FACTS

La ville de Birmingham compte actuellement 12 Purs, 4 Purifiés et 13 Impurs, la Résistance semble recruter plus de membres que l'Ordre du Phénix, il serait peut être bon de se méfier de ce regroupement.
Les les femmes deviennent importantes et prédominantes, au détriment du sexe masculin, pourtant si charmant.




 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage



l'impureté sera traitée et éradiquée
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Partie évent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage

avatar



MESSAGES : 417 LOCALISATION : A l'université, chez elle, dans un bar EMPLOI : étudiante en médecine

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: un aigle, souvenir de ses Alpes natales et libre comme le vent
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Ven 28 Oct - 16:24

C'était la Ayling qui avait hérité de l'esclave et ce malgré l'alliance que tu avais pu faire avec la fille Rosenbach et tu étais dégoutée. Dégoutée de voir comment les ventes d'esclaves tournaient, dégoûtée d'avoir dû y participer même si c'était pour le bien de Doraleen, dégoûtée de voir que tout cela n'avait servi à rien. Parce que c'était la rouquine qui allait maintenant avoir l'aveugle pour esclave et même si tu ne la connaissais pas, tu ne lui faisais pas confiance comme tu pouvais faire confiance à la cracmole. Et puis, si ça avait été toi, tu savais qu'elle aurait été en sécurité alors la savoir dans une autre famille dont tu ne connaissais rien ne te disait rien qui vaille. Tu savais pertinemment que la plupart des familles traitaient mal leurs esclaves alors qu'elle était la probabilité qu'elle tombe dans une qui ne lui voudrait aucun mal ? Tu évitais de regarder en direction de la blonde. Tu ne voulais pas savoir ce qu'elle allait devoir faire en public pour montrer à tous qu'elle était une véritable chose appartenant à sa nouvelle famille. Parce que c'était le jeu apparemment de prouver que son esclave valait mieux que les autres quitte à les ridiculiser en public.

Alors tu t'étais de nouveau concentrée sur l'avocate pendant qu'une nouvelle enchère se déroulait. Même si tu ne la connaissais pas vraiment, elle était sympathique. Les sujets étaient plutôt futiles mais n'était-ce pas régulier dans ce genre de manifestation. Tu en avais appris un peu sur elle. Tu savais qu'avocate n'était pas ta vocation, mais c'était intéressant de savoir ce que les autres pouvaient faire. De son coté, Wilh tentait d'acquérir un nouvel esclave alors qu'il était en compagnie d'une de tes meilleures amies d'enfance. Nox était une personne adorable que tu avais connue au collège. Tu te demandais pourquoi ces deux-là ne s'entendaient pas alors que tu t'entendais si bien avec les deux. Mais bon, on ne peut pas être amis avec tout le monde sinon ce serait trop simple !

Sur l'achat de l'esclave par Nox se clôture la vente. C'est aussi ce moment que choisi Mina pour aller voguer vers d'autres horizons. Après lui avoir souhaité une bonne fin de journée, tu retournes auprès du Fawkes qui subit les railleries de la fille aux cheveux roses. « Que veux-tu, il ne peut se passer de sa jumelle adorée. » Tu lui lances un grand sourire moqueur. « Je me demande ce que ce sera lorsqu'il sera marié s'il doit être constamment en communication avec elle. » Moqueuse toi ? Jamais. Parfois, tu envies tout de même leur relation, toi qui n'a plus personne de ta véritable famille. Si tu es proche de ton frère adoptif, tu sais qu'il te manque ce que Wilheilm peut avoir avec Caitlyn.

Alors que la vente d'esclaves continue, tu reconnais celle qui se tient sur l'estrade et ton cœur manque un battement. Tu reconnais une amie proche que tu pensais attachée à la famille Wellington à jamais. En plus cela se passait si bien pour elle. Tu sens la peur que tu peux avoir pour elle et ce qui va lui arriver. Elle à qui tu transmets tes connaissances en médecine. Cette esclave que tu as un peu rencontrée au hasard et avec qui tu as créé un si beau lien basé sur cet intérêt commun pour les soins. « Lykaïa ? » Tu ne sais plus quoi dire ou faire. Cette annonce vient de te retourner complètement, peut-être encore plus que la vente de Doraleen que tu savais inéluctable un jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 580 EMPLOI : Avocat

carnet personnel
DANS TA POCHE: Des tas de gadgets sorciers
TON PATRONUS: Un lion
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Ven 28 Oct - 20:28


À LA VIE, À LA MORT

puisse le sort leur être défavorable




- Je ne pense pas que me débarrasser de ce qui nous a tous tués en premier lieu, d'autant que je n'étais qu'une enfant à l'époque, fasse de moi une lâche. – Tu rehausses un sourcil, pas certain de comprendre ce qu'elle veut dire par-là ; estime-t-elle vraiment que la Magie vous a tués ? Se cacher derrière un pseudo mouvement de rébellion, par contre, ça, c'est lâche – tu laisses échapper un rire condescendant, tu te permets même de déposer quelques petites frappes amicales sur son épaule comme le ferait un ami amusé par un trait d'humour efficace. Assume donc tes dires et monte sur scène pour te mettre à la place de ceux que tu défends si t'es si courageux que ça... Fawkes.

Tu ne réponds rien, tu te contentes d'enchérir sur elle pour la contraindre à mettre davantage ; en temps normal tu aurais probablement poussé le vice un peu plus loin mais tu ne voudrais pas acheter un esclave par erreur. Au lieu de cela, tu t'éloignes d'un petit pas, ignorant ouvertement sa pique à l'encontre d'Emeline et préférant te consacrer à ta jumelle. Les enchères progressent plus vite que tu ne le voudrais idéalement, si bien que tu estimes plus prudent que de prévenir votre banquière favorite qu'il faut qu'elle se tienne sur ses gardes. C'était – bien évidemment – sans compter sur la courtoisie de l'horrible rabat-joie de Davenport, qui ne tarde pas à insulter une nouvelle fois ta famille.

- Tu sais, Davenport, je n'ai pas besoin d'un événement aussi pitoyable que celui-ci pour ouvrir ma gueule, rétorques-tu d'un ton passablement agacé. Le lâche, comme tu parais me considérer, n'a pas hésité à foutre le bordel en ville à cause des actes inconsidérés de ces Moldus que tu aimes tant défendre et imiter – un rictus mauvais étire tes lèvres tandis que tu plonges ton regard au creux de celui de la pimbêche de service –, ceux qui ne connaissent rien à la Magie et qui s'amusent avec des Colliers d'Opale sans avoir aucune idée du danger qu'ils représentent ; ceci dit, j'imagine que tu n'es pas plus éclairée qu'eux sur le sujet, Miss Purifiée. Et puis, de toute façon, j'imagine que tu n'en as rien à foutre, toi, puisque tu as conservé tes privilèges, Princess.

C'est ce moment que choisit Emeline pour s'inviter entre vous deux. Tu esquisses un sourire en entendant sa boutade, avant que de passer un bras autour de sa taille, un large sourire aux lèvres.

- Miss Fisher, c'est vilain de me faire passer pour un tel ingrat, fais-tu mine de protester, une lueur rieuse dansant au creux de tes iris. Chaton et moi avons certes une relation fusionnelle, mais il y a des limites, tout de même !

Comme une vacherie ne vient pas sans une autre vacherie, ta jumelle a la brillante idée d'y aller de son commentaire tendancieux : « Dis à Emeline que je ne veux rien savoir. J'ai pas besoin de me laver le cerveau à l'acide en imaginant ce genre de trucs. Je laisse ce genre de trucs aux tarés qui lèchent les bottes du Gouvernement, merci beaucoup. » ; tu aurais probablement obéi à ta sœur et passé le message à la principale concernée si l'on ne venait pas d'annoncer que Davenport était l'heureuse gagnante de cette troisième mise aux enchères, puis de poursuivre la cérémonie en annonçant celle d'une esclave ayant longtemps appartenu aux Wellington. Si, sur le moment, tu n'as eu aucune réaction, ton regard revenant irrémédiablement sur Davenport – à qui tu n'as pas pu t'empêcher de glisser à l'oreille, l'air de rien : « Estime-toi heureuse que je n'ai pas sérieusement enchéri, sinon tu n'aurais jamais obtenu ce beau jeune homme comme esclave ; une Davenport n'aura jamais les moyens de suivre un Fawkes, après tout ! » –, tu as rapidement retrouvé tout ton sérieux en posant les yeux sur l'estrade. Tu n'as pas eu le temps de prononcer un seul mot qu'Emeline t'a devancé, prononçant le prénom tant redouté de celle qui se tient désormais sur scène, vendue comme du vulgaire bétail. Tu jettes un bref coup d’œil à Emeline, poings crispés, ce avant de t'éclipser quelques minutes pour t'isoler là où personne ne pourra t'entendre.

- Chaton, Emeline va enchérir, je veux que tu fasses un transfert sur son compte en banque, tout de suite – ta voix se veut mesurée, impassible, mais tu sais pertinemment que ta jumelle saura déceler la fébrilité qui vient de t'accabler alors que tes yeux se sont posés sur elle. Peu importe combien, je m'en fiche totalement, mais Emeline doit obtenir cette esclave, tu m'entends ?
- Anna, attend deux secondes avant de commencer à faire les tresses, je dois aller chercher quelque chose pour tonton Wil'. Tu veux bien me tenir le téléphone ?

Tu tapes nerveusement du pied, l'esprit en pleine effervescence. Ton regard défile sur les invités présents, aussi bien pour observer avec curiosité qui compte tenter d'acquérir Lykaïa que pour t'assurer que personne ne tente de surprendre ta communication avec ta jumelle. Pour le moment, personne n'a encore enchéri, mais tu as peur d'être le déclencheur d'une ruée vers l'or. Peu à peu, ton cœur se serre d'angoisse, tu pries pour que rien ne change.

- Tonton, tu vas voir ! Cait' va être la plus jolie des Tatas – tu laisses échapper un : « Je n'en doute pas... » évasif, trop anxieux que t'es pour te laisser séduire par la voix mélodieuse de la gamine. Tu voudras aussi que je te rende joli ?
- Eh bien moi qui me croyais déjà le plus beau de tous à tes yeux, je suis vexé, réponds-tu d'un ton faussement boudeur.

Bien que lointaine, la voix de ta sœur te parvient. Chaton ne résiste apparemment pas à la tentation de t'enterrer, sautant sur l'occasion offerte sur un plateau d'argent par la mini Carey.

- Je suis sûre que tonton sera plus que ravi de ta proposition, hein, Wil' ?

Tu lèves les yeux au ciel, imaginant très bien la lueur démoniaque qui luit à travers le regard de ton double féminin. Tu n'as pas le temps de répondre que Chaton a déjà récupéré le téléphone. Sans prendre de pincettes, ta jumelle t'annonce qu'elle va prélever l'argent de ton compte pour grossir celui d'Emeline, ce à quoi tu répliques plus vivement que tu ne le voudrais :

- Non, Cait'. Prend dans les réserves de Mémé Fawkes directement. Je tape dans les intérêts mensuels, il est hors de question que cette esclave aille ailleurs que chez Emeline.

Silence. Lourd. Pesant. Ça ne te surprend pas plus que ça. Dépouiller la Matriarche Fawkes, ça n'est pas anodin. Unique détentrice de la fortune familiale, il va sans dire que votre grand-mère ne va pas apprécier ton initiative tant que tu ne lui auras pas expliqué les raisons qui t'y ont poussé. Fort heureusement pour toi, tu sais déjà que tes arguments sauront la convaincre.

- Okayyyyyy. Tu te débrouilles avec Elle pour lui expliquer tout ça. Je décline toute responsabilité en cas de tempête.
- Parfait.

Ni une ni deux, tu traverses la foules à grands pas afin de rejoindre Emeline et Davenport. Ce qui ressemble à un sourire s'accroche à tes lèvres quand tu murmures à la jeune femme qu'elle doit obtenir Lykaïa, qu'elle en a les moyens et que, dans l'éventualité où quelqu'un vous couperait l'herbe sous le pied en enchérissant trop pour ta famille, tu lui feras signe.

- 10 000 £.

Tu déposes un furtif baiser sur la joue d'Emeline, comme pour la remercier de ce service qu'elle est en train de te rendre en s'occupant d'acheter Lykaïa.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 234

carnet personnel
DANS TA POCHE: Une vieille photo de sa fille Iseult dans ses bras et un calpin aux armoirires des Yaxley où il note diverses idées pour des médicaments à venir.
TON PATRONUS: Le sien était un chat. Symbole de moquerie pour certains, mais qui correspondait parfaitement à Archibald.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Ven 28 Oct - 23:02




la vacuité effarante d'un moment volé
Archibald • Les autres
Mon lancer bien que parfaitement exécuté, est trop pour faire tomber Iseult. Ceux qui ont dit par le passé que j'avais un coeur de pierre doivent bien rire s'ils voyaient le balai de mes émotions en voyant l'impact de ma balle sur ma fille. La rage m'a enflammé pendant l'espace d'un instant. La rage est destinée envers moi car, en plus de ne pas avoir été capable de réussir du premier coup, j'ai blessé avec force ma fille, la chair de ma chair. Si nous étions encore à l'époque bénie de la magie, cela n'aurait même pas eu lieu. Grande Morgane ! Le noble nom des Yaxley est tombé bien bas d'en être réduit à faire ça pour pouvoir partager un peu de temps entre les membres du même sang.

Avec un soulagement évident, j'apprends qu'on dispose en tout de quatre tirs pour réussir. Le soulagement est pour moi, bien sûr : il me reste encore trois tirs avant de définitivement perdre cette chance unique de partager du temps avec ma fille pour la première fois en plus de dix ans. Le soulagement devrait aussi être du côté de la personne qui m'accompagne : elle a moins de chance ainsi de devoir tirer pour que je puisse rester avec Iseult. Je n'exclue toutefois pas cette possibilité jusqu'à ce qu'Iseult se trouve à mes côtés.

Cependant avant de tirer mon second tir, j'enlève ma veste de costume. Avec un sourire, je tends mon vêtement à ma compagne pour la soirée :

-Accepteriez-vous de me tenir ceci quelques instants ?

Miss Wellyn peut fouiller dedans si cela l'amuse : je n'ai aucun bien de valeur dedans. Je remonte mes manches, dévoilant mes avant-bras nus. Aucune trace de tatouage n'est visible sur mon bras gauche. Il est vrai que je n'ai pas l'habitude de me promener en tee-shirt. Cependant, ce n'est pas pour cacher que je suis un ancien serviteur du seigneur des ténèbres. Après tout, mon bras est vierge de tatouage. Non, il s'agit de cacher mon bracelet de purification. La preuve de mon asservissement que je hais plus que tout. Ce n'est que dégout quand je regarde cet objet et je ne veux guère le voir plus que nécessaire.

Faisant abstraction des éventuels regards sur mes bras, je vise puis tire ma deuxième balle. Je siffle de désappointement quand je vois ma fille descendre un peu vers le niveau de l'eau. Ce n'est clairement pas assez pour que ce soit considéré comme couler.

La troisième balle dans ma main, j'observe la scène de tir. Mes deux premiers tirs ont été parfaitement cadré même si le deuxième était sans conteste meilleur. Pourtant il a manqué de puissance. Je fais rapidement le calcul avant de lancer d'un tir sec.

Mon souffle que je n'avais jusque là pas remarqué de retirer se libère en voyant que ce troisième tir est le bon. Je ne devrais pas me réjouir des malheurs d'Iseult pourtant je suis incapable de le faire. L'émotion est trop forte. Ma petite fille va venir à la maison.

-J'ai gagné, soyez gentil, allez régler le nécessaire pour que je la récupère.

Mon ordre est dit avec une certaine frénésie. Ce n'est que temporaire mais prononcer cette phrase me fait penser à un de ces rêves que j'ai souvent eu. Je ferais tout pour que la prochaine fois que je prononcerai ces mêmes mots, ce soit pour que l'installation d'Iseult soit définitive, comme ce qu'elle aurait toujours du être.

Avec un certain triomphalisme, je réarrange ma tenue afin de paraître tel que je l'étais avant le début de la fête. Cependant, mon regard triomphant disparaît lorsque je vois Iseult arrivant à mes côtés.

-Je n'ai pas besoin de toi pour le moment.

Mensonge ! Je n'espère ton retour que depuis que j'ai du te laisser à leurs griffes.

-Arrange-toi puis va profiter de la fête comme tu l'entends. Si tu as le moindre soucis, viens me chercher.

Même si je l'éloigne de moi comme on l'attend de son nouveau maître, un sentiment diffus de joie m'étreint à l'idée que j'ai pu agir envers ma fille comme son père. Car c'est ce que je suis, en dépit de l'asservissement qu'on veut faire de ma fille. Je réduirai en charpie tous ceux qui m'ont fait dire le contraire.

Mon attention se porte désormais sur l'enchère. Avec mon enthousiasme à récupérer ma fille, je n'ai pas remarqué que plusieurs esclaves ont déjà été vendu. En entendant la première annonce (Emeline), je hausse un sourcil.

-Qui est donc cette charmante jeune fille qui enchérit ? C'est la première fois qe je la vois. Vous la connaissez ?

Miss Auriele, par le plus grand des hasards, est toujours à mes côtés. Autant qu'elle se rende utile en m'indiquant l'identité de la personne que je cherche à savoir.

L'information obtenue, le sourcil que j'ai levé ne descend pas. Je n'ai jamais réellement entendu ce nom auparavant. Un sourire joueur apparaît sur mes lèvres alors que je lève la main pour attirer l'attention.

-20 000 livres pour moi !

Voyons voir combien elle peut mettre... Ce sera un excellent indicateur des revenus qu'elle peut disposer...
Fiche codée par NyxBanana


ARCHIBALD YAXLEY ✽
Membre de la fière famille des Yaxley, cousin des Black et Purifié à la solde du gouvernement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité


MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Sam 29 Oct - 18:10

Les enchères grimpent tandis que l’enchère pour la jeune esclave se termine avec « la victoire » d’une Ayling. Un deuxième  fut vendu à Nox Davenport, Orion avait cependant entendu la voix de Wilheilm surenchérir. Surement de la provocation de la part de du Fawkes. Mais la vente qui suivit arrêta net Orion dans sa marche vers en entendant le nom de Lykaïa. Il pivota afin que sa vue confirme ce que ses oreilles venait d’entendre.
« Non…pas elle… »

La voix d'Emeline enchérissant sur la jeune femme le rassurant mais il fut suivi par la voix de Yaxley. Celui-là…Les yeux du médecin s’assombrir. Il ne pouvait rien faire. Il refusait d’enchérir, il n’en avait de toute façon pas les moyens. Il ne pouvait sauver la jeune femme d’une mauvaise famille. Il serra la main de son épouse mais quelque chose attira aussi son attention. Le son de sirène d’ambulance. Etrange. Il sortit son téléphone mais ne vit aucun message qui pourrait lui dire qu’on l’appelait pour une urgence.  Alors il reporta son attention sur la vente.
« Je n’aime pas ça… » souffla-t-il à son épouse.
Revenir en haut Aller en bas

avatar



MESSAGES : 323 LOCALISATION : Près de Tristan Archdeacon, au Palais Birmingham. EMPLOI : Esclave du Prince Tristan.

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Sam 29 Oct - 19:33

Elle s’acharne. C’est la seule chose vraie dont elle est capable de faire, s’acharner. Pour ne pas sombrer sous le masque de la honte. A se bousiller les yeux sur cette plante qui lui sert d’échappatoire, à se triturer les neurones devant ce jeu qui commence à devenir incompréhensible, même pour elle. Mais elle n’a plus que ça, cette perspective de prendre la douche froide pour un soupçon de liberté. Et elle s’y perd, elle en rêve, pour ne pas avoir l’impression de n’avoir plus rien à faire dans la vie de son Prince. La petite brune nerveuse et discrète au possible se ronge l’ongle de son pouce, rageant silencieusement contre cette humiliation qui lui brûle le visage au fer rouge, cette balle qui lui avait si douloureuse à l’impact. Alors pour sauver les apparences et garder la tête haute, elle demeure immobile le regard baissé. Elle ne fait qu’obéir à cette société qui la veut asservie. Et qu'importe comment elle tourne et retourne cette situation, cela la blesse.

La nervosité la gagne, et c’est en serrant les dents que ses doigts se plaquent violemment contre la planche qui descend d’un cran, la rapprochant un peu plus du niveau de l’eau. L’appréhension  lui tiraille les entrailles, et la distrait. Elle tente au mieux de l’ignorer, mais rien n’y fait, elle ne pense qu’à ça. Et ne fais rien pour la stopper. C’est un refus catégorique, une pulsion masochiste qui la pousse à préférer la crainte plutôt que de la voir disparaître. Et la balle tape dans l’objectif, elle tombe à l’eau. Un retour en arrière, à tous les niveaux, elle retourne chez son père pendant une semaine. Elle remonte doucement à la surface avant de se faire évacuer du bassin par l’organisateur du stand. Une petite serviette blanche en guise de séchoir, et on la rejette avec nonchalance dans la nature.  Désorientée et tremblotante, elle se dirige à pas feutrés en direction d’Archibald Yaxley, qui lui lance une injonction bien précise : celle de se restaurer convenablement. Oui … Maître, balbutie-t-elle d’une voix éteinte avant de prendre congé toute penaude. Elle est redevenue le traîne-misère dégoûté par sa véritable nature. Préférant jouer à l’autruche et se laisser mourir plutôt que d’affronter ses démons.

Iseult s’empresse de se diriger vers le stand à maquillage, où elle demande timidement à ce qu’on puisse lui fournir une nouvelle tenue de serveuse. On lui indique une petite tente vide où elle peut s’habiller, se sécher en toute intimité. Elle s’y engouffre doucement, et commence à ôter sa chemise mouillée alors qu’une sirène d’alarme résonne au loin. Elle tremble d’effroi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 171

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Sam 29 Oct - 20:48


À LA VIE, À LA MORT

puisse le sort leur être favorable



- Les hommes resteront des hommes, j'imagine. – À ces paroles, tu ne peux t'empêcher de songer distraitement à ce cher Alwin. Certainement, Miss Ayling, mais j'ai déjà tout ce qu'il me faut en matière d'esclave. – Oh ça, tu n'en doutes pas. Ton regard dévie un court instant pour se poser sur Lady Blackwood, la seconde épouse du richissime Sir Blackwood. À la voir malmener son esclave, tu t'autorises une mine appréciatrice. En voilà une qui sait y faire. Je suis bien tombée, et Hannah est loin d'être une fauteuse de trouble. Avec mon horaire serré, je n'aurai pas le temps de passer mes journées à discipliner des esclaves rebelles.
- N'est-ce pourtant pas le rôle premier de nos Familles ? réponds-tu d'une voix surprise. Enfin... ce que je veux dire par-là, c'est que nous incarnons le prolongement du Gouvernement à l'extérieur du Palais. Ne devrions-nous pas agir en tant qu'exemples à suivre pour les plus modestes familles ? Ne devrions-nous pas préserver le sécurité du Gouvernement en nous montrant intransigeants avec les esclaves qui tentent de sortir du rang ?

Tu penches légèrement la tête, l'air ébahi par les mots de la journaliste. Ton ton n'a pourtant rien d'accusateur, il se veut simplement curieux et chargé d'innocence – ou bien de naïveté, allez savoir. Le débat ne se poursuivra néanmoins pas davantage, interrompu par l'annonce selon laquelle Miss Davenport a pu acquérir le nouvel esclave.

- Oh, Cordy chérie, j'espère bien que tu n'as pas eu le coup de foudre pour celui-ci. Mais... pourquoi n'as-tu pas plus enchéri ? Franchement, cette Davenport ne fait pourtant pas le poids face à toi, regarde-moi donc son accoutrement !

Les yeux écarquillés, tu n'en reviens pas que la jeune fille n'ait pas pu acquérir l'esclave. Les enchères reprennent rapidement, n'accordant aucun intérêt pour les abandons de ces fous qui vident leur compte en banque pour mieux appâter leurs voisins. C'est alors au tour d'une esclave ayant appartenu aux Wellington d'être livrée en pâture aux habitants de Birmingham. Tu la jauges un très court instant du regard sans t'y attarder plus que ça. Après tout, tu as déjà fait une folie et ton petit doigt te murmure que ton patriarche n'en tolérerait pas de deuxième. Alors, les yeux brillant de curiosité, tu te contentes de suivre avec intérêt la suite des événements. 10 000 £, 20 000 £, ton regard virevolte de la petite blonde qui a cru avoir une chance contre toi un peu plus tôt, puis sur l'homme plus âgé dont tu n'as jamais entendu parler – en tout cas, son visage ne te dit rien du tout. Sans même laisser à quiconque la possibilité de surenchérir, la blonde [Emeline Fisher] charge encore, et c'est avec stupeur que tu l'entends miser 30 000 £.

- Dites-moi, est-il possible que cette jeune femme ait soudainement gagné au loto pour pouvoir miser à ce point ? interroges-tu les jeunes filles de la royauté d'une voix – quasiment – estomaquée.

Au loin, les sirènes d'ambulance résonnent toujours jusqu'à s'estomper complètement. Tu n'y prêtes pas une grande attention, songeant qu'un couple de vieux a probablement passé la porte du trépas pendant que vous vous amusez tous ici.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité


MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Sam 29 Oct - 22:52

T'as pas le choix d'être jetée en pâture. T'as pas le choix de retrouver la ligne des orphelins et autres esclaves. T'as pas le choix de baisser la tête et attendre. Melinda est enchainée juste derrière toi et tu ne peux t'empêcher de lui prendre la main, furtivement, comme pour lui dire que tout ira bien. Mais la vérité, c'est que t'en sais rien, que tu voudrais que ce soit vrai, mais que la seule vérité, c'est que vous allez devoir monter sur l'estrade et être montrés comme du bétail à la face de Birmingham.

Les minutes sont longues, tu te sens fébrile, tremblante, mais tu tentes de garder le dos droit et la tête haute, malgré les faibles quintes de toux et le regard figé sur le sol. Tu tentes de rester digne à côté des tiens parce que c'est tout ce qu'il te reste : ta dignité. Tu retiens un rire en pensant que même ça tu l'as surement déjà perdu depuis longtemps. Ils t'ont tout pris, tout enlevé ... Tu fermes les yeux un instant et la vente commence.

Tu essayes de mettre un mur entre toi et le spectacle affreux qui se joue à quelques mètres de toi. Tu tentes de rentrer dans une bulle ... pour oublier. Ne pas entendre. Mais lorsque la voix du commissaire s'élève pour mentionner l'aveuglement de l'orpheline, ton sang ne fait qu'un tour. Tu relèves la tête en cherchant désespérément la jeune femme, en espérant te tromper. Puis tu la vois, nue, ses longs cheveux blonds coulant sur son dos. Tu laisses échapper un Doraleen en repensant aux jardins botaniques. En la voyant se faire humilier, en entendant les gens enchérir, tu n'as qu'une envie : te libérer de tes chaines pour monter sur scène à sa place. Mais à quoi bon ... Tu feras le même chemin qu'elle dans quelques minutes à peine. Tu as envie de vomir, te mets à tousser. Est-ce la colère ? La tâche rouge sur ta main t'indique que non. Tu essuie frénétiquement ta main sur ton uniforme, celui qui ne représente plus rien. Et enfin, le nom des Ayling retenti ... Tu baisses de nouveau la tête, comme si tu venais de faillir à un devoir, mais protéger cette enfant ne l'était pourtant pas. Tu ne lui as rien promis, elle n'a rien fait pour ça et te voilà, bête, enchainée à d'autres en pensant que tu aurais dû faire quelque chose pour Doraleen. En sachant qu'à partir de maintenant, tu feras en sorte qu'elle soit forte, plus encore qu'elle ne l'est. Qu'un jour elle n'appartiendra plus à ses êtres répugnants qui vous achète sans honte.

L'orpheline, devenue esclave, passe au loin et tu la regardes partir vers un destin trop sombre sans rien dire. Sans rien faire. On fait à présent monter un homme, musclé, qu'on frappe d'un coup de batte. Pourquoi est-ce que tu ne parles pas Lykaïa ? Pourquoi est-ce que tu ne bouges pas Lykaïa ? Pourquoi est-ce que tu ne montes pas sur scène pour la faire sauter avec tout ce qu'il te reste de vie ? Tu tousses à nouveau, mais cette fois, pas de sang. Tu inspires. Expires. On vient te détacher pour te préparer. C'est donc à ton tour de jouer les pantins. Tu jettes un dernier regard à Melinda, en espérant qu'il lui portera chance et à peine le jeune homme vendu, on te fait monter à ton tour.

Tu ne sais pas ce qui est pire : te retrouver face à tant de monde ou te faire vendre. Tu balayes la foule du regard en écoutant le commissaire priseur parler de tes « exploits » en tant qu'esclave et tu trouves finalement la réponse : te retrouver face à tant de monde. Tu n'arrives pas à te fixer sur un seul visage, après tout, tu n'en cherches qu'un. Tu découvres le visage d'Orion, celui d'Alyra juste à ses côtés. Tu te dis qu'ils forment un si beau couple et tu es bien heureuse de constater que leur petite perle n'est pas à leurs côtés. Elle doit être au chaud, en lieu sûr, loin de toute la merde que le gratin a programmé. Tu continues de faire glisser ton regard pour découvrir un groupe de jeunes femmes, tu y reconnais Margeory Ayling. Comment ne pas reconnaitre cette chevelure ? Visiblement accompagnée de deux blondes. Un peu plus loin, Ulyana Tywain, que tu n'avais clairement pas envie de revoir, encore moins en cet instant.

La première enchère est donnée. 10.000£. Tu déglutis. Tu crois reconnaitre cette voix, mais tu ne trouves pas la demoiselle. Tu cherches encore son visage dans l'assemblée. Ton cœur bat la chamade. 20.000£. Cette fois c'est un homme (Archibald Yaxley), que tu découvres plus en arrière. Tu ne saurais dire qui il est et l'idée qu'il puisse t'acheter te donnes envie de vomir. Mais tu restes droite. A chercher. Encore et toujours. Son visage. Le seul qui saura te donner le courage de ne pas tout foutre en l'air. Celui que tu espères avoir entre tes mains depuis trop longtemps. Celui que tu aimerais voir te dire que tout ira bien. Que vous serez heureux ... Un jour. 30.000£. Ton ventre se sert. Comment peut-on miser autant sur ta personne ? Comment ... Tu la vois. Emeline Fisher. Tu la vois et tu n'as qu'une envie : pleurer. Parce que tu ne veux pas qu'elle se retrouve dans cette position. Pas elle. Tu laisses tes yeux dériver, se posant sur une chevelure rouge, mais la personne est trop loin pour reconnaitre son visage. Puis tu le vois. Lui. Wilheilm Fawkes Et tu comprends. Tu comprends qu'il fait une erreur monumentale.

Tu n'entends plus rien. Tu te remets à tousser, mais beaucoup plus fort que les minutes précédentes. Tu sais que tout se joue à ce moment précis, mais tu ne peux réprimer ton envie de cracher tes poumons. Tu poses une main sur ton ventre, l'autre devant ta bouche. Tremblante, tu découvres à nouveau ce sang dans la paume de ta main. Ce sang que tu craches d'entre tes lèvres pour qu'il en vienne à glisser sur tes doigts puis sur le plancher de l'estrade. Tu ne sais pas ce qu'il se passe autour de toi. Tu ne sais plus. Mais tu restes là, à tousser pendant une minute ou plus. Puis la toux cesse et comme un réflexe. Comme un instinct de survie. Tu te redresses, droite comme un i. Comme si l'ordre venait de claquer. Tu restes de marbre, ravalant les pleurs qui te rongent. Ravalant les dernières gouttes de sang venues perler dans le fond de ta gorge.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité


MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Sam 29 Oct - 23:14


À LA VIE À LA MORT ▬ La rumeur arriva comme un coup de fouet. La rédactrice en chef ne prit même pas la peine de noter la nouvelle esclave qui était en vente. Pendant un instant, Adrasteia resta droite, sous le choc de la nouvelle. Puis, les pensées arrivèrent par vagues entières dans son esprit qui fut rapidement submergé. Elle devait penser rapidement. Agir rapidement. Un coup d’œil furtif vers sa Majesté la rassura aussitôt ; personne d’autre ne semblait au courant. « Mesdames, je suis désolé, je dois régler quelque chose. » Sa sortie était peu conventionnelle, mais ce n'était pas le temps d'être particulièrement courtoise. Si ce que l’on disait était vrai, il s’agissait d’un véritable coup bas et d’une attaque directe envers la famille royale et le système établi. Un frisson traversa son corps. Elle se tourna vers le journaliste stagiaire qui avait été dépêché pour venir la chercher. « Reste calme, garde un profil bas, et surtout ne répète à personne ce que tu viens de me dire.  » Ses ordres étaient clairs et secs. Elle s’éloigne à pas vifs du groupe de jeunes femmes à qui elle parlait, maudissant les talons hauts qui rendaient sa tâche encore plus difficile. Adrasteia savait parfaitement qui aller chercher, mais il était difficile de retrouver quelqu’un dans une telle foule au milieu d’un immense jardin. Se grandissant, la journaliste regardait à gauche et à droite. Elle ne la voyait pas. Elle poursuivait ses recherches alors que son cerveau travaillait à des centaines de kilomètres par heure. Définitivement, c’était une bonne idée, l’attaque pendant l’évènement. Tout le monde allait être ici. Personne n’allait s’approcher de l’Orphelinat puisque plusieurs Mères étaient ici de toute façon, avec les esclaves mis en vente. Avait-on fait des otages? Elle n’en savait rien. Pas plus s’il y avait eu des blessés… voire des morts. Adrasteia tenait le scoop d’une vie, mais ce n’était pas le temps de répandre tout ce qu’elle savait à tout le monde. Elle devait trouver la bonne personne. Déjà au loin, on pouvait entendre des sirènes d’ambulances.

Finalement, elle la vit au détour d’un buisson, en compagnie d’une autre jeune femme, une esclave. Ulyana Tywain. Trente ans. Patrouilleuse en chef de l’Ordre du Phénix. Adrasteia le savait pour avoir lu le dossier encore et encore, après l’avoir trouvé en salle des archives. Une jeune femme ambitieuse qui avait toujours fait son travail correctement, un peu comme elle-même d’ailleurs. Elle reconnut la patrouilleuse aussitôt – elle partageait un air de famille avec un certain ministre. Ainsi, ça allait être leur première rencontre. « Miss Tywain?  » Elle trouva drôle de prononcer ces mots, mais continua quand même, avec un ton direct qui montrait la gravité de la situation. « Adrasteia Blackwood, Daily Pure. Je doute que vous me connaissiez, mais je dois absolument vous parler, il s’agit probablement d’une question de vie ou de mort.  » Ulyana ne semblait pas être avertie de ce qui s’était produit, et aucun patrouilleur ne semblait se mettre en action pour resserrer le périmètre autour de la famille royale. Après tout, la possibilité d’un attentat ici-même n’était pas à écarter. « Miss Tywain, je viens de recevoir une information comme quoi du grabuge aurait été causé dans les environs de l’Orphelinat de Birmingham. Des habitants auraient rapporté avoir repéré des ambulances quittant l’endroit un peu plus tôt et auraient prévenu des journalistes qui tournaient un reportage non loin de là. Ma source affirme qu’il est possiblement question… d’attentat.  » Elle savait que l’information était bonne, personne n’osait raconter des mensonges à la chef de la rédaction. « Il faudrait aussi mettre la famille royale en sécurité, on ne peut pas exclure l’idée d’une attaque ici – mais enfin, je vous laisse juger, c’est votre boulot. » Adrasteia avait simplement donné les faits sans aucun jugement, mais avec un ton qui se faisait de plus en plus pressant. Prête à suivre la patrouilleuse, elle avait presque envie d’enlever ses talons pour pouvoir mieux courir dans l’herbe – mais après tout, il ne fallait pas alarmer les autres.

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité


MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Sam 29 Oct - 23:33



Que 800 de plus. Elle n'avait mise que pour 800 livres de plus. Qu'avait-elle espéré? Avait-elle seulement espéré que personne n'oserait miser plus qu'elle? Elle, adoptée par le couple royal il y a des années? Même Margeory semblait penser la même chose. Et pourtant, une autre femme renchérit. Oui, oui. Et la blondinette resta de marbre. Pesant le pour et le contre. Se demandant si elle avait besoin de ça maintenant ou si elle pouvait encore attendre un peu. Attendre un peu et continuer à avoir Preston à son service. Attendre et aller d'elle-même à l'Orphelinat choisir celui qu'elle voudra. Sans être en concurrence directe comme dans cette vente aux enchères. « Difficile à dire. Il y a autant de pour et de contre sur ma petite liste mentale que je viens d’établir … » Elle se mordit la lèvre, réfléchissant. Tellement qu’au final, l’autre femme remporta la mise.  Sa chère amie rousse fit d’ailleurs part de son étonnement à Cordelia. Elle n’avait pas tort. Mais ce qui était fait était fait. Enfin, dans ce cas-ci, c’était plutôt ce qui n’avait pas était fait. « Je m’en remettrai. Des esclaves comme celui-là, je suis certaine qu’il y en a encore à l’Orphelinat. » Sourire aux lèvres pour montrer qu’elle n’était pas plus déçue que cela. Une nouvelle esclave fut présentée et là, le choc put se lire sur le visage de Cordelia. 30 000 £. Une première enchère à un tel prix … Marg était tout autant surprise. « Au loto ? Je n’en sais rien mais  … Bon sang. Le prix est-il justifié ? Autant miser une somme pareille sur un esclave bien bâti et robuste. » La Grayson ne comprenait pas vraiment. Et puis, la demoiselle qui avait enchéri ne semblait pas, à bien la regarder, être bourrée aux as. Les apparences sont parfois trompeuses dit-on après tout … En tout cas, le bruit de sirènes d’ambulance se faisait toujours entendre. Un accident de la route sans doute quelque part pensa Cordelia. L’instant d’après, Adrasteia annonça qu’elle avait quelque chose à régler. « D’accord, on se verra peut-être plus tard alors ! » lui répondit Cordy bien que son amie s’éloignait déjà. Bien, la soirée continuait toujours.  
Revenir en haut Aller en bas

avatar



MESSAGES : 199 LOCALISATION : au palais certainement EMPLOI : Prince et assistant du secrétaire d'état à la jeunesse

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Jeu 3 Nov - 10:53

Le prince se tenait face à la fille Godwinston. C'était elle qui l'avait fait appelée. Iseult le lui avait alors que lui-même tentait de comprendre pourquoi elle aurait pu vouloir lui parler au point de demander à la brune de venir la voir. Elle s'inclinait devant lui, encore une de ces nombreuses choses qui l'énervaient. Mais bon, il fallait bien respecter le protocole ! Il sourit alors qu'elle continuait. Ainsi c'était pour cette raison qu'elle voulait le voir. Jamais il n'aurait pensé celui. Il se demanda ce qu'elle pensait du fait qu'une esclave aille au théâtre. Mais ça ne semblait pas être un problème, enfin, pas pour elle. « Ce sera avec joie. » Oui. Il aimait le théâtre. Il était de ces personnes qui étaient des doux rêveurs, des artistes dans l'âme alors il s'y sentait toujours à sa place. Certes, ça n'aurait pas été un problème pour lui d'acheter sa place mais le problème n'était pas là. Il était heureux qu'elle les lui offre. Encore plus que c'était pour lui et Iseult. Elle n'avait pas fait de différence entre les deux alors que bien des gens l'auraient fait. Etonnant lorsque l'on savait la famille de laquelle elle était issu. Son regard s'attarda quelques secondes sur Nova qu'il côtoyait au sein du gouvernement et le brun qui l'accompagnait. L'autre acteur de la pièce, le fils Rosenbach de retour au pays. Quelle étrange famille ! « Je ne doute pas qu'Iseult était impressionnée. Elle était tellement heureuse d'être allée voir votre pièce. Elle m'en a parlé pendant des jours. » Il lui fit un petit sourire. C'était le plus beau cadeau qu'il pouvait lui faire et il le savait pertinemment.

Et puis tous partirent à la fin de la vente de l'esclave aveugle. Tristan ne comprenait plus rien. Il n'aurait pas pensé que Nova puisse vouloir à ce point d'une esclave. Mais bon, elle avait certainement ses raisons. Et voilà qu'il était de nouveau seul, perdu au milieu de la foule alors que la vente d'esclaves continuait. Son regard fut immédiatement attiré par les stands une fois de plus. Et c'est avec horreur qu'il la vit. Elle se tenait au milieu de ceux-ci, posée sur une planche. Mais que faisait-elle là. Il ne lui avait fallu qu'une petite seconde pour comprendre alors que les battements de son cœur accéléraient. Elle l'abandonnait. Alors qu'il lui avait fait comprendre qu'il ne le supporterait pas mais elle partait tout de même. « Iseult ! » Qui l'avait mise là ? Leurs regards se croisèrent alors qu'il lisait de la souffrance dans le sien et que le sien était plein de peur. Peur de la vie sans elle pour l'accompagner, le rassurer. Il ne pensait qu'à ses lèvres et à cette nuit à ses cotés. Il savait que c'était impossible, mais il ne pouvait se résoudre à la voir disparaître, à dire adieu. Alors il la regarda tomber dans l'eau après qu'une balle ne soit lancée. Il ne pouvait plus rien faire. Il savait que c'était ce qu'elle désirait. Le cœur lourd, il détourna le regard et partit. Pour la première fois, même s'il savait que c'était ce qu'elle désirait plus que tout, il se sentait trahi. Tout autour, les enchères continuaient, le bruit des sirènes d'ambulance brisa un court silence. Et lui continuait d'errer parmi la foule de visages à la recherche d'une personne pouvant briser son mal-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 234

carnet personnel
DANS TA POCHE: Une vieille photo de sa fille Iseult dans ses bras et un calpin aux armoirires des Yaxley où il note diverses idées pour des médicaments à venir.
TON PATRONUS: Le sien était un chat. Symbole de moquerie pour certains, mais qui correspondait parfaitement à Archibald.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Sam 5 Nov - 10:32




la vacuité effarante d'un moment volé
Archibald • Les autres
Avec un sourire plus que satisfait, j'avais doublé la mise sur l'esclave actuellement en vente. Je me fichais comme de mon premier sort de cette pauvre fille mise en vente. La seule chose qui m'intéresse est la personne qui a enchérit 10 000 livres sur elle. Augmenter autant dans une première enchère est quelque chose pour le moins surprenante. A titre personnel, j'aurais tendance à miser moins dans une toute première enchère. Inutile de montrer combien on possède tout de suite afin de pouvoir prendre l'avantage un peu plus tard.

Après mon enchère, je ne cache pas ma perplexité en voyant la jeune Miss Fisher surenchérir rapidement derrière moi à 30 000 livres. Sa rapidité à mettre un prix au-dessus du mien certifie sans aucun doute possible sa volonté à vouloir acquérir l'esclave. Un certain nombre de question envahisse mon esprit à ce sujet. Est-ce une volonté passagère à l'instar d'un certain nombre de personnes qui ont de l'argent à ne plus savoir quoi en faire ? A moins que ce soit autre chose ? Mon intuition me souffle qu'il s'agit d'autre chose, surtout quand des murmures surpris se manifestent à la surenchère.

Soudainement, l'esclave se met à tousser sur scène. On aurait pu penser que ce ne serait qu'une toux pour montrer sa désapprobation face à la situation. Pourtant, celle-ci semble s'éterniser pendant de longues minutes. Rapidement, j'en viens à la conclusion que cette toux laisse présager une possible incapacité de l'esclave à servir dans les temps à venir, ne serait-ce que pour éviter d'avoir un cadavre sur les bras. Le gouvernement n'est certes pas très regardant sur le devenir des esclaves mais mon porte-monnaie l'est beaucoup moins.

Je suis sur le point de renoncer à enchérir mais une pensée me retient. Et si c'était effectivement autre chose qui animait la jeune femme dans le cadre de cette vente ? Dans le cas où elle voudrait absolument avoir cette personne, est-elle prête à y mettre le prix ? Et puis quel prix ? Même pour les personnes les moins regardantes sur les dépenses auraient quelques scrupules à avancer une petite fortune pour l'avoir, surtout au vu de la quinte de toux à laquelle nous avons assisté.

Finalement, je me décide à dire haut et fort :

-75 000 livres pour moi !

Puis, je rajoute aux personnes autour de moi avec un sourire joueur :

-Cette brave petite est sans l'ombre d'un doute un excellent pari pour l'avenir !

Et le public ne le sait pas à quel point...
Fiche codée par NyxBanana


ARCHIBALD YAXLEY ✽
Membre de la fière famille des Yaxley, cousin des Black et Purifié à la solde du gouvernement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 580 EMPLOI : Avocat

carnet personnel
DANS TA POCHE: Des tas de gadgets sorciers
TON PATRONUS: Un lion
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Sam 5 Nov - 19:20


À LA VIE, À LA MORT

puisse le sort leur être défavorable




Les yeux rivés sur les enchères, le cœur serré à l'idée qu'un pourri puisse acheter Lykaïa, tu invites Emeline à enchérir chaque fois d'au moins 5 000 £ sur tous ceux qui se risquent à lutter contre vous – ou plutôt contre « l'Épouvantard Fawkes », puisque c'est de son compte en banque qu'il s'agit. Pourtant, quand Chaton t'interroge soudain sur la personne que tu t'évertues à vouloir faire acheter, tes mots se perdent au fond de ta gorge. Prononcer son nom, en de telles circonstances, t'est tout simplement impossible. Alors, silencieux, tu t'évertues à vouloir accrocher le regard de la jeune femme afin qu'elle puise du réconfort dans ta détermination.

Puis, le son de sa quinte de toux te parvient, lointain, incontrôlable. Les poings crispés, tu imagines déjà le pire. Et si les Wellington l'avaient empoisonnée ? Non. C'est stupide comme idée. Complètement. Pourquoi empoisonner une esclave qu'on cherche à revendre ? Le but étant de faire du profit, pourquoi se foutre une épine dans le pied ? Un soupir t'échappe, rapidement ravalé par les traces de sang qui commencent à tâcher ses vêtements. Qu'a-t-elle ? Pourquoi crache-t-elle du sang ? Est-elle malade depuis longtemps ? Est-ce récent ? Pourquoi ne t'a-t-elle rien dit ? Imperturbable. Tu dois rester impassible. À tout prix. La figure décomposée par une froideur qui ne te ressemble pas, tu fourres les mains dans tes poches pour que personne ne s'aperçoive des tremblements qui t'agitent. C'est alors que le salopard Yaxley renchérit encore – comment pourrais-tu ne pas le connaître, toi le pauvre type qui a participé à la mise à mort de certains membres de sa famille ? Un tic nerveux agite tes lèvres lorsque t'entends sa voix résonner une nouvelle fois. Tu te baisses vers Emeline et lui murmures de continuer à enchérir même si tu n'es plus à ses côtés. Qu'elle n'ait pas peur, qu'elle n'hésite surtout pas, tu seras de retour à temps si jamais les sommes devenaient trop importantes pour vous.

La démarche assurée, mais sans courir, tu fonces vers l'ex-mangemort – ou du moins celui que tu considères comme tel étant donné qu'il porte le nom « Yaxley ». Comme si tu cherchais à rejoindre quelqu'un qui se trouve à l'autre bout du jardin, sans t'arrêter, tu finis par le bousculer violemment, tout en renversant ta coupe de champagne sur sa chemise. Tu fais mine de t'arrêter net à cause de ça, un air faussement désolé vient troubler les traits de ton visage.

- Pardon Sir, milles excuses, je ne pensais pas être déséquilibré au point de salir votre veste – tu sors un mouchoir, entreprends de palper la zone humidifiée par ta « bêtise » ; pour ce faire, tu te positionnes naturellement face à lui, dos à l'estrade où se tiennent les enchères, réduisant autant que possible la visibilité de l'homme quant à la suite des événements. Vous devriez venir avec moi, Sir, vous ne pouvez pas rester ainsi – comme si la confusion te poussait à parler trop fort, tu fais en sortes que ta voix couvre celle d'Emeline pour qu'il n'entende pas son enchère, bien que tu sois convaincu que la jeune femme aura misé 80 000 £.

Ne lui laissant pas vraiment le choix, tu saisis son bras pour l'entraîner à te suite. Sans un mot, alors que tu tires toujours le Noble déchu derrière toi, tu cherches des yeux ta partenaire, comme pour savoir si elle a bel et bien enchéri comme prévu. Celle-ci hoche discrètement du chef quand tu parviens enfin à croiser son regard, t'assurant ainsi qu'elle a pris les choses en main. Tu pousserais presque un soupir de soulagement de savoir qu'Emeline a misé ces 80 000 £ mais tu n'en fais rien, conscient que tu ne peux pas attirer l'attention de Yaxley sur la mascarade que t'es en train de lui jouer.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 417 LOCALISATION : A l'université, chez elle, dans un bar EMPLOI : étudiante en médecine

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: un aigle, souvenir de ses Alpes natales et libre comme le vent
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Sam 5 Nov - 20:33

Tu n'en reviens pas de la voir là. Elle qui s'entendait pourtant si bien avec sa famille, elle qui ne posait aucun problème à la famille Wellington, pire qui n'avait pas d'ennuis à cause d'eux. Une famille qui ne lui voulait aucun mal. Ton choc est trop important alors que tu es une fois de plus impuissante. Après Doraleen, c'est Lykaïa qui va devoir subir une vie de terreur selon la famille dans laquelle elle tombe. Ton regard croise celui de Wilheilm et il te glisse quelques mots avant de se retirer. Tu as bien compris ce qu'il veut que tu fasses. Tu entends les sirènes qui passent au loin et ton regard se porte sur ton portable. Pas de message. Un sourire étire tes traits. Tu vas pouvoir rester, même en stage à l'hopital, tu n'es pas rappelée. Alors tu commences à accomplir la mission que l'on t'a confiée. Tu enchéris sur ton amie alors qu'elle ne voit pas encore d'où la voix vient. Tu n'arrives même pas à te mettre à sa place. Tu n'oses pas imaginer ce qu'elle doit ressentir. Et c'est toi qui continue à l'acheter comme si elle était du bétail. Tu as honte de toi-même alors que tu sais très bien que c'est pour elle que tu le fais. Pour elle et pour Wilh. Tu ne comprends pas pourquoi il n'enchérit pas lui-même mais tu ne poses pas de questions. Tu te contentes d'augmenter alors qu'Archibald Yaxley monte sur la première enchère que tu as fait.

75 000£ ! C'est tellement énorme. Ton regard glisse vers le fils Fawkes alors que tu ne sais pas si tu peux encore augmenter. Mais il te donne la consigne qu'il te manquait. Et voilà que tu t'entends prononcer une somme qui tu n'aurais jamais cru possible d'avoir sur ton compte en banque. « 80 000£ » Ton regard rassure Wilh alors que tu comprends tout à faire ce qu'il cherche à faire. C'est pour cette raison que tu ne t'attardes pas sur lui mais reporte plutôt ton attention sur celle qui était si mal quelques instants plus tôt. Tu ne comprends pas ce qui lui est arrivé. Jamais tu n'avais vu qu'elle était aussi malade. Etait-ce nouveau ? Elle ne t'avait jamais confié être malade lors d'une de vos rencontres. Tu ne comprenais pas comment elle pouvait être aussi mal, mais tu ne doutais pas que c'était grave. Tu avais vu les regards des autres, tous avaient vu qu'elle n'était pas en forme. Mais ça avait dû être rapide pour qu'elle ne tousse jamais en ta présence. D'un autre coté, il était vrai que vous ne vous voyiez pas non plus très régulièrement. Tu tentes de croiser son regard, lui faire comprendre que ça va aller. Que tu prendras soin d'elle. Qu'elle aura enfin un endroit où elle sera définitivement en sécurité. Si tu y arrives. Parce qu'au final, c'est tout ce qu'elle mérite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 234

carnet personnel
DANS TA POCHE: Une vieille photo de sa fille Iseult dans ses bras et un calpin aux armoirires des Yaxley où il note diverses idées pour des médicaments à venir.
TON PATRONUS: Le sien était un chat. Symbole de moquerie pour certains, mais qui correspondait parfaitement à Archibald.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Dim 6 Nov - 12:10




la vacuité effarante d'un moment volé
Archibald • Les autres
Un sourire des plus joueurs se trouve sur mes lèvres alors que j'entends les murmures de surprise face à mon enchère. Ce sentiment de pouvoirs est des plus excitants. Voilà bien longtemps que je n'avais ressenti une telle chose. Cette sensation est si familière une fois qu'on se replonge dedans. Elle est réellement comparable à une vieille amie qui se rappelle à mon bon souvenir.

Le prestige, la gloire... Voilà tant de choses que la noble, ancienne et illustre famille des Yaxley n'ont eu de cesse de connaître depuis les temps immémoriaux. Toute cette bande de parvenus, alors qu'ils se vautrent dans leur fortune si récente, viennent de brusquement se rappeler à la vérité universelle. Celle qui rappelle qu'on ne devienne pas l'élite de la société, on le naît. Cette vérité réapparaît avec la plus grande des forces en cet instant. Quand bien même la raclure tente de se parer de dorure, elle restera toujours ce qu'elle est : de la raclure qui retournera à sa place le jour venu. Je suis vieux aujourd'hui mais j'espère que j'aurais la chance de pouvoir assister à cet instant délectable de mon vivant avant de rejoindre Morgane et le grand Salazar Serpentard. A défaut, je prie pour que ma fille puisse se rassoir à la table des grands comme il aurait du l'être depuis des nombreuses années. Avec la tête de cette personne qui nous a éloigné sur un pic en arrière plan, cela va de soi.

Soudainement, je me retrouve bousculé par un homme. Mon regard est meurtrier lorsque je constate que ma chemise est gâchée par du champagne. Un regard supplémentaire envers l'individu me permet de mettre un nom sur son visage. Wilheilm Fawkes, l'un des petits-enfants de cette chère Rowena.

-Décidément, on aurait pu penser qu'au vu de votre parenté avec Rowena, vous auriez au moins pu apprendre quelques subtilités des soirées mondaines. A croire que sa prestance et sa tenue n'aient pas traversé les générations. Quelle tristesse que de voir que la succession de cette grande dame doive être assurée par un ivrogne, ne pensez-vous pas ?

Je ne fais aucun effort pour cacher mon dégout face au petit-fils de ma connaissance. Même si beaucoup de choses nous séparent, je respecte profondément la matriarche de la famille Fawkes. Il s'agit d'une femme des plus dignes et des plus respectables. C'est d'une tristesse que de voir ce petit-fils dont elle a évoqué à quelques reprises par le passé dans nos conversations être le prochain chef de famille Fawkes. La famille descendra de standing quand il prendra le poste, cela ne fait aucune doute, et il balayera les efforts faits par Rowena plus que rapidement.

Lorsque le Fawkes tente de m'éloigner pour nettoyer ma chemise, une alarme se déclenche dans ma tête. Cette bousculade arrive de manière bien opportune pour Miss Fisher dans le cadre de l'enchère qui est en cours. Je n'ai d'ailleurs pas eu la chance d'entendre s'il y avait eu une nouvelle enchère ou non. La coïncidence est bien fortuite. Trop même. Cela veut-il dire que le petit-fils de Rowena a des intérêts convergents à cette vente en faveur de Miss Fisher ? Peut-être. Surement même. Cependant, je ne peux pas exclure que ce soit tout de même une conséquence hasardeuse. Elle serait d'un très mauvais gout mais cette possibilité existe bien qu'elle soit tenue.

-Suffit jeune homme ! Déclare-je en détachant sa prise sur mon bras. Si vous voulez réellement nettoyer ma chemise allait prendre contact avec le service de blanchisserie du palais. Je ne doute pas qu'ils se feront une joie de vous facturer ma facture de pressing à votre nom suite à votre incapacité à tenir une coupe de champagne à cause de votre ébriété.

Puis me tournant vers la personne en charge des enchères, je déclare haut et fort :

-150 000 livres !

Je me retourne ensuite vers le Fawkes. En cet instant, ceux qui aurait pu me connaître dans les années où la magie était prolifique et où les vrais sang purs étaient au pouvoir. En cet instant, c'est ce que je suis dans toute ma splendeur : un membre de l'une des vingt-sept familles du registre des sang-purs. Tous tendent à l'oublier, mais cela n'a jamais été mon cas.

-Ne vous inquiétez pas, cette jeune femme sera au service d'un bon employeur avec moi. Que je sache, personne n'est encore mort à mon service.

J'appuie plus qu'il n'en faut sur le mot mort dans ma phrase. Cela alimentera surement les rumeurs à mon sujet mais cela m'importe que peu en cet instant.

-Maintenant, puisque vous vous êtes si gentiment proposé, je transmettrai la facture de mon pressing à Rowena. Je doute qu'elle apprécie que vous vous amusiez à déshonorer le nom des Fawkes dans une fête de la famille royale, famille à laquelle nous devons tous allégeance dois-je vous le rappeler ?

Alors qu'un serveur passe par là, je lui demande de s'arrêter un instant :

-Veuillez faire passer le mot de ne plus donner d'alcool à Monsieur Fawkes. Ce dernier a bien trop bu pour ne pas savoir tenir correctement une flûte de champagne sans la renverser. Je ne saurai que trop vous conseiller d'avertir l'ordre du phénix qu'il y a une personne en état d'ébriété avancée dans l'assemblée.

Le serveur acquiesce de manière sonore. Alors qu'il s'éloigne, j'adresse un sourire qu'on pourrait qualifier de malfolien à Monsieur Fawkes. Mon regretté cousin à la neuvième génération Lucius Malfoy avait su élever ce sourire si typique de sa famille à un rang d'art inégalé. Mon sourire bien qu'impressionnant, fait que pâle figure face au sien, quand bien même il fait passer le message que je souhaite. On ne joue jamais avec les Yaxley sans en subir les conséquences.

-Mes salutations les plus respectueuses à votre cheffe de famille, Madame Rowena Fawkes née Meadowes.

Sur ces mots, je le laisse sur place en le chassant d'un geste de la main, tel un insecte sans importance qui m'a importuné pendant un court instant. La tête droite, la démarche assurée, je m'éloigne d'un pas calme de Wilheilm. Mon pas reflète sans l'ombre d'un doute qu'il ne s'agit pas d'une fuite de ma part mais d'un départ que j'ai voulu. Ce n'est certainement pas un blanc-bec comme ce Fawkes qui me dictera ma conduite !

Pendant un instant, j'hésite sur ma conduite à adopter. Puis, je me décide à aller rejoindre Iseult. Cependant, je m'interdis pas de discuter avec quelques personnes en chemin. Malgré le fait que cet évènement ne soit pas fini, il a déjà été particulièrement positif et instructeur pour moi. J'ai hâte de voir ce que la fin de soirée me réserve...
Fiche codée par NyxBanana


ARCHIBALD YAXLEY ✽
Membre de la fière famille des Yaxley, cousin des Black et Purifié à la solde du gouvernement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 580 EMPLOI : Avocat

carnet personnel
DANS TA POCHE: Des tas de gadgets sorciers
TON PATRONUS: Un lion
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Dim 6 Nov - 17:08


À LA VIE, À LA MORT

puisse le sort leur être défavorable




- Décidément, on aurait pu penser qu'au vu de votre parenté avec Rowena, vous auriez au moins pu apprendre quelques subtilités des soirées mondaines – à l'évocation du prénom de ta grand-mère, un rictus mauvais étire tes lèvres. À croire que sa prestance et sa tenue n'aient pas traversé les générations – tu ne réagis toujours pas, encaissant ses critiques sans broncher, la mine passablement ennuyée : un Yaxley ne mérite pas que tu perdes ton sang-froid. Quelle tristesse que de voir que la succession de cette grande dame doive être assurée par un ivrogne, ne pensez-vous pas ?

Ton sourire se fait glacial lorsque tu plonges ton regard à travers celui du vieil homme. Comme tout ancien mangemort, il est de ceux qui se croient plus importants qu'ils ne le sont sous prétexte qu'ils ont un jour léché les bottes d'un Seigneur déchu par un simple gamin de dix-sept piges. Ça te donne envie de gerber que de faire face à un tel monstre d'orgueil et de prétention. Le pire dans tout ça, c'est que ce Yaxley n'a jamais dégagé aucun charisme, ni aucune classe à tes yeux. Il n'est même pas beau. Il est simplement un vieil homme aigri, dont l'âge ne cesse de l'enlaidir davantage chaque jour passé. Tu as toujours trouvé cet homme petit et insignifiant, tu n'as jamais compris pourquoi les gens lui accordaient de l'importance. Il ne te fait aucun effet. Il ne t'énerve pas. Tu ne le hais pas. Tu ne l'aimes pas non plus. Non, tu éprouves seulement la plus grande indifférence à son sujet.

Que pourrait-il bien mériter de plus de ta part ?

- Sir Yaxley, je me disais bien que votre visage me disait très vaguement quelque chose. À vrai dire, il y a si longtemps que je n'avais plus entendu parler de vous que j'ai fini par complètement oublier à quoi vous ressembliez... ironises-tu d'une façon étrangement courtoise, la main levée vers la sienne afin de la saisir en guise de salutations. Mais ne restons pas là, je ne voudrais pas qu'un aussi grand homme que vous paraisse aussi négligé aux yeux de ses paires – l'accent mis sur le mot « grand », nul doute que tu laisses clairement entendre qu'à tes yeux il n'est rien de plus qu'un ramassis de poussières vieilles de plusieurs années, ramassis dont l'éclat ne saura jamais plus luire comme il a pu le faire fut un temps ; grand bien lui fasse, à ce Yaxley, il est vieux, sénile et personne ne se souviendra jamais de lui après sa mort.

Sans rien ajouter de plus, tu t'efforces de l'attirer vers les toilettes pour t'occuper de nettoyer tes bêtises.

- Suffit jeune homme !

Tu t'arrêtes, jettes un regard en arrière, un sourcil rehaussé. Le reste de son discours t'arrache un long soupir d'exaspération. Sérieusement ? L'ivresse ? Il n'a rien trouvé de mieux comme insulte pour se foutre de toi ? Un hoquet de rire t'échappe, incontrôlable. Ce même rire qui aurait bien failli s'interrompre quand l'homme s'est mis à enchérir de plus belle si tu n'avais pas une si bonne maîtrise de toi-même. Au lieu de cela, tu ris de plus belle, tandis que ta partenaire a déjà enchéri sur le vieillard stupide boursouflé d'arrogance.

- 155 000 £.
- Maintenant, puisque vous vous êtes si gentiment proposé, je transmettrai la facture de mon pressing à Rowena... Je doute qu'elle apprécie que vous vous amusiez à déshonorer le nom des Fawkes dans une fête de la famille royale, famille à laquelle nous devons tous allégeance, dois-je vous le rappeler ?
- J'apprécierais que vous cessiez d'appeler ma grand-mère par son prénom, rétorques-tu d'une voix aussi froide que cordiale. Ma famille et la vôtre n'ont strictement rien en commun, et n'auront jamais rien en commun. Quant à la note de pressing, c'est à moi que vous l'enverrez. Ma grand-mère n'est pas responsable de mes erreurs.
- Veuillez faire passer le mot de ne plus donner d'alcool à Monsieur Fawkes.Non mais de quoi je me mêle ?Ce-dernier a bien trop bu pour ne pas savoir tenir correctement une flûte de champagne sans la renverser. Je ne saurai que trop vous conseiller d'avertir l'Ordre du Phénix qu'il y a une personne en état d'ébriété avancée dans l'assemblée.
- Sir Yaxley, poursuivez sur cette voie et je vous poursuis en justice pour diffamation. Je pense avoir assez d'ennuis avec l'Ordre pour ne pas avoir à subir d'accusations outrageuses de votre part. – La voix assez forte pour que le serveur entende tes paroles, tu te rapproches de l'ancêtre afin de glisser quelques dernières paroles à ses oreilles, d'un ton beaucoup plus silencieux cette fois-ci : Je me ferais oublier si j'étais vous, à moins que vous ne souhaitiez subir le même sort que le reste de vos amis mangemorts.

Sur ces mots, tu fais volte-face afin de rejoindre Emeline, plantant Yaxley sur place.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité


MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Dim 6 Nov - 20:12

Les enchères grimpent pour Lykaïa. Yaxley semble absolument la vouloir, Emeline sort des sommes astronomiques. Comment a-t-elle fait pour obtenir une telle somme ? Même en un an de travail et en se serrant la ceinture, le couple Carey n’avait pas autant d’argent. Il y avait surement anguille sous roche mais ce qui attira Orion et qui le fit réagir fut sa protégée sur l’estrade qui se m’y à tousser violemment. Ce n’était pas une petite quinte de toux dû à un coup de froid, le médecin avait suffisamment croisé ses petits virus. Là c’était plus grave, il le voyait. Elle toussait au sang, il ne pouvait décidément pas la laisser ainsi. Avant tout autre chose, il était médecin.
« Je ne peux pas la laisser ainsi, je reviens. »

Il déposa un léger baiser sur les lèvres de son épouse, pour la rassurer. Il se tenta de se faire un chemin le plus rapidement possible à travers la foule afin d’atteindre l’estrade et les organisateurs de la vente. Il finit par y arriver. La sécurité l’empêcha d’avancer plus loin alors il clama haut et fort au organisateur afin de les interpeller.
« Orion Carey, médecin pour esclave. Cette esclave a une toux anormale. Elle ne devrait pas être vendue dans cet état. J’aimerais l’examiner afin de savoir si elle n’a rien de dangereux pour ses futurs propriétaires. »

Après tout, les Wellington étaient peut-être négligeant ou voulait taper un coup fort en ayant contaminé la jeune femme afin de frapper chez ses futurs acquérant. Orion n’en savait rien mais il voulait savoir ce qu’avait Lykaïa.
Revenir en haut Aller en bas

avatar



MESSAGES : 964 LOCALISATION : Dans les rues de Birmingham, protégeant le peuple Anglais. EMPLOI : Patrouilleuse et chef des Patrouilleurs au sein de l'Ordre du Phénix.

carnet personnel
DANS TA POCHE: Un rouge à lèvre bordeaux, pour contraster avec son uniforme rouge sang. Une petite fiole de poison, c'est toujours utile, et une lame, effilée et tranchante, comme son caractère.
TON PATRONUS: Il s'agirait sans doute d'une panthère, rusée et discrète mais terriblement dangereuse.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Dim 6 Nov - 20:53

Dans un premier temps la jeune femme écoute la rousse, la laisse s'exprimer. C'est en réalité Sir Tywain, qui vient lui expliquer ce qu'il se passe. Ulyana hoche la tête, et laisse la jeune femme s'en aller. "Prenez soin de vous." Glisse-t-elle, un sourire amical sur les lèvres. Elle n'a rien vécu de ce que semble avoir vécu cette demoiselle, mais elle espère qu'elle saura s'en remettre, une femme n'a pas à se laisser faire de la sorte. Et surtout, n'a pas à accepter souffrir des séquelles qu'un connard lui a infligé. Evidemment, les mots sont plus faciles à sortir que des actes, mais c'est pour elle tellement impensable qu'un homme ose se comporter de la sorte. Parfois elle se demande si c'est elle qui a su mettre les barrières qu'il fallait pour se protéger, ou si c'est juste de la chance qu'elle n'ai jamais croisé d'hommes capables de la blesser. Qu'importe, en tout cas elle sait qu'elle n'a plus à s'occuper de tout ça.

Alors qu'elle s'apprêtait à repartir, une jeune journaliste l'accoste. Ses propos sont alarmants. En tant que chef des patrouilleurs, Ulyana sait qu'elle doit réagir vite, calmement et surtout, surtout qu'elle ne doit rien laisser paraître. Son visage ne trahi pas son inquiétude. "Merci Madame pour les informations, capitales, que vous nous transmettez." Elle sourit légèrement. "Demander à vos sources de s'en aller, on ne sait pas ce qu'ils risquent et ça pourrait être dangereux. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre le moindre citoyen." Elle veut également éviter la moindre taupe présente, si jamais ils foiraient leur action. Déjà que ce n'était pas normal que ce soit une foutue journaliste, qui lui fasse un rapport de la sorte. "Madame, je vais vous demander de m'accompagner." Surtout, dégager la journaliste de là, qu'elle passe pas ses informations au premier opposant trouvé. Elle demande à l'un de ses hommes de venir et l'encadre, le temps - précise-t-elle, qu'elle passe un appel. La procédure d'urgence l'oblige à prévenir son chef et le roi. La patrouilleuse colle sa main à son oreille, augmentant le volume de son oreillette. Elle murmure le nom de ses hommes, attendant des réponses. Pose quelques questions, demande confirmation. Rapidement, les informations énoncées par la jeune femme viennent à se confirmer. Son visage se ferme, c'est impensable, impensable, qu'elle soit larguée et qu'elle ne soit pas la première avertie. Elle sort son bipper et, à l'aide d'un message encodé, prévient sur le téléphone portable de Sa Majesté et de sa supérieure la situation actuelle. Elle sait d'avance que c'est sa chef qui prendra la relève. En moins de temps qu'il n'en faut pour prononcer le mot "impur", la jeune femme se retrouve à nouveau aux côtés de la journaliste. "Bien, je crains fort que nous soyons obligées de passer une conversation privée, dans des locaux adaptés." Souligne la patrouilleuse, elle fait signe à son homme de partir, lâche la main de sa crosse et encourage la jeune femme à marcher à ses côtés. Ses yeux oscillent entre la foule et elle, les voilà qui se dirige vers le palais. Discrètement, d'ailleurs, le Roi sort de la foule - embrassant sa femme, et retourne au palais. Elle le sait, ça pue sévère.


qu'importe la souillure de ton sang, si tu me barres la route, je t'écraserai, si tu oses cracher sur le gouvernement qui ta garde en vie, je t'exécuterai — .
le devoir
avant
tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 323 LOCALISATION : Près de Tristan Archdeacon, au Palais Birmingham. EMPLOI : Esclave du Prince Tristan.

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: si tu pouvais en avoir un
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Mar 8 Nov - 15:54

Le tissu glisse sur sa peau pour dévoiler ses épaules, Iseult retire le vêtement mouillé sans ménagement. L’esclave réprime une grimace d’embarras, bien qu’elle soit contente de se débarrasser de cette désagréable sensation d’étouffement. Effroi, éphémère crainte qui lui noue les tripes, elle se laisse glisser sur sa vague d’inquiétude. Les sirènes grondent au loin, elle tremble non pas de froid mais d’appréhension à l’idée d’un incident, d’un malheur. Et soudain le visage de Tristan apparaît dans son esprit. Qu’aurait-elle fait s’il lui arrivait malheur ? Oui, qu’aurait-elle fait la petite Iseult. Un frisson secoue son échine, tandis qu’elle secoue la tête pour ôter cette idée noire de sa réflexion. Son Prince est présent à la fête, sain et sauf, elle est rassurée lorsqu’il est dans son champ de vision. Elle baisse le regard, se sentant soudainement honteuse. Leurs regards s’étaient croisés, elle a su y lire toute la crainte du monde qui s’est distillé dans ses prunelles marron. Et lorsqu’elle a plongé dans la profondeur de la cuve et qu’elle en est remontée à la nage, en le voyant détourner le regard et partir, elle a compris une chose. Elle vient de le décevoir, elle qui redoute pourtant l’idée même qu’il puisse être déçu. Il est la personne la plus importante pour elle, celle à qui elle a peur de faire mauvaise impression. Habituellement, elle est totalement indifférente aux regards que les individus peuvent lui lancer, mais en ce qui concerne Tristan, son regard et son opinion lui importe terriblement.

Dans un soupir las, Iseult s’empresse de se changer pour revêtir un nouvel uniforme à chemise blanche et pantalon noire. Elle se sèche les cheveux à l’aide d’une serviette blanche, puis sous un sèche-cheveux. Pour finir, elle se passe un coup de brosse dans ses cheveux ondulés qu’elle rejette naturellement sur ses épaules. Elle est présentable, comme l’a exigé Monsieur Yaxley. Une fois les préparatifs terminés, Iseult sort de la tente et là, elle ne sait quoi faire. Sa honte revenant au galop, elle n’ose pas retrouver son Prince pour s’expliquer et le supplier de lui pardonner, que c’était nécessaire. A quoi bon ? Il lui avait fait clairement comprendre que partir ne serait-ce qu’une journée n’était pas une option négociable avec lui, alors les justifications d’Iseult paraîtront comme fades à ses oreilles. Elle se mord la lèvre inférieure avant de tourner les talons dans la direction opposée, et Iseult se balade d’un pas trainant entre les stands. Son regard vagabonde entre le visage des convives et les exposants, son attention se pose soudainement sur un jeune homme, un esclave. Sa démarche l’intrigue, et à mieux l’observer, elle comprend qu’il clopine d’une jambe. Iseult accélère donc le pas afin de le rattraper, et doucement elle pose sa main sur son épaule afin de l’interpeller sans lui faire peur. Un geste tellement spontanée et naturel, effectué sans réfléchir, un geste qu’elle n’espère pas offusquant pour le jeune esclave. (Myosotis) Excusez-moi, vous allez bien ? Votre jambe … Elle laisse planer sa voix quelques instants, avant de reprendre d’un ton rassurant tout en lui adressant un sourire aimable : Je pense qu’il faudrait la soigner un peu, je peux vous emmener au stand maquillage, ils doivent avoir une trousse de premiers soins. Calmement, elle lui montre d'un geste de la main, le lieu où elle souhaite l'amener, tandis qu'elle attend sa réaction, sereinement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 137 EMPLOI : Occupé à changer vos habitudes, à ruiner vos vies, à distribuer espoir et mélancolie.

MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Sam 12 Nov - 17:46


ANNIVERSAIRE DE MARIAGE

Fêtons et mangeons bien




Alors que le Roi quitte discrètement l'assemblée, embrassant au passage Sa femme, ses enfants et saluant les convives qu'il croise, l'enchère statue en faveur d'Emeline Fisher. L'esclave est confiée aux bons soins d'Orion Carey, le temps qu'elle soit remise sur pied pour sa nouvelle maîtresse. S'ensuit alors un ballet des plus fabuleux par les esclaves royaux. Très bien organisés, très bien vêtus, ils mettent en place tables et chaises, mets et boissons pour que chaque convive puisse s'attabler. Les esclaves seront, évidemment debout derrière leur propriétaire.

Les tables, nappées de blanc avec des couverts en or sont divines. Dignes des plus grandes réceptions. Chaque convive se voit attribué un serveur personnel, qui viendra lui donner boissons et mets à volonté - dans la limite de la politesse et de la bonne éducation, évidemment. Sur la table, un vin coûteux est distribué à chaque invité. Aucun autre choix, c'est la Reine en personne qui a choisi le vin et aucune excuse n'est acceptée pour boire autre chose. Comme l'exige la coutume, tout le monde trempera ses lèvres dans le verre devant lui, lors du toast royal.

Fameux discours et fameux toast ont alors lieu. C'est alors que chaque convive trempe ses lèvres dans le vin - délicieux et succulent - offert par sa Royauté. Quelle n'est pas la surprise des esclaves qui voient alors leurs maîtres se comporter étrangement ? Hallucinations, démangeaisons, comportements animaliers, dédoublement de personnalité, crise hilarante, quand d'autres se mettent à danser ou à perdre l'un de leur sens. Il semblerait bien qu'un petit malin ai fait coulé une potion dans le vin avant de le servir... Que va-t-il donc vous arriver ?

NB : comme la magie est aléatoire, un dé a été mis en place (vous le lancez dans le flood, comme d'habitude) et voici les résultats possibles :
- n°1 : aucun effet
- n°2 : hallucinations
- n°3 : violentes démangeaisons
- n°4 : se prend pour un animal (animal au choix)
- n°5 : changement de personnalité
- n°6: aucun effet
- n°7 : se met à danser en permanence
- n°8 : perte d'un des cinq sens
- n°9 : cumule deux effets
- n° 10 : crise hilarante
Vous pouvez relancer le dé dans chacune de vos réponses, comme une seule fois, c'est vous qui voyez
L'effet d'un dé dure sur 1 post (voir deux maximum), comme ça vous pouvez vous amuser

(c'est la dernière animation, donc éclatez-vous   merci à tous )


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



MESSAGES : 417 LOCALISATION : A l'université, chez elle, dans un bar EMPLOI : étudiante en médecine

carnet personnel
DANS TA POCHE: on retrouve quoi ?
TON PATRONUS: un aigle, souvenir de ses Alpes natales et libre comme le vent
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Sam 12 Nov - 20:23

Ton regard s'éloigne de Wilheilm alors que tu tentes de ne pas montrer ce qui est en train de se tramer à Archibald Yaxley. L'idée même que Lykaïa puisse finir chez lui te révolte fortement. Tu ne supporterais pas de ne rien savoir du sort que vont subir elle et Doraleen dans les mains d'autres familles. Mais tu sais aussi que tu ne contrôles pas tout. Que tout peut basculer d'un moment à l'autre. D'ailleurs, le voilà qui continue d'enchérir. Comment cet homme peut-il avoir encore autant d'argent alors que de ce que tu as entendu, il reste un ancien mangemort. Tu ne t'attardes pas trop sur la question, tu préfères réenchérir alors qu'au loin, tu vois Orion qui se dirige vers l'estrade. Tu es heureux qu'il le fasse parce que lui plus que quiconque peut aider Lykaïa qui semblait aller si mal quelques minutes plus tôt. D'ailleurs, que pourras-tu pour elle ? Pas grand-chose, tu en as bien peur. Tu n'as pas fini tes études. Mais bon, déjà, elle sera au chaud et n'aura aucune obligation. 155000£ ! Tu suis les consignes données par le fils Fawkes. Vous allez l'avoir à l'usure le vieux, tu n'en doutes pas un seul instant. D'ailleurs, le voilà qui s'éloigne du brun. Les deux semblent énervés. Il te rejoint alors que tu lui lances un sourire. Il est ton cavalier après tout, il est normal qu'il soit à tes cotés. Tu le questionnes du regard. 'Tout va bien ?' Il te connait certainement suffisamment bien pour saisir ton interrogation et ta peur. Parce qu'il reste celui qui peut tout faire foirer si l'idée lui en prenait, juste pour le plaisir et cela serait un immense désastre. Mais pour l'instant, tu essayes de ne pas penser au pire. Parce que ça n'arrivera pas une seconde fois, les Fawkes sont bien plus puissants qu'une vieille famille sorcière déchue.

Elle se termine enfin et pour peu, tu en pleurerais. Parce qu'elle va te rejoindre. Parce que grâce à lui, ton amie sera saine et sauve. Parce qu'elle doit savoir que tu ne voudras que le meilleur pour elle. Tu tentes de cacher tes yeux embués de larmes. Mais il ne doit pas ne pas les avoir vus. Tu as juste envie de le remercier. Tu ne sais pas pourquoi il a fait ça, mais tu t'en moques bien. Parce qu'à deux, vous avez sauvés Lykaïa. « Merci. » Tu n'arrives pas à savoir s'il la fait pour lui ou pour toi mais tu t'en moques bien. Tu n'attends pas de voir la suite, tu te diriges vers l'arrière pour récupérer celle qui sera désormais chez les Fisher. Au passage, on te tend une coupe. Coupe que tu prends. Tu en as bien besoin. Vos regards se croisent alors que tu te diriges vers elle. « Tu vas bien ? » Tu meurs d'envie de te jeter dans ses bras, mais tu ne peux pas. Pas ici. Orion est là aussi. Vos regards se croisent alors que tu as très bien compris pourquoi il était là. « Qu'est-ce qu'elle a ? » Il ne pourra pas ne pas saisir ta préoccupation. Parce que oui, tu as peur pour son état. Et tu n'es pas une médecin, tu n'es qu'une étudiante dans le domaine.

Tes lèvres se portent sur ta boisson, un vin exquis. La famille royale vous devait bien ça pour l'ensemble des choses qui t'avaient révoltées ce jour-là. Il ne faut que quelques minutes pour que tout cloche. Tu as l'impression qu'on t'a mis du poil à gratter, que des bêtes passent sous ton corps alors que tu commences à te gratter violemment. Mais ça ne disparaît pas. Tu croises les regards interloqués de ceux qui sont autour de toi, mais bientôt d'autres ont également des réactions étranges. « Orion... » Tu marques quelques secondes. « C'est normal que t'aies une trompe ? » Autour de toi, tout semble tourner, des points apparaissent sur tes bras alors que tu les regardes pour vérifier que tu n'avais pas de boutons. Tu es dans un autre monde, un monde coloré, un monde magique comme tu aurais aimé le voir. Mais malgré tout, ta peine vis à vis des démangeaisons continue. Qu'est-ce que c'est encore que cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité


MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Sam 12 Nov - 21:41

On laissa passer le médecin qui se rendit auprès de Lykaïa, avec autant de monde autour, il ne se permit aucune familiarité avec la jeune femme. Il ne put que lui lancer un regard doux et rassurant. Il commença doucement un rapide examen. Ce fut un soulagement de savoir qu’Emeline avait remporté la vente. Bien qu’il ignorait comment elle avait fait pour avoir autant d’argent. Mais là n’était pas le souci, Lyka était son principale soucis. Il espérait que cela ne soit pas trop grave mais ici, il ne pouvait avoir guère de certitude. Il n’avait rien pour dire de façon plus précise ce qu’avait la jeune femme. Et quand Emeline les rejoint émue, elle s’inquiéta. Le Carey vit bien à son regard, que l’émotion était à son comble.
« Je l’ignore, je peux pas me prononcer pour le moment. J’ai besoin de faire des examens complémentaire… »

Il était inquiet, il espérait sincèrement que cela ne soit vraiment pas trop grave, les toux avec du sang n’était guère à prendre à la légère. Il le savait parfaitement. Mais en l’état des lieux, il espérait que cela ne soit ni contagieux ni dangereux.
« Demain à la première heure, je vous veux dans mon cabinet. Je ne veux pas laisser traîner cette toux. Et repos obligatoire. »

Le regard du médecin était lourd en sous-entendu, pas de folie aujourd’hui et dans la soirée. Du repos pour Lykaïa. Mais une chose imprévue fit tourner subitement la tête d’Orion vers Emeline.
« Je te demande pardon…. »

Il l’observa quelques instants. La voir se gratter aussi violemment n’était pas normal alors que la seconde d’avant, elle allait parfaitement bien. Il croisa le regard de Lykaïa confu. Que se passait-il ? Le médecin regarda le verre que tenait Emeline.
« Je n’ai pas de trompe Emeline…et arrête de te gratter, tu vas te faire saigner. »

Il s’embarra du verre de la jeune femme et le renifla. Mais rien, juste l’odeur du vin. Etrange. Il regarda autour d’eux, d’autres personnes avaient de drôle de réaction. Tout semblait venir d’un coup, au même moment. C’était étrange. Orion n’avait pas pris de verre et de toast, occupé à examiner Lykaïa. Il renifla une nouvelle fois le verre, mais aucune odeur suspecte ne lui vint. Pourtant il était persuadé que cela venait de la boisson. Il était perplexe.
« Em’ arrête de te gratter, tu n’as strictement rien sur les bras. Ce n’est qu’une hallucination. »

Il lui prit les mains afin qu’elle arrête, sa peau était déjà suffisamment à vif. Cette journée finirait pas avoir raison de lui.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité


MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Sam 12 Nov - 22:51


À LA VIE À LA MORT ▬ La patrouilleuse prit sa requête au sérieux, mais semblait frustrée d'avoir été informée par une journaliste. Évidemment qu'elle l'est, les journaliste et la patrouille n'ont jamais fait bon ménage. Avec un sourire en coin, Adrasteia pensa à la réaction de miss Tywain si elle venait à apprendre qu'elle fréquentait son frère. Mais le secret était encore irrésistible, et donc elle ne glissa mot. Ce n'était définitivement pas le temps de le faire. Docilement, elle suivi la patrouilleuse, regardant quelques effusions au loin qui se déroulaient autour de l'esclave en vente. Mais cette fois-ci, elle ne prit aucune note. La journaliste avait de toute façon le scoop du siècle, et sortant son téléphone, elle envoya un rapide texto à toute l'équipe de se présenter sur les lieux du crime, carnets et caméras sorties, et d'attendre son signal pour commencer le reportage. Le peuple entier allait se ruer sur la gazette. « Pas de problème, mais je crains de ne vous être d'aucun secours, je n'ai guère plus de détails sur la situation. Il faudrait peut-être avertir le reste du gouvernement, si nous sommes bien en situation de crise. » Adrasteia se doutait bien que miss Tywain ne serait guère enchantée de se faire ainsi dire son travail, mais après tout, peut-être que ses pensées étaient plus à la protection du peuple qu'à la gestion d'une telle situation. Enfin, Adrasteia n'en savait rien, et attendit patiemment aux côtés de la femme. Pendant un instant, elle regretta ne pas avoir profité du champagne plus tôt, l'occasion ne reviendrait pas dans la journée.

Revenir en haut Aller en bas

avatar



MESSAGES : 234

carnet personnel
DANS TA POCHE: Une vieille photo de sa fille Iseult dans ses bras et un calpin aux armoirires des Yaxley où il note diverses idées pour des médicaments à venir.
TON PATRONUS: Le sien était un chat. Symbole de moquerie pour certains, mais qui correspondait parfaitement à Archibald.
COMPÉTENCES:

MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Sam 12 Nov - 22:59




la vacuité effarante d'un moment volé
Archibald • Les autres
Le jeune homme qui se tient face à moi tente de me réduire au silence avec une attitude glaciale. J'incline légèrement mon visage sur le côté, un sourcil légèrement haussé. Mon expression l'interroge sur le fait qu'il soit réellement convaincu de me faire peur par son attitude. Si c'est le cas, le petit-fils de Rowena est pour le moins stupide. J'ai rencontré des personnes bien plus respectables qui pouvaient se montrer bien plus intimidantes que lui. Sa pseudo-attitude intimidante ne l'est pas le moins du monde.

Finalement, les mots qui sortent de sa bouche sont pour me signifier qu'il m'a reconnu. Si la reconnaissance flatte mon orgueil, je sais aussi reconnaître son hypocrisie apparente. Alors, je réponds sans réfléchir sur le même ton :

-Ne vous inquiétez pas Monsieur Fawkes de ne pas m'avoir reconnu tout de suite, je ne vous en tiens pas rigueur. Après tout, vous n'avez guère l'habitude de fréquenter le beau monde ces temps-ci. N'êtes-vous pas du genre à préférer les flagellations publics ? Un passe-temps des plus louables, j'en conviens !

Mon ton est parfaitement ironique et je ne doute pas que le Fawkes le décèle. Si je n'étais pas présent le jour où Fawkes a été publiquement fouetté, l'évènement a très vite au centre de tous les commérages. Quand je l'ai entendu, il était question que Fawkes ait passé plus d'une semaine dans le coma. Je ne saurais dire si cela est vrai vu que les évènements se sont produits il y a plusieurs mois maintenant.

Puis, ma réponse est tout de suite suivie par une nouvelle invitation à ce qu'on se rende aux toilettes afin de nettoyer la chemise. Comprenant qu'il s'agissait très surement d'une feinte pour m'éloigner de la scène avec l'enchère en cours, j'ai stoppé net le mouvement en mentionnant sa "volonté" à transmettre la facture à Rowena. Un sourire s'étire sur mes lèvres quand je l'entends essayer de m'ordonner de faire quelque chose. Peu de gens peuvent se vanter d'avoir fait plier un Yaxley sans qu'il ne le veuille et il n'en fait surement pas parti. Et de toutes manières comment le pourrait-il ? Il n'est rien face à son illustre aïeule et son manque complet de manière s'est manifesté avec énormément de clarté. Pourquoi devrais-je m'inquiéter de ce freluquet ? Je n'ai aucune raison de l'être vis à vis de lui.

-En êtes-vous vraiment sûr, jeune monsieur Fawkes ? Interroge-je au sujet des liens entre les Yaxley et les Fawkes. Pourquoi n'interrogeriez-vous pas Rowena à ce sujet ? Si vous êtes aussi certain que vous le dites, je pense que vous n'auriez aucun mal à entendre que je n'ai pas côtoyé Rowena et son défunt mari Rufus en quelques occasions. A moins que vous ne soyez trop apeuré à l'idée que je dise la vérité, suppose-je après avoir laissé quelques secondes de silence.

Un sourire entendeur est apparu sur mes lèvres lorsque j'ai prononcé mes mots. Quel amusement cela sera quand il s'apercevra que ses convictions sont fausses. Des alliances qui nous semblent contre nature peuvent parfois être nouer dans des circonstances tragiques. Cela n'a pas été tout à fait le cas pour les liens qui unissent Rowena et moi mais on peut répondre oui à cette remarque sans que ça ne soit un mensonge. Je n'ai nullement évoqué la note qu'il veut que je lui envoie à lui et non à Rowena. Qu'il pense ce qu'il veut, mon silence n'est surement pas une défaite.

Après que j'ai ordonné à un serveur de ne plus servir d'alcool à mon interlocuteur, celui-ci s'exclame que mes paroles sont diffamations. Son comportement sanguin est si typique de la maison Gryffondor. Je ne me souviens plus de ce que m'a dit à ce sujet sa grand-mère mais si elle me disait que c'est un ancien gryffon, je ne serais pas surpris.

-Et qui croira-t-on ? Interroge-je de manière sarcastique. La personne qui passe son temps à être en conflit avec l'ordre du phénix et à se rebeller envers le gouvernement ou l'homme qui a accepté de manière volontaire la purification alors que son nom de famille laissait penser tout le contraire et qui reconnaît sans l'ombre d'un doute les bienfaits du gouvernement de la famille Archdeacon depuis plus de 15 ans ? Quelque chose me dit que le procès que vous ferez ne sera pas acquis d'avance en votre faveur.

A mesure que j'énonce les faits, ma confiance se mue en certitude. Non, le procès qu'il pourrait me faire ne me condamnerait pas d'avance. Sans compter que j'ai bien assez de cartes dans mon jeu pour ne pas avoir à tomber tout de suite.

Puis, il semble me conseiller de me faire discret sous peine de représailles comme mes amis mangemorts. J'éclate d'un rire fort et bruyant comme si c'était une blague des plus amusantes. D'un certain côté, elle l'est. Après tout, me sortir encore les accusations de mangemorts aujourd'hui est comme si c'était mon point Godwin. Il prouve avec la plus grande des forces qu'il n'a pas d'autres arguments à me sortir que cela. Définitivement, ce n'est pas aujourd'hui que le petit-fils de Rowena rentrera dans le club très fermé des personnes ayant fait s'agenouiller de force un Yaxley. Mon rire a l'effet contraire de sa pseudo menace prononcée de manière plus discrète : toutes les personnes autour de nous ont l'attention sur nous.

-Aaaah mon garçon ! Vous croyez réellement m'impressionner en m'évoquant le souvenir de ma parenté disparue ? Vous n'êtes nullement le premier, ni même le dernier à le faire. Tâchez plutôt d'appliquer vos conseils, je pense qu'ils vous seront plus utiles à moi afin de ne pas être l'objet des commérages de Birmingham !

Puis, j'adresse les salutations en direction de Rowena avant de m'éloigner de lui comme s'il n'était que quantité négligeable. Je m'éloigne comme si ce qui vient de se passer n'avait aucune importance pour moi. Pourtant, intérieurement, je bous. C'est vraiment très ironique de sa part de parler de diffamation à propos de ce que je lui ai dit alors qu'il m'accuse d'être mangemort. Tout le monde sait que j'ai été innocenté de ses accusations. Je serais parfaitement en droit de lui intenter le procès qu'il veut tant faire. Je ne vais décidément pas parler que de facture de pressing dans le mot que j'adresserai sous peu à Rowena...

Un serveur passe près de moi alors que je me dirige vers l'endroit où je suppose que ma fille se trouve. Néanmoins, la présence de ce domestique m'oblige à interrompre mon objectif pour porter un toast à la reine et au roi. Je viens de finir de boire ma gorgée de boisson que je suis attiré par le comportement pour le moins étrange de la personne à côté de moi...
Fiche codée par NyxBanana


ARCHIBALD YAXLEY ✽
Membre de la fière famille des Yaxley, cousin des Black et Purifié à la solde du gouvernement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité


MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Dim 13 Nov - 14:11

Figée, tu fixes un point sur l'horizon. Tu ne cherches plus à voir, tu ne cherches plus à entendre. Tu aimerais juste rester en vie un peu plus longtemps. Tu ne sers plus les poings, ni la mâchoire. Les enchères continuent, bien trop hautes à ton goût et tu te laisses penser que la misère de ce monde pourrait un jour cesser.
Tu entends une voix, au plus près de l'estrade, que tu reconnais. Tu baisses ton regarde, sans bouger la tête, pour découvrir le visage inquiet d'Orion Carey. Tu ne peux t'empêcher d'avoir un léger sourire. Tu n'es pas seule. Et tu ne le seras jamais.

Le marteau claque, 155.000£ pour toi, accordée à Emeline Fisher. Tu n'as pas le temps de souffler qu'on t'emporte déjà à l'arrière. Heureusement, ton regard croise celui du médecin. Tu aimerais lui prendre la main, le serrer dans tes bras, comme tu aurais pu le faire avec sa femme, Alyra. T'aurais aimé qu'elle soit là, elle aussi, à cet instant. Parce que tu sais que tu vas devoir avouer une chose que tu n'étais pas prête à dévoiler. Tu entre-ouvres la bouche quand Emeline vous rejoint. Wilheilm n'est pas avec elle et tu espères qu'il ne viendra pas, en tout cas, pas tout de suite. Tes deux amis s'inquiètent pour toi alors que tu reprends peu à peu une respiration normale. Je ne veux pas laisser traîner cette toux. S'il savait ... Tu baisses les yeux, prête à dévoiler depuis combien de temps cette mascarade dure, mais voilà qu'Emeline se met à délirer.

Orion prend les choses en mains, lui soutient qu'elle n'a rien, qu'elle ne fait qu'halluciner. Et tu te retrouves là, comme une idiote, à te demander si tu dois agir ou non alors que d'autres vous regarde. Tu constates que l'assemblée semble elle aussi dans un état ... second. Tu ne peux t'empêcher de sourire en voyant certains purs se comporter comme des animaux, d'autre rire aux éclats ou encore danser sans cesse alors que la musique s'est tue depuis plusieurs minutes déjà. Tu souris, mais les démangeaisons d'Emeline, ton amie, finissent par te ramener à la réalité. Instinct de survie, instinct de protection ou simple réflexe lié à plusieurs années d'esclavage, tu prends la place d'Orion auprès de ta nouvelle maîtresse. Tu l'allonges sur le sol et plaque ses bras à l'aide de tes jambes. A califourchon sur la demoiselle, tu prends sa tête entre tes mains, approche ton visage du sien et l'oblige à regarder dans tes yeux. Ca va aller. Regarde moi. Sans détacher ton regard d'Emeline, avec un léger signe de tête, tu indiques au médecin que c'est à lui que tu parles à présent. D'autres auront surement besoin de ... vous. Assurez-vous qu'ils soient en sécurité. Prévenez ceux que vous pouvez.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité


MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   Jeu 17 Nov - 17:23


À LA VIE À LA MORT ▬ En voyant que Gwydion était occupé avec d’autres invités, Ed continue à parcourir la foule en recherche d’un visage connu. Ils étaient rares, bien entendu, il ne fréquentait jamais la haute société présente à l’évènement, et n’avait guère le temps de se faire des amis du peuple hors de ses heures de travail. D’un œil distrait, le jardinier regardait les enchères se dérouler, parfois interrompues à cause des mouvements de masse, mais sans jamais s’attarder véritablement sur ce qu’il se passait. Les minutes semblaient passer comme des heures alors qu’il était perdu dans ses pensées le ramenant des années en arrière, à une époque où tout était beaucoup plus facile. Ed soupira alors qu’on venait d’annoncer le buffet. Au moins il aurait de quoi s’occuper avant que l’heure lui permette un départ sans que cela soit mal vu. Ses pensées tournaient sans fin dans sa tête. Il ne savait pas quoi penser de cet ancien ami revenu d’entre les morts, d’entre les voyageurs qui ne reviennent jamais. Et pourtant il était revenu. Il pensa un instant à sa nièce. Et elle, allait-elle revenir un jour? Il soupira, s’approchant du buffet d’où il prit une coupe de vin. Au moins, il pouvait profiter des gratuités de l’évènement pour oublier un peu tous les malheurs qui lui tombaient dessus. À l’abris des regards, Ed englouti beaucoup trop rapidement son verre, et fut prit d’un léger étourdissement. Il cligna des yeux à quelques reprises. Il n’était pas trop vieux, ce vin? Pourtant, il lui montait à la tête rapidement. Il sentit ses paupières picoter. Se calmant intérieurement, le jardinier ferma les yeux quelques instants. Lorsqu’il les rouvrit, il ne voyait plus rien. La peur lui prit au ventre. Que se passait-il? Était-ce une mauvaise blague? Ed mit ses mains devant soi, de peur de tomber sur des invités. Son cœur se déchaînait dans sa poitrine. Il n’avait jamais entendu parler de quelqu’un qui tombait aveugle en un dixième de seconde. Qu’était-il arrivé? « Aidez-moi, s’il-vous-plaît.  » murmura-t-il, alors qu’il commençait à parcourir la foule à petits pas. Sans faire par exprès, il trébucha sur quelqu’un (Nox). « Pardon, pardon, je ne vois plus rien.  » Sa voix ne s’élevait guère plus haut qu’un simple chuchotement, tellement il était désemparé. Sa voix s’étrangla une seconde fois. « Aidez-moi, y a-t-il un docteur ici? S’il-vous-plaît, je ne vois plus rien!  » Toujours aveugle, il bouscula une seconde personne (Henri), paniqué, il ne prit même pas la peine de s’excuser cette fois-ci.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage   

Revenir en haut Aller en bas
 

PREMIER EVENT - Anniversaire de Mariage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

 Sujets similaires

-
» Anniversaire de mariage
» EVENT N°1 : MARIAGE D'EDWARD & BELLA
» Inscriptions Premier Event
» Event anniversaire : Miyusaki fait son cinéma !
» Satley ♦ Joyeux anniversaire de mariage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MUGGLE SUPREMACY ☾ ::  :: Partie évent-