SYSTÈME DE JEU

MS se veut évolutif, vous pouvez donc découvrir dans ce sujet toutes les modalités de ce système, allant des complots entre joueurs, aux fausses fiches qui renversent tout le jeu.

SUJETS A VISITER

NOS SCÉNARIOS

l'héritier du trône
esclave personnel - amitié
esclave personnel - amour ?
partenaire commercial - plus ?
pleins d'autres ici


famille Meyer
famille Llewellyn
pleins d'autres ici




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Ce que cache une porte - Artémis



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Palais de Birmingham
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mer 17 Jan - 21:08

avatar



MESSAGES : 288 EMPLOI : Etudiant en journalisme

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Il s’était réveillé avec une migraine énorme ce qui le mit de suite d’une humeur exécrable. Lui qui avait prévu de travailler ses cours pendant la journée c’était mal barré. Il envoya Marius lui chercher un cachet et se recoucha en espérant que cela passe en une ou deux heures afin qu’il puisse vaquer à ses occupations habituelles ! Un petit peu plus tard, le mal s’était atténué mais n’était toujours pas parti, tant pis, il n’était pas du genre à se laisser aller pour si peu. Il se leva donc, se prépara avant de s’installer à son bureau pour potasser ses cours… mais il fallait croire que la concentration n’était pas de mise aujourd’hui, il n’arrivait à rien et voyant qu’il n’avançait pas, il s’agaçait et forcément plus il était agité moins il avançait et c’était un foutu cercle vicieux ! Ceci dit, il le savait bien, le petit Prince, ce n’était pas quelque chose de dramatique, il était à jour dans ses révisions et un jour ou quelques heures de pause ne changeraient pas la donne, il faudrait juste qu’il continue de bosser à fond les autres jours. C’était l’avantage de n’avoir que des cours par correspondance : il pouvait se gérer réellement comme il le voulait avec moins de contraintes d’horaires que la plupart des autres élèves ; le petit bémol c’est qu’il ne se sociabilisait pas et qu’il continuait de vivre 98% de son temps au château, rien qu’au château. Le seul souci qui se posait à présent c’était : qu’est-ce qu’il allait bien pouvoir faire pour ne pas s’ennuyer ? L’équitation, vu le mal au crâne et le temps c’était foutu. Ses frères et sœurs devaient être occupés à des choses bien plus intéressantes… Lire, peut-être, mais il n’était pas certain d’en avoir envie. Autrement dit, il n’avait envie de rien mais voulait s’occuper tout en étant de pas très bonne humeur, ça promettait une journée heureuse pour les « sous-fifres » qui l’entouraient.

Il avait fini par envoyer paitre son esclave personnel et lui disant de faire ce qu’il voulait qu’il avait juste envie d’être seul, connaissant Marius, ce dernier le suivrait de loin juste au cas où. En attendant, le jeune prince déambulait dans les longs couloirs du château en cherchant ce qu’il pourrait bien faire sans que rien ne lui vint. Il aurait probablement pu aller ennuyer quelques personnes du « personnel pour s’occuper, mais ça ne serait pas drôle. Son prénom résonna soudain dans les couloirs, visiblement c’était sa mère qui le cherchait , comme il n’avait pas fait de bêtises, elle voulait probablement discuter « sérieusement » avec lui d’un sujet ou d’un autre, ou bien son avis… et si d’habitude il se serait prêté au jeu ravi, aujourd’hui il n’en avait pas envie. Il ouvrit la première porte du couloir qui se retrouvait et la referma précautionneusement derrière lui. Voilà, ce souci-là « tait probablement résolu. Il ne s’était pas attendu à se retrouver face à une demoiselle faisant parti de ce « petit personnel ». Il la regarda longuement cherchant son prénom qui lui échappait pour l’instant. Pas bien grave, s’il avait besoin de quoi que ce soit, il pourrait la siffler, ne pas la nommer. Qu’est-ce que vous faites ici ? demanda-t-il intrigué, ce n’était pas le genre de pièce où il s’était attendu à la voir.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Jan - 11:20

avatar



MESSAGES : 36 LOCALISATION : Birmingham, Palais Royal, Quartier des Esclaves EMPLOI : Esclave au Palais

carnet personnel
DANS TA POCHE: un chiffon propre, des épingles à cheveux, une feuille et un stylo
TON PATRONUS: un lynx
COMPÉTENCES:


L'impureté sera traitée et éradiquée. Cette phrase tourne en continue dans ton esprit depuis ton réveil. Tu as encore fait ce rêve. Ce rêve où tu lévites au-dessus de ton lit d’enfant, ce rêve qui te hante depuis que l’on t’a arraché à ta famille. Ce rêve sur ta vie avant l’esclavage, cette vie où tu pouvais tout être, tout avoir. Cette vie où tu avais de l’importance, où tu étais aimée et encouragée. Cette vie que tu méritais, dont tu avais été privée. Depuis ton réveil tu penses à la magie, à ce que ton père t’avais dit lorsque les premiers signes s’étaient manifestés, le moyen de contrôler ces émissions magiques. La Gouvernante t’a assigné au ménage d’appartement de dignitaire inoccupé. Les automatismes d’années de labeur te permettent de réfléchir pendant que ton corps exécute ces gestes maintes et maintes fois répétés. Tu te souviens de tes premiers succès à maitriser des faibles talents à l’âge de 8 ans. Ces objets que tu arrivais à faire bouger quand tu canalisais ta colère ou ta peur. Et tu n’as jamais été aussi en colère qu’en cet instant. Bientôt vous, les esclaves, serez forcés à vous faire purifier. Bientôt on te renierait même le droit de disposer de ton sang autant qu’on t’avait privé du même droit pour ton corps. Vous aviez été pucés, stérilisés par des implants depuis l’enfance, vous ne pouviez parler à aucun « pur » sans autorisation, vous n’aviez pas le droit de fréquenter un autre esclave ou un impur, ou un cracmol sans autorisation. On vous déniait tout autre droit que de servir vos maîtres. On vous avait privé de votre magie, de vos droits de naissance pour vous réduire à n’être que de vulgaires serviteurs. Oui, tu n’avais jamais été aussi en colère. Alors tu poses calmement ton plumeau sur le meuble devant toi. Tu voulais retrouver ce qui faisait de toi cet être particulier, ce qui rendait ton père fier. Tu concentres ta colère, tu respires profondément, le regard fixé sur une poterie servant de pot de fleur au-dessus d’une bibliothèque. Tu veux qu’il tombe. Tu désires qu’il se brise. Tu bandes ta volonté, le regard fixe, les lèvres serrées. Qu’est-ce que vous faites ici ? Tu sursautes, peur, colère. Le vase vacille, s’approche du bord, tombe au sol et éclate en mille morceaux, les fleurs se répandent au milieu des débris, l’eau éclabousse tes pieds. Tu as réussi ? Oh mon dieu. Tu pivotes sur toi-même, tes yeux rencontres les siens, aussitôt, tu baisse le regard, contemple tes pieds. Seigneur viens-tu de faire de la magie devant le Prince héritier de la couronne ? « Le ménage, je dois nettoyer la suite votre Altesse. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Jan - 11:54

avatar



MESSAGES : 288 EMPLOI : Etudiant en journalisme

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Sa question était peut-être un peu stupide, elle n’était pas en train de cueillir des marguerites ça c’était certain, si elle était là, il devait il y avoir une bonne raison. Il ne connaissait pas –et se fichait- les emplois du temps de chaque esclave du Palais, alors il y avait probablement quelque chose à faire par ici. Seulement, avec le temps qui court, il préférait être prudent, qui sait ce qu’elle faisait ici ?! Il avait à peine prononcé ses mots, qu’elle avait sursauté et mais surtout d’un vase tomba. Il regarda la demoiselle, puis le vase brisé à terre surpris, peut-être presque inquiet. Elle ne l’avait pas touché ! Il était certain qu’elle ne l’avait pas touché et il n’y avait pas de courant d’air par ici. Qu’est-ce qui s’était passé ?! Il essaya de se raisonner. Il avait peut-être pas mal vu, un geste le faisant tomber pouvait être rapide, surtout qu’il n’avait pas forcément regardé le bras de la femme. Toujours un peu inquiet, mais curieux et voulant comprendre ce qui s’était passé il ne fuit pas de la pièce pour raconter à sa mère ou à son père ce qui venait de se passer. Magie ? Geste ? Autre chose ? Tout était possible. Il devait être méfiant, la magie était quelque chose de néfaste, mais si c’était de la magie ET que c’était cette esclave qui l’avait provoqué, elle ne semblait pas chercher à lui faire du mal. Du moins pour l’instant. Si magie il y avait eu, il en réfèrerait à quelqu’un de compétent… il haussa les épaules lorsqu’elle lui répondit et montra d’un coup de tête le vase explosé par terre. C’est plutôt casser un vase que nettoyer ce que tu viens de faire… comment tu t’y es pris d’ailleurs, je ne t’ai pas vu le toucher. Il la regarda dans les yeux, s’approchant de quelques pas, curieux, mais restant toujours à distance de l’esclave et surtout assez prêt de la porte si quelque chose arrivait. Il avait tenté un ton pseudo-accusateur pour voir comment elle réagissait, mais il n’était pas certain d’y être arrivé. Et comment t’appelles-tu, d’ailleurs ? Il devait le savoir, mais il ne s’en rappelait plus, et n’avait pas non plus l’intention de le retenir, elle n’avait aucune espèce d’importance, au pire, il la nommerait machine ou truc, ça ferait l’affaire. Ce n’était pas comme si son prénom était vraiment utile de toute manière… surtout aujourd’hui où ils n’étaient visiblement que deux dans la pièce. Elle lui mentirait probablement, elle pouvait dire, répliquer n’importe quoi. Suivant son histoire, son timbre de voix, ses réactions, il jugerait de ce qu’il raconterait ou non à sa famille… s’il en parlait. Il y aurait une bonne explication.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Fév - 15:30

avatar



MESSAGES : 36 LOCALISATION : Birmingham, Palais Royal, Quartier des Esclaves EMPLOI : Esclave au Palais

carnet personnel
DANS TA POCHE: un chiffon propre, des épingles à cheveux, une feuille et un stylo
TON PATRONUS: un lynx
COMPÉTENCES:


Tu contemples les débris du vase sur le sol. Choquée. Heureuse. Apeurée. Frémissante de joie. As-tu réellement réussit à déplacer ce vase ? A le faire tomber de l’armoire ? As-tu fais de la magie ? Mais surtout l’as-tu fais devant le prince ? Tu devrais être ravagée par la terreur et pourtant … pourtant tu n’éprouve pas cette peur l’attente. Non, tu es trop remplie d’espoir pour ressentir de l’angoisse. Il y a tant d’années que tu rêves de te reconnecter avec ta magie. Tant d’années que tu rêves de te défaire de l’emprise des Moldus. Mais tu n’es pas sûre de pouvoir te sortir de cette situation, si tu es arrivée à bouger ce vase, c’est au prix d’un effort violent et conscient, comment tenir tête au jeune prince dans ces conditions ? Tu ne souhaites par être punie ou enfermée dans les geôles de l’Ordre, or il est aussi monstrueux que sa famille, intolérant, capricieux, gâté à l’excès. Tu connais son esclave personnel, tu l’apprécies, tu sais qu’il est particulièrement fidèle au prince mais aussi sensible à la cause de la condition des esclaves. Tu sais que s’il avait été là, il aurait pu t’aider, détourner l’attention du prince. Mais il est seul. Et toi aussi. Et il t’es supérieur, par le rang, par le sang selon leur loi. C’est plutôt casser un vase que nettoyer ce que tu viens de faire… comment tu t’y es pris d’ailleurs, je ne t’ai pas vu le toucher. Son regard ne quitte pas le tiens il te jauge, il ne semble pas sur de savoir quoi penser de la situation qu’il vient de surprendre. Ton esprit fonctionne à pleine vitesse pour te sortir de ce mauvais pas. Tu portes ce masque de soumission et de douceur qui ne te quitte jamais. Mais cela ne suffira pas. Il va se montrer curieux. T’interroger et tu dois y être préparée. Vite. Et comment t’appelles-tu, d’ailleurs ? Tu avais encore une chance de te sauver si tu mentais avec aplomb. « Artémis votre altesse. Je me nomme Artémis. Tu ploies en avant, comme pour esquisser une révérence. « Je ne suis pas très grande … Lorsque j’ai épousseté le vase, j’ai du le rapprocher du bord… Lorsque vous avez claqué la porte, le tremblement des murs a du le faire tomber… Je suis désolée votre Altesse, je sais que je n’aurai jamais l’argent pour rembourser cette perte. Je vais signaler mon incompétence à Madame la Gouvernante. Elle me punira en conséquence…. Si… Si Monsieur votre altesse ne souhaite pas le faire lui-même. » Tu bafouille comme une esclave apeurée, ta capacité à mentir et à jouer la comédie de la repentance est à son maximum. Tu espères que cela te sauvera cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Fév - 19:35

avatar



MESSAGES : 288 EMPLOI : Etudiant en journalisme

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Sebastian la regarda en haussant un sourcil un peu surpris lorsqu’elle reprit la parole. Si son discours semblait clair, raisonnable réel, lui était certain qu'elle ne touchait pas ce foutu objet. Sa parole valait bien plus que celle de la femme, il le savait. C'était facile pour lui et puis, elle ne valait pas grand-chose, ça ne serait pas une grande perte... Malgré tout, il se disait qu'il avait peut-être mal vu et il ne voulait pas qu'elle soit punie injustement. Il resta silencieux encore une bonne minute cherchant une alternative cherchant les bons mots pour tenter de la piéger de lui faire avouer... mais il se doutait qu'elle avait plus d'un tour dans son sac et qu'elle avait bien plus d'expérience que lui dans le domaine vu son âge : elle devait savoir se dépêtrer de ce genre de situation... ou pas. Au final il n’en savait rien il.ne pouvait que le deviner... et il ne se mettait que très mal à leur place. Le jeune Prince finit par reprendre la parole

D’accord… Artémis… mais avant de claquer la porte, je suis certain que tu n’étais pas assez proche du vase pour décrire ce que tu dis, et quand bien même pourquoi ne pas avoir pris une chaise, puisque tu es petite, plutôt que de risquer de faire tomber un objet précieux ?

Il n’y avait aucune agressivité dans sa voix. Il ne parla pas du remboursement, par ce que la vérité c’est qu’il n’en avait que faire, avec toutes ces babioles qui trainaient ci et là ce n’était pas étonnant qu’en faisant le ménage les esclaves en fassent tomber. Non, lui tout ce qu’il voulait, c’était comprendre COMMENT il était tombé. Il doutait avoir une réponse qui le satisfasse grandement, mais il pouvait toujours essayer.

Je ne sais même plus ce que c’était ce vase… Du coup, si tu me dis ce qui s’est réellement passé, sans inventer cette histoire d’avancer ledit vase… je pense pouvoir oublier cette histoire de punition.

N’est-ce pas qu’il était adorable ? Il pouvait se montrer clément avec cette fille. Ne rajoutant rien, il la regarda longuement, essayant de voir des mimiques, des gestes qui auraient pu la trahir, mais il fallait qu’il se rende à l’évidence, on ne pouvait pas dire qu’il était vraiment un bon enquêteur… pour ne pas dire qu’il en était un piètre. En même temps, même si elle le « respectait probablement », il ne devait pas bien lui faire peur ; et la peur aide souvent aux aveux. Il fallait croire qu’il n’avait pas une attitude à être craint, peut-être qu’il faudrait que cela change, même, si au final ; parfois la négociation marchait aussi bien que la peur. Et il préférait cette première option qu’il trouvait bien plus utile.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

Ce que cache une porte - Artémis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Porte étendard orque
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» Utilité du bouclier lorsque l'on porte une armure légère
» Une porte...Allez toquer, ne soyez pas timide !
» La porte-parole de la Minustah opine sur Haiti

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Palais de Birmingham-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: