SYSTÈME DE JEU

MS se veut évolutif, vous pouvez donc découvrir dans ce sujet toutes les modalités de ce système, allant des complots entre joueurs, aux fausses fiches qui renversent tout le jeu.

SUJETS A VISITER

NOS SCÉNARIOS

l'héritier du trône
esclave personnel - amitié
esclave personnel - amour ?
partenaire commercial - plus ?
pleins d'autres ici


famille Meyer
famille Llewellyn
pleins d'autres ici




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 her mind's like a diamond (valyra)



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Brindleyplace
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sam 13 Jan - 18:54

avatar



MESSAGES : 34 LOCALISATION : là où on ne l'attend pas, les trois quarts du temps. EMPLOI : femme d'affaires, propriétaire du bar le lux et de quelques appartements dans les beaux quartiers.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un rouge à lèvres carmin, un jeton de casino, un portable.
TON PATRONUS: une lionne, sans doute.
COMPÉTENCES:



her mind's like a diamond

valyra & sasha

it's alarming honestly how charming she can be
fooling everyone, telling them she's having fun.
Rouge à lèvres sanglant, parure de créateur et cheveux savamment arrangés. Il n'y a pas de place pour le hasard, dans une soirée comme celle-ci où le paraître devance tout le reste. Les couleurs, les textures, les coupes. Tout doit être réfléchi avec mesure. Ce sont là des principes basiques du marketing, que tu ne fais qu'appliquer à ta personne depuis des années maintenant. Il n'est pas question de te vendre non, mais plutôt, de vendre ce que tu représentes. C'est ainsi qu'on construit un empire aujourd'hui ; avec subtilité et suggestion. Cette fameuse suggestion qui demande d'en montrer, sans jamais trop en offrir pour autant. C'est pourquoi tu as opté pour cette robe de soie noire, dévoilant une jambe et guère plus. Ton regard glisse sur la vitre, sur les extérieurs, alors que tu arrives enfin sur les lieux de la réception. Malgré les apparences, ce soir, tu es plus lassée qu'autre chose. Tu peux bien l'admettre, tu aurais bien passé ta soirée ailleurs, accompagnée de personnes sûrement plus intéressantes et moins intéressées par tes affaires. La voiture s'arrête finalement et tu en descends, te retrouvant perchée sur tes escarpins, prête à conquérir le monde une fois de plus. L'entrée est élégante, comme tout élément de décoration ici. Tu suis le mouvement pour te retrouver dans la grande salle, au milieu des requins. Te voilà lancée, un sourire factice accroché aux lèvres et la tête haute. Forte, comme toujours. Tu salues certaines personnes, en contournes d'autre, jusqu'à te retrouver devant elle. Surprise pétillante dans une soirée qui t'enchantait peu. Immédiatement, ton sourire se fait plus franc, plus sincère. Valyra. Tu es heureuse de la retrouver ici, même si cela te ramène à quelques années en arrière, quand tu venais tout juste de débarquer de Milan. Elle était déjà là, comme un guide sur ces nouvelles terres que tu ne connaissais pas vraiment. Tu t'avances vers elle, incline légèrement la tête. « Valyra ! Quel plaisir de te croiser par ici ! » Une bise modeste contre sa joue pour ne pas trahir des habitudes plus familières, tu reprends assez vite tes distances, celle de cette sphère sociale qui vous englobe ce soir. « Voilà un bout de temps que je n'avais pas eu le plaisir de te voir, quelles sont les nouvelles ? » Le sourire est doux une fois de plus, démontrant toute la sincérité dont tu peux faire preuve à son égard, elle qui a été ton soutien des premiers temps, ton mentor dans cette fosse aux lions qu'est la haute société de Birmingham.

hors-jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 1 Fév - 18:43

avatar



MESSAGES : 348 LOCALISATION : Quelque part dans Birmingham, occupée. EMPLOI : Purificatrice au service du Gouvernement Anglais.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un miroir de poche, un rouge à lèvres sanguin, et quelques chewing-gums.
TON PATRONUS: Sans aucun doute une oie.
COMPÉTENCES:


Soirée mondaine, sur soirée mondaine. La vie de noble n’avait rien d’ennuyant et bien qu’ayant conscience de la chance qu’elle avait, Valyra ne pouvait s’empêcher de se plaindre de devoir – une fois encore – se déplacer à une énième soirée. D’autant plus qu’elle n’était pas du genre à vouloir faire entendre sa voix. Bien au contraire. Elle préférait marquer subtilement les esprits, pour mieux les reconquérir plus tard, pour mieux les découvrir sous un autre jour. Autant dire que ce n’était pas au goût de toutes les familles, mais ça convenait à la sienne. N’était-ce pas là le plus important après tout ?
Alors qu’elle s’impatientait – son esclave n’ayant toujours pas la présence d’esprit de se dépêcher, la voilà qui frappe l’autre esclave, dont elle n’a même pas souvenir de son nom. Faible chose qui ne sait pas où son principal serviteur se trouve. Lèvre de l’esclave fendue et perles salées dans ses yeux, d’un regard méprisant elle la renvoie. Elle ne pourra pas être accompagnée ce soir par celle-ci. Hors de question qu’elle lui fasse honte dans une société aussi basée sur les apparences. Alors qu’Alberthol se fait désirer, alors que les nerfs de la jeune femme ne font que monter, le voilà qui franchit le pas de sa porte. De mauvaise humeur, il réussit à lui donner tout ce qu’elle attendait, tout ce qu’elle désirait et pourtant, la violence s’abat une nouvelle fois sur son corps, alors que le martinet – présent dans sa coiffeuse – finit par retrouver ses doigts de porcelaine. C’est avec délice qu’elle entend son corps se faire marteler et qu’elle voit le sang, peu à peu, s’échapper de sa peau diaphane. Voilà. Peut-être que comme ça, il ne sera plus en retard. Elle repose finalement l’objet, nettoie avec un soin délicat ses doigts et finit par passer sous la douche.
Deux esclaves l’aident alors à se laver, se préparer, se coiffer et se maquiller. Nue. Alberthol lui enfile ses sous-vêtements et finalement, une robe verte opale, très échancrée dans le dos, jusqu’à la naissance de ses fesses, près de son corps et couvrant sa poitrine – sans pour autant enfermer le haut de son corps. Parfaitement habillée, maquillée et coiffée, elle se perche sur des talons de vingt centimètres, met ses derniers bijoux et laisse son chauffeur la conduire à sa soirée.
En espérant que celle-ci se déroule au mieux. Alors qu’elle monte les marches la menant à la réception, elle croise divers nobles qu’elle prend le temps de saluer et avec qui elle discute. Oui elle va bien. Oui sa famille également. Oui bien sûr, la purification de masse est quelque chose d’énorme et dont elle est fière de pouvoir y participer. Puis, elle finit par se mouvoir au sein d’une salle somptueuse, où les regards et les sourires sont tous autant, les uns que les autres, hypocrites. Danse macabre des nobles, elle va jouer à la parfaite petite bourgeoise toute la soirée. Un rôle qu’elle maîtrise à la perfection.
Surprise, mais ravie, lorsque ses yeux tombent sur Sasha, elle laisse un délicat – et subtile – sourire, se dessiner sur ses lèvres. Bise délicate et rapide, pour la saluer. « Ravie de te revoir. » Se permet-elle d’ajouter, petit hochement de tête pour saluer ses propos. « C’est vrai que ça faisait longtemps. » Elle est d’ailleurs ravie de pouvoir, à nouveau, échanger avec elle. « Ecoute, beaucoup de travail avec la purification de masse, toujours les mêmes discussions familiales sur le mariage. » Petit rire poli qui ponctue ses propos. « La routine, à vrai dire. » Elle attrape une coupe de champagne d’un mouvement souple sur le plateau d’un serveur, pour Sasha et une seconde pour elle-même. Trempe ses lèvres dans la boisson, avant de poursuivre. « Et toi ? »


Un jour je t'expliquerai pourquoi le sang qui coule dans tes veines se diffère tellement du mien. Un jour tu comprendras qu'il n'y a parfois que quelques gouttes qui font toutes une vie de pureté. — .
il n'existera ni limite
ni frontière
à la purification.
Et de tes maux
tu voilà soulagé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Mar - 16:25

avatar



MESSAGES : 34 LOCALISATION : là où on ne l'attend pas, les trois quarts du temps. EMPLOI : femme d'affaires, propriétaire du bar le lux et de quelques appartements dans les beaux quartiers.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un rouge à lèvres carmin, un jeton de casino, un portable.
TON PATRONUS: une lionne, sans doute.
COMPÉTENCES:


Vous auriez tout pour vous détester, car dans le fond, vous vous ressemblez. Oh, tu n'as pas ses titres de noblesse. Mais tu as su faire dorer ton patronyme par toi-même, et pas par les actions de tes ancêtres. Vous auriez pu vous détester, oui. Car c'est ce que font les femmes dans votre monde. Elles se sourient comme si elles étaient les meilleures amies du monde. Puis se poignardent par derrière, s'assassinent à coup de rumeurs et de paroles vénéneuses. Vous auriez tout pour vous détester, en effet. Mais ce n'est pas le cas, car dans Valyra Chatterton, tu as trouvé une alliée plus qu'une ennemie. Un pilier sur lequel se reposer, plutôt qu'une cible à abattre. C'est pour cette raison que tes sourires sont si sincères, tes yeux si doux quand ils caressent l’esquisse vision qu'elle offre à tous les convives présents. C'est une femme charmante et forte, malgré cette illusion de douceur qu'elle laisse planer autour d'elle dans un parfum sucré. Une femme redoutable, qui malgré ses sourires de fille de bonne famille, pourrait sans doute tourner au ridicule certains des plus gros requins de votre haute sphère. Alors en effet, vous vous ressemblez. Politesses d'usage, protocoles conservateurs auquel vous ne vous pliez pas forcément à l'extérieur. Tu prends de ses nouvelles comme le ferait une amie, même si tu sais que vous devez surveiller vos mots et vos attitudes – n'importe qui pourrait vous écouter ou vous regarder échanger, après tout. Tu acquiesces doucement à sa réponse. « Cette fameuse purification. Un vrai fiasco, de ce qu'on m'en a dit ! » Les protestations, l'assassinat du prince. Tu l'écoutes encore, avant d'intervenir sur un autre sujet qui t'a interpellée. Le mot mariage, qui sonne habituellement faux à tes oreilles, a piqué ta curiosité. Tu sais qu'il est d'usage pour les grandes familles de Birmingham de faire leurs petites alliances entre eux, mais tu n'avais jamais considéré Valyra dans ce cas de figure. Sans doute car tu l'as souvent vue comme une amie, avant de la voir comme une Chatterton. « Le mariage. Intéressant... Mr. et Mrs. Chatterton ont donc eu raison des volontés de leur fille ? » Ton regard se fait appuyé, toujours aussi curieux. Tu aurais pensé que Valyra aurait résisté, tenu tête. Se serait battu pour l'amour – ou peut-être pas, seulement pour la passion. C'est ainsi que tu la vois après tout. Passionnée, intense, sous ses airs de biche égarée. « Un nom est-il sorti de ces discussions ? » Toujours aussi curieuse, oui. Mais ce n'est ni pour colporter des ragots, ni pour diffuser la nouvelle. Une fois de plus, tu demandes juste ça en amie, rien de plus. Tu récupères la coupe de champagne qu'elle te tend, la remerciant d'un léger signe de tête. Tu trempes brièvement tes lèvres colorées dans l'or du liquide, tandis qu'elle te retourne ta précédente question. « La routine, même si nous n'en avons pas vraiment la même définition je suppose. Le Lux se porte à merveille, j'ai quelques nouvelles idées. » Nouvelle gorgée de champagne, tu hausses délicatement les épaules. « Pour le reste, les affaires vont bien. Pour moi en tout cas. Je n'en dirais pas autant pour ce petit enfoiré de Reese Carlson qui a voulu me rouler dans la farine. » A la simple mention de son nom, tes phalanges se resserrent sur ton verre. Ton regard sonde l'assemblée, à la recherche de ses traits d’Apollon. La vengeance est un plat qui se mange froid, et tu ne cracherais pas sur les idées sans doute ingénieuses d'une autre femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Avr - 13:12

avatar



MESSAGES : 348 LOCALISATION : Quelque part dans Birmingham, occupée. EMPLOI : Purificatrice au service du Gouvernement Anglais.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un miroir de poche, un rouge à lèvres sanguin, et quelques chewing-gums.
TON PATRONUS: Sans aucun doute une oie.
COMPÉTENCES:


Il n'y a pas plus égocentrique que le milieu noble. Toujours à se mentir, à se moquer et à user de la confiance de l'autre. Il n'y a pas plus traître que la vie bourgeoise et Valyra le sait parfaitement. Elle a grandi dans ce milieu, à appris à s'y faire, à s'y habituer, à déjouer les plans et les contre-coups de ce dernier. C'est sans doute pour ça, qu'une fois encore, elle nage comme un poisson dans l'eau dans cette réception, sans se préoccuper des gens qui passent, ni des regards qui s'arrêtent sur sa personne. Elle se moque de tout et de tout le monde, sans pour autant ne louper un ragot, une rumeur, un rapprochement entre deux convives. Les murs ont des oreilles, les deux jeunes femmes le savent, tout comme les convives également présents. " Malheureusement oui… " Elle soupire. " Il y aura toujours des détracteurs, c'est évident, mais je ne pensais pas qu'ils pouvaient autant faire preuve de culot. " C'était bien le souci d'ailleurs, si elle avait pu anticiper de telles réactions, peut être que l'Ordre aurait pu également et ainsi aucun mal n'aurait été fait, aucune difficulté n'aurait été rencontrée.

Elle ricana. Froidement. Tout en laissant son faciès donner le change. " M'en parle pas. " Répondit-elle, avant d'avaler une gorgée de sa boisson. " Il paraît qu'il serait plus raisonnable que je trouve quelqu'un maintenant. " Roulement discret des yeux dans les orbites, elle poursuit pourtant. " Je ne suis pas déçue. C'est quelqu'un de bien et de gentil. " Elle aurait largement pu avoir pire. Comme un Barthomew par exemple. Mieux, comme un Powell (enfin, dépendant du point de vue) aurait eu ses avantages, mais aussi ses inconvénients. " J'espère pouvoir apprendre très vite à le connaître. " Parce que pour elle ça lui importait beaucoup, elle ne voulait pas passer sa vie aux côtés d'un inconnu, d'autant plus si, comme elle le savait parfaitement, elle se devait de lui donner des enfants. " Je suis ravie pour toi. Et, évidemment, je serais ravie de découvrir ces nouvelles idées. " Petit gloussement discret, elle sait pour autant que rien ne sera mentionné ici. Qui serait assez fou pour parler de plans secrets, d'avenir professionnel, dans un milieu où tout se vole et s'apprend ? " Oh. " Elle ricane. " Dis m'en plus. " Elle ne pouvait pas rester là-dessus, absolument pas.


Un jour je t'expliquerai pourquoi le sang qui coule dans tes veines se diffère tellement du mien. Un jour tu comprendras qu'il n'y a parfois que quelques gouttes qui font toutes une vie de pureté. — .
il n'existera ni limite
ni frontière
à la purification.
Et de tes maux
tu voilà soulagé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

her mind's like a diamond (valyra)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Brindleyplace-
Sauter vers: