FACTS

La ville de Birmingham compte actuellement 12 Purs, 4 Purifiés et 13 Impurs, la Résistance semble recruter plus de membres que l'Ordre du Phénix, il serait peut être bon de se méfier de ce regroupement.
Les les femmes deviennent importantes et prédominantes, au détriment du sexe masculin, pourtant si charmant.




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 cause i'm a little unsteady (evan)



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Se présenter :: validés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar



MESSAGES : 240 LOCALISATION : derrière un bureau, dans la rue, dans un bar, il n'arrête jamais de bouger. EMPLOI : monstre à temps partiel, patrouilleur pour l'ordre autrement.

carnet personnel
DANS TA POCHE: des clopes, un briquet, des clés, un portable et deux ou trois papiers à balancer
TON PATRONUS: un ours très, très grumpy.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: cause i'm a little unsteady (evan)   Jeu 7 Juil - 0:07



evan monroe

i tried to sell my soul last night,
funny, he wouldn't even take a bite.



Nom et prénom la simplicité même, un prénom qui s'aligne en quatre petites lettres, Evan ; il est doux, trompeur et méchamment ironique quand on connaît le personnage. S'ajoute Björn, l'héritage islandais qui décore la paperasse, qui ne lui est d'aucune utilité. Sigurðsson, c'est le patronyme de ses premières années, les plus douces, les plus belles, enterré avec le souvenir de ses parents. Souvenir abandonné pour un Monroe plus commun, comme sa mère et le reste de sa famille. + âge et date de naissance trente-quatre bougies fondues, même s'il ne les souffle plus depuis un certain temps. Il a respiré pour la première fois un quatorze de décembre, à l'aube de l'hiver. + statut de sang impur, une différence qui ne faisait pas si peur que cela autrefois, une différence qui ne lui faisait pas honte. + précision sur le statut sang-mêlé, partagé entre un père sorcier et une mère moldue, croisement indécent qu'on lui a fait regretter par plus d'une fois. A noter qu'il a reçu une légère purification lorsqu'il a rejoint l'ordre, le lavant un peu de cette immonde anomalie génétique.  + caractère il y a un avant, puis un après. Des drames qui l'ont construit puis détruit, pour mieux le remodeler. Ceux qui l'ont connu avant l'Ordre s'en souviennent comme d'un jeune homme chaleureux. Un bon gars, du genre altruiste et loyal, à toujours tendre la main à son prochain. Il était souriant et parfois même amusant, à taquiner pour s'amuser des réactions des autres, mais jamais de manière profondément méchante. D'ailleurs, à part pour protéger les siens, personne ne l'aurait cru capable d'être violent ; un peu téméraire certes, mais pas violent. A côté de cela, c'était quelqu'un de passionné et curieux, intéressé par tout ce qui l'entourait, voir même un peu aventureux sur les bords. En somme, c'était quelqu'un de globalement optimiste, à toujours chercher le bon côté des choses, à relativiser, même si sa maladresse le rendait parfois plus ridicule qu'autre chose quand il cherchait à consoler quelqu'un. A noter aussi qu'il avait tendance à manquer de confiance en lui. Puis, il y a un après. Revirement de situation soudain, l'oubli et mille manières de le briser. On lui a offert la colère, lui a volé son sourire, faisant de lui ce qu'il est aujourd'hui. Un être insensible que la souffrance des autres ne fait pas ciller. Animal animé par la colère, avec un penchant prononcé pour la violence, autant dans les mots que dans les gestes. Impulsif, il l'est parfois, quand quelque chose lui déplaît. Son rire ? Il ne résonne plus tellement, sauf quand il s'agit d'être sarcastique. Malgré son sérieux penchant pour l'ironie et l'humour douteux, il a conservé son côté charmeur d'autrefois, on pourrait même dire que cette facette de sa personnalité s'est exacerbée avec le temps, il drague, prend ce qu'il veut et ce, sans plus de considération pour l'autre. En bref, c'est un doux visage qui cache l'horreur de sa personne, un être brisé par plusieurs fois, que la rancune et le danger font avancer. Certains iraient même jusqu'à le qualifier de fou, même si ce n'est pas vraiment le cas. Evan est particulièrement instable, même s'il prétend le contraire, il est paradoxal et généralement difficile à cerner. Il aime avoir un coup d'avance, être organisé et se révèle très observateur. Sur un plan professionnel, il reste très appliqué, mais parfois trop têtu, à la limite de défier l'autorité en place. Mais ça, c'est le jeu, c'est ce qui le fait vibrer, le défi, sa vie serait bien plate autrement. Monroe, au final, il se cherche, il ne se connaît plus. Il n'est pas certain d'être vraiment celui qu'il prétend être, mais il n'est pas plus sûr de vouloir des réponses. Il se contente d'exister un peu trop intensément en attendant la fin du spectacle et c'est très bien ainsi. + nationalité un coeur qui se partage entre deux terres, anglais dans l'administratif, il tient des origines écossaises et islandaises. + situation familiale orphelin dirait-il, la vérité est plus complexe que cela, seulement il ne se souvient pas d'eux. Si sa mémoire lui fait défaut, Evan a grandi fils unique, enfant choyé jusqu'à ce que la guerre s'en mêle. Après cela, il a vécu dans la famille d'un oncle, entouré d'une fratrie fournie en cousins et cousines.  + situation financière esseulé, l'animal vit d'une manière confortable, il n'est certainement pas à plaindre, bien au contraire. Il n'est cependant pas dans l'excès, l'étal des richesses matérielles le révulse plutôt qu'autre chose. + situation matrimoniale/orientation sexuelle il ne connaît pas l'amour, il ne connaît plus. Il fuit tout ce qui dégueule de bons sentiments, ne s'intéresse qu'à la mécanique du corps et aux interactions purement physiques. Joyeusement bisexuel, le sexe n'a pas de genre, il s'en contente une nuit dans les draps d'inconnus, ramenant la chose à ses instincts les plus primitifs. + métier/études glorieuses étaient les années, du temps où il étudiait à Poudlard, brillant Serdaigle à qui la guerre a coupé les ailes. Il s'est reconstruit, a passé des nuits à travailler ses cours pour devenir ingénieur du génie civil, décrivant son monde en courbes, droites et angles. Il était passionné et tout s'est arrêté brusquement, désormais il porte les couleurs de l'Ordre en tant que patrouilleur. + groupe désiré le poison qui dévale ses veines, enserre son coeur. Autrefois, il aurait été la dague qui défend la veuve et l'orphelin, aujourd'hui il est l'arme qui fait couler le sang au nom de la monarchie. +

Si vous aviez un patronus, quel serait-il ? le garçon aurait été chiot, l'homme est devenu ours. Pas cette tendre peluche contre laquelle l'enfant se console, non. L'animal brutal, une âme agitée par la violence, une soif de vengeance inextinguible qu'il ne s'explique même pas.  + Si vous possédiez une baguette de quoi serait-elle faite ? trente bons centimètres du bois de l'arbre de mort, l'if, matériel rigide qui aurait pris en son coeur un crin de sombral. + Si vous aviez accès à la magie, comment l'utiliseriez-vous ? de manière modérée, même si les débordements seraient tentants. Toujours est-il que ce ne serait sans doute pas pour de bonnes raisons, non, il le ferait uniquement pour et sous les ordres du gouvernement.
poison

toi et le gouvernement


Que penses-tu du gouvernement actuel ? As-tu des liens avec lui ? Le gouvernement est bon, la monarchie nécessaire. Evan ne s'imagine pas son monde autrement, mieux encore, il ne souhaite pas retomber en guerre. Car il s'en souvient, parfois. Il se rappelle de ces jours sombres, des terres s'abreuvant du sang et des larmes des deux peuples. Sans les lois, c'est l'anarchie, l'anarchie mène au chaos, le chaos à la mort. Il a bien conscience pourtant que tout n'est pas toujours tout rose, mais ceux qui n'ont rien à se reprocher vivent très bien, les mécontents n'ont qu'à prendre exemple. Pour ce qui est d'avoir des liens, il n'en a aucun, il n'est qu'un garçon du peuple et malgré son dévouement, il fait preuve d'un sarcasme sans bornes quand on lui parle des hautes sphères de leur monde.

Es-tu au courant du mouvement de rébellion ? Si oui, es-tu en sa faveur ? Ce mouvement, il en rit en façade et s'en méfie discrètement. Les faits sont là, mais il aime croire que cette bande de magiciens du dimanche est trop déstructurée pour avoir un réel impact sur le quotidien des moldus. Il reste malgré tout attentif à la moindre information, histoire d'être en mesure de faire remonter la plus infime piste à ses supérieurs. On devine alors sans surprise que non, il n'est pas en sa faveur, loin de là et de toute façon, Evan ne croit pas en la rébellion, les rôles sont trop bien ancrés dans les esprits de chacun pour ça.

Que penses-tu de l'Ordre du Phénix ? As-tu des liens avec lui ? Des liens, c'est peu dire. L'Ordre du Phénix, c'est la seule chose qui le tient encore les pieds sur terre. Sans cet Ordre, il serait à la dérive, peut-être même mort, qui sait. L'Ordre, c'est tout ce qui lui reste, c'est inespéré, comme un semblant de famille qui l'aide à tenir la route. Il avait besoin d'un but, ils lui en ont donné un. Il a souffert oui, beaucoup, comme tous. Mais il est là et aujourd'hui il est fier de défendre ceux qui ne sont pas en mesure de le faire, fier de porter l'uniforme rouge sang et ce corbeau jaillissant des flammes. Ce que les autres en pensent, il s'en fiche, il fait son boulot et c'est tout ce qui importe.

Explique nous ton point de vue sur le statut de sang Evan n'aime pas les étiquettes, ni les cases, ni quelque espèce de catégorisation que ce soit. Pourtant, il adopte ce classement par statut de sang comme modèle, comme tous. Pourquoi ? Il ne saurait trop l'expliquer. C'est un Impur après tout, sang-mêlé de surcroît, ce qui devrait faire de lui un moins que rien aux yeux de la société. Mais ça l'importe peu, et de toute façon, cela est nécessaire. Toutes les sociétés ont besoin de classes pour un bon fonctionnement, et ce depuis toujours. Il y a toujours eu des rôles, des niveaux et si cela marche, pourquoi bousculer le système ?

Es-tu pour ou contre le retour de la magie ? Contre. Qu'est-ce que cela apporterait franchement ? Des ennuis, seulement des ennuis. Evan l'a bien compris, l'homme n'est pas un animal raisonnable. Il est dangereux pour lui même et pour les autres, volontiers égoïste et individualiste. Placer un tel pouvoir dans de mauvaises mains serait une stupide erreur. Puis, très franchement, après toutes les sévices subies, si les sorciers retrouvaient leur magie, ne chercheraient-ils pas à se venger ? Celui qui croit au pardon et à la paix sans conditions est bien naïf. Ce n'est pas le cas de Monroe. Il sait que si un jour la magie revient, les sorciers rendront aux moldus ce qu'ils leur ont fait subir. La cohabitation dans de telles conditions n'est pas envisageable, le retour de la magie ne l'est donc pas non plus.

derrière l'écran

pseudo/prénom sans pseudo particulier, appelez-moi margot ou evan  I love you + âge dix-neuf ans + région le sud de la france, le beau sud, la chaleur et les cigales   + comment nous as-tu trouvé ? par une membre, aka lloyd ou gwygwy   + un autre petit mot ? très beau forum, un contexte génial et original, félicitations  I love you +


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 240 LOCALISATION : derrière un bureau, dans la rue, dans un bar, il n'arrête jamais de bouger. EMPLOI : monstre à temps partiel, patrouilleur pour l'ordre autrement.

carnet personnel
DANS TA POCHE: des clopes, un briquet, des clés, un portable et deux ou trois papiers à balancer
TON PATRONUS: un ours très, très grumpy.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Jeu 7 Juil - 0:07



who is in control

and i've grown familiar
with villains that live in my head





contes nous ton histoire

    Smile, the worst is yet to come
    We'll be lucky if we ever see the sun
    1998, Edimbourg, Ecosse.
L'été marque sa peau avec les rayons d'un soleil dégagé. Il fait beau, il fait bon vivre, les vacances ont su se faire attendre et désormais, il les apprécie sans retenue. Il regarde le ciel et les formes qui s'y dessinent, rêveur, l'esprit perdu, comme souvent. Des histoires merveilleuses s'y dessinent et s'effacent au moindre coup de vent, mais c'est toujours mieux que de penser au reste. À tout ce qui pourrait mal tourner, tout ce qui va changer, même s'ils n'en ont pas encore conscience. De cette guerre qui pointe le bout de son nez, de ces événements terribles qui vont redéfinir son horizon. Il s'en inquiète, car même du haut de ses seize petites années, il est en mesure de comprendre certaines choses. Les conversations des anciens sont incertaines, les nouvelles pas nécessairement bonnes. Mais on fait comme si de rien était, tant qu'on le peut encore. Un soupir quitte ses lèvres et il tourne la tête pour regarder en direction de la grande demeure des grand-parents. Perdu non loin d'Edimbourg, ce petit paradis est leur refuge pour quelques jours, le temps de retrouver une grande partie de la famille, d'échanger mille histoires autour de repas animés. Evan aime ces instants simples. Il aime ces promesses discrètes que tout ira toujours bien, il aime ce sentiment de sécurité un peu surfait. Ces instants où le monde entier semble sur pause, rien que pour eux. Un sourire redéfinit la courbure de ses lèvres alors qu'il les observe, autour de la table, à rire et discuter joyeusement tandis que les plus jeunes courent dans tous les sens. C'est ça, sa définition du bonheur. Elle tient dans ces précieux instants que rien ne pourrait troubler. Tout perdu dans ses pensées, il sursaute vivement quand une bonne quantité d'eau glacée frappe sa peau. Les yeux écarquillés, il se tourne vers la source de cette farce humide pour faire face à un gamin de sept ans qui se tient là avec un grand sourire. « Encore en train de rêver toi ! Attrape-moi si tu peux, face de gnome ! » Et le voilà qui détale dans le jardin, tandis que son aîné se relève et court à sa suite. Le combat est déloyal, il faut l'admettre et c'est sans mal que le jeune Sigurðsson attrape le gamin dans ses bras. « Allons Gwydion, tu n'apprendras donc jamais. » Il le fait tourner dans le vide, emprisonné dans cette cage solide que représentent les bras du blond autour du corps frêle de l'enfant. Les éclats de rire se mêlent et entre deux chatouilles, il l'entraîne du côté du grand lac où trois autres jeunes chahutent déjà. « Naaan, pas l'eau ! » Protestation ridicule qui fait rire Evan une fois de plus, alors que les petites mains de son cousin agrippent plus fermement encore sa nuque. « Comment ça pas l'eau ? Tu as l'air d'aimer ça pourtant. » Et en quelques secondes, ce sont les deux qui terminent dans l'eau un peu froide du lac, pour une de ces énièmes batailles aquatiques qui rythment ces vacances idéales.

    It's getting dark, too dark to see
    And I'm feel like I'm knockin' on heaven's door
    1999, Sutton Coldfield, Angleterre.
Son regard vide reste fixé quelque part dans le vague. Sur un point invisible que rien ne peut perturber. Ni la pluie qui tape inlassablement contre les vitres de la fenêtre, ni le claquement incessant de l'aiguille des secondes dans l'horloge. C'est le silence qui l'enveloppe, presque réconfortant. Le calme après la tempête. Elle a laissé des traces pourtant. Sur son visage, dans ces yeux qu'un torrent de larmes a rougis. Il reste assis sur le plancher inconfortable, totalement éteint. Il n'a plus la force, ni même l'envie. Que veut-il ? Lui-même ne sait plus. Certains seraient en colère, d'autres simplement agités. Lui n'est rien de plus que silence et calme. C'est bien là une définition du deuil : chacun s'y prend différemment. Ils sont morts. L'information tourne encore en boucle dans sa tête. Ce n'est pas pour autant qu'il s'y est fait, ce n'est pas pour autant qu'il y croit. Il ne sait plus où se situer, il est plus perdu que jamais et pourtant il ne bouge pas plus. Ils sont morts. Et le pire, c'est que t'étais même pas là. T'étais même pas avec eux. Il regrette. Il leur en veut, de l'avoir laissé ici. Il aurait aimé être avec ses parents, même si c'était dangereux. Leur monde est devenu fou, instable. C'est bien pour cette raison qu'il est caché là, dans la famille d'un oncle, pour vivre comme n'importe quel moldu de son âge. Il ne voulait pas, à la base. Il voulait rester avec ses vrais parents. Mais on lui a dit non, on lui a dit stop et il n'a pas eu d'autre choix que d'obéir. Il leur en veut, encore trop borné pour comprendre que ses parents ont fait ce que n'importe quel parent aurait fait pour son enfant, ils l'ont protégé. De qui, de quoi ? De tout ce qui ne va plus. De cette guerre qu'il ne comprend même pas. Pourquoi est-ce qu'ils font ça ? Pourquoi est-ce qu'ils veulent les anéantir ? Evan n'a jamais rien fait de mal. Quelques conneries de gamin, mais il n'a jamais fait de mal à personne, il n'a jamais souhaité malheur aux autres, sorciers comme moldus. Et voilà que leur univers se déchire et emporte les siens avec. Combien sont morts ? Il n'en sait encore rien. Deux parents, et c'est déjà beaucoup trop. Les questions se bousculent dans son esprit, avec une bonne dose de culpabilité. Qu'est-ce qu'il aurait pu y changer ? Sûrement pas grand chose. Peut-être tout. Il a envie de hurler et de tout détruire. De mettre le feu au monde et sans doute de brûler avec. C'est lorsqu'il relève enfin le regard qu'il se rend compte qu'il a déjà retourné sa chambre. Les livres sont renversés, les cadres brisés. Ses mains abîmées tremblent et se rejoignent dans ses cheveux. Qu'est-ce qu'ils ont fait pour mériter ça.

    She had a face straight outta magazine
    God only knows but you'll never leave her
    2008, Birmingham, Angleterre.
Il la regarde, la silhouette gracile qui se découpe dans la lumière de la fenêtre. Elle s'agite, se décale, se penche et se redresse sous son regard azuréen alors qu'un sourire paisible dessine ses lèvres. Elle est merveilleuse, elle est magnifique. Autant qu'au premier jour, dont il se souvient encore parfaitement. Elle finit par s'arrêter dans son ballet désorganisé pour planter son regard sur le jeune homme. « Tu comptes pas décoller de ce lit, pas vrai ? » Il a un sourire espiègle alors qu'il bouge à peine. « J'vois pas pourquoi. J'y suis très bien. » Elle arque un sourcil interrogateur tandis qu'un air joueur fait danser les traits de son visage. Elle s'approche, attrape la couette qu'elle tire hors du lit. « Pour aller bosser, par exemple ? » Il doit reconnaître, elle n'a pas vraiment tort. Il devrait aller travailler, tout comme elle. Mais aujourd'hui, il n'a pas grand chose de prévu et il n'est pas plus pressé de l'abandonner pour la journée. C'est sans doute pour ça qu'il se redresse pour lui attraper le poignet, qu'il l'attire à lui comme il le fait. Elle proteste dans un éclat de rire, ils retombent tous les deux sur le matelas. « T'es infernal. » Il acquiesce. « Sans doute. » Et d'un baiser volé, ses mains quittent la taille de la brune pour remonter le long de ses côtés, le tissu de son chemisier suivant le mouvement. « Vraiment infernal. » Ses lèvres se perdent un instant sur la peau délicate de son cou, il s'enivre de son parfum. « C'est pour ça que tu m'aimes. » Elle fait mine de réfléchir jusqu'à capter son regard, puis se met à rire. « Peut-être. » Leurs lèvres se rencontrent brièvement une fois de plus, avant qu'elle ne se relève et s'écarte suffisamment pour être hors de portée. Il se laisse retomber mollement sur le lit et l'observe dans un long soupir. « Reste. » Elle secoue la tête. « Je ne peux pas. Je dois aller travailler, tu sais, cette chose que les adultes responsables font. » Il s'appuie sur un coude et la détaille à nouveau. « On a pas besoin d'être des adultes responsables. » Elle relève ses beaux cheveux dans un chignon négligé, il la regarde faire avec une espèce d'admiration. Elle se mordille la lèvre et reprend comme si de rien était. « Si on veut fonder une famille, tu sais que si. » Et voilà que le sujet revient. Il aurait dû s'en douter, dire les choses autrement. « O. » Olivia. Qu'il soupire. Elle détourne le regard et l'ambiance change. C'est le sujet délicat. Le point qu'ils n'arrivent pas à éclaircir, quelque chose qui revient souvent sur le tapis. Elle veut des enfants et lui.. Lui, c'est compliqué. C'est pas qu'il n'en veut pas. Au contraire, il donnerait beaucoup pour fonder une famille avec elle. Mais tout est trop compliqué – leur monde est trop compliqué. Il a peur, constamment. « On en a déjà parlé. » Elle acquiesce, rassemble ses affaires sur son bureau. « Je sais Evan, c'est juste... Qu'est-ce qui nous en empêche ? On pourrait déménager, partir d'ici. » Il se redresse un peu, s'assoit au bord du lit. « Tu sais que c'est pas si simple. Ce serait partout pareil... » Elle secoue la tête et attrape son sac, il se relève finalement et s'approche d'elle pour l'attraper dans ses bras. « Quand ça ira mieux, O. » Il l'embrasse sur le front, la garde un instant avant qu'elle ne lui échappe. « Je vais être en retard. » Qu'elle souffle avant de se dérober. Il hoche la tête et la laisse filer, conscient qu'il lui a encore fait mal, même involontairement, en repoussant ses rêves plus loin dans un avenir déjà trop incertain. La porte claque et il se laisse retomber sur le lit. Il a l'impression parfois qu'elle ne comprend pas, ou qu'elle ne veut pas comprendre. Tout ce qui se passe est dangereux. Le fait qu'ils soient tous les deux est déjà dingue. Alors avoir un gosse ? Ça le terrifie. Parce qu'il ne souhaite ce qu'il a vécu à personne et ce qu'il vit n'est pas mieux. Ces saignées qui pourraient le tuer, cette crainte constante que l'Ordre lui tombe dessus. Il aimerait que les choses soient différentes, il se bat pour que ce soit le cas avec le coven lunae inluminabit. Dévoué corps et âme à cette cause, même si ça aura sans doute raison de lui un jour. Il fait tout ce qu'il peut, il fait de son mieux. Mais peut-elle seulement le comprendre ? Il lui a expliqué les grandes lignes, il a dit ce qu'il pouvait dire, jamais plus. Mais s'il la rend malheureuse, si elle ne peut pas supporter les secrets alors il devra la laisser, il le sait. Même si ça doit lui arracher le cœur, même si ça doit le tuer un peu plus intérieurement. C'est triste à dire, mais la cause des siens passera toujours avant le reste. Et il est peut-être bien là, le réel problème. Une dévotion qui pourrait finir par le détruire.

    Give me the burden, give me the blame
    I’ll shoulder the load, and I’ll swallow the shame
    2010, Birmingham, Angleterre.
Ses jambes brûlent, tout comme sa gorge. Une sensation désagréable que l'air manque alors que son corps tout entier en demande toujours plus. Courir, pas pour le plaisir non, courir pour sa vie. Il grimpe, saute des barrières avant de fouler le sol à nouveau et il court, sans se retourner, sans regarder par-dessus son épaule. Il sait qu'ils le suivent. Qu'ils sont juste derrière, les hommes à l'uniforme rouge. Ils savent qui il est. Comment, pourquoi ? Il n'en a aucune idée. Tout ce qu'il sait c'est que s'ils l'attrapent, il est fini. Tout autant qu'il sait qu'ils ne comptent pas s'arrêter avant de lui avoir mis la main dessus. Alors que faire ? Rentrer ? Non, ce serait trop risqué. Olivia aurait trop de problèmes, s'ils ne sont pas déjà au courant qu'elle est sa petite-amie. Mais où aller ? Il n'en sait rien. Il court, et c'est tout ce qui compte. Courir contre le temps, contre ce compte à rebours infernal qui le rapproche un peu plus de la fin. Il savait pourtant que ça pourrait arriver. Qu'un jour où l'autre, les choses n'iraient plus bien. Il connaît les risques, il en a toujours eu conscience. Maintenant, il faut les assumer, ses décisions, ses choix ; tout ce qui l'a conduit à l'instant présent. Il profite de son avance pour passer dans une ruelle, tentant de forcer les portes de bâtiments désaffectés. Une finit par céder et c'est par quatre qu'il monte les marches métalliques conduisant à l'étage supérieur. Caché contre le mur, il jette un coup d'oeil à l'extérieur par une fenêtre crasseuse en attendant le passage des patrouilleurs. Il tâte les poches de son manteau au hasard pour en sortir son portable. L'écran s'illumine et de ses doigts tremblants il rédige un message, un dernier, dont le destinataire n'est pas une surprise. Ne m'attends plus, pars. Je t'aime, E. Le message envoyé, il brise l'appareil avant de le reprendre dans sa poche. Il ne peut commettre aucune erreur, il est hors de question qu'il l'entraîne au fond du gouffre avec lui. Un cri se fait entendre dans la rue, il relève les yeux. « Il est là haut ! » Un patrouilleur le pointe du doigt et c'est reparti pour cette course infernale. Evan le sait. L'issue ne lui sera pas favorable. Ces hommes ne s'arrêteront jamais de le poursuivre. Pourtant, se rendre est hors de question. Il a encore quelque chose à faire et il n'est plus très loin de son but. Il se remet donc à courir, emprunte l'issue de secours quelques rues plus loin, il y a un grand parc qu'il connaît très bien. Il y entre, bouscule une personne sans le vouloir et ses pas l'amènent jusqu'à ce lac. Son sourire se fait triste, mélancolique. Il observe cette bague à son doigt un instant. Si tu fais ça, tout sera fini, pour de bon. Si tu fais ça, tu rejoindras tous ces noms affichés dans la grande salle des souterrains. Est-ce vraiment ce que tu veux ? Es-tu réellement prêt à te sacrifier pour une cause qui n'aboutira peut-être jamais dans ses démarches ? Il songe à ses parents. À sa famille. À Gwydion et tous les autres. Puis il songe à Olivia. À ce qu'ils auraient pu être, mais qu'ils ne seront jamais, à tous ces plans qui vont disparaître en un claquement de doigt. Il retire la chevalière de sa main et la jette au plus loin pour la voir retomber dans l'eau. Quelque chose se passe, comme une sensation étrange, puis plus rien ; rien que le noir et l'inconscience.

    I'm paralyzed, Where are my feelings?
    I no longer feel things I know I should
    2010, Birmingham, Angleterre.
Le goût du sang. Il en a pris l'habitude, depuis qu'il est enfermé dans cette pièce, mains et pieds liés. Il aimerait dormir mais on l'en empêche, il aimerait boire mais il n'a plus la force de le demander. Il attend juste. Quoi ? La fin, la sienne. Il se demande ce qu'il fait là. Ce qu'ils lui veulent. Ce qu'il a fait, pour finir entre les mains de l'Ordre. Il pensait être un homme rangé et droit, apparemment pas. Mais on ne veut pas répondre à ses questions, c'est à lui de donner des réponses, pas à eux, on lui a bien fait comprendre à coup de poing dans le visage. Son visage. Ses traits n'ont plus la douceur des beaux jours. Il n'est même plus sûr de ressembler à un homme. Son visage doit être tuméfié, tâché de sang et d'un camaïeu macabre de violet. Mais ce n'est pas le plus préoccupant. Ce qui l'inquiète, c'est de comprendre ce qu'il fait là. Qui il est. Que lui veulent ces gens. La porte s'ouvre finalement, laissant la lumière inonder la pièce. Il plisse les yeux, comme aveuglé, avant qu'on allume une lumière dans sa cellule. Il s'accomode difficilement à cette luminosité soudaine, puis une femme au chignon impeccable vient s'installer sur une chaise en face de lui. Elle le jauge sans grande considération, sans une once de compassion. Plus quelque chose comme du mépris. « Comment est-ce que tu t'appelles ? » Il la détaille. Elle et ses traits prononcés, appuyés par un petit côté hautain. Comment est-ce qu'il s'appelle ? Il y songe, il cherche. La réponse devrait venir d'elle-même, n'est-ce pas ? Il balbutie quelque chose puis retombe dans son silence. Elle a un sourire en coin. « Tu n'en as aucun souvenir, n'est-ce pas ? » Il n'acquiesce pas mais, mais ne nie pas pour autant. Elle a raison. Il ne se souvient plus de rien. « Tu t'appelles Evan Monroe. » Il fronce les sourcils. Est-ce qu'elle dit la vérité ? Il n'a aucune preuve, mais l'association de lettres lui semble familier. Evan. Evan Monroe. « Qu'est-ce qui m'arrive ? » Qu'il articule faiblement. Il le sait, il n'a pas le droit de poser de questions. Mais au point où il en est, il s'en fout. Il a juste besoin de savoir. « Ce qui t'arrive, Evan ? » Elle échappe un soupir et croise les jambes, feuilletant le dossier qu'elle tient entre ses mains. « On pense qu'un groupe de sorciers s'en est pris à toi. Ils t'ont kidnappé. » Il arque un sourcil alors que la panique lui noue la gorge. Pourquoi est-ce qu'ils auraient fait ça ? Pourquoi lui ? Tout est tellement flou, tellement lointain. Il s'accroche à elle comme à une bouée de secours, son seul espoir d'avoir des réponses concrètes. « Pour ce qui s'est passé précisément, nous aurons besoin de toi pour le découvrir. Mais tout laisse penser qu'ils t'ont rendu amnésique. » Amnésique. Il se fait incrédule, l'observe sans vouloir la croire. « Je suis navrée de te l'apprendre, tu n'es qu'une autre victime de leur cruauté. Mais nous sommes là pour toi. Nous pouvons faire beaucoup pour toi, Evan. À condition que tu sois là pour nous en retour. » Il n'en a pas pleinement conscience, mais ce n'est pas vraiment un choix. On lui en donne l'illusion, la manipulatrice hors pair qui lui fait face joue sur les mots et module les expressions de son visage pour le faire tomber dans le piège. Il est le candidat parfait après tout ; sans souvenirs ni attaches. La table rase du haut de ses vingt-huit ans, un nouveau départ inespéré et certainement pas pour le meilleur.

    But now he lives inside someone he does not recognize
    when he catches his reflection on accident.
    Aujourd'hui, Birmingham, Angleterre.
Courir, une fois de plus. Mais ce n'est plus comme autrefois. Ce n'est plus courir contre l'Ordre. C'est courir pour lui. Les rôles sont inversés et il y prend un malin plaisir, loin de l'homme qu'il a été autrefois. Il porte désormais l'uniforme rouge sang et poursuit un jeune qui pense pouvoir le semer. Si seulement Evan n'était qu'un homme, il abandonnerait peut-être. Mais il est bien là le problème ; il n'est même plus certain d'être humain parfois. Il est plus une machine de souffrance, un animal conduit par sa propre colère, toujours plus loin dans le vice. Il arrive enfin dans une ruelle et dans un dernier effort, finit par se saisir de l'autre. Ses mains se referment sur le pull du jeune homme qu'il plaque vivement face contre le mur le plus proche. La satisfaction est là, un sentiment de plénitude qui le comble d'un bonheur malsain. « Tu pensais vraiment pouvoir te barrer ? » Il a un éclat de rire affreux, mélodie sadique et macabre qui roule dans sa gorge. Le sang coule encore de ses narines, il en a le goût tiède et métallique sur le bout de la langue. Ce goût et ce parfum devenu enivrant, cette couleur qui l'obsède, parfaite dans toutes ses teintes de carmin. Le fugitif s'agite, cherche à se dégager de l'emprise du patrouilleur qui lui donne gratuitement un coup de pied dans le genou pour l'affaiblir. Le gémissement douloureux de l'autre sonne comme la composition d'un grand nom de la musique à ses oreilles, c'est harmonieux et affreusement plaisant. Puis, son binôme arrive. Celui qui aurait dû être là depuis le début mais qui traînait la patte quand il fallait courir. Evan lui adresse un regard sombre et presque moqueur. « Oh, des renforts, je suis sauvé. » Qu'il ajoute d'un ton froid, ne laissant aucun doute sur le fond de sa pensée. L'autre n'ose même pas répondre et s'avance juste. « Lâche-moi ! » Et voilà que le malfrat se débat encore. Monroe ne réfléchit pas plus longtemps quand il l'attrape par les cheveux pour lui cogner la tête au bord d'une poubelle débordante. Le corps sous sa main perd son tonus, il s'effondre contre l'asphalte et le patrouilleur sourit de son œuvre. « Bordel, t'avais pas à faire ça Evan. » L'interpellé serre les dents à la remarque de son collègue. Il s'approche en passant le revers de sa main sous son nez, essuyant plus ou moins le sang qui a commencé à sécher. « Pardon, tu viens pas de donner ton avis là ? » Il bouge encore jusqu'à se planter juste devant l'autre patrouilleur, un cadet qui fait une tête de moins que lui. Il le terrorise, il le sait bien. Mais ça l'amuse Evan, de faire peur aux autres. Qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent ! disait Caligula. C'est une philosophie qui lui convient. Il n'a pas besoin de l'amour, ni de la compassion des autres. Qu'on le déteste lui passe bien par-dessus la tête. Être craint, c'est tout ce qui compte dans leur monde, à ses yeux. « Je. » Souffle coupé. Le patrouilleur balbutie quelque chose mais s'interrompt sous le regard de glace de Monroe. « Ouais, c'est ce que je pensais. Bouge-toi, passe-lui les bracelets, on l'embarque. » Il attrape une clope dans sa poche et la cale entre ses lèvres encore rougies par le sang. Une autre bonne journée qui s'annonce à Birmingham.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité


MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Jeu 7 Juil - 0:08

Spoiler:
 

Mon cousin !!! RIEN QU'À MOI !!!
Bienvenue sur MS.
Bon courage pour cette fiche !!! Et j'ai TROP hâte de lire la fiche de ce garçon!
Et tu me réserves 3 places. What a Face

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité


MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Jeu 7 Juil - 1:37

Ouh bienvenue à toi, j'attendais la venue de ton personnage avec impatience

Evan + Hayden j'ai hâte de lire ta fiche
Revenir en haut Aller en bas

avatar



MESSAGES : 1351 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Jeu 7 Juil - 8:17

Bienvenuuuuuuuue
J'adore la plume, j'adore ce début de fiche I love you
Et j'adooooore le vava

J'ai hâte de te voir in game, n'hésites surtout pas si tu as la moindre question I love you
Tu as deux semaines pour rédiger ta fiche, dont une semaine pendant laquelle ton vava te sera - spécialement - réservé
C'est pas beau ça ?

Bon courage pour ta fichette I love you


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité


MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Jeu 7 Juil - 8:19

bienvenuue
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité


MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Jeu 7 Juil - 10:10

Bienvenue par ici, et bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité


MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Jeu 7 Juil - 11:48

Bienvenue par ici et j'ai bien hâte de lire le reste de ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité


MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Jeu 7 Juil - 16:45

J'aime beaucoup le début de fiche. I love you
Bonne chance. What a Face
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité


MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Jeu 7 Juil - 17:03

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas

avatar



MESSAGES : 240 LOCALISATION : derrière un bureau, dans la rue, dans un bar, il n'arrête jamais de bouger. EMPLOI : monstre à temps partiel, patrouilleur pour l'ordre autrement.

carnet personnel
DANS TA POCHE: des clopes, un briquet, des clés, un portable et deux ou trois papiers à balancer
TON PATRONUS: un ours très, très grumpy.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Jeu 7 Juil - 21:48

Gwylyly, on se connaît ? Merci beaucoup de m'avoir embarquée ici, je te garde toutes les places que tu veux.

Nenya, aurait-on parlé de ma venue ? Merci bien en tout cas, puis quel plaisir de voir la belle Angelina aussi.

Doraleen, merci beaucoup à toi aussi ! Ravie que le début te plaise, en espérant que la suite soit à la hauteur de tes attentes. En tout cas, je vais rapidement débarquer dans ta boîte à mp pour deux ou trois petites questions.

Lily, merci bien ! I love you

Primrose, que dire qu'avec du halsey dans ta signature, je t'aime déjà beaucoup. Merci !

Edbert, merci à toi aussi !

Titus, ce pseudo, cet avatar, ce personnage, je vais sans doute t'embêter un de ces quatre pour un petit lien Merci ! I love you

Henri, merci à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 1351 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Jeu 7 Juil - 22:04

Mais je t'en prie, débarque autant que tu veux I love you


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité


MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Ven 8 Juil - 11:44

Genre on pique le prénom de mon scénario sans aucun scrupule ? J'hallucine Arrow
Bienvenue par ici cousin de mon esclave (à moins que je ne me trompe Arrow) et bon courage pour la suite
Revenir en haut Aller en bas

avatar



MESSAGES : 240 LOCALISATION : derrière un bureau, dans la rue, dans un bar, il n'arrête jamais de bouger. EMPLOI : monstre à temps partiel, patrouilleur pour l'ordre autrement.

carnet personnel
DANS TA POCHE: des clopes, un briquet, des clés, un portable et deux ou trois papiers à balancer
TON PATRONUS: un ours très, très grumpy.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Ven 8 Juil - 13:09

Rose, oh je suis tellement désolée Je ne savais pas, à vrai dire, j'ai pas lu tous les scénarios alors j'en avais aucune idée Ceci dit, je peux changer de prénom, ça ne me dérange pas    
Et non tu ne te trompes pas, merci beaucoup !  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité


MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Ven 8 Juil - 13:12

mais non y a aucun problème, c'était une blagounette Arrow J'avais mis Evan parce que je voulais mettre un prénom, pas pour que ce soit celui là donc t'en fais pas
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité


MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Ven 8 Juil - 14:38

omg l'avatar, je suis juste fan

bienvenue
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité


MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Sam 9 Juil - 20:05

CHRISTENSEN Qu'est ce que j'aime ce type !

Bienvenue par ici avec cet avatar qui déchire ! Merci Gwy' de t'avoir fait craquer pour le forum

En plus du Sud de la France ! Tu es d'où toi ? Moi de Toulouse, je me sens un peu seul sous le soleil

Revenir en haut Aller en bas

avatar



MESSAGES : 240 LOCALISATION : derrière un bureau, dans la rue, dans un bar, il n'arrête jamais de bouger. EMPLOI : monstre à temps partiel, patrouilleur pour l'ordre autrement.

carnet personnel
DANS TA POCHE: des clopes, un briquet, des clés, un portable et deux ou trois papiers à balancer
TON PATRONUS: un ours très, très grumpy.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Sam 9 Juil - 21:14

Rose, oh je m'en doutais, t'inquiète Mais on sait jamais, ça aurait pu avoir son importance pour toi

Circé, et que dire d'Alycia, je l'aime tellement cette fille Que ce soit dans fear the walking dead ou the 100, elle vend du rêve. Merci à toi ! I love you

Lucifer, décidément, vous avez tous de sacrés avatars Et moi je suis juste à côté, à cramer dans le Languedoc-Roussillon   Mais bon, on va pas se plaindre, nous on a un vrai été au moins   Merci beaucoup en tout cas ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 1351 LOCALISATION : Quelque part dans la demeure de ses Maîtres. Comme si elle avait quelque part où aller de toute façon. EMPLOI : Esclave à plein temps. C'est pas comme si elle pouvait faire quoique ce soit d'autre de sa vie.

carnet personnel
DANS TA POCHE: un mouchoir en tissu, brodé de ses initiales. Un rouge à lèvres qu'elle n'a jamais utilisé et un miroir de poche, bien qu'elle ne puisse jamais y décerner son reflet.
TON PATRONUS: un chat, doux et tendre aux premières impressions, mais pouvant être féroce et intrépide.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Sam 16 Juil - 14:32

bienvenue à Birmingham



En voici une jolie fiche et une jolie plume
J'ai adoré te lire, j'ai dévoré ta fiche ! Aucune incohérence et un personnage très intéressant. Bon jeu sur MS



Bienvenue, bienvenue Te voilà donc fraîchement validé jeune padawan ! Puisses le sort t'être désormais favorable et ce, avant que l'hiver arrive
Hm, hm. Plus sérieusement Tu peux désormais aller recenser ton personnage juste là (histoire d'être parfaitement à jour), ensuite tu pourras créer ton petit carnet personnel par ici, où tu pourras absolument tout mettre (n'oublies pas de lire les règles de la section pour mieux comprendre le fonctionnement)
Tu peux également te mettre au service des Purs (sauf si tu es Pur )
Si tu ne veux pas te retrouver à la rue, tu peux demander un logement, ou préciser que tu es encore un habitant de l'Orphelinat et demander ta chambre.
Par la suite tu pourras rp à ta guise sur le forum !
On t'invite néanmoins à aller jeter un coup d'oeil aux animations, ça se trouve tu pourrais en louper une ! En espérant que tu te plairas sur MS et que tu vivras de belles et longues aventures

Gloire aux Moldus, gloire à la pureté du sang et puisses-tu vivre longtemps !


You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
survivre
avant
tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 240 LOCALISATION : derrière un bureau, dans la rue, dans un bar, il n'arrête jamais de bouger. EMPLOI : monstre à temps partiel, patrouilleur pour l'ordre autrement.

carnet personnel
DANS TA POCHE: des clopes, un briquet, des clés, un portable et deux ou trois papiers à balancer
TON PATRONUS: un ours très, très grumpy.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   Sam 16 Juil - 20:59

Merci beaucoup pour la validation, puis c'est génial si Evan te plaît
Je réponds à ton mp rapidement, encore merci I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: cause i'm a little unsteady (evan)   

Revenir en haut Aller en bas
 

cause i'm a little unsteady (evan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Justin Gabriel Vs Evan Bourne
» Evan Blurder, et fier de l'être. ( en cours )
» Evan Bourne VS Alberto Del Rio
» Evan Bourne Vs Dolph Ziggler
» Evan Gibson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Se présenter :: validés-