SYSTÈME DE JEU

MS se veut évolutif, vous pouvez donc découvrir dans ce sujet toutes les modalités de ce système, allant des complots entre joueurs, aux fausses fiches qui renversent tout le jeu.

SUJETS A VISITER

NOS SCÉNARIOS

la reine
cousin - relation ambiguë
collègue, partenaire - amour ?
esclave personnel - royal
pleins d'autres ici




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 but it's hard when you're young | nikola.



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ :: Birthday party :: Retour de la magie 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ven 14 Avr - 12:55

avatar



MESSAGES : 313 LOCALISATION : derrière un bureau, dans la rue, dans un bar, il n'arrête jamais de bouger. EMPLOI : monstre à temps partiel, patrouilleur pour l'ordre autrement. a quitté l'ordre il y a quelques mois maintenant.

carnet personnel
DANS TA POCHE: des clopes, un briquet, des clés, un portable et deux ou trois papiers à balancer
TON PATRONUS: un ours très, très grumpy.
COMPÉTENCES:


― But it's hard when you're young.

(the chainsmokers)
Un peu de soleil. Tu ne demandes rien de plus qu'une belle journée comme ça. Parce que dernièrement, ça ne va pas très bien. Tu te sens affaibli. Complètement épuisé par moment. Tu le portes sur toi d'ailleurs, plus pâle que d’ordinaire, les yeux cernés comme après ta première cuite. Mais tu t'efforces de bouger parce que tu ne peux tout simplement pas passer une journée à ne rien faire. Et il faut dire qu'elles sont bien trop nombreuses, depuis que tu as abandonné l'Ordre. Enfin, ça, tu essayes de ne pas trop y songer. Quelque chose te dit que cette histoire est loin d'être finie... Un soupir t'échappe. Les pneus de la shelby 67 crissent un peu alors que tu t'arrêtes devant la grande université. Plusieurs étudiants se baladent, vont et viennent ou sont tout simplement étalés sur la pelouse pour profiter du soleil. Tu regarde si tu n'aperçois pas la raison de ta venue jusqu'ici. Mais il y a beaucoup trop de jeunes et il pourrait se fondre sans mal dans la masse. De qui veux-tu parler ? De ton petit protégé, si on peut dire ça comme ça. Nikola Blackwood. Un sale petit caractère, une tendance à se laisser embarquer dans des conneries plus grosses que lui... Et pourtant, tu l'aimes bien ce gamin. Parce que tu peux toujours l'inciter à pire. Parce qu'il est suffisamment influençable à tes yeux et qu'il ferait un bon élément pour l'Ordre. Ordre avec lequel tu as rompu les liens, au passage... Mais ça ne t'empêche pas d'être ici. De venir le chercher. Pourquoi ? Peut-être parce qu'il t'apporte une espèce de seconde jeunesse. Que le temps d'une journée, il t'aide à oublier tout le reste. Tu chopes ton portable, prenant son numéro pour lui envoyer un message.

Citation :
Devine qui est devant ton bahut ? Sors de là, les maths ça n'intéresse plus personne de toute façon, viens plutôt faire un tour avec tonton Monroe.

Message envoyé. Tu n'as plus qu'à patienter, à guetter sa venue. Avec un peu de chance, il va se laisser tenter et abandonner ses bouquins pour venir mettre le monde à feu et à sang avec toi. Tu as besoin de bouger, d'oublier tout le reste et Blackwood est parfait pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Avr - 12:04


Invité

Invité



But it's hard when you're young
— des balayeurs aux présidents, ils sont paumés les pauvres gens
on aura le monde entier si tu n'me laisses pas tomber

Tu n’en pouvais plus de l’entendre parler. Tu regrettais encore de t’être levé ce matin-là. D’avoir fait cet énorme effort que de mettre un réveil et de le suivre. Depuis que ta tante était décédée, ton rythme n’avait pas changé. Tu savais que ton penchant marqué pour l’alcool et la drogue ne lui plaisait pas. Tu savais qu’elle n’aurait pas voulu que tu te noies dedans. Mais c’était peut-être tout ce qu’il te restait alors que tu ne supportais pas cette vie avec ta belle-mère chez toi. Parce que tu voulais qu’ils souffrent comme tu pouvais souffrir. Que ton père comprenne la douleur que tu pouvais ressentir. Et il n’y avait que ça pour qu’il souffre. Voir son fils, celui à qui il avait prédit un si bel avenir le gâcher. Voir son fils sombrer lorsqu’il lisait le journal et te voyait embrasser impurs comme purs. Et puis c’était tellement agréable de se sentir partir. D’oublier. De penser à autre chose même si pour cela il fallait que tu te pourrisses la santé. Pourquoi tu t’étais levé, tu n’en savais rien. Le matin, tu avais encore l’impression de te trouver dans un bateau roulant sur les vagues. Qu’est-ce que tu avais été idiot de venir. Mais pourtant, toi, ton coca et ton sac, vous étiez en cours. Rapidement tu t’endors sur ta table sans que personne ne fasse rien pour te réveiller. Mieux vaut avoir le Blackwood endormi que mettant la zizanie dans l’amphi. C’est le vibreur de la réception d’un SMS qui te réveille brusquement. Tu récupères ton portable pour voir qui peut bien te mettre un message. Certainement Diana qui se moque de toi en cours alors qu’elle vient uniquement de se réveiller. Ou qui tente de te réveiller, c’est possible aussi. Tu souris en voyant l’expéditeur puis en lisant le contenu. Tout était bon pour quitter cet endroit et avec lui, c’était encore mieux.

Tu ne mets pas longtemps à prendre ta décision parce qu’à l’instant où tu as vu son sms tu l’as prise. Tu récupères ton sac et tu descends lentement les marches de l’amphi sans te presser. Arrivé en bas, tu fais un magnifique panier avec ta canette dans la poubelle et puis tu quittes définitivement le cours, sans un mot. Tu marches rapidement dans les couloirs pour enfin arriver à l’extérieur. Le soleil réchauffe ton visage et le léger vent te fait le plus grand bien. Tu ne mets pas longtemps à reconnaitre le patrouilleur qui se tient non loin, semblant guetter ton arrivée. Alors tu le rejoins, un immense sourire éclairant ton visage encore à moitié endormi tout de même. « J’espère que t’avais une bonne raison de me faire quitter ce cours passionnant. » Ta voix est moqueuse. Il le sait, il te connait. Il sait que tu n’attendais que ça dans le fond. Que quelqu’un te tire de cet endroit où tu étais en train de t’ennuyer prodigieusement.

© SEAWOLF.


mise en page à venir
Revenir en haut Aller en bas
Lun 8 Mai - 17:41

avatar



MESSAGES : 313 LOCALISATION : derrière un bureau, dans la rue, dans un bar, il n'arrête jamais de bouger. EMPLOI : monstre à temps partiel, patrouilleur pour l'ordre autrement. a quitté l'ordre il y a quelques mois maintenant.

carnet personnel
DANS TA POCHE: des clopes, un briquet, des clés, un portable et deux ou trois papiers à balancer
TON PATRONUS: un ours très, très grumpy.
COMPÉTENCES:


Tu es une mauvaise influence pour ce garçon, pas besoin de le répéter, tout le monde le sait. Tu fais ce qu'il ne faudrait pas faire. Tu l'incites à faire des conneries, quand il devrait plutôt se concentrer sur ses études, ses devoirs, ses cours et tout ce qui gravite autour. Tu es de ces personnes nocives qui lui traînent autour. Pourtant, tu ne lui veux pas de mal. Pas vraiment. Il se révèle juste être un élément intéressant, pourquoi pas une potentielle recrue pour l'Ordre. L'Ordre.. Tu ne sais même pas pourquoi tu y penses encore. Tu n'en fais plus partie après tout. Pourquoi être là alors ? Pas pour les mêmes raisons qu'autrefois, il faut croire. Aujourd'hui tu es là car tu as besoin de t'occuper et être avec lui, c'est vivre l'aventure, connaître une seconde jeunesse, en quelque sorte. Mais tu n'es pas bon pour lui. Tu n'as pas l'étoffe d'un modèle, pas après tout ce que tu as fait ces six dernières années. Pas après ce sang versé, ces mensonges, ces manipulations bien trop nombreuses. Tu n'es même pas sûr qu'il connaisse ton vrai visage. Il ne loupe pas grand chose à vrai dire. Sans l'Ordre, tu es un type d'une banalité effrayante. Si on met de côté tes talents au corps à corps et cette manie de tout observer autour de toi, comme l'ingénieur le faisait autrefois en détaillant les bâtiments. Mais là n'est pas la question. Tu en reviens à lui puisqu'il est là, c'est tout ce qui compte, n'est-ce pas ? « Hm. Passionnant. Nous ne devons pas avoir la même définition. » Que tu réponds avec un grand sourire, ravi de constater qu'il est là, qu'il accepte ton invitation par sa présence. Tu te redresses finalement, contournant la voiture pour retourner à ta place, derrière le volant. « Grimpe, on bouge. » Où ? Tu ne sais pas encore. Ça dépendra de lui. Tu sais juste que tu as envie de filer, n'importe où, tant que ça t'occupe. Tant que tu ne penses plus au reste, à tout ce qui ne va pas en ce moment – l'Ordre notamment. Tu attends qu'il soit dans la voiture pour démarrer. « Attache-toi quand même. Je sais que je ne suis pas un modèle de vertu, mais si tu pouvais éviter de mourir sous ma responsabilité, ça m'arrangerait. » Et après un bref coup d'oeil dans un des rétroviseurs, tu t'engages sur la route à nouveau. Tu n'as pas de direction précise en tête. Voilà qui va pas mal dépendre de lui. « Qu'est-ce que tu aimerais faire par cette belle journée ? » Tu lui jettes un bref coup d'oeil, essayant de ne pas perdre ta concentration pour la route et tout ce qui vous entoure. C'est alors qu'une quinte de toux te prend, tu bouges un peu dans ton siège, le dos de ta main contre tes lèvres alors que ça passe difficilement, laissant une sensation douloureuse dans ta gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 10 Mai - 21:01


Invité

Invité



But it's hard when you're young
— des balayeurs aux présidents, ils sont paumés les pauvres gens
on aura le monde entier si tu n'me laisses pas tomber

Un sourire ne met pas longtemps à étirer tes traits d’ange alors que tu reconnais le patrouilleur non loin. Lui qui t’entraine toujours dans des bons plans. Lui qui tente de te recruter sans succès pour l’instant. Tu tiens bien trop à ta pseudo liberté liée à ta jeunesse pour ne pas rentrer dans cet ordre du phénix où tu devrais suivre des ordres, chose que tu étais bien incapable de faire. En quelques foulées, tu le rejoins et tu commences ton cinéma. Toi, trouver un cours passionnant ? Ca aurait vraiment été la première fois. « Hm. Passionnant. Nous ne devons pas avoir la même définition. » Tu le suis du regard alors qu’il retourne au niveau du volant de sa voiture. « Je pense que si au contraire. » Sourire moqueur. Vous aviez bien la même définition. Ce cours était long à mourir, tu te demandais encore comment tu avais fait pour ne pas le quitter plus tôt. « Grimpe, on bouge. » Tu ne te fais pas prier et te voilà quelques secondes plus tard à l’avant de la voiture d’Evan. Il va te sortir de tes pensées. Il t’a sauvé de ce cours intéressant et tu lui en seras éternellement reconnaissant. Bien que… Rien ne t’empêchait de le quitter de toi-même, tu ne l’avais juste pas fait. « Attache-toi quand même. Je sais que je ne suis pas un modèle de vertu, mais si tu pouvais éviter de mourir sous ma responsabilité, ça m'arrangerait. » Tu lèves les yeux au ciel. « Oui papa. » Pourtant tu le fais. Etrange de se dire que tu ne l’aurais certainement pas fait si c’était ton propre père qui te l’avait demandé rien que pour la joie de voir la colère sur son visage. Rien que pour l’énerver une fois de plus. Après tout, il ne faisait pas ce que tu lui demandais. Tu ne désirais qu’une seule chose, la voir disparaitre. Et pourtant, elle comptait de plus en plus de jour en jour alors. Elle prétendait être touchée par la mort de votre tante alors qu’elle la connaissait à peine. Une sale hypocrite, voilà ce qu’elle était. « Qu'est-ce que tu aimerais faire par cette belle journée ? » Tu vas répondre alors que le voilà qui se met à tousser. Malade le patrouilleur. « Alors on a prit froid à faire la circulation pour les gosses devant une école. » Tu te moques. Tu te moques des tâches ingrates qu’ils peuvent avoir à faire. Sérieusement, ils étaient de sortie en continu, même sous la flotte ou en pleine tempête, pas étonnant qu’il prenne froid le tonton. Ce n’était pas ça qui te vendait du rêve malheureusement. Ca plus le fait que tu n’étais pas particulièrement courageux. Lorsqu’il s’agissait de défi entre potes, tu étais toujours là, mais lorsqu’il était question de se battre ou quoi, tout de suite, t’étais moins motivé. Bon, il va tout de même falloir que tu répondes à sa question. Mais, ce que tu voulais faire franchement… Il te dit de sortir et il n’avait pas la moindre idée. Et puis pourquoi avait-il commencé à conduire dans ce cas. Il était quand même bizarre parfois. « Parce que toi tu conduis sans savoir où tu vas ? » Tu marques quelques instants de pause. « Franchement, je serais pas contre un tour à la mer par ce temps. » Quelle merveilleuse idée. Tu avais hâte de voir sa réaction. Est-ce qu’il te suivrait dans tes délires quitte à faire des heures de bagnole ou est-ce qu’il te calmerait et choisirait une direction plus proche ?
Revenir en haut Aller en bas
Dim 2 Juil - 18:58

avatar



MESSAGES : 313 LOCALISATION : derrière un bureau, dans la rue, dans un bar, il n'arrête jamais de bouger. EMPLOI : monstre à temps partiel, patrouilleur pour l'ordre autrement. a quitté l'ordre il y a quelques mois maintenant.

carnet personnel
DANS TA POCHE: des clopes, un briquet, des clés, un portable et deux ou trois papiers à balancer
TON PATRONUS: un ours très, très grumpy.
COMPÉTENCES:


Il te fait sourire, Nikola. Parfois, tu te prends à chercher des souvenirs, à essayer de te rappeler si tu étais comme lui, à son âge. Intrépide, insouciant, toujours en quête du danger, toujours fourré dans des coups improbables, à faire mille et une conneries pour se faire remarquer par le monde entier. Ça te semble peu cohérent à vrai dire. Du peu que tu te souviens, tu avais fait des études, tu vivais la belle vie, celle d'un homme rangé, tranquille, avec des projets plein la tête et l'amour débordant du cœur. Oriane. Autre souvenir qui t'étouffe, rien que d'y songer. La belle, la pauvre Oriane. Votre histoire tragique... Oui papa. Tu ris un peu. C'est fou comme aujourd'hui, avoir un gamin ne te viendrait jamais à l'esprit. Parce que t'occuper de toi, ça fait déjà beaucoup et tu ne serais certainement pas une bonne influence pour un enfant. Enfin bref, inutile de s'attarder sur tout ce qui ne va pas chez toi – un après midi ne serait jamais suffisant pour finir la liste. Tu prends plutôt la route avec le jeune Blackwood, non sans échapper une autre quinte de toux. Il en profite pour se moquer gentiment, tu ris un peu rien qu'à l'écouter. « Tu crois vraiment que j'ai que ça à faire, la circulation ? » Tu secoues la tête, un franc sourire accroché aux lèvres. « Non je sais pas trop ce que j'ai. Depuis le retour de la magie je suis mal fichu. » Tu ne te l'expliques pas, tu sais juste que les dates coïncident et que ça ne va pas fort. Tu tousses, tu as eu quelques vertiges, rien de bien alarmant pour l'instant pour autant.Tu lui jettes un bref coup d'oeil avant de t'arrêter à un feu rouge. La route est plutôt dégagée aujourd'hui, tout le monde est censé travailler. Lui le premier, mais par ta faute, il est là, dans ta voiture. Et toi... Bien toi c'est compliqué. Toutes ces histoires avec l'Ordre.. Tu ne préfères même pas y penser. Tu t'intéresses plutôt à votre destination, parce qu'il serait peut-être temps d'y penser et il ne manque pas de te le faire remarquer, ça aussi. « Hé, j'attendais que tu te décides, moi ! Je fais juste le chauffeur aujourd'hui, faut pas trop m'en demander. » Que tu ajoutes en conservant ton sourire. « Mais la plage est une excellente idée, allons-y. » Même si c'est loin, même si ça fait de la route, même s'il vous avez un millier de raisons de ne pas y aller.. Qu'importe, tu n'as rien de mieux à faire, tu as vraiment besoin de te détendre, d'oublier tout le reste. Puis, tu adores rouler, ça te permet de te vider un peu la tête, de relativiser sur tout ce qui ne va pas en ce moment. Tu t'engages sur une autre route, direction la plage donc et tu poses brièvement les yeux sur lui. « Alors, que se passe-t-il de palpitant dans la vie de mon petit Blackwood préféré, dernièrement ? » Parce que oui, ça t'intéresse et tu préfères largement parler de sa vie que de la tienne. La tienne n'a rien d'intéressant. Dernièrement, les événements catastrophiques s'enchaînent, même si tu arrives à voir un peu de lumière dans tout ce bazar grâce à Saiph. « Le retour de la magie ne cause pas trop de problèmes autour de toi ? Vous n'êtes pas trop touchés, à l'université ? » Tu en doutes mais tu préfères demander. Quitte à faire la conversation, autant parler un peu de cette fichue actualité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Juil - 0:13


Invité

Invité



But it's hard when you're young
— des balayeurs aux présidents, ils sont paumés les pauvres gens
on aura le monde entier si tu n'me laisses pas tomber

Te voilà en bagnole à côté de celui que tu apprécies tant. Parce qu’il te sort de ton quotidien bien rangé Evan même s’il veut parfois jouer les papas poules. Bon, c’était très rare. Mais des simples réflexions par instant le montrer un peu protecteur à ton égard. La question restait pourquoi. Pourquoi toi ? Pourquoi t’avait-il choisi comme cible pour ses petites sorties. Non pas que tout ceci te déplaise, loin de là. Avoir ce patrouilleur à tes cotés et mettre la ville à feu et à sang à ses cotés était quelque chose que tu aurais pu faire tous les jours. Mais lui. N’était-il pas censé être responsable comme les autres adultes ? Il était certainement bien mieux ainsi. A ne rien faire. A ne pas se prendre la tête et à ne pas avoir peur des conséquences de ces actes. A être encore un peu jeune et fou dans sa tête quoi. Pas comme tous les autres, si ennuyants, si ternes et qui devaient cruellement s’ennuyer dans leur petite vie casanière.

« Tu crois vraiment que j'ai que ça à faire, la circulation ? » Il te sourit d’un air un peu moqueur et évidemement ton insolence à toute épreuve ressort. C’était presque trop simple avec une question pareille. « Ben ouais. » Quelques secondes de pause. « Tu dois être sexy au milieu de la rue avec ton uniforme et ta pancarte. » Tes yeux pétillent de malice. « Profites-en pour draguer au passage les gentes dames traversant. » C’est vrai que c’était le bon plan pour observer les gens passer un tel boulot. « Non je sais pas trop ce que j'ai. Depuis le retour de la magie je suis mal fichu. » La conversation redevient sérieuse quelques instants. « Sérieusement ? » Un court silence s’installe. « Mais tu n’es pas censé être purifié ? » Ils n’étaient plus censé avoir de magie les purifiés, non ? Pourquoi est-ce qu’il ressentait ça alors…

Vient le moment de choisir le lieu, parce que oui, tu viens d’être mis au courant mais pour l’instant, vous rouliez sans savoir où aller. Sacré Evan, venir te chercher sans avoir le moindre plan. C’était tout à fait lui, c’était tout à fait vous. Mais vous trouveriez bien quelque chose de génial à faire. Il faisait beau. Il faisait chaud. La mer ! « Hé, j'attendais que tu te décides, moi ! Je fais juste le chauffeur aujourd'hui, faut pas trop m'en demander. Mais la plage est une excellente idée, allons-y. » Tu souris alors que cette idée semble lui convenir et encore plus lorsque tu le vois s’engager dans la bonne direction au premier carrefour que vous croiser. « Merci chauffeur, merci chauffeur merci ! » Te voilà chantant à tue-tête dans la voiture pendant quelques secondes. Il était chauffeur, et tu allais le lui rappeler régulièrement. La plage, ça allait être si bien. Par une belle journée comme celle-là, c’était vraiment l’idéal. Et puis, ça te couperait les idées de cette ville où tu avais peur de perdre une nouvelle personne importante pour toi. Que la résistance t’arrache un nouveau membre de ta famille, un ami, elle, Diana. Tu ne supporterais pas une seconde perte, tu n’arriverais pas à l’encaisser. « Alors, que se passe-t-il de palpitant dans la vie de mon petit Blackwood préféré, dernièrement ? » Ton visage s’assombrit à cette remarque. Parce que tu ne t’étais toujours pas remis du drame de la perte de ta tante deux mois plus tôt. Tu bottes en touche. Tu ne te sens pas d’en parler avec lui. Tu t’entends bien mais de là à parler de cela, non. Ce serait trop difficile. « Oh tu sais, ma vie est tout le temps palpitante de soirées, de rencontres. » D’oubli des gens rencontrés, aussi. « Et toi ? Elle est si ennuyeuse que ça pour que tu viennes me tirer d’amphi pour t’accompagner en balade ? » Tu retournes la situation. Ce sera tellement plus simple que lui parle. « Le retour de la magie ne cause pas trop de problèmes autour de toi ? Vous n'êtes pas trop touchés, à l'université ? » Tu réfléchis quelques instants, mais il est vrai que vous n’avez rien subi depuis de début de cet étrange épisode. « A l’université ça va. » Tu marques quelques instants de pause. « En même temps, quel impur y étudierait ? » Oui, il y avait les purifiés. Mais les purifiés étaient purifiés, ils n’étaient plus censé avoir de magie non ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

but it's hard when you're young | nikola.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 06. Let's be young folks together - PV Santana
» IF I DIE YOUNG
» The Young And The Hopeless
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» tonight, we are young [04/04/12 à 14h21]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ :: Birthday party :: Retour de la magie 1-
Sauter vers: