SYSTÈME DE JEU

MS se veut évolutif, vous pouvez donc découvrir dans ce sujet toutes les modalités de ce système, allant des complots entre joueurs, aux fausses fiches qui renversent tout le jeu.

SUJETS A VISITER

NOS SCÉNARIOS

l'héritier du trône
esclave personnel - amitié
esclave personnel - amour ?
partenaire commercial - plus ?
pleins d'autres ici


famille Meyer
famille Llewellyn
pleins d'autres ici




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Questions, aide, enquête ◊ Saiph



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Harborne :: Résidences :: Maison Avery
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mer 7 Mar - 10:29

avatar



MESSAGES : 1313 LOCALISATION : Dans les rues de Birmingham, protégeant le peuple Anglais. EMPLOI : Patrouilleuse et chef des Patrouilleurs au sein de l'Ordre du Phénix.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un rouge à lèvre bordeaux, pour contraster avec son uniforme rouge sang. Une petite fiole de poison, c'est toujours utile, et une lame, effilée et tranchante, comme son caractère.
TON PATRONUS: Il s'agirait sans doute d'une panthère, rusée et discrète mais terriblement dangereuse.
COMPÉTENCES:


31 janvier 2018.
Elle en a mis du temps à venir chez Avery. Le temps que les médecins lui avait conseillé, lui avait recommandé. Le temps qu'il se remette, au moins partiellement, de ses blessures. Bien sûr, les cicatrices, physiques comme mentales de son agression le poursuivraient sans doute jusqu'à la fin de ses jours, mais qu'y pouvait-elle ? Si elle écoutait d'ailleurs les médecins, elle aurait encore dû attendre des mois avant d'aller le voir et l'interroger. Hors de question, l'enquête attendait son témoignage. Il était nécessaire pour faire avancer les choses, pour trouver des réponses, des solutions, un ou plusieurs indices peut être. N'importe quoi. Quelque chose à se mettre sous la dent pour avancer et sortir du cauchemar qui s'abattait sur la ville.

Elle frappa à la porte, Kieran à ses côtés et alors que le coup retentissait sur la porte, des aboiements se firent entendre. Un rapide coup d'oeil entre eux leur suffit pour se méfier. Les chiens n'étaient pas toujours les plus câlins avec eux. L'uniforme sur leurs corps ne mentait pas, mais aujourd'hui, ils n'avaient pas leur famas en plus. Ce n'était pas nécessaire. Un glock à la ceinture chacun suffirait, ils n'étaient pas en patrouille après tout. Quand la porte s'ouvrit, elle se présenta. "Bonjour Monsieur Avery, Ulyana Tywain, Chef des Patrouilleurs." Courte pause, elle reprend. "Je suis ici au sujet de votre récente agression, afin de vous aider à y voir plus clair et à trouver les coupables qui s'en sont pris à vous." Commence-t-elle. Elle lui laisse le temps de reprendre ses esprits, de digérer les informations données. "Pouvons-nous entrer afin de vous poser quelques questions ?" Bien sûr, il pouvait refuser, il en avait tous les droits, mais ça ne l'arrangerait clairement pas.


qu'importe la souillure de ton sang, si tu me barres la route, je t'écraserai, si tu oses cracher sur le gouvernement qui ta garde en vie, je t'exécuterai — .
le devoir
avant
tout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 7 Mar - 17:49

avatar



MESSAGES : 312 LOCALISATION : Dans son bureau, à composer ou jouer du violon EMPLOI : Violoniste professionnel

carnet personnel
DANS TA POCHE: un paquet de clopes, mon téléphone portable et un diapason.
TON PATRONUS: serait un pinson, bien évidemment.
COMPÉTENCES:



C’est brûlant ! Quelle idée d’essayer d’avaler une cuillerée de ton velouté alors que de la vapeur s’en dégage toujours. Dépité, tu observes ce velouté de courges et pommes qui te donne faim. Il faut que tu reprennes du poids et de l’énergie, Evan te l’a bien fait comprendre, même si tu le savait déjà avant. Et on ne peut pas dire que les médecins et infirmier de l’hôpital t’aient aidé à reprendre du poids, avec leur nourriture parfaitement infâme. Bref. Tu souffles sur ton bol par petites expirations. Il faut être patient. Au moins, tu es à peu près sûr que tes chiens de te voleront pas ton repas. Les légumes, ça ne les intéresse pas plus que ça. Même si ils sont tous les trois autour de toi, à suivre du regard chaque mouvement de cuillère.

Soudain on frappe à ta porte. Tu sursautes et la cuillère tombe dans le bol, envoyant des gouttes brûlantes un peu partout tandis que tes chiens rejoignent la porte dans un concert d’aboiements féroces. Soupir de ta part, tu vas être bon pour nettoyer tout cela. Tes mains tremblent un peu, comme à chaque fois qu’on frappe à ta porte depuis l’agression. Tu as toujours cette angoisse d’ouvrir et de te retrouver face à une nouvelle silhouette blanche au visage caché derrière un masque. Bouge-toi un peu ! Tu secoues la tête. Tu ne peux pas vivre ainsi, ce n’est pas tenable. Tu attrapes tes béquilles et, lentement, rejoins ta porte d’entrée que tu déverrouilles et ouvres légèrement, pas assez pour laisser tes chiens sortir et sauter sur la. Les patrouilleurs. Ulyana Tywain. « Bonjour… » est tout ce qui s’échappe d’être tes lèvres, uniquement pour être poli. Oui, tu la connais. Donc c’est elle qui a été envoyée pour t’interroger ? Ce n’est peut-être pas si étonnant. Les deux veulent entrer. Tu vas devoir te souvenir, tu vas devoir… Non.

-Pas tous les deux.

Deux personnes en qui tu n’as pas confiance, chez toi et armées. En temps normal tu as bien plus d’assurance que ça, mais pas aujourd'hui, pas dans ton état. Tu n’es pas en confiance et tes chiens ne le sont pas non plus. Un accident serait trop vite arrivé et tu vois bien comment Hati et Skoll - doberman et malinois - grognent férocement. Tu es prêt à parier que les patrouilleurs sont méfiants… Il vaut mieux ajouter une précision.

-Je refuse que vous entriez tous les deux et armés.

Un geste de ta part et les chiens cessent d’aboyer. Les deux plus vieux s’assoient, pelage toujours hérissé et crocs en évidence, alors que Bandi sautille un peu partout derrière toi, comme à son habitude. Misère… Une fois de plus, tu es pénible. Mais aux dernières nouvelles, tu es chez toi et donc tout à fait en droit de refuser de les laisser entrer. Même si tu as tout sauf envie de te retrouver une fois de plus à la caserne des Patrouilleurs… Reste à voir s’il vont accepter tes conditions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Mar - 12:49

avatar



MESSAGES : 1313 LOCALISATION : Dans les rues de Birmingham, protégeant le peuple Anglais. EMPLOI : Patrouilleuse et chef des Patrouilleurs au sein de l'Ordre du Phénix.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un rouge à lèvre bordeaux, pour contraster avec son uniforme rouge sang. Une petite fiole de poison, c'est toujours utile, et une lame, effilée et tranchante, comme son caractère.
TON PATRONUS: Il s'agirait sans doute d'une panthère, rusée et discrète mais terriblement dangereuse.
COMPÉTENCES:


Il ouvre la porte, aux côtés de ses chiens. Puis, finalement, prend la parole. Ils l'entendent et elle n'hésite pas. D'un geste autoritaire, elle demande à Kieran de rester dehors, elle lui donne alors son arme de service et se retourne vers Avery. " Je ne suis pas ici pour vous causer du tort et je comprends totalement votre position. " Elle n'avait pas peur et ne craignait pas ses chiens, de toute façon, elle se devait de faire avec. " Je ne resterai pas trop longtemps. " Elle n'allait pas lui dire qu'après son départ il pourrait reprendre le cours de sa vie, parce qu'il était évident que non. Il allait devoir faire comme il le pouvait, toute sa vie durant, acceptant les cicatrices - physiques et mentales - que son corps devait désormais porter.
Elle avait du mal à comprendre ce genre d'événements et, malgré son expérience et ses années de service, elle n'acceptait toujours pas qu'on puisse s'en prendre de la sorte à des civils, innocents. Elle n'arrivait pas à savoir quelles étaient les raisons qui avaient poussé ces hommes, ces femmes, à s'en prendre à lui. Avec quelques questions, et grâce à l'enquête, elle espérait pouvoir agir. Avoir des réponses. Rester dans l'ombre, les mains liées, l'énervait énormément. Pire encore, elle avait l'impression de ne servir à rien. Elle craignait que tout ceci recommence, au moment où ils s'y attendraient le moins. En tant que chef des Patrouilleurs et garante de la sécurité de la ville, elle ne pouvait l'accepter. Oh que non.
Elle s'y refusait.

Patiente, elle laissa Saiph faire son choix et lui laissa le temps de l'accepter dans sa demeure. Elle ne voulait pas le forcer, au contraire. Elle préférait qu'il soit complètement consentant à cet entretien, sachant par avance combien il allait s'annoncer difficile. Sans le vouloir, elle allait faire remonter des souvenirs douloureux, des blessures pas encore cicatrisées, elle comprenait qu'il ne soit pas réellement motivé à cette perspective. Pourtant, elle était nécessaire, pour qu'ils puissent continuer et qu'ils puissent avancer.


qu'importe la souillure de ton sang, si tu me barres la route, je t'écraserai, si tu oses cracher sur le gouvernement qui ta garde en vie, je t'exécuterai — .
le devoir
avant
tout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 31 Mar - 23:08

avatar



MESSAGES : 312 LOCALISATION : Dans son bureau, à composer ou jouer du violon EMPLOI : Violoniste professionnel

carnet personnel
DANS TA POCHE: un paquet de clopes, mon téléphone portable et un diapason.
TON PATRONUS: serait un pinson, bien évidemment.
COMPÉTENCES:



Réticent. Oui, tu l’es. Même si tu savais pertinemment que ce jour viendrait. Ils veulent savoir, au moins autant que toi, ce qu’il t’est arrivé. Si tu es prêt à en parler, à te replonger dans tes souvenirs ? Pas sûr, mais visiblement ils ne te laisseront pas plus de temps. Mais tu émets deux objections : ils n’entreront pas à deux ni armés. Pour toi, et pour eux. Heureusement, Ulyana Tywain ne s’oppose pas à tes conditions, laissant son arme à son collègue et lui ordonnant de rester dehors. Tu hoches un peu la tête, content de cette décision. Tu n’es peut-être toujours pas à l’aise avec l’idée de la laisser entrer, te poser des questions, mais il va bien falloir t’y faire. Un ordre te suffit pour que Skoll et Hati restent sur place lorsque tu ouvres la porte, par contre tu dois lâcher une béquille pour attraper Bandi par son collier avant qu’il n’aille sautiller n’importe où.

-Entrez…

Tu ne peux plus reculer à présent. Tu la laisses entrer chez toi et refermes la porte derrière elle. Bandi est lâché, il la renifle puis file au salon où il sait pertinemment que tu vas aller. Et c’est bien ce que tu fais, au rythme imposé par tes béquilles, la laissant te suivre. Les deux autres chiens sont sur tes talons et s’assoient à tes pieds lorsque tu te remets à table, derrière ton bol de potage.

-Asseyez-vous… Et veuillez m’excuser, j’allais manger… Un potage froid serait un beau gâchis.

Tu ne t’arrêteras pas de manger parce qu’elle est présente. Tu en as besoin, pour reprendre du poids et de l’énergie. Si ton regard a retrouvé une partie de cette étincelle de vie si caractéristique, ton corps reste faible, épuisé. Tu souffles sur la liquide, faisant s’envoler un peu de vapeur, puis en bois une gorgée. C’est chaud mais plus brûlant. Tu ne boudes pas ton plaisir de sentir la chaleur du potage couler le long de ta gorge. C’est agréable, et tu sens que tu vas en avoir grandement besoin. Au passage, tu attrapes ton portable et envoies un sms. Puis tu reportes ton attention sur la Patrouilleuse.

-Qu’est-ce que vous voulez savoir ?

Tout, très certainement. Mais si elle pouvait commencer par une ou deux questions précises, cela t’aiderait grandement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Avr - 10:57

avatar



MESSAGES : 1313 LOCALISATION : Dans les rues de Birmingham, protégeant le peuple Anglais. EMPLOI : Patrouilleuse et chef des Patrouilleurs au sein de l'Ordre du Phénix.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un rouge à lèvre bordeaux, pour contraster avec son uniforme rouge sang. Une petite fiole de poison, c'est toujours utile, et une lame, effilée et tranchante, comme son caractère.
TON PATRONUS: Il s'agirait sans doute d'une panthère, rusée et discrète mais terriblement dangereuse.
COMPÉTENCES:


Sans attendre, avec l'accord d'Avery, elle le suivit à l'intérieur de sa demeure, laissant son partenaire devant la porte. Ce dernier tourna le dos à l'entrée de l'habitation, surveillant la rue et les allées-venues. La porte se referme derrière elle, l'un des chiens la renifle et repart dans le reste de la maison. Petit sourire sur les lèvres, elle n'ose pour autant pas caresser l'un des animaux, par précaution. " Ne vous en faites pas " Tendant une main devant elle pour accepter les paroles de son interlocuteur, elle poursuivit. " Faites comme si je n'étais pas là." Après tout, il était chez elle.

Ainsi donc, la patrouilleuse le laissa s'installer, souffler sur le liquide, buvant alors le breuvage. Pendant ce temps, elle laissa ses yeux parcourir la pièce, s'arrêter sur ses chiens qui restaient méfiants, elle tendit même une main en direction de l'un d'entre eux, dans le but de le laisser sentir ses doigts. Peut être qu'elle pouvait se faire bien voir d'eux et avoir, peut être, une caresse. " Ce qu'il s'est passé. " Répondit-elle, douce, mais franche. " Nous ne cherchons pas à avoir l'exactitude de ce qu'il s'est déroulé, ni même dans l'ordre chronologique. " Avec des gestes lents, mesurés, elle sort un calepin de sa ceinture et un stylo, qu'elle pose sur sa cuisse afin de prendre des notes. " Nous voulons juste avoir votre témoignage, afin d'avoir des pistes et de trouver vos agresseurs plus facilement. " Après tout, sans le témoignage clé de la victime, ils n'allaient pas aller aussi loin, pire encore, ils se retrouveraient très vite limités. " Prenez votre temps surtout. " Elle ne voulait ne le braquer, ni le mettre dans une situation trop difficile, sachant déjà que ça ne serait pas un moment facile.


qu'importe la souillure de ton sang, si tu me barres la route, je t'écraserai, si tu oses cracher sur le gouvernement qui ta garde en vie, je t'exécuterai — .
le devoir
avant
tout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

Questions, aide, enquête ◊ Saiph

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti: Liberté, "aide" et corruption
» ALBA: Aide en matiere energetique et sanitaire
» Plus de 85 % de l’aide étrangère à Haïti sont gérées par les ONG selon Jean Max
» Firefox aide à l'orthographe
» Five Questions About Haiti and the Coup Attempt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Harborne :: Résidences :: Maison Avery-
Sauter vers: