SYSTÈME DE JEU

MS se veut évolutif, vous pouvez donc découvrir dans ce sujet toutes les modalités de ce système, allant des complots entre joueurs, aux fausses fiches qui renversent tout le jeu.

SUJETS A VISITER

NOS SCÉNARIOS

la reine
cousin - relation ambiguë
collègue, partenaire - amour ?
esclave personnel - royal
pleins d'autres ici




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ballet russe Л Rozen



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Brindleyplace
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mer 4 Oct - 19:02

avatar



MESSAGES : 19 LOCALISATION : Sans doute à l'hôpital EMPLOI : Docteur en pédiatrie

carnet personnel
DANS TA POCHE: un stylo, un téléphone portable, une carte bleue, une vieille photo de sa femme et sa fille, et quelques carrés de chocolat.
TON PATRONUS: un léopard
COMPÉTENCES:




Pourquoi, pourquoi, mais pourquoi es-tu venu ici ce soir ? Tu te désespères profondément. La danse classique, ce n’est vraiment pas ta tasse de thé. Et pourtant t’y voilà, dans cette salle de spectacle, à regarder les premières danseuses et danseurs entrer sur scène. Le Corsaire, une reprise de la pièce composée en 1856 par Adolphe Adam. En tout cas, c’est ce qu’il y a de marqué sur le document informatif distribué à l’entrée. Tu n’y connais pas grand chose il faut dire, tout ce qui est européen ou Russe n’est pas ce que tu as le plus étudié. Ce que beaucoup appellent l’Ancien Continent ne t’a jamais énormément passionné, en tout cas pas en ce qui concerne la civilisation moderne. Par contre, les petits groupes vivant encore selon leurs anciennes traditions, oui, tu aimes cela. Mais il est loin le temps où tu pouvais voyager pour découvrir tous ces peuples - sorciers évidemment - et les aider de ton mieux, selon tes connaissances et tes capacités.

Tu t’enfonces quelque peu dans le fauteuil, observant tout de même silencieusement la scène. Et ça sautille ici, et ça sautille là. Toi, dénigrer l’art de la Danse Classique ? Pas du tout. Mais c’est vraiment un art que tu peines à apprécier. Certes, tu comprends ce que les danseurs cherchent à raconter, tu n’as pas de mal à suivre l’histoire et tu as bien conscience que pour atteindre un tel niveau ils ont dû s’entraîner très dur, mais… Non. Enfin, tu fais un effort et tu te concentres sur ce qui est raconté. Parce que malgré tout, l’histoire a l’air quelque peu intéressante. Sans doute niaise et tragique, comme beaucoup de ballets, mais… Bref.

Comme tu t’y attendais, c’est plutôt niais et prévisible. Un soupir légèrement trop bruyant t’échappe tandis que tu t’enfonces un peu plus dans ton siège. Au moins, il est confortable. Tu en aurais presque envie de fermer les yeux et de t’endormir. Ce serait sans doute plus utile que rester là, à les regarder sautiller dans tous les sens comme des sauterelles devant un feu de broussailles. Tu ne peux t’empêcher t’agiter. Quelques murmures se font entendre, te demandant de cesser de bouger, prétextant que tu les empêches de profiter de la pièce. Bougon, tu ne peux retenir une remarque acide.

-Profiter de quoi ? Quelques jeunes gens en collants qui sautillent comme des puces pour présenter une histoire dont, sans la connaître, j’ai déjà deviné la fin ? Vous parlez d’un spectacle… Ca se voit que vous n’êtes jamais sortis de votre petit univers étriqué.

Jugement purement arbitraire et injuste. Tu ne devrais pas être désagréable, Lentswe. Alors un fois de plus tu te mures dans ce silence dont tu as le secret et fixes toute ton attention sur la scène. Au moins, l’objectif initial est atteint : tu ne penses plus à tes petits patients qui te préoccupent tant l’esprit…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Oct - 18:09

avatar



MESSAGES : 387 LOCALISATION : Quelque part dans Birmingham, à écouter aux portes. EMPLOI : Gérante d'un petit salon de thé des plus connus.

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Rozen avait toujours aimé l’art. Du plus lointain de ses souvenirs, elle se souvient d’avoir toujours aimé les peintures, le cinéma, la danse, la musique et l’art culinaire. Evidemment, ça avait été son coup de cœur, son préféré, elle en avait fait en plus son métier et sa façon de vivre. Autant dire qu’elle avait plus qu’aimé la cuisine. Elle était tombée amoureuse de cette dernière. En seconde position, vient la danse, quelle qu’elle soit. Autant elle aime la danse classique, mais elle aime également énormément le hip hop ou la danse modern-jazz. En soit, elle est très diverse dans ses goûts, même dans ses goûts musicaux. Ses playlists se composant autant de classique, de hip hop, de jazz, du reggaeton, d’électro et de pleins d’autres choses. Elle n’était pas fixée sur une seule idée, comme son style vestimentaire pouvait être très excentrique, ou assez passe-partout (enfin, dans son jargon, les autres diraient qu’elle était encore bien trop excentrique). Refusant de se mettre dans une case et de ne jamais en sortir, elle aimait passer outre les limites sociales et diversifier ses choix, tout le temps. Ainsi donc, beaucoup auraient pu être surpris de croiser Rozen devant un ballet de danse classique, mais toute personne la connaissant un minimum (soit personne en réalité), n’en serait absolument pas surpris.
Assise, emmitouflée dans son siège, elle était absorbée par le comportement des danseurs. Elle aimait les figures et l’histoire que leur corps comptait au fil de la musique. Elle aimait l’harmonie qui se dégageait des corps qu’elle voyait devant elle. L’histoire était, certes, classique et un peu naïve à son goût, mais ça restait un classique qu’elle aimait regarder. Jusqu’au moment où il fallut que son voisin n’en fasse qu’à sa tête. Qu’il pense à voix haute, en soit, elle s’en fichait pas mal. L’irrespect existait dans toutes les classes sociales après tout et il n’était pas surprenant qu’au sein d’un Ballet elle puisse croiser des personnes si hautaines, qu’elles parlaient comme si personne n’était présent autour d’eux. Enfin, en soit, elle savait que ce n’était pas quelque chose de peu courant, bien au contraire. Par contre, elle aurait juste apprécié qu’il baisse le volume. Finalement, elle écouta – d’une oreille distraite – les propos du jeune homme. « C’est dommage que vous ayez deviné la fin oui. » Elle hausse les épaules. « Mais est-ce que ça vous empêche d’en profiter pour autant ? » Murmura la jeune femme, d’humeur philosophique – ou juste chiante, souhaitant avoir le dernier mot. C’était une autre vision des choses. « Et pour ma part, mon monde n’est pas étriqué du tout. » elle ricana. Il suffisait de voir sa tenue pour s’en convaincre. Vêtue d’une robe rouge magnifique, échancrée jusqu’à son nombril et laissant apparaître plus que la naissance de ses seins, dévoilant la majeure partie de ces derniers. Ses cheveux, actuellement blonds, étaient remontés dans un énorme chignon, dans lequel elle avait piqueté des roses blanches et des petits bijoux argentés. Si on s’arrêtait à ça, sa tenue pouvait être vue comme parfaitement normal. On oubliait alors ses lèvres vertes, son mascara d’un jaune flash, ses chaussures à plateforme d’un noir profond et avec des clous, dont le talon (au passage) ressemblait à un véritable clou. Ses jambes croisées, on pouvait apercevoir l’une de ses cuisses (la droite précisément) ainsi que l’intégralité de sa jambe, du fait de l’échancrure présente sur le côté de sa jambe. On pouvait deviner à la naissance de sa cuisse un porte-jarretelle jaune, qui ne passait donc pas inaperçu. Curieuse, elle souhaitait discuter – autant que possible dans un tel environnement – avec le mystérieux inconnu, râleur à ses heures perdues. « Et dites-moi, c’est quoi pour vous un monde si étriqué ? » Parce qu’au final ; peut être qu’il ne savait pas juste ce que c’était, ou que sa vision du monde était bien différente de celle de Rozen.


le masque que je porte sur mon visage me protège de l'infamie et du mensonge que je véhicule. perdue dans la brume, j'avance sans connaissance du futur, protégeant mes arrières de la trahison. déloyale et insaisissable. — .
hypocrisie sanglante
d'un monde
sans joie.



#A1711E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

ballet russe Л Rozen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» bonne fete revolution russe
» Equipement artillerie Russe
» Une institutrice russe "scotchait" ses élèves...
» (m) Alexander Androkovey - Robert Downey Jr - Avocat Russe
» " La vie est un ballet; on ne le danse qu'une fois. " (PV Anna Wall' Stood)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Brindleyplace-
Sauter vers: