SYSTÈME DE JEU

MS se veut évolutif, vous pouvez donc découvrir dans ce sujet toutes les modalités de ce système, allant des complots entre joueurs, aux fausses fiches qui renversent tout le jeu.

SUJETS A VISITER

NOS SCÉNARIOS

l'héritier du trône
esclave personnel - amitié
esclave personnel - amour ?
partenaire commercial - plus ?
pleins d'autres ici


famille Meyer
famille Llewellyn
pleins d'autres ici




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Après l'heure c'est plus l'heure... sauf pour les retardataires •• Valyra



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Brindleyplace :: Centre de purification
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dim 8 Oct - 19:21

avatar



MESSAGES : 218 EMPLOI : Informaticien

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


C’était le jour J, l’heure de la Purification, non pas pour lui bien sûr, il n’en avait pas besoin mais c’était pour son esclave, Naomi. On ne pouvait pas dire qu’il était spécialement joyeux de procéder à cela, mais il n’avait pas franchement le choix. C’était plus que préconisé, sa famille était neutre et il ne voulait pas se faire mal voir du Gouvernement, ni avoir à s’expliquer sur tel ou tel choix. Rester neutre, faire ce que la loi demandait –ou « demandait fortement » pour ne pas se mettre en porte à faux avec eux. Il n’avait pas envie d’avoir les membres de l’Ordre dans les pattes, et avec sa chance, ça en plus l’autre grognasse de Tywain et sa mauvaise foi hors norme. Quelle poufiasse celle-là. Il était presque énervé rien qu’en y pensant, mais il devait se détendre.

Une fois prêt, ils sortirent et se dirigèrent vers le premier transport en commun de Brindley Place, vers le centre de purification, donc. Pour une fois, il se déplaçait en béquille et il avait demandé à Naomi de prendre le fauteuil juste au cas où. Il n’était pas certain de pouvoir tenir l’aller et le retour sur ses cannes, avec les mois qui passaient et les séances aux kinés ça allait de mieux en mieux, mais il ne pouvait quand même se déplacer qu’en béquille et pendant un certain laps de temps. C’était toujours mieux que rien ceci dit ! Il avançait doucement, mais sûrement, et c’était probablement le principal !

Les transports en commun et l’enfer pour trouver un siège où s’asseoir, les gens avaient beau voir qu’il était en béquille pas un de ses pecnos, ne lui auraient laissé la place et probablement par fierté il ne fit aucun commentaire. Il pouvait tenir,… il pouvait. Un arrêt brutal et il manqua de tomber sur un homme qui comprit enfin qu’il ne faisait pas du cinéma et lui laissa sa place en grommelant des choses inaudibles qui étaient probablement pas très sympathiques. Le Pur rangea rapidement son majeur dans sa poche avant que ce dernier n’ait envie de se lever tout seul –oui, le pauvre, il ne contrôlait pas bien tous ses doigts-. Et enfin, ce fut l’arrêt. Naomi toujours sur ses talons et l’air pas très rassuré, ils arrivèrent devant le centre de Purification. Il lui lança un petit regard désolé, n’aimait pas spécialement ce qui allait se passer. Foutues lois stupides… mais il était un bon citoyen, peut-être pas assez rebelle pour dire « non allez vous faire voir », de toute manière Naomi n’aurait pas voulu qu’il se mette en danger pour elle, il en était certain. Arrivé à l’intérieur, il repéra une des nanas qui était à le jour de la mort du Prince. Parfait, c’était à elle qu’il allait pouvoir demander des renseignements ! Il avança toujours sur ses béquilles, toujours assez lentement histoire de ne pas se faire mal et il arriva enfin à sa hauteur en ayant l’impression d’être une tortue, heureusement qu’il n’y avait pas foule à cette heure. B’jour M’dam ! Je suis désolé de vous déranger, mais je voulais savoir comment ça se passait, tout ça tout ça. Il faut s’inscrire quelque part et aller où ? Il eut un léger sourire désolé je suis certain que si je me trompe de route, vous allez devoir fermer en retard vu la vitesse à laquelle j’avance… Il s’imaginait déjà perdu au fin fond du bâtiment alors que ce n’était pas du tout là que l’action se passait ; et puis un peu d’autodérision n’avait jamais fait de mal ! et, par curiosité, il y a toujours autant de personne, enfin aussi peu, Ou alors peut-être que j’arrive un peu après la guerre ?


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Oct - 16:44

avatar



MESSAGES : 289 LOCALISATION : Quelque part dans Birmingham, occupée. EMPLOI : Purificatrice au service du Gouvernement Anglais.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un miroir de poche, un rouge à lèvres sanguin, et quelques chewing-gums.
TON PATRONUS: Sans aucun doute une oie.
COMPÉTENCES:


La purification de masse avait eu des retombées plutôt négatives le jour de la Cérémonie. Merci aux contestataires qui avaient effrayés une bonne partie de la population. Mais, les jours qui avaient suivis et grâce au calme des forces de l’Ordre, Purs et Impurs étaient venus réclamer une Purification. Valyra et ses collègues avaient donc vu le Centre de Purification être débordé, empli de passants volontaires et motivés. Ils avaient donc ouverts plus de salle qu’à l’accoutumée et certains purificateurs spécialisés avaient – parfois – été contactés pour prendre en charge les purifications généralistes qui s’offraient à eux. C’était comme si, certains jours, la peur prenait le pas sur la raison et forçaient les citadins à agir. Il y avait globalement des maîtres qui venaient purifier leurs esclaves, mais ils croisaient également de nombreux Impurs qui, de leur plein gré, venaient demander une purification. Quelques cas rares étaient mêmes apparus : des esclaves venant lors d’une commission, sans l’autorisation de leur maître – ces derniers étaient alors prévenus lors de la purification. C’était des cas plutôt rares et très plaisants, qui redonnaient à Miss Chatterton confiance en la situation et la société. Peut-être que finalement, les anglais comprenaient la nécessité de cette dernière.
Après, ils avaient eu le droit à quelques menaces de pro-magie et quelques petits taggs sur les murs du bâtiment. Rien de bien dérangeant, mais quelque peu inquiétant. Il y avait également toujours une petite esclave pour crier contre la situation, ou un Purifié pour exprimer son inquiétude concernant les rumeurs que Monroe avait fait circuler. Certains étaient même venus demander un retrait de bracelet, chose qui n’était pas encore arrivée depuis l’instauration de la Purification. Autant dire que lors de sa venue, la surprise avait été de mise face à son comportement.

La journée se poursuivait et, alors qu’elle sortait de plusieurs purifications, Valyra était retournée à l’accueil du bâtiment pour redonner les dossiers des nouveaux Purifiés. Elle les remercia pour le déplacement et tomba sur un visage qu’elle avait croisé le jour de la Cérémonie. « Bonjour Monsieur. » Elle hoche poliment la tête, n’accorde qu’un rapide coup d’œil à l’esclave qu’elle ne salut pas. « Ne vous en faites pas, nous sommes à votre entière disposition. » Sourire poli sur le visage, Valyra est vêtue d’un tailleur blanc, dont la chemise rouge ressort. Plantée sur des escarpins noirs en velours, ses cheveux remontés sur ses épaules, elle était très classe et très chic. Sa chemise s’ouvrait sur un décolleté plongeant, dans lequel un collier pendant en or s’était logé. Ses mains étaient serties de bagues et de bracelets. « Si je puis me permettre, c’est pour vous, ou pour votre esclave ? » Elle attrapa un dossier vierge sur le bureau d’accueil, laissant un sourire poli et amical se dessiner sur votre visage. « Ne vous en faites pas, nous ne sommes pas pressés. » Elle se plaça aux côtés du citadin, à qui elle indiqua un chemin devant lui. « Je vais vous installer à mon bureau, nous y serons plus à l’aise. Après vous. » Polie et distante, elle le laissa faire les premiers pas dans la direction indiquée, calant son rythme sur le sien. « Non c’est très fluctuant. A cette heure, il est assez rare qu’on soit très surchargé. Par contre, en début de journée, en fin de journée, c’est extrêmement fluctuant. » Elle rit un court instant. « Parfois on a personne et à d’autres moments on est tellement surchargés qu’on est obligé de faire appel à des équipes de purificateurs externes » Elle haussa les épaules. « Ce n’est pas bien grave, on s’adapte à nos clients ! »


Un jour je t'expliquerai pourquoi le sang qui coule dans tes veines se diffère tellement du mien. Un jour tu comprendras qu'il n'y a parfois que quelques gouttes qui font toutes une vie de pureté. — .
il n'existera ni limite
ni frontière
à la purification.
Et de tes maux
tu voilà soulagé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 25 Oct - 19:19

avatar



MESSAGES : 218 EMPLOI : Informaticien

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Ah.. qu’est-ce qu’il aimait les gens à son entière disposition, cela lui donnait des envies de… et bien de demander des choses totalement absurdes, stupides, parfois peut-être un peu déplacées, mais il devait bien se tenir, la dame ne faisait que son travail ! Il ne devait pas non plus trop l’ennuyer. Il essaya de ranger son esprit un peu troll dans un placard de son esprit et de se concentrer sur ce pourquoi il était venu ! Il haussa un sourcil perplexe lorsqu’elle lui demanda si c’était pour lui ou son esclave, il jeta un coup d’œil à cette dernière en mode « je crois que j’ai pas compris », avant que la lumière fut dans sa cervelle quelques très courtes secondes après. Non, non ce n’est pas pour moi, mais pour elle ! Moi j’suis Pur. Il détestait cette phrase, mais bon, c’est ce qui se disait. Il ne pouvait pas non plus utiliser les termes sorciers qu’il avait entendu ci et là sans que ça paraisse bizarre. Heureusement qu’elle était pas pressée, sinon il était certain qu’il lui ferait péter un câble avec son allure escargot, peut-être même qu’il aurait fait exprès d’aller encore plus doucement rien que pour emmerder son monde vu qu’il n’avait pas spécialement envie de ramener son cul ici. Il ne tarda pas à commencer à marcher vers la direction qu’elle lui indiquait Il y aura quelqu’un d’autres pour faire l’accueil ? Que si quelqu’un vienne il n’attente pas tout seul, le pauvre. Est-ce que c’était la procédure d’aller le bureau ou est-ce qu’elle avait juste pitié de lui ? Vous installez tout le monde dans votre bureau ? Enfin je suppose que c’est là-bas qu’il faut signer les machins et les trucs et qu’il y a tout le matériel ?La curiosité un vilain défaut ? Peut-être bien, mais il ne comptait quand même pas changer. Il trouvait ça bien d’être curieux, mais il fallait toujours faire attention à ne pas être trop lourd quand même. Il écouta attentivement ses explications sur le fait qu’à cette heure-ci ce n’était pas très chargé contrairement au début et fin de journée qui devait correspondre à l’embauche et débauches des Purs. Comme je travaille pas mal chez moi, c’est vrai que j’ai cette chance de pouvoir éviter les périodes de grandes influences. De toute manière je n’aurais pas pu attendre trop longtemps debout. Il haussa ensuite un sourcil, un peu perplexe. Des purificateurs externes ? A ce point-là ? Enfin, j’y connais rien, mais tout le monde est formé aux… enfin à ce qui se fait aujourd’hui ? il se tut quelques instants Non pas que je remette en doute vos compétences ou quoi que ce soit, mais après ce qui s’est passé à la cérémonie avec ces… disons.. râleurs ou mécontents, j’avoue que ça me fait poser quelques questions. Question qu’il ne comptait pas poser dans un premier temps, il voulait d’abord voir ce qu’elle avait à dire sur la question.. s’il en posait, et bien ses réponses seraient forcément plus dirigées… et si elle ne disait rien, il n’était même pas certain qu’il le ferait. Ils arrivèrent enfin au bureau et il s’empressa de s’asseoir, ce n’était pas forcément très poli, mais la jeune femme comprendrait probablement que c’était plus qu’une question de confort : c’était juste fatigant, et il ne voulait pas trop forcer non plus. Iwan ne reprit pas la parole et attendit les instructions de la jeune femme.


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 31 Oct - 15:55

avatar



MESSAGES : 289 LOCALISATION : Quelque part dans Birmingham, occupée. EMPLOI : Purificatrice au service du Gouvernement Anglais.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un miroir de poche, un rouge à lèvres sanguin, et quelques chewing-gums.
TON PATRONUS: Sans aucun doute une oie.
COMPÉTENCES:


« Oh, pardonnez ma question alors ! Je ne voulais pas vous offenser ! » Déclara Valyra, sincèrement concernée par la question. D’autres auraient très pu réagir autrement et de manière bien plus virulente, elle était ravie de ne pas avoir encore reçue de menace et préférerait que ça reste ainsi. D’où ses excuses. Autant être réactive et ne pas se faire avoir. La politique pouvait aussi bien lui faire arracher la tête qu’un Pur vexé. Et vexé par une purificatrice Chatterton, ça ne lui faisait aucunement une bonne publicité. « Oh oui bien sûr, je ne suis pas secrétaire, mais purificatrice, donc ne vous en faites pas, elles vont prendre le relai. » Un sourire poli sur le visage, un ton rassurant, elle ne voulait surtout pas qu’il culpabilise de quoique ce soit. Ou qu’il insinue qu’elle n’était pas celle qu’il aurait voulu pour la purification de son esclave. En clair, elle coupait court à toutes possibilités, quelles qu’elles puissent être. « En effet, chaque client souhaitant faire une purification est installé dans les locaux adaptés. Il faut dans un premier temps signer les papiers et nous assurer que vous comprenez bien la technique qui va être mise en place, pour que votre esclave ne soit pas endommagé, puis par la suite on procède à l’opération. » Elle sourit, ravie de pouvoir lui expliquer ce qui allait se passer. Ils continuaient à marcher, le bureau n’étant plus très loin. « Vous avez énormément de chance ! » Léger rire sur les lèvres, elle poursuit. « Je pouvais m’éviter les bouchons quotidiennement, je signerai de suite ! » Et sans aucune difficulté. « Nous sommes vraiment débordés. Chaque ville a des purificateurs généralistes – comme mes collègues et moi-même – qui sont chargés de la purification générale de la ville. Certains décident de s’installer à leur propre compte, bien que ça ne soit pas très rentables et d’autres sont spécialisés dans certains domaines. Tous ceux-là font partie des purificateurs externes. Ca veut juste dire qu’ils ne travaillent pas ici en réalité. » Rien de bien dangereux donc. « On a juste des quota pour que ce soit plus simple au quotidien, comme dans une entreprise si vous voulez et quand on est débordés, comme actuellement, on demande du renfort. » Haussant les épaules comme si tout était simple, elle ne souhaitait pas lui manquer de respect, juste lui expliquer en quoi consistait ces renforts. « Tous les purificateurs ont une formation de base qui est la même. Voyez ça comme les médecins. » Elle fait passer devant Iwan, l’installe en face de son bureau, passant devant son esclave sans rien lui proposer et s’installant finalement derrière son bureau, après avoir fermé la porte derrière soi. « Ensuite, nous obtenons notre diplôme de purificateur généraliste, certains décident de poursuivre pour se former à différents corps de métier ou pour faire de la recherche, d’autres décident de se contenter de ce diplôme. Je fais partie de ceux qui ont préféré ne pas pousser plus loin leurs études. » Sourire franc sur le visage, elle est particulièrement fière de sa position. « Et ne vous en faites pas, vous pouvez poser toutes les questions que vous désirez. Je suis là pour ça après tout ! » Croisant les jambes sur son bureau, elle sort quelques papiers d’informations et ouvre un nouveau dossier sur son ordinateur. « Si vous permettez, je vais prendre votre nom, votre prénom, votre date de naissance, votre adresse, ainsi que le nom de votre esclave, sa date de naissance et d’achat. » Elle esquisse un sourire, prête à tout rentrer dans l’ordinateur. « Nous allons commencer par rédiger son dossier, je vous expliquerai ensuite toutes les procédures de l’opération et nous débuterons. » Ils finiront alors la séance et les deux seront libres de repartir. La purification étant déduise des impôts, ils ne payaient pas quand ils procédaient à la purification de leurs esclaves, mais payaient des surplus à chaque fois qu’ils repoussaient l’échéance. Autant dire que ça avait été aussi efficace pour pousser les Purs à faire purifier leurs esclaves.


Un jour je t'expliquerai pourquoi le sang qui coule dans tes veines se diffère tellement du mien. Un jour tu comprendras qu'il n'y a parfois que quelques gouttes qui font toutes une vie de pureté. — .
il n'existera ni limite
ni frontière
à la purification.
Et de tes maux
tu voilà soulagé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 12 Nov - 18:13

avatar



MESSAGES : 218 EMPLOI : Informaticien

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Il n’était nullement offensé, de toute manière être Pur, Impur ou autre cela ne se voyait pas à la tronche… ce qui prouvait encore une fois que ces termes étaient totalement stupides et désuets, mais il n’allait pas lui dire. Après tout ce n’était pas bien grave, et il ne voulait pas mettre à l’aise cette délicieuse jeune femme ! Ce n’est pas grave, ce n’est rien ! Comment auriez-vous deviner qui plus est ? dit-il joyeusement comme si c’était qu’une simple boutade. Il acquiesça doucement, elle était bien purificatrice. D’accord. Pourquoi pas. On ne pouvait pas dire qu’il s’y connaissait réellement et elle pourrait donc lui raconter à peu près toute la merde qu’elle voulait, qu’il ne pourrait que la croire. Très bien, c’est parfait alors ! dit-il alors en arborant son plus beau sourire –charmeur-. Et soudain il bugua…. Esclave pas endommagé. Qwé ? Il avait beau être neutre, il avait un peu de mal à ce que l’on parle d’eux comme des objets si bien que la phrase suivante partie toute seule Tu vois, je t’avais bien dit que tu étais plus fragile qu’un ordinateur, lui, j’peux le pucer comme je veux il s’endommagera pas ! Bon en même temps c’est par ce qu’il savait comment ces petites bêtes là fonctionnaient. Et oui, il avait parlé à son esclave comme ça, mais elle savait pertinemment qu’il était plus ironique et sarcastique qu’il disait la vérité. Pour Miss Chatterton par contre, cela devait ressembler à une sorte de blague, ou de remarque presque désobligeante… Bon, ces papiers, je dois remplir quoi exactement ? Il y a des choses à fournir ? Et, plus sérieusement, je vous fais totalement confiance, de toute manière, même expliqué, je ne suis pas certaine de tout comprendre..

Il se tut quelques instants, il avait l’impression que le courant passait plutôt en eux ; en même temps, elle devait être une bonne commerciale même s’il la gonflait elle ne devait pas le montrer.  Elle avait beau dire purificatrice comme métier, lui voyait plus ça comme un aspect commercial de la chose ; comme des mesures un peu extrêmes alors qu’on ne savait si les bracelets étaient inoffensifs ou pas. Et il n’aimait pas douter. Qui avait eu raison lors de la cérémonie, lors du jour de la mort du Prince ?C’est un bon choix de vie qui me va tout à fait ! Elle lui expliqua ensuite comment marchaient les purificateurs, il acquiesça doucement, cela semblait plutôt simple au final, bien plus simple qu’il ne l’aurait pensé au départ. D’accord, je vois tout à fait, merci de l’explication ! Et désolé, je suis peut-être un peu trop curieux… mais j’aime savoir comment tout cela marche ! Purificateurs = médecins ? Sérieusement ? Il préféra ne pas entrer dans les détails, mais il trouvait ça arrogant de comparer les deux métiers. Il acquiesça doucement Très bien, alors Iwan Fletcher… Il continua en donnant toutes les informations qu’elle voulait une fois les premières réponses fournies, il ne put s’empêcher de demander Est-ce que l’opération prend du temps  ou c’est quelque chose d’assez court ? Je sais, vous allez tout m’expliquer sur le fonctionnement, mais je me posais du coup aussi la question sur la durée exacte.. enfin approximative du processus C’est bon, là, le dossier devait être rempli, elle n’allait pas quand même leur demander leurs mensurations respectives, n’est-ce pas ? Ne pensez pas que je veux vous fuir, votre compagnie est des plus agréables ; mais je voudrais savoir si je dois décaler des rendez-vous ou pas, j’ai mis plus de temps que je le pensais pour venir ici… Il lui fit un petit sourire désolé et contrit. Il ne voulait pas la presser, du moins pas trop.


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 21 Nov - 15:22

avatar



MESSAGES : 289 LOCALISATION : Quelque part dans Birmingham, occupée. EMPLOI : Purificatrice au service du Gouvernement Anglais.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un miroir de poche, un rouge à lèvres sanguin, et quelques chewing-gums.
TON PATRONUS: Sans aucun doute une oie.
COMPÉTENCES:


Sourire poli sur les lèvres, la purificatrice ne se permet aucune remarque. Il est vrai que les Impurs libres ne courraient pas les rues et, qu’au premier regard, rien ne les différenciait du reste de la société. Sauf que voilà, elle n’avait pas pour mission de mélanger les choux et les poireaux, sachant pertinemment que plus d’un Pur l’aurait étranglé pour de tels propos. Si lui ne le faisait pas, elle en était ravie, mais tous ne réagissaient pas comme lui. Absolument pas à vrai dire.
C’est plutôt la suite de son discours qui la fit tiquer. Intérieurement en tout cas. Maitresse de ses émotions, elle ne devait rien laisser transparaitre sur son visage. Jamais. Elle se devait de rester neutre, polie, bien élevée et surtout, à la disposition des clients qui souhaitaient se faire purifier. Elle avait bien conscience que ce n’était en rien facile, mais elle se devait de le faire. D’autant plus quand il comparait les ordinateurs aux esclaves. Il parlait comme il le souhaitait à cette dernière, mais elle se mentirait si ça ne lui avait pas paru étrange. Comme s’il se préoccupait du bien être de son esclave. Enfin, tant qu’il ne lui posait aucun souci, qu’en avait-elle à faire ? Ainsi donc, le silence resta maître du moment, elle ne souhaitait pas se faire remarquer. Là n’étant clairement pas le but de cette situation. Oh que non. Elle n’avait que pour rôle la purification de son esclave et rien d’autre. Aucun jugement de valeur ou question sur la prise en charge de ses domestiques, ne devaient franchir ses lèvres. « En premier lieu, vous devez remplir l’accord de purification. » C’était évident, mais elle préférait le répéter. Acceptant avec grand plaisir de se concentrer à nouveau sur son travail, elle tendit devant lui le papier certifiant qu’il acceptait qu’on purifie sa possession. Certains avaient tendance à oublier la législation. Et quand bien même, personne ne forçait Sir Fletcher à purifier sa propriété, il était évident qu’il pouvait tout de même s’en prendre à l’organisme si aucun papier n’était rempli. Autant dire qu’ils n’envisageaient même pas cette possibilité là. C’était tout bonnement impensable. « Par la suite, je vais vous demander de prendre conscience de ce document. » Il comportait la démarche de la purification ainsi, que tous les risques possibles – même ceux infimes (avec leur probabilité d’apparition), au cas où. Après tout, le propriétaire devait être librement informé de cette procédure, afin d’y consentir pleinement. Quand elle eu fini de lui rendre le papier en question, elle attrapa également d’autres papiers qu’elle lui présenta tour à tour. La démarche de purification, de dépurification (plus rare, mais au cas où), ainsi que les traitements à mettre en place – dans le cas normal de la procédure et en cas d’infection. « Si vous avez des questions, surtout n’hésitez pas. » Elle se ferait un plaisir de l’éclairer, en ça résidait son métier. « Ne vous excusez pas, vous avez tout à fait le droit de savoir en quoi consiste les démarches que nous allons mettre en place sur votre esclave. » Après tout, il avait le droit de ne pas confier sa marchandise à n’importe qui, ni de la voir être abimé après sa purification. Elle le comprenait totalement. « C’est assez court en réalité, maximum une trentaine de minutes. Grand maximum d’ailleurs, il est rare que ça prenne autant de temps. » Sourire poli sur les lèvres, elle poursuit. « Si l’esclave ne se débat pas lors de la procédure, en règle générale, ça prend une dizaine de minutes. » Autant dire que ce n’était pas ce qu’il y avait de plus long. « Pas de souci, je vous en prie. » Elle laisse un sourire éclairer son visage. « Souhaitez-vous que j’installe votre esclave pendant ce temps ? » Comme ça, il ne perdrait pas trop de temps. Autant faire d’une pierre, deux coups.


Un jour je t'expliquerai pourquoi le sang qui coule dans tes veines se diffère tellement du mien. Un jour tu comprendras qu'il n'y a parfois que quelques gouttes qui font toutes une vie de pureté. — .
il n'existera ni limite
ni frontière
à la purification.
Et de tes maux
tu voilà soulagé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 27 Nov - 20:30

avatar



MESSAGES : 218 EMPLOI : Informaticien

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Est-ce qu’on lui avait déjà dit qu’il était meilleur avec les ordinateurs qu’avec la drague ? Oui, et bien c’était pareil avec la paperasse, il n’était pas des plus doués, pour s’en pas dépatouiller et cela l’ennuyait franchement, il aurait préféré continuer à bavasser avec la Dame, lui faire la conversation, tout en lui donnant en accord oral, n’était-ce pas suffisant ? Non, visiblement. Dommage. Elle disait donc de remplir l’accord de purification, ok. Jusque-là c’était tout à fait faisable, les questions ne devaient pas être très compliquées, il connaissait son nom, prénom et celui de son esclave et ce genre de chose bien utile dans la vie de tous les jours. Il le second document qu’il lui tendait qui contenait notamment les risques lors de la démarche de purification. Ouais, comme tout, on prend un médoc, il y a des risques, du coup ce n’était pas absolument pas choquant. Une opération, quelle qu’elle soit comportait toujours des risques. Il le lut rapidement, en entier. Il signa comme quoi il en avait bien pris connaissance. Et elle lui posa la question –enfin qui n’en était pas vraiment une- qu’il ne fallait pas. Oui, j’ai une question, qui est probablement assez bête, mais pourquoi ne pas mettre tous ces documents en ligne ? Comme ça lorsqu’on arrive, cela vous fait gagner un temps précieux, et pour ceux qui n’ont pas internet et compagnie… et bien vous continuez la procédure normale ? Merci Iwan pour cette suggestion…. Qui existait peut-être, ou pas. Il sentait qu’il avait encore raté une occasion de se taire. Une belle en plus. je suppose que ça existe… et que je viens de dire une grosse connerie ? tenta-t-il sur un ton avec un peu d’humour. Pourquoi est-ce qu’il ne pouvait pas réfléchir un peu parfois ? Bon au moins… il prendrait tout avec humour, mais il passait pour un con, et la pauvre dame devait déjà en voir passer tout au long de sa journée Il acquiesça doucement. Oui, oui vous pouvez l’installer, je vais finir de… signer tout ça pour ma part… Allez dans trente minutes, il pourrait se tirer de ce lieu maudit, peut-être même avant. Il y avait quelque chose qui le gênait là-dedans, peut-être se retrouver qu’avec des gens qui considéraient les esclaves comme des objets. Ca puait vraiment ça… mais bon, les gens étaient encore un peu bornés sur cela, il n’avait pas envie de se battre sur ce genre de chose. Il fit un petit signe à la demoiselle d’aller rejoindre la purificatrice le temps qu’il remplisse toute cette merde. Il fallait qu’il s’applique, juste au cas où il y ait une merde… Il ne pouvait cependant jeter de petits coup d’œil assez inquiets aux deux jeunes femmes tandis qu’il écrivait petit à petit les « réponses ».


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 16 Déc - 21:39

avatar



MESSAGES : 289 LOCALISATION : Quelque part dans Birmingham, occupée. EMPLOI : Purificatrice au service du Gouvernement Anglais.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un miroir de poche, un rouge à lèvres sanguin, et quelques chewing-gums.
TON PATRONUS: Sans aucun doute une oie.
COMPÉTENCES:


Elle écouta la réflexion du client. Intéressée. Surprise également. « A vrai dire… » Petit sourire gênée sur les lèvres, elle poursuit. « Nous n’y avions jamais pensé. » Elle passe une main dans ses cheveux – coiffure parfaite, pas dérangée d’une mèche – avant de la reposer sur les papiers, de la croiser avec son autre main. « C’est une très bonne idée, mais je ne suis pas sûre que tout le monde penserait à le faire. » Interrogée, elle réfléchissait – sérieusement – à la question. « En soit, ça serait plus efficace oui, plus rapide également. Je soumettrai l’idée à ma direction ! » Sourire engagé sur le visage, elle le ferait. Miss Chatterton n’avait qu’une parole après tout. « Non, ne vous en faites pas. » Elle éclata d’un rire léger. Hésitant à lui faire part du fait que son professionnalisme l’empêchait de dire que oui, il pouvait dire des conneries. De toute façon, qu’importe ? Elle le laissa donc tout signer, tout faire et, avec son accord, installa son esclave. Sans un mot. Sans une parole délicate pour la rassurer. Après tout, pourquoi un objet devait-il être soigné ? Ou rassuré ? Lui faisant signe de se mettre sur la table, elle l’installa – malgré tout le plus confortablement possible – attacha ses deux poignets (souplement, mais suffisamment fermement pour qu’elle ne se débatte pas) et dénuda la partie de son poignet qui verrait un bracelet sous peu s’intégrer à son corps. Attrapant les outils nécessaires à la procédure, elle les disposa sur une tablette en argent, accroché par un bras métallique au lit d’opération. Elle sortit également quelques seringues, afin de préparer la zone, du désinfectant, de quoi nettoyer sa peau, des objets stériles, ainsi qu’un nouveau bracelet – également stérile. « Bien, je suis prête. » S’exclama la blonde. « Vous souhaitez vous installer au plus près de votre esclave ? » Demanda-t-elle à Sir Fletcher. C’était une requête que pouvait avoir certains maîtres, afin d’être au plus près de l’opération et de pouvoir voir ce qu’il se passait. Une chose qu’elle comprenait parfaitement. Après tout, c’était leur esclave qui subissait des modifications, ils avaient le droit de vouloir contrôler – ne serait-ce que visuellement – ce qui se passait.


Un jour je t'expliquerai pourquoi le sang qui coule dans tes veines se diffère tellement du mien. Un jour tu comprendras qu'il n'y a parfois que quelques gouttes qui font toutes une vie de pureté. — .
il n'existera ni limite
ni frontière
à la purification.
Et de tes maux
tu voilà soulagé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 19 Déc - 20:49

avatar



MESSAGES : 218 EMPLOI : Informaticien

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Il haussa un sourcil surpris lorsqu’elle lui avoua qu’ils  n’y avaient pas pensé. Comment est-ce que c’était possible de ne pas y penser à l’heure du numérique ? COMMENT ? Non, il n’allait pas lui poser la question et il allait faire attention à ne pas paraitre trop choqué pour si peu… mais il trouvait ça quand même assez incompétent de leur part. On se calme iwan, il n’y a pas mort d’homme, tout le monde n’est pas aussi branché informatique que toi. Il se contenta alors de lui faire un très léger sourire tout en cherchant quoi dire. Ce n’est pas forcément quelque chose d’obligatoire après. Vous savez comme les papiers à la mairie ou si on veut se réinscrire à un abonnement de bus. On peut remplir d’ores et déjà des papiers sur internet pour aller plus vite ou le faire sur place. Vous n’auriez qu’à faire plusieurs « files », une avec les papiers déjà remplis, et une autre avec ceux qui font tout sur place ? Après, c’est une idée comme une autre ! Il haussa les épaules amusé par fait qu’elle ne semblait pas pouvoir dire qu’il disait des conneries plus grosses que lui, et le pire c’est que cela lui donnait encore plus envie d’en dire. Pur troll, mais ce n’était pas le lieu ni le moment pour exhiber ce trait de caractère chiant pour les autres, très amusant, divertissant pour lui. Il devait se taire, être sage… Il pouvait le faire.

Alors, il se contenta de la regarder tout installer, ainsi qu’installer l’esclave ; Il grimaça un peu en voyant les aiguilles. Le sang et lui n’étaient pas forcément de bons amis et il n’aimait pas non plus se faire piquer… Il n’était pas spécialement phobique, mais parfois il se disait « presque ». Il inspira, tentant de se détendre. Ce n’était à lui qu’on allait faire ce sort, il n’avait rien à craindre. Un peu trop plongé dans ses pensées, il ne releva les yeux qu’au moment où la purificatrice reparler. Oh non, je suis bien là où je suis, tous ces trucs et machins, c’est pas trop ma tasse de café. Ca serait dommage que je tombe dans les pommes pour si peu, ça risquerait de vous faire plus d’ennuis qu’autre chose pour rien. Il se tut quelques instants avant de continuer ca vous ait déjà arrivé ? Enfin qu’un maitre face un malaise en voyant ça ? Il était certain que les gens avaient plutôt un plaisir malsain à tout regarder… mais ça, il préféra se le garder pour lui, ce n’était pas bien intéressant de toute manière. Il essaya de se dire que d’ici une trentaine de minutes maximum il serait parti, ce calvaire serait terminé…


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 5 Jan - 20:58

avatar



MESSAGES : 289 LOCALISATION : Quelque part dans Birmingham, occupée. EMPLOI : Purificatrice au service du Gouvernement Anglais.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un miroir de poche, un rouge à lèvres sanguin, et quelques chewing-gums.
TON PATRONUS: Sans aucun doute une oie.
COMPÉTENCES:


« C’est une idée très pertinente. » Elle sourit, polie, ravie de voir que son client avait une idée à lui fournir. « Après, j’avoue ne pas être informaticienne, donc je serais bien incapable de vous dire si c’est faisable ou pas, ou les raisons qui font que ça n’a pas encore été mis en place. » Sourire presque gêné sur le faciès, elle ne semble pas motivée à débattre sur le sujet. Pour dire quoi de toute façon ? Ce n’est pas comme si elle avait quelque chose à dire, ce n’était pas du tout son domaine de compétence. Au contraire même. Elle n’avait jamais été douée dans ce domaine et ne cherchait pas à l’être pour être honnête. S’en passant totalement. Autant dire que se former dans un domaine qui n’était pas le sien ne l’intéressait pas des masses. Au contraire.

« Vous voulez quelque chose pour vous détendre ? Ou aller dans la pièce d’à côté ? » Demanda la purificatrice, préférant mettre à l’aise son client et le propriétaire de l’esclave avant tout autre acte. Petit sourire sur le visage, elle hoche la tête. « Oui ça nous arrive. Nous sommes équipés pour pouvoir y répondre et nous avons une formation, au cas où. » Après tout, s’il se cognait la tête pendant sa chute, elle se devait de savoir contenir l’hémorragie. C’était le plus important. D’un autre côté, elle n’allait pas lui dire « ne vous en faites pas, si vous saignez, je sais vous faire un pansement », ça ne fait pas très professionnel et ce n’était – elle en était certaine – pas très rassurant. Enfin, ce n’était pas réellement le souci. Avant de commencer, elle préféra s’assurer qu’il se sentait bien. « Vous êtes sûrs que vous ne voulez rien en particulier ? » Elle n’avait pas vraiment envie de commencer le protocole pour qu’il s’évanouisse deux secondes après le début de l’opération.


Un jour je t'expliquerai pourquoi le sang qui coule dans tes veines se diffère tellement du mien. Un jour tu comprendras qu'il n'y a parfois que quelques gouttes qui font toutes une vie de pureté. — .
il n'existera ni limite
ni frontière
à la purification.
Et de tes maux
tu voilà soulagé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Jan - 8:04

avatar



MESSAGES : 218 EMPLOI : Informaticien

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Effectivement si cela n’avait pas encore été mis en place c’est qu’il y avait forcément une raison, mais laquelle ? Là était toute la question, et il n’était pas vraiment certain de vouloir connaître la réponse de toute manière, ce n’était pas ses oignions. Il avait proposé l’idée et maintenant … et bien il devait laisser faire l’administration, voir si son idée serait reçue ou pas un jour, même s’il en doutait très sincèrement. Tout était étudié, si ce n’était pas encore fait c’est probablement que ça ne le serait jamais  où alors ils avaient une sacré bande de petits branleurs en informaticiens et chef à l’ODP. Tout était possible. Iwan préféra ne pas insister sur le sujet comprenant bien qu’il n’apprendrait rien de plus ; le Pur préféra donc se taire et lui faire un petit sourire. Oh, de toute manière c’était juste une petite idée comme ça ! Ce n’est pas quelque chose de très important non plus ! Pas la peine d’épiloguer sur le sujet, même s’il fallait bien l’avouer il aurait bien voulu en savoir plus… La curiosité était vraiment un vilain défaut qu’il fallait qu’il corrige, mais c’était actuellement un peu trop compliqué !

Aller dans la pièce ? Pourquoi faire, il était bien assis là et se lever pour rebouger dans une autre et compagnie était beaucoup d’effort pour pas grand-chose. Non, non ne vous inquiétez pas, je suis très bien ici … je bais lire un peu, ou répondre à des mails… mais c’est très bien que vous ayez des formations de secours, où je ne sais pas quoi exactement, ça sert tellement de nos jours. Les AVC et crises cardiaques, en plus des malaises ordinaires, arrivent tellement souvent et n’importe quand. Il soupira un petit avant de prendre son téléphone en main. Je vais vous laisser travailler ! Ne vous inquiétez pas pour moi je n’ai besoin de rien pour le moment. Il n’allait pas dire qu’un petit bout de gâteau s’ils avaient ça en stock le tenterait bien, c’était vraiment trop débile comme demande, il en achèterait en sortant de cet endroit maudit !  Il la laissa donc aller faire son boulot en essayant de ne pas poser trop de questions histoire de ne pas la déranger pendant l’opération.


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

Après l'heure c'est plus l'heure... sauf pour les retardataires •• Valyra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'heure d'étude n'est pas pour les bavards!
» Quand c'est pas l'heure, c'est pas l'heure
» apres l' heure, c'est trop tard
» ANGLADE REMET LES PENDULES A L'HEURE
» Heure du début du draft?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Brindleyplace :: Centre de purification-
Sauter vers: