AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 EVENT N°2 : Il faut chercher, pour trouver



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Partie évent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dim 14 Oct - 18:25

avatar



MESSAGES : 244 EMPLOI : Occupé à changer vos habitudes, à ruiner vos vies, à distribuer espoir et mélancolie.


pour trouver, il faut chercher



« à l'oubli je ne peux me résoudre »

L’annonce avait été passée. Par tous les moyens possible – télévision, radio ou même par le journal, les forces de l’ordre avaient mis en place pour ce début de journée. Parce que les membres de l’ordre du Phoenix titubaient sur l’affaire qui leur était présenté. L’ordre avait donc été donné : des volontaires allaient les aider. Et des volontaires, il y en avait, ils étaient déjà là, rassemblés dans la cour de la caserne des patrouilleurs, prêts & déterminés. Certains plus que d’autres, mais les patrouilleurs étaient confiants. Avec cette main d’œuvre, nul doute que les recherches allaient payer ! Une seule chose comptait : retrouvé les personnes disparues. Au nombre de six, @Kol Rosenbach avait été mystérieusement retrouvé chez lui sans un problème, portant un étrange message, il manquait encore à l’appel @Valyra Chatterton, @Ulyana Tywain, @James Earnshaw, deux esclaves et un autre impur. Toutes les classes, sans distinctions, avaient été touchées, et les patrouilleurs espéraient que cela allait aider les volontaires à coopérer plus facilement. Ils devaient se serrer les coudes, tous, pour espérer se sentir rapidement de ces eaux troubles.

Le patrouilleur en charge des recherches grimpa alors sur un plot mis à sa disposition, et s’adressa à la foule. « Bonjour à tous ! Merci à vous d’être venu nous aider ! Comme vous le savez, de sombres évènements se sont déroulés lors de la soirée de charité de la semaine dernière. L’enlèvement partiel de Mr Kol Rosenbach, et sa coopération, nous ont permis de faire quelques progrès sur l’enquête, mais nous avons besoin de vous pour la mener au bout. » expliqua-t-il alors. « Souvenez-vous cependant, de ne jamais rester tout seul, ne vous éloignez pas et restez sur vos gardes. De ces personnes, nous savons qu’elles sont organisées et prête à tout. » ajouta-t-il, sérieux, avant de terminer. « Allons-y ! » Alors, guidés par les membres de l’ordre, tout de rouge vêtus, les volontaires quittèrent la caserne en direction des bas quartiers de la ville, quartiers particulièrement lié au réseau souterrains.

◊ ◊ ◊

L’ordre du pheonix a décidé de faire appel aux volontaires disponibles pour les aider dans leur recherche. Kol Rosenbach, enlevé en même temps que son épouse, a été retrouvé dans sa chambre, au manoir familial. Longtemps questionné, il a vite été mis hors de cause. D’ailleurs, un papier anonyme a été retrouvé dans sa chambre et a permis aux enquêteurs d’avancer les recherches. Mais les choses coincent. Est-ce que la solidarité citoyenne permettra de retrouver les disparus ?

A vous de jouer !



Comme toujours, une péripétie en fin de semaine, afin de vous permettre d'évoluer et d'avancer dans ce sujet. En cas de question, n'hésitez pas à nous contacter.
N'oubliez pas que le dé "idées" est à votre disposition pour toute action que vous voudriez mettre en place au cours de cette évent. Comme d'habitude, merci de le lancer dans le sujet "flood des évents" et non pas dans ce sujet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Oct - 20:31

avatar



MESSAGES : 227 LOCALISATION : Quelque part dans Birmingham, occupée à se moquer d'un Impur. EMPLOI : Porte parole du Gouvernement.

carnet personnel
TON PATRONUS: Une vipère, qui apparaîtrait dès qu'elle en ressentirait la nécessité.
DANS TA POCHE: Un miroir, un paquet de cigarettes, un collier de chiens et un bloc notes.
COMPÉTENCES:


pour trouver, il faut chercher


Des gens avaient été kidnappés. Kidnappés. A une soirée caritative. Erin ne s'en remettait toujours pas. Est-ce qu'Alesdair et ses anciennes connaissances étaient à l'origine de ça ? Ou pas du tout ? Etait-il même au courant ? C'était quelque chose d'assez inédit. Assez inquiétant également. Qui pouvait se comporter de la sorte, aux yeux du monde ? Et le pire, c'est que personne n'avait rien vu. Elle-même, ne se souvenait pas de comportements si étranges. Certes, bien sûr, elle avait vu beaucoup de monde, très différents... Mais de là à voir quelqu'un agir bizarrement ? Non, elle ne s'en souvenait pas. Elle avait croisé @Blue Powell et @Kol Rosenbach, ainsi que son épouse. Elle avait aussi noté la présence d'@Evan Monroe et de @James Earnshaw, mais elle ne se souvenait pas de les avoir vu disparaître.
Elle était inquiète. Très. Et d'un autre côté, n'auraient-ils pas dû si attendre au vu du climat qui régnait en ville ? Tous étaient sur les nerfs, tous s'inquiétaient de ce qui pouvait arriver et pourtant, personne n'avait vu ce coup arriver.. C'était triste, inquiétant et très, très déplaisant. Elle ne savait pas quoi penser de la situation... Quoi faire... C'était sans doute pour ça, qu'aujourd'hui elle était là, dans une tenue simple et pratique, pour aider. Oui, certains pourraient s'interroger sur les raisons de sa présence, mais en temps que Porte Parole du Gouvernement, elle estimait que sa position - en plus d'être politique - était nécessaire. A ses côtés, elle avait emmené @Rileigh, parce qu'elle devait bien se montrer utile de temps à autre. Et puis, à vrai dire, c'était la seule de ses esclaves qui saurait se tenir en public, alors autant l'emmener avec elle. Afin qu'elle puisse se montrer utile, cette fois-ci, elle n'avait ni collier, ni laisse autour du cou.

Erin s'approcha alors d'un visage qu'elle connaissait bien, marqué par des rides d'inquiétudes. "Kol ?" Lança-t-elle, inquiète de le voir ainsi. "Je suis désolée pour Valyra... Comment allez-vous ?" Après tout, ça devait être terrible pour lui, d'avoir pu s'en sortir, mais de savoir sa femme toujours en danger. Quelque part.


IL N'Y A POINT D'ENDROIT
POUR LES GENS COMME TOI.
dans son ombre rampent les impurs

Dialogues : #660033
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 15 Oct - 11:48

avatar



MESSAGES : 36 EMPLOI : Esclave au service des Bartholomew.

carnet personnel
TON PATRONUS: Une Dendrobate à tapirer, ou grenouille venimeuse.
DANS TA POCHE: Une feuille de tilleul séchée.
COMPÉTENCES:


L’attente. C’était certainement la pire chose dans de telles situations. Ils ne pouvaient rien faire, rien dire, rien d’autre qu’attendre. Attendre des réponses. Attendre qu’on les retrouve. Attendre et encore attendre. Rileigh ne supportait plus le climat qui régnait en ville ces derniers temps. Les meurtres, les agressions, les disparitions, les réapparitions … La prochaine serait quoi ? La fin du monde ? Elle pouffe de rire, laisse à la main, à patienter devant la porte, le temps que sa maîtresse arrive. Aujourd’hui, elles allaient agir, pour tous, et ensemble. C’était une sensation tout à fait particulière de se lever en sachant que, pour une fois, Erin et elle allaient travailler main dans la main. La blonde arrive à la porte et Rileigh tend la laisse dans sa direction, le regard dirigé vers le sol. Lorsque la demoiselle Bartholomew décline, l’esclave ose relever le visage et ses yeux croisent ceux de sa maîtresse une micro seconde, juste le temps nécessaire pour se rappeler qu’elle ne doit pas. Elle se ravise, raccroche la laisse et s’applique à vêtir sa maîtresse d’une veste. La porte ouverte, Rileigh retire rapidement son collier et le dépose avant de sortir à la suite d’Erin.

Le discours est prenant, pour une fois, et la détermination de l’esclave pourrait se lire dans ses yeux si quelqu’un osait y plonger. La tête baissée, elle avance en suivant les pas de la Bartholomew. Calme, droite, elle espère simplement que les blablas ne vont pas durer trop longtemps. Elle veut chercher, pas parler… Ou plutôt écouter. ─ Je suis désolée pour Valyra… Comment allez-vous ? Rileigh lève les yeux au ciel. Il va mal, évidemment, et il ne dira pas le contraire, même s’il ne le pensait pas, à moins qu’il veuille faire bonne figure. L’esclave se moque de ces discussions mondaines et préfère passer en revue la petite troupe formée pour sauver le monde. Certains visages présents étaient pathétiques à découvrir. Que faisaient-ils ici ? Qu’elles étaient leurs motivations profondes ? Venaient-ils pour les têtes connues ou pour les pauvres qu’on ne nomme même pas ? Rileigh sert le poing en pensant aux esclaves et à l’impur disparus. Mais il n’y a rien à faire pour le moment. Rien… à part attendre.



@Erin Bartholomew, @Kol Rosenbach
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 16 Oct - 21:40

avatar



MESSAGES : 117 LOCALISATION : Birmingham, résidence des Powell. EMPLOI : Médecin.

carnet personnel
TON PATRONUS: s'il pouvait en avoir un, il serait sans nul doute un reptile.
DANS TA POCHE: les clefs de son cabinet, un petit miroir et une montre à gousset vintage.
COMPÉTENCES:


Il avait hésité avant de venir prêter main forte. Mais un tel geste était bon pour son image, et qu'est-ce qu'un Powell ne ferait pas pour dorer un peu plus le blason de sa famille ? Un geste hypocrite parmi d'autres, pour des gens... qu'il n’estimait pas tant que ça. Oh bien sûr, il avait eu peur quand le nom du Rosenbach avait été prononcé. Son cœur s'était tordu dans tous les sens avant que l'on annoncer que monsieur Rosenbach avait été retrouvé. Mais pour ce qui était de sa femme... Il n'avait même pas essayé de cacher sa joie, une fois chez lui. Oui, que Valyra disparaisse, je n'en avais rien à cirer. J'en étais même heureux. Quel Powell ne serait pas heureux qu'un Chatterton disparaisse après tout ? Nous ne faisons que sourire ensemble en public, dans l'intimité, c'était bien plus compliqué. Nos deux familles étaient tellement liés par de sombres secrets que... le malheur de Valyra me réjouissait plus qu'autre chose.

Sauf qu'aujourd'hui il faisait semblant – comme sans doute beaucoup d'autres autour de lui – et il se tenait là, prêt à aider. Il vit Erin, flanqué d'une jeune femme, son esclave personnelle. Elle s'était approché de Kol, sans doute pour lui présenter toutes ses condoléances. Elle n'est pas encore morte, Blue. Il se dirigea d'un air décidé vers son amie, un air sérieux sur le visage. Le médecin s'appliquait à garder cet air un peu triste, tiraillé que beaucoup abordaient aujourd'hui. Derrière lui, son esclave Red le suivait en silence. Après les enlèvements à la soirée caritatives (il ne s'en remettait toujours pas!) il ne voulait pas prendre le risque qu'il lui arrive quelque chose. Avec Red à ses côtés était la moindre des choses. « Erin. » Il la salua d'un geste de la tête et lança un regard à son esclave. Il se tourna vers le Rosenbach, le visage crispé. Tu ne voulais vraiment pas connaître le fond de ma pensée, là, tout de suite. C'était horrible. « Je suis désolé pour votre épouse. » Il appuya légèrement sur le dernier mot. Oui, je n'avais toujours pas digéré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Oct - 18:06

avatar



MESSAGES : 565 LOCALISATION : Quelque part dans Birmingham, à écouter aux portes. EMPLOI : Gérante d'un petit salon de thé des plus connus.

carnet personnel
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
COMPÉTENCES:


Elle s’était déplacée. Les traits tirés, le visage fatigué. Rozen se foutait de toutes les personnes kidnappées, à l’exception d’une seule. James. Son ami de longue date. Son seul véritable ami. La seule personne pour qui elle pourrait se battre. Le seul qui, aujourd’hui, la connaissait véritablement, la soutenait, l’aimait et lui permettait de continuer, de cultiver la mémoire d’une personne qui leur était, à tous les deux, très chère. Il était le seul à la connaître aussi bien et à voir derrière le masque qu’elle collait tous les jours sur son visage. Comment une chose pareille avait pu se produire ? Comment c’était possible de lui avoir fait du mal, à lui ? Elle le pensait intouchable. Intouchable. Elle le voyait comme un homme fort, capable du meilleur, mais aussi du pire. Surtout concernant sa survie. N’était-ce pas lui qui était supposé protéger les autres ? Au vu de son passé, de ses expériences professionnelles, comment une telle chose avait pu se produire ? Comment ? Qui avait pu s’en prendre à lui ? Et sous quel prétexte ? Il n’était pas du genre à se mettre du monde à dos. C’était quelqu’un de gentil. De doux. De compréhensif. Comment avait-il pu se faire prendre ? Des questions qui ne cessaient de tourner dans sa tête. Encore et encore. Inlassablement. Rozen n’avait pas dormi. Elle avait cherché des réponses sur tous ses réseaux, contacté tous ses oiseaux. Rien. Apparemment, elle n’infiltrait pas le réseau de connards qui s’en étaient pris à son ami. Dommage. Elle avait désormais un nouveau terrain de jeux, de nouvelles personnes à trouver. Et oh, soyez-en sûrs, elle les trouverait. Elle allait fouiller, renverser tout Birmingham et secouer toutes les personnes qu’elle connaissait, mais elle allait les trouver. Ils ne pourraient plus se cacher nulle part. Plus jamais. Elle allait s’assurer de les trouver, de leur pourrir leur existence, puis, quand elle aura fini, il ne restera de leurs corps et de leurs idées, qu’une rumeur, qu’un bref passage dans l’histoire de la ville. Ils s’en étaient pris à son ami. Autrement dit, à la mauvaise personne. Et ça, Rozen ne pouvait pas le tolérer.

Alors oui, elle avait fermé son salon de thé. Elle était venue. Et avec elle, ses esclaves. Ils allaient aider les forces de l’Ordre. Ils allaient fouiller toute cette ville s’il le fallait. Et elle allait le trouver. Le serrer dans ses bras et le garder près d’elle le plus longtemps possible. Rozen ne pouvait pas le perdre. Elle avait déjà suffisamment perdu dans sa vie, il lui était impossible, intolérable, impensable, de perdre son ami de toujours. Son seul ami.


le masque que je porte sur mon visage me protège de l'infamie et du mensonge que je véhicule. perdue dans la brume, j'avance sans connaissance du futur, protégeant mes arrières de la trahison. déloyale et insaisissable. — .
hypocrisie sanglante
d'un monde
sans joie.



#A1711E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Oct - 15:33

avatar



MESSAGES : 343 LOCALISATION : dans la bibliothèque du manoir des rosenbach EMPLOI : fier réprésentant des Rosenbach

carnet personnel
TON PATRONUS: son patronus était un chat, avant.
DANS TA POCHE: un téléphone, un porte-feuille et ses clefs
COMPÉTENCES:


Kol était en retrait, derrière la foule qui arrivait doucement dans la cours de la caserne. Il était arrivé en avance, pour discuter avec le patrouilleur en chef, qui remplaçait sa supérieur enlevée avec d’autres honnêtes citoyens. Comme Valyra, qui n’était plus là. Et l’esprit de Kol était coincé entre la tristesse et la colère, l’angoisse et la peur.  Il voulait agir, mais ne savait pas par où commencer. Il était coincé, et commençait à bouillonner intérieurement. Et dire qu’il avait lui aussi été enlevé, avant d’être raccompagner sans qu’il puisse s’en souvenir dans sa chambre au manoir familial. Que devait-il pense de cela ? Qu’il n’était pas utile aux ravisseurs ? En quoi Valyra l’était-elle ? Et la chef des patrouilleurs, et James ? Tout cela était bien incompréhensible pour l’aristocrate qui se tirait les cheveux sur la question depuis l’évènement. Sa sœur avait essayé de le sortir un peu, mais sans succès. Kol n’était pas d’humeur, et s’il avait eut la moindre idée de l’endroit ou son épouse pouvait être retenue, il y serait déjà allé, armes aux poings. Et, l’homme d’affaire qu’il était, n’aurait certainement pas tenu le coup contre ce groupuscule organisé qui semblait être partout et nulle part.  

Le jeune homme tira alors une cigarette pendant le discours du patrouilleur. Il ne l’écouta qu’à moitié, puisqu’il connaissait déjà ce qu’il avait à dire. L’aristocrate senti quelques regards appuyés sur sa personne : oui, il avait été enlevé et relâché, mais cela ne faisait pas de lui un coupable parfait. Il alluma sa barre de nicotine, et tira une première fois alors qu’il notait l’approche d’@Erin Bartholomew et de son esclave, dont il ne connaissait pas le nom. Elle était désolée, et lorsqu’elle lui demandait s’il allait bien, le concerné remarqua le roulement des pupilles de l’esclave blonde. Il ne répondit pas tout de suite, et tira une deuxième fois sur sa cigarette. « On fait aller. » souffla-t-il, avant de voir @Blue Powell les rejoindre. Il se passa une main dans ses cheveux noirs, en fouillis comparé à l’ordinaire et ne répondit qu’un soupire aux mots de Blue. Que pouvait-il dire de plus, sans finir par perdre son sang-froid ? Kol n’avait pas envie de se chamailler avec le médecin tout de suite, et ce dernier devait bien jubiler de savoir Valyra disparue. Alors Kol se contenta d’un soupire avant d’adresser un simple « Allons-y ! » aux trois personnes qui l’entouraient. Car oui, il était temps d’y aller et de tout faire pour retrouver les disparus. Et si la direction que prenait le petit groupe de recherche n’était pas pour rassurer les habitués des beaux quartiers, Kol savait, au fond de ses tripes, que la direction était la bonne.


Back to the start
back to my heart
Back to the boy who would reach for the stars

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 22 Oct - 19:35

avatar



MESSAGES : 244 EMPLOI : Occupé à changer vos habitudes, à ruiner vos vies, à distribuer espoir et mélancolie.


DESTIN

pour trouver, il faut chercher



« à l'oubli je ne peux me résoudre »

Les effectifs de patrouilles avaient augmentés grâce à la présence des volontaires, mais le chef provisoire devait l’avouer, il espérait mieux. Il espérait aussi que ces gens de la haute, qui se sentait parfois si imbus de leur personne et protégés dans leur bulle de pouvoir, n’allait pas les retarder. Enfin, il n’était pas très intelligent de remettre en cause la présence des quelques aristocrates venus leur prêter main forte, d’autant plus que ces derniers étaient en nette majorités comparé aux autres. Il adressa donc un petit remerciement discret à ceux qui était venu, et guida la petite troupe de volontaire et de fonctionnaire en direction du quartier souterrains de Birmingham. Car c’était bien là, l’ordre du pheonix en était sûr, que les victimes avaient été emmenées. Ils pouvaient remercier les quelques témoins présent dans la rues à cette heure tardive de la nuit – un sans-abris, principalement – et surtout les indices que leur avait laisser le groupuscule sur les lieux du crimes – c’est à dire le manoir ou avait eut lieux la soirée de charité, et la chambre du deuxième fils Rosenbach. L’homme à la tête des recherches le sentait : ce groupe de kidnappeur les mettaient au défi de retrouver les victimes, et le patrouilleur était bien décidé à réussir.

La petite troupe avança de manière déterminée vers leur quartier de destination. L’homme en charge des opérations ne trouva pas nécessaire de rappeler ce qu’il avait dit quelques minutes plus tôt – a savoir grande prudence et rester ensemble – il se contenta d’envoyer quelques hommes en avant et laissa ensuite les volontaires s’infiltrer dans les souterrains. Les lampes torches s’allumèrent aussitôt et ils entrèrent dans le monde sombre et humide des dessous de Birmingham. L’endroit n’avait rien de très agréable. Des rats commençaient déjà à passer entre les jambes des volontaires, l’un d’eux s’accroche de ses griffes sur le pantalon d’@Erin Bartholomew, avant de filer rapidement dans les profondeurs des souterrains. Au vu de la tension qui régnait des les tunnels, le chef des patrouilleurs déclara : « Ne vous éloigner pas plus que nécessaire. Ne restez jamais seul. Si vous avez le doute sur la moindre petite chose, la moindre mouvement, le moindre bruit, dîtes-le nous. » ordonna-t-il alors, ne faisant que peu de cas des animaux dont il entendant les griffes au sol. Ils étaient ici pour chercher des victimes, et ils comptaient bien les trouver.

◊ ◊ ◊

Les volontaires et membres de l’ordre avancent dans les souterrains. Y’a des rats partout. Il est possible de se séparer un peu, mais pas trop tout en restant avec quelqu’un. Ouvrez bien les yeux, des silhouettes peuvent apparaître, ou autre chose, n'hésitez pas à utiliser votre imagination. On peut trouver pleins de choses dans des tunnels sombres.  What a Face



Comme toujours, une péripétie en fin de semaine, afin de vous permettre d'évoluer et d'avancer dans ce sujet. En cas de question, n'hésitez pas à nous contacter.
N'oubliez pas que le dé "idées" est à votre disposition pour toute action que vous voudriez mettre en place au cours de cette évent. Comme d'habitude, merci de le lancer dans le sujet "flood des évents" et non pas dans ce sujet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Oct - 13:13

avatar



MESSAGES : 36 EMPLOI : Esclave au service des Bartholomew.

carnet personnel
TON PATRONUS: Une Dendrobate à tapirer, ou grenouille venimeuse.
DANS TA POCHE: Une feuille de tilleul séchée.
COMPÉTENCES:


Les salutations, les excuses, les regards apeurés ou tristes, Rileigh observe les scènes autour d’elle avec ennuie. Elle n’était pas venue pour découvrir une nouvelle rencontre entre hypocrites… A vrai dire, elle était venue parce qu’on lui avait ordonné, mais au-delà de la demande de sa maitresse, elle avait envie d’être là. D’aider. Alors lorsque l’on invite finalement à s’engouffrer dans les souterrains de la ville, Rileigh se dresse comme un i et suit avec impatiente le petit groupe dans lequel s’était installée Erin.
Le sourire aux lèvres, excitée par cette expérience probablement inédite, l’esclave allume sa lampe torche, pour éclairer ses pas, mais surtout ceux de la précieuse Bartholomew. Ils avancent tous avec prudence, avec attention, et Rileigh ne fait pas exception. Chaque coin et recoin est examiné à mesure qu’elle avance, si bien que, trop concentrée, lorsque les rats surgissent, elle sursaute. Elle n’aime pas ces bêtes et encore moins s’ils s’accrochent à ce qu’elle est censée défendre : Erin Bartholomew. A la vision de l’animal sur la jambe de la maitresse, elle se précipite maladroitement et fait peur à la bête d’un geste de la main, avant de se redresser en tentant de rester digne après un court épisode de peur incontrôlée. Elle ne regarde pas la blonde à ses côtés, de peur d’y trouver un visage qui lui indiquerait que les choses se règleraient plus tard et se concentre sur les nouvelles paroles du patrouilleur. Elle hoche la tête en signe d’approbation même si personne n’attend sa réponse et reprend les recherches, pour le moment sans succès.


@Erin Bartholomew
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Oct - 16:26

avatar



MESSAGES : 227 LOCALISATION : Quelque part dans Birmingham, occupée à se moquer d'un Impur. EMPLOI : Porte parole du Gouvernement.

carnet personnel
TON PATRONUS: Une vipère, qui apparaîtrait dès qu'elle en ressentirait la nécessité.
DANS TA POCHE: Un miroir, un paquet de cigarettes, un collier de chiens et un bloc notes.
COMPÉTENCES:


pour trouver, il faut chercher


Erin n'avait, en réalité, pas d'intérêt véritable à se trouve ici. Bien sûr, il s'agissait surtout d'agir au mieux, que ce soit pour les Purs qui l'entouraient, comme pour son image, ou celle même du gouvernement. Elle n'était pas simplement une Bartholomew. De son point de vue, ils auraient très bien pu se passer de rechercher l'impur disparu, mais en soit, elle comprenait l'intérêt politique derrière cette démarche. Toujours est-il qu'elle était inquiète, pour Kol, une personne qu'elle appréciait, mais sans plus. Ainsi donc, elle se contenta de la réponse du Rosenbach, qui, évidemment, devait faire de son mieux, avec les moyens du bord. Il ne pouvait - et ça se comprenait, être parfaitement heureux dans ces conditions. Quelle triste situation, les deux familles Rosenbach et Chatterton avaient déjà, à ses yeux en tout cas, suffisamment subis ces dernières années pour ne pas souhaiter être, de nouveau, mêlés à ce genre de situation.

Ils se mirent alors en route. Il était nécessaire de fouiller les égouts, de trouver des pistes. le moindre petit indice pouvait les aider, les sauver. Ce n'était pas grand chose de donner un coup de main, en tout cas aux yeux de la jeune Erin, qui n'hésita pas à mettre ses vêtements - bien que modestes d'après elle, mais plus chers que beaucoup d'autres - dans la boue de la ville. Qu'importe, elle était ici pour la bonne cause. alors qu'elle sentait des petites pattes griffues s'attardées sur sa jambe, elle vit Rileigh se précipiter pour l'en débarrasser. Bien. Une bonne chose que cette dernière ai des réflexes. Elle allait, finalement, se montrer bien plus utile qu'elle ne le pensait.

Ainsi, la jeune femme continua à avancer et, bien qu'elle ne devait pas trop s'éloigner du groupe, elle ne peut s'empêcher de suivre son instinct qui lui dictait d'aller à droite, vers une petite alcôve. suffisamment grande pour y laisser passer plusieurs personnes. Ainsi donc, ses pas la menèrent directement dans un petit caveau. Une découverte qui lui fut permise grâce à sa lampe torche. Etrange non ? Elle  n'était pas bien sûre de comprendre ce qu'il se passait là et, avant qu'on ai pu la rejoindre, elle glissa sa main dans sa poche, surprise de sa découverte. Sur les murs, des drôles d'inscription étaient notées. Peut être des signes ou des prières pour les défunts. Ca devait faire des siècles que Birmingham n'enterrait plus personne sous la ville... Qu'était-ce donc ces étranges inscriptions ? Et puis, bien sûr, pourquoi diable fallait-il qu'elle tombe dessus ?


IL N'Y A POINT D'ENDROIT
POUR LES GENS COMME TOI.
dans son ombre rampent les impurs

Dialogues : #660033
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Oct - 22:00

avatar



MESSAGES : 343 LOCALISATION : dans la bibliothèque du manoir des rosenbach EMPLOI : fier réprésentant des Rosenbach

carnet personnel
TON PATRONUS: son patronus était un chat, avant.
DANS TA POCHE: un téléphone, un porte-feuille et ses clefs
COMPÉTENCES:


Kol appréciait la présence autour de lui des volontaires. Il était agacé, cependant, pas l’hypocrisie dont faisait preuve @Blue Powell, mais que pouvait-il y faire ? Au moins était-il là, prêt à se salir pour retrouver les personnes disparues. En espérant que cette piste soit la bonne. Et si le groupuscule à l’origine de tout cela les faisait tourner en rond pour ils ne savaient quelles raisons ? Et si tout cela n’était qu’une manigance de plus sans que rien ne puisse y être fait ? Le trentenaire n’en savait rien. Il était fatigué, angoissé et inquiet. Ses pensées n’étaient plus guère qu’un brouillard épais et collant dont il ne pouvait se défaire. L’aristocrate n’était pas en forme, moralement et toutes ses mauvaises nouvelles lui pesaient dans les épaules et lui tiraient de grandes cernes sous ses yeux noisettes. Il faisait peine à voir. Heureusement pour lui, il s’agissait pas, ce soir, de se pavaner devant les membres de la haute société mais bien de retrouver son épouse et les autres personnes disparues. Jouant avant sa lampe torche, le regard alerte malgré la fatigue, Kol avisa une petite alcôve ou s’était glissée @Erin Bartholomew. Il s’approcha d’elle, et se mis à ses côtés. Les deux lampes torches éclairaient les murs du souterrain sur lesquels d’étranges graffitis semblaient avoir été marqués. « C’est étrange. » murmura-t-il, en posant ces doigts sur le mur devant lui. « Vous n’avez pas l’impression que cela à l’air… récent ? » demanda-t-il, en posant un regard interrogatif à celle qui venait de faire cette découverte. « Je vais les prendre en photo. » dit-il alors, comme s’il avait eut l’idée du siècle, avant de s’activer. Et, après que le flash de son téléphone les ait tout deux éblouis, Kol remarqua le passage de l’aîné Powell devant l’alcôve. Sans plus de cérémonie, et puisque le temps était compté, le Rosenbach tira @Blue Powell par le bout de sa moche et l’amena dans l’alcôve. Il éclaire de nouveau les inscriptions, et demanda, sérieux. « Qu’en pensez-vous ? » Il soupira. « On dirait des chiffres ? » Des chiffres, sous la ville ? Qu’est-ce que cela pouvait-il être ?


Back to the start
back to my heart
Back to the boy who would reach for the stars

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 1 Nov - 14:56

avatar



MESSAGES : 117 LOCALISATION : Birmingham, résidence des Powell. EMPLOI : Médecin.

carnet personnel
TON PATRONUS: s'il pouvait en avoir un, il serait sans nul doute un reptile.
DANS TA POCHE: les clefs de son cabinet, un petit miroir et une montre à gousset vintage.
COMPÉTENCES:


Aussi à l'aise qu'un crapaud hors de l'eau, Blue Powell avançait à la vitesse d'un escargot, en suivant le petit groupe. Il se félicita d'avoir enfilé une tenue à laquelle il ne tenait pas vraiment. À vrai dire, elle faisait partis de sa garde robe de chasse, et puisqu'il avait en horreur ce hobbies grotesque... Il suivait la Bartholomew, avec des distances, regardant bien où chacun de ses pas le menait. La boue en soit en le dégouttait pas tellement. C'était plus, l'endroit dans lequel il se trouvait à présent. Il tenait dans sa main sa lampe torche, se concentrant pour ne rater aucun indice. C'était un drôle d'endroit pour faire des fouilles mais... Il fallait dire qu'en ce moment, plus rien ne tournait rond dans cette ville.

Il était concentré à examiner les murs et autres fondations de l'endroit quand on le tira vers une alcôve. Kol. Il se retint de lâcher un juron, ou une autre grossièreté. Ce n'était ni l'endroit, ni le moment, et encore moins devant tous ces gens. Et puis, lui et la belle Bartholomew avaient fais une découverte. « Des chiffres oui, mais.. » Il se pencha un peu plus vers les inscriptions, plissant des yeux. « Ça, c'est une lettre. » Deux lettres, séparées par un point. Des initiales donc. « C'est un code ? » Et oui, sans aucun doute tout ces graffitis étaient récents, nul besoin d'être un expert pour le comprendre. Cependant, qu'est-ce que ces chiffres faisaient ici, et quel était leur but ? Est-ce que la personne (ou les personne, il n'en savait trop rien) responsable de la disparition de tous ces gens avait laissé ça pour eux ? Il avait l'impression de se retrouver au beau milieu d'un jeu, un peu morbide. L'arène, la soirée caritative... Ils jouaient tous un rôle dans un drôle de scénario que personne n'arrivait à cerner. Les indices étaient dispatché un peu partout, mais il n'avait aucune idée de s'ils se rapprochaient ou non de la vérité.  Un bruit de pas derrière lui lui rappela que son esclave était venu avec lui et il lui lança un regard mauvais. Il n'y était pour rien, Red, mais c'était tellement plus simple de s'énerver sur les autres quand une situation nous échappait. Il lui lança un regard qui signifiait « reste prêt de moi, ne t'éloigne pas d'une semelle » et reporta son attention sur les inscriptions, évitant soigneusement le regard du Rosenbach.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 2 Nov - 14:52

avatar



MESSAGES : 541 LOCALISATION : Quelque part dans Birmingham, occupée. EMPLOI : Purificatrice au service du Gouvernement Anglais.

carnet personnel
TON PATRONUS: Sans aucun doute une oie.
DANS TA POCHE: Un miroir de poche, un rouge à lèvres sanguin, et quelques chewing-gums.
COMPÉTENCES:


Valyra ne savait pas réellement où elle était. Tout ce qu'elle savait, c'est qu'elle n'était pas chez elle. Chez eux. Oui, c'était sûr. L'odeur, le froid, le masque sur son visage, la nuit autour d'elle, où que se posent ses yeux, ou encore les liens autour de ses bras et de ses chevilles. Tout. Absolument tout lui disait qu'elle n'était pas chez eux. Qu'il n'était pas à ses côtés. Qu'elle n'était sans doute pas à Birmingham. Pire, qu'elle avait été kidnappée.
Une nouvelle fois, ses larmes coulèrent sur son visage. QU'avait-elle fait ? Rien. Elle le savait pertinemment. Qui était à l'oigne de ce kidnapping ? ET pourquoi ? Comment ?
Elle n'était même pas sûre de se souvenir correctement de ce qu'il s'était passé. Pas sûre d'avoir bien compris qui était derrière tout ça. Bien sûr, elle en avait des idées, à commencer par les sorciers. Ca ne pouvait être qu'eux, non ? De toute façon, elle se moquait de savoir qui était, ou non, derrière tout ça. Ce qu'elle savait, de sûr, c'est qu'elle n'était pas en sécurité. Pas du tout.

Valyra ne pensait même pas que qui que ce soit puisse se lancer à sa recherche. Bien sûr, elle se doutait que Kol, son mari, serait inquiet et souhaiterait la retrouver, ça faisait tâche non, de perdre sa jeune épouse ? Si tôt... Et puis, d'un autre côté, elle en doutait également. Ils s'appréciaient, se respectaient, mais allait-il réellement se préoccuper à ce point d'elle ? Valyra se méfiait de tout le monde, tout le temps, sans doute comme il le faisait également. Mais une petite voix lui soufflait quand même, qu'elle pouvait lui faire confiance. Qu'il allait l'aider. Espoir vain ou raison ? Elle n'en savait rien, mais s'y accrochait éperdument.
Et puis, il y avait ces cris, ces bruits, ces personnes autour qui étaient aussi inquiètes et désespérées, sans doute plus même, qu'elle ne l'était réellement. Que pouvait-elle dire ? Rien. Alors elle ne disait rien. elle ne savait pas avec qui elle était. Elle sentait des corps, entendait des respirations, mais elle ignorait parfaitement qui se trouvait à côté d'elle. Ca pouvait être autant des alliés, que des ennemis, des otages, que des kidnappeurs. La prudence était mère de sûreté. Alors elle se tut. De toute façon, c'est tout ce qu'elle pouvait faire. Dans sa tête, elle utilisa toute sa mémoire pour garder son self control et, les yeux clos, elle se souvint de ses années de formation, se rappelant chaque enseignement qu'on lui avait transmis. elle ne devait pas perdre foi, alors elle se souvenait, récitait ses cours, encore et encore. Jusqu'au jour où, peut être, ils allaient la sortir de là.


Un jour je t'expliquerai pourquoi le sang qui coule dans tes veines se diffère tellement du mien. Un jour tu comprendras qu'il n'y a parfois que quelques gouttes qui font toutes une vie de pureté. — .
il n'existera ni limite
ni frontière
à la purification.
Et de tes maux
tu voilà soulagé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Nov - 15:42

avatar



MESSAGES : 244 EMPLOI : Occupé à changer vos habitudes, à ruiner vos vies, à distribuer espoir et mélancolie.


pour trouver, il faut chercher



« à l'oubli je ne peux me résoudre »

L’homme en charge de cette mission remarqua rapidement l’absence de certains membres. Ou était donc passé @Erin Bartholomew, @Blue Powell et @Kol Rosenbach ? Il fit arrêter la petite troupe. Quelle idée avait eut l’ordre en demandant l’aide de volontaires ? Voilà qu’il en manquait trois, de la haute, en plus. Il imaginait déjà les réprimandes qu’il allait recevoir, peut-être même allait-il être suspendu pour ce manque de professionnalisme. Arme en main, l’homme se passa une main fatiguée dans ses cheveux, ces derniers n’allaient pas tarder à tourner blancs, si tout continuait. L’homme ne se laissa cependant pas distraire, et se retourna vers l’esclave blonde @Rileigh. « Ou est votre maîtresse ? » demanda-t-il, savant pertinemment qu’elle ne devait pas quitter cette dernière des yeux, à défaut d’autre chose. La jeune femme lui indiqua alors une petite alcôve dans laquelle il entra. Ses pas le menèrent dans un petit caveau sombre où brillaient trois lampes torches et la lumière d’un téléphone. Il s’approcha, doucement, et regarda lui aussi les inscriptions au mur. « C’est un code ? » demanda alors le médecin Powell. Le patrouilleur, qui n’avait pas annoncé sa présence, réfléchis à voix haute. « On dirait des coordonnées. » Il se moqua de la réaction de surprise que sa présence insuffla au trois aristocrates et sortie son téléphone pour entrer ces lettres et chiffres. Un petit sourire étira ses lèvres ! « Je ne sais pas ou cela va nous mener, mais vous avez trouvé quelque chose d’intéressant. Rejoignez le groupe, nous allons voir jusqu’où cela nous mène. » expliqua-t-il, en retournant vers les membres de son équipe. « Bien, il semblerait de Miss Bartholomew, Mr Powell et Mr Rosenbach ont trouvé quelque chose d’intéressant. Ces coordonnées sont récentes, il pourrait s’agir d’une piste à suivre. Allons-y ! » s’exclama-t-il, avant de prendre la tête de la petite file, non sans oublier de rappeler aux volontaires de ne pas trop s’éloigner. Après une bonne heure de marche, quelques rats et une odeur toujours plus désagréable, ils tombèrent devant une grille qui prenait la totalité du souterrain et dont la porte se trouvait dans la partie inondée. Avaient-ils rejoins les égouts ? Était-elle ouverte, ou fermé ? L’un de ses hommes sauta dans l’eau sale et odorante et tourna la poignée, qui s’ouvra sans aucune résistance. Était-il sur la bonne voie ? Allait-il trouver les personnes disparues de l’autre côté ? D’ailleurs, n’est-ce pas un foulard que @Rileigh aperçoit là, pris entre la grille et le courant d’eau usée ? A qui appartient-il ?

◊ ◊ ◊
Des coordonnées mystérieuses ont été trouvées, le chef des patrouilleurs décide de les suivre. Que vont-ils trouver ? Une grille ouverte.. Un foulard oublié là.. Nul doute qu'ils se rapprochent de leur but..



Comme toujours, une péripétie en fin de semaine, afin de vous permettre d'évoluer et d'avancer dans ce sujet. En cas de question, n'hésitez pas à nous contacter.
N'oubliez pas que le dé "idées" est à votre disposition pour toute action que vous voudriez mettre en place au cours de cette évent. Comme d'habitude, merci de le lancer dans le sujet "flood des évents" et non pas dans ce sujet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Nov - 18:52

avatar



MESSAGES : 36 EMPLOI : Esclave au service des Bartholomew.

carnet personnel
TON PATRONUS: Une Dendrobate à tapirer, ou grenouille venimeuse.
DANS TA POCHE: Une feuille de tilleul séchée.
COMPÉTENCES:


Elle continue d’avancer, cherchant des indices, faisant abstraction des gens autour. Pendant quelques instants, elle oubliait même son statut et déambulait dans les souterrains en femme libre. Mais la réalité est lourde et fini toujours par retomber. ─ Où est votre maitresse ? Rileigh se retourne pour observer autour d’elle. @Erin Bartholomew n’est plus là. Mais où est-elle ? Une vague de panique s’installe dans son cœur et bien qu’elle tente de dissimuler l’inquiétude, les traits de son visage ne mentent pas : elle n’en a aucune idée. Pourtant elle se souvient avoir aperçu la Bartholomew s’éclipser, quelques pas plus tôt. Prenant quelques secondes de réflexion, elle tente une réponse à la question soudaine et en s’approchant de l’alcôve indiquée d’un geste brusque, elle retrouve la chevelure blonde tant contemplée. Un soupire de soulagement traverse ses lèvres alors qu’elle suit de près le patrouilleur jusqu’aux trois nobles affairés à déchiffrer des inscriptions.
Positionnée au plus proche de sa maitresse, sans pour autant la gêner dans ses mouvements, Rileigh décide d’arrêter de chercher, de réfléchir, elle comprend qu’elle n’est pas venue pour aider les disparus, mais pour assurer la sécurité d’Erin, même si ça n’était pas là ce qu’on lui avait demandé.

Le temps se fait long alors qu’ils avancent sans réel découverte. Mais bientôt une odeur vient chatouiller les narines et Rileigh grimace à mesure qu’ils continuent vers la puanteur. Quelqu’un est mort. qu’elle pense et c’est probablement ce qu’ils vont trouver, des cadavres. Et lorsqu’enfin ils arrivent à une nouvelle étape, l’esclave s’exclame sans qu’on ne lui demande quoi que ce soit. ─ La grille ! Les regards se tournent vers elle, étonnés, alors qu’un patrouilleur entre dans l’eau nauséabonde. Regardez là-bas, pas moi.Bande d’idiots.Il y a un morceau de tissu. Elle s’approche de sa découverte, une nouvelle fois sans ordre ni invitation, et se penche pour tenter de l’attraper. Elle est malheureusement trop loin, mais elle fait signe à l’homme déjà dans l’eau de s’approcher. On dirait un foulard, vous pouvez le récupérer ? Elle se moque à cet instant, de savoir si elle sera réprimandée ou non, elle a trouvé quelque chose. Ça pourrait être utile ? demande-t-elle en se tournant vers le patrouilleur en charge de l’opération.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 10:05

avatar



MESSAGES : 227 LOCALISATION : Quelque part dans Birmingham, occupée à se moquer d'un Impur. EMPLOI : Porte parole du Gouvernement.

carnet personnel
TON PATRONUS: Une vipère, qui apparaîtrait dès qu'elle en ressentirait la nécessité.
DANS TA POCHE: Un miroir, un paquet de cigarettes, un collier de chiens et un bloc notes.
COMPÉTENCES:


pour trouver, il faut chercher


L’alcôve trouvée donnait finalement des résultats. Elle était bien contente de l’avoir trouvé, après tout, rien de plus intéressant pour une Bartholomew que d’être à l’origine d’une découverte. D’autant plus qu’elle n’était là que pour dorer l’image du gouvernement – et celle de sa famille – donc, elle espérait bien que tous sauraient qu’elle était à l’origine de cette découverte. Certes, même si elle était (évidemment) plutôt chanceuse dans cette situation.
Toujours est-il qu’elle écouta avec attention les propos de ces compagnons de route, Blue et kol. Deux personnes qu’elle connaissait et appréciait. Évidemment, elle avait laissé derrière elle son esclave et le reste du groupe, sans même se préoccuper du reste. Noble, qui diable pouvait lui expliquer quoi faire et lui donner des ordres ? Bref, comme d’habitude, elle n’en faisait qu’à sa tête. Elle n’eut pas le temps de répondre aux questions de Blue et de Kol, qu’un patrouilleur vient mettre le nez dans leurs affaires. Non seulement son ton de voix lui déplût fortement, mais qu’il s’approche de son esclave également. « Rileigh. » Siffla-t-elle, pour lui indiquer de revenir vers elle, vrillant un regard de vipère dans les yeux du patrouilleur. S’immiscer dans ses affaires ne lui plaisait pas. « Vous n’êtes pas forcés d’être condescendant. » Lâcha-t-elle à l’initiative du patouilleur. Surtout qu’elle savait pertinemment qu’il n’était pas intelligent. Qui le serait pour être patrouilleur ? Il fallait être bête pour se contenter d’un tel job. En tout cas, c’était son avis. Elle préféra ne pas en parler et ne pas expliquer qu’ils n’avaient pas vraiment eu le temps de se plonger sur la question. Enfin, elle laissa les autres partir devant et elle les suivit, bien décidée à profiter de la situation.
Rileigh, de nouveau à ses côtés, regardait partout et faisait son job à la perfection. Si bien, qu’alors qu’ils s’avançaient très certainement vers les égouts, elle découvrit un morceau de tissu. « Bravo Rileigh ! » Lança-t-elle, très contente du travail de son esclave. « Comme elle l’a découvert, je propose qu’elle aille le chercher. » Lança-t-elle. Après tout, en temps que porte-parole du gouvernement, elle était là pour promouvoir l’aide apportée aux victimes, indifféremment du statut de sang de chacun. C’était donc également l’occasion parfaite de véhiculer une cohésion, une aide bipartite et un travail en parfaite coopération. Quoi de mieux que de le faire dans une telle situation ? « Rileigh, je t’en prie, récupère ce que tu as trouvé. » Évidemment, elle savait que son esclave le montrerait, ensuite, aux membres de l’Ordre, elle n’en douterait pas une seule seconde. Elle profita donc de l’avancée de son esclave pour disparaître.
Tous étaient accaparés par la présence de l’esclave, elle en profita donc pour s’éclipser discrètement.  


NB : Erin disparaît pendant un tour, à son retour seulement 2 à 3 personnes remarquent qu'elle était partie. On ne lui demande pas de se justifier.

Réponse réalisée à l'aide du jet de dés.


IL N'Y A POINT D'ENDROIT
POUR LES GENS COMME TOI.
dans son ombre rampent les impurs

Dialogues : #660033
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 

EVENT N°2 : Il faut chercher, pour trouver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Nous recherchons tous la lumière mais parfois pour trouver la lumière il faut se confronter à l'obscurité. » † Camille
» site pour trouver un avatar
» Il en faut peu pour être heureux
» Il faut tomber pour mieux se relever
» Petite aide pour trouver l'inspiration

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Partie évent-
Sauter vers: