever la tête pour voir qui te fait face. Ou plutôt qui est en train de t’observer tandis que tu restes confortablement allongé sur ton lit d’herbe. Evidemment tu ne t’attendais pas à tomber sur lui. Pourquoi fallait-il qu’il s’agisse d’un des princes, d’une des seules personnes à qui tu devais le moindre respect dans cette ville. Tu rectifies rapidement ton erreur, qui n’en était pas vraiment une. Il est difficile de saluer quelqu’un convenablement lorsque l’on ignore qui s’adresse à vous. Et puis tu lui redis que tu vas bien. Qu’il ne s’en fasse pas pour toi. Pas aujourd’hui. Pas alors que tout va pour le mieux pour toi. « Tant mieux alors, je ne vais pas vous déranger plus. » Tu lui fais un petit sourire. Tu t’apprêtes à lui souhaiter une bonne fin de journée lorsque les arbres se couvrent de fleurs dont les pétales se détachent pour venir voleter tout autour de vous. Tu finis par tendre la main afin de laisser une fleur s’y déposer. Tu souris. Certainement très bêtement, mais tu n’y prêtais pas attention. Parce que les autres pensaient de toi ne t’importait plus. Tu te sentais enfin pleinement toi, comme tu ne l’avais que rarement été. « Est-ce que vous avez pris quelque chose qui… aurait pu vous mettre dans un état secondaire, Monsieur ? » Tu détournes ton regard de cette fleur, de ce petit morceau de magie, de cet instant de pure magie pour le reporter sur le prince venant de te sortir une nouvelle fois de tes pensées. Tu ne réponds pas immédiatement. Parce que tu n’es pas sûr de ce que tu dois lui répondre. Mais non, tu es parfaitement conscient. Bien trop. Bien trop conscient qu’il te faut profiter avant que tout ceci ne disparaisse. « Parce qu’à ma connaissance, c’est rare les gens qui agissent comme vous, à l’instant.. avec cette fleur. » Sa connaissance était pourtant bien faible. Encore plus qu’il n’était qu’un moldu, une personne qui n’avait jamais connu la magie. Mais tu ne peux t’empêcher de garder un léger sourire sur ton visage malgré les accusations. Tu reposes ton attention quelques instants sur la fleur qui quitte ta main pour aller voleter de nouveau. « Non, je n’ai rien pris rassurez-vous. » Parce que c’était de cela qu’il s’agissait non ? Le rassurer sur le fait que tu étais en pleine capacité de ta magie. Même si ton année à Poudlard n’était certainement pas celle qui allait te permettre de la contrôler, d’autant plus que l’absence de baguette te permettait de rien faire. Mais étonnamment, elle semblait bien te répondre tout de même. Peut-être parce que tu ne cherchais pas à faire quelque chose de précis, que tu voulais uniquement qu’elle soit présente. « Il fut un temps où cela n’aurait pas paru étrange. » Ce n’est même pas une critique, juste une constatation. Il était un temps où vous pouviez vous émerveillez chaque jour de nouvelles choses à Poudlard. Il était bien loin désormais. Tes souvenirs étaient lointains quand lui n’en avait eu que des échos bien différent de la réalité de votre monde. Un monde bien loin de celui si dangereux pour eux. Un monde s’étant battu pour la protection des moldus. Des familles entières désormais disparues et qui avaient pourtant donné leur vie pour eux et leur liberté face aux mangemorts. Tu n’en dis pas plus. Tu doutes qu’il veuille en savoir plus.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Avr - 14:05

avatar



MESSAGES : 264 EMPLOI : Etudiant en journalisme

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Rester calme. Surtout garder son sang-froid. Ce n’était que des fleurs, de petites fleurs inoffensives, des pétales. Rien qui n’avait de dards, ou d’épines, pour l’instant du moins. Néanmoins Sebastian n’était franchement pas rassuré, ça devait être la première fois (une des premières fois ?) qu’il voyait ce genre de phénomènes. C’était à la fois fantastique et effrayant. Marius avait l’air de se tenir sur ses gardes mais il était certain que son esclave l’aiderait si nécessaire. Alors il avait continué à vérifier que ce type allait bien. La magie semblait revenir, certes, mais cela n’expliquait quand même pas son comportement global. Non, je n’ai rien pris rassurez-vous. On ne pouvait pas franchement dire que le jeune Prince était réellement rassuré après cela, mais étrangement il le croyait quand il disait cela. Cela signifiait simplement que Nathan était quelqu’un d’étrange. Il fut un temps où cela n’aurait pas paru étrange Ne pas faire de petit sourire sarcastique, ce n’était probablement pas le moment de jouer à cela, il n’était pas en position de force pour jouer au petit con… mais il fallait bien avouer, quand même, que le naturel revenait assez vite au galop ! Tout dépend pour qui, probablement, cela n’aurait pas été étrange. ne put-il s’empêcher de répliquer avant de laisser quelques instants de silence et de reprendre Et ce temps-là était révolu jusqu’à peu, et je suis certain qu’il le sera bientôt de nouveau. Du moins il l’espérait, il ne sentait pas spécialement en sécurité avec toute cette magie ambiante, on lui avait trop raconté de choses néfaste sur elle, même s’il est vrai que pour l’instant il n’avait rien vu de si horrible... mais probablement que c’était aussi parce qu’il que la magie restait quand même bridée et qu’ils n’avaient plus leur baguette. Il se passa une main dans les cheveux se demandant ce qu’il devait à présent faire. Avertir un patrouilleur ? Partir comme si de rien n’était alors que des civils, des Purs seraient peut-être en danger si la magie changeait brusquement de forme pour devenir plus violente ? Il n’en savait trop rien, il n’avait aucune idée de comment agir dans ce type de situation, surtout face à quelqu’un qui lui semblait quand même assez inoffensif.  Peut-être qu’une mise en garde serait plus de mise ? Eviter un conflit inutile, lui semblait une assez bonne solution au final. Monsieur Rosenbach, il serait mieux que vous rentriez chez vous, maintenant. Je ne voudrais pas qu’un Patrouilleur passe par ici et s’imagine que vous utilisez la magie à mauvais escient. Oui, c’était une mise en garde, presque une menace, juste presque, il n’allait prévenir personne, mais parfois le hasard faisait bien les choses ! Le jeune prince se tut quelques instants avant de reprendre Sait-on jamais pour l’instant vous faites des choses… disons inoffensives, mais qui sait combien de temps cela durera. il se tut et le regarda attendant bien entendu le garçon s’en aille, et rentre chez lui. Qu’est-ce qui lui prouverait, d’un autre côté qu’il irait directement dans sa demeure et pas tout simplement ailleurs. Il soupira, faiblement, ne sachant plus trop quoi dire ou même comment agir. Attendre un peu plus que la situation se stabilise lui semblait donc une bien meilleure solution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Avr - 20:58


Invité

Invité




C'est magique
« AH MONSIEUR, C'EST UN SPECTRE, JE LE RECONNAIS AU MARCHER ! »

Ton regard se porte sur le petit prince qui te fait face. Tu n’arrives pas à savoir ce qu’il peut penser en cet instant précis, mais tu t’en moques bien. Parce que tu es uniquement heureux et ils pourraient t’arrêter que tu t’en moquerais parce que tu en aurais profité un petit peu avant que cela ne se produise. « Tout dépend pour qui, probablement, cela n’aurait pas été étrange. » Ce n’était pas faux. Mais cela aurait aussi pu devenir normal pour eux s’ils avaient fait l’effort de les comprendre. Mais il fallait croire qu’il n’y avait pas plus de bonté dans les moldus que chez ceux qui avaient un jour défendu Lord Voldemort. « Et ce temps-là était révolu jusqu’à peu, et je suis certain qu’il le sera bientôt de nouveau. » P’tit connard va ! Etait-il obligé de te le rappeler ? L’ensemble des pétales chutent immédiatement au sol alors que tu te figes. Il n’a aucune idée de ce que vous avez vécu. Il n’a aucune idée de ce que ce monde aurait pu être si des personnes comme son père n’avait pas tout gâché. C’est un regard sombre qui plonge dans son regard de gamin se croyant savant. Que savait-il réellement ? Avait-il un jour cherché à comprendre la vérité derrière ce que ses parents lui avaient inculqué depuis qu’il était gamin ? Non, c’était évident que non, comment aurait-il pu en être autrement. Pourquoi un prince se poserait-il de telles questions. Il était bien depuis son palais à regarder le peuple tenter de vivre et les impurs souffrir. Enfin, s’il ne les battait pas lui-même.

« Monsieur Rosenbach, il serait mieux que vous rentriez chez vous, maintenant. Je ne voudrais pas qu’un Patrouilleur passe par ici et s’imagine que vous utilisez la magie à mauvais escient. » Mais bien sûr. C’est qu’il était mort de trouille le gamin. Evidemment vu qu’il n’avait jamais appris ce que tu avais appris à Poudlard. Alors on y allait des menaces. Parce que c’est plus simple de faire taire et d’arrêter que de voir que la magie n’a rien de dangereux si elle était utilisée à bon escient. Comme les armes à vrai dire. Pourtant, tu ne croyais pas qu’il appellerait quelqu’un. Non, tu n’avais rien fait. Mais il avait raison, un patrouilleur pourrait si facilement te tomber dessus. « Sait-on jamais pour l’instant vous faites des choses… disons inoffensives, mais qui sait combien de temps cela durera. » Un sourire légèrement moqueur apparait sur ton visage. « Vous avez conscience que je suis libre de marcher dans la ville dans tous les cas ? » Une douce neige se met alors à tomber du ciel. Pourtant, tu vas partir. Parce que tu n’es pas idiot. Tu ne joueras pas avec le prince. « Mais si un jour vous cherchez à comprendre à côté de quoi vous êtes passés, ou ce qu’on vous a caché sur la magie, ou connaitre le nombre de sorciers morts pour vous protéger, vous savez où me trouver. » Ton regard se porte sur son esclave. « Si je vous voulais vraiment du mal, cela ferait longtemps que vous auriez eu des ennuis et il le sait aussi bien que moi. » Parce que oui. Seul, il n’aurait rien pu face ne serait que toi ne maitrisant pas tes pouvoirs. « Bonne fin de journée, votre Altesse. » Tu t’inclines légèrement et tu lui tournes le dos. Tu fixes ton bel arbre, celui en fleurs quelques instants plus tôt. Tu tends la main pour y récupérer une pomme à présent mûre. Tu la portes à ta bouche et reprends ta route. Ce petit idiot n’était pas celui qui gâcherait ton bonheur. A Poudlard, tu avais fait ton choix entre le bien et la facilité bien des années plus tôt, mais les moldus n’avaient jamais eu quelqu’un comme Albus Dumbledore pour les guider. Non, à tes yeux leur leader ressemblait bien plus à Voldemort qu’à l’ancien directeur de Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 26 Avr - 18:14

avatar



MESSAGES : 264 EMPLOI : Etudiant en journalisme

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Oui, il voyait bien qu’il avait dit quelque chose qui ne plaisait à l’autre sorcier, mais la vérité c’est qu’il s’en fichait totalement ! C’était son avis alors il n’allait pas s’arrêter de le dire –surtout en sa qualité de Prince- par ce que Monsieur ne voulait pas entendre dire la vérité. Allez ne pas sourire de plaisir ça serait déjà bien, il arriva à se refreiner et  se contenta d’hausser un peu les épaules. Il préféra lu conseiller de rentrer chez lui avant que quelqu’un le voit utiliser la magie, surtout en face du Prince et qu’un malheur se passe. Il pouvait presque sentir Marius totalement stressé derrière lui comme s’il s’attendait à ce que les choses tournent vraiment. Il se doutait que le sorcier risquait de l’envoyer paitre mais à vrai dire il s’en fichait bien. Vous avez conscience que je suis libre de marcher dans la ville dans tous les cas ? Sebastian fronça doucement les sourcils tandis qu’une douce neige commençait à tomber. S’il en avait conscience ? Bien sûr que oui, heureusement quand même qu’il en avait conscience. Bien entendu, vous êtes libre de circuler dans la ville comme vous le souhaitez, mais sans utilisation de la magie. Hors, ce n’est pas ce que vous faites, me semble-t-il. répondit-il simplement. Mais si un jour vous cherchez à comprendre à côté de quoi vous êtes passés, ou ce qu’on vous a caché sur la magie, ou connaitre le nombre de sorciers morts pour vous protéger, vous savez où me trouver. Cette fois, par contre il le regarda sans réellement comprendre ce qu’il voulait dire là. Il se doutait bien ce qu’on avait dû lui cacher quelques trucs, mais la plupart des Purs avaient quand même le même discours, c’est forcément qu’il y avait une raison. L’autre voulait juste protéger son « peuple ». Probablement.   Si je vous voulais vraiment du mal, cela ferait longtemps que vous auriez eu des ennuis et il le sait aussi bien que moi. Sebastian se retourna vers Marius, l’interrogeant silencieusement du regard l’homme acquiesça, doucement. Bonne fin de journée, votre Altesse. Il hésita à le rattraper, par ce que malgré tout, le sorcier avait piqué sa curiosité, mais, jamais il ne pourrait e faire un tête à tête seul avec ce type pour poser ses questions et les gardes, même s’il leur ordonnait suivant comment les choses se passaient iraient tout raconter à ses parents et ça c’était un mauvais plan. Bonne fin de journée Monsieur Rosenbach. Il se passa une main dans les cheveux, mais finalement, le rattrapa rapidement tandis que l’autre partait, d’un geste de la main il avait indiqué aux gardes de ne pas bouger tandis que Marius le suivant toujours de très près. Qu’est-ce que vous vouliez dire par « ce qu’on nous caché de la magie ». Beaucoup de personnes, du gouvernement ou pas ne disent pas cela. Tous, racontent la même chose. Pourquoi est-ce que je croirais, alors que vous dites ça probablement pour me mettre le double et m’influencer. Il le regarda quelques instants dans les yeux, avant de soupirer. C’était dommage s’il le croyait né de la dernière pluie. Mais suivant ce qui en ressortirait ça serait peut-être des informations utiles pour ses parents, pour savoir ce qui se disait…. Ou alors utile pour sa propre culture personnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Avr - 19:38


Invité

Invité




C'est magique
« AH MONSIEUR, C'EST UN SPECTRE, JE LE RECONNAIS AU MARCHER ! »

« Bien entendu, vous êtes libre de circuler dans la ville comme vous le souhaitez, mais sans utilisation de la magie. Hors, ce n’est pas ce que vous faites, me semble-t-il. » C’est ça, crois ce que tu veux ! Tu lui fais un sourire avant de continuer sur tout ce qu’il ignore de la magie. Tu notes son regard étonné mais tu n’ajoutes rien. La balle était dans son camp et tu n’en avais rien à faire qu’il la saisisse. C’était lui que ça regardait, tu n’en dormirais pas moins bien cette nuit. De toute façon, il devait être si sûr de lui qu’il ne se remettrait certainement pas en question. Puis tu le salues et tournes les talons quelques secondes plus tard. Il était libre de croire que tu ne te servirais pas de ta magie après l’avoir quitté mais il était alors très très naïf. Tu n’allais certainement pas t’arrêter pour les beaux yeux du prince. Non, c’était hors de question. Tu récupères d’ailleurs une pomme qui vient de pousser sur l’arbre qui se tient à tes côtés. Tu as commencé à la manger lorsqu’il te rattrape. Tu t’arrêtes, un léger sourire étirant tes traits.

« Qu’est-ce que vous vouliez dire par « ce qu’on nous caché de la magie ». Beaucoup de personnes, du gouvernement ou pas ne disent pas cela. Tous, racontent la même chose. Pourquoi est-ce que je croirais, alors que vous dites ça probablement pour me mettre le double et m’influencer. » Evidemment que personne ne le disait. Le plus grave c’était bien cela. Tout le monde acceptait cette idée sans jamais la remettre en question, sans jamais avoir ne serait-ce qu’essayé de comprendre. « Vous êtes libre de croire ce que vous voulez mais je doute que beaucoup de membres du gouvernement et de moldus connaissent réellement la magie. Ils savent uniquement ce qu’on leur a répété depuis leur enfance, ou des rumeurs, des informations données suffisamment sanglantes pour que personne ne pose de questions et accepte cette idée sans jamais chercher à comprendre, ils ne sont pas ceux qui ont été l’étudier à Poudlard ou qui ont vécu parmi elle. » C’est en gardant un peuple dans l’ignorance qu’on peut le contrôler. Tu t’attaques indirectement à la politique mais c’est une simple constatation. Tous le faisaient. En contrôlant les sources d’informations, on était libre de faire croire ce que l’on désirait à un peuple entier. Tu marques une légère pause. « J’ai été à Poudlard et j’y ai fait ma première année sous le règne des mangemorts. Pensez-vous sincèrement que tout le monde défendait ce régime ? J’ai vu mon meilleur ami se faire torturer parce qu’il était un né-moldu, et tous ceux qui tentaient de les défendre, des gamins entre onze et dix-sept ans subir le même sort, vous pouvez l’interroger, il est esclave au palais. Toutes les semaines de nouvelles familles étaient décimée parce qu’elles se battaient contre les mangemorts, des pressions étaient faites sur les étudiants un peu trop turbulents au niveau de leur famille, de leurs amis pour qu’ils se calment. Mais ils préféraient continuer que de laisser la voie libre à ce mouvement. » Ton regard ne quitte pas le sien. Il te croirait peut-être, à vrai dire, tu ne pensais pas qu’il le puisse vraiment. « La magie n’est pas une arme, comme un couteau n’est pas une arme, mais ces deux choses mises dans les mains d’une mauvaise personne peuvent faire des ravages. » Quelle belle image tu avais là. « Mais la vraie magie, c’est les chocogrenouilles, les dragées surprises de Bertille Crochue, les potions faites pour soigner ses semblables, les créatures magiques partout dans le monde, Poudlard. J’étais en première année, je rêvais juste d’être joueur de quidditch ou bien auror pour me battre contre les mages noirs, et même encore maintenant, je rêve juste de mettre en scène une pièce de théâtre mêlant magie et théâtre si elle revient, pour que vous puissiez voir ce que c’est vraiment. » Tu avais déjà tout écrit, il ne te restait qu’à pouvoir la mettre en scène lorsqu’elle serait durablement de retour. « Alors oui, certains sorciers se sont attaqués à des moldus ou des né-moldus, comme vous tous ne nous considérez pas de la même façon selon les personnes, les familles. Pensez-vous vraiment que vous nous êtes supérieurs dans votre façon de vous comporter ? Vous avez jugé sur les actions d’une minorité alors que la majorité s’est battue pour vos droits. On m’a appris à être fier de mon sang sorcier mêlé dès mon enfance. Les Potter ont été tué pour protéger leur fils qui était désigné dans une prophétie comme celui qui mettrait fin à Voldemort, les Londubats sont devenus fous à force de torture parce qu’ils faisaient partie de l’ordre du phénix et se battait contre lui. Colin Crivey tué pendant la bataille de Poudlard pour avoir voulu défendre son camp, il avait seize ans, Fred Weasley mort pour l’ordre alors que son unique but dans la vie était de faire vivre un magasin de farces et attrapes, Lupin et Tonks morts laissant derrière eux un orphelin de quelques mois parce qu’ils n’auraient raté la bataille pour rien au monde, Albus Dumbledore – le plus grand sorcier - mort, même Harry s’est sacrifié pour que le mage noir puisse mourir. » Tous morts, tués. Des sorciers lambda élevés au rang de héros à la fin de la guerre. « Et les rares survivants ont été décimés par les vôtres, des familles entières qui s’étaient toujours battues pour vous sans que vous n’en sachiez rien. Les Weasley qui ne cherchaient qu’à en apprendre plus sur vous, Luna Lovegood qui était complètement barge et fan de créatures de toutes sortes. On voulait juste notre magie pour vivre, pour faire des blagues, pour partir à l’aventure. » Tu te tais. « Maintenant, vous pouvez écouter des gens qui ne sont jamais intervenus dans la guerre, qui n’ont jamais levé le petit doigt pour que les mages noirs reculent et qui ont juste cherché à sauver leurs peaux en trahissant leur propre sang comme les Bartholomew et les Chatterton, ou bien vous pouvez écouter tous les autres, désormais enchainés mais qui ont un jour peut-être fait quelque chose, qui se sont peut-être battus et ont perdu des proches pour que vous puissiez vivre. Allez les voir et demandez-leur ce qu’ils auraient aimé faire et alors vous saurez vraiment ce qu’est la magie. » Parce que sans eux, Voldemort aurait été au pouvoir bien avant et il ne serait pas resté grand-chose du grand peuple moldu. Les Fawkes l’ouvraient peut-être un peu trop, mais eux savaient aussi tout cela, ils avaient perdu nombre des leurs pendant cette guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 12 Mai - 20:02

avatar



MESSAGES : 264 EMPLOI : Etudiant en journalisme

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Peut-être que ce qu’il venait de faire était risqué mais tant pis. Il avait besoin d’entendre tout ce que le sorcier avait à dire. Il s’était attendu à quelques phrases mais non Rosenbach avait un long, un très très long discours. Au final Sebastian savait que  le type avait en partie raison, les moldus comme il disait, ne avaient probablement pas grand-chose. C’était probablement vrai que certaines informations étaient filtrées, il s’en doutait que lui-même qui était de la « nouvelle » génération ne savait pas tout contrairement à ses frères et sœurs. Il avait tout écouté sans dire le moindre mot, se contentant de le regarder. Il disait vrai, probablement, ou croyait dire vrai pour certaines choses, c’était sa vérité, leur vérité. Mais au final, pour Seb’ leur guerre de sorcier ne le regardait pas, au contraire, le monde moldu en avait souffert, beaucoup de gens « sans défense » face à la magie avaient péri. La magie était dangereuse, voilà ce qu’il avait de lui prouver. Comme dans toute guerre, il y avait des morts, dans chaque camps, même dans ceux où personne n’avait rien à demander ce qu’il ne semblait pas comprendre. C’était limite s’il n’aurait pas fallu les remercier de s’être battus pour leur cause, et que des moldus innocents étaient morts. Malgré tout il emmagasina toutes ces informations dans un coin de son esprit, un autre jour il demanderait quelque chose de similaire à un autre sorcier histoire de tout entrecouper, mais pour l’instant tout ce qui lui avait dit Nathan, prouvait bien que la magie n’avait plus sa place ici. Tout ce qu’il retenait c’était la mort, les supplices subits, les guerres et compagnie.  Merci de toutes ces informations, mais cela prouve bien que la magie n’a pas sa place ici vu tous les carnages qu’il y a déjà eu. Vous vites que la magie n’est pas une arme dans les ¾ de votre discours si ce n’est pas 90% vous en parlez de façon néfaste. il soupira doucement avant de se passer une main dans les cheveux Vous voyez bien les bons côtés, mais dans ce que j’entends il n’y a que des mauvais côtés et ce n’est pas vos petits tours de passe passe de tout à l’heure qui feront quelque chose. Oui, ce n’était que quelques petites phrases, mais il ne pouvait pas en dire plus, il trouvait qu’il n’y avait rien d’autre à dire. Il n’allait quand même pas répondre à tout cela,  ça ne servirait à rien. Bonne journée Monsieur Rosenbach ! Oui, après tout ça, il allait à présent le laisser en plan sans aucun remord ! Il retourna d’ailleurs tranquillement auprès de son esclave et de ses gardes comme si tout ça était tout à fait normal.

HRP :  désolée de ce micro-post mais je ne voyais pas seb agir autrement <3.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Mai - 18:52


Invité

Invité




C'est magique
« AH MONSIEUR, C'EST UN SPECTRE, JE LE RECONNAIS AU MARCHER ! »

Tu te tiens face à ce gamin qui ne connait rien à la vie. Face à celui qui n’a jamais eu à se battre pour avoir un semblant de vie. Celui qui n’a pas vu son existence basculer du jour au lendemain comme tu avais pu le vivre. Tes amis réduits à l’état d’esclaves, des familles entières décimées. Et pour quoi ? Pour vous contrôler. Vous dont ils avaient si peur. « Merci de toutes ces informations, mais cela prouve bien que la magie n’a pas sa place ici vu tous les carnages qu’il y a déjà eu. Vous vites que la magie n’est pas une arme dans les ¾ de votre discours si ce n’est pas 90% vous en parlez de façon néfaste. il soupira doucement avant de se passer une main dans les cheveux Vous voyez bien les bons côtés, mais dans ce que j’entends il n’y a que des mauvais côtés et ce n’est pas vos petits tours de passe passe de tout à l’heure qui feront quelque chose. » Quel imbécile ! Il n’avait rien compris à ce qu’était réellement la magie. Il était le prince des idiots. Incapable de tenter de comprendre un interlocuteur. « Bonne journée Monsieur Rosenbach ! » Tu restes quelques secondes silencieux, le regardant rejoindre son esclave qui est incapable de prendre la parole. Certainement par peur. Mais tu n’as pas peur. Il ne peut rien contre toi, pas aujourd’hui. Et tu n’as rien dit qui pourrait le mettre en danger.

« C’est donc cela, bonne fin de journée votre Altesse Royale. » Ta voix se change en un ton sarcastique. « Vous avez bien raison de vous méfier des chocogrenouilles, on ne sait jamais si elles vous sautaient dessus vous risqueriez de mourir. » Tu marques un tant de silence, notant au passage tout de même le regard de l’esclave du prince qui tente de cacher son amusement suite à cette remarque. « Peut-être un jour arriverez-vous à prendre du recul et non entendre uniquement ce qu’il vous arrange. Comprendre ce qu’un discours peut sous-entendre. Car toutes ces personnes décédées, pensez-vous sincèrement qu’elles utilisaient la magie pour faire le mal ? » Pause. « Pensez-vous sincèrement que vous valez mieux que nous à torturer des personnes comme les mangemorts pouvaient le faire à l’époque ? Mais je ne vois actuellement pas de lois interdisant l’usage de couteaux, de l’eau glacée ou bien du fouet. Il faudrait peut-être remédier à ça vous ne trouvez pas ? » Croyait-il sincèrement que tout ceci valait mieux que les Doloris des mangemorts ? « Quand on sait le nombre de vos semblables que vous avez tué au cours de deux guerres mondiales, on relativise grandement. Pourtant, je ne crois pas que vous soyez les esclaves des uns des autres et que les trains, les pistolets et toutes autres armes pouvant faire des dizaines de morts comme la magie pouvait le faire mis dans les mains de fous furieux soient interdits. » Qu’il ne prétende pas le contraire, tu avais suivi l’actualité ses dernières années. Partout dans le monde, des fusillades, un mari tuant sa femme d’un coup de couteau bien placé. Pourtant, tout ça ne posait aucun problème. Qu’ils ne s’étonnent pas du mal qu’ils auraient à contrôler les sorciers une fois la magie de retour. Qui ne voudrait pas se venger après avoir été réduit au statut d’esclave pendant des années. Pourtant, la balle restait dans leur camp. Il n’était pas trop tard pour qu’ils fassent un pas en avant. L’espoir faisait vivre.

RP TERMINE
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

C'est magique ! ✘ Sebastian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» J'ai en ma possession un parchemin magique qui conduit à un souterrain !
» Sebastian Lacrymosa
» Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique
» LA BOUTIQUE MAGIQUE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ :: Birthday party :: Retour de la magie 1-
Sauter vers: