SYSTÈME DE JEU

MS se veut évolutif, vous pouvez donc découvrir dans ce sujet toutes les modalités de ce système, allant des complots entre joueurs, aux fausses fiches qui renversent tout le jeu.

SUJETS A VISITER

NOS SCÉNARIOS

l'héritier du trône
esclave personnel - amitié
esclave personnel - amour ?
partenaire commercial - plus ?
pleins d'autres ici


famille Meyer
famille Llewellyn
pleins d'autres ici




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et une béquille perdue, une ! - Charles



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Brindleyplace :: Cannon Hill Park
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mer 24 Jan - 22:05

avatar



MESSAGES : 280 EMPLOI : Informaticien

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Il était parti se promener dans le parc histoire de se dégourdir un peu les jambes, enfin, façon de parler, disons surtout qu’il avait besoin d’air frais et de se retrouver un peu loin des siens. Juste être seul pendant quelques heures ! Il avait bien pris soin de prendre son téléphone portable et avait assuré qu’au moindre souci il appellerait et qu’il n’était plus un gamin, qu’il pouvait bien se débrouiller seule ! Ce n’était pas parce qu’il n’était pas encore totalement valide qu’il fallait continuer de le materner de la sorte : plus le temps passait, plus cela avait le don de l’agacer ! Alors qu’il s’était installé sur un banc un petit chien vint à ses pieds poser un bâton. Iwan haussa un sourcil perplexe. Sérieux ? Pourquoi ce cabot venait-il de faire ça ? C’était… juste super étrange. Il se baissa un peu et lança le bout de bois un peu plus pour que l’animal l’attrape avant de se lever, de reprendre ses béquilles et de se remettre à marcher tranquillement. Il n’avait pas fait dix mètres que l’animal était revenu. Sérieusement ? Il n’était pas spécialement agacé, mais il n’avait pas non plus de se trainer l’animal partout où il irait. Un dernier pour la route, après c’est terminé ! ajouta-t-il comme si le pauvre chien pouvait comprendre ce qu’il disait. Il se baissa en essayant de se tenir en équilibre comme il le pouvait sur ses jambes et ses béquilles… Une tomba par terre et il la rattrapa de justesse le tout sans tomber à terre. Il se releva, en prenant appui sur une seule des béquilles. Tant pis pour le chien, il trouverait quelqu’un d’autre pour s’amuser avec lui, avec un peu de chance, il irait retrouver son maitre bientôt… si maître il avait. En voulant se remettre en route tout en évitant l’animal, et surtout sans réfléchir, il leva sa béquille un peu trop rapidement et il senti soudain en choc au milieu de cette dernière. A vrai dire la sensation était compliquée à expliquer, mais ça donnait l’impression qu’il venait d’heurter un gros roc…. Un peu mou quand même. On ne fera aucun commentaire sur son idée de roc mou, ça n’en vaut pas la peine, il a parfois des associations d’idées un peu étranges le garçon.

Iwan grimaça un peu, et tourna la tête pour voir qui il avait percuté. Il se doutait bien que c’était un truc en chair et en os qu’il avait touché et il craignait un peu ce qui allait se passer. Il fit un petit sourire désolé, et se passa une main dans les cheveux en cherchant les mots les plus adéquats. Il ne savait pas par quoi commencer. Heuu.. B’jour. J’suis désolé, j’vous avais pas vu ! Sinon il n’aurait pas frappé dans une armoire à glace comme ça… et encore moins dans un patrouilleur, ça sentait venir les emmerdes à plein nez ! Dans son malheur, il avait eu un peu de chance, il préférait ce type plutôt que de se retrouver en face à face avec Tywain ! Vous allez bien ? je ne vous ai pas fait trop mal ? tenta-t-il de s’enquérir. Il aurait bien voulu l’attendrir avec son regard « innocent » de petit garçon… mais ça généralement ça marchait plutôt bien chez les filles ; pas sur ce genre de type. Il valait donc mieux qu’il ne fasse pas trop le zouave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 27 Jan - 16:34

avatar



MESSAGES : 75 LOCALISATION : Birmingham EMPLOI : Patrouilleur pour l'Ordre du Phénix

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un vieux leatherman militaire, une goupille de grenade à fragmentation, une améthyste.
TON PATRONUS: un ours polaire, plus grand prédateur terrestre malgré on allure de peluche. Je ne suis pas une peluche.
COMPÉTENCES:



Ses oreilles ne le trompaient pas, la quiétude de Cannon Hill Park était un apaisement pour ses tympans. Même si la ville serait toujours moins bruyante que les bombardements au Koweït. Parfois il avait l'impression lointaine d'entendre des tirs de mortiers, souvenir d'un autre siècle, incertain. Le patrouilleur laissait porter son regard aussi loin que le paysage pouvait le lui permettre. Il surveillait les alentours. Son œil était presque inquisiteur, balayant chaque visage à la recherche de la moindre émotion qui pouvait trahir une mauvaise intention. Il fallait néanmoins rester en mouvement, à la façon d'un requin qui nageait paisiblement à travers la multitude d'espèces marines. En cet instant, il était difficile de penser que tout pouvait changer en quelques minutes. Il suffisait d'un seul événement, d'une seule action pour que ce cadre idyllique se transforme en chaos. Attendre qu'il se passe quelque chose en espérant qu'il n'arrive rien, c'était à peu de chose près ce en quoi consistait le travail de patrouilleur pour l'Ordre.

Charles arpentait les chemins du parc d'un pas lent. Là, à une dizaine de lui, un couple de sexagénaires entrain de nourrir les pigeons qui s'étaient amassés à leurs pieds pour attraper les quelques miettes de pain lancées au sol. Ils étaient une horde furieuse, agitant leurs ailes pour se faire une place. Certains se couraient après dans une course poursuite ridicule, primitive. Son attention se porta ailleurs, un enfant de trois ou quatre ans qui tentait de ramasser un ballon un peu trop gros pour lui. A le voir ainsi faire, il avait un peu de mal à coordonner ses gestes pour atteindre l'objectif que son esprit frêle avait mis en oeuvre. C'était comme voir un chiot essayer de mordre dans un ballon de foot alors que sa gueule était assez grande pour une balle de golf. Le patrouilleur n'esquissa même pas l'ombre d'un sourire.

Alors qu'il s'engagea sur un autre chemin, il remarqua un homme et un chien. Ils n'avaient pas vraiment l'air de faire la paire. Le patrouilleur marchait en venant dans leur direction, assistant à la scène qui aurait pu faire le sujet d'un film de Chaplin. Mais l'homme en béquilles faisait preuve d'une maladresse qui n'avait rien de volontaire. Alors que Charles se retrouva à sa hauteur, pensant pouvoir passer sans être ennuyer, il fut arrêté net par une des béquilles qui lui barrait le passage en travers du torse. Il poussa un grognement de mécontente sous l'effet de cet arrêt soudain. Le chien jappa face à la mauvaise humeur visible du colosse, lâchant son bout de bois pour détaler plus loin. Les tempes de l'homme se mirent à bouger sous l'effet des crispations de sa mâchoire alors qu'il continuait de regarder devant lui. Après quelques secondes qui parurent une éternité, il tourna lentement la tête vers l'impotent. Charles lui proposera bien de lui casser les deux bras, cela pourrait limiter fortement ce genre d'incident à l'avenir...

- Monsieur, dit-il sur un ton pareil au grondement d'un ours. Avez vous besoin d'aide ? Vous ne semblez pas à votre aise.

Le patrouilleur arqua un sourcil à la fin de sa phrase, regardant le civil droit dans les yeux. Il voyait bien qu'il ne l'avait pas fait exprès et passé ce moment désagréable, Charles n'avait pas de raison de lui sauter à la gorge et d'exiger des excuses sur le champ. Il fallait toujours laisser le bénéfice du doute après tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 2 Fév - 21:32

avatar



MESSAGES : 280 EMPLOI : Informaticien

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Fletch’ boulet numéro un depuis des générations – à votre service-. En attendant, il se sentait débile. Vraiment très con, et avec deux bras gauches en plus. Tout ce qu’il détestait. Le pire, c’est qu’il ne savait pas comment se comporter avec ce type. S’excuser c’était bien, mais cela ne suffirait probablement pas…. surtout qu’il faisait partie de l’Ordre ! Forcément en plus de ne pas être doué, il fallait qu’il n’ait pas de chance, il n’y avait qu’à lui que cela pouvait arriver ce genre de choses. L’homme-ours-patrouilleur…. Poussa un grognement à faire presque froid dans le dos. Juste presque, par ce qu’au final il savait qu’il ne risquait pas grand-chose, ce type n’allait pas l’attaquer alors que ce qu’il avait fait été involontaire… ca serait bien trop contre-productif à l’image de l’Ordre, du moins il fallait l’espérer ! Allez grand dadet, ce n’est pas grand-chose, juste un petit coup de rien du tout… Quelques secondes passèrent dans un silence de mort, Fletch’ commençait à se demander s’il n’allait pas finir de nouveau à l’hosto, il se demandait pourquoi ce temps de réaction était si long. Et soudain, l’Ours fut de nouveau présent, avec un peu de fourrure, de moumout, ou avec un manteau à la Jon Snow, le Pur était certain que l’autre aurait pu se confondre sans aucun souci avec ce terrible animal. Ceci ces paroles furent assez… disons agréable, softs, presque inattendues. Il s’était attendu à se faire engueuler, se faire passer un savon, se faire menacer, mais malgré ses airs bourru l’autre homme semblait quand même savoir se contrôler un minimum ! A la bonne heure ! Maintenant il devait répondre, et si possible quelque chose de pas trop débile ! S’excuser, plus en profondeur peut-être pour commencer, ça serait déjà bien non ? Et après, il n’en savait rien, il improviserait comme il le pourrait. Ce n’était pas comme s’il avait quelque chose à cacher !

Non, ça ira, merci, maintenant que j’ai pu me redresser, tout ira beaucoup mieux ! Il lui adressa un bref sourire avant de continuer Mais je vous remercie de votre proposition. J’espère que je ne vous ai pas blessé, je suis vraiment désolé, je suis trop maladroit !

Et désolé, il l’était réellement ! Il se sentait totalement stupide, mais il ne pouvait pas revenir en arrière, et ce n’était pas non plus quelque chose de dramatique, alors il fallait espérer que tout irait pour le mieux.

Je ne suis pas des plus doués avec les béquilles pour me redresser, ce n’est pas quelque chose de facile… tout ça pour jeter un bâton au chien.

Il désigna l’animal d’un bref coup de tête, avant d’ajouter

Je suppose que vous ne savez pas à qui il appartient et s’il a réellement des maitres ?

Il était patrouilleur pas garde chien, ça Iwan le savait parfaitement, mais s’il trainait souvent dans les parages le grand type aurait peut-être déjà pu apercevoir des maitres, ou s’il le cabot était tout le temps seul… Au moins parler du chien ferait peut-être passer un peu mieux sa maladresse !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Fév - 12:18

avatar



MESSAGES : 75 LOCALISATION : Birmingham EMPLOI : Patrouilleur pour l'Ordre du Phénix

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un vieux leatherman militaire, une goupille de grenade à fragmentation, une améthyste.
TON PATRONUS: un ours polaire, plus grand prédateur terrestre malgré on allure de peluche. Je ne suis pas une peluche.
COMPÉTENCES:



A l'instar des militaires de son temps, Charles restait de marbre à observer le civil faire ses excuses. Non pas qu'il n'en avait rien à faire de l'écouter, mais c'était l'habitude. La situation n'avait rien de terrible, l'inconnu n'était pas un terroriste ou quoi que ce fut qui pourrait attenter à la sécurité du pays. Aussi, passer le mécontentement et la surprise, le patrouilleur ne voyait pas de raison d'exprimer le moindre ressenti à l'égard de cet homme. Alors, il se contentait de l'écouter sans ciller.  Il voyait bien que l'autre était sincère et Charles n'avait jamais vraiment été prompte à frapper une personne diminuée physiquement. A moins que ce soit un ennemi, là on ne cherchait jamais à savoir si on lui faisait mal ou non, puisque c'était le but.

Là, le patrouilleur porta son attention sur le chien plus loin, entrain de renifler une piste. L'animal semblait déjà avoir oublier sa frayeur passagère, vacant à sa petite vie de canidé. L'homme l'observait avec attention, chose qu'il n'avait pas vraiment fait jusqu'à présent. Ce chien lui disait vaguement quelque chose. Sans doute l'avait-il déjà vu quelques fois en patrouillant dans le secteur. Maintenant qu'il y pensait, il avait bien le souvenir de l'avoir vu parfois avec une femme d'un certain âge, assez coquette. Sur cette pensée, il porta son regard autour d'eux, cherchant l'image de cette dame sur un banc. Hélas il le trouva bien rapidement, reconnaissant celui sur lequel l'inconnu en béquille avait pris place. Dans son esprit, quelques pistes se mirent en place et elles n'étaient pas forcément de bonne augure.

- Je crois savoir, répondit simplement Charles qui observait le banc. Il devait souvent venir ici avec sa maîtresse, elle s’asseyait sur ce banc, dit-il en désignant celui qui était proche d'eux.

Soit elle était morte, sans famille et de ce fait le chien s'était retrouvé à la rue. Soit il s'était échappé, pris par une envie de jouer que sa propriétaire ne pouvait plus satisfaire dû à son grand âge. Sans doute y avait-il d'autres raisons, mais l'animal n'avait pas vraiment l'air bien entretenu. Le poil était un peu terne, hirsute. Rien à voir avec un compagnon brossé régulièrement. Charles n'avait d'expérience que dans les chiens de guerre mais il savait comme les maîtres-chiens prenaient soin de leur binôme à quatre pattes.

- Le mieux serait sans doute de voir s'il a encore un collier, proposa le patrouilleur. Mais il est peut-être préférable que ce soit vous qui l'appeliez.

Pas qu'il détestait les animaux, mais un chien oubliait rarement une personne qui l'avait effrayé, surtout quand s'était encore assez récent. L'animal était peut-être déjà reparti à vadrouiller, mais revenir en présence du colosse risquait de lui rappeler bien rapidement pourquoi il avait fuit les humains. L'autre en béquille inspirait davantage confiance malgré sa maladresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 26 Fév - 20:21

avatar



MESSAGES : 280 EMPLOI : Informaticien

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Parler du chien pour plaider « sa faute » lui paraissait une excellente idée, après tout, l’homme n’est-t-il pas le meilleur ami du chien ? Certes, normalement c’est plutôt l’inverse qui est formulé, mais pour lui cela allait dans un sens et dans l’autre, même si cela n’était pas forcément au goût de tous !  Peu importe le métier que faisait cet homme, et pu importait le « camp » (pro ou contre gouvernement) dans lequel il était, parler animal suscitait toujours un peu de sympathie, un peu plus d’écoute. Les animaux n’avaient pas les mêmes défauts horribles que les humains, c’était normal qu’ils suscitent plus de compassion. L’homme se mit à parler, Iwan fronça un peu les sourcils essayant de suivre son raisonnement. Son « je crois savoir » l’avait laissé sur le cul et ce qui suivi le laissa encore plus perplexe : cette hypothèse tenait franchement la route. Un chien qui venait de perdre son maître… mais il y avait aussi bon nombres d’animaux fugitifs. En tout cas, il m’a semblé amical et absolument pas craintif comme peuvent l’être certains chiens battus. Donc, c’est possible que vous ayez raison, ou alors il s’est tout simplement perdu. Certains aiment trop la liberté… mais c’est étrange qu’il ne retourne pas chez lui. Iwan haussa les épaules, il était très loin d’être un expert dans le domaine, peut-être que l’animal avait l’habitude de rester des heures dans le parc avant de retourner chez lui, si c’était cela ne c’était pas inquiétant mais ni l’un ni l’autre des deux hommes pouvaient en être certains. Je veux bien l’appeler mais s’il approche, et qu’il a un collier, il faudra que vous vous penchiez pour voir s’il y a une adresse, je ne suis pas certain de pouvoir m’accroupir et de me relever en suivant. Ou alors il faudrait que l’armoire à glace l’aide à se relever… mais ça il n’avait pas spécialement envie de le proposer de vive voix, ça en était un petit trop pour son égo ! Il se racla donc la gorge avant de siffler un peu. Il ne connaissait pas le nom de l’animal alors il allait devoir improviser. Petit, petit, petit, viens voir Tonton Iwy ! dit-il assez fort, tout en tapotant un peu sur sa jambe pour aider à faire venir l’animal. Très rapidement le chien repointa le bout de son nez gambadant jusqu’aux pieds des deux hommes. je ne crois pas qu’il ait de collier ! grogna Fletch’, mais il a le poil si hirsute, mais je ne suis pas certain de mon coup… est-ce que vous m’aideriez à l’amener chez un vétérinaire pour voir s’il est pucé, ou tatoué ? Il se tut quelques instants. Je ne sais que ce n’est pas dans vos attributions, M’sieur, mais avec les béquilles, je ne sais pas trop comment je pourrai faire, et je n’ai même pas de laisse en plus … Peut-être que l’animal le suivrait de très près ceci dit…. mais rien n’était moins certain !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Avr - 15:37

avatar



MESSAGES : 75 LOCALISATION : Birmingham EMPLOI : Patrouilleur pour l'Ordre du Phénix

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un vieux leatherman militaire, une goupille de grenade à fragmentation, une améthyste.
TON PATRONUS: un ours polaire, plus grand prédateur terrestre malgré on allure de peluche. Je ne suis pas une peluche.
COMPÉTENCES:



Ce cas de figure était insolite pour le patrouilleur, ce n'était pas tous les jours qu'il rencontrait ce genre de situation. Cela ferait toujours une histoire à raconter pour les prochains gamins qu'il aurait traîner dans les pattes. Ah ça oui, le plus souvent on lui collait des nouveaux, histoire de les aider. C'était toujours un peu le tonton qui guidait les arrivants avant qu'ils ne rejoignent d'autres équipes. C'était rare qu'il reste longtemps avec la même tête à ses côtés, à part James, mais lui avait fini par quitter les rangs de l'Ordre. Ne restait que Charles, encore et toujours. A croire qu'il était l'équivalent d'un phare en pleine tempête. Il avait de la carrure certes, mais pas autant que ces constructions maritimes. Enfin, il avait faire la British Army, pas la Royal Navy, il avait pas une gueule de phare ou même de marin.

Dans tous les cas, l'ancien militaire était beaucoup mais alors beaucoup moins bavard que son interlocuteur du moment. Il avait oublié que les gens pouvait se montrer causant. En même temps ce n'était pas bien difficile d'être une pipelette en comparaison du colosse.

- Faisons comme ça, répondit Charles en hochant la tête en guise de réponse.

Après tout, pour attraper un chien il n'y avait pas besoin de faire plus long, c'était inutile. Sauf cas particulier, mais comme il ne s'agissait pas d'un chien de guerre, ça devrait aller. Sitôt, l'inconnu alla à la rencontre de l'animal, du moins il tenta une approche. Charles restait en retrait pour observer le comportement de l'animal, d'avance il savait que si le chien partait en courant, c'était peine perdu pour lui de le rattraper. Avec tous les entraînement du monde, un animal courrait toujours plus vite qu'un humain. Sauf peut-être une poule, ça c'était beaucoup plus facile à attraper. En même temps ça n'avait que deux pattes, pas quatre. Le chien ne tarda cependant pas à revenir auprès d'eux. Pas rancunier pour deux sous le cabot.

En effet il n'avait pas l'air d'avoir de collier et comme il l'avait remarqué, son apparence ne devait pas être très soignée. Hmm fallait-il s'engager sur l'hypothèse d'une maîtresse décédé et pas de famille pour s'en occuper ? Charles ne mettrait pas sa main à couper, mais c'était une possibilité qu'il ne faudrait pas écarter. Qui sait, sans doute qu'il s'était juste échappé depuis quelque jour et qu'on avait pas pensé à venir le chercher par ici. Sans tarder et profitant de l'occasion, le patrouilleur attrapa l'animal dans ses bras, au moins il était certain qu'il ne pourrait pas aller plus loin. Le canidé s'agita en sentant qu'il n'avait plus les quatre pattes sur le sol, mais il se calma bien rapidement en posant son regard sur le colosse. Finalement c'était pas mal d'être grand, il pouvait voir bien plus loin grâce à ce nouveau point d'observation ! Il reniflait déjà l'air. Son odeur était légèrement forte, celle d'un chien qui avait connu la pluie mais pas de serviette pour l'essuyer.

- Il devrait y avoir une clinique vétérinaire dans le coin, répondit Charles en regardant un peu le parc pour se faire une idée de l'emplacement des différentes sorties de celui-ci.

A croire qu'une nouvelle aventure les attendait. C'était inattendu, cocasse et amusant à la fois, même s'il restait de marbre, comme à son habitude. Les militaires, que voulez vous, même leurs blagues ils les faisaient sans rigoler.

- On va passer par l'entrée nord, ça devrait être plus rapide, ajouta-t-il.

Et sans doute plus court, cela éviterait que le trajet en béquille soit trop… catastrophique. Il ne doutait pas de la capacité de son interlocuteur à mettre les deux pieds devant, mais dans le doute. Charles prend donc la direction des opérations, faisant volte-face pour prendre la direction de la dite entrée nord. Il lança un regard pour voir si l'autre suivait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Avr - 18:37

avatar



MESSAGES : 280 EMPLOI : Informaticien

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:


Est-ce qu’il essayait de prendre les choses en mains ? Oui, tout à fait, par ce qu’il n’avait pas envie de laisser une pauvre bête seule comme ça. Le patrouilleur semblait en plus assez agréable, alors autant en profiter pour se faire aider un minimum. Enfin quelqu’un de sympathique, ce n’était pas comme l’autre Tywain et sa langue de vipère et son caractère de chien. Il n’y avait plus qu’à espérer que son plan fonctionne, sinon il doutait que l’homme patiente très longtemps, ce qui était compréhensible, il avait probablement quelque chose de plus important –et intéressant à faire. Iwan avança un peu histoire de ne pas être trop « collé » au colosse et tapa doucement sur sa jambe.

- Petit, petit, petit !! dit-il doucement… enfin non pas si doucement que ça, au contraire il avait parlé assez fort.

Une fois l’attention du chien assez attiré, il bougea un peu les doigts comme s’il tenait quelque chose à manger, forcément l’animal sentirait qu’il n’avait rien dans les doigts, mais des fois, certains étaient assez curieux pour s’approcher et c’est tout ce qu’Iwan voulait. Bientôt, le cabot arriva jusqu’à lui, ils purent ainsi constater qu’il n’avait pas de collier, et donc que retrouver un éventuel propriétaire allait être plus compliqué qu’il n’y paraissait, sauf s’il était pucé, mais pour cela ils devaient aller en cabinet vétérinaire. Le patrouilleur arriva à « capturer » le chien, l’animal tenta de se débattre quelques instants avant de se calmer en comprenant probablement qu’on ne lui voulait pas de mal, qu’on ne le frapperait pas ou autre. Iwan adressa un franc sourire à l’homme qui l’aidait franchement beaucoup, sans lui, il ne sait pas comment il aurait pu se débrouiller.

- Merci, en tout cas … enfin merci pour lui. Vous voulez que je regarde sur mon téléphone, si je trouve cette information sur la clinique vétérinaire ? Ca vous évitera de perdre trop de temps de cette manière. En attendant je vous suis pour l’entrée nord.

Il n’était pas franchement doué pour savoir où étais le Nord, le Sud et compagnie, histoire de partir dans la bonne direction il préférait donc suivre simplement le patrouilleur, en attendant il essayait d’avancer avec les béquilles tout en cherchant une clinique vétérinaire. Au bout de quelques minutes, il trouva enfin l’information. Il s’arrêta quelques instants pour essayer de retenir le trajet et de ne pas tenir le portable tout en marchant avec les béquilles, chose qu’il n’arrivait pas franchement à gérer…

On n’est pas très loin, une fois sortis du parc, il faudra que l’on continue sur la grande avenue… puis prendre la rue là où il y a un Mcdo et ça sera à une centaine de mètres. Visiblement, on serait à cinq ou six cent mètres de là … Du coup on devrait être rapidement là-bas, je vous promets de me dépêcher, et je crois que je vous remercierai jamais assez de m’aider… même si ça me gêne un peu de vous demander ça.

Il grimaça un peu, il n’aimait pas se sentir dépendant des autres comme ça, mais en même temps, là il n’avait guère le choix, il préférait importuner quelqu’un que de laisser ce pauvre animal dans une possible détresse.

- Vous aimez les animaux ? Il a l’air en confiance avec vous !

Oui, l’animal aurait peut-être besoin d’un nouveau maître, lors il essayait déjà de savoir si cet homme qui semblait de confiance aurait un peu de place chez lui, mais en tout discrétion s’il vous plait, il essayait de se renseigner M’sieur Fletch’. Il aviserait bien le moment venu, le chien pouvait encore le temps de s’échapper des bras du patrouilleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

Et une béquille perdue, une ! - Charles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» Echange Charles Baker/ Himler Rebu autour du CEP
» AVANT PROJET DE LOA DU SENATEUR FETICHEUR MOISE JEAN CHARLES !
» PREVAL, CELESTIN ,MAWOM ,MOISE J CHARLES SOUPLE BA NOU YON TI CHANS
» Duo Nana Mouskouri ,Charles Aznavour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Brindleyplace :: Cannon Hill Park-
Sauter vers: