FACTS

La ville de Birmingham compte actuellement 12 Purs, 4 Purifiés et 13 Impurs, la Résistance semble recruter plus de membres que l'Ordre du Phénix, il serait peut être bon de se méfier de ce regroupement.
Les les femmes deviennent importantes et prédominantes, au détriment du sexe masculin, pourtant si charmant.




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Shopping entre filles ◊ Lyra



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Brindleyplace
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



MESSAGES : 963 LOCALISATION : Dans les rues de Birmingham, protégeant le peuple Anglais. EMPLOI : Patrouilleuse et chef des Patrouilleurs au sein de l'Ordre du Phénix.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un rouge à lèvre bordeaux, pour contraster avec son uniforme rouge sang. Une petite fiole de poison, c'est toujours utile, et une lame, effilée et tranchante, comme son caractère.
TON PATRONUS: Il s'agirait sans doute d'une panthère, rusée et discrète mais terriblement dangereuse.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Shopping entre filles ◊ Lyra   Mer 7 Juin - 12:59

La magie avait été, pendant un court instant, de retour. Chose qui avait déstabilisé toute la Grande Bretagne et conduit à l’instauration de règles, de procédures, afin de protéger les Purs. Cette vague de magie venait, en plus, après l’attentat du Plough, ce qui avait déjà permis la mise en place d’une loi de Purification obligatoires des Impurs et donc, la purification des Orphelinats. Avec l’arrivée de la magie, tout s’était précipité, l’angoisse avait dû être maîtrisée, tout comme les peurs de la société. Beaucoup d’impurs avaient été arrêtés, pris en flagrant d’élit d’utilisation de la magie et beaucoup d’expériences (secrètes) menées par l’ODP avaient pu être réalisées, afin d’en savoir plus sur ces drôles de phénomènes. Evidemment, ils avaient été surchargés et, depuis, peu, ils pouvaient enfin se reposer. Le rythme commençait à revenir à la normale, les patrouilles s’enchaînaient dans la ville et la bonne vieille paperasse administrative revenait dans le quotidien de la chef des patrouilleurs. Bref, sa routine habituelle reprenait son cours, chose qu’elle appréciait énormément. C’est sans doute pour cette raison, qu’elle s’était donc permise une petite journée de congé, surtout après les derniers événements. Kieran, lui, était sagement resté à son poste, profitant de l’absence de sa chef pour souffler un peu. Un sourire sur le visage, elle quittait donc son appartement de fonction pour se promener en ville.
Ulyana n’avait pas toujours l’occasion de profiter de sa vie civile, n’ayant comme vie que l’Ordre. Ses fréquentations étaient généralement des membres de l’Ordre, sa petite amie était membre de l’Ordre et ses occupations quotidiennes étaient de patrouiller dans la ville, quand elle ne devait pas remplir des formulaires en tout genre. De ce fait, elle n’avait que peu d’occasions de rencontrer d’autres citoyens de la ville, ou alors c’était au cours d’une enquête. Chose qui, évidemment, ne permettait pas vraiment de tisser des liens amicaux, ce qui pouvait se comprendre. Pourtant, Ulyana n’avait aucun problème avec sa solitude, bien au contraire. Elle appréciait d’avoir sa liberté et de pouvoir agir à sa guise, sans avoir à se justifier à qui que ce soit, sans avoir à cacher sa vie à sa moitié ou à ses enfants. Peut-être qu’un jour elle y serait forcée, mais en attendant, elle comptait bien profiter de son quotidien, sans se prendre la tête. Vêtue d’un jean slim bleu marine, d’un perfecto noir sur un débardeur blanc et d’une paire d’escarpins rouges sans, Ulyana profitait du quartier branché de Birmingham pour faire quelques applettes. Rentrant dans un grand magasin, elle remit en place son sac à main sur son épaule, tout en se souvenant qu’elle avait une arme à feu dans ce dernier. Déformation professionnelle. Elle espérait ainsi toujours que les portiques ne sonnent pas, elle n’avait pas envie de devoir sortir son badge et de devoir justifier de la présence d’une arme à feu dans son sac à main. C’était toujours gênant et embêtant, bien que ça restait une énorme fierté.
En rentrant dans la boutique, elle croisa un regard qu’elle connaissait, celui de la jeune et jolie Lyra.
Ulyana esquissa un léger sourire, elle fit quelques pas et s’arrêta vers la jeune femme. « Lyra ! » S’exclama joyeusement la patrouilleuse. « Comment vas-tu ? » Lui demanda la jeune femme, tout en jetant un coup d’œil aux vêtements sur les portants.


qu'importe la souillure de ton sang, si tu me barres la route, je t'écraserai, si tu oses cracher sur le gouvernement qui ta garde en vie, je t'exécuterai — .
le devoir
avant
tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 67 EMPLOI : Mère Suprême à l'École Supérieure pour Impurs de Birmingham.

carnet personnel
DANS TA POCHE:
TON PATRONUS: Une hermine, petite, délicate, qui sait parfaitement s'adapter.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Shopping entre filles ◊ Lyra   Lun 12 Juin - 17:19

Les vas et viens des médecins. Les passants qui se demandent ce qu’il peut bien se passer à l’intérieur de l’établissement. Les patrouilleurs qui, chaque voir, viennent poser des questions ou s’assurer que tout est sous contrôle. Lyra en avait marre, elle voulait vivre en paix ne serait-ce qu’une journée. C’était peine perdue. Depuis la mort d’Ivy Aconith. Depuis la bombe au Plough. Depuis qu’elle avait remis les pieds dans cette ville maudite. Pourquoi avait-elle décidé de revenir ? Pourquoi est-ce qu’elle n’avait pas pu tout quitter avec lui ? Elle lâche un long soupire, seule dans son bureau, à penser que tout était peut-être mieux avant. « Excusez-moi. » Une petite voix fluette glisse dans la pièce. Lyra tourne la tête pour découvrir l’une des mères sous son autorité. « Qui y a-t-il ? » demande-t-elle, blasée. Encore une nouvelle interrogation certainement. Elle secoue la tête avant même que la réponse ne soit donnée. Elle devait prendre l’air, la journée peut-être. « Un pat… » La pauvre n’aura pas le temps de finir sa phrase. La purifiée se lève d’un bond et sort de la pièce sans un mot. Elle se dirige d’un pas assuré jusqu’au bureau de son mari. Elle ne prend pas la peine de frapper, elle est exténuée. « Je prends ma journée. » lance-t-elle sans prendre la moindre pincette. « Pardon ? » Il se retourne vers sa femme avec surprise. « J’en peux plus de voir tout ce monde fourmiller ici. Ca fait des semaines et des mois que ça dure. J’ai besoin de prendre une journée, une seule. » Son ton est devenu presque implorant. « Bien. Fais ce que tu veux. » Elle sautille jusqu’à lui pour embrasser sa joue en guise de remerciement et s’éclipse de l’école sans plus attendre.

Enfin libre, elle flâne dans les rues de Birmingham, sans vraiment chercher un but à ses déambulations. Elle observe les vitrines, les gens qui passent sans lui poser la moindre question. Elle soupire, cette fois soulagée. Qu’il fait bon d’être un peu seule. Depuis son retour, ces moments là étaient rares. Elle appréciait donc chaque seconde passée avec nulle autre qu’elle-même. Elle pouvait enfin penser sans être interrompue, ou presque. Les traces de magie étaient récentes sur les murs de la ville. Elles filaient la chair de poule à Lyra, comme un air de déjà vu. Renforçant l’étreinte sur l’anse de son sac à main, elle accélère le pas. Les souvenirs d’un monde sombre, elle les a enfouis, elle ne veut pas les retrouver. Elle prend un virage, puis un second et quelques minutes plus tard, elle se retrouve dans le quartier de Brindleyplace.

Les trottoirs et les magasins sont remplis, rien de quoi effrayer la Thompson. Elle s’engouffre dans le premier magasin qu’elle trouve. Un premier contrôle. « Bonne journée. » Pure politesse envers un agent qui assure sa sécurité, celle du peuple. S’il y a un moyen de se sentir un jour réellement protégé. Elle chasse les idées noires de sa tête pour se concentrer sur les premiers vêtements à sa portée. Une robe fleurie, plutôt courte. Elle passe aux articles suivants, prêtant attention aux longueurs, aux formes et couleurs. Certains diront que c’est une science, Lyra pense que c’est inné. Elle sourit. Puis sursaute. On vient de crier son prénom. Elle se retourne pour trouver la source de l’appel quand son regard croise celui de la patrouilleuse. « Ulyana ! » lance-t-elle à son tour avant de la rejoindre pour l’étreindre. « Ca va parfaitement et toi ? » Lyra reprendre sa chasse au produit parfait. « J’ai bien de la chance de tomber sur toi ici. J’ai fuit l’orphelinat tellement il y a de monde ces derniers jours. Je n’en pouvais plus. » Ce n’était peut-être pas la meilleure conversation à avoir avec une patrouilleuse le jour de son repos, encore moins lorsque l’on essaye de fuir ce genre de conversation. « Enfin … T’as prévu des choses à faire pour aujourd’hui en dehors du shopping ? » Une invitation ? Potentiellement.

Depuis qu’elles s’étaient croisées pour la première fois en dehors des conventions, Lyra avait développé une énigmatique envie de connaitre Ulyana. Elle éprouvait une profonde admiration pour cette femme ; et cette classe … Difficile de rivaliser. Elles apprenaient à se découvrir au fil des jours, des rencontres. Elles s’apprivoisent. Après tout, Lyra n’est pas dupe, elle sait qu’une patrouilleuse se méfiera toujours d’une Fawkes, aussi purifiée soit-elle. Surtout avec un retour de la magie, aussi furtif soit-il. « Quelle plaie. » pensa-t-elle.

HRP : tenue de Lyra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 963 LOCALISATION : Dans les rues de Birmingham, protégeant le peuple Anglais. EMPLOI : Patrouilleuse et chef des Patrouilleurs au sein de l'Ordre du Phénix.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un rouge à lèvre bordeaux, pour contraster avec son uniforme rouge sang. Une petite fiole de poison, c'est toujours utile, et une lame, effilée et tranchante, comme son caractère.
TON PATRONUS: Il s'agirait sans doute d'une panthère, rusée et discrète mais terriblement dangereuse.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Shopping entre filles ◊ Lyra   Dim 25 Juin - 22:10

C’est une journée comme les autres qui se déroule dans les rues de la Capitale, alors qu’elle retrouve doucement – mais sûrement, son calme. Les derniers événements l’ont profondément secoués, mais comme toujours, la société sait se remettre sur pied et avancer. Rien ne saurait faire effondrer le système, elle le savait parfaitement et s’en réjouissait. Ils ne pouvaient pas s’effondrer à la moindre difficulté et laisser la peur les submerger. Ils se doivent d’avancer, de se serrer les coudes et de continuer à trouver des solutions, des raisons à ces changements et des moyens d’éviter que cela ne se reproduise. La jeune femme, Lyra Thompson, qu’elle croise dans les rayons, sursaute à la mention de son prénom. Amusée, la patrouilleuse esquisse un léger sourire, avant de s’excuser de l’avoir effrayée dans la foulée. Ce n’était pas désirée, elle n’avait pas cherché à faire peur à la demoiselle, son enthousiasme à la croiser lui ayant échappé. « Ca va très bien, d’autant plus quand je profite d’un jour de congé ! » S’exclama joyeusement la jeune femme. « Tu ne travailles pas non plus à ce que je vois ? » Glissa la brune, dénuée de son uniforme. Elle eut de suite la réponse de la demoiselle. « Je compatis. » Une main sur son bras, elle poursuit. « Avec tout ce qui s’est passé dernièrement, l’Orphelinat doit être sans-dessus-dessous. » Elle retira sa main, passa cette dernière dans ses cheveux et souffla un instant. « Si jamais tu as besoin d’un coup de main, n’hésites surtout pas à m’appeler. Je passerai vider les couloirs de l’Orphelinat. » Glisse-t-elle sous le ton de la plaisanterie, tout en ayant – effectivement – les qualificatifs pour réaliser une telle action. « Ecoute, pour le moment rien de particulier. » Elle gloussa. « Déjà, il va me falloir des nouvelles tenues et si je peux rêvasser un peu, de quoi me dénuder sur la plage. » Plage qu’elle risque de ne jamais voire, trop acharnée au travail qu’elle est, mais elle appréciait de se faire rêver de temps à autre. « Ensuite, peut être aller boire quelque chose en ville, quelque chose de frais ! Qu’en dis-tu ? Tu m’accompagneras ? » lui demanda-t-elle, enjouée de la croisée.

Prêt d’un portant de jupes, Ulyana fouilla dans ces dernières, sortant parfois une ou deux créations qu’elle exposait à son regard, implacable. « Tu as déjà fait des emplettes aujourd’hui ? » N’ayant pas réellement fait attention aux nombres de sacs qu’elle portait, elle laissait la discussion comme elle pouvait, cherchant quelque chose dans lequel dépenser son argent. Posant une tenue contre ses jambes, elle esquissa une moue déçue, avant de remettre en place le bout de tissu qu’elle avait choisi. Elle remplaça ce dernier par une jupette dorée, très intéressante et échancrée sur le côté. « Je ne sais pas toi, mais j’avais grandement besoin de calme. Les derniers événements m’ont épuisé ! » Et c’était peu dire, ils n’avaient fait que courir partout, répondre à des appels en urgence, aider des citadins perdus, réparer les dégâts provoqués par une magie aléatoire, tout en planchant sur l’enquête du Plough. C’était devenue une véritable corvée de travailler pendant le dernier mois, mais elle s’y faisait. C’était ainsi qu’elle aimait sa vie, même quand ils étaient débordés de travail, tués à la tâche et sur les nerfs. C’était ce pourquoi elle avait signé, acceptant totalement son rythme de vie et le cadre qu’il lui offrait. Après tout, c’était son métier – parfois ingrat, qui lui payait factures et loisirs. Et ça, elle ne comptait pas l’oublier. « Et ton mari dis-moi, comment va-t-il ? » S’empressa également de demander la jeune femme, bien trop contente de pouvoir échanger quelques mots normaux et hors de son cadre professionnel.


qu'importe la souillure de ton sang, si tu me barres la route, je t'écraserai, si tu oses cracher sur le gouvernement qui ta garde en vie, je t'exécuterai — .
le devoir
avant
tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 67 EMPLOI : Mère Suprême à l'École Supérieure pour Impurs de Birmingham.

carnet personnel
DANS TA POCHE:
TON PATRONUS: Une hermine, petite, délicate, qui sait parfaitement s'adapter.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Shopping entre filles ◊ Lyra   Ven 7 Juil - 22:33

Les mondanités plaisaient à la jeune femme, surtout lorsqu’elles étaient destinées à une amie. Elles ne se connaissaient que peu, mais déjà le lien était sincère entre elles. Du moins, c’est ce que Lyra espérait, après tout, personne n’est à l’abri d’un mensonge. Elles parlaient de leur quotidien, de leurs besoins et envies. La conversation était des plus normales et l’enthousiasme de la purifiée à l’idée de passer la journée avec Ulyana ne bernait personne. « Ensuite, peut-être aller boire quelque chose en ville, quelque chose de frais ! Qu’en dis-tu ? Tu m’accompagneras ? » Lyra hoche la tête avec énergie, le sourire aux lèvres. « Avec grand plaisir ! Par ce temps et ces événements, un bon verre frais ne fera pas de mal. »

Elle continue de fouiller dans les vêtements accrochés devant elle, des jupes, des hauts de soi ou en dentelle, quelques robes, le choix est grand mais Lyra ne semble pas d’humeur acheteuse aujourd’hui. « Tu as déjà fait des emplettes aujourd’hui ? » Un simple non de la tête, elle se tourne vers la brune pour observer ses trouvailles. « Rien du tout. Je ne sais pas si j’ai réellement envie de dépenser de l’argent pour ça aujourd’hui. » Lorsqu’Ulyana pose la petite jupe dorée sur son corps pour envisager l’ensemble, Lyra se permet d’appuyer le choix. « Elle t’ira à ravir ! » lance-t-elle alors. « Et je suis d’accord, les dernières semaines se sont avérées être un calvaire. » dit-elle, comme si d’autres ne souffraient pas plus qu’elles. « Ceci dit, pour du calme, je ne sais pas si tu es venue au bon endroit. » lâche-t-elle en riant.

L’air pensif, elle continue de fouiller les rayons, à présent sans aucune conviction. Elle était pourtant heureuse d’être là, d’avoir pu s’éclipser et d’être tombée sur Ulyana, mais le cœur n’y était étrangement plus. La fatigue, certainement. Les jours étaient devenus longs, les nuits trop courtes et le temps passé seule avec son mari n’arrangeait rien. Ils ne se voyaient plus, ne se parlaient plus. Loin, à l’autre bout du monde, elle avait bien plus de chance d’avoir de ses nouvelles. Depuis qu’elle était revenue, c’était réunion sur réunion. Rendez-vous sur rendez-vous. Ils n’étaient plus que l’ombre d’un couple, une douce blague face à la perfection qu’il foulait refléter. « Et ton mari dis-moi, comment va-t-il ? »
L’air maussade au visage, elle tenta de faire de nouveau bonne figure, souriant au fil de sa réponse. « Je crois qu’il va bien. Tu sais, avec tout ce qu’il se passe, il n’a plus vraiment de temps pour autre chose que l’orphelinat ! » Son ton faussement enjoué ne duperait personne. Mais c’était la triste vérité. Elle soupire. « Je me demande si on aura un jour le temps d’avoir une famille. » laisse-t-elle échapper. Elle se redresse d’un bond, fixant Ulyana avec désolément. « Désolée, je ne devrais pas te parler de ça, tu es venue pour te détendre, pas pour m’entendre geindre sur mes problèmes maritaux. » Elle se détend les bras, comme pour relâcher la pression, souffle en silence et reprend sa recherche de l’article parfait. « Dis moi toi, il y a quelqu’un dans ta vie ? Il y a de beaux atouts à la caserne, ça doit être plaisant. » Lance-t-elle finalement, le regard plein de malice.

HRP : tenue de Lyra.
Désolée pour cette réponse, elle est horrible
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 963 LOCALISATION : Dans les rues de Birmingham, protégeant le peuple Anglais. EMPLOI : Patrouilleuse et chef des Patrouilleurs au sein de l'Ordre du Phénix.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un rouge à lèvre bordeaux, pour contraster avec son uniforme rouge sang. Une petite fiole de poison, c'est toujours utile, et une lame, effilée et tranchante, comme son caractère.
TON PATRONUS: Il s'agirait sans doute d'une panthère, rusée et discrète mais terriblement dangereuse.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Shopping entre filles ◊ Lyra   Mer 12 Juil - 15:31

Lyra était une femme d’une très grande élégance et d’une sympathie toute avenante. Il était rare qu’Ulyana se sente à l’aise avec les femmes. Ces dernières étaient bien trop centrées sur leur nombril, leur apparence ou toute autre futilité. Ayant fait toute sa vie – ou presque – entourée seulement d’hommes, elle n’avait eu que de très très rares amies. De ce fait, s’entendre aussi bien avec Miss Thompson lui changeait énormément de son quotidien et lui plaisait. C’était une femme non stupide et particulièrement agréable, chose qu’elle n’aurait jamais cru capable, n’ayant – de base, que très peu confiance aux femmes et ne faisant preuve d’une très pauvre amabilité à leur égard.
Elle éclate d’un léger rire. « Totalement d’accord avec toi ! Autant se changer les idées. » Sans les noyer dans l’alcool pour autant, ce n’était pas le but de la manœuvre, elle le savait parfaitement.

Elle hausse les sourcils, légèrement surprise. « Oh, tu veux en parler ? » Lui demande la jeune femme, supposant que baisse de motivation à dépenser était sans doute due à un mal-être quelconque. En tout cas, Uly ne se laissait jamais d’agrandir sa garde-robe. « Oh merci ! Je pense que je vais aller l’essayer ! » Elle attrapa sur le portant une robe d’un rose très clair, qu’elle ajouta à sa sélection. « Je ne me lasse jamais de faire des emplettes. » D’un autre côté, quand on passait sa vie dans un uniforme, n’importe quel autre vêtement semblait être un luxe. La patrouilleuse éclate d’un rire léger. « T’en fais pas, ça sera toujours plus calme qu’à la caserne ! » Et c’était peu dire ! « Je suis contente que ça se calme enfin, je vais peut-être pouvoir me reposer. » Parce qu’ils n’avaient pas arrêtés. Entre l’alerte rouge et les gardes continues, le foutu retour de la magie et l’attentat, ils avaient eu du boulot par-dessus la tête. Autant dire que les dernières semaines avaient été plus que longues, plus que soutenues et très, trop, fatigantes.

Un air maussade sur le visage, la jeune femme ne semble pas ravie par la question d’Ulyana. Elle allait s’excuser, quand finalement, Lyra prit la parole. Elle espérait ne pas avoir mis les pieds dans le mauvais plat. « Tu sais, ce n’est que pour l’instant. Avec tout ce qu’il s’est passé, je comprends qu’il ait été surchargé. Les Purs ont dû renvoyés certains esclaves par crainte d’avoir de nouveau de la magie sous leurs toits… Quand ils verront que tout s’est calmé, l’Orphelinat se videra un petit peu. » Elle l’espérait pour elle en tout cas. « Et puis, si jamais il est trop occupé, ne lui laisse pas le choix, crée une distraction suffisamment importante pour que tu deviennes son occupation principale. » Appuyant ses propos d’un clin d’œil, elle fit quelques pas vers un autre portant, ce dernier ayant des sous-vêtements en soldes. « Et tu ne m’embêtes pas, ne t’en fais pas ! » Elle était aussi là pour écouter Lyra lui raconter ses petits soucis, ça ne l’a dérangeait nullement. « En tout cas, une mini-Lyra serait très intéressant. Tu n’as pas peur de la grossesse ? » A l’inverse, Ulyana n’envisageait pas une seule seconde d’avoir des enfants. Ce n’était pas du tout dans ses plans, elle ne pensait qu’à sa carrière, quitte à ne jamais avoir de famille pour elle. De toute façon, une famille, elle en avait déjà une : l’Ordre.
Ulyana gloussa un instant. « Ah pour avoir de beaux spécimens, on a de beaux spécimens. Si jamais tu veux te rincer l’œil, n’hésite pas à passer me voir dans la caserne. » Répondit la jeune femme, ajoutant un nouveau clin d’œil. « Plus sérieusement, je ne souhaite rien de sérieux. » Elle balaya l’air en face d’elle, comme si tout ceci n’était qu’une foutaise parmi tant d’autres. « Je n’ai pas le courage de construire quelque chose de sérieux et, vu mon métier, je n’ai pas envie de m’embarrasser d’un homme qui voudra jouer à l’homme, ou pire, qui s’inquiéterait pour moi. » Elle roula des yeux, incapable de tolérer cette idée, même métaphorique. « Je suis plus faite pour les relations ponctuelles, au moins on s’amuse et on ne se prend pas la tête. Et puis, quand il devient un peu trop collant, je le laisse retrouver son célibat. » Elle haussa les épaules, rit un instant. « Quand je dis ça, j’ai l’impression d’être encore étudiante ! » Elle gloussa, attrapa un ensemble de lingerie noir avec des porte-jarretelles qu’elle mit sur son bras de plus en plus chargé de vêtements et tenues en tout genre. De son autre main, elle continuait à fouiller le rayon.  


qu'importe la souillure de ton sang, si tu me barres la route, je t'écraserai, si tu oses cracher sur le gouvernement qui ta garde en vie, je t'exécuterai — .
le devoir
avant
tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 67 EMPLOI : Mère Suprême à l'École Supérieure pour Impurs de Birmingham.

carnet personnel
DANS TA POCHE:
TON PATRONUS: Une hermine, petite, délicate, qui sait parfaitement s'adapter.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Shopping entre filles ◊ Lyra   Mar 8 Aoû - 14:33

Tu sembles maussade, l’air ailleurs et pourtant, tes réponses sont bien là. Tu ne perds pas la patrouilleuse du regard et ne laisse aucune de ses paroles t’échapper. Ton air triste vient pourtant gâcher cet instant simple, doux et plein de bonne surprise. Avec toutes tes histoires de famille, il est bien rare que les purs te fassent réellement confiance et bien qu’on ne puisse pas aller jusque là dans cette relation, tu sais qu’avec Ulyana c’est différent. Elle a l’air sincère, vraie. Pour une fois, tu n’as pas besoin de jouer, de faire semblant de ne pas voir le jugement qu’il y a derrière un sourire. C’est un moment qui devrait être plaisant, amusant même. Tu te redresses en constatant que tu es loin d’être d’une compagnie plaisante. Tu t’excuses. Mais une fois encore, la brune aux yeux perçant vient te rassurer.
Si elle savait que les fuites de Peter sont bien nombreuses, avant même que la magie ne décide de percer leur cocon. Si elle savait qu’ils ne sont qu’un couple à la face du monde et qu’en dehors il n’y a plus rien. Si elle savait que chaque jour il s’éloigne un peu plus sauf lorsqu’il décide qu’il a besoin d’elle. Le monde semble s’être écroulé sur tes épaules, mais tu décides de faire bonne figure. Un large sourire, que tu espères bien joué, vient illuminer ton visage avant de la remercier.
« En tout cas, une mini-Lyra serait très intéressant. Tu n’as pas peur de la grossesse ? » Tu souris de plus belle, sincère cette fois, en imaginant un petit être grandir entre tes bras. Puis la réalité, toujours, celle que tu fuis depuis de trop nombreuses années. « Si, enfin … Pas de la grossesse, mais de ce qui pourrait se passer après. » Tu plonges ton regard dans les vêtements exposés devant toi pour tenter de ne pas trop y penser. Mais tu as vu les visages des enfants qu’on retire à leurs parents. Tu as vu ceux qu’on apporte à l’Orphelinat pour les enfermer dans des cages. Tu les as vu, ces sorciers, ces impurs, qui n’ont pas demandé à être nés. Pourtant, c’était une obligation, un moyen sur de ne pas entrainer des monstres. Tu déglutis en pensant que ton enfant pourrait subir ce même sort et décide alors de changer la conversation.

Tu ricanes à la proposition et répond d’un clin d’œil innocent. Tu n’as que Peter dans la tête, mais qui a dit qu’on ne pouvait pas regarder le menu même après avoir commandé ?
Tu ne connais pas grand-chose d’Ulyana, mais apprendre d’elle, un peu plus à chaque rencontre te plait. Elle est différente des autres femmes, elle a quelque chose en plus, une étincelle qui la rend plus … elle. Si on te le demandait, tu ne saurais pas la décrire, parce qu’il n’y a aucun mot qui te permet de donner toute la profondeur que tu vois en elle. La force et pourtant quelque chose de terriblement fragile. La beauté, mais une pointe d’imperfection qui vient caresser ses courbes pour en faire une femme que d’autres trouveraient parfaite.
Tu continues de fouiller dans les portants en l’écoutant avec attention. « Je peux comprendre. » dis-tu en lui souriant. « Je n’ai connu que Peter, donc je suis bien incapable de faire autrement qu’avoir un homme qui joue à l’homme. » Tu glousses. « Ca a du bon parfois. » Un clin d’œil entendu à la patrouilleuse. « Mais je me doute qu’avec ce que tu fais tous les jours, ce doit être compliqué. » Tu ne la plains pas, tu ne la prends pas en pitié, tu acceptes juste de partager le poids qu’un tel quotidien pourrait avoir. Tu vois bien qu’elle aime ce qu’elle fait et probablement qu’elle ne changerait de vie pour rien au monde, mais tu aimerais être là pour l’épauler. Aussi étrange que cela puisse paraitre, tu as envie d’être là pour elle. « Si un jour tu trouves quelqu’un qui saura t’amuser et ne pas être trop collant avec toi, je veux être prévenue ! » lances-tu avec joie. « Et si tu as besoin d’une amie, qui sait ?, dans un bar ou autre … N’hésite pas. » Tu ricanes de nouveau en t’imaginant l’aider à ramener des hommes dans son lit. Toi, celle qui n’a jamais dragué de ta vie. Tu serais probablement un bien piètre faire valoir.

Tu continues de fouiner, tu récupères quelques vêtements sur ton bras et en découvrant le tas monstrueux sur celui de la patrouilleuse tu t’inquiètes. « On devrait peut-être aller faire des essayages ? » proposes-tu en désignant les trouvailles. « Ou alors il va falloir qu’on prenne un panier. » Le sourire aux lèvres, tu es finalement bien heureuse de te retrouver là.

HRP : tenue de Lyra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 963 LOCALISATION : Dans les rues de Birmingham, protégeant le peuple Anglais. EMPLOI : Patrouilleuse et chef des Patrouilleurs au sein de l'Ordre du Phénix.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un rouge à lèvre bordeaux, pour contraster avec son uniforme rouge sang. Une petite fiole de poison, c'est toujours utile, et une lame, effilée et tranchante, comme son caractère.
TON PATRONUS: Il s'agirait sans doute d'une panthère, rusée et discrète mais terriblement dangereuse.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: Shopping entre filles ◊ Lyra   Jeu 10 Aoû - 22:03

La jeune femme, pendant un instant, sembla perdue, la tête ailleurs. Ulyana n’était pas très sûre, mais il lui semblait qu’elle était assez pensive. Toujours est-il, qu’elle ne se permit pas la moindre remarque, estimant que si la demoiselle voulait en parler, elle le ferait d’elle-même. Elle avait bien conscience que ce n’était pas toujours simple et, parler à une inconnue, n’était pas non plus une envie subite qui prenait les gens comme ça. Alors, elle continua à prendre des vêtements, ajoutant à son bras des t-shirts, des décolletés plongeants, une robe échancrée dans le dos jusqu’à la naissance des fesses (d’un blanc presque outrageusement transparent), elle ajouta quelques jupes, un short et quelques jeans également. Son salaire de patrouilleuse n’était pas énorme – il fallait quand même avouer qu’elle restait fonctionnaire de l’état, mais n’ayant ni enfants, ni salariés à payer, elle pouvait se permettre de le dépenser comme bon il lui semblait. Et puis, qu’elle autre façon de dépenser pouvait-il exister qu’en faisant du shopping ? Elle aimait bien trop ça pour s’en passer. « Hm… » Elle réfléchit un instant, ne comprenant pas trop les doutes de son interlocutrice, mais essaya. « Je suis sûre que tu resteras très belle et désirable par la suite. » Tenta la jeune femme, en lui faisant un clin d’œil appuyé d’un petit sourire. Qu’est-ce qui pouvait l’inquiéter, à part de voir son corps tellement changer, que le regard de l’être aimé ne vienne à – à son tour – changer.  En soit, elle n’en savait trop rien, ne désirant pas avoir d’enfants et ne cherchant – en aucun cas, à en avoir. Alors bon, c’était une question qu’elle ne s’était jamais réellement posée, préférant se concentrer sur sa vie. Elle avait bien trop de choses à gérer pour se préoccuper d’une éventuelle utilité à son utérus.
La patrouilleuse éclata d’un rire sincère. « Il n’y a aucun mal à ça, je suis même sûre qu’il sait te rendre très heureuse ! » Elle eut un petit sourire. « Pour ma part, j’aime trop ma liberté et mon indépendance pour me laisser attraper par ce genre d’homme. » Elle roula des yeux. « M’enfin, c’est sûrement parce que je passe mon temps à diriger ceux de la caserne, mon avis n’est plus très objectif si tu veux tout savoir ! » Elle eut un petit sourire. C’était l’entière vérité. Entre gérer les couilles des incapables, ou des caractères forts comme celui (passé en tout cas) de Monroe et celui de Finnegan, elle n’était pas sortie de l’auberge. Forcée de jouer au dragon au bureau, elle se refusait de faire de même chez elle. Hors de question. Ainsi donc, elle se contentait d’amants et de parties de jambe en l’air, ça la contentait pleinement. Et quand ce n’était pas le cas, elle n’hésitait pas à le faire savoir. « Je te tiendrai au courant et avec grand plaisir ! » Elle eut un léger sourire, appréciant cette conversation. Avoir la jeune Lyra avec elle dans un bar serait une très bonne idée. « Oh mais qu’elle bonne idée ! » Qui s’enchaîna de suite par une nouvelle. « Samedi, ça te dit ? » Elle n’allait pas laisser passer une aussi bonne occasion de la traîner à une soirée de célibataire. En plus, elle avait bien envie de s’amuser et de coller quelques râteaux. Certes, elle n’avait plus vingt ans, mais ça restait quand même très drôle. Beaucoup trop drôle, il fallait se l’avouer.

Finalement, Lyra semble prendre quelques vêtements, alors qu’Ulyana croule littéralement sous les choix de vêtements. Eclatant d’un rire amusé, elle hoche la tête. « Oui je pense que c’est une bonne idée ! » Elle réfléchit un instant. « Je pense qu’on va faire les deux, je n’ai pas fini mon shopping, crois-moi ! » Elle avait presque une paye entière à dépenser, alors ça pour ne pas avoir fini, ce n’était pas fini ! Se dirigeant toutes les deux vers les cabines, elles eurent la chance de pouvoir en prendre une chacune qui étaient côte à côte. Ulyana s’engouffra dans celle de gauche, laissant l’autre à son amie. Sans aucune gêne, elle tira le rideau et, sans réfléchir, se mit en sous-vêtements. Elle enfila une première tenue, une robe noire, courte, dos nue. Enfila une paire d’escarpins qu’elle avait pris à la va-vite en se dirigeant vers les cabines et sortit. Elle fit face au miroir qui était au fond de la cabine dont elle venait de sortir, faisant quelques tours sur elle-même. Dubitative.


qu'importe la souillure de ton sang, si tu me barres la route, je t'écraserai, si tu oses cracher sur le gouvernement qui ta garde en vie, je t'exécuterai — .
le devoir
avant
tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Shopping entre filles ◊ Lyra   

Revenir en haut Aller en bas
 

Shopping entre filles ◊ Lyra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Shopping entre amie ! [PV Lydia]
» Katie et Veronica: Shopping entre filles
» Une soirée entre filles {Alexis}
» Après-midi entre filles [PV Lizzy]
» Journée shopping entre filles. [Neïla]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Brindleyplace-