SYSTÈME DE JEU

MS se veut évolutif, vous pouvez donc découvrir dans ce sujet toutes les modalités de ce système, allant des complots entre joueurs, aux fausses fiches qui renversent tout le jeu.

SUJETS A VISITER

NOS SCÉNARIOS

l'héritier du trône
esclave personnel - amitié
esclave personnel - amour ?
partenaire commercial - plus ?
pleins d'autres ici


famille Meyer
famille Llewellyn
pleins d'autres ici




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i'd be good to you (doraleen)



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Brindleyplace
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dim 21 Jan - 22:20

avatar



MESSAGES : 55 LOCALISATION : dans l'ombre de quelqu'un d'autre. EMPLOI : ancien marines, ancien patrouilleur, aujourd'hui agent dans une boîte privée de sécurité et protection.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un couteau papillon, une vieille photo cornée, ses papiers, un briquet, un paquet de clopes presque vide.
TON PATRONUS: un loup solitaire.
COMPÉTENCES:



i'd be good to you

doraleen & james

thought i saw a sign, somewhere between the lines. maybe it's me, maybe only see what i want.
Coup de blues pour faucher ta motivation. Tu avais des plans pour aujourd'hui, plus ou moins. Des petites choses de prévues, qui vont passer à la trappe. Tu n'aimes pas les jours de pluie. Tu n'aimes pas ce qu'ils représentent, ce qu'ils t'imposent ; de te retrouver seul chez toi. Enfermé par la solitude, hanté par des fantômes d'autrefois. Par le souvenir d'un sourire gorgé d'amour, d'un regard bienveillant, d'une longue chevelure blonde aux reflets caramélisés. Alors, même s'il ne fait pas beau, même si le ciel de Birmingham est gris, tu es de sortie. Tu marches dans les rues sans même savoir ce que tu cherches. Un peu de vie sans doute. Des choses à observer, à écouter. Tu fais cela pour faire passer le temps, pour oublier la solitude qui sera à nouveau là quand tu remettras les pieds dans ton appartement. Tu t'inventes donc une ou deux petites courses ; aller chercher le journal d'aujourd'hui, peut-être même passer par la caserne de l'Ordre pour dire bonjour à tes anciens collègues. Perdu dans tes pensées, tu marches comme si tu n'avais pas d'autre but que cela ; avancer, encore et encore. C'est alors que tu l'aperçois, au coin d'une rue. Elle tourne et change d'avenue, ne t'offrant que quelques secondes pour l'observer. La voir s'enfuir, comme dans tes cauchemars les plus sombres. Surpris, incertain, tu te figes d'abord – tu as rêvé, n'est-ce pas ? Tu finis par te remettre en route, par presser le pas pour la retrouver. Elizabeth. C'est pourtant impossible, n'est-ce pas ? Bien sûr que c'est impossible. Tu t'en souviens encore parfaitement, de ce jour terrible où tu es rentré chez vous. Où tu as pressé son corps sans vie contre le tien, appelant à l'aide à t'en déchirer les cordes vocales. Mais tout l'aide du monde n'a pas suffi. Elle est partie. Alors tout cela n'est sans doute qu'une illusion, un mauvais tour que ton esprit te joue. Tu veux pourtant en avoir le cœur net. Tu finis par rattraper la jeune femme. « Miss ! » Tu t'approches, jusqu'à arriver à sa hauteur. Ton palpitant s'agite plus vite que jamais dans ta cage thoracique. Tu as peur de ce que tu vas découvrir, entendre. Peur de devenir fou. « Je.. Excusez-moi, je... » Tu en perds tes mots. Tu ne sais même plus pour quoi tu es là ou même ce que tu voulais lui dire. Juste pleinement concentré sur ce visage qui te ramène à bien des années en arrière. Plus de dix ans, précisément. « Désolé... J'étais persuadé de vous connaître... » Lâches-tu finalement, détournant ton regard triste sur autre chose.

@Doraleen


    i'm not human at all

    Murder lives forever and so does war, It's survival of the fittest, Rich against the poor. At the end of the day, It's a human trait, Hidden deep down inside of our DNA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Jan - 8:06

avatar



MESSAGES : 1623 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:


Une journée comme une autre, des courses comme les autres, des obligations à remplir, des corvées à faire. Silencieuse, l’esclave se plie à ses tâches et ne dit rien. Sa canne, pour une fois dans ses mains, lui permet d’avancer vite, rapidement, d’éviter les obstacles et les Purs sur son chemin. Une rue, puis une autre, une boutique et une autre. Une sonnerie qui retentit, une autre qui s’éteint. La journée s’allonge et se termine, avec elle son travail tend à se terminer. La jeune femme ne doit pas tarder à rentrer, voilà qu’elle a fini son travail et les nécessités qu’elle avait à faire. Ne pas trop tarder. Ne pas se faire attendre. Ne pas être en retard. Des contraintes en plus à prendre en compte. Tout le temps, à chaque seconde. A chaque minute. Ne jamais cesser de penser, de revoir les règles et de se rappeler sa place. Des habitudes qui ont la vie dure et dont elle ne démords pas. Même si elle le voulait, de toute façon, qu’est-elle d’autre dans ce monde qu’un objet qui obéît au doigt et à l’œil ?
Voilà qu’elle tourne à une rue et une voix se fait entendre. Serait-ce elle que l’on interpelle ? Pas réellement persuadée, elle laisse couler, avant qu’il s’approche et ne s’excuse. Elle se retourne, tentant de trouver un point d’ancrage autour d’elle, mais ses pupilles opaques n’y voient rien. Impossible de savoir qui est là. Oh, elle entend bien un cœur battre à tout allure et des émotions multiples, variées, mais ça ne suffit pas pour décliner une identité.
Le parfum qui l’entoure ne lui dit rien, encore un inconnu qui vient se jouer d’elle ? Ou serait-ce différent cette fois-ci ? Aucune idée. Elle n’en sait strictement rien. Comme toujours, elle préfère se méfier et ne pas parler… Voilà qu’il s’excuse à nouveau, persuadé de l’avoir connu. Elle fronce les sourcils. « Je suis désolée de vous avoir dérangé. » Répond-t-elle. N’est-ce pas là sa faute ? D’une certaine façon, ses actes, ses gestes, ou sa posture, ont pu faire croire à ce jeune homme quelque chose d’autre. Elle s’en veut, d’une certaine façon. Ou ne serait-ce là que les automatismes de sa condition qui reprennent le pouvoir ? A quoi bon y réfléchir, de toute façon, les mots ont déjà franchis la barrière de ses lèvres. « Puis-je vous aider ? » Finit-elle par demander, incertaine de pouvoir lui être d’une quelconque utilité, mais désappointée face à la situation.


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Fév - 9:52

avatar



MESSAGES : 55 LOCALISATION : dans l'ombre de quelqu'un d'autre. EMPLOI : ancien marines, ancien patrouilleur, aujourd'hui agent dans une boîte privée de sécurité et protection.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un couteau papillon, une vieille photo cornée, ses papiers, un briquet, un paquet de clopes presque vide.
TON PATRONUS: un loup solitaire.
COMPÉTENCES:


Tu es perdu, complètement incertain. Toujours un peu tracassé par les fantômes de ton passé, malgré ce que tu peux prétendre. Tu dis toujours que tu vas bien. Que tu es totalement passé à autre chose, depuis toutes ces années. Mais le souvenir d'Ellie est toujours là. Ancré sous ta peau, sur le muscle de ton palpitant. Quand les nuits sont longues et teintées de cauchemars terribles, tu revois son sourire. Tu entends son rire. Tu aperçois sa chevelure aux reflets de miel. Tu as presque l'impression que tu peux la serrer dans tes bras, dans ces instants. Sentir son parfum à nouveau. Et surtout, entendre sa voix, sa douce voix qui te murmurait les plus beaux mots du monde, quand elle était encore en vie. Alors oui, ce qui se passe aujourd'hui relève sans l'ombre d'un doute du délire. Ellie est morte depuis longtemps maintenant. Mais ton cœur a besoin d'y croire, besoin de ces faux espoirs. C'est pour cela que tu suis la jeune femme au détour d'une autre rue, que tu cherches à l'aborder, un peu maladroitement. « Désolée de... » Que tu répètes, un peu incrédule. « Vous ne m'avez pas du tout dérangé, c'est moi, je... » Tu comprends enfin le sens de sa phrase et déglutis un peu. Comment peut-on en venir à leur laver le cerveau à ce point, à ces pauvres esclaves ? Tu te sens mal. D'autant plus à l'idée qu'elle culpabilise par ta faute. Tu passes doucement une main sur ta nuque, légèrement gêné mais surtout perdu. Elle reprend la parole et tu hausses doucement les épaules. « Non je. Rien, il n'y a rien que vous puissiez faire et quand bien même, je ne comptais pas abuser de votre gentillesse. » Tu oses enfin croiser son regard, pour te rendre compte qu'elle est aveugle. Oui, avec sa canne, c'était plutôt évident. Mais tu n'y as pas prêté attention dans l'immédiat, tout perturbé. « Je n'ai besoin de rien, merci. » Que tu rajoutes timidement, retrouvant un sourire un peu timide. C'est stupide, puisqu'elle ne peut pas le voir, mais tu ne t'en rends pas vraiment compte. « Et puis, je me suis mis sur votre chemin. Peut-être que moi, je peux vous aider ? Faire un bout de route avec vous peut-être ? » Tu ne sais pas quoi lui proposer d'autre. Tout ce que tu sais, c'est que tu ne veux pas la laisser partir comme ça. Pas sans avoir eu l'occasion de vraiment lui parler et d'en apprendre plus sur elle.


    i'm not human at all

    Murder lives forever and so does war, It's survival of the fittest, Rich against the poor. At the end of the day, It's a human trait, Hidden deep down inside of our DNA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Fév - 16:47

avatar



MESSAGES : 1623 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:


C’est étrange comme sensation. Se sentir observée, mais pas de façon déplacée, pas en faisant pitié, pas en craignant de se faire agressée. Il est dit que les aveugles présentent des sens parfois plus exacerbés que les autres. Elle ne sait pas vraiment si c’est vrai, ce qu’elle sait c’est que parfois des auréoles de couleurs entoure les citadins, ou qu’elle ressent ce qu’ils font quand il s’agit d’elle. Dora ne l’explique pas vraiment, mais les autres ne sont pas invisibles à ses yeux opaques. Au contraire, elle a l’impression d’en savoir beaucoup plus à leur sujet qu’ils ne le pensent. Elle craint même ce qu’elle apprend, ressent. Elle ne sait jamais comment réagir à toutes ces informations. Comment faire pour supporter leurs regards, leurs murmures. Ils croient qu’elle n’entend rien, ne voit rien, ne perçoit rien du monde qui l’entoure. C’est totalement faux. Aberrant en réalité. Bien sûr, ses yeux sont incapables de voir le monde qui l’entoure, mais elle peut entendre, elle peut ressentir et percevoir des choses qui la dépasse. Jusqu’à sentir, réellement, les émotions des autres. Etrange, handicapant parfois. Pour la première fois, rassurant. Il ne l’inquiétait pas cet étranger. Au contraire, elle se sentait bien à ses côtés. Etrange, oui. Mais pas déplaisant. Ce sentiment de confiance qui se dégageait de sa personne l’inquiétait, tout en ne l’inquiétant pas. Quand est-ce que son instinct l’avait trompé ? Ça faisait bien longtemps que ce n’était plus arrivé.

Elle le laissa parler. Ne savait pas trop quoi dire. Si ce n’était pas elle, c’était lui, oui, mais pourquoi ? Une question qu’elle ne pouvait pas poser. Déjà qu’elle n’avait pas le droit de lui parler, alors autant ne pas le questionner en plus. Ça risquait de devenir dangereux. Beaucoup trop dangereux. Le rouge lui monte aux joues. Très gentil. Trop peut être ? Quel compliment était tombé dans son oreille la dernière fois ? En avait-elle déjà reçu ? Qu’importe, celui-ci faisait plaisir. Gentille. Peut-être, peut-être pas, l’était-elle vraiment ? Elle n’en avait aucune idée. Ne préférait pas y réfléchir. « De rien. » Répondit-elle du tac au tac. « Si jamais vous avez besoin, n’hésitez pas. » Oui, elle était la propriété de la famille Ayling, mais il était gentil avec elle. Respectueux, alors si jamais, un jour, il avait besoin, en remerciement de ces quelques mots soufflés dans la rue, alors elle l’aiderait. Si tant est qu’elle pouvait réellement l’aider. « Je… » Voilà que c’était elle qui ne finissait plus ses phrases. « M’aider ? » Laissa-t-elle tomber, sous le choc de ce qui venait d’être dit. Réellement ? « Euh… » Elle ne savait plus quoi dire, ni quoi faire. « Je devrais pouvoir m’en sortir avec mes affaires. » Répondit-elle, habituée à se débrouiller. « Je veux bien que vous marchiez avec moi. » Répondit-elle, légèrement rouge de gêne. Ce n’était pas dans ses habitudes, mais ce n’était pas déplaisant. Au contraire. Elle préférait profiter de la gentillesse tant qu’il y en avait. Un instinct, elle se méfia. Et si, et si c’était un piège ? Et si au bout de la rue elle allait se faire agresser ? Elle prenait le risque, de toute façon, elle devait essayer pour savoir.


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Mar - 19:20

avatar



MESSAGES : 55 LOCALISATION : dans l'ombre de quelqu'un d'autre. EMPLOI : ancien marines, ancien patrouilleur, aujourd'hui agent dans une boîte privée de sécurité et protection.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un couteau papillon, une vieille photo cornée, ses papiers, un briquet, un paquet de clopes presque vide.
TON PATRONUS: un loup solitaire.
COMPÉTENCES:


Tu te sens ridicule, de continuer à espérer. C'est évident qu'elle ne reviendra pas. Jamais. Parce qu'elle n'est plus de ce monde, parce que tu as étreint son corps sans vie il y a des années de ça. Tu as fait ton deuil, t'en souviens-tu, seulement ? Il faut croire que les cicatrices sur ton âme sont plus fraîches qu'il n'y paraisse. Mais dans le fond, peut-on réellement s'en remettre ? De perdre la personne autour de laquelle on avait modelé sa vie ? Tu aurais fait mille et un sacrifices, pour elle. Tu l'as prouvé en décidant de rendre les armes et de t'installer à Birmingham. Mais ça n'a pas suffi, elle est quand même partie. Pourtant, tu parviens à voir un peu d'elle dans cette jeune femme. Dans la couleur de ses cheveux, la courbe de ses lèvres. Tu la regardes rougir et tu te demandes bien de quoi, mais tu ne formules pas la question à voix haute. Tu préfères te confondre en excuses, car tu la retardes sans doute. « D'accord. » Que tu te contentes de répondre simplement, même si tu sais déjà que tu n'abuseras pas de sa gentillesse. Tu es plutôt du genre débrouillard, compter sur les autres ne te ressemble pas, et tu refuses d'abuser du temps de cette jeune esclave. Au contraire, tu lui proposes ton aide. C'est la moindre des choses pour l'avoir interrompue et tu peux bien l'admettre, tu n'as pas envie de la voir prendre la fuite dans les rues de Birmingham. Pas aussi vite. Tu ne saurais l'expliquer, mais sa présence t'apaise. Sans doute est-ce à cause de cette ressemblance frappante avec Elizabeth... Tu te trouves un peu égoïste dans ta démarche. Sa réponse t'arrache un sourire légèrement triste. Elle aussi est débrouillarde, mais sans doute pas pour les mêmes raisons. Ta proposition était sincère, mais tu ne t'offusques pas devant ce refus déguisé. Tu te contentes de hausser légèrement les épaules. « Oh, très bien. Avec plaisir dans ce cas. » Tu te remets donc en marche avec elle. Silencieux d'abord, perdu dans tes pensées. Tu cherches des explications rationnelles, là où il n'y en a pas et au bout d'un moment, plutôt que de torturer tes méninges, tu te concentres sur elle. « Alors, les Ayling hm ? Ce n'est pas trop... Compliqué ? Ils ne sont pas trop exigeants ? » Tu te pinces légèrement les lèvres, conscient d'en faire peut-être trop. « Désolé, je ne veux pas me montrer indiscret, vous êtes libre de ne pas répondre. C'est juste pour faire la conversation... » Souffles-tu finalement. Tu ne veux surtout pas lui faire peur ou qu'elle prenne la fuite, tu veux juste échanger avec elle, comme deux personnes civilisées.


    i'm not human at all

    Murder lives forever and so does war, It's survival of the fittest, Rich against the poor. At the end of the day, It's a human trait, Hidden deep down inside of our DNA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Avr - 15:28

avatar



MESSAGES : 1623 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:


Étrange. Sympathique, mais étrange. Ce n'était pas souvent que les Purs discutaient avec les Impurs comme s'ils étaient leurs égaux. En réalité, ça n'arrivait jamais.
Est-ce qu'elle s'habituait au fait de n'être qu'un objet ? Ou non ? Ou était-ce autre chose d'avoir autant de gentillesse de la part d'un inconnu ? Est-ce que c'était juste le fait que c'était un homme qui la dérangeait ? Non, elle n'avait jamais eu de souci avec le sexe opposé. Peut être était-ce du fait de sa nouvelle maîtresse. Elle n'en savait rien. Elle trouvait ça étonnant autant de gentillesse. A se demander s'il ne le faisait pas exprès. Comme s'il se forçait à avoir autre chose, un comportement différent. Elle n'en avait aucune idée. Aucune.
C'était compliqué à comprendre et, pour une fois, elle n'avait pas envie de se perdre dans des réflexions en tout genre. " Ca dépend. " Elle haussa les épaules. Pourquoi avait-elle tant envie de lui parler ? " Des fois ils sont assez exigeants. " Pour ne pas dire autre chose. " Et puis, par contre, il y a les récompenses, la reconnaissance du travail. " Elle hausse à nouveau les épaules. " C'est une façon de fonctionner. " Ni bonne, ni mauvaise. Doraleen s'y faisait. De toute façon, avait-elle un autre choix ? C'était désormais son quotidien, sa vie, rien d'autre. Alors oui, elle s'y faisait, elle acceptait son quotidien, elle acceptait les exigences et les violences de sa nouvelle maîtresse, tout en étant - d'une certaine façon - inquiète de cette mentalité. " Aucun souci. " Se mordant la lèvre inférieure, sans se rendre compte qu'il venait de faire la même chose quelques secondes plus tôt. " Ca… Ca ne me dérange pas. " C'était étrange non ? De se sentir aussi proche d'un inconnu. Etrange d'avoir autant envie de lui parler. Etrange de presque craindre de le décevoir. Et pourtant, n'était-il pas qu'un inconnu ?


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Mai - 19:19

avatar



MESSAGES : 55 LOCALISATION : dans l'ombre de quelqu'un d'autre. EMPLOI : ancien marines, ancien patrouilleur, aujourd'hui agent dans une boîte privée de sécurité et protection.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un couteau papillon, une vieille photo cornée, ses papiers, un briquet, un paquet de clopes presque vide.
TON PATRONUS: un loup solitaire.
COMPÉTENCES:


Tu n'aurais jamais dû interpeller cette jeune femme pour la bonne et simple raison que tu ne le fais pas pour les bons motifs. Tu le fais car tu as cru la voir elle. Voir ce fantôme qui hante encore tes jours et parfois tes nuits. Car les reflets dorés de ses cheveux ont brillé au soleil, comme elle qui était si solaire, si radieuse. Tu la questionnes, sans pour autant vouloir passer pour un interrogateur. Tes mots, ils s'échappent histoire de faire passer le temps, de songer à autre chose, à tout ce qui te tracasse ; à commencer par sa ressemblance avec Ellie. Tu parles donc de ses maîtres, les Ayling, et les réponses de la jeune femme te laissent perplexe et même en colère, même si tu n'en montres rien. « La reconnaissance du travail ? Difficile à croire, venant des Ayling... » Qu'il reprend, sourcils légèrement froncés, son regard cherchant à capter celui de la jeune femme. Si leur monde était normal, elle n'aurait pas de compte à rendre, à personne. Elle n'aurait pas besoin d'être récompensée ainsi, ou punie pour le moindre faux pas. Tu te remets à marcher. « Je, j'en oublie les bonnes manières. » Un rire un peu gêné te prend, emporté par cette vision presque surnaturelle, tu en as oublié de te présenter. « Je m'appelle James. James Earnshaw. » Tu lui tends la main, incertain. Tu ne veux pas qu'elle se sente étriquée dans un protocole. Tu aimerais qu'elle te serre la main, qu'elle s'en sente le droit, qu'elle se trouve sur un pied d'égalité. Qu'elle n'ait pas besoin de se comporter comme tout esclave qui se respecte. « On pourrait peut-être se tutoyer, qu'en dites-vous ? » Ton sourire est doux et rassurant. Tu aimerais pouvoir la mettre à l'aise et pouvoir discuter à cœur ouvert avec elle. C'est quelque chose que tu ne t'expliques pas ; tu n'as pas envie de te méfier, face à ces traits innocents et ce sourire bien trop doux.


    i'm not human at all

    Murder lives forever and so does war, It's survival of the fittest, Rich against the poor. At the end of the day, It's a human trait, Hidden deep down inside of our DNA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Mai - 11:34

avatar



MESSAGES : 1623 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:


Étrange comme certaines rencontres peuvent changer l'état d'esprit d'une personne. Elle ne sait pas trop comment l'expliquer, mais Doraleen a l'impression que l'homme qui l'a arrêté n'est pas comme tous les autres. Déjà, il était gentil. Détail qui a son importance non ? Oui, c'était triste de le remarquer, au point de l'utiliser comme un avantage, comme quelque chose de si différent, qu'elle peine à y croire. Pour autant, elle ne lui fait pas confiance. La méfiance, sans doute liée à des années de maltraitance, reste là. Sus-jacente à cette conversation. Ses yeux ne voient rien, mais son corps sent ce qu'il dit. Comprend sa position, entend bien des choses qu'il n'a pas besoin de verbaliser. Elle sent le sourire sur son visage, elle sent la compassion dans son comportement. Dora en est certaine, c'est quelqu'un de foncièrement gentil, qui ne lui fera rien. Instinct d'une aveugle qui ne trompe que très rarement. Et pourtant, lui fera-t-elle confiance ? Certainement que non. Sa seule maîtresse est Margeory et, voilà bien des mois désormais qu'elle ne répond plus qu'à elle seule. Et seulement elle. "Toutes les rumeurs ne sont pas vraies." Sourire mystérieux sur le coin des lèvres, il s'efface pour autant bien vite. Ne pas prendre de risque. Elle a confiance en sa maîtresse, elle sait qu'elle finira par savoir, d'une façon ou d'une autre de toute façon. Aucun doute à ce sujet, jamais. Alors Dora ne prend aucun risque. Littéralement aucun. Rester discrète, rester méfiante, garder ses distances. De toute façon que peut-il pour elle ? Les Ayling lui donnent un toit, un repas, un abri, il ne pourra rien lui offrir qui vaille tout ça. Rien du tout. "Doraleen." Répond-t-elle, simplement. Elle sent le mouvement, hésite. S'arrête. De toute façon, elle le sait, elle va tendre sa main dans le vide - comme toujours.
Sans trop savoir pourquoi, elle lui rend pour autant le geste.
Qu'importe, de toute façon, ça n'a aucune signification, non ?

Finalement, après une courte hésitation, elle repart.
Pas la peine de rester là trop longtemps non ? Et puis, ça pourrait porter à confusion. On pourrait croire qu'elle discute, qu'elle flirte sur son temps de travail. Pas franchement professionnel.
"Pourquoi pas." Répond-t-elle, subitement incertaine. Qu'est-ce que ça change ? Etait-ce vraiment nécessaire ? Ce n'est pas comme si elle était son amie, après tout. Et de toute façon, elle ne le serait jamais, non ?
"Vous…." Se reprend. "Tu fais quoi dans la vie ?" La question lui a échappé. Elle s'en mordille la lèvre inférieure. Pourquoi diable cherche-t-elle à le connaître après tout ? Ce n'est qu'un passant dans sa vie. Il ne restera pas. Personne ne reste, jamais.


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

i'd be good to you (doraleen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Good Morning England - Demande de partenariat
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» Good morning, Ireland ! (23/01/12 à 10h12)
» oh sometimes i get a good feeling[17/05 à 13h46]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Brindleyplace-
Sauter vers: