SYSTÈME DE JEU

MS se veut évolutif, vous pouvez donc découvrir dans ce sujet toutes les modalités de ce système, allant des complots entre joueurs, aux fausses fiches qui renversent tout le jeu.

SUJETS A VISITER

NOS SCÉNARIOS

la reine
cousin - relation ambiguë
collègue, partenaire - amour ?
esclave personnel - royal
pleins d'autres ici




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Be Pure, Be Perfect (évent)



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Partie évent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Sam 9 Sep - 20:26

avatar



MESSAGES : 260 EMPLOI : Etudiant en journalisme

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Les choses étaient en train de dégénérer totalement et Sebastian ne savait pas vraiment comment agir, ou réagir. Il était arrivé à se rapprocher assez de Margeory tout en cherchant Tristan du regard ! Diable, ou est-ce que pouvez être son aîné ? Et pourquoi est-ce que l’Ordre n’avait pas l’air d’agir un peu plus ? L’intervention d’Huxley et Chatterton était… plus que moyenne, pour ne pas dire foireuse, comparé à ce que l’on reprochait, mais en même temps à deux contre tous les Impurs qui pestaient plus ou moins, contre Monroe, contre l’esclave à l’arme à feu, il est vrai qu’ils étaient légèrement désavantagés. Est-ce que son père était dans les environs ? Il n’eut pas vraiment le temps de dire autre chose qu’une voix s’éleva, le faisant se retourner brusquement. Il fronça les sourcils en entendant les paroles… C’était quoi cet… illuminé, fou, abruti ? Seigneur des Ténèbres, c’était vraiment un pseudo’ ridicule même s’il voyait plus ou moins de quoi il parlait. Ce type à cause de qui tout le monde tant de Purs étaient morts. Cet être maléfique. Il n’avait même pas envie de faire un commentaire acerbe sur ce pseudonyme, surnom, appellation ou peu importe comment on peut appeler ça. Il n’avait pas envie de le provoquer, juste au cas où. Ça serait bien stupide. Il regarda sa future belle-sœur avant de chercher Ulyana du regard. Est-ce qu’elle allait intervenir, est-ce qu’un de ces Impurs allaient dire quelque chose, en profiter pour lui faire sa fête, maintenant qu’il n’y avait plus de magie ?

Il lui semblait que l’histoire disait qu’il était Mort, mais bon, avec la magie visiblement beaucoup de choses étaient possible et il était bien plus simple de se faire passer pour Mort quand on est vivant que l’inverse –logique, logique-. Il sentait l’ambiance tendue… quelqu’un allait faire une erreur c’était certain, la soirée allait être un carnage. Et soudain, enfin, au bout de quelques instants qui avaient paru lui durer des dizaines de minutes, Tywain réagi, il se fit un peu pousser histoire d’être bien protégé et qu’il n’arrive rien à son petit cul royal… mais si magie il y avait, ce n’était pas quelques gardes bien entrainés qui allaient pouvoir faire la différence, il n’y avait qu’à voir avec la seconde apparition de la magie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 9 Sep - 20:39

avatar



MESSAGES : 184 EMPLOI : Informaticien

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Et il y avait ce Yaxley, dont il avait entendu parler à… il ne avait plus quelle occasion qui commentait également ce fameux « débat » fort intéressant si on pouvait voir les choses comme ça. Fletch’, haussa les épaules et répondit tout aussi doucement à l’homme aux cheveux blancs ca a l’air d’être une critique fréquente chez vous, un peu comme notre « fils de pute », est-ce que je me trompe ? Et puis les choses dégénèrent un peu plus beaucoup même, quand un type avec un costume digne de la faucheuse et un masque qui aurait fait pâlir celui de Jackson dans vendredi 13 si ses souvenirs de films d’horreurs n’étaient pas trop mauvais, mais il pouvait confondre ! Il écouta attentivement le discours, et allait dire quelque chose haut et fort, mais cette castratrice de Tywain avait décidé de faire son boulot pour une fois. Heureusement pour le Jackson-Faucheuse, il n’y avait pas de route passante à côté… Il regarda Yaxley et s’approcha encore plus de lui avant de lui souffler, encore plus doucement Il est pas censé être mort ce Seigneur des ténèbres ? personnellement, il avait plus envie de l’appeler le sans-nez… ou Captain Faucheuse. Mais cet humour noir n’aurait probablement fait rire que lui, alors il se tut… histoire de se montrer un minimum respectueux envers toutes les victimes qu’il avait pu faire… si c’était lui. Ca serait pas un genre de… Spartacus, genre tout le monde va dire « non c’est moi le seigneur des ténèbres ? »… ou alors peut-être un cheval de Troie. C’est dommage, il aurait bien commenté de façon plus avantageuse et drôle la situation, mais quelque chose lui disait que ça aussi ça serait mal vu. Les gens avaient vraiment une limite très restreinte dans l’humour et la plupart étaient des gros coincés qui ne connaissaient pas l’auto dérision et rire de ce qui faisait peur…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 9 Sep - 21:12

avatar



MESSAGES : 103 EMPLOI : Porte-parole de l'ODP

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: Un Fléreur
COMPÉTENCES:


La situation était déjà bien compliquée et Mathew ne savait plus trop à qui répondre en premier entre Evan et l’autre. Il dû se concentrer très fortement pour ne pas lever les yeux au ciel, et heureusement Valyra commença à répondre très justement. C’est comme pour tout… Les vaccins ne rendent pas la plupart des personnes malades n’est-ce pas ? Et pourtant, certains développent des maladies suite à l’injection de l’un d’eux… C’est un peu la même chose ici… Il préféra ne pas développer plus, mais après tout, comme pour tout, les effets indésirables n’étaient pas les mêmes pour tous et des personnes étaient plus sensibles : Miss Chatterton, t’as déjà fourni la réponse Eva, non ? continua-t-il calmement, doucement avant de se retourner vers l’homme armé qui ne semblait pas vouloir cédé…

Mais sa petite intervention ne tarda pas à être quasi ridicule avec ce qui suivit. Huxley ne put s’empêcher de sentir ses muscles se raidir en entendant le nom. Ce n’était pas possible…. Mais il préférait quand même rester sur ses gardes, ça ne serait pas la première fois que ce monstre faisait ce genre de tour et tout le monde sait où ça les avait emmené. Trop de sang avait déjà coulé, et s’il venait là, s’il était bien qui il prétendait –bien que Mathew en doutait plus que fortement- il avait certainement plus d’un tour dans son sac et avait dû prévoir une telle réaction de l’Ordre. Ulyana, attention, il est potentiellement très dangereux… C’est peut-être un piège. Bracelet de purification ou pas, surtout si ce dernier était défectueux, cela ne voulait pas dire qu’il le rendait également malade, juste peut-être qu’il ne marchait pas très bien… Il regarda un peu les autres sorcier et notamment Yaxley pour tenter de déceler une quelconque émotion sur son visage qui pourrait en dire long. Il vérifia d’un coup d’œil si Miss Ayling et le jeune Prince étaient bien toujours présents et en sécurité, ils avaient l’air d’être bien protégés… il tenta donc de repérer les autres membres de la famille Royale qui, si c’était un piège, pourraient être les premiers touchés… à moins que ce soient les « traitres de sang » comme Yaxley et tous les Purifiés. Il souffla à Valyra Tu en penses quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 9 Sep - 23:13

avatar



MESSAGES : 174 LOCALISATION : Dans son bureau, à composer ou jouer du violon EMPLOI : Violoniste professionnel

carnet personnel
DANS TA POCHE: un paquet de clopes, mon téléphone portable et un diapason.
TON PATRONUS: serait un pinson, bien évidemment.
COMPÉTENCES:


Apparemment, ta tentative de diversion est restée sans effet. Et du gaspillage pour rien. Zut. Qui plus est, tu as énervé la jeune femme à tes côtés. Oups. Tu vas devoir trouver quelque chose pour te faire pardonner, et très rapidement. Aussitôt, ton esprit tourne à mille à l’heure. Te faire pardonner. Cela doit forcément tourner autour de la nourriture, puisqu’il s’agit de la source de sa colère. Tu le vois, même si elle fait de son mieux pour le masquer. Tu tentes timidement un petit sourire gêné. Tu sais très exactement ce que tu vas lui proposer, à voir si elle l’accepte.

-Pardon… Je vous ramènerai des pots de confiture de fleurs de pissenlit pour me repentir de ce gaspillage. Vous verrez, c’est un peu particulier niveau goût mais c’est vraiment très bon, vous trouverez quoi en faire.

Tu n’as malheureusement pas le temps de parler plus longtemps, de lui expliquer combien cette confiture est excellente et difficile à trouver qu’une autre voix fend le silence. Aussitôt un frisson remonte le long de ta colonne vertébrale. Les propos tenus te suffisent pour te faire froid dans le dos. Purs. Cette manière de parler, de mépriser ceux qui se sont arrogé le droit de se qualifier de purs. Il n’y a que certains sorciers qui peuvent se permettre de tenir de tels propos. Des extrémistes. Tout ton être se tourne vers la source de ces mots. Et ce masque te fait froid dans le dos. Il te rappelle trop de souvenirs. Tu n’étais qu’un enfant mais tu n’a rien oublié. Le masque, le tatouage, les propos et anecdotes racontées par ton frère. Puis la surveillance, l’assignation à domicile. Non. Tu ne veux pas que cela recommence. Tu ne veux pas que ta famille replonge dans les ténèbres, vous l’avez bien trop chèrement payé.

Tu t’empares en vitesse de ton téléphone et envoies un sms à ta soeur pour la supplier de rester au manoir et de s’y barricader, de ne sortir sous aucun prétexte. Tu ajoutes que tu lui expliqueras la situation plus tard puis ton portable retrouve sa place dans ta poche. Ton attention se reporte sur cet homme masqué, celui qui se fait appeler le Seigneur des Ténèbres. Vers ce sorcier qu’il pousse devant lui, qui semble être bien mal en point. Tes sourcils se froncent. Qui manipule qui à présent ? Toi, ton camp est d’ors et déjà choisi, depuis la toute première seconde. Qu’importe l’intervention d’Ulyana. Tu sais que tu devrais te taire, que tu devrais faire profil bas étant donné qui tu es aux yeux de ceux qui se faisaient appeler mangemorts.

-J’ignore si se présenter en tant que Mangemort, pis encore en tant que Seigneur des Ténèbres, est de la bravoure, de la provocation ou de la stupidité à l’état brut. IL a exacerbé leur mépris pour les personnes différentes. IL les a poussés au meurtre d’innocents, qu’ils soient sorciers ou moldus. Et c’est justement à cause de lui, d’eux, que nous en sommes là aujourd’hui. Alors à votre place, je me planquerais au plus profond du marais le plus puant du pays et je me ferai oublier. Parce que sans vos pouvoirs, vous n’êtes rien de plus que ce que vous haïssez plus que tout au monde : un moldu. Et personne n’a besoin des ténèbres pour que la vérité soit faite sur ce qu’il se passe ici, sous nos yeux.

Es-tu fou, Saiph ? Les Avery sont réputés l’être. Tu es bien un digne héritier de ta famille. Tu aurais dû te taire. Tu es un carcmol, tu n’as pas fait la guerre, mais tu l’as subie de plein fouet. Ta famille, comme celle d’autres Sang-Purs, a été traitée extrêmement durement en représailles du passé. Alors tu as la haine envers ceux celui qui a poussé un groupe minoritaire au génocide. Tu le hais profondément. Et il est hors de question qu’une fois de plus un des tiens soit stigmatisé. La colère et la haine couvent suffisamment comme cela, la moindre étincelle pourrait amener à un nouveau massacre. Tu ne veux pas. Cela ne doit pas arriver… Et c’est pour cela que tu as préféré donner clairement ta position, contre ce genre de personne, contre ce fou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Dim 10 Sep - 13:32

avatar



MESSAGES : 273

carnet personnel
DANS TA POCHE: Une vieille photo de sa fille Iseult dans ses bras et un calpin aux armoirires des Yaxley où il note diverses idées pour des médicaments à venir.
TON PATRONUS: Le sien était un chat. Symbole de moquerie pour certains, mais qui correspondait parfaitement à Archibald.
COMPÉTENCES:



   

   
Be pure, Be perfect
Archibald • tout le monde
La situation échappe totalement aux forces de l'ordre. Dire que j'en viens à regretter Scrimgeour ! A l'époque, je n'avais de cesse de me plaindre de feu le ministre de la magie dans son zèle alors qu'il était directeur du bureau des aurors. Avec un amusement non dissimulé dans les yeux, je n'esquisse pas le moindre geste pour les aider, au contraire du jeune héritier Avery. Ils se croient être les maîtres du monde ? Qu'ils assument pleinement toutes les finalités d'un rôle qu'ils veulent tant usurpés !

Finalement, le jeune homme en fauteuil roulant m'adresse un commentaire vis-à-vis de l'insulte qui est adressé au porte-parole de l'ordre du phénix. Je réfléchis quelques instants avant de répondre :

-Ne soyez pas déçu : les insultes de bâtardises existent aussi chez les sorciers, surtout si des questions d'héritage astronomiques sont en jeu.

Quelques exemples me viennent en tête sans trop me forcer. Certains cas sont plus retentissants que d'autres bien sûr. Mais je me garde bien à dire que parmi mes pairs, être insulté de traître à son sang est bien plus grave que d'être un bâtard. Après tout, on peut être un bâtard au sang si pur et fondé une lignée prestigieuse. En revanche, être traître à son sang est bien plus néfaste pour le prestige familial. Ce n'est pas pour rien que les Weasley ont été renié à plusieurs reprises.

Puis un invité de dernière minute arrive. Mon sang se glace lorsqu'il se présente. Je parviens à rester impassible grâce à l'éducation que j'ai reçu.

Le seigneur des Ténèbres, de nouveau parmi nous ?

Comment serait-ce possible ?


Mes pensées font écho à l'interrogation de l'homme avec qui j'ai échangé quelques paroles. Pourtant, je ne les partage pas en cet instant. A la place, je me mure dans le silence, le dos raide.

Alors que l'homme m'adresse cette insulte désormais si familière à mes oreilles, mon esprit s'agite et des vieux souvenirs me reviennent en mémoire. Des souvenirs de mon père me décrivant son ancien camarade de promotion, Tom Elvis Jedusor, le noble descendant de Salazar Serpentard. Si la stature pourrait convenir, son phrasé est si étrange pour quelqu'un défendant les vrais familles sang-pur. De plus, d'autres choses manquent pour certifier son identité et ses agissements. Et si...

Je suis tiré de mes réflexions par la réplique hasardeuse d'Avery. Hasardeuse est un terme poli pour dire suicidaire. Car, même si cela ne devait pas être le descendant de Salazar Serpentard, un seigneur des ténèbres demeure un mage noir, à l'instar de Grindelwald ou du Seigneur des Ténèbres.

-Taisez-vous, Avery !

Je ne peux que prier que pour mon ordre à l'attention de Saiph Avery soit suivi, voire qu'il me rejoigne à mes côtés. Sa jeunesse ne l'excusera pas si les choses viennent à dégénérer contre lui à cause de son comportement de Gryffondor. Je ne suis pas encore assez égoiste ou lâche pour ne rien faire alors qu'un membre d'une noble famille risque un décès prématuré. Nous ne sommes plus assez pour permettre ce genre de comportement.

Finalement, je décide de porter pleinement mon attention sur cet invité impromptu. Afin de trouver un courage bien loin de ce que je possède (je suis Serpentard, merci beaucoup), j'adopte l'attitude du patriarche de la noble, ancienne et glorieuse maison des Yaxley. Cela sera sûrement une vaine protection si les doloris et les avadas, se mettent à pleuvoir.

-Je ne vous permets pas d'insulter le patriarche de la noble, ancienne et illustre famille des Yaxley.

Ma voix est glaciale alors que je commence à défendre mon honneur. Pour un peu, si on était dans une autre époque, j'aurais montré à cet impertinent que je suis bien un cousin des Black.

-D'ailleurs, qui est le plus imbécile de nous deux ? Moi pour m'être agenouillé devant les Archdeacon ou vous pour être venu aujourd'hui ?

Pour survivre, j'ai fait des choix insensés que je regrette aujourd'hui. J'ai énormément de regrets, le plus important étant bien entendu ma fille. Mais ces choix insensés, si je les regrette, m'ont sauvé la vie. Cependant, je doute fort que cela sera le cas pour le Seigneur des Ténèbres avec sa venue ce jour.

Je sais que je viens de faire un choix déterminant. Les secondes à venir seront cruciales pour savoir si j'ai bien choisi. Si ma vie doit prendre fin maintenant, j'ai la vague satisfaction de savoir que ma fille sait et peut agir en conséquence.
Fiche codée par NyxBanana


ARCHIBALD YAXLEY ✽
Membre de la fière famille des Yaxley, cousin des Black et Purifié à la solde du gouvernement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 12 Sep - 19:32

avatar



MESSAGES : 241 LOCALISATION : Quelque part dans Birmingham, occupée. EMPLOI : Purificatrice au service du Gouvernement Anglais.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un miroir de poche, un rouge à lèvres sanguin, et quelques chewing-gums.
TON PATRONUS: Sans aucun doute une oie.
COMPÉTENCES:


Valyra oublia rapidement la nourriture qui parcourait son échine quand elle entendit des mots ténébreux derrière son dos. Essayant d’avoir dans son champ de vision le malade à la gâchette et le nouveau débile qui voulait faire peur à tout le monde. Elle découvrit, frappée d’horreur, un masque décrit dans les livres d’histoire. Qui pouvait donc être assez con pour se comporter de la sorte ? Terrorisée, elle ne savait que faire, quoi dire. Qui donc pouvait se jouer des Purs ainsi ? Qui donc pouvait trouver ça drôle, intéressant ? Pourquoi diable se comporter de la sorte ? La blonde ne voyait pas l’intérêt, si ce n’est… Faire peur. Pourquoi ? Pourquoi fallait-il que la peur soit le motif de leur comportement ? Pourquoi avaient-ils toujours besoin de chercher à inquiéter le monde ? A faire flipper les personnes dénuées de magie ? Ou était-ce leur seule façon de communiquer ? Un extrémiste, un fou qui avait sans doute été l’un des partisans de l’autre débile de Voldemort. Sans doute un de ceux qui auraient été ravis de voir le Seigneur des Ténèbres vaincre. Elle nota l’arrivée en trombe de l’Ordre qui rapidement, pris les choses en main. Son cœur se relâcha dans sa poitrine. C’était bon. Ils étaient là. Ils allaient tout arranger non ? Ils ne risquaient plus rien ? Les armes pleuvaient autour d’eux et elle ne comprenait pas pourquoi il était encore debout. Des foutus sorciers avaient fait exploser sa famille et voilà qu’on hésitait ? voilà qu’on lui parlait ? Pourquoi diable ne tiraient-ils pas, sans réfléchir ? N’était-ce pas une menace ? Elle décida néanmoins de revenir sur le bracelet du jeune homme. « Con… Concernant le bra… bracelet dont vous parlez. » Elle respira. Inspira. Expira. « Il n’est pas exclu qu’il soit défectueux, nous en posons des miliers par jour, je trouve que deux seulement ce n’est pas énorme. » elle soupira. « Sachez qu’il y a des études en cours sur le virus, voir s’il ne pourrait pas être la cause de certains dysfonctionnements. C’est en cours d’analyse. » Elle soupira. Evan le savait, puisqu’elle avait réalisé une prise de sang lors de sa visite au manoir, après, elle ne lui avait pas tout dit, parce qu’elle n’avait pas pu le recroiser concernant ses analyses avant ce jour-là. Elle lui en voulait de se comporter comme un con et, d’un autre côté, n’aurait-elle pas fait la même chose dans sa situation ? La peur faisait parfois faire des choses inconsidérées. Elle l’entendait parfaitement.  

Mathew finit par lui adresser la parole. « Je ne sais pas, tout ce que je sais, c’est que ça va effrayer les Impurs purifiés. Et les Purs. Si nous ne pouvons pas protéger les Purs via la purification, alors ça risque d’être une véritable guerre civile. » Elle était paniquée, elle n’aurait jamais cru que ça pouvait se terminer comme ça. Toujours en chuchotant, elle poursuivie. « Il faut vite qu’on trouve un moyen de calmer les foules, de retirer les bracelets s’il faut, de faire quelque chose pour calmer les esprits. Ou le tourner en ridicule, n’importe quoi. Les gens n’oublieront pas la menace si la purification ne fonctionne plus. » Elle en était, tristement, persuadée.


Un jour je t'expliquerai pourquoi le sang qui coule dans tes veines se diffère tellement du mien. Un jour tu comprendras qu'il n'y a parfois que quelques gouttes qui font toutes une vie de pureté. — .
il n'existera ni limite
ni frontière
à la purification.
de tes maux
tu seras soulagé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 12 Sep - 19:53

avatar



MESSAGES : 1131 LOCALISATION : Dans les rues de Birmingham, protégeant le peuple Anglais. EMPLOI : Patrouilleuse et chef des Patrouilleurs au sein de l'Ordre du Phénix.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un rouge à lèvre bordeaux, pour contraster avec son uniforme rouge sang. Une petite fiole de poison, c'est toujours utile, et une lame, effilée et tranchante, comme son caractère.
TON PATRONUS: Il s'agirait sans doute d'une panthère, rusée et discrète mais terriblement dangereuse.
COMPÉTENCES:


Ils doivent agir vite. Deux menaces. En éliminer une. Ils n’ont pas le choix. Elle doit se dégager le champ d’action, sinon, ils seront trop vite débordés. De quelques gestes discrets de la main, expert, elle informa ses hommes qu’elle allait s’occuper de l’Impur suicidaire. Pendant qu’eux s’occuperaient de garder en joue l’homme masqué. Un autre fou. Décidément, ils avaient tous décidés de l’emmerder le jour d’une nouvelle cérémonie, le jour où, effectivement, tous retrouvaient confiance et sécurité. Bien sûr. Sinon ce n’était pas drôle. N’avaient-ils pas suffisamment enduré avec le retour de la magie et l’attentat ? Etait-ce réellement nécessaire de venir foutre la merde gratuitement une nouvelle fois ? Apparemment. Des fois elle ne comprenait vraiment rien aux comportements des sorciers. D’un rapide coup d’œil, elle évalue la situation. Tirer dans l’Impur est jouable, mais entraînera sans doute une blessure mortelle, ou risquerait de blesser le Pur qu’il tient en joue. Derrière lui, un arbre, quelques mètres, ligne de tir clair. Elle n’hésite qu’une fraction de seconde avant de tirer. Sans qu’elle ne se l’explique, la balle ne touche ni le Pur, ni l’Impur. Elle arrive pile poil dans l’arbre visé, sans aucun dommage collatéral. L’Impur, terrifié, lâche un court instant le Pur. Suffisamment de temps pour qu’il s’échappe de l’étreinte de ce dernier et que, Kieran, jusqu’alors disparu, plaque violemment contre le sol l’esclave. Il lui retire l’arme des mains, Ulyana se concentrant à nouveau sur l’homme masqué. Ce dernier ne semblait pas prendre conscience de l’entourage autour de lui, de sa position. « Je vous le répète une dernière fois. Vous lâchez ce Purifié et vous ôtez votre masque. » Clama la chef des patrouilleurs. Il était strictement hors de question qu’elle laisse un bouffon pareil faire sa loi. Dans son dos, elle savait que Kieran avait parfaitement la situation en main et que l’Impur serait traîné devant la justice – et sans doute mis à mort pour le comportement dont il avait fait preuve.
Les armes toujours braquées devant l’homme masqué, ils attendaient un mouvement, n’importe quoi. Autour d’elle, elle entendait les Purs s’agiter, se prêter au jeu de la provocation. Avery, Yaxley. Forcément, des familles sorcières se devaient de donner du répondant. Même des années plus tard, ils semblaient accorder de l’importance à leur défunt statut et prôner un honneur bien enterré. Ils étaient pathétiques.


qu'importe la souillure de ton sang, si tu me barres la route, je t'écraserai, si tu oses cracher sur le gouvernement qui ta garde en vie, je t'exécuterai — .
le devoir
avant
tout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 16 Sep - 12:45

avatar



MESSAGES : 205

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:




Be Pure, Be Perfect

Ft. beaucoup de monde



Face au Palais


Vous auriez tous dû profiter d’un événement sans encombre. Tous. Sans exception. Mais il a fallu que  ce foutu ex Patrouilleur de merde la ramène. Évidemment ! La mine froissée par la rage, tu croises tes bras sur ton ventre, zieutant la foule avec inquiétude. Tu aperçois brièvement le Prince @Sebastian Archdeacon, qui s’approche. Tu fais mine de ne pas le remarquer, de plus en plus mal à l’aise à mesure que le Patrouilleur vocifère, à ce point que ton sang ne fait qu’un tour lorsqu’un esclave de @Valyra Chatterton met en joue un Pur. Heureusement, c’est ce moment que choisissent deux gardes royaux pour intervenir et vous éloigner, le Prince et toi, sans savoir qu’ils vous menaient vers un autre guet-apens, celui-ci bien pire que le premier. Les lèvres figées, tu écoutes les inepties du type masqué, ne te rappelant que vaguement de ce que racontent les livres d’Histoire à son sujet. Sans même t’inquiéter du qu’en dira-t-on, tu saisis la main du Prince avec familiarité – peut-être trop pour les usages protocolaires habituels – et tu l’entraînes à ta suite, aussi loin que possible du nouveau venu. Tu ne tiens franchement pas à ce que deux membres de la Haute perdent la vie à cause d’un fou furieux, encore moins s’il l’un d’entre eux s’avère être… toi. Les traits nerveux, la main gauche sur ton ventre afin, de faciliter ton passage à travers la foule en te « rétrécissant » autant que possible, la main droite ne lâchant pas même d’un cheveu la main du dernier fils Archdeacon, tu ne sens ta pression s’envoler que lorsque vous vous êtes suffisamment écartés des lieux pour respirer.




"God Bless the Child"
Where have all the feelings gone? Why is the deadliest sin - to love as I loved you? Now unblessed, homesick in time, soon to be freed from care, from human pain. My tale is the most bitter truth: Time pays us but with earth and dust, and a dark, silent grave. Remember, my child: Without innocence the cross is only iron, hope is only an illusion and Ocean Soul's nothing but a name... The Child bless thee and keep thee forever... ♛ by Nightwish.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 16 Sep - 15:29

avatar



MESSAGES : 158 EMPLOI : Occupé à changer vos habitudes, à ruiner vos vies, à distribuer espoir et mélancolie.



Purification de masse

we have to protect the people




Samedi 26 août 2017

La Magie, éternelle question du monde actuel. N’est-ce pas ? Alors que les uns font le choix judicieux que de se taire et d’écouter, d’autres l’ouvrent, protestent, vocifèrent. Agissent. Sauvent même une partie de la situation, comme cette patrouilleuse et son tir raté qui parvient tout de même à effrayer suffisamment l’impur pour qu’il cherche à fuir. En vain. Pire encore : certains remettent en doute la légitimité de l’homme qui vient de haranguer la foule, appuyant la parole du pauvre impur menotté. Un rire glacial pourfend aussitôt l’air, résonnant çà et là, suscitant frissons incontrôlables le long de l’échine pour les plus lâches. Plus menaçant que jamais, l’homme lève les bras sur les côtés. Quand le rire retombe enfin, c’est un silence froid, cruel et inquisiteur qui s’installe enfin.

Puis :

— Avery… Qui eût cru que ce nom tomberait si bas un jour, rétorque-t-il d’une voix sifflante. Cracmol, hein ? Pas étonnant, alors, que le petit rejeton ait tourné le dos à tous les sorciers de ce monde ! N’en avez-vous pas marre de ces parvenus qui vivent la belle vie pendant que vous tous subissez la Haine de vos Maîtres ?! Est-ce un Avery qui, de toute façon, n’a jamais connu la Magie et ne la connaîtra jamais que vous allez écouter, ou celui qui réclame Justice ?!

L’homme marque une pause, jette un regard à la rouquine qui fuit, le bon petit Prince à sa suite.

— Quant à vous, Sir Yaxley, je vous aurais cru plus malin, reprend l’homme de sa voix sifflante. Il faut croire que l’âge vous a rendu faible, bête et sénile ! Comme si la Magie pouvait réellement mourir… Vous l’avez vu de vos propres yeux, non ?! clame le Seigneur des Ténèbres. Quand les Obscurus ont déferlé sur la ville, qui de vous a remis en cause l’existence de la Magie ? C’est comme cette lâche et misérable Ana Blackwood décédée, seuls les ignares n’ont pas compris qui elle était, et pourquoi elle a perdu la vie ! Quelque chose rend notre Magie instable et cherche à la faire disparaître… Qui d’entre vous a déjà cherché à comprendre quoi ? – Nouvelle pause, l’homme inspire profondément. – Mais ils ne peuvent pas la tuer, et s’il faut vous le prouver, autant punir les traîtres à leur sang… Non ?

Un rire sardonique s’élève et, quand le Mage Noir s’apaise de nouveau et reprend, c’est pour préciser qu’il n’écarte pas la possibilité d’un raté justement à cause de cette instabilité magique, mais qu’il n’est évidemment pas assez fou pour n’avoir pas prévu quelque chose : « au cas où ». Sa baguette pointée vers @Saiph Avery, l’homme prononce distinctement la formule de l’Imperium, ordonnant mentalement à sa victime de révéler absolument tout ce qu’il sait d’@Archibald Yaxley.

— Archibald Yaxley est l’un de mes plus fidèles anciens serviteurs, c’est un traître à la Noble Cause des sang-purs. J’ignore comment il a pu conserver sa liberté malgré son passé, je suis plutôt curieux de l’apprendre à vrai dire, paraît réfléchir l’homme, de son ton toujours aussi froid. Pourquoi des Moldus qui nous craignent prendraient-ils le risque d’accorder de tels privilèges à l’un des plus dangereux Mangemorts d’autrefois ?

Puis, comme si la possibilité qu’un Imperium réalisé sur soi-même puisse durer aussi longtemps qu’un Imperium lambda n’existait pas, le Mage Noir se met soudain à secouer sa tête comme s’il sortait d’un mauvais rêve. La voix, glaciale, mais frémissante de bonheur, s’élève alors une dernière fois pour faire ses adieux. L’instant d’après, un épais nuage de fumée s’élève autour de lui. Quand celui-ci s’estompe, le Mangemort paraît avoir disparu, laissant derrière lui filtrer de nombreux commérages. Parmi ces commérages, un se démarque des autres…

Il doute.

Il doute du bien-fondé de cette société, lui, le sorcier qui s’y est pourtant soumis de plein gré. Les yeux cherchant éperdument de l’aide, un soutien quelconque, quelqu’un pour le rassurer, l’Impur finit tout de même par craquer. La peur du passé. La peur du présent. La peur de l’avenir… Lui aussi a constaté la progression de cette épidémie, cette foutue maladie qui a emporté sa bien-aimée femme, également purifiée sur du volontariat… Oh ça… Sans se rendre compte de ses propres gestes, l’inconnu glisse une main dans la poche de son veston afin d’en sortir un cran d’arrêt. Et bondit sur une Pure, au hasard, menaçant de mettre fin à ses jours si le Gouvernement ne leur dit pas enfin toute la vérité.

Il ne s’agit plus seulement d’une tentative de fuite d’un futur purifié, avec lui… oh ça, lui, il tuera vraiment cette pauvre femme – @Rozen Llewellyn – si on ne lui dit pas toute la vérité.

— POURQUOI MA FEMME EST-ELLE MORTE ?! hurle-t-il, des larmes roulant sur ses joues… Est-ce que c’est vrai ? Ce qu’il disait ? Vous préparez un génocide ! C’est ça ?! Ou vous allez me faire croire que c'est encore un bracelet défaillant, hein ?!

NOUVEAU DÉ POUR L'EVENT.
1) Le sortilège ne fonctionne pas.
2) Le sortilège fonctionne, mais diminué de 50% (donc dégâts diminués de 50%).
3) Le sortilège se retourne contre le lanceur.
4) Le sortilège fonctionne, mais augmenté de 50% (donc 50% de dégâts en plus du sortilège de base).
5) Le sortilège ne fonctionne pas.
6) Le sortilège se transforme en un « tarantaguela ».
Ce dé n'est utilisable que pour le destin.

Dans le cas du 2), l'effet sur les victimes dure 2 tours (donc 2 réponses pour le/les joueur(s) concerné(s)).
Dans le cas du 4), l'effet ne dure que pendant un tour.
Dans le cas du 6), pour que le sortilège disparaisse, il faudra tirer à nouveau le dé (et prendre en compte les jets suivants).

1) Le sortilège perdure (relancer à chaque réponse ou pour chaque joueur souhaitant le faire disparaître).
2) Le sortilège disparaît pour cette réponse, réapparaît à la réponse suivante.
3) Le sortilège s'emballe et devient une multitudes de petites araignées.
4) Le sortilège disparaît définitivement.
5) Le sortilège disparaît pour cette réponse, réapparaît à la réponse suivante.
6) Le sortilège se dédouble.
Il peut être lancé par tout le monde, mais merci de prendre en compte les réponses précédentes et de ne le relancer que si c'est nécessaire.

C'est le dé "évent purification" qu'il faut lancer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 17 Sep - 2:08

avatar



MESSAGES : 174 LOCALISATION : Dans son bureau, à composer ou jouer du violon EMPLOI : Violoniste professionnel

carnet personnel
DANS TA POCHE: un paquet de clopes, mon téléphone portable et un diapason.
TON PATRONUS: serait un pinson, bien évidemment.
COMPÉTENCES:


Te taire. La voix du patriarche @Archibald Yaxley te rappelle à l’ordre et, tel un enfant pris en faute, tu baisses la tête et gardes tes remarques pour toi. Tu commences même à amorcer un mouvement pour te rapprocher de ce semblant de figure d’autorité qui te rappelle ta petite enfance. Mais tu sais que ce n’est pas forcément une bonne idée, vos deux noms sont associés à une histoire bien sombre, à des massacres auxquels tu souhaiterais ne pas être associé. Tout comme il est aussi un des rares à pouvoir accepter de défendre l’honneur de ta famille. Peu importe tes sombres origines, tu n’es pas prêt à laisser quelqu’un cracher sur ton nom. C’est même hors de question. Mais tu n’as besoin de personne pour te défendre verbalement. Alors finalement, tu restes sur place.

C’est attentivement que tu écoutes les propos de l’ancien mangemort, qui rappelle au passage la position sociale qu’il avait, avant que la frontière entre moldus et sorciers ne s’effondre. Au moins, il confirme ceux que tu tenais quelques instants plus tôt. Tu aurais préféré que les événements se déroulent autrement. Tu aurais préféré que la haine et la peur ne viennent pas altérer les points de vue, que seule la vérité compte dans cette nouvelle société hétéroclite. Tous les sorciers ici présents ont fait un choix, plus ou moins difficile, avec plus ou moins de regrets, et en étant plus ou moins lucides sur leur situation et leurs possibilités. Et c’est pour cette raison que, aujourd’hui, cet homme masqué essaye de raviver un brasier déjà trop prompt à s’enflammer. C’est ainsi que tu vois les choses.

Par contre, les insultes à l’égard de ton nom passent mal. Et c’est, provocateur, que tu adresses à ce bouffon un doigt d’honneur bien peu discret tout en gardant la tête haute. Même si tu bou de l’intérieur, il ne faut montrer que ses propos t’atteignent, il ne faut pas que tu laisses apparaître la moindre faille. Tu connais la magie, et si tu ne pourras jamais l’utiliser, elle coule quand même dans tes veines, quelque part au plus profond de ton être. Tu sais ce qu’elle représente, tu connais ses utilisations, bonnes ou mauvaises. Non, tu es loin de tout savoir mais toi aussi, tu as vu les créatures magiques, ton frère s’amuser à apprendre pléthore de sortilèges. Toi aussi tu as souffert en passant par l’Orphelinat, en grandissant en tant que Cracmol. Alors oui, tu es un privilégié, mais croire que tu n’as jamais eu à souffrir de cette situation est une aberration.

-Merci de ne pas faire l’amalgame entre celui ne pouvant pas faire de magie, celui qui n’y connait rien et celui qui n’en a rien à faire. Ce sont des univers certes pas incompatibles mais non inclus les uns dans les autres. Apprenez à faire la différence.

Tu as du mal à te reconnaître, Saiph. Tu as du mal à trouver dans ton attitude le jeune homme un peu fou que tu es depuis ta plus tendre enfance. Non, en fait, tu as toujours ce grain de folie, mais cette fois tu parles avec assurance et détermination, dosant un peu mieux tes mots et retenant avec peine le “mais je crains que pour une personne aussi mentalement étriquée, apprendre soit mission impossible” qui n’aurait que mis le feu aux poudres. Et potentiellement te mettre en danger. Perspective qui t’inquiète profondément lorsqu’une baguette magique fait son apparition et se pointe sur toi. Les couleurs désertent ton visage et tu te crispes, impuissant, attendant l’issue peut-être fatale du sortilège qui t’est…

Impero ? Non mais c’est une blague ? Un Imperium sur toi ? Tu sais déjà ce que tu dois faire : lutter. Sauf que rien ne se passe comme cela le devrait. Non, au lieu de sentir un ordre s’imposer à toi, ta volonté te quitter, tu… Ne ressens rien. Absolument rien. Tu retiens un soupir de soulagement et te forces à décrisper chaque muscle de ton corps. Et lorsque c’est enfin bon…

-Raté.

Nouvelle et ultime provocation inconsciente. Heureusement, plus personne ne semble faire attention à toi lorsque le bouffon continue son petit discours avant de disparaître, tel un simple prestidigitateur. Tu es sûr et certain qu’il est encore dans les parages, alors tu regardes autour de toi. Mais tu ne vois pas ce sorcier qui s’approche de la demoiselle à tes côté, @Rozen Llewellyn, tu ne l'aperçois que trop tard, quand il commence à hurler. Ton regard s’arrête sur ces larmes qui dévalent ses joues. Douleur, perte de repères. Ton coeur se serre. Tu ne veux pas assister à un massacre. Pas une fois de plus. Pas en restant impuissant. Pas encore. Non. Alors tu te décides à intervenir.

-Vous ne devriez pas faire cela… Tuer cette jeune femme ou vous faire tuer n’apportera ni réponse ni réconfort à qui que ce soit… J’ignore où est la vérité mais ce n’est pas en devenant un assassin qu’on peut l’obtenir, cela j’en suis sûr. Alors lâchez ce couteau avant de faire quelque chose que vous risquez de regretter par la suite…

Ta voix est vibrante de sincérité. Tu penses réellement ce que tu dis. Il n’obtiendra rien par la force et les menaces, seule la ruse peut fonctionner dans pareil contexte. Et toi, tu penses à ta mère. Abattue sous tes yeux. Le sang, les cris, les larmes. Rien ne justifie un massacre gratuit, qu’il soit sous le coup de la colère ou du désespoir. Encore moins le massacre de quelqu’un qui n’a jamais rien fait d’autre qu’essayer de protéger les siens ou qui s’est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Dim 17 Sep - 10:35

avatar



MESSAGES : 260 EMPLOI : Etudiant en journalisme

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Tout allait bien trop vite et il fut assez heureux qu’on les amène un peu plus loin. Joie qui ne fut que de courte durée vu ce qui suivit. Il ne savait plus trop comment réagir et avait juste envie de disparaitre, peut-être même pire qu’avec le fumée noire, ce dont parla l’homme… mais il n’y fit guère attention. En juin dernier, il y avait plus de curiosité qu’autre chose, ici il y avait les armes à feu et la violence pure. Ils pouvaient tirer dans n’importe qui et vu ce qui se disait ça serait probablement dans Yaxley, ou dans un quelconque noble, comme lui, comme Ayling. Il voulait juste sauver sa peau et celle de Margeory par la même occasion.

Il fut assez surpris lorsqu’elle lui prit la main pout l’entrainer plus loin. Loin de la foule, loin de tout ça. Fuir n’était peut-être pas très glorieux, mais visiblement nécessaire. Il ne savait pas trop quoi en penser, mais se faire tuer n’avancerait en rien, les Patrouilleurs règleraient leur compte à ces fous furieux. Il la suivait sans trop de mal, essayant de pousser quelques personnes qui étaient sur leur passage tout en s’excusant. Il espérait juste qu’il n’était pas trop rouge au niveau des joues, et cela n’avait rien à voir avec la chaleur de la pièce, peut-être un peu avec l’adrénaline, peut-être, et surtout, avec ce « doux » contact qu’il n’aurait jamais espéré ! Une fois assez éloigné il la regarda, cherchant de nouveau ses frères et sœurs, son mère et sa mère pour s’assurer qu’ils étaient eux aussi en sécurité, mais il n’en voyait aucun. Tu vas bien ? demanda-t-il en posant notamment son regard sur le ventre de la jeune femme qu’elle tenait toujours d’une main. Tristan devait venir ? Après tout, si une personne devait bien savoir où était quelqu’un de sa famille, c’était bien elle. Si au moins il pouvait en repérer un, ça serait pas mal. Il fallait qu’il se reprenne, que les usages soient de nouveau bien présents, mais il avait du mal, un peu trop perturbé par ce qui était en train de se passer Est-ce que vous voulez que l’on rentre au château pour se mettre en sécurité ? Ou bien est-ce que l’on attend que l’Ordre ait réglé ce souci ? Vu comme les choses se passaient, il y aurait probablement d’autres rebellions
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 17 Sep - 13:57

avatar



MESSAGES : 103 EMPLOI : Porte-parole de l'ODP

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: Un Fléreur
COMPÉTENCES:


Il soupira doucement. Est-ce que le bracelet était en cause, possible, mais comme il l’avait dit les vaccins étaient la preuve que l’on pouvait « soigner », aider, mais être aussi dangereux pour quelques personnes. Il secoua doucement la tête tout en se passant une main dans les cheveux ne sachant pas franchement quoi rajouter d’autre… et puis les choses s’accélérèrent, il était d’accord avec ce que disait Valyra, mais malheureusement à l’instant T, il n’avait pas beaucoup d’éléments pour trouver une autre répartie. Si les gens ne comprendraient que c’était comme des médicaments ou des vaccins, il était difficile de leur faire comprendre que tout ce que l’on faisait comportait des risques… mais il fallait éviter également la guerre civile. Il cherchait, il cherchait On ne peut pas enlever tous les bracelets… mais par contre, que chaque personne ne se sentant pas bien, malade viennent nous voir pour qu’on essaye de relativiser, de montrer que l’on agit pour le bien de tous. Il faudrait d’autres personnes que… moi... qui montre qu’elle est en bonne santé également. Forcément ce sont tous les râleurs, ceux qui ont des soucis qui réagissent aujourd’hui. Il faut montrer que c’est un faible pourcentage ! Malheureusement pour lui il ne put pas approfondir réellement tout ce qu’il disait parce que les choses tournaient encore plus « dramatiquement », c’était à croire qu’ils s’étaient tous donnés le mot pour se donner en spectacle ! Pathétique ! Imperium La formule magique résonna comme un coup de fouet dans sa tête Merde ! mais rien ne sembla se passer… à moins que ça ne soit pas encore visible. Il faut que l’on soit sur nos gardes ! On ne sait pas ce qui peut se passer avec cet imperium Si réellement imperium il y avait eu, qu’est-ce que ce fou avait pu exactement lui demander ? La question ne se posa trop longtemps car il disparut dans un nuage de fumée ou quelque chose s’en rapprochant. L’affaire aurait pu être résolue, finie e ils auraient pu continuer la journée presque normalement, mais comme on dit, jamais deux sans trois –à moins qu’ils en soient à 4 suivant comment on comptait les choses-. Rozen fut soudainement prise en otage par un hystérique visiblement dépressif et à bout.
Mais il pouvait comprendre. Il se posait la même question. Pourquoi est-ce qu’elle était morte. Pourquoi est-ce qu’elle ‘était trouvée là le jour de l’attentat perpétré par la Résistance. Pourquoi ?! Il pouvait le comprendre, mais prendre quelqu’un en otage était juste totalement débile. Il tenta de ne plus penser à sa feu-femme pour se concentrer sur l’homme qui hurlait . Est-ce que l’on peut savoir qui elle est dans un premier temps et ce qui s’est passé exactement. demanda-t-il d’une voix qui se voulait douce. Ce genre de type, c’était le pire, il n’avait plus rien à perdre. Le moindre mot de travers et les choses pouvaient dégénérer… et s’ils se débrouillaient bien, tous, il n’y aurait pas plus de mort aujourd’hui. Il espérait juste qu’Uly et compagnie ne le menaceraient pas et ne le tueraient pas alors qu’il avait peut-être des informations sur le bracelet défaillant. Il fallait comprendre le pourquoi du comment. Il fallait comprendre, pour éviter une émeute prochaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 17 Sep - 14:24

avatar



MESSAGES : 184 EMPLOI : Informaticien

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Ce n’est plus Birmingham qu’il allait falloir appeler cette ville mais Dramaland, ou alors wisteria lane, pour ceux qui aiment les Desesparate Housewife et songer à cette série dans un moment aussi dramatique, le fit douter un petit instant de son état mental. Il n’arrivait pas à se concentrer trop ce que l’homme à la voix chelou disait. Il s’en contrefichait la cacahuette. Et lorsqu’il disparut, il poussa un petit sifflement pseudo-admiratif Whoaw ! c’est mieux sur les effets spéciaux ce truc ! Une petite plaisanterie dans ce monde de brute ne ferait pas de mal n’est-ce pas ? Il se passa une main dans les cheveux tandis que Rozen se fit soudainement prendre en otage ! IL AVAIT OSE TOUCHER ROZEN CE FILS DE –BIP-. Il inspira. Expira. Ne pas agir stupidement. Ne pas agir stupidement. Se taire. Ne pas agir. Hey espèce d’enculé, lâche là ! Trop tard. Il était lancé, et irrémédiablement foutu. Tu vas maintenant faire plaisir à tout le monde, et lâcher mon amie qui n’a RIEN demandé à personne et surtout pas à des psychopathes, des fous ou des pseudos dépressifs. Elle ne t’a rien fait, si tu veux prendre quelqu’un en otage ait au moins l’intelligence de prendre quelqu’un à qui tu en veux… Hein, même si c’est stupide. On sait déjà comment ça sa finir, tu cas crever ou te faire emprisonné à vie, est-ce que c’est ce que tu veux ? Je suppose que tu n’en as rien à carrer… par ce que tu penses que ta vie est foutue. Alors on va prendre les choses autrement, est-ce que tu penses que ta femme voudrait que tu sacrifies une vie innocente pour elle ? Est-ce que son sang n’a pas suffi ? Pourquoi en faire couler d’autre ? Il inspira et planta son regard dans celui de Valyra. Qu’est-ce que vous compter faire contre ces bracelets  qui sont visiblement défectueux en nombre ? Et est-ce que vous pouvez vous renseigner, s’il vous sur ce qui est arrivé à la femme de cet homme. Il se tut quelques instants. Rozen file lui un gâteau, la bouffe ça aide toujours, surtout avec les tiens. Vous allez M’sieur,  ça ne résoudra pas vos soucis mais… vous apprécierait le goût. Et vous voyez on peut communiquer avec ces gens en rouge… sans prendre quelqu’un en otage ! A ce rythme là, si chacun y va de sa revendication, dans trois jours on est tous toujours là, et on ara tous pris quelqu’un en otage et on se sera fait prendre également au moins une fois en otage. Une bonne grosse discussion ne serait-elle pas plus profitable. Sans aucun tabou ou mensonge. La révolte allait gronder sinon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 17 Sep - 14:55

avatar



MESSAGES : 358 LOCALISATION : toujours en mouvement, un oeil sur tout ce qui l'entoure. EMPLOI : monstre à temps partiel, patrouilleur pour l'ordre autrement. a quitté l'ordre il y a quelques mois maintenant.

carnet personnel
DANS TA POCHE: des clopes, un briquet, des clés, un portable et deux ou trois papiers à balancer
TON PATRONUS: un ours très, très grumpy.
COMPÉTENCES:


Les catastrophes s'accumulent et tu ne pensais pas que cette journée puisse devenir aussi chaotique. Est-ce que tu t'en réjouis ? Sans doute un peu. Cette mascarade est loin de te plaire, ce que veut faire le gouvernement de vous est loin de te plaire. Cette purification de masse est une vaste blague, qui vise à tous vous rendre de plus en plus faibles. C'est pour cela que tu es intervenu, tu as pris part à ce début de rébellion. Mais non, les réponses ne te suffisent pas, et si tu t'apprêtes à relancer le débat, une nouvelle intervention t'en dissuade : l'apparition d'un mangemort qui se proclame seigneur des ténèbres. Même si ce nom fait un vague écho dans ton esprit, tout te semble lointain. Et comme d'habitude, tu n'arrives pas à ressentir la peur – ou bien juste un peu, mais ce n'est pas pour toi. C'est pour lui, Saiph qui se met en travers, Saiph que tu ne veux pas perdre, pas comme ça. Et bon sang, tu détestes la simple idée de tenir à quelqu'un à ce point. Tu restes pourtant en arrière-plan, silencieux pour une fois, bien que toujours sur tes gardes. Qui sait ce qui pourrait prendre à cet homme ? Si l'autre impur a préféré céder à la peur et à la fuite après son acte désespéré, celui-ci semble plus déterminé, mais aussi plus apte à utiliser la magie. Un Imperium qui ne semble pourtant pas fonctionner des masses, ce qui t'arrache un soupir de soulagement. Si la magie, elle aussi, n'est qu'un vague souvenir dans ton esprit, tu connais ses conséquences, les ravages qu'elle peut faire ; tu en as perdu la mémoire par le passé. Mais alors que la situation semble revenir au calme, alors que tu projettes d'aller attraper Saiph par le bras pour le tirer de là, un autre imprévu encore se place sur ton chemin et une fois de plus, la scène se fige. Un homme tient Rozen, couteau à la main, prêt à en découdre et certainement pas aussi apeuré que le premier impur. Immédiatement tu avances pour arriver tranquillement près de Saiph et l'attraper par le bras. Le moment n'est pas venu de jouer au héros, cet homme est désespéré, qui sait ce qui pourrait lui passer par la tête. « Monsieur Fletcher a raison. » Ca t'arrache la langue rien de devoir l'admettre. Mais le moment n'est pas à mettre de l'huile sur le feu – toi aussi, tu as tes intérêts pour vouloir garder Rozen Llewellyn en vie. « Vous ne vous en prenez pas à la bonne personne. Vous voulez vous venger ? Attrapez un patrouilleur ou un Archdeacon, puisque vous tenez tant que ça à vous faire entendre, pas un citoyen lambda. » Tu hausses les épaules, bien peu affecté par tes propres propos qui sont pourtant condamnables. Tu n'as pas grand chose à perdre de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 17 Sep - 17:05

avatar



MESSAGES : 1456 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:


Tout allait vite, trop vite. Elle entendait des bruits, des cris, des informations étranges et des échanges qui ne la rassuraient pas. Bousculée, poussée par les uns et par les autres, la jeune femme ne retrouvait que difficilement une direction appropriée, un chemin à suivre. Qui écouter ? Qui croire ? Elle ne savait même plus où était sa foutue maîtresse. Un tir, des cris à nouveau puis une arrestation. Ensuite, à nouveau des cris – sans doute ceux de l’Ordre, ajouté à des menaces, des déclarations, plus rien. Quand elle crut qu’enfin tout ceci était terminé, voilà désormais un autre débile qui s’y met. La jeune femme n’y tient plus. Elle avance, bouscule les gens. Ses petites mains écartent les Purs de son chemin, quand son uniforme le fait pas. Elle attend qu’un silence se fasse, avant d’élever la voix. « Je m’appelle Doraleen et je suis esclave au service de Miss Ayling. » Elle commence par les lois, ces fameuses règles. « La société a voulu que je ne sois qu’un objet, un outil. Bon ou mauvais point, je ne sais pas. » Elle hausse les épaules. Ses manches, relevées, laissent apparaître un bracelet. Elle ne sait pas qu’il s’agit d’un bracelet de purification, mais une observation détaillée permettra à tous de voir que malgré les mouvements de son bras, il ne bouge pas. Car fixé dans l’os. « Je ne sais pas qui était votre femme, mais je suis sûre que c’était quelqu’un de très bien, qui n’avait rien demandé. » Elle remonte ses yeux, vitreux, vers ceux du Purifié. « Je ne sais pas qui vous prenez en otage et je m’en moque. » Elle haussa les épaules. « En vérité je me moque de tout le monde, je suis Orpheline, je n’ai personne. » Nouveau haussement d’épaules. Ce n’était plus très vrai, mais de toute façon, elle n’avait aucun droit d’en parler. « Ce que je sais par contre, c’est que la violence ne vous rendra pas la femme que vous avez aimé. Pour ma part, je suis esclave, non malade et je n’ai développé aucun symptôme. » Passant une main dans ses cheveux, son bracelet attrapa un rayon de soleil, rappelant à tous son statut. « Je ne peux pas vous assurer que vous y trouviez la moindre réponse, mais croyez-en mon expérience, ce n’est pas en étant violent et agressif que vous y arriverez. » Toujours douce, elle avance vers le purifié, qu’important les voix qu’elle entend autour d’elle, lui demandant de reculer. « Je comprends votre douleur, bien que je ne la partage pas. » Sourire triste sur le visage, d’une certaine façon, elle aurait aimé pouvoir la partager, avoir quelqu’un à pleurer. « J’aurai aimé avoir quelqu’un à pleurer. » Souffle-t-elle, suffisamment fort pour que les rares personnes proches d’eux puissent l’entendre. « Mais la vie en a décidément autrement. » Elle lui sourit, tristement, sans rien faire de plus. « Chérissez ce qui vous reste de votre épouse et rappelez-vous qu’il existe toujours une façon d’arranger les choses. Je doute que nous trouvions des réponses parce que vous menacez cette inconnue d’une arme. » Elle aurait bien rit face à l’ironie de la situation, mais craignait que sa technique ne fonctionne pas. « Si vous souhaitez avoir des réponses, offrez la possibilité au gouvernement d’en trouver. » Continuant sur sa lancée, son regard aveugle tenta de s’accrocher à celui du purifié. « Si la famille que je sers l’accepte, je serais ravie d’être à vos côtés pour trouver des réponses à vos questions. Peut être que différents tests et expériences nous en apprendraient plus. Si nous souhaitons des réponses, donnons-nous les moyens d’en trouver. » Sa main, paume vers le ciel, tendue vers celle du purifié, elle attendit. Statue de cire d’une jeune femme qui ne croyait plus en rien, plus en personne. Et qui, dans tous les cas, n’avait rien à perdre. Qu’il prenne ou non sa main, elle donnait une opportunité à d’autres d’agir. Qui donc pouvait se méfier d’une esclave aveugle ?


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 18 Sep - 20:33

avatar



MESSAGES : 410 LOCALISATION : Quelque part dans Birmingham, à écouter aux portes. EMPLOI : Gérante d'un petit salon de thé des plus connus.

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Tout s'était passé vite. Bien trop vite. Beaucoup trop vite. Elle ne se souvenait déjà plus des péripéties qui avaient emmenées cette situation des plus déplaisante. Les larmes roulant sur ses joues sans qu'elle s'en rende compte, elle tremblait de tout son corps. Quel foutu crétin avait décidé de lui pourrir autant sa journée ? Entre l'autre idiot qui gaspillait ses créations en guerre et cet enfoiré qui la prenait pour une cible mouvante, autant dire que sa journée était refaite. Et dire qu'elle n'avait voulu que se faire un peu de publicité. Voilà qui était fait ! Tous, évidemment, décidèrent de s'en mêler. Iwan et sa... Délicatesse habituelle fut adorable, bien qu'incapable de l'aider réellement. Le majeur levé de l'autre débile qui jouait avec sa nourriture ne l'aida pas non plus et elle ne put pas s'empêcher de rouler des yeux. Il lui faudrait sans doute plus qu'un pot de miel pour se faire pardonner à celui-là et elle comptait bien le lui rappeler. Quand elle serait sortie de tout ça. Ce qui lui fit plutôt plaisir, à l'inverse, ce fut l'intervention d'Evan. Ah bah forcément, quand il s'agissait de la conserver dans son carnet d'adresses, subitement, il y avait du monde ! Enfin, le petit sourire qui orna un instant son visage, à travers ses larmes, ne mentait pas : elle était très fière. Bon, maintenant, il s'agissait simplement de rester en vie. Très simple non ? Surtout ne pas faire de bêtises. Aucune. C'était plus que nécessaire qu'elle ne fasse rien. Rien de grave. Rien d'inquiétant. Rien du tout. Quoique, elle avait bien envie d'agir, mais pour quoi faire ? "Si vous pouviez me serrer moins fort s'il vous plaît ? Vous m'étouffer." Laissa tomber la jeune femme, d'une voix suraiguë, inquiète. Elle n'avait pas envie de mourir comme ça. Que deviendrait Apple d'ailleurs sans elle ? Et puis son petit salon de thé, qui s'en occuperait ? D'ailleurs, ou était ce foutu chien quand on avait besoin de lui ? Elle tenta bien de la siffler, mais aucun son ne sortit de sa bouche, si ce n'est un gargouillis indistinct. Diable, elle n'allait jamais y arriver. Jamais. "Vous aurez accès à mon salon de thé en illimité, mais s'il vous plaît...." Elle hésita, laissa une grosse larme rouler sur sa joue, alors qu'elle fermait ses paupières, murmurant dans un souffle. "Je ne veux pas mourir."


le masque que je porte sur mon visage me protège de l'infamie et du mensonge que je véhicule. perdue dans la brume, j'avance sans connaissance du futur, protégeant mes arrières de la trahison. déloyale et insaisissable. — .
hypocrisie sanglante
d'un monde
sans joie.



#A1711E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 23 Sep - 16:50

avatar



MESSAGES : 273

carnet personnel
DANS TA POCHE: Une vieille photo de sa fille Iseult dans ses bras et un calpin aux armoirires des Yaxley où il note diverses idées pour des médicaments à venir.
TON PATRONUS: Le sien était un chat. Symbole de moquerie pour certains, mais qui correspondait parfaitement à Archibald.
COMPÉTENCES:



   

   
Be pure, Be perfect
Archibald • tout le monde
Avec une certaine satisfaction, je vois le jeune Avery suivre mon ordre. Si cette personne est véritablement ce qu'il prétend être... Néanmoins, lorsqu'il m'insulte à nouveau, je me mets à douter davantage sur son identité sans pour autant être certain. En effet, les souvenirs des conversations que j'ai pu avoir avec mon père au sujet de son si célèbre camarade me reviennent en tête. A chacun de ses souvenirs de jeunesse rejoués dans mon esprit, les doutes m'assaillent. Est-il ce qu'il prétend être ? Ou ne l'est-il pas ?

Lorsqu'il m'accuse publiquement des sombres rumeurs qui circulent sur moi, je demeure de marbre même si je suis émotionnellement mal à l'aise. Mal à l'aise à cause des éventuels conséquences que cela pourrait engendrer pour moi mais aussi pour ma fille. Avoir passer tant de temps à construire une possibilité de retrouvailles pour qu'elle disparaisse potentiellement de cette manière. Ma baguette et la magie me manquent en cet instant pour faire disparaître cet homme et rétablir mon honneur. Définitivement.

Avec toute l’impétuosité de la jeunesse, Saiph Avery offre une réponse pour le moins coloré avant que l'invité "inattendu" disparaisse. Si je me suis bien gardé de répondre devant cet homme (c'est que je ne tiens à me prendre un sort "malencontreusement" mal visé, je me décide à prendre les choses en main. Les persiflages habituels ne sont rien face à ce qui a été dit aujourd'hui.

Cependant, je suis pris de vitesse par un homme désespéré. Les babillements de celui-ci m'importe peu, je ne m'estime pas être concerné par ses problèmes. Alors qu'un grand nombre de personnes essayent de le raisonner (dont l'homme en siège roulant avec qui je discutais il y a quelques instants), je me rapproche de l'Avery. Arrivé à sa hauteur, je lui glisse de manière à ce qu'il soit le seul à m'entendre :

-Je compte aller porter plainte contre les calomnies que je viens de subir. Souhaitez-vous vous joindre à moi ?

Je ne suis pas naïf, ma plainte aura très certainement peu de débouchés favorables. Néanmoins, le fait de la déposer aura une portée symbolique certaine, encore plus si @Saiph Avery se joint à moi. Je ne serais jamais assez prudent pour assurer mes arrières, surtout si cela peut protéger ma fille...
Fiche codée par NyxBanana


ARCHIBALD YAXLEY ✽
Membre de la fière famille des Yaxley, cousin des Black et Purifié à la solde du gouvernement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 23 Sep - 18:29

avatar



MESSAGES : 158 EMPLOI : Occupé à changer vos habitudes, à ruiner vos vies, à distribuer espoir et mélancolie.



Purification de masse

we have to protect the people




Les événements s’enchaînent, se ressemblent plus ou moins. L’homme désespéré écoute les uns, les autres, sa volonté fléchit de plus en plus. Ils ont raison. Il n’obtiendra rien comme ça. Sa main desserre son emprise, il laisse la jeune femme s’en aller, implore pardon. Il est sincèrement désolé. Tous ces hommes et ces femmes qui remettent en cause cette Purification de masse auront eu raison de lui. Et la mort de sa femme. La mine désespérée, il agrippe le regard de @Mathew Huxley, puis celui de la petite esclave, @Doraleen. Ils ont raison, c’est évident. Les mains tendues vers un Patrouilleur de l’Ordre, c’est sans aucune protestation qu’il se rend, espérant sans doute qu’on lui excusera cette folie. À lui. L’homme sans problème. Peu à peu, la foule se dissipe, elle reporte son attention sur le « spectacle ». Après tout, c’est un événement officiel qui se déroule là. Malgré les ratés, les imprévus, il faut que la Purification prenne place.

Et elle prend place.

Un par un, les esclaves sont purifiés.

Le calme enfin revenu, les Anglais s’imaginent à l’abri de tout danger… Mais le sont-ils vraiment ?

Un hurlement.

Des murmures…

Une femme qui s’étrangle dans son cri.

Cette fois, c’est un cadavre qui suscite la panique. Il est marqué, dit-on. Ce dessin. Ce dessin qui anime les cauchemars de tout Pur du Monde entier. Cette tête qui crache un serpent… Oh mais s’ils savaient tous… S’ils savaient.

Ce n’est pas n’importe qui.

Oh ça non !

Ce n’est pas n’importe qui !



C’est le Prince.

C’est le Prince qu’ils ont assassiné !





[HRP : On parle ici du fiancé de Margeory Ayling pour que vous sachiez de quel Prince on parle, donc pas de l’héritier Very Happy ]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 25 Sep - 1:27

avatar



MESSAGES : 174 LOCALISATION : Dans son bureau, à composer ou jouer du violon EMPLOI : Violoniste professionnel

carnet personnel
DANS TA POCHE: un paquet de clopes, mon téléphone portable et un diapason.
TON PATRONUS: serait un pinson, bien évidemment.
COMPÉTENCES:


Tu es le premier à essayer de calmer le jeu. Mais pas le dernier. Au fil des secondes qui passent, un petit attroupement se forme, entre les curieux malsains qui se demandent si cet homme va tuer son otage ou si il va se dégonfler. Peut-être devrais-tu te sentir rassuré de voir que tu n’es pas le seul à essayer de le raisonner, mais cela n’enlève aucunement ce poids sur ton coeur. Tu penses trop à ta mère, massacrée sous les yeux de ses trois enfants, incapables de l’aider, de la protéger. Ta tête tourne, alors que les images s’imposent dans ton esprit. Les détonations, les cris, les larmes. Le coeur qui se brise de manière irréparable. Et le sang, cette odeur si caractéristique qui s’imprègne dans ta mémoire. Tu te déconnectes de la réalité, tu n’entends plus rien, jusqu’à ce qu’une main attrae ton bras et t’entraîne à l’écart.

Dans un sursaut, tu lèvres les yeux et ton regard s’arrête sur @Evan Monroe, qui a fini par te rejoindre. Et par tenir des propos qui te font froncer les sourcils. S’en prendre directement à un Patrouilleur ou à un membre de la famille royale ? Tu secoues vivement la tête. Hors de question.

-Evan ! Ne lui donne pas d’idées ! … Oh.

Oh ? Quoi oh ? Un détail que tu avais parfaitement oublié, et qui le rend très légèrement ridicule : cette nourriture qui dégouline de sa tête. Tu te mordilles la lèvre, avec une furieuse envie d’éclater de rire, mais tu as au moins l’intelligence de te retenir. Ce n’est vraiment pas le bon moment pour cela. Par contre, un de tes doigts récupère un peu de cette délicieuse mousse et porte ton doigt à ta bouche. Miam. Tu ne peux pas t’empêcher de lui glisser quelques mots à l’oreille, tirant un petit peu sur sa veste…

-Ca te va bien, la crème de saumon en crème de jour… Recommence dans un autre contexte, et tu peux être sûr que je te croquerais.

Il t’en faut peu pour te faire oublier la gravité d’une situation. Ou peut-être cherches-tu tous les prétextes possibles pour redescendre en pression, pour ne pas te laisser emporter par les événements et redevenir toi-même, le jeune homme un peu foufou qui désespère tant les autres. Ledit jeune homme a d’ailleurs envie de faire des siennes, et tu pousses donc Evan un peu plus loin, avec la ferme intention de l’embrasser devant tout le monde, et tant pis pour les qu’en-dira-t-on. Mais une fois de plus, on t’arrache à ton petit monde, à tes pensées et tes projets, lorsqu’une voix se fait entendre à ton oreille. Celle du patriarche @Archibald Yaxley. Porter plainte ? Tu fermes les yeux. Ce qu’il vient de se passer pourrait être préjudiciable à vos deux familles, et tu penses principalement à ta soeur et à ta nièce. Tu as à peine pris le temps de réfléchir quelques secondes que tu te tournes vers lui et hoches la tête.

-Bien sûr que je me joindrai à vous. souffles-tu à son intention, de manière à ce que même Evan, à vos côtés, ne puisse t’entendre.

Après tout, Evan n’est pas concerné par ces histoires de familles anciennes, de Sang-Pur. Alors que toi, tu en fais partie, cet héritage coule dans tes veines avec les avantages et les inconvénients que cela entraîne. Tu es un Avery, Saiph, et tu ne pourras jamais le renier. Ce nom est ancré au plus profond de ton être malgré ton statut de cracmol. Et même si un jour les tiens te rayaient de l’arbre généalogique, tu n’en resterais pas moins un membre de cette tristement glorieuse famille.

Et pendant ce temps-là, le sorcier qui menaçait la blonde finit par laisser tomber son idée suicidaire, par se résoudre à être raisonnable. Tu laisses échapper un soupir de soulagement, tandis que la pseudo cérémonie reprend son cours. Mais quelque chose ne va pas. Tu trouves cette conclusion trop simple, après une telle mascarade. Ils ne laisseront pas tomber suite à un ou deux échecs. S’ils se sont donné tant de mal pour une telle mise en scène, c’est qu’ils vont très certainement frapper un grand coup, et cela t’inquiète. Ton regard noisette n’a donc de cette de balayer les environs, à l’affût de la moindre personne suspecte. Mais tu ne vois rien. Ce n’est pas pour autant que tu t’éloignes de ton blond préféré, bien au contraire.

Un hurlement, des murmures. Tu ne devrais pas chercher à aller voir, Saiph. Tu ne devrais vraiment pas. Mais tu ne peux pas t’en empêcher, à cause de ces murmures. Il faut que tu le vérifies de tes propres yeux. Et lorsque tu arrives devant le cadavre, tu te figes. C’est bel et bien l’un des princes qui gît là. Mort ? Tu n’iras pas vérifier. Toi, ce qui t’empêche d’avancer, c’est cette marque. Tu la connais que trop bien. Tu l’as trop souvent vue que l’avant-bras de ton père sur ceux d’autres mangemorts qui, autrefois, venaient occasionnellement dans la demeure familiale. La marque des Ténèbres.

-Par les poils de cul de Merlin…

Tu ne te rends même pas compte que tu viens d’utiliser une expression purement sorcière, qui plus est celle que ton frère, adolescent, avait l’habitude de prononcer. Non, tu ne te rends compte de rien, juste choqué. Tu n’étais qu’un jeune enfant, tes souvenirs sont vagues pour la plupart, mais pas cette marque tatouée dans la chaire des serviteurs de l’ancien Mage Noir tu ne pourras jamais l’oublier. Marque maudite, tant haïe, responsable de la tombée en disgrâce de ta famille…

Soudain, un doute affreux t’envahi. L’autre bouffon avec sa baguette magique. Avec son sortilège d’Imperium. Et toi qui l’a reçu de plein fouet. Tu n’as rien senti, certes, mais et si… Non, tu ne veux pas y croire, tu n’y es pour rien. Tu n’as rien fait, c’est impossible, tu n’as pas quitté Evan depuis l’épisode du type désespéré avec son couteau. Tu ne peux pas être accusé d’avoir joué un rôle dans cette histoire. Ton regard cherche le plus jeune prince, s’arrête un instant sur lui. Tu es triste de ce qu’il vient de se passer, tu sais exactement ce que cela fait de perdre un membre de sa famille. Mais tu n’oses pas faire un pas en sa direction. Ce n’est pas à toi de faire quelque chose pour lui, tu n’es rien, à peine une connaissance qui l’agace profondément. Alors tu retournes avec Evan, comme à la recherche d’une quelconque protection. Tout a très mal tourné. Et tu espères être le seul à avoir un instant douté de l’efficacité du sortilège qu’on t’a lancé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lun 25 Sep - 21:25

avatar



MESSAGES : 410 LOCALISATION : Quelque part dans Birmingham, à écouter aux portes. EMPLOI : Gérante d'un petit salon de thé des plus connus.

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Il a déposé son arme et s'est rendu. Elle respire à nouveau et s'élance auprès d'Iwan, son ex-petit ami et ami de longue date. Elle se jette dans ses bras - sur sa chaise roulante - et le serre fort, tremblante. Elle a si peur. C'était impensable qu'une chose pareil lui arrive. "TU TE RENDS COMPTE ?" Hurlait-elle dans ses oreilles, des sanglots secouant ses épaules. "IL A OSÉ S'EN PRENDRE A MOI ??" Elle ne s'en remettait pas et pourtant les larmes qui coulaient sur son visage ne traçaient aucun sillon - merci le waterproof. "ET DIRE QUE J'AURAI PU Y LAISSER MES VÊTEMENTS !!" S'exclama-t-elle, scandalisée. Seule façon pour elle de se décharger. Refusant catégoriquement d'avouer la vérité : elle avait eu peur. Peur de se retrouver là, seule, abandonnée de tous. Refusant d'assumer sa vulnérabilité. Un instant elle s'était rappelée ses parents, sa famille, sa soeur. Elle s'était souvenue de leur terreur, de leur peur et de ce qu'il s'était passé. Elle n'avait rien oublié non et, d'une certaine façon, si elle était comme ça aujourd'hui, c'était pour se détacher d'un fardeau trop lourd à porter. Que pouvait-il lui arriver désormais ? Qu'est-ce qui pouvait être pire que son passé ? Rien. Elle en était persuadée. Sincèrement, persuadée. Alors elle serra son ami, essuya ses larmes une dernière fois et se remit sur ses pieds. "Bon aller !" S'exclama-t-elle, reprenant son courage à deux mains. La cérémonie reprenait son cours et elle avait du travail à faire. "Au boulot !" Elle claqua un énorme baiser sur la joue d'Iwan et retourna entre les convives, plateau dans les mains, sourire sur les lèvres. Elle croisa la route d'@Evan Monroe et un petit clin d'oeil, un "merci" susurré du bout des lèvres, elle disparut de son champ de vision.

Quelques minutes plus tard, scandalisée par ce qu'elle venait de voir, c'est la bouche ouverte, les yeux révulsés, un plateau renversé, qu'elle laissa un hurlement s'échapper d'entre ses lèvres. Avant qu'elle ne se sente mal et se détourne de la scène, persuadée qu'elle allait - à tout instant, tomber dans les pommes. Qui donc avait pu faire une atrocité pareille ? N'y avait-il pas eu assez d'affolement pendant cette cérémonie ? Elle papillonna des yeux, attrapa la première personne qu'elle trouva à ses côtés, chancelante. Allait-elle mourir aussi bêtement ? De peur ? Quelle tristesse.


le masque que je porte sur mon visage me protège de l'infamie et du mensonge que je véhicule. perdue dans la brume, j'avance sans connaissance du futur, protégeant mes arrières de la trahison. déloyale et insaisissable. — .
hypocrisie sanglante
d'un monde
sans joie.



#A1711E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 26 Sep - 19:14

avatar



MESSAGES : 358 LOCALISATION : toujours en mouvement, un oeil sur tout ce qui l'entoure. EMPLOI : monstre à temps partiel, patrouilleur pour l'ordre autrement. a quitté l'ordre il y a quelques mois maintenant.

carnet personnel
DANS TA POCHE: des clopes, un briquet, des clés, un portable et deux ou trois papiers à balancer
TON PATRONUS: un ours très, très grumpy.
COMPÉTENCES:


Une journée mouvementée ? C'est peu de le dire. Les événements se succèdent, jusque là sans réelle gravité. Les forcenés finissent par céder à la peur et se résignent à lâcher leurs otages pour fuir ou se retrouver dans les filets de l'Ordre. Birmingham est agitée aujourd'hui et tu as un mauvais présage. De ceux qui prennent aux tripes, un instinct inexplicable qui ne te lâche pas. C'est peut-être ton passif de patrouilleur qui fait ça. Tu cherches d'ailleurs @Ulyana Tywain du regard, sans la trouver. @Saiph Avery t'accapare un instant et sa remarque t'arrache à peine un pauvre sourire. « T'es fier de toi hein. » Que tu lâches dans un soupir. Il t'a balancé de la crème de saumon dessus et ça le fait sourire. Tu secoues la tête, tu essayes d'enlever le maximum de cette mousse de saumon de ta personne, et tu t'essuies la main sur lui. Oui oui, sur ses fringues. Tu n'en as pas grand chose à faire. Tu lui adresses un petit sourire moqueur et vous vous apprêtez à vous éloigner de là, même s'il adresse brièvement la parole à Yaxley. Tu n'y prêtes pas plus attention que ça, déjà prêt à passer à autre chose. @Rozen Llewellyn en profite pour te remercier discrètement et tu te contentes d'incliner un peu la tête à son attention. Tu n'aurais pas laissé ce type la tuer de toute façon.

L'événement se poursuit, les purifications continuent. Pourtant tu as encore cette sensation de malaise bien ancrée en toi. Cette chose inexplicable. Ton regard ne cesse de sonder les lieux à la recherche de quelque chose qui n'irait pas, mais il n'y a rien d'anormal. Tu t'apaises donc peu à peu, jusqu'au prochain drame du moins. Un hurlement qui vous arrache tous à cette tranquillité que vous avez pourtant eu du mal à retrouver. Tu aimerais retenir Saiph par le bras pour l'empêcher de s'approcher du danger, mais il n'en fait qu'à sa tête et tu te retrouves à le suivre. Pour tomber sur ce consternant spectacle d'horreur. Un jeune homme est mort – non, rectification, un prince est mort. Et cette marque.. Cette fameuse marque. Elle fait écho à ton passé d'une manière que tu ne comprends pas vraiment. Ta main se referme sur le bras de Saiph, comme si tu voulais t'assurer qu'il n'allait pas disparaître lui aussi. Tu échanges d'ailleurs un regard inquiet avec le brun avant de t'avancer vers le cadavre, de t'abaisser à hauteur de ce dernier. Dans un réflexe un peu macabre, tu passes deux doigts sur sa gorge, à la recherche d'un pouls, d'un signe de vie. Mais rien. Rien du tout. Tu déglutis, repensant à tes précédents propos – tu espères qu'ils sont passés inaperçu, tu n'as jamais souhaité la mort d'un Archdeacon, tu disais juste ça pour distraire l'autre désespéré. Tu lèves finalement les yeux sur le cercle qui s'est formé autour de cette scène macabre. Tu cherches comme par réflexe la fiancée du jeune homme, @Margeory Ayling. « Il est mort. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 26 Sep - 21:45

avatar



MESSAGES : 184 EMPLOI : Informaticien

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Il se prit une Rozen affolée –à juste titre dans les bras- et il ne savait plus trop comment la réconforter après ce qu’elle avait vécu. Ce n’était pas vraiment le chose qu’il avait l’habitude de faire, même s’il était parfois un peu grande gueule ! Il lui tapota doucement le dos en essayant de la serrer contre lui autant qu’il le pouvait.. jusqu’au moment où elle se mit à parler de ses fringues. Il bugua totalement, ne comprenant pas trop pourquoi elle parlait de ça… probablement un genre de traumatisme. Tu es également très belle sans vêtement ! lui glissa-t-il sans savoir si… et si c’était acceptable ce genre de parole ou pas du tout, de toute manière c’était un peu trop tard pour revenir en arrière. Si t’as besoin, tu sais où me trouver lui souffla-t-il  avant de la laisser partir faire ce qu’elle avait à faire.

Et puis encore une fois tout avait dégénéré, il y avait eu ce hurlement suivi de murmures, de petites voix, comme si l’on cherchait à colporter une rumeur ; il fronça les sourcils, avant de s’avancer comme beaucoup vers l’objet de tous les regards ou plutôt la personne !  Un mort, un de plus, mais ce n’était pas n’importe qui : le Prince, un des Princes. Il ouvrit la bouche, un peu plus grand qu’il ne l’aurait probablement dû. Un  Archdeacon était tombé… et ces marques, il se rappelait que Wil ou peut-être Cait’, lui en avait déjà parlé.  Cela devait être mauvais signe, surtout vu la tronche sur tous les Impurs tiraient. Oui c’était le présage de la Mort, de nouveau être replongé dans le passé, dans la mort, pour eux petits humains Mortels. Qui serait le prochain ? Pourquoi le Prince, pourquoi ce Prince, il était loin d’être le pire. Il ne connaissait pas bien ce Prince, pour ne pas dire du tout, mais le peu qu’il en avait entendu parlé, il semblait un eu moins con et borné que le reste de sa famille. Qui a pu faire ça ? demanda-t-il perplexe. Une diversion ! C’était probablement qu’une diversion …. Il peut être encore parmi nous… non ? Pour lui l’autre type, machin truc chose, donc il ne se souvenait plus le nom avait juste servi  « d’appât ». Tout était possible, tout. Une seule chose était certaine, seuls les Sorciers pouvaient faire ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 26 Sep - 22:19

avatar



MESSAGES : 103 EMPLOI : Porte-parole de l'ODP

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: Un Fléreur
COMPÉTENCES:


Non. Ce n’était pas possible, c’était un cauchemar ! Il ne pouvait pas être mort, pas un des Princes ! C’était impossible, surtout à cause de la magie !  Il avait l’impression d’hyper-ventiler, mis ce n’était qu’une impression. Ce « dessin », cette marque lui rappelait trop de mauvais souvenirs. Il inspira-expira, chercha des Patrouilleurs. Il ne savait pas quoi faire. Est-ce que l’assassin était parti, est-ce qu’il était toujours là ? Est-ce qu’il allait s’en prendre à d’autres personnes. Il chercha miss Ayling et le plus jeune des Princes des yeux, mais ils ne semblaient pas être dans les parages, tant mieux ! Cela en faisait deux en sécurité, du moins il fallait l’espérer. Il tenta à présent de repérer Ulyana, se passant une main dans les cheveux il soupira doucement essayant de réfléchir Où sont les gardes qui devaient protéger le Prince ? probablement qu’il vlait mieux qu’ils se planquent, à moins que le prince ait choisi de venir sans personne. Est-ce que quelqu’un a vu quelque chose ? Une baguette, ou ne serait-ce que le Prince tomber ? Un jet de lumière, un peu étrange, n’importe quoi qui pourrait nous aider à retrouver le coupable. enfin si le coupable n’était pas l’autre type…. Mais il avait dirigé un impérium vers Avery, pas vers le Prince. Il se tourna vers Saiph Est-ce que vous savez si le Prince était à côté de vous au moment de … du sortilège ? Magie incontrôlable, instable … coup savamment calculé, tout était possible.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Sep - 9:33

avatar



MESSAGES : 52 LOCALISATION : Entre l'hopital de Birmingham et le palais royal en train d'énerver son monde EMPLOI : Médecin à l'hopital de Birmingham et Président du parti ùr òigridh

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:



   

   
Be pure, Be perfect
Alistair • tout le monde
Mes plus viles détracteurs à l'hôpital ose le claironner à tout bout de champ : je suis un affreux bâtard sans coeur et sans vocation médicale. Il est vrai que le défi intellectuel qui s'est présenté à moi lorsque j'ai commencé mes études m'a persuadé de poursuivre cette voie. Pourtant, même si je continue à râler à tout bout de champ pour des heures impayées, je continue sans faillir mon travail. Ce que le commun des mortels n'a pas compris c'est que, si on peut exercer une tâche aussi "désintéressé" que la notre, on a toujours un frigo à remplir. Ils croient sérieusement qu'on vit d'amour et d'eau fraîche ? Très peu pour moi, merci beaucoup ! Je laisse ça à ces crétins d'idéalistes.

Aussi, quand la foule s'agite en parlant d'un décès, en bon médecin, je me précipite vers la source. Même si cela est un mouvement de foule anodin, on ne pourra pas me reprocher de ne pas avoir fait mon job en dehors de mes heures de service. Et puis, quelque part, je préfère ne pas avoir à m'occuper des personnes malades de la purification maintenant. Je ne suis pas en service, merci beaucoup.

Décidant soudainement que cette salle est désormais mon domaine à l'instar des urgences de Birmingham, je me mets à agir avec la même rigueur qu'à l'accoutumé. Cependant, contrairement à mon lieu de travail, ces jambons ne savent pas qu'il ne faut pas se tenir entre mes pattes quand je prends les choses en main. Misère, je viens de trouver un bon point pour les internes !

-Reculez ! Je suis médecin !

Ma voix est forte alors que je fends la foule. Cependant, celle-ci est compacte et je peine à me déplacer. Cependant, je parviens à percevoir la voix de Mr Monroe. Celui-ci a été par le passé (et de manière assez régulière, je dois le reconnaître) l'un de mes patients. Bien que je ne l'ai pas vu depuis un moment, sa position de patrouilleur peut m'être utile en cet instant.

-Monroe ! Rendez-vous utile et faites reculer la foule pour que je puisse venir ! Poussez-vous, je suis médecin !

Ma dernière phrase est dite sans ménagement à l'attention d'une adolescente d'une quinzaine d'année. Par miracle, celle-ci a un peu de jugeote et se bouge de là où elle se trouve. Brave petite, tu auras droit à une portion supplémentaire de dessert !

Arrivé à destination, je me penche pour prendre le pouls du prince. Je ne retiens pas un juron avant de commencer sans la moindre hésitation à faire un massage cardiaque. Pourtant, mes efforts apparaissent comme rapidement vain. Ils ont été vain dès le départ mais, surement par fierté personnelle, je n'ai pas voulu abandonné tout de suite.

Le visage neutre, je finis par me relever. Mes vêtements sont défaits à cause de l'effort que je viens de produire. Pourtant, si je n'affiche aucune expression, je suis intérieurement abattu. Ce n'est pas la première fois que je vis cette situation. Mais on ne s'y habitue jamais. Mon regard se porte sur la montre que j'ai toujours au poignet. L'heure qui s'affiche s'imprègne dans mon esprit. Cette heure que je vais devoir indiquer très certainement pour le certificat de décès.

Je passe une main fatiguée sur mon visage.

Soirée de merde.
Fiche codée par NyxBanana


UC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Sep - 19:36

avatar



MESSAGES : 158 EMPLOI : Occupé à changer vos habitudes, à ruiner vos vies, à distribuer espoir et mélancolie.



Purification de masse

we have to protect the people




À l’annonce de la mort d’un Prince, la foule s’étire et se rétracte. Certains imprudents s’approchent, d’autres restent en retrait. On cherche @Margeory Ayling des yeux, on ne la trouve pas. On s’imagine que le Prince @Sebastian Archdeacon et elle ont tous les deux été évacués pour leur sécurité sans qu’on ne s’en rende compte ; on l’espère. Mais au fond, c’est ce cadavre qui inquiète, à ce point que les brigades de l’Ordre sont forcées d’intervenir. La foule est peu à peu contenue à l’écart, repoussée par d’énormes boucliers anti-émeute. En douceur, sans violence, malgré l’urgence de la situation. Une voix forte incite le peuple à s’éloigner, à laisser les forces de l’Ordre intervenir. On n’écoute pas les vaines protestations d’@Alistair Cameron, même @Evan Monroe est repoussé – un peu plus brutalement que les autres, lui le traître. Alors, on met en place un bandeau jaune autour de la scène du crime. Certaines personnes sont attirées à l’écart pour un bref interrogatoire, entre autre Evan Monroe, mais aussi @Saiph Avery. On leur demande ce qu’ils faisaient près de la scène de crime, s’ils ont vu quelque chose d’anormal, toutes ces questions de routine qu’on a lors de tels événements. Un service psychologique est également mis en place afin de s’assurer qu’aucun témoin n’aura été traumatisé par les événements.




Ceci est le dernier message du Destin. Vous avez désormais une semaine pour conclure. Passé ce délai, le sujet sera archivé. En espérant que vous vous êtes bien amusés, le Staff vous dit : « À bientôt pour de nouvelles aventures ! ».



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

Be Pure, Be Perfect (évent)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» slughorn thilbalt ; pure and perfect blood
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Allez viens j't'emmène au vent || Brooke ♣

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Partie évent-
Sauter vers: