AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 just a little Fay ❀



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Se présenter :: en cours
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dim 14 Jan - 21:56

avatar



MESSAGES : 60 EMPLOI : Esclave

carnet personnel
TON PATRONUS: un Paradisier de Raggi.
DANS TA POCHE: des cartes de tarot, quelques graines et un crayon.
COMPÉTENCES:




Fay

Profiterait-on de la vie si on savait ce qui nous attend ?



Nom et prénom Fay. C'est tout ce qu'on lui a jamais donné comme nom, la seule manière dont on l'a jamais appelée. Est-ce celui qu'elle avait à la naissance ? Elle n'en est même plus certaine, même si cela ne l'étonnerait pas vu que c'était marqué dans son dossier... D'ailleurs, dans ce dossier, il est marqué que son nom de famille est Dream. + âge et date de naissance apparemment, elle serait née le 23 août 1995 ce qui lui fait 22 ans. + statut de sang impur, il n'y a rien à faire contre cela, elle est née ainsi. + précision sur le statut deux parents sorciers dont elle ne conserve presque aucun souvenir. Par contre, on lui a souvent rabâché que sa famille était connue pour ses dons de voyance. La belle affaire... Elle s'en serait bien passée. + caractère  patiente + créative + docile la plupart du temps + discrète + souriante + altruiste + positive + obstinée + secrète + courageuse + ferme quand il faut + joueuse + calculatrice + légèrement charmeuse + loyale + taquine + nationalité Britannique pure souche, même si au fond, qu'importe. + situation familiale orpheline et pas de fratrie connue. + situation financière riche ? Même si concrètement elle ne possède rien, tout appartient aux Archdeacon. + situation matrimoniale/orientation sexuelle célibataire. Le reste ? Ce n'est pas autorisé alors à quoi bon se poser des questions sur ses préférences ? + métier/études esclave, bonne à tout faire mais principalement attachée à l'entretien du parc royal, quand on n'a pas besoin d'elle à l'intérieur. Voyante personnelle des Archdeacon, même si son don est assez fluctuant. + groupe désiré Dust, magie ou pas qu’importe au final, ce n'est pas de son ressort. Elle n'est rien de plus qu'une petite chose dans un immense tourbillon qui pourrait la souffler sans le moindre mal. +

Si vous aviez un patronus, quel serait-il ? un Paradisier de Raggi. + Si vous possédiez une baguette de quoi serait-elle faite ?  peut-être aurait-elle fait 21,5cm, serait faite de bois de poirier et contiendrait un crin de licorne. + Si vous aviez accès à la magie, comment l'utiliseriez-vous ? pour embellir les fleurs du jardin royal.
dust

toi et le gouvernement


Que penses-tu du gouvernement actuel ? As-tu des liens avec lui ?
Difficile de faire plus lié et plus détaché du Gouvernement. Esclave au sein du Palais, papillon allant d'une personne à l'autre en fonction des besoins, elle entend des choses mais j'a jamais son mot à dire. Qui écouterait une petite chose fragile tout juste bonne à baisser la tête et obéir, de toute manière ? Mais elle entend et retient. Toujours. Si elle est d'accord ? Non. Ils ont été injustes. L'Orphelinat a été un cauchemar constant, le conditionnement des enfants cruel, sans les laisser se développer comme ils auraient dû. Les choses doivent changer, il faudrait mettre un stop à ces horreurs. Mais personne ne l'écoutera...

Le mouvement de rébellion se fait de plus en plus présent dans la vie des citadins, qu’en penses-tu ? Es-tu en faveur de leur façon de faire ?
Comment approuver un groupe qui tue des gens ? Un des princes est mort et cela l'a profondément affectée. Elle ne peut tolérer des actes aussi violents, aussi dévastateurs pour des familles innocentes. Si, au départ, elle espérait qu'ils arriveraient à faire bouger les choses, elle a changé d'avis. De tels actes ne peuvent que dégrader l'image des sorciers aux yeux du reste du monde et c'est contraire à ce qu'un vrai mouvement de rébellion aurait comme objectif. Qu'ils disparaissent, ce sera mieux pour tout le monde.

Que penses-tu de l'Ordre du Phénix ? As-tu des liens avec lui ?
Autant que possible, elle évite ces personnes en tenue sanglante. Il s'agit du bras armé du Gouvernement, ceux qui font le sale boulot. Ceux qui n'hésiteraient pas à écraser quiconque se mettrait en travers de leur chemin, que ce soit pour obéir aux Ordres ou à leurs propres dessins. Elle les craint et fait de son mieux pour se faire oublier lorsqu'elle ne peut les éviter. S'il s'agit juste des représentants de la loi ? Non, elle est loin d'être idiote. Et elle est persuadée que si le Gouvernement commence à un peu trop les restreindre, ils n'hésiteront pas à faire un coup d'état.

Explique nous ton point de vue sur le statut de sang
Faire une différence entre impurs et purs est normal pour Fay. Les premiers ont des pouvoirs qui effrayent les seconds. Sans doute est-ce normal d'exercer un certain contrôle pour éviter qu'il y ait des problèmes. Mais de là à réduire les sorciers en esclavage ? C'est trop extrêmiste à son goût. La méthode n'est pas la bonne. Ils brisent des vies, entretiennent la haine chez ceux qui sont assez forts et/ou intelligents pour ne pas se laisser briser par les conditionnements et les violences subies. Cela se retournera contre eux, un jour ou l'autre. Ou les impurs finiront par disparaître.

Es-tu pour ou contre le retour de la magie ?
Qu'importe. Elle n'a que très peu de souvenirs de la magie, a grandi dans l'idée que c'était mal. Et c'est la magie qui lui a valu et qui lui vaut encore son statut particulier : celui de voyante. C'est un don familial, dont elle aurait souhaité se passer. Pour le reste, qu'importe. Elle a trop de mal à visualiser ce que cela changerait dans sa vie de tous les jours que, à ses yeux, ce n'est pas essentiel. Mais peut-être changerait-elle d'avis si la magie revenait.

Que penses-tu de la purification de masse ?
Fay est partagée. Si cette purification de masse impliquait que les personnes purifiées pouvaient ainsi acquérir leur liberté, puisqu'ils ne représentent plus un "danger" pour les purs, ce serait peut-être une bonne idée. Mais elle ne change rien à la condition des impurs. Ce n'est qu'une contrainte de plus, retirer violemment à ceux qui ont toujours aimé leur magie une part de leur identité, de ce qu'ils sont. C'est une violence de plus, qu'elle ne comprend pas et ne cautionne pas non plus.


derrière l'écran

pseudo/prénom Tatsuki, toujours. + âge 25 balais, déjà... + région IDF + comment nous as-tu trouvé ? Ouh... C'était il y a longtemps, par bazzart peut-être. + un autre petit mot ? pouet + souhaites-tu être parrainé après ta validation ? je ne pense pas que ce soit utile.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Jan - 21:56

avatar



MESSAGES : 60 EMPLOI : Esclave

carnet personnel
TON PATRONUS: un Paradisier de Raggi.
DANS TA POCHE: des cartes de tarot, quelques graines et un crayon.
COMPÉTENCES:




beautiful bloom

La liberté se présente en une multitude de choix, même insignifiants.





contes nous ton histoire
août 2000, meilleur Orphelinat de Birmigham, 5 ans.
Petite chose tremblante sur son lit, le corps parsemé de multiples taches de la couleur du ciel. Assise, dos contre la tête de lit et oreiller serré contre toi, tu as peur Les yeu dans le vide, tu ne fais pas attention à toutes ces autres petites filles qui dorment profondément à cette heure. Dans le dortoir, tu es la seule à ne pas dormir. Ou plutôt, à ne plus dormir. Les cauchemars t’ont réveillé il y a déjà une bonne heure. La grosse horloge du dortoir, au-dessus de la porte, indique quatre heures du matin. Tout le monde sera levé dans deux heures. Tu ne veux pas voir les Mères, tu ne veux plus subir les coups. Tu es terrorisée par tout ce qui se passe ici. Tu as envie de partir, loin. De ne plus être là.
Un bruit se fait entendre. Tu sursautes et te recroquevilles un peu plus sur toi-même. La poignée de la porte bouge, la porte s’ouvre, tu essayes de disparaître dans le lit… Et c’est à ta grande surprise que tu vois apparaître la tête blonde d’un petit garçon, un peu plus âgé de toi. Un garçon que tu connais bien. Orion. Un des troubles fête de l’Orphelinat, même si tu l’aimes bien. Mais que fait-il ici ? Il semble chercher quelque chose. Et lorsqu’il te voit, il te fait signe de venir. Tu fronces les sourcils mais descends de ton lit. Pieds nus foulant le sol, tu le rejoins et même le suit dans les couloirs jusqu’à… Un petit salon où vous n’avez pas le droit d’entrer. D’ailleurs, tu te figes à l’entrée.
-N’aie pas peur, personne n’en saura rien.
Tu hésites tout de même, mais finis par le suivre. Il commence à fouiller dans les meubles et cela t’inquiète un peu. Tu ne sais pas ce qu’il cherche, ce qu’il fait. Vous aurez tous des ennuis quand les Mères se rendront compte que l’un de vous est venu y mettre le bazar. Et tu regrettes de l’avoir suivi, d’avoir quitté ton lit pour le suivre. Tu commences même à faire demi-tour lorsqu’il revient, une bougie entre les mains. Intriguée, tu restes sur place, le regardant l’allumer. Et te la tendre. Tu le regardes sans comprendre, silencieuse. Qu’est-ce que cela signifie pour lui ?
-Bon anniversaire Fay…
Bon anniversaire ? Au début tu ne comprends pas. Pourquoi est-ce qu’il parle d’anniversaire ? Puis petit à petit tu te souviens. Les Mères qui parlaient entre elles, qui disaient que tu allais avoir cinq ans. Tu regardes la bougie. Et des souvenirs remontent. Le gâteau d’anniversaire, les bougies à souffler… Les larmes remontent, dévalent tes joues tandis que tes épaules sont secouées de sanglots…
-Merci Orion…
-Souffle… Souffle et surtout fait un voeu…

Tu prends le temps de réfléchir. Un voeu. Difficile, dans ces lieux où l’espoir et penser à soi est interdit. Puis finalement, tu souhaites qu’à un prochain anniversaire, tu puisses avoir une petite part de gâteau. C’est déjà tellement impossible, mais tu ne peux demander mieux. Ou alors. Ton regard se pose sur Orion. Et tu souris. En fait, tu souhaites qu’il reste gentil avec toi. Et tu souffles la bougie…

mars 2004, meilleur Orphelinat de Birmigham, 8 ans.
Les mères ne sont pas contentes. Mais vraiment pas. Tous les enfants sont rassemblés dans le réfectoire, tous debout pendant qu’elles interrogent inlassablement chacun d’entre eux. Qui donc a mis le feu au lit et par extension à une partie du bureau de la Mère Supérieure ? En soit il n’y a pas eu tellement de dégâts, juste quelques meubles noircis et de fausses fleurs en pot absolument affreuse réduites en cendres. Rien de bien grave. Mais chacun sait qu’elles ne laisseront pas cela passer. Tu sais pertinemment que si elles apprennent que c’est ta faute, tu prendras cher. Vraiment cher. Même si d’un côté, tu es plutôt fière de ton coup. Pour une fois que c’est Elle qui subit, plutôt que vous. Il était grand temps que quelqu’un fasse quelque chose contre elle, et autrement qu’en la provocant, comme le font certains aînés.
Les mains dans le dos, regard posé au sol, tu attends que l’ouragan passe. Tu as déjà répondu aux questions, sans avouer une seule seconde ta culpabilité. Qu’elles craquent un bon coup, ce n’est pas comme si vous étiez tous punis au moindre problème. Un peu plus ou un peu moins, qu’importe. Ton regard se lève quelques instants, et se pose sur Orion. Et tu fronces très discrètement les sourcils. À voir le regard qu’il pose sur toi, il sait. Tu déglutis difficilement. Tu crains qu’il te dénonce aux mères. Et pourtant, une ombre de sourire étire ses lèvres. Et tu comprends. Il est fier de toi. Tu lui accordes un furtif sourire en retour, lorsque personne d’autre ne vous regarde, puis tu fixes à nouveau le sol. Cette nuit, vous discuterez de tout cela…

février 2006, meilleur Orphelinat de Birmigham, 10 ans.
Tu te sens mal. Voilà plusieurs jours qu’Orion te fait la tête. Il refuse de comprendre que non, tu n’en fais pas exprès de toujours tirer les mêmes cartes. Ces cartes de tarot qu’il a trouvées dans le bureau de la Mère Supérieur, dans un dossier rangé à ton nom. Ce jeu de cartes, tu ne t’en sépares plus. Tu as la sensation que c’est comme une part de toi-même. Et si tu as compris que c’est lié à ta famille, puisque c’est inscrit dans ton dossier, tu t’étonnes toujours de comprendre la signification de ces cartes sans avoir eu le temps de les apprendre.
Pourquoi Orion t’en veut ? Parce qu’à chaque fois que tu lui tires les cartes, le même message en sort : il va lui arriver un accident. Grave. Et tu as l’impression qu’il croit que tu veux lui faire peur en faisant exprès de toujours sortir les mêmes cartes. Mais ce n’est pas le cas. Tu les mélanges toujours, tu les lances même dans les airs pour les mélanger. Tu n’y es pour rien, c’est toujours ce même message pour lui et cela t’inquiète énormément.
Tu avances dans les couloirs, tu n’as pas encore de tâche bien définie ce qui te permet d’avancer dans les couloirs, ton verre de lait à la main. D’ailleurs, tu te souviens que tu as quelque à faire en cuisine. Tu fais finalement demi-tour. Et arques un sourcil lorsqu’une des mères passe à côté de toi. Que faisait-elle donc en cuisine ? Celle-là n’y met jamais les pieds. Tu trouves cela extrêmement suspect. Seulement tu n’as pas le temps de plus te questionner qu’un bruit métallique aussitôt suivi d’un hurlement de douleur se fait entendre. Tu lâches ton verre qui explose au sol, répandant son contenu aux alentours. Tu ne t’arrêtes pas, te précipitant vers la source du bruit.
Orion est au sol, il y a de l’eau fumante tout autour de lui et une casserole au sol. Tu lèves les yeux. Les plaques sont allumées. Comment a-t-il fait pour faire tomber cette casserole sur le feu ? Qu’importe. Tu essayes de te précipiter à ses côtés mais dès que ton pied nu se pose dans l’eau tu fais un bond en arrière. C’est bouillant ! Tu appelles, paniquée, attrapant instinctivement une autre casserole, la remplie d’eau froide et lances le contenu sur ton ami ! L’eau trop chaude écartée, tu le rejoins. Sa peau est rouge. Du haut de tes dix ans, tu devines déjà de profondes brûlures et fais de ton mieux pour mettre de l’eau tiède sur lui, en attendant qu’un aîné te vienne en aide pour l’amener aux douches. Tu te sens tellement mal d’avoir eu raison. Tu aurais préféré te tromper avec tes cartes…

juin 2008, meilleur Orphelinat de Birmigham, 12 ans.
Tu as du mal à comprendre pourquoi tu as recommencé à tirer les cartes. Depuis l’accident d’Orion - même si tu soupçonnes très fortement que ce ne soit pas accidentel - tu n’as presque plus utilisé tes cartes. Mais depuis quelques semaines, tu as recommencé. Mais pour toi cette fois. Et si cela change régulièrement, un message semble se faire insistant : ta vie va bientôt changer. Normal, dans quelques mois tu auras treize ans, tu seras en âge d’être sur le marché. Pourtant une carte revient systématiquement : la Mort. Une rupture complète et définitive entre le passé et le futur. De quelle manière, cela tu l’ignores.
Un sursaut. Tu viens de te piquer le bout du doigt avec ton aiguille. Travaux de couture. Tu détestes cela. Aucune de tes petites camarades n’est aussi nulle que toi en couture. C’est une catastrophe et tu as trop souvent entendu qu’en étant une si mauvaise couturière jamais aucun Pur sensé ne te prendra à son service, que tu restera sans doute à jamais une charge pour l’Orphelinat. Tu les feras mentir, un jour. Un jour oui…
-Hé, attention Fay ! L’aiguille va finir par te traverser le doigt.
-Ca fera un piercing que les mères ne pourront pas m’interdire.
répliques-tu du tac au tac.
Ta camarade sourit et du coin de l’oeil tu repères que les autres réagissent de la même manière. Tu es plutôt contente de ton coup. Il faut dire que malgré le fait que tu sois devenu un très bon élément de l’Orphelinat, tu n’en as pas perdu ton petit caractère. Tu es de ces aînés qui crochètent les serrures pour aller chercher à manger pour les cadets ou organiser quelques petites sorties clandestines en dehors de votre lieu de vie. Tu es de ceux qui se dénoncent à la place des cadets, qui se font punir pour préserver les plus jeunes. Et en cela, tu es extrêmement appréciée de tes petits camarades. Des bruits de pas dans le couloir vous font sursauter et vous reprenez toutes le travail. La porte s’ouvre brusquement sur une Mère qui vous observe toutes, avant de se poser sur toi.
-Toi. Tu montes au dortoir et fais ta valise. Dans une heure tu pars.
-Je. Je pars ? Mais où ?

Le regard noir qu’elle te lance te pousse à te recroqueviller sur place. Tu te fais toute petite, craignant inutilement une nouvelle punition même si tu sais qu’elle ne prendrait pas le risque d’abîmer une petite esclave au moment de son départ dans sa famille.
-Au palais royal.
Le. Tu as l’impression que ta mâchoire se décroche. Le palais royal ? Mais tu n’as pas le souvenir que qui que ce soit du palais se soit particulièrement intéressé à toi ! Tu as sans doute raté quelque chose, sûrement même. Tu ne comprends pas ce qu’il se passe. Mais quand tu notes ce regard lourd de signification posé sur toi, tu comprends et t’exécutes : tu lâches ton travail en cours et file aussitôt jusqu’au dortoir. En soi, tu n’as as grand chose à emmener : des vêtements, tes cartes, quelques feuilles de papier recouvertes de dessins et des crayons à papier et des gommes. C’est tout. Absolument tout. Ainsi donc c’était cela, le changement brutal dans ta vie ? Il semblerait bien, oui…

octobre 2011, Palais de Birmingham, 16 ans.
Un petit sourire aux lèvres, tu t’occupes consciencieusement des multiples plantes du jardin royal. Un sécateur à la main, tu coupes les branches mortes ou trop abîmées pour survivre. Tu vérifies qu’aucun plant ne présente de signes de maladie ou parasite. Tu n’es pas la référente en la matière, mais tout ce que tu remarques tu en fais référence au jardinier en chef. Tu aides toujours au jardin, quand aucune tâche ne t’attend à l’intérieur. Et pour l’instant c’est le cas. Voilà plus de trois ans que tu es là. Tu as eu le temps de prendre tes marques, de comprendre à qui tu as affaire et la manière dont il vaut mieux agit en fonction de ton interlocuteur. Tu es au service de la famille royale, aucun écart n’est toléré. Tu l’as enregistré et, en bonne petite esclave, tu obéis à tes maîtres. Discrète mais toujours présente lorsqu’on a besoin de toi. Même pour tirer les cartes lorsqu’on l’exige de toi, même si tu ne tiens pas spécialement à le faire. Satanées cartes, elles sont le plus beau bâton que tu peux tendre pour te faire battre, lorsque tes prédictions se révèlent fausses.
Tu regardes un papillon se poser sur une rose. Tu stoppes ce que tu faisais pour l’observer. Petite chose fragile mais libre d’aller où elle le souhaite. Tu l’envies un peu, de pouvoir faire ce qu’elle veut. Sa vie lui appartient. La tienne appartient aux Archdeacon. Alors certes, tu n’as pas dans l’idée de les haïr du plus profond de ton coeur. Même si tu ne les apprécies pas totalement non plus. Tu les évites autant que possible, et lorsque tu n’as pas le choix tu te fais petite souris invisible. Surtout face au père. Les plus jeunes enfants, tu te permets de temps en temps une petite remarque, voir une petite pique. Mais rien qui soit équivalent à ce que tu peux faire avec les autres esclaves. Tu ne t’en rends pas encore réellement compte, Fay, mais tu n’es plus une enfant. Tu es une adolescente, une femme dans quelques années et ton corps a changé en conséquent. Certains l’ont déjà remarqué d’ailleurs, et c’est tellement plus facile de manipuler les hommes avec quelques belles courbes… Et ce malgré les cicatrices laissés par les années d’Orphelinat, que tu caches tant bien que mal. Un jour, tu maîtriseras l’art de la manipulation. Et ce jour-là, il faudra peut-être commencer à se méfier de ce joli minois qui est le tien.

septembre 2017, Palais de Birmingham, 22 ans.
Le palais est en deuil. Un des princes n’est plus. C’est effrayant de te dire que ce prince, qui vivait dans le même bâtiment que toi, a perdu la vie sans que tu parviennes à le prédire. Certes, tu ne tires pas les cartes tous les jours, mais si tu l’avais fait, peut-être aurais-tu vu cela arriver, peut-être aurais-tu pu le mettre en garde, l’empêcher d’y aller, le sauver… Tu le vis très mal. Vraiment. Même si tu sais pertinemment que même si tu l’avais vu, cela aurait fini par se produire d’une manière ou d’une autre.
Tu jettes un coup d’oeil à ton réveil. 5:28. Dans une vingtaine de minutes, tu devras quitter ta chambre pour te rendre aux cuisines. Un des commis est malade depuis trois jours, tu le remplaces derrière les fourneaux le temps qu’il revienne. Le jardin te manque mais tout le monde se fiche de tes préférences. Tu n’es là que pour obéir, rien de plus. Toi, donner ton avis ? Ce serait une hérésie. Mais cela ne t’empêche pas d’écouter et d’enregistrer.
En attendant, tu termines ton dessin. Un dessin du prince. Habituellement, tu ne dessines que des paysages, des plantes et des animaux. Les humains, c’est exceptionnel. Mais la situation l’est. Tu veux faire cela, au moins pour lui. Pour te rappeler de ce garçon que tu as vu grandir en même temps que toi, qui pensait différemment du reste de sa famille. Ton coeur se serre. C’est une grande perte, une perte incompréhensible. Il ne présentait aucune menace, n’était pas la cible la plus haut placée que la Résistance puisse abattre. Tu as le  sentiment que ce n’était rien d’autre que de la violence gratuite. Et tu ne l’oublieras pas. La violence n’est et ne sera jamais une solution pour se faire entendre et être suivi par le gros de la foule.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Jan - 22:04


Invité

Invité



Heyheyhey, reebiieennvveennuuuueeeee =D
Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Jan - 22:13

avatar



MESSAGES : 60 EMPLOI : Esclave

carnet personnel
TON PATRONUS: un Paradisier de Raggi.
DANS TA POCHE: des cartes de tarot, quelques graines et un crayon.
COMPÉTENCES:


Merci Kiwi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Jan - 22:16


Invité

Invité



Mais de rien choupinette What a Face .
Revenir en haut Aller en bas
Dim 14 Jan - 22:17


Invité

Invité



Re par ici
Puis ton choix de vava quoi **
Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Lun 15 Jan - 5:57

avatar



MESSAGES : 1400 LOCALISATION : Dans les rues de Birmingham, protégeant le peuple Anglais. EMPLOI : Patrouilleuse et chef des Patrouilleurs au sein de l'Ordre du Phénix.

carnet personnel
TON PATRONUS: Il s'agirait sans doute d'une panthère, rusée et discrète mais terriblement dangereuse.
DANS TA POCHE: Un rouge à lèvre bordeaux, pour contraster avec son uniforme rouge sang. Une petite fiole de poison, c'est toujours utile, et une lame, effilée et tranchante, comme son caractère.
COMPÉTENCES:


Rebienvenue par ici avec ce chouette personnage Hâte d'en apprendre plus I love you


qu'importe la souillure de ton sang, si tu me barres la route, je t'écraserai, si tu oses cracher sur le gouvernement qui ta garde en vie, je t'exécuterai — .
le devoir
avant
tout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 15 Jan - 12:52

avatar



MESSAGES : 60 EMPLOI : Esclave

carnet personnel
TON PATRONUS: un Paradisier de Raggi.
DANS TA POCHE: des cartes de tarot, quelques graines et un crayon.
COMPÉTENCES:


Merci beaucoup Oli. Je trouvais que la bouille toute innocente de Ginny allait très bien à Fay.

Merci Uly ! J'avance petit à petit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Jan - 22:10


Invité

Invité



bienvenue à Birmingham



Pfiou cette fiche ! J'ai été totalement conquise par celle-ci ! J'ai hâte de la voir en action, surtout avec ces cartes ! Je pense que certaines personnes ne vont pas acceptés de se voir lire leur avenir (au hasard : Archi' ? ) En tout cas, re-bienvenue par ici avec ce personnage qui roxxe !


Bienvenue, bienvenue   Te voilà donc fraîchement validé jeune padawan !   Puisses le sort t'être désormais favorable et ce, avant que l'hiver arrive  
Hm, hm. Plus sérieusement  Tu peux désormais aller recenser ton personnage juste là (histoire d'être parfaitement à jour), ensuite tu pourras créer ton petit carnet personnel par ici, où tu pourras absolument tout mettre (n'oublies pas de lire les règles de la section pour mieux comprendre le fonctionnement)  
Tu peux également te mettre au service des Purs (sauf si tu es Pur  )
Si tu ne veux pas te retrouver à la rue, tu peux demander un logement, ou préciser que tu es encore un habitant de l'Orphelinat et demander ta chambre.
Par la suite tu pourras rp à ta guise sur le forum !  
On t'invite néanmoins à aller jeter un coup d'oeil aux animations, ça se trouve tu pourrais en louper une ! En espérant que tu te plairas sur MS et que tu vivras de belles et longues aventures  

Gloire aux Moldus, gloire à la pureté du sang et puisses-tu vivre longtemps !
Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Jan - 22:15

avatar



MESSAGES : 60 EMPLOI : Esclave

carnet personnel
TON PATRONUS: un Paradisier de Raggi.
DANS TA POCHE: des cartes de tarot, quelques graines et un crayon.
COMPÉTENCES:



Merci beaucoup !!!

T'inquiète, Fay ne tire pas non plus les cartes pour n'importe qui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Jan - 22:45


Invité

Invité



.... Je peux l'avoir dans le lit de Wilheilm ??? -fuit Ulyana vite et loin-


REBIENVENUUUUUE AVEC CE TOUT BEAU PERSONNAAAAAGE !!!
Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Jan - 22:46

avatar



MESSAGES : 60 EMPLOI : Esclave

carnet personnel
TON PATRONUS: un Paradisier de Raggi.
DANS TA POCHE: des cartes de tarot, quelques graines et un crayon.
COMPÉTENCES:



Ca se négocie.

Arrow

Merciiii !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

just a little Fay ❀

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Se présenter :: en cours-
Sauter vers: