SYSTÈME DE JEU

MS se veut évolutif, vous pouvez donc découvrir dans ce sujet toutes les modalités de ce système, allant des complots entre joueurs, aux fausses fiches qui renversent tout le jeu.

SUJETS A VISITER

NOS SCÉNARIOS

l'héritier du trône
esclave personnel - amitié
esclave personnel - amour ?
partenaire commercial - plus ?
pleins d'autres ici


famille Meyer
famille Llewellyn
pleins d'autres ici




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Do i wanna know ?



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Harborne :: Manoir Powell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dim 15 Avr - 11:11

avatar



MESSAGES : 22 EMPLOI : sénatrice

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:



Do i wanna know ?

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Blue & Lyzzie

Elle avait mis l'une de ses robes favorites, noire, élégante, qui sublimait sa silhouette longiligne en espérant se voir dans le miroir comme la femme qu'elle avait toujours voulu être. Mais malgré les compliments, à la fin de la soirée quand les derniers convives passèrent la porte, la jeune femme soupira doucement et n'avait eu qu'une hâte, la retirer. C'était toujours les mêmes mises en scène, le défilé devant ces grandes familles pour ne jamais perdre d'influence. Il fallait jouer des coudes pour assurer ses arrières mais le couple Powell avait fait forte impression par cette réception et Lyzzie s'en félicitait, elle avait après tout fait en sorte qu'ils ne manquent de rien entre les murs de leur demeure. La jeune femme retira ses talons, dans la volonté de soulager ses pieds et redevenir elle-même plutôt que se soucier de son bien paraître comme elle avait pu le faire tout au long de la soirée. Il y avait eu nombreux débats qui parfois avaient tournés en désaccord mais jamais de conflit. Cela avait presque été une réussite à l'exception près ; Ho à l'exception près que son mari en avait encore fait des siennes et que cela lui avait fait monter la moutarde au nez sur le coup. Son visage était resté impassible à l'annonce de Rosenbach qui avait été congédié par Blue, pour ne pas attirer la curiosité de ses convives mais elle s'était promis d'en parler avec le concerné une fois la soirée terminée histoire de mettre tout cela au clair.

La soirée était donc bel et bien finie mais qu'en partie à cause de cela, car elle ne souhaitait pas que cela se reproduise. Cette histoire ne regardait nullement leurs esclaves alors elle fit en sorte qu'ils prennent congé dans leurs chambres pour ne laisser personne traîner ses oreilles derrière les portes de la suite parentale et s'y dirigea ensuite. Le pas était déterminé et le visage quelque peu marqué par l'agacement, si elle ne voulait pas que la situation s'envenime cependant, elle allait devoir garder son calme. Il était là, dans cette chambre conjugale qui avait à la fois abrité leurs mésententes et leurs accords. C'était aussi ici qu'elle avait commencé à ressentir quelque chose pour lui, à la manière d'un syndrome de Stockholm sans doute, malsain et qui grandissait pourtant. Il lui faisait tourner la tête, hélas il avait réveillé le dragon en elle ce soir. Elle ne lui adressa pas un mot, se dirigea directement dans la salle de bain pour se défaire de tout l'attirail qu'elle portait entre la robe et les bijoux, pour se doucher et aussi se détendre les nerfs avant la conversation qui fâche.

Emmitouflée dans une robe de chambre quelques minutes plus tard, elle prit place sur le tabouret de sa coiffeuse, son regard se figea un moment sur son propre reflet avant qu'elle n'y voit dans le coin le regard de son mari. Alors elle entreprit de retirer le chignon qui retenait ses boucles, épingle par épingle. Il ne pourrait pas l'éviter éternellement, s'il voulait que tout se passe pour le mieux pour les années à venir, il devait pouvoir lui faire confiance. Madame Powell en revanche était toujours bien remontée et ne donnait pas cher de sa peau à ce moment là.

« J'ai eu vent de votre altercation avec Mr Rosenbach. Pourquoi ne pas avoir fait comme d'habitude ? »Fit-elle d'un ton calme.

Son regard sombre quitta le reflet du miroir quand elle prit soin de déposer ses épingles dans une boite. Comme d'habitude, elle entendait par là, comment il avait pris la manie de faire avec elle en public, prétendre, faire semblant, mettre de côté tout ce qu'il pouvait penser d'elle. Elle l'avait toujours trouvé meilleur qu'elle à ce jeu là.

« Vous savez de quoi je parle, « tout va bien dans le meilleur des mondes »...Vous êtes si bon acteur et difficilement distrait, cela m'a étonnée de savoir que vous l'avez mis dehors en sachant ce qu'il représente. » Un sourire étire ses lippes. Rien d'amusant bien entendu, juste de l'ironie, elle pesait ses mots et il comprendrait sans aucun doute que cela ne lui avait guère plu de savoir que l'un de ses invités avec qui elle s'entendait bien de surcroît avait été viré comme un mal-propre sans qu'elle n'en soit informée. Son regard retrouva le visage de son mari par le reflet du miroir et elle entreprit calmement de passer la brosse dans ses cheveux pour démêler.

« Quel était le sujet de votre désaccord ? Peut être que nous pouvons trouver une solution.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 16 Avr - 10:43

avatar



MESSAGES : 60 LOCALISATION : Birmingham, résidence des Powell. EMPLOI : Médecin.

carnet personnel
DANS TA POCHE: les clefs de son cabinet, un petit miroir et une montre à gousset vintage.
TON PATRONUS: s'il pouvait en avoir un, il serait sans nul doute un reptile.
COMPÉTENCES:


Il était partit, Et Blue s'était sentit beaucoup mieux. Maintenant il allait pouvoir se changer les idées. Si son adorable épouse n'avait pas pour idée de venir tout gâcher avant. Mais elle ne fit pas de scène, pas de scandale pour en pas éclabousser l'image parfaite de leur couple et il en fut soulagé. C'était pour ça qu'il appréciait Lyzzie : elle était fière, digne, et elle savait très bien, tout autant que lui, que l'image que leur couple renvoyait était importante. Évidement son petit esclave mit tout le temps nécessaire pour raccompagner son invité et par la suite ne revint pas de tout le reste de la soirée, sans doute pour servir quelques convives. Et cela le mit encore plus de mauvais  humeur.

* * *

Il le savait, Lyzzie allait lui poser des questions. Parler, chercher à comprendre le pourquoi du comment mais... Il n'avait pas le cœur à ça, vraiment. Il voulait juste dormir, oublier cette soirée et passer à autre chose. Il la regarda s'installer à sa coiffeuse et l'observa quelques secondes, un air indéchiffrable sur le visage. Beaucoup aurait tout donné pour avoir une femme comme elle. Belle et intelligente à la fois, ce n'était pas toujours donné, Lyzzie avait en plus de cela les crocs et une envie de réussite hors norme. Et si Blue se plaisait à se dire qu'elle était tout le contraire (mais c'était plus pour se sentir mieux après), il savait qu'au fond, ce n'était pas le cas. Alors pourquoi lui ? Pourquoi lui avait-il hérité de cette femme ? À sa question il haussa les épaules et fit mine de poursuivre la lecture palpitante de son livre de chevet. Encore un de ses livres de médecine qu'il lisait pour enrichir son esprit plus que pour le plaisir. « Je m'excuse pour l'avoir mis dehors. » Il n'en pensait pas un mot, et elle devait le sentir. « Je sais que... » Comment tourner cette phrase ? Comment ne pas avoir l'air cassant ? « Monsieur Rosenbach et vous êtes amis. La prochaine fois, je ferais "comme d'habitude". » fit-il en mimant des guillemets. Il n'avait jamais trop bien digéré l'amitié entre ces deux là. Peut-être par nostalgie de son ancienne amitié pour Kol, il n'en savait rien mais... « Il est arrivé dans le seul et unique but de se faire remarquer, et je n'ai pas apprécié. » Voilà tout. Le Rosenbach était venu fanfaronner et Blue avait perdu trop rapidement ses moyens.

Blue baissa de nouveau les yeux vers son livre, fuyant sans trop le vouloir le regard de sa femme. Il n'aimait pas trop ça, quand elle essayait d'en savoir plus sur tout. Il le savait, elle était de nature curieuse, lui aussi mais... « Tiens, d'ailleurs... Red n'est pas revenu me voir après. Vous n'auriez pas une petite idée de là où il a bien pu passer la suite de la soirée ? » Oui, parce que SON esclave favoris ne revienne pas immédiatement le voir après avoir raccompagner Kol... Clairement, Blue n'avait pas apprécié. Il avait eu grand besoin de se défouler, et son jouet favoris avait disparu quand il en avait eu le plus besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 16 Avr - 11:56

avatar



MESSAGES : 22 EMPLOI : sénatrice

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:



Do i wanna know ?

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Blue & Lyzzie

Lyzzie ignorait la nature du lien entre Blue et Kol Rosenbach, tut ce dont elle était certaine, c'est qu'ils se connaissaient depuis longtemps mais qu'ils ne s'entendaient jamais réellement. Au départ, Lyzzie n'avait pas vraiment cherché à comprendre, c'était dans cette période là où elle passait son temps à éviter Blue et puisque Kol s'était montré très sympathique avec elle, elle s'était juste dit qu'ils n'étaient pas du même monde sans demander la source de leur mésentente. Mais plus elle essayait de se rapprocher de Blue, plus elle se demandait quel impact avait Rosenbach sur son mari. Cela l'aiderait peut être à comprendre quel était ce phénomène qu'il était et pourquoi est ce qu'il a une personnalité aussi compliquée à saisir. Alors Blue ne prit pas tellement de temps à lui répondre et ses premiers mots d'ailleurs attirèrent l'attention de Lyzzie car il était véritablement en train de s'excuser – ou pas.

Elle n'avait pas la prétention de dire qu'elle le connaissait, mais au bout de deux ans à vivre sous le même toit, elle avait appris à reconnaître certains signes de sa personnalité et notamment quand il se foutait d'elle. Il n'était en rien désolé, elle l'avait compris  et cela relevait sans aucun doute de ces choses qu'il n'avait pas envie de lui dévoiler de lui. Pourquoi aurait il eu ce regard fuyant sinon ? Quel genre de secret cachait il ? Monsieur Rosenbach était un homme tout à fait charmant et agréable, elle ne voyait pas en quoi il aurait cherché à se faire remarquer, surtout parce qu'elle ne l'avait croisé qu'une seule fois de la soirée et que personne ne lui en avait fait le moindre commentaire. Il mentait bien évidemment, comme il le faisait certainement sur bien des choses pour se préserver d'elle.  Qu'avait elle donc fait pour mériter tel mépris ? Elle qui s'efforçait d'être une bonne épouse.

« Se faire remarquer...Et bien j'en parlerai avec lui.» Fit-elle en haussant les sourcils.

Puis alors qu'il élevait de nouveau la voix, la question de son mari avait manifestement pour but de détourner la conversation. Un bref soupir, Lyzzie se leva pour aller servir deux tasses de tisane, en déposa une sur le chevet de son mari et lui répondit en passant près de lui.

« Je lui ai demandé de donner un coup de main à Andy et Cloé pour le ménage et que ça aille plus vite. Je ne voulais pas les entendre nettoyer jusqu'au milieu de la nuit. »

Et d'ailleurs on n'entendait rien dans la maison, le silence absolu et donc un sommeil réparateur en perspective. Lyzzie était épuisée, à force de courir à droite et à gauche pour faire en sorte que les convives soient bien reçus et superviser tous les préparatifs. Tout s'était bien passé, alors elle estimait mériter une nuit de repos sans les entendre nettoyer et retrouver la maison en bazar au matin l'aurait mise hors d'elle. Là c'était fait, elle pourrait dormir tranquillement.

« Pourquoi ? Vous avez besoin de quelque chose? »

Lyzzie fit le tour et prit place sur le rebord du lit, dos tourné à Blue pour retirer sa robe de chambre et se glisser sous les couvertures, se caler sur ses oreillers. Elle prit un livre aussi, comme elle avait l'habitude de faire avant de s'endormir et c'était peut être l'un des points communs qu'ils avaient ; la lecture. Lyzzie agrémentait régulièrement leur bibliothèque de livres en tout genre pour être certaines que certains puissent aussi intéresser son mari. Leur lit était grand, sans doute pour pouvoir se caler chacun de leur côté sans empiéter sur le territoire de l'autre. C'était souvent ainsi au sein de couples issus de mariages arrangés, mais elle avait souvent espéré un brin de romantisme, Blue pouvait parfois se montrer si charmant avec elle en public dans les faux semblants de l'image que renvoyait leur couple, elle avouait qu'elle aurait apprécié que cela puisse continuer dans le privé, qu'ils soient amoureux ou pas, juste une présence, des gestes rassurants ; Comparer l'ambiance dans leur chambre et le pôle Nord aurait été à peine exagéré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Avr - 10:48

avatar



MESSAGES : 60 LOCALISATION : Birmingham, résidence des Powell. EMPLOI : Médecin.

carnet personnel
DANS TA POCHE: les clefs de son cabinet, un petit miroir et une montre à gousset vintage.
TON PATRONUS: s'il pouvait en avoir un, il serait sans nul doute un reptile.
COMPÉTENCES:


Oui, parle en donc avec ton très cher ami... Peut-être qu'il t'écoutera, toi, pensa t-il, amère. Jaloux ? Un poil oui. Que sa femme puisse être ami avec le Rosenbach avec qui il avait coupé les ponts il y a des années de cela. Mais ça, il se gardait bien de le lui dire. Et puis Lyzzie n'était pas idiote : elle devait bien se douter depuis le temps que Blue n'approuvait pas leur amitié. « Voilà, faites donc... » murmura t-il.

Faire le ménage ? Faire faire le ménage à Red... Alors qu'il y avait tellement mieux à exploiter chez lui. Enfin bref. Il haussa les épaules, à moitié convaincu et regarda la tasse de tisane qu'elle venait de poser à son chevet. Souvent, il se disait qu'il en méritait pas réellement d'une femme aussi jolie et attentionné. Mais puisque le ciel en avait décidé, il devait en profiter ou plutôt, dans son cas, vivre avec. En tout cas son pari était réussit, les esclaves avaient du finir avant de rejoindre leur lit respectif. « De me vider la tête. » répondit-il, la mine toujours boudeuse. Ce n'était pas un secret entre toi et moi que j'avais toujours aimé me servir de lui pour me changer les esprits. Il était plus réactif que ma petite Silver, et c'était ça que je voulais. J'aimais l'expression paumé de son visage, j'aimais bien le voir se tordre dans tous les sens pour essayer de me plaire. C'était marrant. Red avait toujours été marrant. « Il se rattrapera plus tard... » fit-il en refermant son livre. Il se tourna vers sa femme, quittant momentanément sa moue. Oui, demain il passera la journée avec moi, ça lui fera les pieds, songea t-il. « Est-ce que, hormis ce petit incident, tout s'est passé comme vous l'aviez prévu ? »

La vouvoyer lui coûtait de temps en temps. Bien entendu qu'il vouvoyait en permanence les gens qui faisaient partis de son entourage mais... Mais cette règle n'était pas valable pour le cercle proche de manière général. Il se permettait de tutoyer ses frères et sœurs, tic qu'il avait gardé de son enfance, même s'il vouvoyait ses parents. Il tutoyait Erin, parce qu'il se sentait proche d'elle. Et quand il dérapait il tutoyait Kol au nom de leur lointaine amitié. Mais Lyzzie ? S'il avait pris le pli de la nommer Lyzzie au lieu d'Elizabeth, il se forçait presque à la vouvoyer tous les jours. Dans sa tête, cela mettait de la distance entre eux et si d'un certains côté cela le peinait, il se sentait mieux comme ça. Il n'était pas odieux au point de ne pas voir qu'elle regrettait parfois qu'il ne soit pas plus présent mais... Mais je n'y pouvait rien, Lyzzie. Faire semblant, je savais faire, il n'y avait qu'à voir le spectacle qu'on offrait aux autres tous deux : un couple uni amoureux. Et puis, il y avait l'envers du décor... J'avais mon caractère, tu avais le tiens et si nous pouvions être les meilleurs amis du monde par moment, nous n'étions jamais réellement mari et femme. Dans un geste de gentillesse il avait pris la main de sa femme, avec un petit sourire. La vérité c'est que j'avais beau ne pas le montrer, je restais humain avant tout. Si je me fichais de blesser nos esclaves – mais ils étaient monstrueux de toute façon – je ne me fichais pas de foutre ta vie en l'air. Depuis deux ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Avr - 12:02

avatar



MESSAGES : 22 EMPLOI : sénatrice

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:



Do i wanna know ?

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Blue & Lyzzie


C'était un véritable dilemme entre l'envie de plaire à Blue et l'envie de comprendre ce qu'il se passait dans sa tête quitte à faire des choses qu'il n'approuve pas, comme discuter avec Kol Rosenbach. Lyzzie savait qu'au final elle n'irait rien lui dire, parce que fouiner n'était pas forcément la solution. La jeune femme n'avait donc pas répondu, et s'était focalisée sur son autre réponse ; besoin de se vider la tête. Alors cette histoire concernant Kol l'avait à ce point agacer pour qu'il cherche ensuite à se défouler sur Red et cela la titillait encore plus ; elle avait besoin de comprendre, encore et toujours et ce n'était pas aussi simple. Lyzzie reposa son attention sur son livre, en croyant que la discussion de ce soir se terminerait par cela, mais un geste inattendu vint entraver ses plans pour se faire oublier et cesser de polluer l'esprit de son mari. Il lui avait prit la main, d'un geste doux et gentil et Lyzzie reposa son attention sur lui, surprise, troublée.

Lyzzie se demandait parfois, est ce qu'il avait compris ce qui commençait à bouleverser son cœur ? Est ce qu'il en profitait pour la rendre vulnérable et ensuite faire comme il le voulait sans qu'elle ne le dérange ? Qui êtes vous Blue Powell ? A quoi pensez vous ? Qu'est ce que tout cela veut dire ? Lyzzie observa un court instant leurs deux mains liées, tandis que ce geste là venait littéralement lui couper le souffle. Comme un choc électrique elle avait failli s'en défaire mais au lieu de cela, elle profita de la chaleur de sa main venant réchauffer la sienne qui était refroidie. Un privilège, un rien qui ne faisait pourtant qu'accentuer ce qu'elle s'efforçait de taire au fond d'elle. En public elle avait appris à prendre cela comme de la comédie, elle y répondait avec bien plus d'enthousiasme que ce qu'elle devrait mais quand ses gestes envers elle se faisaient un tant soit peu attentionnés en privé, elle ne savait jamais comment l’interpréter.

«  Oui, les invités étaient contents, ils nous ont remercié chaleureusement avant de partir » Avoua t-elle avec un doux sourire.

Lui vider la tête avait-il dit ? Pouvait elle le faire ? Pouvait elle profiter de cette occasion pour remplir son rôle d'épouse et se rapprocher de lui ? Trouve donc quelque chose à lui dire ! C'est le moment !

« Même l'un d'eux qui semble avoir un peu forcé sur l'alcool, il s'est retrouvé la tête la première dans mes plantes en trébuchant et quand nous l'avons aidé à se relever il m'a dit Madame Powell vous sentez si bon la fraise et le thym »Osa t-elle raconter avec un rire amusé en se souvenant avoir vu son visage couvert de feuilles et de terre. Incroyablement pitoyable, mais hilarant.

Ah au départ cela l'avait agacée, mais avec du recul maintenant elle trouvait la situation plutôt comique et peut être que Blue aussi pourrait le trouver drôle. Ou alors au contraire il la trouverait ennuyeuse à souhait comme la plupart du temps sans doute. Son pouce caressa le dos de la main de Blue, timidement et son regard se posa de nouveau sur celui de son mari ; elle ne parvenait toujours pas à le déchiffrer et cela l'empêchait souvent d'agir, un blocage. Elle aurait certainement eu envie de l'embrasser, de se blottir entre ses bras, s'y endormir avec les battements de son cœur pour la réconforter. C'était ce qu'elle avait désiré plus jeune en s'imaginant mariée, hélas la chute sur terre avait été rude. Ainsi elle restait sur la retenue, comme souvent, parce qu'elle avait peur d'être rejetée et briser le fragile lien qu'ils avaient réussi à tisser en deux ans. Quand elle voyait que d'autres arrivaient aisément à se rapprocher de lui, cela lui faisait du mal. Est ce que cela aurait été différent s'ils n'avaient pas été mariés ? Est ce que si elle arrivait à lui offrir un enfant il aurait bien plus d'intérêt pour elle ?

« Mais j'aurais aimé vous voir un peu plus. »

Ça allait peut être trop loin et elle ne voulait pas le révulser. Une tentative encore, parmi d'autres, de lui plaire et d'avoir ne serait-ce qu'un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Avr - 12:26

avatar



MESSAGES : 60 LOCALISATION : Birmingham, résidence des Powell. EMPLOI : Médecin.

carnet personnel
DANS TA POCHE: les clefs de son cabinet, un petit miroir et une montre à gousset vintage.
TON PATRONUS: s'il pouvait en avoir un, il serait sans nul doute un reptile.
COMPÉTENCES:


Le principal était que les invités repartent chez eux charmé. C'était tout le but des soirées mondaines dans ce genre d'ailleurs : donner l'exemple, étaler un peu sa richesse pour montrer qu'ils n'était toujours pas au bord du précipice et toujours l'une des familles les plus riches de la ville, étaler leur bonheur et faire baver les autres gens. Sa mère le lui avait répété tant de fois : c'était dans ces moments là que les gens épiaient le moindre faux pas. Alors Blue et sa femme étaient devenus doués à ce petit jeu. « Vos soirées sont toujours parfaites, de toute façon. » ajouta t-il, amusé. Pour le moment, aucun faux pas n'avait été à déplorer. Sauf peut-être le coup de Kol mais... Blue avait su gérer de son côté. Il laissa échapper un rire léger en imaginant la scène que lui racontait son épouse. « J'ose espérer que vous avez retenu de qui il s'agissait ! » glissa t-il. Pour le coup, il aurait aimé voir ça. Les gens qui tombaient aussi bas... ça l'amusait beaucoup. Lui même ne tenait pas beaucoup l'alcool et c'était pour cela qu'il ne buvait presque jamais lors de ces réceptions, où à peine.  « La fraise et le thym... » répéta t-il toujours amusé. Oui, décidément, je veux bien savoir qui c'est... Je n'étais pas jaloux, juste possessif. C'était comme ça pour tout, et je m'y accommodait très bien.

« Je ferais un effort la prochaine fois. Cette fois-ci, j'ai été distrait, mais je me rattraperais. Promis. » En temps normal il s'appliquait à rester avec son épouse. Ce n'était que ce soir là où... Et bien, une fois de plus elle pouvait aller se plaindre à son très cher ami Rosenbach, c'était de sa faute si son attention avait été retenu ailleurs ! Je n'aimais pas trop te promettre des choses Lyzzie, et de manière générale, pas qu'à toi ! C'était juste ce sentiment d'être redevable à quelqu'un, même si cela partait d'une bonne intention... Je n'aimais pas. Avoir ce sentiment que des gens attendez quelque chose de vous c'était... désagréable. J'avais déjà cette épée de Damoclès au dessus de ma tête avec cette Valyra, et voilà que je me rajoutais des promesses à tenir. « Demain, je n'ai pas de consultations de prévue et de manière générale, pour les jours qui suivent, je suis assez libre de mes mouvements. Si l'envie vous prends de partir quelques jours ou... » Je sais pas, de faire des trucs.... Dites moi Lyzzie, vraiment. Cela fait peut-être deux ans que nous sommes mariés, mais je n'ai toujours pas ce réflexe de proposer de belles choses à ma femme quand nous sommes juste tous les deux. Devant les autres, c'est facile, je pavane et c'est ce que je fais de mieux. Mais quand nous sommes juste tout les deux ? Je me sens coupable d'être aussi distant. Même si une partie de moi aime ça. Il se demandait si cela avait été le cas pour ses parents. Eux non plus n'avaient pas été amoureux et pourtant... Ils s'entendaient à merveille et avait pondu toute une tripoté d'enfants dont il était le premier. Il avait toujours vu ses parents unis comme jamais, prêt à tout l'un pour l'autre. Il voulait la même chose pour lui et Lyzzie. Mais soyons honnête, je suis celui qui fait tout tomber à l'eau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Avr - 14:31

avatar



MESSAGES : 22 EMPLOI : sénatrice

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:



Do i wanna know ?

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Blue & Lyzzie


Lyzzie avait bien moins de mal qu'au début à doser son comportement envers lui à force de le côtoyer, elle ignorait pourquoi il avait mis autant de temps à s'ouvrir de cette manière mais elle se retenait de lui faire la remarque. Parfois ça la démangeait, elle avait souvent eu envie de lui hurler dessus pour cela et quand l'entente avait été au plus bas, Lyzzie ne s'était pas retenue non plus de lui cracher son mépris en pleine figure. Enfin les choses s'étaient calmées et semblerait il qu'il était là plus à même d'aller dans un autre sens pour leur bien commun. Elle l'avait entendu rire, et cela lui avait réchauffé le cœur, elle n'était pas aussi divertissante que certaines de ses connaissances et en avait conscience mais là, c'était tout simplement parfait et la motivait à prendre plus d'initiatives. Il avait apprécié la petite anecdote, et c'était tant mieux. Cela lui faisait plaisir de voir qu'il était toujours capable de faire quelques efforts même minimes, il avait beau être un homme boudeur et capricieux elle savait qu'il pouvait aussi se montrer attentif et qu'il n'était pas un homme mauvais et l'entendre dire qu'il allait faire attention la prochaine fois lui arracha un sourire appréciateur.

Lyzzie inspira lentement, gardant sa main dans la sienne et puis allait de nouveau se replonger dans sa lecture quand il lui proposa de faire quelque chose avec elle. La jeune femme y pensa à deux fois, effectivement il y avait bien une chose dont elle avait envie, une belle proposition à lui faire qu'elle ne comptait décemment pas laisser filer au risque de ne plus jamais avoir d'occasion pareille. Et puis elle répondit, sans retenue, spontanée, comme elle ne l'avait jamais été.

« Et bien...Je pense que nous ressourcer en Écosse, loin des villes, pourrait nous être agréable à tous les deux.»

Un fin sourire était accroché à ses lèvres, cela la rendrait heureuse s'ils pouvaient enfin cesser de faire semblant de s'apprécier et s'il le voulait aussi c'était une très bonne nouvelle.Elle n'avait jamais cru un jour dire cela, avoir envie de s'éloigner, peut être le fait d'avoir accompli la majorité des buts qu'elle s'était fixé dans la vie lui donnait maintenant envie de prendre du recul et du temps. Et puis les poser tous les deux dans un autre cadre pourrait leur permettre d'apprendre à se connaître d'avantage au moins comme des amis pour se supporter davantage le restant de leur vie de mariage. De son côté elle savait qu'elle allait en tomber un peu plus amoureuse si tout se passait bien là-bas, un piège à éviter ou pas ? Qui sait. Tout comme Blue avait manifestement besoin de se vider la tête, les vastes terres vierges de l'Ecosse  pourraient alors l'aider à  réfléchir aussi sur ce qui le tracassait au quotidien.

« Ma famille a une maison là-bas, nous pouvons l'avoir pour nous si vous le souhaitez. »

Lyzzie relâcha la main de Blue pour poser son livre sur le chevet et ensuite se poser sur un côté et offrir toute son attention à lui. Elle se rappelait de cet endroit qui avait appartenu à ses grands parents avant qu'ils n'aillent en ville. La maison était utilisée comme lieu de vacances désormais. Elle se voyait déjà prendre le temps

« C'est au beau milieu des highlands, il y a un cours d'eau qui passe tout près si vous souhaitez pêcher et une grande bibliothèque dans la maison. Il y a les montagnes, les grands lacs, les vestiges d'antan...Je suis sure que cela pourrait vous plaire. Qu'en dites vous ?  »

Des choses simples mais parfois essentielles, elle se demandait juste s'il serait judicieux d'emmener les esclaves ou si ils feraient bien aussi de s'en détacher un peu. Et puis il fallait bien que quelqu'un s'occupe de leur demeure en leur absence.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Avr - 11:17

avatar



MESSAGES : 60 LOCALISATION : Birmingham, résidence des Powell. EMPLOI : Médecin.

carnet personnel
DANS TA POCHE: les clefs de son cabinet, un petit miroir et une montre à gousset vintage.
TON PATRONUS: s'il pouvait en avoir un, il serait sans nul doute un reptile.
COMPÉTENCES:


En Écosse. C'était une bonne idée qui lui plaisait vraiment. De quoi quitter quelques temps le train train de Birmingham, laisser derrière lui (et derrière eux) les tracas de leur vie quotidienne. Un petit voyage rien que tous les deux dans une des propriétés Ayling... Quoi de mieux ? De plus, il n'y avait encore jamais mis les pieds après deux ans de mariage, il était curieux de voir à quoi ressemblait cette terre qu'il n'avait jamais vu. Ces quelques jours de repos allait lui permettre de pouvoir se poser et de pouvoir réfléchir à comment s'excuser auprès du Rosenbach. Il le savait, sa femme serait plus ou moins contente s'il tentait de faire le premier pas. Mais bon, par sécurité, il en lui dirait rien avant d'avoir réussi à croiser le Rosenbach pour s'excuser. Si ce dernier n'essayait pas de le fuir comme la peste, ce qu'il passait son temps à faire. « Je suis partant, l'endroit m'a l'air mag.. » Bon sang. « Fort charmant. Et cela me donnera l'occasion de voyager un peu, je bouge de moins en moins d'ici, et c'est regrettable. » Adolescent il parcourant l'Europe avec son père afin d'apprendre le maximum de chose sur les cultures étrangères. Il avait toujours aimé être un petit globe trotteur mais depuis qu'il 'était établis en ville...

Il se voyait déjà dans les décors plantés par son épouse. C'était le genre qui lui plaisait et que, gamin, il aimait visiter avec ses frères et sœurs. De tous les enfants Powell's il était le plus rêveur, mais il avait su transmettre son amour pour les découvertes à quelques uns de ses frères et sœurs. Eux avaient toujours eu cette préférence pour les villes, le bitume et les briques. Blue... Blue avait toujours aimé découvrir des paysages féerique, le genre qu'il pensait habité par des créatures magiques quand il était enfant. Sans doute cela était-il le cas fut un temps, mais il préférait ne pas y penser. « Nous pouvons partir dès demain ! » lança t-il avec une pointe d’enthousiasme dans la voix. Il s'était redressé dans son lit, délaissant pour de bon son livre qu'il posa soigneusement sur sa table de chevet. Il essayait de se maîtriser, de cacher la joie dans son regard et les étoiles qui y brillaient mais... cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas eu le droit à une petite excursion. Tu sais ma Lyzzie, je faisais tellement d'effort pour me contenir tout le temps devant les gens, mes amis, même toi... C'était parce que mon père m'avait appris à grandir très vite, à quitter cette enfance que je chérissais tant... Il me l'avait fait clairement comprendre il y a des années : je ne pouvais pas rester ce gamin rêveur et dans pensif toute ma vie. « Je prends Red et Silver avec nous. Je ne veux pas laisser ces deux là tous seuls ici. » Elle pouvait prendre Andy et Chloé si elle le désirait, après tous, ils étaient plus sous ses ordres à elle que lui. Et puis, Andy était un homme, et les Powell's n'avaient que des esclaves femmes. Lui, il ne voulait pas le voir, s'il le tolérait encore, c'était parce que sa femme le voulait toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Avr - 13:44

avatar



MESSAGES : 22 EMPLOI : sénatrice

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:



Do i wanna know ?

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Blue & Lyzzie


Cela semblait lui faire plaisir, ce petit voyage qu'elle lui proposait et alors elle avait tout gagné. Jamais elle ne s'était autorisé à lui proposer ce genre de chose, parce qu'elle n'aurait pas cru que cela lui aurait plu. Comme quoi elle avait encore bien des choses à apprendre sur lui, cet énigme qu'il était. Elle l'observa réagir à cela, déclarer même qu'ils s'en iraient dès le lendemain et son enthousiasme était donc plus que bien accueillie. C'était une petite victoire après tout un tas d'échec, après avoir connu tant de moments de frustrations de ne pas savoir comment faire pour qu'il l'apprécie, qu'ils se rapprochent. Il annonça ensuite qu'il emmènerait ses deux esclaves et ainsi donc elle emmènerait sans doute Chloé de son côté, pour laisser Andy s'occuper de la maison en leur absence.

« Comme il vous plaira »

Lyzzie se redressa, déposa un baiser sur la joue de son mari comme elle osait parfois le faire quand il se montrait de bonne humeur puis revint se replacer entre les couvertures, sereine, après lui avoir souhaité bonne nuit. Qui aurait cru cela ? C'était pourtant mal parti ce soir là avec les reproches qu'elle lui avait fait et tout se finissait plutôt bien. La jeune femme n'eut donc pas de mal à s'endormir, d'un sommeil paisible, marqué par d'étranges rêves dans lequel elle se revoyait courir dans les prairies d'Ecosse pendant ses vacances scolaires. Elle n'avait pas profité de son enfance et cela lui manquait parfois. Elle s'était toujours dit que si elle avait des enfants, ils allaient recevoir une bonne éducation mais il y aurait aussi un temps pour les laisser s'éveiller tranquillement afin que jamais ils ne ressentent cette frustration là. Qu'ils puissent avoir un bon équilibre. Peut être qu'ils pourraient retourner dans cette maison.

Au matin, Lyzzie se leva avant Blue et le laissa dormir tranquillement. Chloé et Andy étaient déjà en train de préparer le petit déjeuner quand elle descendit dans le salon, le journal était posé sur la table, la maison était propre et il y avait un agréable soleil matinal filtrant dans la pièce. Lyzzie commença donc par appeler sa famille vivant près de la maison pour leur demander de la faire préparer à leur arrivée, qu'ils n'entrent pas dans une demeure poussiéreuse bien qu'elle soit entretenue régulièrement. Puis elle demanda à Chloé de laisser Andy pour qu'elle s'occupe de préparer les bagages, Lyzzie était plutôt courtoise ce jour là avec ses esclaves, parce que l'optique de partir la mettait dans un état enthousiaste. Elle avait hâte d'arriver, de faire découvrir à Blue les environs, peut être qu'elle lui partagerait quelques secrets d'enfance sur ces lieux là qui pourraient les mettre enfin en confiance l'un envers l'autre. Son père aurait levé les yeux au ciel en la sachant rêver de cette manière, mais il n'était plus là, et personne n'aurait de moyen de pression sur elle une fois qu'ils seraient partis d'ici.

Et puis comme elle avait l'habitude de le faire, chaque jour, elle attendait Blue pour prendre le petit déjeuner et ce jour là, elle avait envie de faire un peu plus de chemin en avant. Habituellement elle mangeait à l'autre bout de la table, c'était strict, protocolaire et c'était ce qui leur avait convenu le mieux jusque là parce qu'en temps normal elle voulait juste éviter les conflits dès le matin. Elle entreprit donc de rapprocher son assiette, se mettre à ses côtés et prit place, le journal entre les mains pour lire les dernières nouvelles en attendant qu'il n'arrive. Ils partiraient sans doute juste après, elle avait demandé à Red de préparer la voiture et comme d'habitude c'était la reine de l'organisation mais cette soudaine bonne entente entre elle et son mari la motivait d'autant plus. Et puis quand elle vit la silhouette de son mari entrer dans le salon, la jeune femme reposa son journal et lui offrit un fin sourire.

« Bonjour Blue, votre nuit a t-elle été agréable ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Avr - 10:20

avatar



MESSAGES : 60 LOCALISATION : Birmingham, résidence des Powell. EMPLOI : Médecin.

carnet personnel
DANS TA POCHE: les clefs de son cabinet, un petit miroir et une montre à gousset vintage.
TON PATRONUS: s'il pouvait en avoir un, il serait sans nul doute un reptile.
COMPÉTENCES:


Lyzzie était déjà descendue au rez-de-chaussé quand Blue se leva, le lendemain matin. La connaissant, elle avait déjà du commencer à appeler les esclaves, à répartir les rôles, voire même à faire ses valises. À présent elle devait l'attendre pour prendre leur petit déjeuné, comme d'habitude. C'était cette routine là, répétitive et contraignante, qu'il voulait briser quelques jours pendant leur court séjour en Écosse. Il s'y était habitué avec le temps, mais il regrettait l'époque où il était plus libre de ses mouvements, où rien n'était écrit à l'avance. « Bonjour monsieur ! » La voix de Silver qui passait devant leur chambre lui parvint aux oreilles et Blue leva les yeux au ciel, par pur réflexe. C'était lui qui lui avait demandé qu'elle ait toujours le sourire au matin, pour le mettre de bonne humeur, mais parfois la voir sourire aussi faussement... Hé bien faisait tout l'effet contraire. Elle continua son chemin, les bras chargés de linge sans plus attendre.

« Oui, et la votre ? » répondit-il en arrivant dans la salle à manger. Lyzzie lisait les dernières nouvelles parut dans leur journal quotidien et Blue examina rapidement l'agencement des couvert. Elle a rapproché nos couverts... Il ne mit pas bien longtemps à faire le constat mais décida de ne pas le relever à voix haute, et à s'installer comme si de rien était. Il n'était pas si mauvaise humeur que ça au final – même s'il n'avait pas aimé le sourire de Silver ce matin (oui, il lui en fallait peu) – et décida de ne pas faire la moue dès le début de la journée. Il lui rendit donc son sourire. Aujourd'hui était un nouveau jour, il devait oublier les bourdes de la veille et se reprendre en main. « Tient, j'ai cru que tu avais disparu pour de bon... » murmura t-il en voyant Red faire une timide apparition dans un coin de la pièce. Le garçon baissa les yeux mais ne tourna pas les talons pour autant. De toute façon, il avait interdiction de le faire. « Prépare tes affaires avec Silver, vous nous accompagnez Lyzzie et moi en Écosse. » Son regard s'illumina brièvement et il hocha la tête avant de décamper. Il reporta son attention sur sa boisson du matin et zyeuta rapidement les gros titres du journal que sa femme avait entre mains. Encore des conflits politiques dont il n'avait rien à faire, mais dont il était obligé de se se sentir concerné. Faire semblant en permanence était épuisant. La politique, ça n'avait jamais été son truc à lui. Heureusement pour Blue, sa femme était sénatrice, et ce poste lui permettait d'en savoir beaucoup, sans être obligé de farfouiller un peu partout pour la moindre informations. Il se plaisait à croire qu'ils avaient tous les deux des postes parfaits pour fureté et être au courant de tout : soigner tous les aristocrates de la ville avait plus d'un avantage. Et puis, de toute façon, les Powell's étaient partout, dans toutes les branches métiers depuis belle lurette, même si certains en doutait encore. « Quitter cette grisaille nous fera le plus grand bien... » lança t-il sans trop préciser s'il parlait du temps gris qu'il faisait dehors ou du climat politique encore lourd de ces derniers temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Avr - 10:55

avatar



MESSAGES : 22 EMPLOI : sénatrice

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:



Do i wanna know ?

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Blue & Lyzzie


Lyzzie acquiesça quand Blue lui retourna sa question, elle avait effectivement bien dormi, car elle n'avait pas emmagasiné d'ondes négatives avant de se coucher puisque leur dernière conversation s'était terminée sur des notes positives. Lyzzie pouvait parfois être victime d'insomnies après une dispute, ce qui la rendait sûrement bien plus insupportable et colérique qu'elle pouvait parfois l'être. Elle le laissa donc prendre place, plongée dans sa lecture pour se tenir au courant des derniers faits avant de s'éloigner d'ici. La jeune femme leva les yeux de son journal en direction de Red quand son mari lui adressa la parole, elle avait remarqué au cours de ces deux années de mariages que Red était bien plus renfermé, il craignait Blue et cela se lisait sur son visage. Elle l'avait surpris une fois, vêtu d'une robe par son mari et la scène avait été troublante. Cela avait contribué à la laisser penser que son mari était un cas désespéré et a partir de là, elle avait passé une certaine période à l'ignorer mais aussi à jalouser. Elle espérait que la présence de Red en Ecosse n'allait pas provoquer de telles choses. La jeune femme avait reposé ses yeux sur le papier pour continuer à lire son article, elle ne s'en mêlait pas de toute façon, Blue et elle avaient beau être marié, ils ne partageaient pas tout, ils étaient plus colocataires qu'en couple. Néanmoins plus le temps passait plus elle avait envie qu'ils soient unis, qu'ils puissent se connaître mieux. Son mari haussa la voix, visiblement l'envie de voyager le motivait tout autant qu'elle et c'était tant mieux. Lyzzie lui adressa un sourire, un vrai, comme elle ne lui en donnait que rarement d'habitude.

« Je le pense aussi, nous avons besoin d'air nouveau et je suis contente que cela vous fasse plaisir. »

Peut être qu'il ne ferait pas meilleur temps qu'ici mais ils auraient bien moins cette sensation d'étouffement. Avec cela, Lyzzie voulait essayer de se couper un peu de son travail le temps de recharger ses batteries, prendre l'air, se changer les idées. Alors c'était sans doute le dernier journal qu'elle lisait jusqu'à ce qu'ils reviennent à Birmingham. Elle adorait son métier mais savait aussi qu'elle avait besoin de prendre du temps pour elle. Puis elle déposa le journal, commençant à manger son petit déjeuner composé toujours de fruits, de yaourts et d'un thé dont les effluves changeaient de saveur selon son humeur du jour. De la vanille, quelque chose de doux et nostalgique dans l'air. Elle songeait que peut être ils pourraient organiser d'autres voyages comme celui là, afin de prendre leurs distances avec tout ceci. Nul besoin d'aller trop loin, ou alors s'il voulait vraiment quitter le territoire, elle serait tout à fait prête à le suivre.

« Madame les valises sont prêtes »Annonça Chloé, interrompant ses pensées.
« Bien » Fit Lyzzie avant de lui faire un geste de la main pour l'encourager à continuer ses tâches et leur permettre de partir sans encombres.

Et puis son petit-déjeuner avalé, la jeune femme quitta la table pour aller se préparer et fignoler les derniers détails de leur départ. Il y avait pas mal d'heures de routes, mais elle avait hâte d'arriver, juste l'idée de voir le paysage changer à mesure qu'ils avançaient vers l'Ecosse lui serrait le cœur d'une joie oubliée. Lyzzie donna ses directives à Andy, lui annonçant que quelqu'un de sa famille viendrait vérifier de toute façon qu'il ne tente pas n'importe quoi. Il s'était toujours montré loyal et fidèle, mais il restait un esclave et avec les dernières rébellions, elle se méfiait d'un retournement de situation et ne désirait pas retrouver sa maison en cendres en revenant. Il avait bien compris que toute tentative lui coûterait très cher, tout comme Chloé, ils n'avaient pas intérêt ni même d'esquisser la pensée d'une possible fuite. C'était comme les tenir en laisse, leur laisser une certaine liberté mais ils savaient qu'ils ne pouvaient quand même pas se défaire de leur autorité. Dans le hall de leur demeure, Lyzzie enfilait ses gants et cherchait son mari du regard dans la maison, le moment était venu de s'en aller enfin.

« Blue ? Je suis prête, nous partons quand vous le voulez »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Avr - 11:17

avatar



MESSAGES : 60 LOCALISATION : Birmingham, résidence des Powell. EMPLOI : Médecin.

carnet personnel
DANS TA POCHE: les clefs de son cabinet, un petit miroir et une montre à gousset vintage.
TON PATRONUS: s'il pouvait en avoir un, il serait sans nul doute un reptile.
COMPÉTENCES:


« Je suis prêt ! » lança -il avec une pointe d'excitation dans la voix. Il rejoignit sa femme dans le hall, suivit de Red qui portait son bagage et de Silver à qui il avait relégué la tâche de porter... Son manteau. Il n'avait qu'un seul bagage et n'avait pas voulu qu'elle se retrouve les mains vides alors... Il se tourna une dernier fois vers eux pour inspecter leur tenue – elle se devait d'être impeccable quand ils sortaient pour les accompagner – tout sourire. Silver avait son habituel chignon bien relevé, le teint frais et sa tenue était parfaite. Blue tenait toujours à ce que le brassard Powell à effigie de sa famille soit bien mis en évidence sur leur bras gauche. Le reste de la tenue, gris anthracite, sobre et classe était parfait. D'un geste agacé il épousseta le col de Red qui ne bougea pas d'un poil et pivota vers sa femme. « Tout est bon, nous y allons ! »

* * *

Blue était comme un gamin. S'il l'était déjà en temps normal, aujourd'hui, il sentait qu'il avait bien du mal à se contrôler pour ne pas se comporter comme une enfant qui découvrait le monde. Et cela prouvait bien à quel point il étai resté ici, en ville, depuis trop longtemps. Mais comment faisait le reste de la fratrie Powell pour supporter ça ? Ils étaient si différents sur ce point... Évidement avant de partir il avait pris le soin de prévenir ses parents. C'était quelque chose chez les Powell's : toujours se tenir au courant de tout pour donner l'image d'une famille unie, ce qu'ils n'étaient plus depuis très longtemps. Les coups de pression, les petites piques et les petites guerres entre famille nucléaire et famille éloignée... Peu lui importait, pour le moment il était dans le haut du panier et n'avait aucun mal à écraser les autres pour y rester. Il avait suffisamment trimer pour en arriver là. « J'ai vraiment hâte de découvrir cette demeure... » dit-il en se frottant les mains. Hâte de voir cet endroit dont Lyzzie parlait, avec sa grande bibliothèque, hâte de voir de nouveau paysages, de respirer un air nouveau et moins pollué que celui de Birmingham.

Et puis, partir quelques jours ne pourrait pas leur faire de mal à eux. Évidement qu'ils n'allaient pas revenir amoureux comme jamais, Blue le savait, il en serait incapable, mais les rapprocher... C'était une hypothèse à ne pas écarter. En soit, ils n'en avaient pas vraiment besoin – ou du moins de son point de vue à lui – mais Lyzzie avait l'air d'y tenir. Elle s'accrochait. À quoi, il n'en savait rien, mais s'accrochait. Pensait-elle qu'ils arriveraient un pour à fonder une belle et grande famille ensemble ? Il en doutait tellement...  Et de toute façon, tu ne peux pas m'aimer sincèrement, n'est-ce pas Lyzzie ? Pas après ces deux ans que je t'ai fais endurer ? Pas après t'être fait ignorer alors que tu es une femme sublime, intelligente... Chose dont rêve tellement de maris !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Avr - 16:21

avatar



MESSAGES : 22 EMPLOI : sénatrice

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:



Do i wanna know ?

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Blue & Lyzzie


Après quelques longues heures de trajet à remonter le royaume uni, les plaines d'écosse avaient fini par se peindre au dehors. Revenir ici, après tant d'années était pour le moins étrange. Lyzzie avait d'abord reconnu cette odeur aromatique d'herbes fraiches, humides flottant dans les bourrasques de vent qui désordonnait ses mèches rousses. Entre Fort William et Inverness, le manoir était idéalement situé pour leur permettre un repos total. Elle venait là étant enfant, son éducation et sa culture avaient commencé ici entre ces murs là. Et puis en y entrant, elle avait senti son cœur se serrer, se souvenant du temps où cet endroit était toujours bondé de monde quand ses grands parents y vivaient et qu'ils recevaient amis et famille. Lyzzie avait caché quelque peu la joie qu'elle éprouvait, car c'était ici qu'elle avait pu se lâcher un peu plus et se noyer dans son innocence. Elle avait vu dans le salon, les tableaux, la cheminée, les tartans, le piano qui y était toujours. Et alors lui était revenu ces longues heures à travailler ses gammes sous les coups de règle qu'elle se prenait sur les doigts à la moindre fausse note.

Alors elle avait repris ses marques et les chambres avaient été attribuées, toutes plus ou moins luxueuses et agréables. Et puisqu'ils étaient arrivés tard dans la journée, le temps d'un dîner, Lyzzie avait enseigné un peu de gaélique à Blue qu'elle avait appris par ses grands parents maternels écossais, un petit verre de whiskey devant le foyer incandescent sur ces fauteuils et ils s'étaient couchés, bercés par le silence.

Au lendemain, le temps par delà la fenêtre semblait être clair, quelques rayons de soleil transperçaient les nuages et Lyzzie eu très vite l'envie d'organiser quelque chose de sympathique pour le matin. Elle espérait que Blue soit reposé et qu'il soit tout aussi content qu'elle d'être ici. Maintenant que l'on pouvait voir la vue qu'ils avaient d'ici, ils pouvaient réaliser qu'ils étaient loin de leur bulle habituelle. Un petit déjeuner avalé, elle lui avait demandé de la rejoindre dans les écuries dès qu'il serait prêt et après lui avoir conseillé de porter les vêtements que Chloé avait déposé sur leur lit. Elle comptait l'emmener en balade à cheval et pour cela elle ne voulait pas qu'il n'abîme ses propres vêtements. Lyzzie s'était préparée également de son côté, voilà bien longtemps qu'elle n'était pas monté à cheval, mais elle avait été fort bonne cavalière par le passé et se souvenait de tout. C'est qu'elle avait passé des heures à l'extérieur à emmener ses chevaux se décrisper les jambes. Elle avait presque oublié à quel point elle avait adoré cela et espérait pouvoir le partager avec son mari et puis cela serait aussi l'occasion de lui montrer les environs jusqu'au Loch Arkaig quelques kilomètres plus loin.

Lorsqu'elle entendit des bruits de pas faisant bruisser le mélange de foin de terre et de graviers au sol, Lyzzie releva les yeux et vit son mari tout apprêté. Un sourire, et puis elle reposa les yeux sur la jument qu'elle préparait.

« Savez vous monter ?  »

L'écurie était toujours utilisée, par l'un de ses oncles qui y gardait ses chevaux, les animaux y étaient bien. Il avait donc laissé deux chevaux dans un box, un chacun et au cas où Blue ne soit pas à l'aise à l'idée de faire de l'équitation il pouvait toujours monter derrière elle. Mais le lui apprendre pourrait aussi lui faire plaisir, elle qui avait envie de se montrer utile à ses yeux, de ne pas être que la femme qu'il avait épousé par arrangement.

« Je peux vous l'apprendre si ce n'est pas le cas, pas d'inquiétudes. »

Elle l'invita à s'approcher, faire connaissance à la jument en lui proposant de caresser son encolure.

« Elle s'appelle Aileas, elle est adorable »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 14:00

avatar



MESSAGES : 60 LOCALISATION : Birmingham, résidence des Powell. EMPLOI : Médecin.

carnet personnel
DANS TA POCHE: les clefs de son cabinet, un petit miroir et une montre à gousset vintage.
TON PATRONUS: s'il pouvait en avoir un, il serait sans nul doute un reptile.
COMPÉTENCES:


La demeure de la famille Ayling avait quelque chose de majestueux. Le manoir avait autant de charme qu'une des propriété Powell qui se situait un peu plus au sud du pays, mais il trouvait d'avantage de cachet à celle dans laquelle il se trouvait actuellement. Ses yeux s'étaient attardés un peu partout, passant au crible le moindre petit détail pour que rien ne lui échappe. C'était toujours comme ça quand il mettait les pieds dans un endroit nouveau : il voulait s'y faire le plus rapidement possible. Même Silver et Red avait l'air enchanté par ce qu'ils voyaient. Lyzzie attribua les chambres et Blue profita de la fin de journée pour se poser un peu dans le jardin de l'immense demeure.

* * *

Il n'avait pas beaucoup dormit (cela lui faisait souvent cet effet quand il voyageait, il avait toujours du mal à s'acclimater rapidement) mais se sentait pourtant reposé de son voyage de la vieille. Et visiblement sa femme, elle, paraissait déjà bien réveillé et désireuse de profiter à fond de leur journée. Blue regarda quelques instants les vêtements posés sur son lit et arqua un sourcil. Je ne vais pas porter ça... Oh Lyzzie, qu'as tu prévu de faire ? De l’équitation. Ou le sport que les Powell's n'apprenaient pas forcément à leurs enfants. Et Blue... Ce n'était pas qu'il avait peur de ces bêtes, non, c'était juste qu'il se sentait rarement à l'aise à proximité de l'une d'entre elle. Mais bon. Il enfila tout de même la tenue préparé avec soin et alla rejoindre sa femme aux écuries, suivit de prêt par ses deux esclaves. Au cas où. Au cas où il se blesse, ou au cas où il ait besoin d'aide pour monter, préparer... Il n'en savait rien et il avait trop de fierté pour demander à sa femme de l'aider dans ce genre de tâche. « Lyzzie ! » Un sourire sur le visage il la salua d'un geste de la main comme on saluait la meilleure de ses amies et s'avança vers elle et le cheval qu'elle préparait. Du coin de l’œil il remarqua que Silver n'était pas des plus à l'aise. « Heu... » Non ? Oui ? Il avait déjà vu des films avec de belles scènes à cheval mais... Non,clairement, Blue Powell n'avait jamais posé ses fesses sur le dos d'un cheval, aujourd'hui serait une première. Un peu méfiant il osa tout de même poser sa main contre l'encolure de la jument. « C'est une première. » Les deux esclaves en retrait près de la porte ne devaient attendre qu'une chose : que leur maître ou sa femme se ridiculise, pour pouvoir jubiler un peu. Mais il ne comptait pas leur donner ce plaisir. « Ce n'est pas vraiment une discipline dont raffole ma famille, mais... » Ils étaient dans tellement de domaines divers et variés que cela ne l'étonnerait pas tant que ça d'apprendre qu'un de ses oncles ou cousines éloigné savait monter ou tenait une écurie. « Mais j'ai bien envie d'apprendre. » finit-il par dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

Do i wanna know ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 01. Girls just wanna have fun !
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» [libre] I wanna be, the very best !!
» CBS wanna trade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Harborne :: Manoir Powell-
Sauter vers: