AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 même les rois ont besoin de la magie | Valyra



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Palais de Birmingham
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sam 25 Aoû - 23:30

avatar



MESSAGES : 60 EMPLOI : Esclave

carnet personnel
TON PATRONUS: un Paradisier de Raggi.
DANS TA POCHE: des cartes de tarot, quelques graines et un crayon.
COMPÉTENCES:



Tu patientes en silence. Le responsable du personnel - et des esclaves plus particulièrement - est en train de régler les derniers détails administratifs avec la purificatrice dépêchée au palais royal. Quelques-unes de tes camarades, récemment arrivées, doivent se faire purifier aujourd’hui. Et c’est sur toi qu’est retombée la tâche de conduire la purificatrice dans le palais jusqu’à la salle où les concernées attendent avec appréhension. Toi dont les poignets sont parfaitement libres, non alourdis de ce fameux bracelet de purification. Tu es exemptée de cette chose visant à vous priver de vos pouvoirs. Tu perdrais ton principal intérêt, si ton don venait à se taire. Peut-être est-ce parce que tu n’es et ne seras jamais concernée par tout ceci que c’est toi qu’on a choisie pour conduire les purificateurs et surveiller tes camarades. Cruelle décision…

-J’espère que vous m’excuserez, j’ai affaire, je ne peux vous accompagner pour la suite. Fay va vous guider jusqu’aux Impurs concernés et vous raccompagnera jusqu’à l’entrée du palais lorsque vous aurez terminé votre travail. Elle se tiendra à votre disposition si vous avez besoin de quoi que ce soit.

Tu hoches la tête et t’avances un peu lorsqu’il te fait signe. Tu t’arrêtes devant la jeune femme. Elle te semble bien jeune. À peine quelques années de plus que toi. @Valyra Chatterton. Ce n’est pas la première fois qu’elle vient entre ces murs, elle s’est déjà occupée de la purification de plusieurs de tes camarades. Alors que comme vous, elle est née sorcière. Ce bracelet à son poignet est une autre preuve qu’elle est des vôtres. Et qu’elle a tourné le dos à sa nature. Ton regard ne se lève pas une seule seconde sur elle, ce serait impoli de te permettre de la regarder. Il faut que tu t’en tiennes à ton rôle, toujours.

-Si vous voulez bien me suivre, Madame Chatterton…

Si elle veut. Si elle ne veut pas, tu attendras qu’elle soit disposée à te suivre. Tu n’as pas d’autre choix. Bien droite dans ta tenue aux couleurs des Archdeacon, le regard baissé et ta crinière blonde sagement coiffée, tu es l’image même de la parfaite petite esclave royale. Tu te dois de faire honneur à ce soi-disant privilège qui t’a été accordé. Alors tu donnes le change, chaque jour depuis ton entrée dans l’adolescence. En attendant qu’un jour il te soit donné la possibilité de changer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 27 Aoû - 14:23

avatar



MESSAGES : 551 LOCALISATION : Quelque part dans Birmingham, occupée. EMPLOI : Purificatrice au service du Gouvernement Anglais.

carnet personnel
TON PATRONUS: Sans aucun doute une oie.
DANS TA POCHE: Un miroir de poche, un rouge à lèvres sanguin, et quelques chewing-gums.
COMPÉTENCES:


La purification a toujours été la meilleure décision pour Valyra. Dès toute petite, elle avait compris qu’elle était nécessaire, même s’il est vrai qu’à la base, elle s’était purifiée par peur. Par tétanie. L’enfant découvrant un monde qui l’effrayait, dont elle refusait de faire partie. Aujourd’hui, elle n’avait plus peur des sorciers, mais la magie – cette chose incontrôlable – l’effrayait tout autant. Pire inégalité au monde, elle ne faisait que diviser. La purification de masse avait donc été la meilleure façon d’unifier la population. Pour autant, elle savait qu’il faudrait du temps et de la patience pour pouvoir mettre sorciers et moldus sur un pied d’égalité. Autant dire qu’il faudrait sans doute des générations, tout en considérant l’esclavagisme comme un statut égal à celui d’homme libre, évidemment.

Ce jour-là, c’était le palais royal – en personnel – qui l’avait faite mandater. Connu pour son absence de spécialisation, elle était demandée partout. Qu’il s’agisse des esclaves à domicile, des esclaves en libre-service, des orphelinats ou même, parfois dans des cas extraordinaires, des membres hauts placés de la société, Valyra pouvait purifier tout le monde. Dans toutes les catégories socio-professionnelles, à l’exception des forces de l’Ordre, évidemment. Ainsi, elle n’avait pas pu refuser d’aller au Palais – et même si elle avait pu le faire, elle ne l’aurait pas fait, la famille Royale n’était pas le genre de personnes à qui l’on pouvait se permettre de dire non et la fille Chatterton le savait parfaitement. Vêtue d’une tenue classique (chemise blanche, pantalon carotte bleu marine et escarpins noirs), elle avait élégamment coiffé ses cheveux. Quelques riches bijoux ornaient ses oreilles, son cou, son poignet et ses doigts, mais rien de bling-bling, tout en élégance et en discrétion. Purifier les sorciers était son métier, sa vocation, elle appréciait d’autant plus quand les Impurs étaient volontaires et choisissaient la voie de la rédemption. Par contre, quand il s’agissait des esclaves, surtout dans une telle situation, ça ressemblait plus à une corvée. Certes, elle s’en acquittait avec plaisir et réalisait toujours son travail à la perfection, mais ce n’était pas la même chose. Contraints, soumis à l’autorité de leurs maîtres, ils n’avaient souvent rien à dire, et ne souhaitaient pas faire la discussion. Pour les fois où ça se passait sans incident, évidemment. Autant dire que ce n’était pas très plaisant et que plus vite c’était fait, mieux c’était pour tout le monde.

Une voiture de service la déposa devant le palais. Elle en sortit avec sa mallette de purification et se dirigea vers le hall. Le Majordome qui la reçut la laissa en compagnie de Fay, une esclave apparemment. Et une esclave très sage, puisqu’elle doutait qu’ils aient laissé une telle mission à n’importe qui. Autant dire que c’était assez plaisant à voir, quelqu’un qui se faisait à cette situation sans faire des drames, ça ne courrait pas les rues. « Bonjour Fay. » Commença Valyra, bien décidée à passer une bonne journée et à discuter avec qui voudra. Elle ne voulait pas que ça tourne à des airs dramatiques ou moroses, et pour ce faire, elle préférait emmener avec elle un peu de politesse et de sympathie. Rien de très difficile à faire à son sens. « Je vous suis. » Après tous, les dédales du palais ne devaient plus avoir de secret pour elle. « Dites moi Fay, vous êtes au service de Sa Majesté depuis combien de temps ? » Après tout, elle ne savait pas combien de temps le trajet allait leur prendre, alors autant discuter un petit peu. Valyra regretta Alberthol – son esclave personnel – qui aurait été parfaitement à son aise dans les couloirs du palais et qui aurait alors très bien pu s’entretenir avec la jeune femme, pendant qu’elle faisait son travail. Pour autant, il avait été laissé chez elle, ne l’accompagnant pas tous les jours au travail. La prochaine fois, peut-être qu’elle l’emmenerait avec elle, en attendant, elle se concentra à nouveau sur sa discussion avec la jeune femme.


Un jour je t'expliquerai pourquoi le sang qui coule dans tes veines se diffère tellement du mien. Un jour tu comprendras qu'il n'y a parfois que quelques gouttes qui font toutes une vie de pureté. — .
il n'existera ni limite
ni frontière
à la purification.
Et de tes maux
tu voilà soulagé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 30 Aoû - 11:53

avatar



MESSAGES : 60 EMPLOI : Esclave

carnet personnel
TON PATRONUS: un Paradisier de Raggi.
DANS TA POCHE: des cartes de tarot, quelques graines et un crayon.
COMPÉTENCES:



Bonjour ? Ton visage reste neutre mais cela ne t’empêche pas d’être surprise. Une purificatrice qui dit bonjour à une esclave ? C’en serait presque inédit. Mais tu préfères ne faire aucune remarque. Ce n’est pas le moment de faire la moindre erreur dans tes propos. Alors puisque tu n’es pas censée lui parler, tu ne réponds pas, te contentant d’attendre qu’elle décide si oui ou non elle te suit. Et finalement elle choisit la première option. Tu hoches donc la tête, en docile esclave que tu te dois d’être, et prend la direction des quartiers des esclaves. Ce n’est pas rare qu’ici, certaines purifications soient réalisées aux yeux de tous les esclaves, cela va être le cas aujourd’hui. Et c’est à toi de t’assurer que tout se passera bien. Lourde responsabilité pesant sur tes épaules.

Une question vient interrompre le fil de tes pensées. Depuis combien de temps es-tu ici ? Tu réfléchis un très court instant. Trop longtemps ne serait pas une réponse acceptable, mais elle n’en est pas moins vraie à tes yeux. Même si certains sont là depuis plus longtemps que toi. Tu es arrivée en ces lieux peu avant tes 13 ans. Tu vas "fêter" tes 23 ans dans quelques temps. L’Orphelinat te paraît être si lointain, et pas assez en même temps. Etrange paradoxe.

-Je suis au service de Sa Majesté depuis dix ans, Madame.

Dix années à parcourir ces couloir, à apprendre par-coeur chaque raccourci, chaque recoin, chaque détail de la décoration, chaque plante dans le jardin… C’est long, très long. Trop long. Comme beaucoup de personnes de ton rang, tu connais les lieux sûrement bien mieux que les propriétaires et personnes qui y vivent. C’est parfois une nécessité, en fonction des ordres qu’on vous donne il peut être impératif de savoir où se diriger dans la seconde. Comme maintenant, tu sais que tu ne dois pas lui faire perdre une seconde alors tu choisis le trajet le plus court. Qui est tout de même assez long. Quelques mèches blondes se sont échappées de ton chignon, tu les remets rapidement en place, dévoilant tes poignet nus. Tu en profites pour lui jeter un bref coup d’oeil. Compte-t-elle te faire la conversation ? Veut-elle que tu la lui fasses ? Tu ne vois même pas pourquoi elle se "rabaisserait" à cela… Selon la vision des personnes de son rang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Sep - 15:05

avatar



MESSAGES : 551 LOCALISATION : Quelque part dans Birmingham, occupée. EMPLOI : Purificatrice au service du Gouvernement Anglais.

carnet personnel
TON PATRONUS: Sans aucun doute une oie.
DANS TA POCHE: Un miroir de poche, un rouge à lèvres sanguin, et quelques chewing-gums.
COMPÉTENCES:


Est-ce qu’elle appréciait la condition d’esclave ? La question était difficile. Bien sûr, elle était ravie de ne pas être du côté de cette barrière et d’un autre côté… Disons qu’elle savait que certains devaient être contrôlés, à commencer par tous ceux qui refusaient de se faire purifier. Chose évidente pour elle, la magie ne devait pas être, à nouveau, présente dans leur vie. Ainsi donc, il n’était pas surprenant qu’elle refuse de parler à certains esclaves, ou de les considérer dignement. C’était pour elle, une façon comme une autre de classifier les gens. Oui, certains pourraient maintenir que ce n’était pas une façon de faire, que ce n’était pas très bon pour les gens et que, d’une certaine façon, elle risquait de transmettre des stéréotypes, peut être, oui. Mais ce n’était là qu’une façon, comme une autre, de contrôler les foules. Pire même, l’esclavage avait une utilité réelle : une main d’œuvre pas chère, qui pouvait faire le pire des métiers, évitant à d’autres de le faire, tout en permettant un certain contrôle de la population. Il y avait donc des avantages certains qu’elle refusait de laisser de côté. Et comment.
Pour autant, elle restait heureuse de ne pas l’être. Et de très loin.
Ainsi, Fay était une esclave. Une esclave avec des responsabilités. De manière surprenante, elle n’était pas purifiée, ce qui avait tendance à rebuter la Chatterton. Pire même, elle avait tendance à se méfier d’eux. Pour autant, ici, dans ce cadre, elle se doutait bien que si Sa Majesté n’avait pas demandé sa purification – ou ne lui avait pas imposé simplement, c’est qu’il y avait une bonne raison. Une raison étrange, qui poussait la Royauté à faire des différences de traitement, mais une raison qu’elle jugeait parfaitement justifiée. Et de toute façon, même si elle pensait l’inverse, jamais ça ne lui viendrait à l’idée de le dire haut et fort. Bien au contraire. « 10 ans. Ca fait beaucoup. » Nota-t-elle. « Alberthol également est à mon service depuis des années. » Elle fronça les sourcils, réfléchissant, elle avait eu ce dernier à sa dizaine, environ, il avait désormais le même âge qu’elle. « Oh plus encore, ça doit faire une vingtaine d’années qu’il est à mes côtés. » Sourire fier sur le visage, elle poursuit. « C’est toujours plaisant de voir des Impurs faire preuve d’une telle loyauté. »

Ses pieds suivaient les pas de la jeune esclave, se doutant parfaitement qu’elle allait faire correctement son travail, sous peine de se faire corriger par des maîtres (qu’elle pensait) exigeants. Elle n’avait pas peur de se perdre dans les dédales du château, ni même de craindre quoique ce soir aux côtés de la demoiselle. Non, bien au contraire, elle était dans l’un des lieux les plus surveillés de la ville après tout. Curieuse, elle voulait pourtant discuter avec la jeune femme, en apprendre plus sur le Palais, sur la vie de la Royauté. Chose qu’elle ne pouvait pas faire, au risque d’avoir l’air de se renseigner sur les rythmes du Palais et donc d’être accusée de Trahison envers la Couronne. Autant dire que la peine encourue pour un tel crime ne l’enchantait guère. « Vous avez du voir beaucoup de choses en dix ans. » Simple constatation. Elle soupira. « Je suis d’ailleurs navrée de voir l’évolution de notre société… » Visage consterné par les dernières retombées politico-sociales et les agressions, elle s’inquiétait pour la pérennité de ce système. « Plus personne n’est en sécurité. » Bien sûr, elle ne faisait pas officiellement la conversation à l’esclave, mais elle espérait que cette dernière allait prendre la parole, ne serait-ce que dire quelque chose qui lui permettrait de rebondir. Chose qu’elle n’était supposée pas avoir le droit de faire.


Un jour je t'expliquerai pourquoi le sang qui coule dans tes veines se diffère tellement du mien. Un jour tu comprendras qu'il n'y a parfois que quelques gouttes qui font toutes une vie de pureté. — .
il n'existera ni limite
ni frontière
à la purification.
Et de tes maux
tu voilà soulagé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

même les rois ont besoin de la magie | Valyra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
» EN 2004 LES ROIS MARGES VENAIENT DE LA DOMINICANIE !
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» cour des rois déchus

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Palais de Birmingham-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: