SYSTÈME DE JEU

MS se veut évolutif, vous pouvez donc découvrir dans ce sujet toutes les modalités de ce système, allant des complots entre joueurs, aux fausses fiches qui renversent tout le jeu.

SUJETS A VISITER

NOS SCÉNARIOS

l'héritier du trône
esclave personnel - amitié
esclave personnel - amour ?
partenaire commercial - plus ?
pleins d'autres ici


famille Meyer
famille Llewellyn
pleins d'autres ici




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Bandoleros" - ft. Saiph Avery



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Brindleyplace :: Bank restaurant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mer 30 Aoû - 18:30

avatar



MESSAGES : 55 LOCALISATION : Au musée du Fauvisme

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:




"Bandoleros"




Bank Restaurant


[FB] 10 décembre 2016 -

Sapé des pieds à la tête, avec classe, pour ne rien changer de ses habitudes, Ã’ina se dirigeait d’un pas pressé vers l’un de ses restaurants fétiches. La nuit ne devrait plus tarder à tomber, si bien que le bel homme ne tenait pas franchement à perdre de temps. Pourquoi ? Très certainement parce qu’il comptait bouger son petit cul contre le corps magnifiquement sculpté d’une Déesse du samedi soir. En discothèque. Évidemment, il prendrait grand plaisir à déguster son repas, n’osant certainement pas contrarier la fierté de ce restaurateur en particulier. Après tout, illustre chef de Birmingham, Monsieur Aymeric Barbary ne faisait preuve d’aucune barbarie avec ses plats [comment ça c’est nul ?!]. Il suffisait de tester son incroyable ragoût de mouton pour être définitivement converti à la cuisine française ! Un vrai bouillon de légumes pour faire revenir le ragoût, avec le sel, le poivre, le thym, le laurier, les oignons, quelques lardons, des carottes, sans oublier ce délicat soupçon de curcuma afin de colorer la viande et lui donner ce parfum sucré qui vous ramenait au pays… Ah… l’extase garantie…. Puis, pour ne rien envier au sort funeste des pommes de terre Chérie, qu’on faisait cuire à feu doux dans ce même bouillon – après en avoir ôté la viande et les carottes –, et que l’artiste soufflait ensuite pour ajouter du croquant à son plat… Oh diantre, nouvel orgasme culinaire ! songeait Ã’ina, rêvassant langue pendue à ce repas de roi qui l’attendait. Mais, le plus important, c’était sans doute la façon dont le chef préparait ses haricots blancs et sa viande – après qu’elle eut baigné dans le bouillon un certain temps – et dont personne ne savait rien. Secret du chef, paraît-il !

Les yeux rêveurs, donc, Ã’ina pénétra dans l’enseigne et s’installa à table. Véritable cauchemar ambulant, le beau black ne tarda pas à faire son énième catastrophe du jour en bousculant un serveur… Et PATATRA !, quatre assiettes furent sauvagement renversées sur un vieux crâne dégarni – Au moins… il a quelque chose sur le caillou maintenant… se surprit à se moquer malgré lui Ã’ina, sûrement un foutu réflexe nerveux dont il se passerait bien. Fort heureusement, il n’avait pas pensé à voix haute, se répandant plutôt en excuses qui n’en finissaient plus et jurant de rembourser les frais au serveur – et au client, en lui payant le pressing et tout ce qui allait avec. Le client grogna, pesta, vociféra et, par il ne savait quel miracle, il parvint à l’apaiser en enfonçant un billet de 200 £ dans sa main, en lui jurant une dernière fois qu’il n’avait – vraiment – pas fait exprès. La mauvaise aventure finie, il se hâta de s’asseoir à sa place, puis d’attendre le serveur pour commander en observant les lieux sans mot dire.



[HRP : Tenue d'Ã'ina ICI Smile(celui du milieu xD) ]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 19 Sep - 23:00

avatar



MESSAGES : 235 LOCALISATION : Dans son bureau, à composer ou jouer du violon EMPLOI : Violoniste professionnel

carnet personnel
DANS TA POCHE: un paquet de clopes, mon téléphone portable et un diapason.
TON PATRONUS: serait un pinson, bien évidemment.
COMPÉTENCES:



Il y a des jours où tu te demandes bien comment tu as pu arriver là où tu te trouves. Non, rectification : il y a des jours où tu sais pourquoi tu te trouves là où tu es. Oui, c’est cela. Car en dehors de cours et des concerts, tu ne prévois absolument jamais rien. Tu n’avais pas une seule seconde te retrouver dans ce restaurant, avec quelques-uns des musiciens du Conservatoire. Hé oui, ce soir c’est un concert assez important pour vous tous, et les autres tenaient à avoir le ventre plein de bonne nourriture avant de jouer. Toi, il faut dire que tu t’en fiches un peu parce qu’aucun restaurateur ne cuisine à la confiture de fleurs de pissenlit. Ou comment bouder l’un des meilleurs restaurant de la ville.

Confortablement installé sur ton siège, tu participes activement à la discussion générale, qui tourne autour des derniers commérages en date. C’est ainsi que tu apprends que le chef d’orchestre de ce soir s’est fait une petite flûtiste et que ça a créé un scandale au sein de l’Orchestre. Une de tes anciennes professeurs de piano s’est mariée récemment. Ton professeur de danse classique continue à péter plus haut que son derrière. Et tu apprends qu’un petit nouveau commence à faire les mêmes blagues idiotes que toi pendant certains cours magistraux, à savoir débrancher le matériel électrique, dessiner des choses étranges au marqueur indélébile sur le vidéo-projecteur ou encore faire exploser une boule puante en plein milieu du cours. Cette nouvelle te fait d’ailleurs bien rire.

Tu ris joyeusement lorsque quelque chose attire ton attention, à tout juste une table de ton petit groupe : un homme vient de bousculer un serveur, et le contenu de plusieurs assiettes se retrouve… Sur le serveur ainsi que sur un homme tiré à quatre épingles. Et au crâne à présent orné d’une choucroute bien plus sophistiquée - et appétissante - que celles de certaines femmes. Et alors qu’il essaye d’arranger la situation, tu ris d’autant plus, à tel point que les autres jettent un oeil à la situation… Et des sourires viennent orner leurs visages.

-Hé bien Mister Catastrophe, ça t’amuse de voir quelqu’un d’autre renverser les plats sur les gens ?
-Non, pas tant que ça. C’est surtout que j’adore le concept du buffet garni sur la tête de quelqu’un ! Ca pourrait être pratique lors des réceptions, pour éviter de s’encombrer les mains avec un plateau surchargé ! Enfin, il faut être sûr que le crâne du serveur est bien propre. Mais mec, merci pour l’idée, je vais la souffler à quelques personnes !
ajoutes-tu dans un nouvel éclat de rire peu discret, à l’attention du maladroit.

Tu es de bonne humeur ce soir. Presque comme toujours, mais surtout avant chaque début de concert. Tu n’es nullement stressé, avec tes camarades du Conservatoire tu passeras inaperçu. Mais comme à chaque fois tu es de bonne humeur, tu as envie de rire de tout et de rien. Et tu ne te gênes pas le moins du monde. Alors quand l’homme s’installe finalement quasiment à la table d’à côté, tu ne peux t’empêcher de te tourner vers lui, un grand sourire amusé accroché aux lèvres.

-Ah, finalement vous mangez là ? Vous n’avez pas peur qu’on rapporte l’incident au chef et qu’il refuse de vous servir, étant donné le gaspillage et le travail supplémentaire que vous venez de lui donner ?
-Saiph, tu es mal placé pour faire ce genre de remarque.
te rappelle Anna.

Et pour toute réponse, tu lui tires la langue dans une attitude parfaitement puérile. Oui, tu es mal placé pour faire ces remarques. Parce que cela t’est déjà arrivé de te faire jeter d’un restaurant après avoir renversé plusieurs plats. Sans le faire exprès, bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 23 Sep - 15:37

avatar



MESSAGES : 55 LOCALISATION : Au musée du Fauvisme

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:




"Bandoleros"




Bank Restaurant


Le problème des restaurants… Difficile de passer inaperçu lorsqu’on faisait une énorme bourde, comme c’était le cas pour Ã’ina. Un plat renversé sur la tronche d’un client et voilà que toute une table se mettait à commenter l’affaire sans discrétion. Loin d’être du genre susceptible, le petit homme se surprit à rire à l’apostrophe de son voisin. En effet, le concept de la choucroute sur la tête ferait un tabac d’Enfer…

— Même Karl Lagerfeld n’aurait pas imaginé mieux ! Je vais me faire un plaisir de lui en toucher deux mots au détour d’un café, souffla-t-il d’un ton affable.

Il prit soin de ne pas croiser le regard du malheureux client recouvert de nourriture, peu certain d’agir respectueusement ; certes, un billet de 200 £ avait du bon mais pas au point de tout faire passer non plus. Puis de reporter son attention sur la carte, n’oubliant pas la raison première de sa venue en ces lieux. L’homme n’eut cependant pas le temps de s’y intéresser plus de deux minutes que l’inconnu lui adressait encore la parole, apparemment surpris qu’il fît preuve d’assez de courage pour oser manger là quand même.

— Je connais bien le chef, il me connaît bien… On sait s’arranger quand je cause ce genre de dégâts, laissa-t-il tomber simplement. Si j’en crois votre amie, ça n’est pas l’habilité qui vous étouffe, vous aussi…

Un clin d’œil sournois, et le voilà replongé dans l’étude de la carte du restaurant. Si la joyeuse bande d’à côté avait l’air aimable, il n’avait pas l’intention de s’insinuer dans ce qui ressemblait à une célébration – ou une simple réunion d’amis. Au lieu de cela, il comptait se faire plaisir avec un bon repas, comme le voulait son programme originel.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 5 Jan - 22:31

avatar



MESSAGES : 235 LOCALISATION : Dans son bureau, à composer ou jouer du violon EMPLOI : Violoniste professionnel

carnet personnel
DANS TA POCHE: un paquet de clopes, mon téléphone portable et un diapason.
TON PATRONUS: serait un pinson, bien évidemment.
COMPÉTENCES:



La réplique du nouveau venu, à ta remarque, t’arrache un bref éclat de rire. C’est qu’il a de la réplique en plus. Il faut bien avouer que tu adores te retrouver face à quelqu’un qui ne se laisse pas démonter par les piques et les plaisanteries. Surtout ceux qui répondent avec humour. Donc oui, cet homme te plaît. Et tu te permets même de lui faire la remarque qu’il te paraît étonnant qu’il s’installe pour manger après la catastrophe qu’il vient de créer. Anna te remet aussitôt à ta place avec ta propre maladresse, et il rebondit dessus. S’il connaît le chef cuisinier, en effet, il y a peut-être moyen de s’arranger dans ce genre de situation.

-En effet, et c’est en partie parce que je suis maladroit que je mange peu au restaurant.

Il n’y a pas de honte à la dire après tout. Tu es maladroit, tout le monde le sait alors quand il ne s’agit pas de musique, il est rare qu’on t’invite. Tous craignent qu’il y ait de la casse au final. Tu as l’habitude. Tu n’insistes pas, il a l’air de s’intéresser à la carte alors tu te replonge dans la conversation à ta table. Et te rends compte qu’ils ont l’intention de demander l’addition. Une légère moue fait son apparition sur ton visage. Tu espérais prendre le temps d’avaler une coupe de glace trois boules avant d’aller au Conservatoire. Mais eux veulent faire une dernière répétition avant votre représentation. Tu regardes ta montre. Vous commencez dans presque deux heures.

-Vous voulez déjà partir ? Et faire un concert sans dessert dans le ventre ?
-Si tu n’as pas besoin de répéter tant mieux pour toi, mais nous c’est nécessaire.


Tu soupires mais n’insistes pas. Ils ne se sentent pas tout à fait prêt et tu peux les comprendre. Tu n’as pas le droit de les empêcher de travailler. En attendant, tu vas te retrouver seul à table. Tu les écoutes demander l’addition, tandis que toi tu commandes ta glace. Ils n’ont pas besoin de toi pour répéter. C’est ainsi que tu les regardes partir. Et on peut dire que tu t’ennuies aussitôt. Ton regard se pose alors sur le jeune homme de tout à l’heure… Et tu te penches un peu en arrière sur ta chaise, en équilibre sur les pieds arrières.

-Vous permettez que je m’installe à votre table ? C’est ennuyant de manger seul au restaurant. Promis, je ne resterai pas longtemps, juste le temps de manger mon dessert.

Tu attends une réponse, positive ou négative. Mais comme tu es Saiph Avery, te savoir en équilibre sur quelque chose en effraierait plus d’un. Et ces personnes auraient raison. Parce que ta chaise glisse et que tu te retrouves brusquement à terre, le dos cognant violemment le dossier et le sol. Et comme si cela ne suffisait pas, un serveur passait au même moment. Résultat tu le bouscules et le plateau qu’il transportait finit au sol en même temps que toi. Pas de nourriture pour toi, mais des verres et une carafe de vin. Les morceaux de verre se dispersent sur le sol, dans une scène d’apocalypse. Et toi tu te confonds en excuses face au serveur… Tu aurais mieux fait de ne pas rire de la bêtise du jeune homme, tu viens de te prendre un beau retour de karma.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Jan - 16:10

avatar



MESSAGES : 55 LOCALISATION : Au musée du Fauvisme

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:




"Bandoleros"




Bank Restaurant


Malgré les gaffes d’Ã’ina, le repas put se poursuivre dans le calme – ou presque. Toujours le mot pour rire, le jeune homme eut le plaisir d’avoir pour compagnie celle des serveurs, çà et là, et même du chef auprès duquel il n’avait pas tari d’éloges. Sourire aux lèvres, il était de ceux qui répandaient bonne humeur où qu’il allât, ce en dépit de sa lourdeur légendaire. Parce qu’il l’était, lourd, et qu’il l’assumait pleinement. Alors, quand son drôle de voisin se risqua à lui demander l’autorisation de le rejoindre, impossible pour lui de refuser. Pourtant, à l’instant où il ouvrit la bouche pour parler, il ne put que rire aux éclats devant la maladresse du jeune homme. Ah ça, il y avait bien longtemps qu’on ne lui avait pas fait un tel coup ! Hilare, Ã’ina dut se mordre le poing pour se calmer, ce devant le regard dépité d’une serveuse – tout à fait charmante, par ailleurs –, qui devait craindre pour l’avenir de son poste. Alors, quand le calme lui revint enfin, Ã’ina eut la délicatesse d’aider l’inconnu à se relever avant d’interroger la jeune femme au sujet d’un éventuel balai. L’intéressée sortit de sa torpeur et se précipita jusqu’en cuisine, le rouge aux joues, sans encore comprendre qu’elle n’était absolument pas responsable du désastre.

— Eh bien, nous voilà dans du bon vin l’ami. J’espère que vous avez pu attraper au moins une goutte au vol, histoire de vous réconforter dans votre ridicule, plaisanta-t-il.

D’une main, il lui désigna la chaise libre, à sa table.

— Ce genre de choses vous arrivent-elles aussi souvent qu’à moi ? lui demanda-t-il d’une voix amusée, visiblement content de ne plus être le seul « boulet » de service de Birmingham.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Jan - 18:13

avatar



MESSAGES : 235 LOCALISATION : Dans son bureau, à composer ou jouer du violon EMPLOI : Violoniste professionnel

carnet personnel
DANS TA POCHE: un paquet de clopes, mon téléphone portable et un diapason.
TON PATRONUS: serait un pinson, bien évidemment.
COMPÉTENCES:



Et voilà, tu as encore démontré que tu étais d’une maladresse légendaire. Tu l’as cherché d’un côté, à te placer en équilibre sur les pieds de ta chaise. Et dans quel état es-tu à présent, au milieu du vin et des éclats de verre avec un magnifique mal de dos en prime. Et cette pauvre serveuse qui ne comprend pas ce qui lui arrive alors que tu lui demandes pardon. Quelle catastrophe, franchement ! Tu n’en reviens pas d’en être encore une fois arrivé là. Tu es ridicule. Enfin, ce n’est pas comme si tu n’en avais pas l’habitude. Tu continues à te confondre en excuses, jusqu’à ce que ton précédent interlocuteur s’en mêle. Il t’aide à te relever et c’est avec plaisir que tu acceptes, te redressant et retirant de ton mieux les morceaux de verre qui se sont plantés dans tes vêtements. Tu en retires un de ta nuque - heureusement pas enfoncé - et deux-trois de tes mains. Quelle galère. Et pendant ce temps, il signale à la demoiselle qu’un balais pourrait être une bonne idée. Tu es du même avis que lui. Quand à la remarque qu’il t’adresse, tu fais un peu la moue. Avant de retrouver ton sourire.

-Je n’aime pas particulièrement le vin rouge, c’est mon plus grand malheur ce soir !

Et c’est vrai en plus. Tu n’aimes pas vraiment le vin tout court en fait. Puisqu’il t’invite à t’asseoir à sa table, tu te laisses doucement et prudemment tomber sur ladite chaise. Enfin. Même si le désastre rouge et bourré de verre est toujours à côté. Tu as honte. Et quand tu baisses les yeux sur ta tenue, c’est l’horreur ! Tu es bon pour tout envoyer au pressing demain. Et tu ne peux pas porter ça au concert. Quel désastre… Tu ne peux qu’espérer qu’ils se souviennent qu’il faut toujours avoir des tenues de rechange quand tu es dans les parages. Tu n’auras pas le temps de retourner chez toi. Tu lèves les yeux vers l’homme en face de toi.

-Je ne sais pas à quelle fréquence ça vous arrive mais c’est un peu trop fréquent dans mon cas. Je sens que les autres du Conservatoire vont encore désespérer quand ils vont me voir arriver avec une tenue dans un état pareil.

Tu t’étires légèrement, masses ton dos douloureux et, lorsque la serveuse refait son apparition, réitères tes excuses. Tu as honte de toi. Honte de ces catastrophes que tu provoques involontairement. Tu n’oses même pas parler de ce dessert que ne t’as pas encore pris la peine de commander mais que tu as bien l’intention de manger. Tu vas attendre un tout petit peu. Juste le temps de te faire oublier un minimum. En attendant, tu reportes ton attention sur l’homme à ta table.

-Au fait. Je m’appelle Saiph ! Saiph Avery.

C’est toujours mieux de faire les présentations après tout. Peut-être connaît-il ton nom, tu n’en sais rien. C’est toujours le risque que tu prends. Mais qu’importe. Tu ne comptes pas masquer tes racines. Tu es un Avery, que ça plaise ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

"Bandoleros" - ft. Saiph Avery

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Luna Avery (en cour)
» Where is my mind ( Finn Avery )
» TEX AVERY, TOONS ET COMPAGNIE...
» [Finie]Présentation d'Avery Blackson | Validée
» M - Henry Avery - Mangemort - Médicomage // Julian Morris.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Brindleyplace :: Bank restaurant-
Sauter vers: